Navigation – Plan du site
Lectures

André TRICOT, Julie LEMARIÉ et Gilles SAHUT (2016), Le document : communication et mémoire

Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur
Jean-Sébastien Vayre
Référence(s) :

André TRICOT, Julie LEMARIÉ et Gilles SAHUT (2016), Le document : communication et mémoire, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur

Texte intégral

1Les technologies de l’information et de la communication (TIC) ne sont pas nouvelles. Cela fait plusieurs milliers d’années que les hommes utilisent des artefacts pour stocker certaines des informations qu’ils ont dans leur tête et qu’ils souhaitent pouvoir communiquer dans l’espace ou dans le temps (Tricot, Lemarié et Sahut, 2016). Par exemple, les ornements des grottes de Lascaux ou les tablettes cunéiformes de la période paléobabylonienne peuvent être considérés comme des TIC dans la mesure où ils permettent à ceux qui les ont conçus de diffuser une partie de leurs représentations mentales auprès de tous ceux qui y ont porté et qui y porteront un intérêt. Aujourd’hui, avec le développement concomitant de l’informatique et d’Internet, les TIC ont pris une forme nouvelle : elles sont devenues numériques. Ces vingt dernières années, le développement de ces technologies numériques a imprégné l’ensemble des sphères constitutives de la société (Boullier, 2016). Le gouvernement français parle par exemple d’« école numérique » pour promouvoir le développement d’Internet et des outils informatiques au sein des établissements d’enseignement publics. Certains professionnels utilisent les notions de travailleurs et de consommateurs 4.0 pour mettre en avant qu’au cours de nos activités ordinaires, nous sommes tous conduits à mobiliser les technologies numériques. Le mouvement big data que nous connaissons actuellement est une parfaite illustration de l’importance croissante que les différents acteurs accordent à la diffusion de ces dispositifs au sein des sociétés, peu importe le niveau de leur développement socioéconomique.

2Cette révolution du numérique institue des modifications importantes du point de vue des relations que les humains entretiennent avec les artefacts qu’ils mobilisent pour s’informer. Selon André Tricot, Julie Lemarié et Gilles Sahut (2016), étant donné que ces artefacts font généralement partie de la catégorie des documents, la révolution numérique que nous sommes en train de connaître est une révolution du document. La théorie qu’ils proposent dans leur ouvrage de 2016 est bienvenue puisque son objectif est de permettre une meilleure compréhension des enjeux cognitifs et sociaux associés à ces changements. Au regard de l’importance que recouvre cette théorie pour les sciences humaines et sociales dans le contexte que nous venons d’esquisser, nous souhaitons en faire une critique détaillée.

3Cette critique sera organisée en trois parties. Dans la première, nous ferons un compte rendu de l’ouvrage de Tricot, Lemarié et Sahut qui prendra la forme d’une synthèse de la théorie qu’ils élaborent. Notre objectif sera de rendre compte, de la manière la plus fidèle possible, de la pensée des trois auteurs. Dans la deuxième section, nous expliquerons en quoi ce livre nous est apparu comme pertinent. Cela nous permettra de pointer les avantages et les limites de la théorie du document proposée. Dans la troisième section, nous formulerons quelques pistes de réflexion qui sont, selon nous, susceptibles de permettre une extension intéressante de cette théorie. Nous soutiendrons qu’une telle extension pourrait consolider son caractère interdisciplinaire.

Une théorie du document

4Dans leur introduction, Tricot, Lemarié et Sahut commencent par présenter la démarche qui les a conduits à élaborer leur théorie du document. Cette présentation peut être synthétisée par le biais de deux arguments. Le premier est que le document joue un rôle central dans les collectifs humains puisqu’il a toujours constitué l’un des principaux moyens de communication et de mémorisation des informations. Le deuxième est qu’a contrario du cas de la théorie de l’information et de la communication, il n’existe que très peu de travaux portant sur la théorie du document (Lund, 2009). Les auteurs soulignent en ce sens que si Paul Otlet (1934) et Suzanne Briet (1951) avaient annoncé l’avènement d’une science du document dès la fin de la première moitié du XXe siècle, cette prophétie ne semble toujours pas avoir été réalisée. Nous pourrions ajouter qu’à l’ère du « capitalisme cognitif » (Moulier-Boutang, 2007) et de l’« économie de l’attention » (Kessous, Mellet et Zouinar, 2010), alors que les technologies numériques sont toujours plus « pervasives » (Boullier, 2016), il apparaît effectivement pertinent de chercher à mieux comprendre comment le document permet aux êtres humains d’enregistrer et de partager leurs représentations du monde. Les auteurs présentent différentes définitions du concept de document et en adoptent une qui est relativement large : « Un document est un objet qui porte des inscriptions ou non, qui a été conçu comme un document et qui est perçu comme tel : il porte une intention communicative et une intention mnésique qui sont reconnues comme telles par les usagers du document » (p. 17). Ainsi, à travers cette définition, Tricot, Lemarié et Sahut posent d’emblée leur filiation avec le modèle de la communication ostensive et inférentielle développé par Dan Sperber et Deirdre Wilson (1989). À la manière dont, chez Sperber et Wilson, la communication, qu’elle soit verbale ou non, recouvre, de la part du locuteur, une intention informative et une intention communicative qui doivent être reconnues par l’interlocuteur, le document, chez Tricot, Lemarié et Sahut, renvoie, de la part de celui qui le conçoit, à une intention communicative et une intention mnésique qui doivent être reconnues par celui qui l’utilise.

5Dans le chapitre 1, les auteurs exposent dans quelle mesure le document peut être considéré comme une technologie de suppléance de la mémoire humaine. Pour ce faire, ils commencent par dégager les relations qui existent entre connaissance humaine et mémoire. Selon eux, la connaissance se distingue du souvenir et du savoir. La mémoire humaine est composée de connaissances et de souvenirs. La connaissance peut être un concept, un geste ou un savoir-faire qui est enregistré dans la mémoire et que nous sommes capables de récupérer sans pour autant que nous nous souvenions de la source. La connaissance renvoie à la composante sémantique de la mémoire. À l’instar de la connaissance, le souvenir est aussi une trace du passé qui est enregistrée dans le cerveau. Cependant, a contrario de la connaissance, le souvenir concerne un événement particulier : ce sont les souvenirs qui nous permettent de récupérer divers repères sur les lieux, les temporalités, les personnes ou les actions qui sont associés à un événement passé. Le souvenir renvoie à la composante épisodique de la mémoire. Le savoir n’est, quant à lui, pas stocké dans la mémoire humaine. Il est enregistré dans cette sorte de mémoire collective que forment les documents ou les traditions pratiques et orales. Les auteurs en arrivent ainsi à présenter comment le document permet aux humains de pallier les défaillances de leur mémoire. Car le document, en tant que dispositif de stockage du savoir, est, pour les auteurs, un outil qui peut aider les humains à mieux contrôler les altérations qu’ils font subir à leur passé par le biais de l’« oubli », de la « distraction », du « blocage », de la « mauvaise attribution » ou de la « suggestibilité ». En outre, toujours selon Tricot, Lemarié et Sahut, l’un des avantages principaux du document est qu’il peut être mobilisé par les humains pour enseigner à d’autres humains des savoirs. Dans ce cas, l’objectif est généralement que ces humains puissent développer de nouvelles connaissances utiles pour leur avenir plus ou moins proche ou lointain. Les auteurs montrent ensuite comment les différentes techniques d’organisation (c’est-à-dire « réseau » ou « silo ») et d’indexation (c’est-à-dire « sémantique » ou « externe ») qui permettent d’assembler les documents autorisent un accès plus ou moins aisé de l’utilisateur aux connaissances.

6Dans le chapitre 2, les auteurs définissent ce qu’est la pertinence d’un document. Ils proposent plus exactement de s’approprier la théorie de la pertinence issue de la pragmatique linguistique (Sperber et Wilson, 1989) et de l’appliquer à la relation documentaire. Les auteurs nous disent que « la pertinence caractérise une relation entre un humain (au moins) qui présente un déficit de connaissance et une entité (un ou plusieurs autres humains et/ou plusieurs documents) qui comble, au moins partiellement, ce déficit de connaissance » (p. 55). Pour Tricot, Lemarié et Sahut, la notion de besoin d’information joue un rôle central dans la relation de pertinence qui peut exister entre un document et son utilisateur. L’utilisateur mobilise un document parce qu’il a un manque de connaissance dans une situation donnée. L’évaluation qu’il fait de la pertinence de ce document dépend donc principalement de la représentation que ce même utilisateur se fait, durant cette même situation, de son besoin d’information. Par conséquent, du point de vue de l’utilisateur, la pertinence d’un document est variable. Toute la difficulté, pour le concepteur, est ainsi de pouvoir élaborer un document qui soit perçu comme pertinent par ceux qui vont l’utiliser compte tenu de la variabilité de leur besoin d’information. Selon les auteurs, cette difficulté est l’une des spécificités de la relation documentaire. S’il est si difficile, pour le concepteur d’un document, d’anticiper les besoins d’information de ses utilisateurs, c’est parce que le document n’implique pas la coprésence de celui qui le conçoit et de celui qui l’utilise. C’est d’ailleurs en vertu de cette qualité que le document autorise l’extension de la communication dans l’espace et dans le temps. Notons que dans ce chapitre, le lecteur peut également trouver quelques idées sur les enjeux associés aux relations existantes entre pertinence, popularité et indexation sociale. Ces réflexions, faisant entre autres référence aux travaux de Dominique Cardon (2015), sont intéressantes dans la mesure où elles portent directement sur les technologies de classement des documents diffusés sur Internet. Elles apparaissent toutefois abordées de manière trop sommaire et auraient probablement mérité d’être mieux intégrées à la théorie du document proposée par les auteurs.

7Dans le chapitre 3, Tricot, Lemarié et Sahut traitent du problème de la « quantité documentaire », c’est-à-dire de la capacité que détient un document à faciliter ou non l’apprentissage de nouvelles connaissances par celui qui le mobilise. Les auteurs s’appuient pour cela sur les travaux de Michael K. Buckland (1997) afin de dégager trois grandes catégories de signification du mot information : 1) l’information-comme-connaissance qui correspond à la connaissance que l’utilisateur peut tirer des informations véhiculées par le document ; 2) l’information-comme-processus qui renvoie au processus d’apprentissage qui permet à l’utilisateur d’un document de s’informer ; 3) l’information-comme-chose qui désigne l’ensemble des entités physiques (bits, sons, images, etc.) qui composent le document et qui sont perçues comme signifiantes par celui qui l’utilise. Les auteurs se réfèrent ensuite aux travaux de Peter Pirolli (2007) pour définir l’activité de fouille d’information comme une activité rationnelle consistant à maximiser le rapport intérêt/coût qui est associé à la recherche et au traitement de l’information. Soulignons toutefois que Tricot, Lemarié et Sahut nuancent le caractère maximisateur de la théorie de la fouille de l’information en limitant la rationalité de « l’homme informavore » de Pirolli d’une façon qui n’est pas sans rappeler les arguments d’Herbert A. Simon (1992). À l’aide de ces différents concepts et théories, les auteurs développent l’une des idées fortes de l’ouvrage, c’est-à-dire celle selon laquelle la problématique de la richesse de l’offre informationnelle n’est pas univoque. Les auteurs soutiennent en effet que, lorsque l’expression « trop plein d’information » évoque l’information-comme-connaissance pertinente, il y a bien des problèmes de charge cognitive, mais pas d’obésité informationnelle. Si la mémoire à court terme est limitée, la mémoire à long terme est, quant à elle, illimitée. Selon les auteurs, c’est avant tout l’information-comme-chose non-pertinente qui, en posant des problèmes de bruit documentaire, peut provoquer ce que certains appellent l’infobésité.

8Dans la continuité du chapitre 3, les auteurs traitent, dans le chapitre 4, de la qualité documentaire. C’est ici que Tricot, Lemarié et Sahut proposent leur modèle d’analyse ACC dont le but est de permettre la représentation des relations existantes entre autorité informationnelle, confiance épistémique et crédibilité. La crédibilité est comprise comme « une caractéristique conférée à une information selon la croyance en sa valeur de vérité » (p. 103). La confiance épistémique est définie comme « la relation dans laquelle un récepteur attribue à une source la capacité à produire une information crédible » (p. 103). L’autorité informationnelle correspond à la reconnaissance et à l’acceptation du pouvoir d’influence de sa source, « ce qui signifie que le lecteur accepte que [cette] source puisse modifier ses opinions, ses connaissances, ses décisions » (p. 104). Les auteurs exposent ensuite comment l’autorité d’une source dépend des institutions de savoir dans la mesure où celles-ci peuvent ou non conférer une certaine autorité informationnelle à un document. Puis, ils explicitent comment les relations entre autorité informationnelle, confiance épistémique et crédibilité peuvent, dans certains cas, être du type descendant : l’autorité informationnelle garantit la confiance épistémique, c’est-à-dire la capacité d’une source à produire une information crédible, qui garantit, par là même, la crédibilité de l’information, c’est-à-dire la croyance que l’utilisateur a en sa valeur de vérité. Néanmoins, les auteurs soulignent que, dans d’autres cas, les relations sont inversées : plus la croyance en la valeur de vérité d’une information est partagée par un grand nombre d’utilisateurs, plus la source de cette information est digne de confiance et plus son autorité est grande. En référence aux travaux de Sperber et Wilson, les auteurs exposent alors la dimension relationnelle de la crédibilité et de la confiance : un peu comme dans le cas de la pertinence chez Sperber et Wilson, le concepteur du document cherche, chez Tricot, Lemarié et Sahut, à être crédible pour gagner la confiance de l’utilisateur dans le même temps que ce dernier attribue au concepteur cette même intention. Les auteurs ajoutent finalement que la confiance épistémique peut varier en fonction de divers facteurs sociocognitifs comme les connaissances antérieures de l’utilisateur, ses compétences documentaires ou métacognitives, mais aussi en fonction de différents facteurs sociodémographiques comme l’âge, le genre ou le milieu social. Ils concluent le chapitre 3 en soulignant que la qualité documentaire ne fait pas seulement l’objet d’un jugement épistémique. Elle fait aussi l’objet d’un jugement pragmatique dans la mesure où les utilisateurs d’un document cherchent souvent à limiter les efforts physiques et cognitifs pour accéder à l’information. Dans la tradition de la psychologie cognitive, Tricot, Lemarié et Sahut finissent par mettre en avant que les jugements, qu’ils soient épistémiques ou pragmatiques, renvoient à des processus cognitifs qui sont plus ou moins contrôlés (c’est-à-dire de l’ordre de l’analyse) ou automatiques (c’est-à-dire de l’ordre de l’heuristique).

9Dans une certaine mesure, le dernier chapitre fournit quelques éléments de réflexion sur la façon dont la « manière documentaire », c’est-à-dire la mise en forme d’un document, peut jouer sur le jugement pragmatique en favorisant ou non la transformation, par l’utilisateur, des informations en connaissances. Les auteurs exposent les trois principales fonctions de la mise en forme d’un document : 1) « aider le lecteur-utilisateur à sélectionner les informations jugées importantes par l’auteur-concepteur » (p. 126) ; 2) « aider le lecteur à organiser mentalement les informations du document en un tout cohérent » (p. 126) ; 3) « guider [le lecteur-utilisateur] dans l’exploration d’une page et dans la navigation entre les pages » (p. 126). Tricot, Lemarié et Sahut présentent différents résultats de recherche permettant d’illustrer comment la mise en forme d’un document peut ou non faciliter la compréhension et l’apprentissage, par l’utilisateur, des connaissances qu’il doit permettre de véhiculer. Par exemple, ils montrent comment apprendre à partir de mots et d’images est généralement plus efficace qu’apprendre à partir de seuls mots ou de seules images (et cela, même s’ils soulignent que cette amélioration dépend de la manière dont les textes et les images sont intégrés). Tricot, Lemarié et Sahut mettent également en avant le fait que, lorsqu’un document implique la mise en relation, de la part de l’utilisateur, d’informations iconiques et verbales, cet utilisateur a plus de facilité à comprendre ce document si l’information verbale est présentée visuellement : c’est le principe de modalité.

10En conclusion, les auteurs précisent que leur théorie du document est une manière de mettre en exergue la « nécessité de penser la révolution des technologies de l’information et de communication comme une révolution documentaire » (p. 133). Ils soulignent ensuite le caractère fonctionnaliste de leur théorie dans la mesure où celle-ci comprend le document à travers ses deux fonctions principales : la fonction mnésique, c’est-à-dire sa capacité à pallier les défaillances de la mémoire humaine, et la fonction de communication, c’est-à-dire sa capacité à permettre à des humains d’échanger avec d’autres humains, peu importe leur éloignement dans l’espace et dans le temps. Les auteurs reviennent sur la façon dont, dans la lignée des travaux de Sperber et Wilson, leur théorie fait directement référence aux maximes de Paul Grice (1975, 1978) et insiste en ce sens sur la dimension coopérative de la relation documentaire : si celle-ci fonctionne, c’est parce que le concepteur du document essaie de la maîtriser du mieux qu’il peut (cf. maxime de pertinence) en contrôlant le nombre (cf. maxime de quantité) et la qualité (cf. maxime de véridicité) des informations qu’il souhaite transmettre à l’utilisateur ainsi que la forme de leur présentation (cf. maxime de manière). À l’instar de Niels Lund, les auteurs considèrent que tout document est composé de dimensions physique, mentale et sociale. Le document a une dimension physique dans le sens où il possède, entre autres, une mise en forme qui doit encourager la transformation, par l’utilisateur, des informations en connaissances. Il a une dimension mentale dans la mesure où il doit permettre le stockage et le déplacement de différentes représentations dans l’espace et dans le temps de façon à favoriser l’apprentissage, par ceux qui l’utilisent, de nouvelles connaissances. Il a une dimension sociale étant donné qu’il ne peut exister qu’au sein d’un groupe d’individus qui lui confère une plus ou moins grande autorité informationnelle.

Une théorie du document pertinente

11L’ouvrage rédigé par Tricot, Lemarié et Sahut nous est apparu, sans aucune équivoque, comme pertinent. Pourquoi ? Parce que, dans l’ensemble, ce livre est : 1) relativement facile à lire, 2) doté d’une certaine autorité et 3) utile.

12Commençons par le premier point. Le livre de Tricot, Lemarié et Sahut est maîtrisé sur le plan de la forme. Il est écrit dans un style simple, clair et concis. Les chapitres sont équilibrés, ils ne sont pas trop longs et ils sont fragmentés en sections et sous-sections qui sont, elles aussi, à la fois équilibrées et relativement courtes. Chaque chapitre comporte différents schémas, figures et définitions qui rendent la mémorisation des idées principales plus aisée et, surtout, qui facilitent la navigation à l’intérieur du document. Les conclusions de ces chapitres sont claires et insistent, de manière synthétique, sur les éléments importants qui ont été présentés. L’ouvrage est court (160 pages au total, dont 138 pages de texte) et dense : si de nombreuses notions sont abordées, les auteurs n’en disent, chaque fois, pas plus qu’il n’en faut. Ce livre se veut une synthèse des travaux que les auteurs ont pu réaliser ou étudier afin d’élaborer leur théorie du document. L’objectif est atteint ; la synthèse est réussie. Nous souhaitons toutefois soulever quelques remarques.

13Il nous semble que l’ouvrage aurait pu mieux intégrer les différentes dimensions de la théorie du document présentée. Ce livre donne en effet l’impression que les chapitres ont été rédigés séparément, pour ensuite être juxtaposés. Au regard des différents travaux de recherche effectués par les trois auteurs, nous pourrions même faire l’hypothèse que Tricot aurait pris en charge la rédaction des chapitres 1, 2 et 3 ; Sahut, la rédaction du chapitre 4 ; Lemarié, celle du chapitre 5. En soi, une telle répartition des tâches ne poserait évidemment aucun problème. Le souci est, à tout le moins de notre point de vue, que le vocabulaire mobilisé n’est pas toujours bien harmonisé et qu’il peut ainsi provoquer quelques difficultés de compréhension. Par exemple, les auteurs offrent une suite de définitions précises permettant de distinguer connaissances, souvenirs et savoirs qui sont particulièrement intéressantes. Pour autant, ces définitions n’apparaissent pas toujours parfaitement mobilisées. Pour illustration, les auteurs parlent, dans certains cas, du document comme moyen d’accès aux « informations » et, dans d’autres cas, du document comme moyen d’accès aux « connaissances ». Bien sûr, lorsque ces deux expressions sont utilisées pour désigner des processus différents, il n’y a aucune source de confusion. Le problème est que cela ne semble pas toujours être le cas : dans le texte, ces deux expressions apparaissent être utilisées comme synonymes. Il en découle un sentiment de confusion étant donné que ces deux expressions ne représentent pas les mêmes processus cognitifs du point de vue des définitions proposées dans le chapitre 1. Autre exemple, dans le chapitre 4, le terme de récepteur (qui est une notion plus propre aux sciences de l’information et de la communication) est plusieurs fois utilisé pour désigner ce que les auteurs appellent plus généralement « l’utilisateur » (qui est, cette fois-ci, une notion plus propre à l’ergonomie). Encore là, l’exemple n’est pas, en soi, vraiment problématique. Simplement, il semble indiquer que les représentations mentales que les auteurs se font de la théorie du document pourraient être mieux harmonisées. En référence aux travaux de Grice, une telle harmonisation serait en effet susceptible de favoriser une meilleure compréhension, par le lecteur, de ce que les auteurs veulent dire collectivement. À la décharge de Tricot, Lemarié et Sahut, nous souhaitons toutefois préciser que nous avons conscience qu’une telle harmonisation n’est pas simple dans la mesure où, d’une part, les auteurs ne sont pas tous issus de la même discipline et, d’autre part, ils prennent par là même le risque de s’aventurer dans une difficile interdisciplinarité. Il est alors important de mentionner que cette prise de risque a été fructueuse puisqu’une des grandes qualités de la théorie que les auteurs proposent réside justement, à tout le moins à nos yeux, dans son interdisciplinarité. Nous reviendrons sur ce dernier point.

14Comme nous l’avons annoncé, l’ouvrage de Tricot, Lemarié et Sahut est non seulement un document qui est aisé à prendre en main, mais il est également doté d’une certaine autorité dans le sens où la théorie que les auteurs proposent permet de mieux comprendre la relation documentaire. Lors de la lecture, il nous a ainsi été difficile, pour reprendre une expression des auteurs, de ne pas reconnaître et accepter l’influence de ce document sur notre environnement cognitif. Plusieurs raisons pourraient expliquer cette autorité informationnelle que nous avons conférée au livre de Tricot, Lemarié et Sahut. L’une d’entre elles est que les notions de pertinence, d’information, de confiance et de format de présentation qui sont au fondement de la théorie du document sont systématiquement présentées à l’aide de solides travaux empiriques. Cependant, ici aussi, nous croyons qu’il est possible de formuler quelques remarques : il nous semble qu’une réserve peut être émise à l’égard des références mobilisées. Car, si la littérature scientifique portant sur les mécanismes cognitifs impliqués dans la relation documentaire est abordée de façon relativement complète, synthétique et précise, il n’en est pas de même pour celle portant sur les mécanismes sociaux qui permettent à cette même relation de fonctionner. Explicitons.

15Tricot, Lemarié et Sahut pointent, à juste titre, le rôle de la confiance dans la relation documentaire, et donc, par voie de conséquence, dans les processus de production de connaissance. Or, de nombreux sociologues et économistes se sont depuis longtemps intéressés au rôle de la confiance dans ces processus, même s’il est vrai qu’à notre connaissance, ils ne parlent jamais explicitement de la place qu’y occupe le document. Par exemple, sans entrer dans les détails, John M. Keynes (1973) accorde une attention particulière aux situations de crises cognitives que les agents économiques peuvent connaître lors de leurs activités décisionnelles. Dans les termes des auteurs de la théorie du document, les agents économiques qui intéressent Keynes éprouvent souvent un manque de connaissance au moment de prendre leur décision, et ce, même si Keynes n’utilise ni la notion de manque de connaissance ni celle de besoin d’information. Il n’en reste pas moins qu’un des principaux apports des travaux de Keynes est qu’ils montrent que ces mêmes agents économiques mobilisent différentes conventions pour combler leur manque de connaissance, résoudre leur crise cognitive et se donner ainsi les moyens de réaliser les anticipations qui leur permettront de prendre leur décision. D’autres auteurs, par exemple Mark Granovetter (1985) et Lucien Karpik (2007), ont alors prolongé ces travaux en expliquant comment la confiance que les acteurs économiques accordent aux conventions pointées par Keynes peut dépendre de leurs réseaux de relations interpersonnelles (Granovetter, 1985) ou encore des différents dispositifs de jugement qu’ils peuvent mobiliser pour les aider à définir et à résoudre leur problème de décision (Karpik, 2007). Par ces quelques exemples qui sont loin d’être exhaustifs, nous souhaitons mettre en avant le fait que de nombreux autres travaux que ceux cités par Tricot, Lemarié et Sahut auraient pu être mobilisés pour aider le lecteur (et pourquoi pas les auteurs) à mieux se représenter les relations existantes entre autorité, confiance et crédibilité ainsi que leur rôle dans la relation documentaire. Les spécialistes des sciences sociales pourront en ce sens se demander pourquoi les travaux classiques de Kenneth Arrow (1974) sur le rôle social de la confiance, de Niklas Luhmann (2006) sur la confiance comme réduction de la complexité ou de Georg Simmel (2010) sur la place qu’occupe la confiance entre connaissance et ignorance ne sont pas cités dans l’ouvrage de Tricot, Lemarié et Sahut. Ces études et, plus largement, celles qui sont issues de l’immense littérature en économie et en sociologie qui porte sur la confiance (Laurent, 2009) ne pourraient-elles pas permettre aux auteurs de discuter de leur modèle ACC, de l’enrichir ou de le consolider ? Il est possible que ce manque soit, au moins en partie, dû à l’une des nombreuses complexités que pose l’interdisciplinarité : il est difficile de croiser les points de vue disciplinaires sur un même objet, car il est difficile de les adopter avec une même maîtrise. Dans tous les cas, nous souhaitons insister sur le fait que ce manque est, selon nous, bien moins considérable que les avantages apportés par le caractère interdisciplinaire de la théorie du document proposée par Tricot, Lemarié et Sahut.

16Une autre remarque mérite, d’après nous, d’être formulée. Celle-ci est plus propre à l’économie générale du livre de Tricot, Lemarié et Sahut. Nous pensons que cet ouvrage aurait pu gagner en qualité documentaire en pointant avec plus de précision comment le jugement pragmatique et le jugement épistémique peuvent ou non interagir. Après tout, le jugement épistémique ne peut-il pas dépendre, au moins en partie, du jugement pragmatique ? Autrement dit, l’autorité informationnelle d’un document ne peut-elle pas dépendre de la manière dont celui qui le mobilise perçoit l’utilité et le coût de son utilisation ? Par exemple, n’est-il pas possible d’imaginer une situation où l’utilisateur accorde au document une certaine autorité informationnelle, c’est-à-dire reconnaît et accepte son pouvoir d’influence, sans pour autant pouvoir réellement évaluer ni la crédibilité des informations véhiculées (il n’a pas de connaissance du domaine) ni la source du document (dans notre situation fictive, le document ne serait pas porteur de signes symbolisant l’expertise ou l’honnêteté intellectuelle de sa source) ? Bien entendu, une telle situation ne serait probablement pas souhaitable étant donné qu’elle pourrait ouvrir la voie à des formes de manipulation que les utilisateurs ne pourraient pas suffisamment contrôler, ni en se référant à leurs propres connaissances ni en se référant (même aveuglément) à celles d’autrui. Pour autant, une telle situation ne pourrait-elle pas exister ? De façon plus générale, nous aurions ainsi apprécié que les auteurs approfondissent quelques idées sur la manière dont, du point de vue de l’utilisateur, les différentes dimensions que sont l’utilité d’un document, le coût qu’implique son traitement et son autorité informationnelle peuvent ou non interagir les unes avec les autres.

17Encore une fois, les remarques que nous venons jusqu’ici de formuler n’enlèvent rien à la pertinence générale que nous avons accordée au livre de Tricot, Lemarié et Sahut. Répétons-le, nous avons trouvé cet ouvrage utile. Et si ce livre nous est apparu comme tel, c’est parce qu’il nous a permis de mieux saisir comment la relation documentaire, pour fonctionner, n’implique pas que du cognitif ni que du social, mais du cognitif et du social ; ce qui est, selon nous, un avantage majeur de la théorie du document. En référence à ce que nous avons dit plus haut, la grande qualité de cette théorie est qu’elle est interdisciplinaire. De notre point de vue, cette interdisciplinarité est particulièrement réussie : elle permet de soutenir l’idée que, s’il apparaît curieux d’isoler le document (et les informations qu’il véhicule) de la société qui le fait exister, il est tout aussi bizarre d’imaginer comprendre les usages que les humains en font sans s’intéresser aux processus cognitifs qu’implique leur traitement. Sur ce point, il est important de bien comprendre que, si une telle idée peut sembler aller de soi, il n’en est rien. À notre connaissance, il existe très peu d’auteurs qui se sont réellement engagés dans la voie tracée par Tricot, Lemarié et Sahut. Comme le soulignent à juste titre Fabrice Clément et Laurence Kaufmann (2011), les tensions qui existent entre sciences sociales et sciences cognitives sont telles que les collaborations entre ces deux disciplines sont souvent considérées comme impossibles. L’ouvrage de Tricot, Lemarié et Sahut nous montre pourtant que ces sciences peuvent se compléter et ouvrir ainsi d’intéressants programmes de recherche. Si les auteurs soulignent dans leur livre, et avec beaucoup de modestie, que leur théorie du document est une proposition parmi d’autres qui doit être prolongée, notamment par des travaux empiriques, nous souhaitons en ce sens insister sur l’importance de cette contribution du point de vue des sciences de la communication et, plus largement, des sciences humaines et sociales.

18Pour bien comprendre la portée de cette contribution, il n’est pas inutile de rappeler qu’à travers la réappropriation des travaux de Grice, Sperber et Wilson proposent un modèle de la communication ostensive et inférentielle qui permet de combler les limites du modèle de la communication codique et conventionnelle que l’on retrouve chez John L. Austin et qui a été formalisé par John Searle (1969, 1979). Pour Sperber et Wilson, la communication ne recouvre pas, en effet, un strict processus d’encodage du sens que le locuteur souhaite exprimer, puis de décodage de ce sens par l’interlocuteur. Autrement dit, à la différence de Searle et dans le sens de Grice, Sperber et Wilson ne considèrent pas que la communication repose sur le principe d’exprimabilité. Dans les situations de communication ordinaires, le message n’exprime pas la pensée du locuteur : c’est un simple indice de ce qu’il veut dire. Pour retrouver la pensée du locuteur, l’interlocuteur doit faire des inférences en s’appuyant, notamment, sur les différents indices qui composent la situation de communication. C’est précisément pour cette raison que, chez Sperber et Wilson, comme chez Grice, respecter le code et les conventions langagières ne suffit pas à garantir la réussite d’une communication. Pour être efficace, c’est-à-dire avoir un effet sur l’environnement cognitif de l’interlocuteur, le message du locuteur doit être pertinent. Pour Sperber et Wilson, la réussite d’une communication dépend alors, du point de vue de l’interlocuteur, de l’utilité et du coût du traitement du message que le locuteur exprime (et ce dernier le sait). Comme nous l’avons vu dans la section précédente, tout le travail de Tricot, Lemarié et Sahut est de proposer une application du modèle de la communication ostensive et inférentielle au domaine de la relation documentaire. Au regard de la qualité de cette application, cette contribution pourrait s’arrêter là et être considérée comme satisfaisante. Il est donc remarquable de noter que la contribution des auteurs dépasse cette appropriation. De notre point de vue, Tricot, Lemarié et Sahut effectuent ce dépassement dans la mesure où ils enrichissent le modèle de la communication ostensive et inférentielle de Sperber et Wilson en réintégrant une partie du modèle de la communication codique et conventionnelle de Searle. Ils le font par le biais de leur modèle ACC qui, certes, est développé sur la base de la maxime de qualité de Grice, mais qui permet néanmoins d’accorder à la dimension codique et conventionnelle de la communication une place plus importante que ne le fait le modèle de la communication ostensive et inférentielle de Sperber et Wilson. Car, dans leur théorie de la pertinence, Sperber et Wilson considèrent essentiellement la dimension pragmatique de la communication, c’est-à-dire le coût et l’utilité du message communiqué. Tricot, Lemarié et Sahut ajoutent la dimension épistémique en introduisant le rôle de l’autorité informationnelle dans leur modèle de communication documentaire. Selon nous, cet apport est d’autant plus pertinent que, d’une part, il est cohérent du point de vue de l’architecture conceptuelle que proposent les auteurs et que, d’autre part, il ouvre une voie intermédiaire entre sciences cognitives et sciences sociales qui est réellement attrayante.

Et pourquoi pas une théorie de la pertinence du document ?

19La théorie du document de Tricot, Lemarié et Sahut est donc pertinente. Pour autant, l’intitulé de cette théorie est-il bien correct ? Cette théorie n’est-elle pas, plutôt, une théorie de la pertinence du document ? Compte tenu de la forte filiation des travaux de Tricot, Lemarié et Sahut avec ceux de Grice, Sperber et Wilson, il nous semble que la réponse pourrait être positive. En tout cas, de notre point de vue, les auteurs seraient susceptibles de trouver un double avantage à requalifier leur théorie du document de théorie de la pertinence du document.

20D’abord, cette requalification permettrait de préciser la posture intellectuelle qui a permis aux auteurs d’élaborer leur théorie. Ce faisant, Tricot, Lemarié et Sahut offriraient à leurs lecteurs les moyens de mieux cibler et délimiter l’espace d’investigation qu’ouvre leur contribution. Cela devrait a priori aider ces mêmes lecteurs à mieux positionner cette théorie par rapport à celles élaborées par leurs collègues. Nous pensons, par exemple, à la théorie du document que propose Manuel Zacklad (2006, 2015) et qui se distingue de celle de Tricot, Lemarié et Sahut, notamment parce qu’elle repose sur une posture que nous pourrions qualifier de sémiotique. Dans leur ouvrage, Tricot, Lemarié et Sahut expliquent que les travaux portant sur le document ne forment pas un champ disciplinaire bien structuré. Il nous semble qu’en spécifiant le nom de leur théorie, Tricot, Lemarié et Sahut participeraient alors à la structuration de ce champ. Ils laisseraient une place plus facilement repérable aux collègues concurrents qui s’intéressent au même objet, et surtout, ils permettraient de cette façon à leurs lecteurs de repérer plus aisément les points de discussion possibles. Cela vaut évidemment pour la théorie du document développée par Zacklad.

21Ensuite, nous pensons que cette requalification pourrait constituer une occasion d’améliorer le caractère interdisciplinaire de la théorie proposée. En spécifiant explicitement que leur théorie du document est une théorie de la pertinence du document, les auteurs s’offriraient, selon nous, la possibilité de mieux inscrire leur proposition au sein de la théorie de la contagion des idées développée par Sperber (1996). Et cette théorie, qui n’est d’ailleurs jamais citée dans le livre de Tricot, Lemarié et Sahut, pourrait être d’un grand intérêt pour comprendre concrètement comment peuvent s’articuler les dimensions cognitive et sociale de la pertinence d’un document. D’après cette théorie, les documents peuvent en effet être considérés comme des représentations publiques qui expriment les représentations mentales de ceux qui les conçoivent. Précisons que, chez Sperber (idem.), les représentations publiques ne doivent pas être comprises comme des reproductions parfaites de représentations mentales : à la suite des travaux de Grice, elles n’en sont que des indices. Dans le sens de ce que nous avons dit précédemment, ce point est important puisqu’en réfutant le principe d’exprimabilité de Searle, Sperber et Wilson infirment l’idée qu’une communication réussie est nécessairement transparente. Ces derniers rendent de cette façon possible l’explication théorique des cas de tromperie qui ne sont pas rares d’un point de vue empirique. Sur le plan de la pragmatique linguistique, les implications de cette avancée ne sont pas négligeables étant donné que la communication langagière ne peut plus, à partir de là, être comprise comme un seul moyen d’informer autrui : c’est aussi un moyen de le tromper (Sperber, 2000).

22Reprenons une illustration souvent mobilisée par Sperber (idem.) : en crachant la baie avec une grimace de dégoût, Marie sait qu’elle va être pertinente devant Pierre puisque celui-ci la regarde avec un air à la fois curieux et inquiet. Sachant qu’elle va par cette action communiquer à Pierre une réponse à son besoin d’information, elle sait qu’elle va influer sur sa pensée et ainsi pouvoir garder les baies de l’enclos pour elle. En crachant la baie, Marie a l’intention de faire croire à Pierre que les baies de l’enclos sont mauvaises. La communication est réussie. L’intention de Marie se traduit par l’action de Pierre qui s’en va un peu plus loin. Continuons cette histoire afin d’exemplifier en quoi la théorie de la contagion des idées (Sperber, 1996) permet de mieux saisir comment peuvent s’articuler les rôles cognitif et social du document. Pierre étant à la fois bavard et convaincant, l’idée que les baies de l’enclos ne sont pas comestibles ne tarde pas à circuler au sein de son village. À tel point que Paul, le maire de ce village, ordonne la pose d’un panneau indiquant « Non comestibles » juste devant les baies de l’enclos. Marie étant le chef des cantonniers de la mairie, elle propose avec entrain de fabriquer et de poser ce panneau. Celui-ci bénéficie efficacement à la diffusion de la tromperie de Marie : même à l’extérieur du village, tout le monde sait que les baies de l’enclos sont mauvaises ; ce qui est faux, et Marie s’en réjouit. Aussi, les représentations mentales de Marie, de Pierre, de Paul, des habitants du village de Pierre, des villages voisins et les représentations publiques que constituent le comportement de Marie, les énoncés de Pierre, de Paul, des habitants du village de Pierre, des villages voisins et, surtout, le panneau forment ce que Sperber (idem.) appelle une chaîne causale cognitive. L’idée que les baies de l’enclos sont mauvaises, grâce à la pertinence que leur accordent les différents acteurs susmentionnés et par le biais de la chaîne causale cognitive dont nous venons de parler, a progressivement pu être instituée. Elle fait maintenant société. Sperber (idem.) qualifierait cette chaîne causale cognitive de « sociale ». Pourtant, un beau matin, Estelle, la petite fille effrontée de Paul, va se risquer à goûter les baies de l’enclos ; et elle les trouve très à son goût. La contagion d’une nouvelle représentation va lentement émerger ; de telle sorte que la pertinence du panneau qui informe sur le caractère non comestible des baies de l’enclos finit par être sérieusement remise en question.

23Dans le sens de ce que nous avons annoncé plus haut, l’intérêt de cette histoire fictive est de souligner que la théorie de la contagion des idées de Sperber (idem.) pourrait venir étayer la théorie du document de Tricot, Lemarié et Sahut en ouvrant une réflexion sur la façon dont le document peut participer à la diffusion et à la structuration des représentations au sein des collectifs humains. La théorie de la pertinence du document qui pourrait découler de cette réflexion consisterait ainsi non plus seulement à chercher à comprendre comment une relation documentaire particulière s’écarte du modèle idéal et rationnel que proposent Tricot, Lemarié et Sahut, mais aussi à chercher à comprendre comment est produite la pertinence d’un document sur un plan purement empirique. Car, pour Sperber (idem.), l’intérêt de la théorie de la pertinence (Sperber et Wilson, 1989) réside précisément dans le fait qu’elle permet d’expliquer comment peuvent se faire et se défaire les chaînes causales cognitives sociales. Rappelons que, dans la perspective matérialiste et évolutionniste de Sperber (idem.), les explications permettant de comprendre la pertinence d’une idée, et donc sa contagion, doivent d’abord être cherchées dans l’espace des processus cognitifs dits naturels qui se jouent à un niveau infra-individuel (Clément et Kaufmann, 2011). Toutefois, les travaux d’Emmanuel Lazega (2011) montrent bien que ces explications peuvent également être cherchées au sein d’un espace cognitif plus socialisé et distribué qui se joue à un niveau inter-individuel (Clément et Kaufmann, 2011). En référence aux travaux de Vincent Descombes (1996) ou à ceux de Luc Boltanski et Laurent Thévenot (1991), nous pourrions même ajouter que la pertinence est une construction que les acteurs produisent à partir d’institutions de sens, ou encore, de principes d’équivalence qui dépassent le niveau inter-individuel (Clément et Kaufmann, 2011). Dans le sens des travaux de Sperber (2000) et de l’histoire fictive que nous venons de conter, ceux de Franck Cochoy et ses collègues (2004) nous rappellent alors que, de façon plus générale, la pertinence d’un document peut recouvrir d’importants enjeux de captation puisqu’elle peut faire l’objet d’un double processus visant, pour le concepteur, à mieux comprendre les attentes de l’utilisateur afin de pouvoir, in fine, mieux les manipuler.

24Dans la continuité des arguments que nous venons de présenter et étant donné que le document est une technologie de communication, nous pensons que la sociologie des sciences et des techniques est susceptible d’apporter des éléments utiles pour étudier la pertinence d’un document et comprendre comment celui-ci peut participer à la production de chaînes causales cognitives sociales. Par exemple, à travers sa théorie des scripts, Madeleine Akrich (1987, 1989) propose d’étudier le pouvoir d’agentivité des objets techniques par le biais de l’étude d’un triple processus de description, d’inscription et de prescription. D’après cette théorie, les concepteurs d’un document commencent par construire une représentation des usages que les lecteurs peuvent faire de ce document ainsi que de leurs environnements d’action. À travers le processus d’inscription, les concepteurs matérialisent cette description durant l’élaboration du fond et de la forme de ce même document. Ces processus de description et d’inscription donnent alors forme à ce qu’Akrich appelle un scénario d’usage qui recouvre un nombre plus ou moins important de prescriptions. Ces prescriptions doivent permettre de cadrer ou, si l’on préfère, de guider l’utilisation que les lecteurs peuvent faire du document en question. Dans d’autres travaux, Akrich (1998) ajoute que les utilisateurs ne sont évidemment pas totalement soumis au pouvoir de prescription des objets techniques étant donné qu’ils sont capables de détourner les scénarii d’usages dont ils sont porteurs. En filigrane, nous retrouvons ici la fameuse théorie de l’esprit (Premack et Woodruff, 1978) qui est au fondement des travaux de Grice ainsi que de ceux de Sperber et Wilson : le locuteur-auteur-concepteur est capable de se représenter les états mentaux de l’interlocuteur-lecteur-utilisateur, et inversement.

25Et c’est précisément pourquoi, pour bien comprendre la dimension relationnelle de la pertinence d’un document, il nous semble intéressant de chercher à saisir comment celui-ci peut concrètement faire médiation entre les états mentaux de celui qui le conçoit et ceux de celui qui l’utilise. Pour ce faire, il serait par exemple possible de chercher à comprendre comment : 1) l’auteur-concepteur d’un document se représente la pertinence de celui-ci ; 2) cette représentation se manifeste dans le fond et la forme de ce document ; 3) le lecteur-utilisateur conçoit la pertinence de ce même document sur le plan cognitif, mais aussi sur le plan social. D’après nous, il n’est en effet pas impossible que la pertinence empirique d’un document se trouve à la croisée des trois points que nous venons de mentionner. Autrement dit, en référence à l’illustration que nous avons mobilisée en amont, si nous croyons qu’il est nécessaire de saisir comment les utilisateurs du panneau conçu par Marie infèrent les informations qu’il véhicule pour bien comprendre sa pertinence, nous pensons qu’il n’est pas non plus inutile, lorsque l’on s’intéresse à cette même pertinence, de savoir que ce panneau sert avant tout les intérêts de Marie. Notons qu’une fois que la pertinence empirique d’un document est comprise sur le plan cognitif et social, rien n’interdit de chercher à la comparer à une autre forme de pertinence, plus abstraite et idéale. Cela ouvrirait même la voie à une perspective critique qui nous apparaît nécessaire. Après tout, pourquoi une théorie du document ne pourrait-elle pas permettre d’aider les acteurs sociaux à mieux se représenter la pertinence des documents qu’ils conçoivent, qu’ils utilisent, et ainsi les aider à mieux la questionner ? C’est, du moins, la voie que semble tracer l’ouvrage de Tricot, Lemarié et Sahut. Peut-être que le glissement d’une théorie du document à une théorie de la pertinence du document permettrait de s’engager plus avant sur ce chemin...

Haut de page

Bibliographie

AKRICH, Madeleine (1987), « Comment décrire les objets techniques ? », Techniques et cultures, 9 : 49-64.

AKRICH, Madeleine (1989), « La construction d’un système socio-technique. Esquisse pour une anthropologie des techniques », Anthropologie et sociétés, 13(2) : 31-54.

AKRICH, Madeleine (1998), « Les utilisateurs, acteurs de l’innovation », Éducation permanente, 134 : 79-89.

ARROW, Kenneth (1974), The Limits of Organization, New York, W. W. Norton.

BOLTANSKI, Luc et Laurent THÉVENOT (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

BOULLIER, Dominique (2016), Sociologie du numérique, Paris, Armand Colin.

BRIET, Suzanne (1951), Qu’est-ce que la documentation ?, Paris, Éditions documentaires, industrielles et techniques.

BUCKLAND, Michael K. (1997), « What is a “document” ? », Journal of the American Society for Information Science, 48 : 804-809.

CARDON, Dominique (2015), À quoi rêvent les algorithmes. Nos vies à l’heure des big data, Paris, Seuil, Coll. « La République des idées ».

CLÉMENT, Fabrice et Laurence KAUFMANN (2011), La sociologie cognitive, Paris, Maison des sciences de l’Homme.

COCHOY, Franck (2004), La captation des publics : c’est pour mieux te séduire, mon client..., Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

DESCOMBES, Vincent (1996), Les institutions de sens, Paris, Minuit.

GRANOVETTER, Mark (1985), « Economic action and social structure: The problem of embeddedness », American Journal of Sociology, 91(3) : 481-510.

GRICE, Paul (1975), « Logic and conversation » dans Peter COLE et Jerry L. MORGAN, Syntax and Semantics 3: Speech Acts, New York, Academic Press, p. 41-58.

GRICE, Paul (1978), « Further notes on logic and conversation » dans Peter COLE, Syntax and Semantics 9: Pragmatics, New York, Academic Press, p. 113-128.

KARPIK, Lucien (2007), L’économie des singularités, Paris, Gallimard.

KESSOUS, Emmanuel, Kevin MELLET et Moustafa ZOUINAR (2010), « L’économie de l’attention : entre protection des ressources cognitives et extraction de la valeur », Sociologie du travail, 52(3) : 359-373.

KEYNES, John M. (1973), The Collected Writing VIII: A Treatise on Probability, Londres, Macmillan.

LAURENT, Éloi (2009), « Peut-on se fier à la confiance ? », Revue de l’OFCE, 108 : 6-30.

LAZEGA, Emmanuel (2011), « Pertinence et structure », Swiss Journal of Sociology, 37(1) : 127-149.

LUHMANN, Niklas (2006), La confiance : un mécanisme de réduction de la complexité sociale, Paris, Economica.

LUND, Niels (2009), « Document theory », Annual Review of Information Science & Technology, 43 : 399-432.

MOULIER-BOUTANG, Yann (2007), Le capitalisme cognitif : la nouvelle grande transformation, Paris, Amsterdam.

OTLET, Paul (1934), Traité de documentation : le livre sur le livre, théorie et pratique, Paris, Editiones Mundaneum.

PIROLLI, Peter (2007), Information Foraging Theory: Adaptative Interaction with Information, Oxford, Oxford University Press.

PREMACK, David et Gregory WOODRUFF (1978), « Does the chimpanzee have a theory of mind? », Behavorial and Brain Sciences, 4 : 515-526.

SEARLE, John (1969), Speech Acts, Cambridge, Cambridge University Press.

SEARLE, John (1979), Expression and Meaning, Cambridge, Cambridge University Press.

SIMMEL, Georg (2010), Sociologie : étude sur les formes de la socialisation, Paris, Presses universitaires de France.

SIMON, Herbert A. (1992), « De la rationalité substantive à la rationalité procédurale », Les Introuvables en langue française de H. A. Simon, Document n° 5 : 1-14.

SPERBER, Dan (1996), La contagion des idées. Théorie naturaliste de la culture, Paris, Odile Jacob.

SPERBER, Dan (2000), « La communication et le sens » dans Yves MICHAUD, Qu’est-ce que l’humain ? Université de tous les savoirs, vol. 2, Paris, Odile Jacob, p. 119-128.

SPERBER, Dan et Deirdre WILSON (1989), La pertinence. Communication et cognition, Paris, Minuit.

ZACKLAD, Manuel (2006), « Documentarisation processes in Documents for Action (DofA): The status of annotations and associated cooperation technologies », Computer Supported Cooperative Work, 15(2-3) : 205-228.

ZACKLAD, Manuel (2015), « Genre de dispositifs de médiation numérique et régimes de documentalité » dans Louise GAGNON-ARGUIN, Sabine MAS et Dominique MAUREL, Les genres de documents dans les organisations : analyse théorique et pratique, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 145-183.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Sébastien Vayre, « André TRICOT, Julie LEMARIÉ et Gilles SAHUT (2016), Le document : communication et mémoire », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le 26 février 2018, consulté le 18 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7525

Haut de page

Auteur

Jean-Sébastien Vayre

Jean-Sébastien Vayre est post-doctorant à la Télécom École de Management et membre du Laboratoire en Innovation, Technologies, Economie et Management (LITEM) (EA-7363). Courriel : jean-sebastien.vayre@telecom-em.eu

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals