Navigation – Plan du site
Lectures

Casey Ryan KELLY (2017), Food Television and Otherness in the Age of Globalization

New York, Lexington Books
François-Ronan Dubois
Référence(s) :

Casey Ryan KELLY (2017), Food Television and Otherness in the Age of Globalization, New York, Lexington Books

Texte intégral

1Le 20 septembre 2017, le dernier épisode de la saison étasunienne de « MasterChef » réunissait un peu plus de quatre millions de téléspectateurs, pour une moyenne saisonnière d’un peu plus de trois millions et demie. C’était un échec relatif pour le programme, qui enregistrait une baisse de plus de 10 % par rapport à la saison précédente. Notoirement moins compétitif que certains de ses homologues internationaux, « MasterChef US » demeure l’une des pierres angulaires du monument médiatique que constitue la télévision culinaire aux États-Unis. C’est ce monument que Casey Ryan Kelly prend ici pour objet, en examinant la manière dont la culture culinaire, telle qu’elle est médiatisée par la télévision, informe les rapports du téléspectateur à l’altérité. En effet, selon Kelly, l’émission culinaire est un prisme à travers lequel se laissent déployer les rapports socioéconomiques, culturels et géographiques qui structurent l’appréhension de l’autre. Toutes les émissions, cependant, n’exhibent pas volontiers ces causalités multiples à l’œuvre dans la représentation de la nourriture, de sa préparation et de sa consommation : quand certaines prennent ces processus pour objet de leur discours, d’autres, au contraire, s’attachent à les dissimuler, notamment pour offrir au téléspectateur une légendaire culinaire qui participe souvent à la légende nationale. Pour reprendre le titre de l’introduction de Kelly, l’émission culinaire propose en effet de « dévorer l’Empire colonial » (Eating the Empire, p. 1). C’est à ce titre que le rôle critique de l’interprète deviendrait nécessaire, pour déconstruire les présupposés impérialistes de la médiation culinaire.

2Le propos de l’auteur est articulé en cinq parties qui, chacune, s’attachent à l’interprétation d’un programme en particulier : « The neocolonial plate: Bizarre Foods with Andrew Zimmern » ; « Exoticizing poverty: Bizarre Foods America » ; « From the plantation to the prairie: The Pioneer Woman » ; « America, the abundant: Man v. Food and Diners, Drive-Ins and Dives » ; « Going native: Anthony Bourdain and No Reservations ». Néanmoins, le traitement réservé par Kelly à chacun de ces programmes est fort différent : si les quatre premiers chapitres se distinguent par une critique en règle du mode de médiation culinaire proposé, le dernier reconnaît au programme d’Anthony Bourdain un certain nombre de mérites. Il est par conséquent possible de traiter chacun de ces deux groupes séparément.

3Pour les quatre premiers chapitres, Kelly souligne en effet combien les programmes tendent à substituer à l’analyse historique socioéconomique susceptible de mettre en évidence les rapports de force qui sous-tendent la constitution progressive de traditions culinaires des légendes dorées qui permettent au consommateur privilégié d’accéder à l’ensemble des cultures du monde sans prendre de risque. Une double dynamique d’assimilation et de distanciation est ainsi à l’œuvre : assimilation, d’une part, des traditions étrangères au système de catégories sur lequel se fonde l’évaluation gastronomique occidentale et distanciation, d’autre part, de certaines traditions qui doivent conserver leur exotisme pour permettre au voyageur culinaire de profiter d’une expérience atypique. La tension entre différence et ressemblance permet alors au voyageur de mettre en scène sa propre tolérance à l’égard de l’exotique, articulant la nostalgie de l’impérialisme culturel à l’adhésion au cosmopolitisme contemporain.

4Si ce processus s’illustre de manière particulièrement significative dans les deux programmes « Bizarre Foods », dont le titre emblématique dit cette ambition de digérer — littéralement — la culture d’autrui sans pour autant la subsumer complètement au familier et au commun, il est également à l’œuvre dans l’Amérique même. « Bizarre Foods in America » était déjà une première tentative de transformer une réalité socioéconomique étasunienne en expérience d’une étrangeté territorialisée : la pauvreté y devient, selon Kelly, une destination de voyage et le programme efface les contraintes économiques qui motivent certaines habitudes alimentaires pour les aborder seulement comme des traditions culturelles fièrement entretenues. À l’histoire de ces contraintes est donc substituée la légende de la tradition familiale et ethnique, un mécanisme également à l’œuvre dans « Pioneer Woman ». Dans ce programme, qui met en scène la cuisine d’une Californienne convertie à la vie au ranch après avoir épousé un cow-boy, le mythe de la Frontière se construit comme une expérience américaine entièrement positive, au cœur de l’identité nationale. Évacuant les tensions historiques de la construction nationale, le programme, à travers sa promotion de l’élevage bovin, des repas paroissiaux dominicaux et de la division genrée du travail, entreprend également d’éluder les divisions contemporaines, sans cesse rejetées dans le royaume de la sophistication superficielle d’un passé biographique : celui de la vie avant le mariage, en Californie, dans la grande ville. Dans un cas comme dans l’autre, en dehors et à l’intérieur du pays, l’émission culinaire crée tout à la fois une histoire mythique, appuyée sur le concept de traditions entretenues par des structures familiales étroitement solidaires, et un territoire fantasmé, vierge de l’histoire des impérialismes coloniaux.

5Pourtant, la consommation de nourriture est bien d’abord, pour Kelly, une question économique. Dans « Man vs Food et Diners », « Drive-Ins and Dives », l’obsession des présentateurs pour des plats monumentaux et des quantités astronomiques entretient le rêve américain où l’abondance matérielle est la conséquence directe de la démocratie capitaliste. La célébration culinaire d’une nourriture hypercalorique disponible à profusion devient la fin en soi de l’expérience américaine, la liberté politique s’exprimant tout entière dans la liberté de choisir parmi les propositions d’interminables menus. L’ode à la cuisine américaine populaire joue alors bien entendu contre l’élitisme d’une gastronomie censément étrangère aux préoccupations des hommes et des femmes du commun, de la même manière que les plats familiaux du ranch s’opposaient à la haute cuisine des célibataires de la grande ville californienne.

6L’argumentaire développé par Bourdain dans « No Reservations » paraît sensiblement différent. Dans ce programme, Bourdain, critique culinaire et ancien chef, traverse le monde pour y découvrir des plats étranges, tout en prenant soin d’offrir une histoire des traditions culinaires qui n’oublient ni la violence de la colonisation ni les contraintes économiques du capitalisme de développement. Kelly met en évidence la tension qui existe entre le projet d’investigation quasi ethnologique de Bourdain et les exigences de commercialisation audiovisuelle. Si le tourisme culinaire local de Bourdain est toujours l’imposition d’une présence occidentale, il n’en incarne pas moins la possibilité pour le médium télévisuel de dépasser le style formulaire et oublieux des réalités complexes décrit dans les chapitres qui précèdent.

7Le lecteur regrettera parfois que des développements théoriques qui n’apportent pas nécessairement de concepts originaux l’emportent sur les analyses précises des programmes, où la méthode de Kelly brille le mieux. Il serait également souhaitable que cette lecture soit complétée à l’avenir par une analyse stylistique attentive aux techniques télévisuelles, notamment à la représentation visuelle de la nourriture. Quoi qu’il en soit, l’ensemble de l’ouvrage de Kelly est assurément d’un grand intérêt pour l’étude de la télévision étasunienne et il paraît probable qu’un certain nombre de ses observations puisse être transposé à d’autres paysages audiovisuels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Casey Ryan KELLY (2017), Food Television and Otherness in the Age of Globalization », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le , consulté le 18 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7488

Haut de page

Auteur

François-Ronan Dubois

François-Ronan Dubois est chercheur-assistant au Centre de civilisation française et d’études francophones de l’Université de Varsovie. Courriel : francoisronandubois@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals