Navigation – Plan du site
Lectures

Olivier KOCH et Tristan MATTELART (dir.) (2016), Géopolitique des télévisions transnationales d’information

Paris, Mare & Martin, Coll. « Mediacritic »
Gérald Arboit
Référence(s) :

Olivier KOCH et Tristan MATTELART (dir.) (2016), Géopolitique des télévisions transnationales d’information, Paris, Mare & Martin, Coll. « Mediacritic »

Texte intégral

1Les objectifs de l’ouvrage sont d’étudier « les transformations à l’œuvre dans le domaine des chaînes transnationales d’information en continu » (p. 11) à travers le prisme des « dispositifs médiatiques internationaux mis en place par les États » (p. 13). Pour cela, les directeurs de ce volume postulent un « concept d’économie politique de l’information », qu’ils ne définissent pas vraiment, sinon à travers l’idée que nombre de télévisions transnationales d’information non occidentales existent pour faire contrepoids à l’hégémonie des télévisions issues de l’Occident. De ce postulat, non repris par les huit autres auteurs, découle l’idée tiers-mondiste du monde par ses « déséquilibres Nord-Sud » qui souligne « les tendances à la sous-représentation des pays en développement » (p. 11). Il résulte de ce parti pris initial une conception linéaire de la géopolitique, bien caractéristique des tendances en relations internationales de l’université française. D’où une succession de chapitres tendant soit à une description, parfois de bon aloi, soit à cette facilité sociologique de l’analyse du discours et des logiques d’acteurs. Ce livre collectif de commande, qui n’est pas le résultat d’un colloque ou de séminaires, manque de ce fait de cohérence géopolitique. L’article d’introduction de Tristan Mattelart brasse de nombreux thèmes (censure, agences internationales de vidéos, satellites, Internet, agrégateurs, blogueurs, diplomatie publique, etc.). Il est difficile de savoir s’il s’agit d’un cadrage théorique ou d’un descriptif exhaustif des avancées bibliographiques nord-américaines sur le sujet. D’autant que ces thèmes sont absents de la plupart des textes qui suivent.

2Ainsi, Dominique Marchetti livre un texte classique de « couverture de l’actualité “turque” par les médias français ». Il pointe le rôle des agences et des correspondants étrangers pour évoquer « une couverture réduite et événementielle » (p. 91). Romain Leclerc ne se fait guère innovant depuis nos propres travaux (cités et largement utilisés) sur France 24. Mohammed El Oifi se penche sur un média à qui il est attribué « à tort ou à raison autant d’influence […] al Jazeera » (p. 131). Pointant le « basculement dans les rapports de force entre les gouvernants et les médias » (ibid.), il esquisse une salutaire géopolitique de l’information absente jusque-là. Il met en évidence un jeu complexe de la chaîne qui repose autant sur son influence que sur l’occupation d’un espace panarabe qu’elle a contribué à créer, tout en maintenant son autonomie — certes relative — envers le pouvoir qatari.

3Ce même jeu est palpable dans la description par Hasna Hussein des « présentatrices dans la géopolitique des chaînes d’information en continu panarabes ». Qu’il en aille de la diffusion du « “modèle libanais” de présentatrice », qui influence jusqu’à Al Jazeera, ou de celle des « télévisions offshore saoudiennes », autrement dit « à majorité libanaise et chrétienne » (p. 163), Hussein met en place une interaction géopolitique médiatique et sociétale au sein d’un espace arabe en édification. Gustavo Gomez-Mejia apporte le même éclairage à propos des « projections géopolitiques de la chaîne TeleSur ». Il présente bien les différentes échelles de compréhension de cette télévision particulière, à l’échelle vénézuélienne (le Qatar sud-américain au moment du lancement de la chaîne) aussi bien qu’américaine (derrière l’Alternative bolivarienne pour les Amériques — ALBA) et internationale (alliance avec Al Jazeera, jusqu’en 2011, puis la Syrienne Al Mayadeen). À noter que Gomez-Mejia est le seul à reprendre l’opposition Nord-Sud, mais seulement parce qu’il détourne une formule d’un artiste uruguayen (p. 169 et deuxième note en bas de page) !

4Ilya Kiriya s’interroge sur « Russia Today comme dispositif diplomatique de la Nouvelle Russie ». Il avance l’idée géopolitique de « couverture alternative des événements » (p. 202) qui caractérise la télévision russe, mais également les chaînes précédemment exposées. Autant dire que cette idée convient aussi à Jiangeng Sun, dans son chapitre sur la Chinoise CNC World. Présentation bienvenue tant elle replace dans son contexte historique cette chaîne. Elle a « vocation à se développer prioritairement en direction des zones Asie-Pacifique et Amérique du Nord », mais aussi du « continent noir » (p. 215). Elle le fait au moyen d’« un journalisme de prudence », marque de sa ligne éditoriale aussi bien que du recrutement de ses journalistes et de ses experts. Daya Thussu expose les tentatives de l’Inde de suivre l’exemple international de la Chine. « Membre co-fondateur du mouvement des Non-alignés » (p. 241), l’Inde cherche toutefois d’abord à organiser son paysage informationnel national.

5Sans que l’on sache pourquoi, l’article d’Olivier Koch, consacré au « nouveau paradigme de la diplomatie américaine », ferme cet inventaire à la Prévert, alors qu’il traite du « nouveau dispositif d’information transnationale, le Middle East Television Network » (p. 247) et d’« Al Hura, la voix des États-Unis dans l’espace médiatique panarabe » (p. 248).

6On referme donc cet ouvrage avec un sentiment d’inachevé. De géopolitique de l’information, il n’en fut pas question. L’utilisation de concepts échappés des années 1970 (État, Nord-Sud, « non-alignés »), voire de concepts mal compris, par traduction littérale de l’américain, des années 1990 (diplomatie publique), fait passer les auteurs à côté des notions plus contemporaines d’influence ou de guerre de l’information (en anglais ou en arabe), plus économiques d’ambivalence entre proposition et compétitivité ou de concurrence. Plus généralement, certains auteurs se réfèrent au soft power, concept qui aurait mérité un article introductif à lui tout seul ! D’autres revendiquent des données datant d’une dizaine d’années ou n’intègrent pas des mutations médiatiques pourtant profondes (la prise de contrôle de la rédaction arabe d’Al Jazeera par les Frères musulmans n’est pas mentionnée, alors qu’elle est notable depuis qu’ils ont été expulsés du royaume saoudien en 2013 ; l’accession au pouvoir en Inde du parti nationaliste « du peuple indien », le Bharatiya Janata Party, en 2014).

7Auraient mérité d’apparaître des problématiques autour des questions des médias transnationaux de pays occidentaux (pourquoi manque-t-il la Grande-Bretagne, l’Allemagne, le Japon ?) et de ceux des nouveaux pays « totalitaires », de la territorialisation des couvertures en fonction des crises actuelles (pourquoi toutes les chaînes traitées dans cet ouvrage ont-elles créé un canal en arabe ?), autour « des conditions de production [de l’information internationale] au carrefour de l’espace national d’émigration de l’information […], de l’espace transnational des “grossistes” et de l’espace national d’immigration » (p. 104) et d’une actualité criante dans le cadre du processus de radicalisation d’une partie de la jeunesse européenne immigrée de la troisième génération. Toutes ces questions auraient pu être posées à travers le prisme des sciences de l’information et de la communication !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérald Arboit, « Olivier KOCH et Tristan MATTELART (dir.) (2016), Géopolitique des télévisions transnationales d’information », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le , consulté le 18 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7490

Haut de page

Auteur

Gérald Arboit

Gérald Arboit est docteur habilité en histoire contemporaine, directeur de recherche, Centre français de recherche sur le renseignement, Paris. Courriel : arboit@cf2r.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals