Navigation – Plan du site
Lectures

Bernard MIÈGE (2017), Les industries culturelles et créatives face à l’ordre de l’information et de la communication

Grenoble, Presses de l’Université de Grenoble
Gilles Pronovost
Référence(s) :

Bernard MIÈGE (2017), Les industries culturelles et créatives face à l’ordre de l’information et de la communication, Grenoble, Presses de l’Université de Grenoble

Texte intégral

1Bernard Miège est bien connu des chercheurs en sciences de la communication. Son livre La société conquise par la communication (Presses de l’Université de Grenoble, deux volumes) a marqué durablement les esprits. Cet autre livre sur La pensée communicationnelle (Presses de l’Université de Grenoble, 2005) n’a pas été suffisamment reconnu comme un apport épistémologique fondamental pour une analyse rétrospective et critique de la genèse et des fondements des sciences de la communication. Alors comment ose-t-il maintenant s’aventurer sur le terrain des industries dites créatives alors que ce terme polysémique sert d’argument de vente, parfois jusqu’à l’imposture ? Alors que des industries qui n’ont de culturelles que le nom se drapent dans les vertus de la créativité ? Il avait pourtant participé à un collectif avec Philippe Bouquillon et Pierre Moeglin (L’industrialisation des biens symboliques. Les industries créatives en regard des industries culturelles, Presses de l’Université de Grenoble, 2013) dans lequel sont mises en perspective, sur une plus longue durée, les industries culturelles et celles qui se désignent comme créatives sur le plan par exemple des logiques d’acteurs, des processus de production et des formes publicitaires ; on ne considérait pas uniquement la supposée dimension « créative » des industries qui se réclament d’un tel qualificatif, mais on faisait ressortir les aspects qui relèvent d’une économie proprement capitaliste. Miège aurait-il cédé aux sirènes du moment ?

2C’est bien mal le connaître. D’entrée de jeu, on y apprend qu’il s’agit en fait d’une « nouvelle édition entièrement refondue et augmentée » (page couverture) d’un ouvrage paru en 2000 sous le titre Les industries du contenu face à l’ordre informationnel. On nous informe également que des « modifications substantielles et parfois essentielles » ont été apportées (p. 10). Alors qu’est-ce qui a fondamentalement changé au royaume de l’information et de la communication et qu’a repéré Miège ? De prime abord, la table des matières n’indique pas de modifications très substantielles. Si le chapitre 1, intitulé « De l’industrie culturelle aux industries culturelles », est pratiquement identique dans les deux versions, les modifications ultérieures sont significatives. Le retour sur les « modèles » constitués de cinq « logiques » est l’occasion de précisions additionnelles. En effet, Miège poursuit sa discussion avec divers auteurs sur le « modèle éditorial » et le « modèle de flow » pour soutenir à nouveau sa thèse sur leur pertinence dans l’explication du fonctionnement des industries culturelles (p. 62). Il précise qu’il ne s’agit pas bien entendu de modèles fixes, qu’ils demeurent en concurrence et en interaction et surtout qu’ils sont plus que jamais liés aux transformations des médias audiovisuels, d’où le changement d’ailleurs de l’intitulé du chapitre 2 (les « médias de masse » sont devenus des « médias audiovisuels de masse »).

3C’est le chapitre 3 qui contient les apports additionnels les plus substantiels. Dans le style clairvoyant de La société conquise par la communication, Miège entreprend une longue discussion sur la notion d’intermédiation (importance des diffuseurs, des serveurs, des réseaux sociaux, etc.), dénonçant un intérêt excessif pour le terme, négligeant la complexité de la chaîne de distribution, la multiplication, voire la généralisation des professions dites intermédiaires ainsi que les logiques propres aux consommateurs eux-mêmes. Il semble lui préférer la notion de « pratiques de médiation de la culture et de l’information » (p. 128) mises en œuvre tout au long de la chaîne allant de la production et de la consommation et surtout il insiste pour tenir compte « de la recomposition continue du capitalisme médiatique » (p. 131). Ce point avait été avancé mais assez rapidement dans la première édition de l’ouvrage. Miège y revient longuement dans cette nouvelle édition. C’est l’occasion pour lui d’aborder de nouveau des aspects fondamentaux des industries culturelles : systèmes hiérarchiquement emboîtés de firmes et pôles sous l’emprise de groupes financiers, affirmation croissante du « capitalisme communicationnel » et différenciation d’avec le « capitalisme médiatique », etc. Miège reprend ici en partie certaines analyses de l’ouvrage collectif de 2013 déjà cité. Revenant à nouveau sur les « modèles » (éditorial et du flow, il en réaffirme la pertinence en considérant la longue durée et non les changements parfois techniques ou industriels du moment, allant même jusqu’à soutenir que « ce sont les seuls qui prennent en compte l’ensemble de la chaîne de production et de “remontée” de la valeur et aident à comprendre le fonctionnement des filières industrielles, culturelles et informationnelles » (p. 147). On reconnaîtra que l’affirmation peut être fortement nuancée. À son crédit, on doit ajouter que Miège apporte de nombreuses précisions sur les caractéristiques des logiques dites « organisatrices » qui sous-tendent les modèles (p. 148-149 et figure remaniée en annexe, p. 190).

4Quelques pages de ce troisième chapitre ont été reportées en conclusion de la nouvelle édition, ce qui permet à l’auteur d’apporter quelques nuances et précisions.

5On regrettera les discussions trop lapidaires avec certains auteurs, quelques propos incisifs peu suffisamment nuancés. On lui pardonnera son insistance à justifier ses propres analyses. On nuancera la mention « édition entièrement refondue ». Mais, tout particulièrement dans le chapitre 3, Miège apporte un éclairage certain, distancié, critique, prenant en compte la longue durée des industries culturelles, nous rappelant que les grands processus socioéconomiques à l’œuvre doivent toujours être rappelés et que « les industries créatives sont encore au rang de projet » (p. 93).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Pronovost, « Bernard MIÈGE (2017), Les industries culturelles et créatives face à l’ordre de l’information et de la communication », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le 26 février 2018, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7510

Haut de page

Auteur

Gilles Pronovost

Gilles Pronovost est professeur émérite, Département d’études en loisir, culture et tourisme, Université du Québec à Trois-Rivières. Courriel : gilles.pronovost@uqtr.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals