Navigation – Plan du site
Lectures

Andrea SEMPRINI (2016), Communiquer par l’image. Trois essais de culture visuelle

Limoges, Presses universitaires de Limoges, Coll. « Semiotica Viva »
Julien Péquignot
Référence(s) :

Andrea SEMPRINI (2016), Communiquer par l’image. Trois essais de culture visuelle, Limoges, Presses universitaires de Limoges, Coll. « Semiotica Viva »

Texte intégral

1L’ouvrage d’Andrea Semprini est le premier d’une nouvelle collection (« Semiotica Viva ») aux Presses universitaires de Limoges (Pulim), réputées pour leur travail éditorial dans le domaine de la sémiotique, en particulier celle de la sphère de l’école de Paris et de ses héritiers. L’ouvrage est d’ailleurs préfacé par Jacques Fontanille, directeur scientifique des Actes sémiotiques (fondés par Greimas) et rédacteur en chef de la collection. Ce préambule n’est pas de simples et formels prolégomènes, car il est important de souligner que le livre de Semprini a pu trouver sa place dans cette sphère tout en en sortant très nettement, ce qui montre la souplesse de celle-ci. En effet, Communiquer par l’image propose trois essais de socio-sémiotique appliquée dans lesquels l’auteur a maintes occasions d’expliquer et d’affiner sa méthode analytique qui, doit-on le constater, est très opérante et fructueuse. L’auteur la présente synthétiquement de manière très claire :

La perspective d’analyse socio-sémiotique ne consiste pas à simplement étudier le contexte socioculturel qui permettrait de mieux appréhender ou élargir l’interprétation de la signification d’un texte ou d’un énoncé sémiotique donné. Elle consiste plutôt à déconstruire et reconstruire les couches progressives de sens qui se déposent sur un objet sémiotique donné, à mesure qu’évolue l’ensemble des paramètres de son existence sociale, de sa carrière en tant que manifestation sémiotique, en quant [sic] que phénomène doué de sens pour ces acteurs sociaux dans un contexte donné (p. 91).

2On le comprend, si la question de l’interprétation n’est pas absente de la démarche, le but ultime est la compréhension du fonctionnement des objets analysés. Le « contexte » est alors non plus un adjuvant ou un complément éclairant de l’analyse, mais bien son point de départ, sa raison d’être, à la fois sa cause efficiente et sa cause finale.

3Si cette méthode est le liant de tout l’ouvrage, celui-ci est construit en une triade d’essais sur des objets du quotidien pourrait-on dire, de consommation de masse, si diffusés dans notre culture visuelle qu’ils ne sont pratiquement plus vus — d’où la tâche de l’analyste d’aller, justement, voir de quoi il retourne. Ces objets, en apparence hétéroclites, sont le recueil de photographies de Yann Arthus-Bertrand, La Terre vue du ciel, les caractères de la police Helvetica et les fiches cuisine du magazine Elle. Dans ses trois essais, la qualité du travail de Semprini et avec elle le profit et le plaisir que la lectrice ou le lecteur peut en retirer sont chaque fois doubles. D’une part, l’auteur s’attache à replacer systématiquement l’objet, ses modalités, caractéristiques et usages, dans son bain sémiotique originel, comme la photo aérienne pour Arthus-Bertrand, le Swiss Design de l’après-guerre pour Helvetica, la France des années 1960 mais aussi la tradition de la nature morte dans la peinture classique européenne pour les fiches cuisine de Elle. Ces archéologies minutieuses, pures incarnations d’une recherche culturelle, sont l’occasion de découvrir une mine d’informations, de mises en relation, d’explicitations de processus macro-sémiotiques qui concernent bien souvent pourtant le monde de tous les jours, que « nous connaissons si bien », pour y évoluer en permanence, depuis toujours. D’autre part, la méthode mobilisée par l’auteur est appliquée avec systématisme et rigueur dans chacun des essais, cette récurrence structurelle étant la meilleure des pédagogies pour s’y familiariser et potentiellement se l’approprier. L’auteur procède donc à une reconstruction fouillée du contexte socio-sémiotique de l’objet étudié pour ensuite s’attaquer à son esthétique (« Dans l’analyse culturelle, le terme esthétique désigne aujourd’hui toute construction formelle organisée, reconnaissable et douée d’une identité visuelle propre », p. 61) et enfin conclure sur les mondes possibles portés par l’objet.

4L’analyse de l’esthétique, donc de la construction formelle, est elle aussi systématique et a recours au modèle des plans de Louis Hjelmslev, en particulier dans les deuxième et troisième essais. C’est d’ailleurs sans doute ce qui est le plus surprenant et stimulant dans l’ouvrage. Autant Hjelmslev est d’ordinaire convoqué pour faire des analyses très immanentes des objets, parfois jusqu’à une autarcie sémiotique difficilement tenable, autant ici cet outil fonctionne parfaitement au service de l’entreprise socio-sémiotique aux accents par définition très pragmatiques. L’auteur d’ailleurs rappelle à plusieurs reprises sa préoccupation de « […] mieux cadrer l’analyse immanente des images » (p. 26), pour la simple et bonne raison que « l’explicitation de la signification “immanente” d’un texte n’est qu’une fiction méthodologique, un outil heuristique qui intègre en réalité inévitablement des éléments de la réception et du contexte » (p. 53). Semprini pousse le modèle d’Hjelmslev dans ses retranchements, en particulier avec Helvetica qu’il considère ici « […] non pas ou pas seulement comme la forme de l’expression d’un mot ou d’un texte […] mais comme système sémiotique en elle-même » (p. 81). Cette démarche montre qu’en science comme ailleurs, la qualité de l’outil se mesure à sa faculté de permettre la production de toute autre chose, mais d’aussi bonne facture, dans des mains différentes.

5Enfin, les conclusions sur les mondes possibles des objets étudiés, en dehors de leur pertinence qui appert à la lecture, sont là aussi pour démontrer l’heuristicité et la validité de l’ensemble du procédé. Cette notion, déjà théorisée dans d’autres travaux, est ainsi résumée par Semprini :

La notion de monde possible a déjà été présentée dans les essais précédents et nous n’allons pas y revenir en détail. Rappelons seulement que selon cette notion, toute production sémiotique, textuelle, discursive ou médiatique, engendre plusieurs plans de référence, plus ou moins construits, détaillés et organisés. Ces plans entretiennent avec la réalité une relation dialectique, dans la mesure où ils en sont issus, mais ils peuvent s’en affranchir et engendrer de nouveaux plans de réalité, au sein desquels les dimensions symbolique et imaginaire sont souvent dominantes, et que nous appelons mondes possibles (p. 216).

6La lecture de l’ouvrage entérine de manière évidente la pertinence de cette notion, comme clef de voûte du processus analytique de l’auteur.

7Ajoutons pour finir que l’ouvrage est agréable à lire, en grande partie grâce à la rigueur et au systématisme de la démarche, constamment explicitée, mais aussi en raison de l’écriture modeste et efficace ainsi que des illustrations de bonne facture — qui plus est en couleurs — qui ajoutent une touche esthétique à l’ouvrage et au propos qu’il livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Péquignot, « Andrea SEMPRINI (2016), Communiquer par l’image. Trois essais de culture visuelle  », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le , consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7520

Haut de page

Auteur

Julien Péquignot

Julien Péquignot est membre du Laboratoire Éditions, langages, littératures, informatique, arts, didactiques, discours (ELLIADD), Pôle CCM, Université de Franche-Comté. Courriel : Julien.pequignot@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals