Navigation – Plan du site
Lectures

Marcienne MARTIN (2016), A Name to Exist: The Example of the Pseudonym on the Internet

Cambridge, Cambridge Scholars Publishing
Sandra Lhafi
Référence(s) :

Marcienne MARTIN (2016), A Name to Exist: The Example of the Pseudonym on the Internet, Cambridge, Cambridge Scholars Publishing

Texte intégral

1Le présent ouvrage s’inscrit dans la lignée des publications de Marcienne Martin, qui traitent pour la plupart des spécificités de la communication médiatique dans la société moderne et des modifications engendrées par la propagation d’Internet. En s’intéressant aux relations tissées entre sphères publique et privée, Martin se pose à présent la question de l’influence de la sphère privée des internautes dans leur choix d’un autonyme approprié (p. XV). La discussion se fait sur un fond théorique intégrant essentiellement des aspects sémiotiques (genèse de l’autonyme), anthropologiques (construction identitaire), culturels (influence de l’environnement sur le comportement et les choix de l’individu), sociologiques (intégration et fonctionnement de l’individu en société), sémantiques (champs sémantiques), pragmatiques et médiatiques (différentes formes de communication selon les médias).

  • 1 Le nom propre signale l’appartenance du sujet à la société civile et, à l’ère du numérique, le pseu (...)

2Le chapitre 1 (« Naming the objects of the world ») dresse le tableau des différents procédés de création lexicale. Martin se penche d’abord sur la genèse de l’individualisme, lequel remonte au XVIIIe siècle (le Siècle des lumières) et s’est vu renforcé par les avancées de la psychologie au XIXe siècle (Sigmund Freud, Alfred Adler) qui ont contribué à la prise de conscience de l’unicité de tout être humain. Or, selon l’auteure, c’est justement l’attribution d’un nom à un individu qui lui confère une identité propre, laquelle lui permettra d’exister réellement. À l’inverse, une fois le nom attribué et l’unicité « scellée », l’individu, par ses actions et ses comportements, influencera à son tour le nom qui lui a été attribué (cf. les connotations négatives de certains noms — de criminels par exemple — et la possibilité de changer légalement de nom). Par ailleurs, l’individu fait toujours en même temps partie d’un groupe (société, sous-groupes) et le nom qu’il porte signale le type d’appartenance (par exemple nom de jeune fille et nom de famille du mari). Sur Internet, tout utilisateur pourra choisir, à côté de son anthroponyme « réel », divers pseudonymes, selon les situations de communication virtuelle qu’il intégrera : « The nomen proprium signals the belonging of the subject to civil society and, in the digital age, the pseudonyms signals the belonging of the user to the virtual society of the Internet1 » (p. 24). Nous avons donc affaire à une construction identitaire de plus en plus complexe, s’adaptant aux nouvelles technologies :

  • 2 Comme nous l’avons vu précédemment, au sein de la société civile, c’est la loi qui donne vie à l’in (...)

As we have previously seen, in civil society, it is the law that gives life through the nomen proprium and surname, while on the Internet, the rule consists of taking a nomen falsum that will be the virtual identity of the user of this media and is essential for the enrollment in a particular forum or chat room2 (p. 40).

  • 3 En effet, c’est le « je » qui s’assigne un nom, qui opte pour le statut de masque placé sur son ide (...)
  • 4 Certaines clés d’un « mensonge révélateur » (traduction de l’auteure).
  • 5 La nouvelle interdépendance électronique recrée le monde à l’image d’un village planétaire (traduct (...)
  • 6 Il apparaît que le « réseau des réseaux » (Internet) est une sorte de « village planétaire », sans (...)
  • 7 En communiquant « aveuglément » avec l’autre, situé aux antipodes, l’internaute a le sentiment que (...)

3Martin décrit l’évolution des anthroponymes en France, en insistant sur le fait que la forme « Prénom + Nom de famille » est un phénomène « relativement récent ». Au système moyenâgeux privilégiant la variante « Nom » se substituera la variante « Prénom + Surnom [anglais “nickname”] » (par exemple « Pierre Le Jeune »), remplacée plus tard par la variante répandue de nos jours « Prénom + Nom ». Quant aux alias sur Internet, ils reflètent souvent une création ludique, menée par l’individu lui-même et non par la communauté « d’accueil ». À la différence des surnoms moyenâgeux inspirés de caractéristiques réelles attribuées à tel ou tel individu (taille, caractère, âge, etc.), le pseudonyme sur Internet a ceci de particulier qu’il s’apparente à un « masque », permettant de préserver l’anonymat (une pratique qui n’est pas réservée au monde virtuel, comme en témoignent les pseudonymes de certains résistants lors de la Seconde Guerre mondiale). Et l’internaute pourra multiplier les identités virtuelles, tout en gardant son identité officielle comme point stable : « Indeed, it is the “I” who calls itself, takes the status of mask placed on the official identity3 » (p. 38). La construction de l’identité virtuelle étant intentionnelle, elle permet à l’internaute de jongler entre l’anonymat et l’identité choisie qui révèle de façon subtile (cf. « some clues of “lying true”4 », ibid.) certains traits jugés importants (émotions, tendances politiques, âge, etc.). Ce jeu subtil entre sphère privée et anonymat, entre proximité et distance, est favorisé par le type de communication instauré par la propagation du réseau Internet, ce que Marshall McLuhan a désigné en 1962 par la notion de village global : « The new electronic interdependence recreates the world in the image of a global village5 » (McLuhan, 1962 : 31). L’on s’étonne quelque peu, à la page 42, de l’attribution de cette notion à Philippe Breton — « […] it appears that the “network of networks” (Internet) is a kind of a “global village” without borders, without law, without constraint. (Breton, 2000 : 57)6 » — sans mention aucune du père de la célèbre métaphore… Martin fait également allusion à la distance proxémique (« proxemics distance »), en invoquant l’anthropologue Edward T. Hall (p. 43) ; la notion est décrite comme issue de ses propres travaux antérieurs et elle est définie comme suit : « Communicating “blind” with the other, situated at the Antipodes, the Internet user has the feeling that he is near. Just a click away, you might say7 » (p. 44). Ne s’agit-il pas là d’une paraphrase de l’idée du global village de McLuhan ?

4Afin de répondre à la question initiale (rôle de la sphère privée dans la sélection du pseudonyme sur Internet), l’auteure s’appuiera sur les résultats de trois enquêtes. La première enquête fait l’objet du chapitre 2 (« The pseudonym in the case of email addresses, forums and chat rooms »). Martin rappelle que la transmission d’informations est une fonction universelle, inhérente à toute forme de communication. Quatre paramètres, correspondant chacun à un type de contexte (physique, culturel, psychosocial et temporel), sont toujours présents, et c’est leur agencement particulier selon les artefacts (par exemple ordinateur) utilisés qui engendre une constellation communicative spécifique. En outre, la régulation des différentes situations de communication est fondamentale au sein de la société. La standardisation de la structure de l’adresse pour les courriers en France métropolitaine en est une belle illustration. Compte tenu du développement informatique croissant, la normalisation des indications postales (identité du destinataire, numéro et libellé de la voie, code postal et localité, etc.) vise une distribution du courrier plus efficace, grâce à une saisie automatique de l’adresse. Par ailleurs, le monde numérique s’est inspiré de la lettre traditionnelle et a généré le message électronique (email) : mais la numérisation et les particularités des formes de communication qu’elle implique (cf. supra le global village) vont de pair avec des modifications centrales des paramètres en jeu :  

  • 8 Contrairement au message traditionnel, l’on peut envoyer des messages électroniques à tout moment d (...)

Unlike traditional mail, you can send emails at whatever the time of day and night and the time zone of your place of dispatch. Your recipient will see it as soon as he connects to his inbox. You can append attachments to your email (text files or images) which are limited in terms of « weight »8 (p. 55).

  • 9 L’analyse de l’enquête présentée […] montre que les pratiques sociales mises en œuvre sur Internet (...)

5Après ces remarques préliminaires, Martin présente les résultats d’une petite enquête menée à Montpellier en 2010, sur la base de questionnaires remplis par 100 informateurs et visant l’analyse de la formation des adresses email. Compte tenu de l’incomplétude de plusieurs questionnaires et de l’analyse superficielle des résultats obtenus (il s’agit plus d’une paraphrase des réponses obtenues que d’une réelle analyse), l’on s’interroge sur la représentativité de l’étude, dont la conclusion mériterait d’être approfondie : « The analysis of the survey presented […] shows that social practices initialized on the Internet have to do with those taking place in civil society, but they also differ9 » (p. 68).

  • 10 La société numérique ouvre un paradigme sociétal entièrement nouveau (traduction de l’auteure).
  • 11 Quoi qu’il en soit, l’utilisateur doit, indépendamment du type d’interaction communicationnelle, ch (...)
  • 12 Le réseau Internet est un sol fertile où la créativité prend forme et grandit de manière exponentie (...)

6Le chapitre 3 (« Taking a name on forums, notebooks (blogs) and online media ») est consacré au sujet annoncé dans le titre A name to exist et vise à mieux cerner les choix des utilisateurs dans la construction d’une identité virtuelle par l’intermédiaire d’un pseudonyme. Avant de présenter les différentes études effectuées, l’auteure rappelle une fois encore les particularités contextuelles des plateformes sur Internet, en soulignant la double identité impliquée : « Digital society opens a completely new societal paradigm10 » (p. 73). « Whatever it might be, the user is required, regardless of the type of communicative interaction, to take a pseudonym (nomen fictum) which becomes his virtual identity11 » (p. 74). Ainsi l’internaute, par le choix de son pseudonyme, se convertit en auteur de sa propre fiction, au sein de laquelle il jouera un rôle créé par l’attribution du pseudonyme. Il s’agit alors de détecter les indices révélateurs d’une certaine identité. Les similarités entre l’internaute et l’écrivain sont évoquées à diverses reprises : « The Internet is a breeding ground where creativity takes shape and grows exponentially […]. There are also new scriptural genres that give the user special status that he did not have in civil society12 » (p. 77). Ainsi les blogues ouvrent la porte de l’écriture et de la « célébrité » à beaucoup qui n’y ont pas accès dans la vie réelle ; les commentaires publiés en dessous des articles en ligne relayent les lettres de lecteurs envoyées d’antan aux journaux en réaction (différée) à un article donné. La numérisation permet des commentaires interactifs, répondant (à court terme) à d’autres commentaires publiés sur le même site.

  • 13 […] il y a une sorte d’antinomie entre l’anonymat répandu sur Internet et la nature du choix anthro (...)
  • 14 Certains autonymes chevauchent deux groupes […]. Il a été nécessaire de faire un choix (traduction (...)
  • 15 Néanmoins, il convient d’ajouter que les anthroponymes choisis par les internautes ne sont pas néce (...)

7L’étude présentée par la suite a été effectuée entre 2002 et 2003, à partir de 300 identités virtuelles sous forme de pseudonymes, dans l’optique de tester l’hypothèse suivante, formulée dans un travail antérieur (non précisé) : « there is a way of antinomy between anonymity in use on the Internet and the nature of the anthroponymical choice13 » (p. 80). En d’autres termes, il semble y avoir une certaine contradiction entre l’anonymat caractéristique de la communication virtuelle et la nature du choix de l’anthroponyme, souvent porteur d’indices révélateurs quant à l’identité réelle de l’utilisateur. À partir du concept d’isotopie d’Algirdas J. Greimas, il s’agira de repérer d’éventuelles régularités sémantiques dans le choix d’un anthroponyme au sein d’un forum donné. Pour pouvoir mener à bien une telle étude, il est important de veiller à l’homogénéité thématique, d’où la sélection de quatre forums traitant respectivement d’un sujet particulier : santé, réchauffement planétaire, indépendance du Québec et jeux Nintendo. Nous discuterons à présent certains résultats de façon plus détaillée. Pour le premier forum (santé), 150 pseudonymes ont été relevés sur le site Doctissimo, dans une rubrique consacrée aux problèmes d’anorexie et de boulimie. L’auteure propose une classification sémantique des pseudonymes sous forme de tableau. Mais l’assignation des pseudonymes à telle ou telle catégorie n’est pas expliquée et ne convainc pas entièrement. Certains choix paraissent même contradictoires : pourquoi ranger par exemple « titesucette » dans la catégorie « santé/nourriture », et non (aussi) dans la catégorie « diminutif » ? Pourquoi ranger alors « titevalerie » parmi les diminutifs et non parmi les anthroponymes ? La catégorie « various characteristics » est une catégorie « fourre-tout », rassemblant des pseudonymes aussi divers que « honey931 » et « alcaponn ». La catégorie « codenames », qui sera relayée dans les études postérieures par la catégorie « cryptonyme », renferme certains pseudonymes qui pourraient être attribués à d’autres catégories susmentionnées : compte tenu de l’internationalité des pseudonymes, « dunn » semble faire allusion à l’allemand « dünn » (« mince ») et serait donc à ranger dans la catégorie « santé/anorexie ou nourishment ». Pourquoi ne pas compter « Vicky » (apocope de Victoria, à valeur hypocoristique), « Croiulette » et « Noplette » (cf. suffixe -ette) parmi les diminutifs ? L’auteure semble remettre elle-même sa catégorisation en cause, lorsqu’elle écrit : « Some autonyms overlap two groups […]. A choice had to be made14 » (p. 92). Mais selon quels critères s’est opéré ce choix ? Par ailleurs, il semble quelque peu hâtif de postuler une influence de l’identité réelle sur le choix de l’identité virtuelle : quel est le type de rapport réellement existant ? Un anthroponyme ne peut-il pas aussi être un code « lexical », utilisé par certains pour intégrer des mondes auxquels ils n’auraient autrement pas accès ? L’auteure semble prendre conscience du problème lorsqu’elle écrit : « Nevertheless, it should be added that anthroponyms chosen by Internet users are not necessarily those used in civilian life15 » (p. 118-119).

  • 16 Cependant, nous soulignons que les indices, aussi bien que les chiffres accompagnant les anthropony (...)
  • 17 « Les Maskass (Maskache au Québec) sont des ennemis communs dans la franchise Mario, apparus pour l (...)
  • 18 « The Nintendo Aurion, also known as the Aurion, is a tenth-generation home console created and dev (...)
  • 19 « Mega Man, un super-robot créé par le Dr Light, doit traverser dix stages différents et battre les (...)
  • 20 « Parfois froussard, parfois courageux, le capitaine Toad se lance dans sa première aventure en sol (...)
  • 21 « Roy is a character from the Fire Emblem series who made his debut in Fire Emblem: The Binding Bla (...)

8Le deuxième forum dont nous commenterons l’analyse de plus près concerne le champ sémantique des jeux Nintendo. L’on retrouve ici aussi des problèmes de recoupement : « jujucambrais » est assigné à la catégorie « origine géographique ». Pourtant, la première partie du pseudonyme comprend un anthroponyme (Julie ou Julien) sous sa forme hypocoristique (Juju). L’assignation de pseudonymes tels que « rudy59 » ou « nyx93 » à la catégorie « geographical origin » semble également discutable : sur la base de quel critère peut-on décider qu’il s’agit d’un numéro de département, et non d’une date de naissance (1993, 1959) ou d’un âge (59 ans) ? L’auteure renforce le doute quand elle écrit : « However, we point out that the indices, as well as the numbers accompanying the anthroponyms offer no guarantee they cover the department number or year of birth. It’s more a presumption16 » (p. 134-135). Ensuite, Martin affirme que la catégorie « the Nintendo universe » ne pose aucun problème d’assignation, mais elle range parmi les cryptonymes les pseudonymes « Maskass solitaire », « Maskash17 », « Aurion18 », « Mega19 », « Toad20 » ou « Roy21 » — pourtant tous issus de l’univers de Nintendo (personnages ou jeux) !

9En ce qui concerne les pseudonymes choisis par des commentateurs du magazine Le Point (en ligne), en réaction à un article évoquant la construction d’une mosquée à côté de l’endroit où les tours jumelles du World Trade Center avaient été détruites lors de l’attentat terroriste du 11 septembre 2001, nous nous interrogeons une fois de plus sur le bien-fondé des assignations respectives. Par exemple, « Alibibi » a dû être assigné à la catégorie « cryptonyme », malheureusement non représentée sous forme de tableau. Pourtant, ce pseudonyme peut être lu de différentes façons et peut être attribué au moins à deux des catégories proposées : « anthroponyme » (« Ali »), « Opinion » (« Alibi »), voire « feelings » avec le diminutif « bibi » rappelant le mot arabe « Habibi », signifiant « chéri ». Il s’agit donc bel et bien d’un pseudonyme porteur de sens, et non d’un cryptonyme indéchiffrable. Le choix des catégories peut paraître discutable : pourquoi ne pas avoir créé une catégorie « références historiques » permettant le regroupement des noms d’empereurs tels que Titus, mais aussi l’intégration de pseudonymes à référence historique tels que « harmaguedon » ou « huguenot », rangés parmi « opinions and feelings » ? Par ailleurs, pourquoi avoir classé « Le pompier » ou « Le psy » parmi « opinions and feelings » ? Le problème semble résider dans le manque de délimitation des différents niveaux d’analyse. En effet, pour garantir un choix objectif, il semble indispensable de différencier entre la formation du pseudonyme en soi, à partir du matériau linguistique (niveau morphologique et lexical ; par exemple suffixes diminutifs ou réduplications), le sémantisme et la contextualisation du pseudonyme (avec toutes les connotations que cela implique), une fois le nouveau mot créé. Cela permettrait d’éviter certains recoupements et de mieux cerner le rôle joué par le matériau linguistique en soi et son « détournement » par un jeu subtil guidé par le forum en question : par exemple, ce n’est que par le biais du contexte large et de la connaissance des nombreux pompiers morts le 11 septembre 2001 que « Le pompier » fait référence à la catégorie « opinions and feelings ».

  • 22 […] l’utilisateur établit son point de vue à partir de son statut identitaire (traduction de l’aute (...)
  • 23 Le processus d’appellation est un phénomène fascinant, mais difficilement, voire non identifiable d (...)

10Dans une très brève synthèse, l’auteure voit son hypothèse de départ corroborée et conclut que « […] the user positions his point of view from his identity status22 » (p. 140). Sur quelle base l’auteure affirme-t-elle cela ? L’identité réelle des internautes n’étant pas accessible (ce qu’admet l’auteure elle-même à la page 141 : « […] naming is a fascinating phenomenon, but difficult, almost impossible, to identify in its entirety23 »), il nous est difficile d’adhérer à cette conclusion.

  • 24 Par exemple, « apocopation » et « apheresis » (p. 38) sont définies à l’aide d’une traduction des e (...)
  • 25 [En ligne]. http://atilf.atilf.fr/ sous onomastique. Page consultée le 8 septembre 2017.
  • 26 Qui est particulier aux noms propres, dans leur étude ; qui contient des noms (traduction de l’aute (...)
  • 27 Purification de l’âme de l’observateur avec le spectacle [sic !] la punition du coupable (traductio (...)
  • 28 Cf. l’original en français : « Purification de l’âme du spectateur par le spectacle du châtiment du (...)

11Le « glossaire » surprend par sa superficialité et le maniement des sources. À l’instar des définitions présentées en anglais tout au long de l’ouvrage24, le glossaire est une compilation des entrées du TLFi correspondant aux notions concernées, traduites en anglais sans qu’il soit signalé qu’il s’agisse d’une traduction mot à mot, entraînant parfois même des déformations sémantiques. En guise d’illustration : dans le TLFi, l’on trouve sous onomastique la définition suivante : « ONOMASTIQUE, adj. et subst. fém. I. – Adj. Qui est relatif aux noms propres, à leur étude ; qui contient des noms propres25. » Le glossaire nous donne la définition : « Which is particular to proper names, in their study; which contains names26 » (p. 147). Il contient aussi des erreurs syntaxiques et des fautes de frappe à mettre sur le compte d’une traduction hâtive : « Purification of the soul of the viewer with the show [sic!] the punishment of the guilty27 » ; « Therapeutic Memethoddium [sic : Medium + Method] (ex hypnosis, suggestion, etc.) by which the psychiatrist brings the patient free from his injuries, emotionally repressed28 ».

12L’ouvrage se clôt sur une bibliographie (p. 149-155), répétant les coquilles du texte (cf. « Goose » et « Grévisse », p. 144), et sur un bref index (p. 157) des notions et des noms d’auteur. L’on peut se poser la question de l’utilité d’un index contenant des notions déformées (cf. « anthropogenenis »), extrêmement vastes (« communication »),et dont les renvois sont imprécis : par exemple, « Blumenthal » est cité à la page 128 et non à la page 130.

  • 29 En bas de la page de dédicaces, on trouve même un commentaire visiblement destiné à la maison d’édi (...)

13En résumé, A name to exist aborde un sujet d’actualité qui mériterait des études linguistiques approfondies afin d’obtenir une classification fine et convaincante des procédés mis en œuvre dans la création d’une identité virtuelle. Quant à l’interprétation des raisons de tel ou tel choix, elle ne peut se faire sans interroger les internautes en question, passage obligé si l’on veut accéder à la signification réelle des choix opérés. Le présent ouvrage contient beaucoup d’idées stimulant la curiosité du chercheur et profiterait d’une élaboration sur le plan du fond et de la forme29.

Haut de page

Bibliographie

MCLUHAN, Marshall (1962), The Gutenberg Galaxy: The Making of Typographic Man, Toronto, University of Toronto Press.

Haut de page

Notes

1 Le nom propre signale l’appartenance du sujet à la société civile et, à l’ère du numérique, le pseudonyme signale l’appartenance de l’utilisateur à la société virtuelle d’Internet (traduction de l’auteure).

2 Comme nous l’avons vu précédemment, au sein de la société civile, c’est la loi qui donne vie à l’individu, à travers le nom propre et le nom de famille, alors que sur Internet, le choix d’un faux nom est de règle, lequel deviendra l’identité virtuelle de l’utilisateur de ce moyen de communication et est nécessaire pour l’accès à un forum ou un chat room particulier (traduction de l’auteure).

3 En effet, c’est le « je » qui s’assigne un nom, qui opte pour le statut de masque placé sur son identité officielle (traduction de l’auteure).

4 Certaines clés d’un « mensonge révélateur » (traduction de l’auteure).

5 La nouvelle interdépendance électronique recrée le monde à l’image d’un village planétaire (traduction de l’auteure).

6 Il apparaît que le « réseau des réseaux » (Internet) est une sorte de « village planétaire », sans frontières, sans loi, sans contraintes (Breton, 2000 : 57) (traduction de l’auteure).

7 En communiquant « aveuglément » avec l’autre, situé aux antipodes, l’internaute a le sentiment que l’autre est à proximité. Juste à un clic de lui, pourrait-on dire (traduction de l’auteure).

8 Contrairement au message traditionnel, l’on peut envoyer des messages électroniques à tout moment de la journée et de la nuit, quel que soit le fuseau horaire du lieu de l’envoi. Le destinataire en prendra connaissance dès qu’il se connectera à sa messagerie. On peut joindre des fichiers à ses courriels (qu’il s’agisse de données textuelles ou d’images), dont le « poids » est limité (traduction de l’auteure).

9 L’analyse de l’enquête présentée […] montre que les pratiques sociales mises en œuvre sur Internet s’apparentent à celles qui ont lieu au sein de la société civile, mais qu’elles diffèrent également (traduction de l’auteure).

10 La société numérique ouvre un paradigme sociétal entièrement nouveau (traduction de l’auteure).

11 Quoi qu’il en soit, l’utilisateur doit, indépendamment du type d’interaction communicationnelle, choisir un pseudonyme (nomen fictum) qui devient alors son identité virtuelle (traduction de l’auteure).

12 Le réseau Internet est un sol fertile où la créativité prend forme et grandit de manière exponentielle […]. Il existe aussi de nouveaux genres d’écriture qui donnent à l’utilisateur un statut particulier, qu’il n’avait pas dans la société civile (traduction de l’auteure).

13 […] il y a une sorte d’antinomie entre l’anonymat répandu sur Internet et la nature du choix anthroponymique (traduction de l’auteure).

14 Certains autonymes chevauchent deux groupes […]. Il a été nécessaire de faire un choix (traduction de l’auteure).

15 Néanmoins, il convient d’ajouter que les anthroponymes choisis par les internautes ne sont pas nécessairement ceux qui sont utilisés dans la vie réelle (traduction de l’auteure).

16 Cependant, nous soulignons que les indices, aussi bien que les chiffres accompagnant les anthroponymes, ne garantissent en rien qu’ils correspondent au chiffre d’un département ou à l’année de naissance. Il s’agit bien plus d’une présomption (traduction de l’auteure).

17 « Les Maskass (Maskache au Québec) sont des ennemis communs dans la franchise Mario, apparus pour la première fois dans Super Mario Bros 2 […] ». [En ligne]. http://fr.mario.wikia.com/wiki/Maskass. Page consultée le 7 septembre 2017.

18 « The Nintendo Aurion, also known as the Aurion, is a tenth-generation home console created and developed by Nintendo » (Le Nintendo Aurion, connu aussi sous le nom de Aurion, est une console de la dixième génération, créée et développée par Nintendo ;traduction de l’auteure). [En ligne]. http://fantendo.wikia.com/wiki/Nintendo_Aurion. Page consultée le 7 septembre 2017.

19 « Mega Man, un super-robot créé par le Dr Light, doit traverser dix stages différents et battre les sournois Robot Masters du maléfique Dr Wily. » [En ligne]. https://www.nintendo.fr/Jeux/NES/Mega-Man--653727.html. Page consultée le 7 septembre 2017.

20 « Parfois froussard, parfois courageux, le capitaine Toad se lance dans sa première aventure en solo sur Wii U ! Ce jeu de plateforme plein d’énigmes met en scène l’un des héros de SUPER MARIO 3D WORLD dans un périple se déroulant dans bien des niveaux. » [En ligne]. https://www.nintendo.fr/Jeux/Wii-U/Captain-Toad-Treasure-Tracker-892923.html. Page consultée le 7 septembre 2017.

21 « Roy is a character from the Fire Emblem series who made his debut in Fire Emblem: The Binding Blade for the GBA » (Roy est un personnage de la série Fire Emblem qui a vu le jour dans Fire Emblem The Binding Blade pour le jeu Game Boy Advance ; traduction de l’auteure). [En ligne]. http://nintendo.wikia.com/wiki/Roy. Page consultée le 7 septembre 2017.

22 […] l’utilisateur établit son point de vue à partir de son statut identitaire (traduction de l’auteure).

23 Le processus d’appellation est un phénomène fascinant, mais difficilement, voire non identifiable dans son ensemble (traduction de l’auteure).

24 Par exemple, « apocopation » et « apheresis » (p. 38) sont définies à l’aide d’une traduction des entrées respectives du TLFi, sans que la traduction littérale soit signalée. Cette pratique généralisée introduit parfois même des erreurs de contenu dans le texte. C’est le cas pour la définition de « hypocoristique » (p. 74) : l’auteure illustre la notion de « suffixe hypocoristique » par le mot « girl » (au lieu de « fillette » dans l’original) ou le redoublement par « girly » (au lieu de « fifille » dans l’original). [En ligne]. http://atilf.atilf.fr/ sous hypocoristique.

25 [En ligne]. http://atilf.atilf.fr/ sous onomastique. Page consultée le 8 septembre 2017.

26 Qui est particulier aux noms propres, dans leur étude ; qui contient des noms (traduction de l’auteure).

27 Purification de l’âme de l’observateur avec le spectacle [sic !] la punition du coupable (traduction littérale de l’auteure).

28 Cf. l’original en français : « Purification de l’âme du spectateur par le spectacle du châtiment du coupable et Moyen thérapeutique (ex. hypnose, suggestion, etc.) par lequel le psychiatre amène le malade à se libérer de ses traumatismes affectifs refoulés » [En ligne]. http://atilf.atilf.fr/ sous catharsis. Page consultée le 8 septembre 2017.

29 En bas de la page de dédicaces, on trouve même un commentaire visiblement destiné à la maison d’édition : « Note: though it doesn’t appear in this word file, the title should be A Name To Exist: The Example of the Pseudonym on the Internet, and not A Name to Exist: The Example of the Pseudonym on Internet. » (Remarque : malgré le fait que cela n’apparaisse pas dans le fichier Word, le titre devrait être A Name To Exist: The Example of the Pseudonym on the Internet, et non A Name to Exist: The Example of the Pseudonym on Internet ; traduction de l’auteure) !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandra Lhafi, « Marcienne MARTIN (2016), A Name to Exist: The Example of the Pseudonym on the Internet », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le 26 février 2018, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7508

Haut de page

Auteur

Sandra Lhafi

Sandra Lhafi est enseignante-chercheuse, Université de Cologne (Allemagne), Institut des langues romanes. Courriel : slhafi@uni-koeln.de

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals