Navigation – Plan du site
Lectures

Christine SERVAIS (dir.) (2016), La médiation. Théorie et terrains

Bruxelles, De Boeck, Coll. « Ouvertures sociologiques »
Manfred Peters
Référence(s) :

Christine SERVAIS (dir.) (2016), La médiation. Théorie et terrains, Bruxelles, De Boeck, Coll. « Ouvertures sociologiques »

Texte intégral

1La médiation est un phénomène très ancien existant dans de nombreuses cultures. Attribuée jadis aux sages de la communauté, elle devient à l’heure actuelle un métier hautement spécialisé, touchant les domaines juridique, administratif, social, scolaire, familial ou culturel. Partout, il s’agit de l’intervention d’une tierce personne, réputée neutre et impartiale, permettant aux parties de confronter leurs points de vue et de trouver une solution où il n’y a pas de perdants.

2J’ai personnellement présidé pendant plus d’un quart de siècle une institution, l’Université de Paix (Namur, fondée en 1960 par Dominique Pire, lauréat du prix Nobel de la paix), qui a fait de la « médiation par les pairs » l’un de ses secteurs clés. En France, cette démarche est encadrée par la Charte de qualité de la médiation par les pairs qui la définit comme

un processus coopératif qui vise à prévenir ou à réguler les conflits entre jeunes par l’intermédiaire d’un tiers appelé médiateur, du même âge ou à peine plus âgé, formé à la médiation, afin d’aider à trouver une solution satisfaisante par les parties prenantes1.

3Voilà un exemple concret de médiation scolaire.

4Dans sa remarquable préface, Olgierd Kuty, professeur émérite de sociologie à l’Université de Liège, fondateur (avec Christian Thuderoz) et ancien directeur de la revue Négociations, situe la médiation dans l’évolution de la société. Il distingue une conception verticale de la société dont deux jalons ont été, dans notre culture, l’incarnation chrétienne et l’idéalisme hégélien, et une conception horizontale dans laquelle les acteurs négocient l’application des règles décidées ailleurs et portent même le débat sur la production des règles.

5En tant que directrice du Laboratoire d’études sur les médias et la médiation (Lemme), au Département des arts et sciences de la communication de l’Université de Liège, Christine Servais est sans doute la personne la plus compétente pour coordonner un ouvrage collectif sur la médiation, dont elle a parfaitement saisi les enjeux sociétaux.

6La complexité de l’objet est clairement décrite dans l’introduction quand l’éditrice précise que la médiation est conçue

tout autant comme le symptôme d’une évolution sociétale que comme remède à ses pathologies ; elle est à la fois perspective théorique et modèle d’action, façon de dire et façon de faire ; enfin, elle désigne autant des phénomènes « micro » (relation d’un public à une œuvre, relations entre individus en conflit) que des phénomènes « macro » (relations entre groupes culturels et univers de sens) (p. 9).

7Servais a confié la rédaction de chacun des neuf chapitres à des spécialistes qui, à l’exception de Michèle Gellereau (Lille 3) et Bernard Lamizet (Institut d’études politiques de Lyon), appartiennent toutes et tous à l’Université de Liège, en se réservant le chapitre central intitulé « Qu’est-ce la médiation ? Examen critique d’une déconstruction de la communication ». La cohérence de l’ouvrage est soulignée par le résumé que l’éditrice place au début des différentes contributions qui, toutes, sont de haute qualité scientifique.

8L’éditrice précise d’emblée que cinq problématiques se dégagent de l’ensemble des chapitres. La première concerne la difficulté de travailler sur la médiation eu égard à l’indétermination des pratiques et des concepts : « La diversité des acteurs, des pratiques et des discours fait douter qu’il existe empiriquement quelque chose comme “la” médiation. Dès lors, comment se saisir empiriquement d’un “objet” qui n’en est pas un ? » (p. 13).

9La deuxième problématique est liée au fait que la médiation se situe dans un contexte social et soulève la question du « nous », avec toutes les conséquences qui en découlent sur le plan éthique : que peut être ou doit être ce « nous » ; qui distribue les identités — y compris celle du médiateur — et qui a légitimité pour le faire ?

10Le rapport à la technique constitue le troisième aspect abordé directement ou indirectement dans l’ensemble des textes. De la question centrale « La médiation est-elle une technique ? » découlent une foule d’autres questions : est-elle alors, en tant que technique, transmissible et susceptible d’être enseignée ? D’être contrôlée par d’autres dispositifs de calculs ? D’être évaluée ? Précisons encore que la question de la technique est abordée principalement à travers les ouvrages s’André Leroi-Gourhan et de Jacques d’André Leroi-Gourhan et de Jacques Derrida, dont le concept de déconstruction est omniprésent.

11Comme le souligne à juste titre Servais, la quatrième problématique qui est sous-jacente à l’ouvrage est peut-être moins attendue, mais tout de même essentielle. Il s’agit du rôle joué dans la médiation par la métaphore, le récit, la narration, le jeu et, d’une façon générale, l’imaginaire.

12En dernier lieu, il y a la relation fragile entre dispositifs de médiation et processus de médiation.

Ce développement prend pour point de départ l’idée sur laquelle s’accordent tous les auteurs, que la médiation est un processus qui transforme, qui modifie l’existant. À cette idée d’une transformation sont étroitement associées deux autres : celle que les processus de médiation sont « inachevés » ou « interminables » […] et celle que les effets des dispositifs n’ont aucun caractère automatique (p. 15).

13Le sommaire témoigne de l’étendue du champ d’investigation : entre concept en sciences de l’information et de la communication (SIC) et sens commun ; pratiques et dispositifs de médiation scolaire ; médiations au cœur des politiques actives du marché de travail ; médiation animale comme dispositif technique ; médiations culturelles et patrimoniales ; traduction et médiation : pour une pensée aporétique de la traduction postcoloniale ; médiation des expériences, représentations et luttes autour de la visibilité des travailleurs en Chine ; identité et alientité dans l’espace urbain.

14En résumé, on peut dire qu’il s’agit d’un ouvrage de haut niveau qui devrait figurer parmi les lectures obligatoires des étudiants, des chercheurs et des praticiens de la médiation. En ce qui me concerne, je vais le recommander chaudement aux formateurs de l’Université de Paix.

15Deux petits regrets cependant : comme beaucoup de références sont communes à différents chapitres, une seule bibliographie eût été plus adéquate. Par ailleurs, dans un ouvrage collectif, un index des noms propres et des sujets traités est indispensable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manfred Peters, « Christine SERVAIS (dir.) (2016), La médiation. Théorie et terrains », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le 26 février 2018, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7522

Haut de page

Auteur

Manfred Peters

Manfred Peters, Université de Namur. Courriel : manfred.peters@unamur.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals