Navigation – Plan du site
Lectures

Marie-Claude LAROUCHE, Jason LUKERHOFF et Stéphane LABBÉ (dir.) (2017) Regards interdisciplinaires sur les publics de la culture

Québec, Presses de l’Université du Québec
Irina Kirchberg
Référence(s) :

Marie-Claude LAROUCHE, Jason LUKERHOFF et Stéphane LABBÉ (dir.) (2017) Regards interdisciplinaires sur les publics de la culture, Québec, Presses de l’Université du Québec

Texte intégral

1Les chercheurs du Laboratoire interdépartemental de recherche sur les publics de la culture (LRPC), créé en 2015 et rattaché au Département de lettres et communication sociale de l’Université du Québec à Trois-Rivières, ont déjà organisé plusieurs manifestations scientifiques parfois prolongées par la publication de recueils d’articles (Barraband, Bellemare et Grenier, 2017). L’ouvrage dirigé par Marie-Claude Larouche, Jason Lukerhoff et Stéphane Labbé s’inscrit dans cette dynamique. Ce collectif rassemble une partie des textes de communications tenues lors du colloque « Regard sur les publics de la culture. Esthétique, communication et éducation, théories et méthodes » (Université du Québec à Montréal, 2016). Donnant corps à l’interdisciplinarité annoncée dans le titre de l’ouvrage, les articles, majoritairement écrits à plusieurs mains (jusqu’à cinq coauteures et coauteurs), sont donc des collaborations de chercheurs issus de champs disciplinaires distincts. Ce livre témoigne ainsi des ambitions scientifiques des membres du LRPC qui souhaitent faire « place à des chercheurs et des collaborateurs désireux de réfléchir aux cadres épistémologiques permettant d’appréhender le champ culturel et ses publics1 ». À la lecture des notices biographiques, on entrevoit les échanges et les débats théoriques qu’ont pu susciter de telles collaborations. On s’imagine aisément les 26 collaborateurs de ce collectif s’exclamer au cours de leurs discussions et comme en anticipation à la préface de cet ouvrage : « Vous avez dit culture ! » En effet, c’est à partir de cette interpellation que Bernard Schiele retrace les multiples conceptions historiques de la notion de culture depuis les années 1970 et nous introduit aux réflexions développées par les collaborateurs.

  • 2 Comme Vincent Kaufmann (2017), on pourrait également interroger les effets de cette reconnaissance (...)

2Les quatre premiers articles de cet ouvrage abordent les conditions d’intégration de la dimension culturelle dans les lieux d’enseignement. Mathilde Barraband consacre le premier chapitre de l’ouvrage à l’analyse de l’ouverture du curriculum de l’histoire littéraire aux répertoires contemporains ou populaires. L’auteure retrace, depuis le milieu du XIXe siècle jusqu’à nos jours, l’histoire de l’institutionnalisation des lettres modernes au sein des universités et des centres d’études supérieures. Si elle fait émerger les points de rencontre rendus progressivement possibles entre ce corpus contemporain et des lecteurs/étudiants/chercheurs, elle met aussi en garde contre ses dérives. Ces formations accompagnent-elles la professionnalisation de lecteurs « contemporains » ou l’employabilité « d’animateurs et de commentateurs de la culture actuelle » (p. 22)2 ? Seule une étude des critères de choix appliqués à ces objets culturels par les formateurs et des façons dont ces derniers les mobilisent dans le cadre de l’accompagnement des étudiants permettrait de répondre à ces questions. C’est précisément à cette exploration que se livrent Denis Simard, Héloïse Côté et Érick Falardeau en prenant pour terrain d’enquête les classes de français première langue au secondaire. Le second point de leur développement retient particulièrement l’attention : il montre que ce ne sont pas tant les œuvres comme repères culturels que leur capacité à servir de support à la transmission d’un rapport scolaire à la culture (visées de distanciation, de pertinence, etc.) qui préside aux choix de corpus réalisés par les enseignants. On retrouve chez cette population étudiée le balancement entre les techniques d’esthétisation du populaire et de popularisation du savant que pointait Florence Eloy (2015) dans une enquête sur le rapport entre culture juvénile et culture scolaire dans l’enseignement de la musique au collège.

3L’étude des liens entre éducation formelle et informelle dans le rapport entretenu avec la culture est au cœur du chapitre 4. Olivier Champagne-Poirier, Ghislain Samson, Pierre Chastenay et Jason Luckerhoff interrogent les liens, et les hiérarchies qu’établissent les enseignants entre l’école et le musée. La porosité entre ces différents lieux de savoir est également examinée. Quels dialogues et quelles complémentarités se créent entre ces instances de socialisation culturelles aux yeux des enseignants ? La réflexion avait été amorcée par Marie-Claude Larouche, Denis Simard, Katryne Ouellet, Mélanie Deveault et Mathieu Thuot Dubé dans le texte précédent à partir de l’analyse du cas de la plateforme ÉducArt. Si d’autres enquêtes ont déjà montré que dans un « écosystème du contenu encombré » (Desjardins, 2016) la gageure de l’utilisation des dispositifs numériques de diffusion des contenus muséaux repose dans leur découvrabilité, ces cinq auteurs se concentrent ici sur la capacité de ces outils numériques à devenir des supports pédagogiques pour le personnel enseignant. Les auteurs dressent le panorama des éléments favorisant ou contraignant l’appropriation des ressources muséales numériques par le personnel enseignant (notamment les ressorts d’une indexation efficace des objets culturels référencés sur ces plateformes) et proposent des pistes pour repenser les modalités de création de ces outils.

4La réflexion au cœur des quatre premiers chapitres se clôt pertinemment par le texte d’Héloïse Côté, Denis Simard et Marie-Claude Larouche, qui analysent les relations de plus en plus étroites entre le ministère de l’Éducation et le ministère de la Culture au Québec entre 1961 et 2007. Outre son intérêt didactique pour qui s’intéresse aux politiques culturelles et éducatives québécoises, ce travail met en lumière les conséquences du rapprochement de ces deux ministères sur le travail des enseignants.

5Le point de départ aux propos des chapitres 6, 8 et 9 de ce livre repose sur le constat d’une « course à l’audience » (p. 137) qui s’insinue dans les institutions culturelles depuis les années 1980. Les auteurs de ces textes n’en exploitent pas pour autant les mêmes veines de recherche. Dans « Les non-publics des musées d’art », Marie-Pierre L. Nadeau, Marie-Claude Lapointe et Jason Luckerhoff s’interrogent sur l’échec relatif des politiques muséales de développement de public auprès des jeunes de 15 à 24 ans. Ils mettent en évidence les réticences de ces jeunes à se rendre aux musées malgré les stratégies de marketing et la « dynamique communicationnelle » (Jacobi, 1997 : 9) adoptées par les musées.

6Dans le chapitre « La perception de l’amélioration continue en contexte muséal », Marie-Chantal Falardeau, Pascal Forget et Jason Lukerhoff se demandent pour leur part comment arriver à concilier la logique de marché à laquelle doivent faire face les musées et l’amélioration de l’expérience des visiteurs. Ils proposent de s’inspirer des approches d’amélioration continue ayant déjà fait leurs preuves dans certains secteurs publics et s’interrogent sur la capacité et l’envie du personnel des musées à s’investir dans ces pratiques.

7Dans la lignée de l’article précédent, le champ lexical emprunté par Stéphane Labbé et Jacques Lemieux dans le texte « L’offre et les usages des bibliothèques publiques autonomes québécoises » se fait l’écho de la logique de marché qui touche le champ culturel. Labbé et Lemieux proposent « une analyse des variations territoriales des principaux indicateurs de performance de l’offre et des usages des bibliothèques publiques autonomes du Québec » (p. 153) basée sur une typologie territoriale des municipalités conçue en 2017 (Labbé et Poirier, 2017). Celle-ci permet de mieux comprendre les disparités en matière d’offre et d’usages de ces établissements en fonction de leur implantation territoriale.

8C’est la nature du rapport entretenu par les individus avec la culture qui traverse enfin les quatre articles qui n’ont pas encore été évoqués. Virginie Soulier porte son attention sur les camps d’internement de la Retirade de 1939. Le processus de mise en mémoire et de patrimonialisation de ce pan d’histoire met à contribution des « témoins-publics » (p. 132) qui endossent, parfois simultanément, les rôles de « fabricants du patrimoine, de médiateurs et de visiteurs » (p. 116). Constatant la proximité temporelle entre ces « témoins » et le processus de reconstruction historique en cours, l’auteure examine les dimensions communicationnelles de la patrimonialisation.

9Mélanie Grenier étudie « l’acte de lecture » (p. 181) et se donne pour objectif de faire apparaître les conditions de possibilité de l’élaboration d’un texte écrit en objet mental cohérent. Elle porte son attention sur l’actualisation constante entre l’action déployée par les lecteurs de l’ouvrage pour (en détournant la formule de Foucault, 1969) « être lecteur » et la puissance performative des « prises » offertes par le texte. L’argumentation de l’article n’est pas sans rappeler les réflexions des tenants de l’anthropologie symétrique (Latour, 1991) qui confèrent aux objets culturels le statut d’« actants » dans la relation que leurs amateurs entretiennent avec eux.

10Dans le chapitre 11, Suzanne Foissy, Hervé Guay et Pascale Marcotte explorent la portée heuristique de « la notion d’expérience en philosophie, en théâtre et en tourisme » pour l’étude des relations que les publics entretiennent avec la culture. Ce retour épistémologique sur l’« expérience » ajoute à la compréhension du passage du terme « public » à « publics », au pluriel, effectué dans les sciences sociales dans les années 1980 (Donnat, 2017). La démonstration attire l’attention sur les différences entre l’expérience individuelle (ou personnalisée) et les récurrences collectives des composantes de l’expérience (par exemple la triade attention-émotion-plaisir de l’esthéticien Jean-Marie Schaeffer ou la succession de ses cycles temporels pour ce qui est du tourisme).

  • 3 On retrouve dans cet intérêt pour les « bricolages méthodologiques des sociologues » une thématique (...)

11Le dernier chapitre, consacré à « l’étude des pratiques de visites aux musées », n’a de cesse de montrer à quel point les méthodologies d’enquête sont tributaires des façons dont on pense le rapport des individus à la culture. Séverine Dessajan et Olivier Thévenin appellent donc de leurs vœux l’élaboration de méthodes d’enquête3 qui permettent d’approcher ces visiteurs concevant la « culture comme ouverte, libérale, éclectique, tolérante, susceptible d’intégrer un grand nombre d’activités » (p. 220).

12Pour conclure, en s’adressant aux professionnels de la culture et en mobilisant des auteurs issus du monde universitaire entretenant ou ayant parfois entretenu un rapport étroit (comme formateur, conservateur, médiateur) avec cet univers professionnel, l’ouvrage favorise l’élargissement des publics intéressés par les résultats de la recherche scientifique. Même si l’on peut regretter que les lignes de force théoriques de ce collectif se perdent parfois dans la diversité des thématiques abordées, ces textes ont pour atout d’être conçus comme autant de leviers devant permettre aux membres des organismes culturels de repenser leurs pratiques.

Haut de page

Bibliographie

BARRABAND, Mathilde, Ariane BELLEMARE et Mélanie GRENIER (2017), Publics de la culture : perspectives croisées sur la réception et la médiation : actes de colloque. [En ligne]. https://retro.erudit.org/livre/publicsculture/2017/index.htm. Page consultée le 12 janvier 2018.

DESJARDINS, Danielle (2016), Découvrabilité : vers un cadre de référence commun – Volet 2 : le parcours de l’auditoire, rapport du Fonds des médias du Canada, Ottawa.

DONNAT, Olivier (2016-2017), « La question du public d’un siècle à l’autre », Culture et recherche, 134 : 6-8.

ELOY, Florence (2015), Enseigner la musique au collège. Cultures juvéniles et culture scolaire, Paris, Presses Universitaires de France, Coll. « Éducation et société ».

FOUCAULT, Michel (1969), « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Bulletin de la Société française de philosophie, 63(3) : 73-104.

JACOBI, Daniel (1997), « Les musées sont-ils condamnés à séduire toujours plus de visiteurs ? », La lettre de l’OCIM, 49 : 9-14.

KAUFMANN, Vincent (2017), Dernières nouvelles du spectacle. Ce que les médias font à la littérature, Paris, Seuil.

LABBÉ, Stéphane et Christian POIRIER (2017), « La culture et les territoires locaux : le développement d’une typologie locale dans le champ culturel », dans Serge BELLEY et Diane SAINT-PIERRE, L’administration locale des territoires et les instruments de l’action publique, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 333-362.

LATOUR, Bruno (1991), Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1 [En ligne]. http://lrpc.ca/. Page consultée le 24 octobre 2017.

2 Comme Vincent Kaufmann (2017), on pourrait également interroger les effets de cette reconnaissance institutionnelle immédiate sur le statut social des auteurs contemporains.

3 On retrouve dans cet intérêt pour les « bricolages méthodologiques des sociologues » une thématique chère aux chercheurs du Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS) auquel sont rattachés les auteurs de ce texte. « Le sociologue bricoleur », Journée d’étude, Calenda, publié le vendredi 4 novembre 2011. [En ligne]. http://calenda.org/205977. Page consultée le 25 octobre 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irina Kirchberg, « Marie-Claude LAROUCHE, Jason LUKERHOFF et Stéphane LABBÉ (dir.) (2017) Regards interdisciplinaires sur les publics de la culture », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le 26 février 2018, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7496

Haut de page

Auteur

Irina Kirchberg

Irina Kirchberg est postdoctorante et membre de l’équipe de sociomusicologie du Laboratoire Musique, histoire et société (LMHS) de l’Observatoire interdisciplinaire de création et de recherche en musique (OICRM) à la Faculté de musique de l’Université de Montréal. Courriel : irinakirchberg@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals