Navigation – Plan du site
Lectures

Christopher J. SCHNEIDER (2016), Policing and Social Media

Londres, Lexington Books 
Stéphane Dangel
Référence(s) :

Christopher J. SCHNEIDER (2016), Policing and Social Media, Londres, Lexington Books 

Texte intégral

1L’irruption des médias sociaux dans le quotidien de l’action policière est autant une opportunité qu’une menace, entre remise en cause du contrôle de l’ordre social par les forces de police et intégration des médias sociaux par celles-ci au cœur de stratégies de communication et de régénération de ce contrôle.

Le changement de paradigme

2Depuis les années 1970, le public était réduit au rôle de spectateur d’une information dont la source unique était la police dans des situations concernant son action et plus généralement le sens donné aux notions d’ordre et de désordre. La norme, décryptée par Christopher J. Schneider, faisait que cette information était véhiculée en étant souvent transformée, altérée par les médias obéissant à des logiques de divertissement de leurs publics.

3La police et les médias sont donc entrés au fil de ces années dans le théâtre communicationnel global, en devenant de nouveaux avatars et acteurs communicants de la société du spectacle. Comme le note l’auteur, ils ont été rejoints par les personnages politiques dans ce jeu qui est une histoire dont le centre de l’intrigue est la peur. Cette organisation dramaturgique du travail de la police (Manning, 1997) est aussi un travail de contrôle symbolique du sujet de l’action de la police, par la communication plus que par l’action.

4Toutefois, un changement de paradigme s’est opéré avec les nouvelles technologies et les médias sociaux. D’autres organisations et des citoyens ont acquis la capacité de produire et de diffuser eux aussi des contenus percutants. Ils sont devenus à la fois des objets et des agents de la surveillance, du contrôle, avec une prise de pouvoir non seulement sur la communication concernant les crimes et délits, mais aussi sur les forces de l’ordre elles-mêmes. Cette dimension participative des médias sociaux touche au journalisme citoyen avec beaucoup moins de limites techniques qu’un média traditionnel. 

5Nous retrouvons ici le conflit entre une histoire dominante monologique et une polyvocalité qui caractérise la communication des organisations.

6Les médias sociaux ont installé ce que l’on pourrait appeler une conversation dialogique bakhtinienne, entre plusieurs narrateurs, auditoires et textes, qui fait penser aux antenarratives (Boje, 2007) aspirant chacune à devenir l’histoire dominante. Il y a quelque chose de carnavalesque, selon la terminologie de David M. Boje, avec toutefois une dynamique plus positive que le spectacle du théâtre communicationnel.

7Les conséquences de ce développement ressemblent fort à ce qu’Augusto Boal (1996) a qualifié d’empowerment du public comme spect-acteur doué de conscience et apte à modifier l’action dramatique qui se joue au cœur du théâtre des opprimés. Schneider ne fait pas ce parallèle, mais il semble bien que ce soient des logiques similaires qui sont à l’œuvre.

Le contrôle social comme enjeu

8Comme le souligne l’auteur, la police n’est qu’un des agents du contrôle social, mais c’est là le véritable enjeu de son action, à travers la quête du contrôle de la communication. Et c’est bien la communication des agents qui est en réalité agent de contrôle social. Par contrôle social, il faut entendre « la capacité d’une société à se réguler conformément à des principes et des valeurs souhaités » (extrait de Janowitz, 1991) et par efforts de contrôle social, « le processus par lequel les gens agissent de manière à satisfaire les attentes des autres » (extrait de Altheide, 2002).

9Par contre, on peut légitimement se demander comment la liberté, qui fait partie de l’ADN des médias sociaux, peut s’accommoder du contrôle social. Comment, également, un besoin de stabilité peut-il s’accommoder d’un média de l’éphémère ?

Quand la police investit les médias sociaux

10Schneider constate que les pratiques de publicisation de l’action policière se sont alignées sur les logiques des plateformes de médias sociaux. Quelle gestion, quelle utilisation, quel contrôle des médias sociaux sont effectués par les forces de police ? C’est la question centrale qu’aborde ce livre, en s’appuyant sur l’étude d’exemples canadiens. 

11Ces canaux sont investis à des fins de coopération citoyenne avec la police (facilitateur de travail policier), comme nouveau mode de travail policier de résolution des affaires et comme nouvelle forme de conversation avec le public (nouvelle communication policière). Une communication directe avec le public, sans le filtre des médias, est devenue possible. Sans jamais toutefois perdre de vue le but ultime, qui n’est pas communicationnel : la stratégie de communication sur les médias sociaux n’est, pour la police, qu’un moyen. La relation non hiérarchique entre le public et la police n’est qu’une illusion, au service du soutien symbolique de l’action policière. La communication symbolique et le contrôle de l’information font partie des bases du travail de la police (Manning, 1997), pour affirmer et reproduire l’ordre social, avec une conformation du public à l’autorité policière. Cela implique aussi une volonté de contrôle et une gestion des sources. 

12On constate bien que l’effet des médias sociaux (et des autres médias) s’exerce sur la légitimité de l’action policière tout comme sur l’effectivité du maintien de l’ordre. 

Les spécificités communicationnelles des médias sociaux

13Alors que les médias traditionnels sont déjà eux-mêmes gagnés par une logique de divertissement du public, les médias sociaux se caractérisent par plus d’immédiateté et d’émotion encore, pour tenter de réaliser les objectifs stratégiques et institutionnels recherchés par la police. Plus encore, le format des médias sociaux influence fondamentalement la façon dont l’information est constituée, perçue et interprétée en ligne (Snow, 1983).

14Pour l’auteur, cette logique sociale-médiatique est ainsi en réalité une continuité de la logique média préexistante, suivant laquelle le média est roi, telle que définie par Robert P. Snow ou David L. Altheide.

15Comme nous l’avons déjà dit, toutefois, les situations d’usage de la force et sa légitimation ne sont dorénavant plus seulement définies par la police, mais également par les citoyens, dans une forme de cocréation.

16C’est fondamentalement le travail de la police qui est modifié par la logique conceptuelle et formelle des médias sociaux. 

17Un consensus partagé sur la caractérisation d’une situation peut émerger sur une plateforme de médias sociaux, à partir de laquelle un groupe d’individus peut se créer une identité commune, prélude à une éventuelle action collective (Baker, 2012).

La police sur les médias sociaux : entre maîtrise et perte de contrôle

18D’une présence (sur Myspace), la police est passée progressivement à une vraie activité (sur Facebook, notamment). Le département de police de Vancouver, par exemple, a été l’un des premiers à se positionner sur Facebook. Mais au moment de l’émeute de Vancouver en 2011, son activité était minime, au moment, donc, où des contenus ont été diffusés quasiment pour la première fois par le public sur les médias sociaux, en temps réel.

19Avec les médias sociaux, la définition des situations sociales par la police est clairement contestée. Le contrôle social, lui, a toujours été le fruit d’une négociation (Goffman, 1959), mais celle-ci est à présent plus large, plus interactive, en ligne. 

20Est-ce un choix ? Oui, mais que la police soit un personnage acteur ou non de cette histoire qui se construit sous l’influence des médias sociaux n’empêchera pas la conversation de se produire de toute façon.

21Est-ce aussi un problème ? L’information diffusée par la police sur les médias sociaux a tendance à inclure, à mêler, à faire s’emmêler des informations qui ne sont pas directement liées à l’action policière et d’autres qui sont des adaptations aux spécificités des outils de contenus médiatiques policiers traditionnels. Les publications policières se font aussi hors temps de service, sur des comptes parfois nominatifs, individuels, privés, ce qui entretient encore plus la confusion des genres. Mais n’est-ce pas aussi un moyen policier de surveillance avancée ?

22Au cours de l’émeute de Vancouver, le public a investi les médias sociaux pour effectuer un travail d’identification des émeutiers normalement dévolu à la police, bien avant que celle-ci ait pu contrôler et interpréter ces informations. La police n’a pu que se greffer à ce processus enclenché par d’autres, et cela a été un renversement de son statut d’initiateur du processus informationnel traditionnel. C’est cependant bien une confusion des acteurs qui était à l’œuvre. 

23Ces événements ont été le déclencheur d’une utilisation plus proactive des médias sociaux par la police. En même temps, cette utilisation des médias sociaux prête le flanc aux jugements sur un terrain spatial, temporel et géographique bien plus large qu’avec toute autre forme de communication.

24C’est ce qui s’est produit à la suite des tirs policiers qui ont entraîné la mort d’un jeune homme à Toronto en 2013. Malgré la présence active de la police sur les médias sociaux, le public a donné un sens à l’usage de la force par la police à partir de contenus publiés en primeur par des pairs sur les réseaux, avant que la police et les médias aient pu communiquer. Dans ce cas précis, les contenus créés par les citoyens sur les médias sociaux ont même servi de matière première informationnelle aux médias.

Quelles perspectives ?

25La présence policière sur les médias sociaux est devenue indispensable et sera de plus en plus régie par des règles et des dynamiques de médiation. Les médias sociaux sont cependant autant une opportunité qu’une menace pour la police, ses stratégies, ses objectifs. Les pistes pour des recherches futures incluent une meilleure compréhension de la manière dont les pratiques actuelles mettent au défi, transforment et renforcent le travail de la police et, au-delà, celui d’autres institutions de la société.

Haut de page

Bibliographie

ALTHEIDE, David L. (2002), Creating Fear: News and the Construction of Crisis, New York, Aldine de Gruyter.

BAKER, Stephanie Alice (2012), « Policing the riots: New social media as recruitment, resistance and surveillance » dans Daniel BRIGGS, The English Riot of 2011, East Sussex, Waterside Press, p. 69-90

BOAL, Augusto (1996), Théâtre de l’opprimé, Paris, La Découverte.

BOJE, David M. (2007), « The antenarrative cultural turn in narrative studies » dans Mark ZACHRY et Charlotte THRALLS (dir.), The Cultural Turn Communicative Practices in Workplaces and the Professions, Amityville, Baywood Publishing, p. 219-239.

GOFFMAN, Erving (1959), The Presentation of Self in Everyday Life, New York, Doubleday Press.

JANOWITZ, Morris (1991), On Social Organization and Social Control, Chicago, University of Chicago Press.

MANNING, Peter K. (1997), Police Work: The Social Organization of Policing, Prospect Heights, Waveland Press.

SNOW, Robert P. (1983), Creating Media Culture, Newbury Park, Sage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Dangel, « Christopher J. SCHNEIDER (2016), Policing and Social Media », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le 26 février 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7517

Haut de page

Auteur

Stéphane Dangel

Stéphane Dangel est doctorant membre du Laboratoire interuniversitaire des sciences de l’éducation et de la communication (LISEC), Université de Strasbourg. Courriel : sdangel@unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals