Navigation – Plan du site
Lectures

Harald HORNMOEN et Kristin Skare ORGERET (dir.) (2014), Defending Democracy. Nordic and Global Diversities in Media and Journalism

Nordicom Review, 35, Nordicom-Information, 36, Université de Göteborg
Gilles Labarthe
Référence(s) :

Harald HORNMOEN et Kristin Skare ORGERET (dir.) (2014), Defending Democracy. Nordic and Global Diversities in Media and Journalism, Nordicom Review, 35, Nordicom-Information, 36, Université de Göteborg

Texte intégral

1Le volume revient sur les présentations scientifiques effectuées par quelque 350 chercheurs lors des conférences NordiMedia, à Oslo, en août 2013. Il s’agissait alors d’une année historique : le premier colloque organisé sous cette appellation a eu lieu il y a 40 ans, soit en pleine période de guerre froide, de tensions au Proche-Orient et de crise pétrolière. L’édition 2013 atteste de la constante vitalité des recherches sur les médias et la communication dans les pays scandinaves et nordiques (Danemark, Finlande, Suède, Norvège et Islande). Pour marquer ces quatre décennies d’activité, les organisateurs ont choisi d’ancrer les débats autour des rapports entre le journalisme, les autres pratiques médiatiques et la démocratie. Il en résulte un ouvrage de 300 pages, au titre accrocheur et programmatique de Defending democracy.

2Cependant, le lecteur trouvera dans ce numéro spécial une compilation de discours de conférence livrés en session plénière et d’articles de bonne tenue sur des objets variés, plutôt qu’un condensé de recherches actuelles sur la thématique annoncée. Cette impression d’éclatement tiendrait à la fois de la transdisciplinarité croissante dans les journalism studies chez NordiMedia (entité liée à l’International Association for Media and Communication Research — IAMCR), de l’ouverture de ce type de réunion scientifique à un nombre très (trop ?) élevé de contributeurs et de la difficulté de réunir en un tout cohérent des contributions singulières par leur approche et leur contexte.

3On pourrait ajouter encore d’autres éléments d’explication. Depuis l’invention de la presse, le journalisme est certes protéiforme, et cette plasticité est aujourd’hui exacerbée. Ces enjeux contemporains sont avancés dès l’introduction par Harald Hornmoen et Kristin Skare Orgeret, tous deux du Département de journalisme et études sur les médias, de l’Université Akershus, à Oslo : les médias comme les conditions de travail des journalistes ont été touchés par la révolution numérique ainsi que par les phénomènes de mondialisation, de commercialisation et de concentration. Les deux auteurs soulignent aussi à quel point Internet et les réseaux sociaux ont contribué à brouiller les repères. Avec la prolifération de publications et de supports en ligne, d’informations dont l’origine ou la véracité sont devenues plus difficiles à déterminer, la relation entre journalisme et démocratie serait devenue plus ambiguë.

4À ces réalités s’ajoute un autre phénomène récurrent, qui confine d’ailleurs au phénomène de mode dans les départements et instituts de journalisme : l’attention portée par de nombreux chercheurs aux évolutions des pratiques socioculturelles, de marketing et de gestion que permettent les nouvelles technologies. Une demi-douzaine de contributeurs s’attachent ainsi à traiter de stratégies éditoriales en ligne, de formes collaboratives de publication sur des plateformes, d’expériences autour de médias interactifs, de construction et de célébration de vedettes people sur Internet, de gaming dans le cadre de jeux vidéo, ou encore de l’usage d’effets sonores pour des films de cinéma sélectionnés aux Oscars. Si l’intérêt (notamment pour le secteur privé), l’actualité et la « modernité » de telles recherches sont indéniables, on peut aussi se demander si, en définitive, elles ne se situent pas moins en dehors du champ concerné, pour qui entend lier journalisme et défense de la démocratie.

5Au-delà d’une certaine fascination que peuvent exercer à chaud les nouveaux outils et applications du numérique sur les usagers comme sur les scientifiques, il s’agissait de tenter de répondre à une question centrale posée par les organisateurs de cette conférence : quelles conditions réunir pour que des institutions du journalisme et des médias puissent mieux assurer et renforcer leur rôle en faveur de la liberté d’expression et de la démocratie ?

6L’une des premières conditions serait de réviser nos idées préconstruites en la matière. C’est ce que proposent en ouverture les trois orateurs invités. Natalie Fenton, de l’Université de Londres (Goldsmiths), met en garde contre la tendance à assimiler liberté de la presse, accès aux informations, diversité et gratuité des médias. Le concept même de liberté de la presse a souvent été utilisé par les industries médiatiques, dans une visée capitaliste de libre marché de la presse. Et la presse gratuite l’est rarement, en ce qui concerne les profits qu’elle permet d’engranger pour les éditeurs. De même que la quantité d’informations que véhicule Internet ne garantit pas la pluralité des points de vue exprimés pour alimenter le débat démocratique. Invoquer la multiplicité des facteurs en jeu (économiques, politiques, technologiques, liés aux habitudes du lectorat, etc.), c’est encore courir le risque de perdre de vue l’essentiel : le journalisme se définit aussi traditionnellement par sa capacité à traiter des informations d’intérêt public.

7Or, ce cœur de définition (il figure parmi les premiers articles des codes de déontologie de la profession) est de plus en plus malmené par les employeurs eux-mêmes, souvent principaux acteurs de la dérégulation des médias. D’un autre côté, on peut regretter le manque de volonté du pouvoir politique et des institutions d’intervenir sur ces questions, comme au Royaume-Uni, de peur de se mettre à dos les dirigeants de véritables empires médiatiques. Ce qui nous amène à prendre en considération une dimension « oubliée » : celle du pouvoir. Pour l’auteure, cette dimension omniprésente, quel que soit le contexte ou le pays considéré, doit nous interpeller sur la fausse dichotomie entre États jouissant d’une liberté de presse et États autoritaires. Le scandale qui a éclaté à l’été 2012 au sujet des mises sur écoute de politiciens par News of the World, propriété de Rupert Murdoch, serait devenu emblématique d’un système médiatique néolibéral de production d’information fondé sur l’exercice de formes de pouvoir intrusives et la corruption pour assurer des avantages compétitifs sur un marché touché par la transformation en profondeur de ses modèles d’affaires. Comment parler d’éthique et de standards professionnels si les propriétaires et éditeurs de titres volontiers racoleurs revendiquent le fait de pouvoir travailler librement sur un marché de l’information reléguée au rang de simple produit commercialisable, au service de leurs affaires privées, et non d’un quelconque service au public ? Dans bien des pays, cette perception du journalisme tendrait désormais à s’imposer comme la norme.

8Stephen J. A. Ward revient lui aussi sur les révolutions touchant à cette notion de norme et, par conséquent, de définition des règles éthiques. Le spécialiste d’éthique canadien reconnaît deux tendances à l’échelle macro : l’émergence des mixed news medias, avec un nombre croissant de praticiens recourant à un nombre plus élevé de technologies pour produire des contenus plus diversifiés, ainsi qu’une course vers le maximum d’impact et d’audience. Le paysage médiatique nord-américain est frappé de plein fouet par ces tendances, du fait de la migration des revenus de la publicité vers des agrégateurs comme les géants Google, Yahoo, etc., ou du rachat de titres (Washington Post, Newsweek…) par des milliardaires du Web qui ont fait leur fortune dans le secteur des services (Jeff Bezos, d’Amazon). Que faire pour replacer au centre des discussions une définition et une vision du journalisme centrées sur l’intérêt public, et non pas sur le service privé en ligne ? Ward n’hésite pas à favoriser l’idée d’un soutien des institutions publiques pour réduire la concentration de la presse, appuyer des médias de service public, renforcer l’information locale grâce aux médias alternatifs et aux radios FM à destination des communautés. Une autre perspective serait de créer des conseils de presse en ligne chargés non seulement de traiter des plaintes, mais aussi de promouvoir l’éducation aux médias. Dans cette contribution très prescriptive, il en appelle à la création d’un « sixième pouvoir », pour concurrencer le « cinquième pouvoir » des opérateurs et médias en ligne, de réseaux sociaux comme Twitter. Il observe enfin que lorsque les médias se détournent du « sens civique » qui devrait être au centre des activités journalistiques, d’autres acteurs réinvestissent ce rôle en se proclamant défenseurs de la citoyenneté et des biens communs, notamment des ONG ou des fondations sans but lucratif telles que le Pulitzer Center for Crisis Reporting (Washington, D.C.), ou le Center for Public Integrity, consacré à l’investigation. Ward se déclare partisan d’une approche radicale, dans le sens d’un retour aux racines de la profession et de ses valeurs éthiques, mais étendues à une échelle globale, notamment dans les universités qui enseignent le journalisme. Cette nouvelle éthique devrait à l’avenir s’occuper des nouveaux écosystèmes médiatiques (médias participatifs, alternatifs, d’ONG…), des nouveaux médias (journalisme citoyen et blogues y compris), de journalisme interprétatif (au-delà de l’exposition des seuls faits), d’activisme…

9Ib Bondebjerg (Université de Copenhague) approfondit cette dimension de la mondialisation transformant les médias, non seulement sous l’angle de la concentration des titres et groupes de presse par des multinationales, mais aussi au travers des réseaux numériques. Cette mondialisation présente un risque. Elle apporte de même des possibilités, dans le partage de culture, de savoir-faire et d’informations au-delà des frontières — on le voit d’ailleurs dans le domaine du journalisme d’investigation, avec la création de plateformes et de réseaux transnationaux dès le début des années 2000. Bondebjerg se réfère ici à Arjun Appadurai, à des sociologues comme Gerard Delanty et Ulrich Beck, évoquant la notion de communauté virtuelle cosmopolite, faisant le trait d’union entre le local et le global. Les procédés narratifs des films documentaires de télévision en tiennent déjà compte dans la façon de présenter des cadres de référence adaptés à une plus large audience. Bondebjerg s’intéresse à cette mondialisation culturelle et à l’idée de citoyenneté à l’œuvre dans des projets de documentaires transnationaux présentant la situation de conflit en Afghanistan ou dans des projets plus vastes comme Why Democracy (2007) ou Why Poverty (2012), lancés par la télévision publique danoise et la BBC, réunissant une dizaine de réalisateurs indépendants et destinés à être diffusés dans plus de 180 pays.

10Deux autres sections contiennent des articles approchant de près ou de loin la thématique de médias comme piliers de la démocratie. Notons une première contribution de Mark Blach-Ørsten et Rasmus Burkal s’intéressant à la crédibilité des médias danois comme acteurs politiques, dont les résultats indiquent que selon les journalistes étudiés, les problèmes d’ordre éthique s’expliquent en grande partie par une pression toujours accrue des éditeurs dans les salles de rédaction. Une autre est centrée sur la perméabilité entre les carrières de journalistes, de politiciens et de fonctions de relations publiques, en Suède. Les auteurs (Göran Palm et Håkan Sandström) l’analysent comme une forme de convergence servant les intérêts des trois professions, au risque de pérenniser des « élites de la communication » au détriment de l’intérêt du public à être informé de manière critique et impartiale. Enfin, une dernière contribution retrace les évolutions des médias en Norvège pendant la période allant de 1945 à 1991, lors des années de guerre froide. Henrik G. Bastiansen revient sur les principales étapes historiques de l’influence réciproque entre médias de son pays et propagande anticommuniste. La comparaison établie avec l’évolution générale des médias dans les pays occidentaux pourrait s’appliquer à bien des États européens, surtout dans deux périodes précises, très antinomiques : médias de service public ou soutenus par les pouvoirs publics de 1960 à 1980, sur le modèle de la télévision ; transformation du système médiatique, fin des monopoles d’État, libéralisation du marché, dérégulation, privatisation et commercialisation, fin des journaux de partis politiques, de 1980 à 1991.

11L’un des avantages de cette publication est qu’elle permet de se familiariser avec les travaux de chercheurs scandinaves, souvent méconnus ou peu cités dans les recherches francophones — les francophones sont largement sous-représentés aux conférences NordiMedia et IAMCR, dont la principale langue de travail est l’anglais. À l’heure où la question lancinante de l’aide publique directe et indirecte aux médias est de plus en plus abordée dans un contexte de crise de la presse, de « course aux clics », de manquements éthiques et de divulgation massive de fake news, ce volume aurait gagné à offrir une synthèse plus exploitable sous forme de réponses (même incomplètes et provisoires) à la question principale soulevée. Ce sera au lecteur de faire son choix, dans la densité et la disparité des présentes contributions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Labarthe, « Harald HORNMOEN et Kristin Skare ORGERET (dir.) (2014), Defending Democracy. Nordic and Global Diversities in Media and Journalism », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le , consulté le 18 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7485

Haut de page

Auteur

Gilles Labarthe

Gilles Labarthe est candidat au doctorat, ex-assistant à l’Académie du journalisme et des médias (AJM), Université de Neuchâtel. Courriel : gilleslabarthe@datas.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals