Navigation – Plan du site
Lectures

Normand LANDRY et Anne-Sophie LETELLIER (dir.) (2016), L’éducation aux médias à l’ère numérique. Entre fondations et renouvellement

Montréal, Presses de l’Université de Montréal
Candide Achille Ayayi Kouawo
Référence(s) :

Normand LANDRY et Anne-Sophie LETELLIER (dir.) (2016), L’éducation aux médias à l’ère numérique. Entre fondations et renouvellement, Montréal, Presses de l’Université de Montréal

Texte intégral

1L’ouvrage collectif dirigé par Normand Landry et Anne-Sophie Letellier porte sur la thématique de l’éducation aux médias, et ce, dans une société où les technologies numériques sont omniprésentes. Dès l’introduction, les auteurs nous immergent dans une société hautement médiatisée où, à travers les réseaux numériques, nous avons accès à de multiples services. Il est donc impératif de poser un regard critique sur ces nouveaux médias, sur l’information, sur les pratiques et sur les attitudes qui y sont véhiculées. Où et comment acquérir les aptitudes pour s’épanouir dans ce monde connecté si ce n’est à travers l’éducation aux médias, qui est « la somme des processus pédagogiques et des enseignements qui visent à l’apprentissage des compétences et des savoirs sur les médias en tenant compte de problématiques et d’objectifs sociaux, politiques et culturels déterminés » (p. 9) ?

2L’éducation aux médias n’est pas toujours inscrite dans les curriculums des écoles à travers le monde. Cela accroît la pertinence du livre, car l’école, par ses missions, doit amener les élèves d’aujourd’hui, adultes de demain, à poser un regard critique sur des contenus véhiculés par ces supports numériques multimédias, qui associent textes, images fixes et vidéos.

3Littératie médiatique ou littératie numérique, tel est le concept central de l’ouvrage qui renvoie à un ensemble de compétences nécessaires pour lire, comprendre, évaluer et produire des contenus médiatiques que l’on peut consulter et modifier, grâce à des dispositifs en ligne. Les auteurs nous offrent l’occasion de nous rendre compte de l’importance de l’éducation aux médias à travers les deux parties qui composent le livre. La première partie, intitulée « Entre théorie et pratique », nous donne les connaissances nécessaires pour maîtriser le concept de l’éducation aux médias, les fondements théoriques et les compétences attendues pour la maîtrise de ces médias numériques. La seconde partie, « Perspectives et enjeux », présente des écrits sur l’éducation critique aux médias, sur le lien entre la notion de citoyenneté et l’éducation aux médias, sur le pouvoir des médias, sur les représentations des genres dans les médias, sur la vie privée en tant que concept-clé de l’éducation aux médias et sur la notion de littératie technologique. En somme, outre une introduction et une conclusion, 12 chapitres composent le livre qui rassemble les contributions de 15 auteurs.

« Entre théorie et pratique »

4Six chapitres forment la première partie du livre, intitulée « Entre théorie et pratique ». Il s’agit pour les huit auteurs de répondre aux questions portant sur l’histoire de l’éducation aux médias, sur les principaux concepts théoriques, sur les programmes de formation ainsi que sur les défis pédagogiques et les défis que les éducateurs sont appelés à relever dans leurs pratiques.

5À la suite d’un survol historique de l’éducation aux médias au Canada (Carolyn Wilson et Michael Hoechsmann), les fondements théoriques de ce concept sont présentés au lecteur dans les deux premiers chapitres. Commencée dans les années 1960, l’éducation aux médias, au Canada, a émergé parallèlement aux préoccupations concernant la présence envahissante de la culture populaire américaine. Au fil du temps, le contenu des formations a évolué de façon importante, grâce au travail d’enseignants qui sont à l’avant-garde du mouvement. Depuis, du chemin a été parcouru et le Canada a atteint une ère de maturité au XXIe siècle. Dans le chapitre 2 (Christian Agbobli), les fondements théoriques de l’éducation aux médias sont présentés. Le chercheur nous précise dès le départ que la notion d’éducation aux médias souffre d’une imprécision terminologique. Un tableau des fondements théoriques de l’éducation aux médias est dressé. La question de la littératie médiatique multimodale est également posée. Après une exposition des concepts fondamentaux rattachés à cette littératie, l’auteure du chapitre 3 (Monique Lebrun) fait la revue des activités que l’on peut réaliser dans une salle de classe en combinant des modes linguistique, visuel et sonore. Dans le chapitre 4, Mathieu Bégin et Normand Landry traitent des ancrages curriculaires de l’éducation aux médias dans les écoles québécoises. L’éducation aux médias à l’école est et devrait fondamentalement demeurer un projet d’initiation à la vie démocratique, et non pas seulement une entreprise de formation des jeunes à l’usage professionnel et commercial de techniques de production médiatique. Le chapitre 5 (Mario Richard) est consacré à la nouvelle génération dite génération numérique, qui posséderait des habiletés naturelles pour construire ses connaissances à partir des informations puisées dans le monde virtuel. Sont mises en évidence dans cette section les répercussions de ce phénomène dans le milieu scolaire et sur la pédagogie. Enfin, pour clore cette première partie, le chapitre 6 (Thierry Plante) dresse le portrait des défis qui attendent les éducateurs dans un monde où le jeune n’est plus un simple consommateur des contenus médiatiques, mais où il devient créateur et diffuseur d’informations pouvant toucher un public à l’échelle mondiale.

6La lecture de cette première partie offre aux lecteurs un corpus de savoirs sur l’éducation aux médias et les différents concepts qui y sont liés. Il s’agit d’une véritable immersion dans les possibilités qu’offrent les médias numériques en contexte pédagogique. L’enseignant ou le chercheur y comprend comment se situer à l’égard de la littératie numérique ; en somme, il voit comment l’école doit amener les apprenants à maîtriser l’utilisation de la lecture et de l’écriture hypertextuelle et multimodale.

« Perspectives et enjeux »

7« Perspectives et enjeux », tel est le titre de la seconde partie du livre, constituée de six chapitres écrits par sept auteurs. Plusieurs questions sont abordées dans cette section. Les contributions des différents auteurs apportent des éclairages sur le regard critique que nous devons poser sur l’éducation aux médias. Sont aussi traités la notion de citoyenneté en éducation aux médias, la notion de genre, la vie privée ainsi que le rôle de l’éthique et de la déontologie journalistique dans la qualité de l’information. Enfin, des expériences sont partagées.

8Le chapitre 7 (Raymond Corriveau), intitulé « Éducation aux médias et citoyenneté », ouvre la seconde partie du livre. Les approches en littératie médiatique sont nombreuses et, de manière générale, elles ont toutes une composante de la formation à la citoyenneté. Pour arriver à former les élèves à une citoyenneté réflexive, il faut non seulement renforcer les compétences des enseignants, mais aussi offrir l’enseignement d’une didactique de l’éducation aux médias. Le chapitre 8 (Simon Trembaly-Pepin) nous amène à poser un regard critique sur les médias d’information. Son titre, « Apprendre à douter des médias », nous situe à l’égard de ce quatrième pouvoir. À partir de quelques réflexions critiques sur les médias, l’auteur nous amène à comprendre le pouvoir des médias, à voir au travers de leurs autojustifications complaisantes et à mettre les médias dans le contexte de notre société. Nombreux sont les clichés et les stéréotypes véhiculés par les médias. À partir de l’analyse d’une émission de télévision, dans le chapitre 9 Martine Delvaux déconstruit les représentations des genres dans les médias et examine les mécanismes par lesquels la femme et son apparence sont présentées dans cette émission en particulier. Il est impossible, dans un contexte pédagogique, de comprendre et d’utiliser les technologies médiatiques si l’on ne maîtrise le fonctionnement de ces technologies, si l’on ne saisit pas la façon dont elles communiquent et les processus de contrôle qui leur sont appliqués. Tel est le point central du chapitre 10 (Anne-Sophie Letellier), qui traite de la littératie technologique. Enfin, la vie privée des jeunes en ligne ainsi que les politiques et les principes éthiques sont au cœur des deux chapitres qui viennent clore cet intéressant livre sur l’éducation aux médias à l’ère numérique. La vie privée est un concept-clé en éducation aux médias. Les auteures du chapitre 11 (Leslie Shade et Tamara Shepherd) présentent cette notion à la lumière des lois au Canada et mettent en évidence les actions pouvant être entreprises par les éducateurs qui veulent traiter de l’éducation à la vie privée numérique. Dans le chapitre 12 (Guy Amyot), la question de la déontologie des journalistes est abordée. Il est important de souligner qu’aujourd’hui, le public est à la fois récepteur et émetteur. Comment s’y retrouver ? Dans une optique d’éducation aux médias, quelles sont les notions qu’il faut maîtriser avant d’aborder de façon critique l’information qui circule dans les différents médias ? Telles sont questions auxquelles l’auteur a répondu dans ce chapitre.

9La seconde partie du livre vient nous donner des exemples concrets d’éducation aux médias dont peuvent s’inspirer chercheurs et praticiens pour une initiation à l’éducation aux médias, mais aussi pour des recherches portant sur cette thématique. Pour reprendre les auteurs, nous dirons que l’éducation aux médias s’impose désormais comme une nécessité.

10En conclusion, mentionnons que le présent ouvrage est accessible à tous ceux qui s’intéressent à l’éducation aux médias, c’est-à-dire les enseignants, les étudiants et les chercheurs. Nous le recommandons aussi aux responsables des écoles qui souhaitent offrir aux élèves un programme d’éducation aux médias. Nous pouvons regretter dans l’ouvrage l’absence de recherches ou d’expériences relatives à d’autres pays que le Canada. Nous aurions pu, grâce à un contenu plus diversifié, enrichir les connaissances que nous avons sur cette science très peu enseignée dans nos établissements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Candide Achille Ayayi Kouawo, « Normand LANDRY et Anne-Sophie LETELLIER (dir.) (2016), L’éducation aux médias à l’ère numérique. Entre fondations et renouvellement », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le , consulté le 19 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7492

Haut de page

Auteur

Candide Achille Ayayi Kouawo

Candide Achille Ayayi Kouawo est technopédagogue et enseignant-chercheur, il est membre du Laboratoire des sciences de l’éducation et de la formation de l’Institut national des sciences de l’éducation (INSE) de l’Université de Lomé, au Togo. Courriel : kouawo@clapnoir.org

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals