Navigation – Plan du site
Recherches

Le post-factualisme

Réalité, communication, information et débat public
Gilles Gauthier

Résumés

L’auteur fait d’abord valoir que le « post-factualisme » et la « post-vérité », que d’aucuns observent à la suite du Brexit au Royaume-Uni et de l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis, peuvent être analysés à la lumière d’une distinction entre les rapports distincts à la réalité qu’entretiennent l’information et la communication. Ensuite, il avance que ce sont des phénomènes qui ne sont pas nouveaux en journalisme et dans le discours politique. Il en propose enfin une catégorisation en trois types différents : le faux, l’approximatif et le baratin.

Haut de page

Texte intégral

Les notions de vérité, de connaissance, d’universel et de raison […] sont à présent l’objet d’un soupçon permanent, encore plus manifeste quand on nous propose de les remplacer par des produits de substitution comme des vérités « plurielles », des connaissances « situées » et une raison plus « souple ». Pire, elles passent pour être de droite, alors qu’elles ont constitué depuis des siècles la base de la pensée progressiste (Pascal Engel, 2016).

  • 1 Pour ne faire état que de quelques interventions dans la presse québécoise : Robitaille (2016), Thi (...)
  • 2 Parmi beaucoup d’autres : Laurent (2016), Vinogradoff (2016), Cohen (2016), Egan (2016), Davies (20 (...)
  • 3 Il y a ainsi, dans l’idée du post-factualisme, un amalgame des concepts de réalité et de vérité don (...)

1Ils sont nombreux les commentateurs de l’actualité politique et les analystes des médias à prétendre, à la lumière du référendum sur le Brexit au Royaume-Uni et de la campagne de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine, que nous sommes entrés dans une « ère post-factuelle » où la considération de la réalité serait devenue accessoire1. Comme la référence à ces deux événements politiques l’indique, ce post-factualisme (postfactualism) est mis en lien avec un discours politique « post-vérité » (post-truth politics)2. Le recours généralisé au mensonge et aux émotions par les acteurs politiques serait l’illustration la plus évidente et même l’une des causes de la suppression de la considération des faits dans le débat public3.

2L’analyse du post-factualisme afférent aux campagnes du Brexit et de Trump qui a sans doute connu le plus grand retentissement est celle de Katharine Viner (2016). En plus de dénoncer les accrocs à la vérité des politiciens, Viner critique très durement la presse qui, selon elle, se montre incapable d’y faire contrepoids et se rend elle-même également coupable d’indifférence à l’égard de la réalité. Elle donne à ce propos l’exemple de la rumeur selon laquelle l’ancien premier ministre britannique David Cameron aurait commis un acte obscène avec une tête de porc lors d’une initiation estudiantine que la presse a diffusée sans prendre la peine d’en vérifier le bien-fondé. Ce post-factualisme pratiqué par la presse, Viner l’explique par la transformation que lui fait subir son environnement numérique, tout particulièrement les médias sociaux : « In the digital age, it is easer than ever to publish false information, which is quickly share and taken to be true » (ibid. : 4).

3Mon objectif premier est ici de fonder l’analyse de Viner dans une distinction entre les rapports spécifiques de l’information et de la communication à la réalité. À partir de cet ancrage, je chercherai à faire voir qu’en dépit de son acuité présente provoquée par les médias sociaux, le post-factualisme n’est pas un phénomène nouveau. J’en proposerai ensuite une catégorisation entre trois types distincts : le faux, l’approximatif et le baratin. Je conclurai en montrant que le post-factualisme est une cause d’une anomalie du débat public contemporain, son asymétrie.

L’information et la communication : des rapports distincts à la réalité

  • 4 Pour une vue détaillée de ce rapport de l’information à la réalité et à la vérité, voir Gauthier (2 (...)

4L’information et la communication entretiennent des relations différentes avec le réel. L’information est logiquement dépendante d’une réalité présupposée ; informer, c’est par définition rendre compte d’un fait. Ce fait peut être de diverses natures : physique, psychologique, institutionnelle ou même fictionnelle. Il peut être représenté de différentes façons : catégorique, négative ou conditionnelle, et à diverses fins : rapporter, mettre en question, conjecturer ou pronostiquer. Quel qu’en soit le mode d’opération, l’information a toujours pour condition de possibilité la reconnaissance d’une réalité. Il en est ainsi parce que l’information a pour caractéristique essentielle l’intentionnalité, au sens philosophique du terme, c’est-à-dire d’être dirigée vers ou de porter sur un objet autre qu’elle-même. Dès lors qu’est reconnue cette subordination formelle de l’information à l’égard de la réalité se pose la question de la vérité : si une unité d’information rend compte adéquatement (suivant son mode particulier de représentation) de la réalité sur laquelle elle porte, elle est vraie ; elle est au contraire fausse si elle propose une représentation inexacte de la réalité. Bien entendu, la représentation offerte de la réalité par l’information n’est pas la réalité elle-même, mais un calque plus ou moins approximatif4.

  • 5 L’exemple sans doute le plus célèbre est la formule « Le message, c’est le média » de Marshall McLu (...)

5La communication n’est pas assujettie de manière aussi contraignante au réel. Elle est également munie d’intentionnalité et, en cela, est relative à une réalité. Cependant, puisque sa visée n’est pas sa représentation en tant que telle, mais plutôt un échange à son propos, son rapport au réel est secondaire. La réalité s’impose moins à la communication parce que ce qui y prime, c’est l’interrelation, le partage, le dialogue. Certains vont même jusqu’à considérer que c’est moins un contenu d’information qui est communiqué dans une unité de communication, mais quelque aspect du rapport communicationnel5. Cette plus grande autonomie de la communication à l’égard de la réalité fait, pour reprendre la distinction de Bernard Williams (2002), qu’elle est soumise à un régime moins de vérité que de véracité : ses critères d’appréciation sont la sincérité et l’authenticité plutôt l’exactitude et l’adéquation au réel.

  • 6 On pourrait le marquer, entre autres façons, en soulignant que contrairement à l’information dont l (...)
  • 7 C’est ce qui explique que la communication soit un élément constitutif de la réalité sociale constr (...)

6La différence entre les rapports à la réalité de l’information et de la communication peut être marquée de la façon suivante : alors que l’information relève d’un principe réaliste, la communication procède d’un principe « constructiviste » (Gauthier, 2011). La réalité est une présupposition de l’information ; elle est pour elle un donné primitif indépendant. Tout au contraire, au moins pour une part, la communication produit une représentation qu’elle institue comme étant réelle6 ; elle est un lieu de co-construction d’une nouvelle réalité7.

7La presse, du moins dans sa pratique classique à laquelle se réfère Viner, est animée d’une intention et exerce une fonction informationnelle en vertu desquelles son objectif est de rendre compte de la réalité dans un souci de vérité : la raison d’exister des médias est « […] to find things out and tell […] the truth — to report, report, report » (ibid. : 9). De leur côté, les médias sociaux sont une instance d’abord communicationnelle : leur moteur essentiel est l’échange. Ils peuvent même être considérés comme l’archétype de l’activité de communication. Très fortement centrés sur le partage d’opinions et d’émotions, ils sont une forme exacerbée de son principe constructiviste : la réalité y est à ce point accessoire que la vérité peut y être presque totalement marginalisée.

8Au dire de Viner, c’est l’importance acquise par les médias sociaux qui cause la montée en puissance contemporaine du post-factualisme. Elle le met fort bien en évidence pour ce qui est de la presse. Non seulement les médias sociaux cannibalisent le journalisme, mais aussi ils pèsent tant sur lui qu’ils en modifient la pratique jusqu’à en dénaturer la nature :

we are in the midst of a fundamental change in the values of journalism — a consumerist shift. Instead of strengthening social bonds, or creating an informed public, or the idea of news as a civic good, a democratic necessity, it creates gangs, which spread instant falsehoods that fit their views, reinforcing each other’s beliefs, driving each other deeper into shared opinions, rather than established facts (ibid. : 7).

9Le jugement de Viner est sans équivoque : c’est sous l’influence pernicieuse des médias sociaux qu’est altéré le principe réaliste de la presse. On pourrait trouver à cette corruption diverses causes plus précises. L’une d’elles est certainement que les médias sociaux font perdre à la presse sa prérogative de gatekeeper du débat public en y permettant un accès direct sans contrôle à tout un chacun. La règle de vérification des faits du journalisme est de la sorte court-circuitée.

10Cet effet délétère, les médias sociaux ne l’exercent pas seulement sur le journalisme. Viner reprend à son compte le point de vue d’Emily Bell selon lequel ils colonisent l’ensemble de l’activité sociale : « Social media hasn’t just swallowed journalisme, it has swallowed everything. It has swallowed political campaigns, banking systems, personal histories, the leisure industry, retail, even government and security » (ibid. : 5)

Un phénomène récursif

11Distinctes quant à leur rapport à la réalité, l’information et la communication restent néanmoins liées l’une à l’autre. Pour être transmise, l’information doit être prise en charge dans un cadre communicationnel et la communication comporte un contenu informationnel relatif à la réalité qu’elle construit. Ce lien fait voir que le post-factualisme n’est pas propre à l’époque contemporaine et que la contamination post-factualiste présente du journalisme par les médias sociaux est la manifestation actuelle d’une possibilité structurelle.

12Le risque est constant que la communication « avale » l’information, pour reprendre le terme (swallowed) utilisé par Bell et Viner, et provoque de la sorte une indifférence à l’égard de la réalité. Preuve en est que peuvent être repérés des usages de différentes notions renvoyant au post-factualisme avant le référendum sur le Brexit et la campagne présidentielle de Trump, et même dans un passé beaucoup plus lointain. Bob Garfield (2014) analysait comment, dans ce qu’il désigne comme une ère post-informationnelle (post-information age), les sentiments et les croyances en viennent à remplacer les faits dans la couverture de presse de certains événements, de la même manière qu’il arrive que les convictions religieuses conduisent au rejet de théories scientifiques avérées. Paul Krugman (2011) critiquait certaines attaques menées contre les positions économiques du président Obama à la veille des élections présidentielles américaines de 2012 en les faisant relever en toutes lettres du post-truth politics et s’inquiétait de l’incapacité des médias à en faire voir l’inexactitude. Dans la même veine, David Sirota (2011) s’étonnait que les politiciens et les commentateurs qui s’efforcent de dire la vérité voient leur crédibilité amoindrie. Il y a plus longtemps encore, Carl Bybee (1999) et James Ettema (1987) avaient qualifié de post-factual age l’émergence du mélange des genres entre journalisme, fiction, divertissement et publicité. Bien qu’elles portent sur différents aspects, toutes ces analyses et critiques ont trait à une mise à distance des faits dans le discours politique et la presse.

  • 8 Yves Boisvert (2016) rapporte à ce propos avec amusement comment la campagne présidentielle américa (...)

13Le post-factualisme n’est donc pas un phénomène nouveau comme on est amené à la penser quand on affirme à son propos qu’il est constitutif d’une « ère nouvelle » dans laquelle nous venons tout juste d’entrer ou que nous assistons aujourd’hui à la « fin des faits ». Viner et d’autres commentateurs prennent d’ailleurs la peine de noter que, dans le passé, le discours politique et la vérité n’ont pas toujours fait bon ménage et que la presse ne s’est pas toujours acquittée correctement de sa mission de rapporter la réalité8. Si les médias sociaux sont à notre époque une déferlante qui vient dramatiquement crédibiliser la rumeur, l’opinion, l’émotion, le mensonge aux dépens de la prise en compte des faits, l’indifférence et l’aveuglement à l’égard de la réalité relèvent d’une mécanique récurrente d’écrasement de l’information par la communication.

  • 9 Cette extension est largement documentée. Voir, par exemple, Breton et Proulx (1989).
  • 10 Dans Gauthier (2010), j’ai cherché à faire voir comment ce journalisme de communication favorise l’ (...)

14Par ailleurs, la fragilisation de la presse par les médias sociaux décrite par Viner et la dissolution de son principe réaliste ne sont pas non plus des phénomènes isolés. Ils participent d’un mouvement d’ensemble plus ample. D’abord, les dernières décennies ont donné lieu à une forte extension de la communication au détriment de l’information. Il est devenu plus important d’entrer en relation d’échange que de transmettre des contenus ou, pour le dire d’une manière plus précise, les cadres et les dispositifs de communication ont acquis une certaine préséance sur l’information9. Ce déséquilibre en arrive même à « communicationnaliser » le journalisme. Jean Charron et Jean de Bonville (Charron et al., 2004 considèrent ainsi, dans leur théorie des mutations du journalisme, que nous sommes en train de passer, depuis les décennies 1970 et 1980, d’un paradigme du journalisme d’information à un paradigme du journalisme de communication dont les traits saillants sont, entre autres choses, une relation intersubjective entre les journalistes et leurs publics, une forme plus conversationnelle et divertissante du discours de presse ainsi qu’une plus grande place laissée au commentaire dans les médias et à l’intérieur même de la nouvelle10. L’un des principaux facteurs de ce changement de paradigme est, au dire de Charron et de Bonville, le développement des nouvelles technologies de communication.

  • 11 Qui suscite, il faut le dire, une vive réaction sous la double forme du néo-réalisme naturaliste de (...)

15Plus profondément, le post-factualisme se rattache au point de vue philosophique antiréaliste aujourd’hui très puissant. Sous les figures diverses (entre autres) du post-modernisme, des théories de la déconstruction et de la construction sociale de la réalité, l’existence d’un monde extérieur et la capacité d’en fournir une connaissance sont mises en doute, quand elles ne sont pas plus radicalement niées. À la faveur de cet antiréalisme se répand un soupçon à l’égard de tout ce qui prétend avoir statut d’évidence. Le post-factualisme caractérisé par Viner n’est en fait, pour une part importante, qu’un épiphénomène émergeant dans le discours politique et la presse d’un mouvement d’affranchissement revendiqué à l’égard du réel dans la pensée occidentale11.

16Considéré sous cet angle, le post-factualisme n’a pas plus d’originalité synchronique que diachronique. Il relève d’un constituant culturel général ou, pour le dire autrement, il est un trait saillant de la sensibilité intellectuelle contemporaine. Ainsi Ralph Keyes (2004)12 et Farhad Manjoo (2008) affirment-ils chacun de leur côté que s’est estompée la frontière entre la vérité et la fausseté dans l’ensemble de la vie contemporaine en invoquant le premier une « post-truth era », le second une « post-fact society ». L’une des illustrations les plus éloquentes de cette distanciation est la formation de la notion de truthiness pour dénoter une « vérité » totalement subjective et indifférente aux faits13.

Les déclinaisons du post-factualisme

17Contrairement à la référence qui en est le plus souvent faite, le post-factualisme n’est pas quelque chose d’homogène. Le terme est un condensé de modes distincts de détachement de la réalité dont au moins trois formes peuvent être repérées : le faux, l’approximatif et le baratin. La distinction et surtout la prise en compte du mode du baratin éclairent la prolifération actuelle du post-factualisme.

18Le faux est une représentation erronée de la réalité. Il affirme le contraire de ce qui est le cas ou pose comme ce qui est le cas un état de choses inexistant. Pour ne donner qu’un seul exemple parmi les mensonges proférés au cours du référendum sur le Brexit et de la campagne présidentielle américaine recensés par la presse, mentionnons l’affirmation répétée de Trump, et qui relève du faux, selon laquelle le taux de chômage chez les jeunes Afro-Américains est de près de 60 %, alors que les relevés statistiques le chiffrent à moins de 40 %.

19Toutes les déclarations ou assertions inexactes ne sont pas de cette façon mensongères. Un relevé fait par La Presse+14 des propos incorrects tenus par Trump lors de son discours d’acceptation de l’investiture républicaine montre que la moitié d’entre eux sont incomplets plutôt que faux. Trump, par exemple, fait reproche au Parti démocrate d’avoir signé l’ALENA. Or, s’il est vrai que c’est Bill Clinton qui a ratifié l’entente commerciale, Trump oublie de mentionner qu’elle fut négociée sous la présidence de George Bush père. Une affirmation de ce type relève de l’approximatif en ce qu’elle ne déroge pas intégralement de la vérité, mais donne une représentation partielle ou partiale de la réalité. L’image qu’elle fournit est non pas fausse, mais déformée ou brouillée.

20Si le faux et l’approximatif en étaient les seules modalités, il y aurait lieu de s’interroger sur la pertinence et l’intérêt de recourir à la notion de post-factualisme. On pourrait aisément se contenter des concepts de mensonge et d’information incomplète pour dénoter les deux formes d’écart par rapport à la vérité. Le post-factualisme a prétention d’une portée plus large. Le préfixe post lui donne un sens qui n’est pas limité aux seules négation et représentation partielle de la réalité. Il tend également à lui faire désigner un à-côté. Une connotation de post-factualisme a ainsi trait à une mise en marge de la réalité, à un désintéressement à son égard. La spécificité de cette modalité par comparaison au faux et à l’approximatif est sa renonciation à la vérité. Elle échappe à tout lien avec celle-ci, contrairement au faux, qui est une contre-vérité, et à l’approximatif, qui est une demi-vérité. C’est de cet aspect du post-factualisme dont traite Viner quand elle s’émeut que la nouvelle au sujet de Cameron et de la tête de porc a été publiée sans aucun souci de vérité et de vérification : « It seemed that journalists were no longer required to believe their own stories to be true, nor, apparently, did they need to provide evidence. […] Does the truth matter any more ? » (ibid. : 2).

  • 15 Les citations sont tirées de la traduction française de On bullshit : de l’art de dire des connerie (...)

21Cette troisième modalité du post-factualisme, plus du tout tributaire de la vérité, prend diverses figures plus particulières. Certains la déterminent par l’exploitation abusive d’émotions, d’idéologies ou d’imitations de récits mythologiques. Sa matrice ou le cadre général dans lequel elle se déploie est plus abstrait : c’est le baratin tel que le définit Harry Frankfurt (2005). L’analyse de Frankfurt caractérise le baratin par opposition au mensonge. Alors que celui-ci est une déformation de la réalité qui exige donc d’en tenir compte, le trait essentiel du baratin est d’évacuer toute considération de la réalité et de faire totalement abstraction de la vérité : « [l’]absence de tout souci de vérité, [l’]indifférence à l’égard de la réalité des choses constituent l’essence même du baratin » (ibid. : 46)15. Comme le précise Frankfurt, on ne peut pas faire reproche au baratineur de fournir une représentation erronée de la réalité puisque son propos en est complètement déconnecté et qu’il est ainsi dégagé de toute préoccupation à l’égard de la vérité.

  • 16 « Neuf fois où Donald Trump a dit qu’il n’avait pas dit ce qu’il a dit », Le Huffington Post Québec(...)
  • 17 « Trump souffle le chaud et le froid », La Presse+, 24 novembre 2016. [En ligne]. http://plus.lapre (...)

22Le baratin occupe à l’évidence une place de choix dans le post-factualisme contemporain. Des exemples nets en sont fournis par les nombreuses dénégations faites par Trump de propos qu’il avait pourtant auparavant bien formulés16 et par les reniements tout aussi nombreux de certains de ses engagements électoraux17. À toutes ces occasions, Trump baratine dans la mesure où il n’accorde manifestement aucune importance à ses propres déclarations antérieures.

23Tout en admettant que le baratin ne soit pas l’apanage du temps présent, Frankfurt trouve à son foisonnement actuel deux causes majeures : sur le plan social, la propension à l’expression de convictions dénuée d’une connaissance suffisante des questions considérées et, sur le plan intellectuel, l’expansion d’un scepticisme niant la possibilité d’un savoir objectif de la réalité.

24Ces deux raisons font écho au double arrière-plan à partir duquel se déploie aujourd’hui le post-factualisme. La première renvoie à l’extension prise par la communication au détriment de l’information. Dans un contexte où la relation d’échange est plus importante que le contenu échangé et où, donc, suivant le principe constructiviste de la communication, la représentation transmise est celle d’une réalité produite en son sein même, sont considérablement favorisées l’expression d’opinions sans rapport à la réalité et à la vérité et, conséquemment, la production du baratin et du post-factualisme dont il est une instance. Au dire de Frankfurt, le décalage entre l’opinion exprimée et la réalité est accentué par l’imposition « d’une responsabilité morale d’émettre un jugement sur les événements » (op. cit. : 73). Frankfurt n’implique pas expressément la communication dans cet écart, mais il admet indirectement qu’elle est partie prenante au baratin tel qu’il se manifeste aujourd’hui. Notant qu’il exige une certaine discipline qui peut sembler de prime abord incompatible avec l’attitude désinvolte qu’il commande à l’égard de la réalité et de la vérité, Frankfurt fait valoir que le baratin peut fort bien aller de pair avec un haut niveau de professionnalisme en donnant l’exemple des pratiques de communication :

Le domaine de la publicité, celui des relations publiques, et celui de la politique, aujourd’hui si étroitement lié aux deux précédents, abondent en conneries si totales et absolues qu’elles constituent de véritables modèles classiques de ce concept. Or ces activités emploient des spécialistes d’une extrême sophistication qui — à l’aide d’outils technologiques perfectionnés et très exigeants du genre études de marché, sondages d’opinion, tests psychologiques, etc. — se consacrent sans relâche à ciseler chaque mot et chaque image de leurs messages (ibid. : 36-37).

25La deuxième cause à laquelle Frankfurt attribue le foisonnement présent du baratin est l’influence prise par les diverses formes de scepticisme qui « sapent notre confiance dans la valeur des efforts désintéressés pour distinguer le vrai du faux ». Selon Frankfurt, cette perte de confiance entraîne un renoncement à « l’idéal d’exactitude » au profit de « l’idéal alternatif de sincérité » (ibid. : 73). Frankfurt ne met pas en relation cette conséquence du scepticisme, qu’il assimile par ailleurs à des « doctrines “anti-réalistes” », avec le principe constructiviste de la communication qui l’affranchit de la réalité, mais il la caractérise dans des termes quasi identiques à ceux de la distinction entre vérité et véracité de Williams (ibid.) par laquelle peut être marquée la différence entre l’information et la communication dans leur relation au réel :

Au lieu de parvenir à une représentation exacte du monde, l’individu s’efforce de donner une représentation honnête de lui-même. Convaincu que la réalité ne possède pas de nature inhérente, qu’il pourrait espérer identifier comme la véritable essence des choses, il tente d’être fidèle à sa propre nature. C’est comme si, partant du principe qu’être fidèle à la réalité n’a aucun sens, il décidait d’essayer d’être fidèle à lui-même (ibid. : 73-74).

26Le baratin est un éloignement de la réalité tout à fait congruent à la mise à distance qui en est faite en communication. Pas étonnant qu’on trouve dans celle-ci des « modèles classiques » de baratin. Pas étonnant non plus que le baratin et le post-factualisme soient l’un comme l’autre alimentés par l’anti-réalisme.

Le post-factualisme, un facteur d’asymétrie du débat public contemporain

27Dans l’acte d’accusation qu’elle dresse à l’encontre des médias sociaux, Viner fait valoir comment, en en altérant son exigence de vérité, ils entraînent la presse dans le post-factualisme. L’environnement numérique dans lequel est contraint d’évoluer aujourd’hui le journalisme lui fait aussi lui-même exercer un effet discutable sur le débat public.

28La pratique journalistique trouve aujourd’hui un prolongement dans le Web, notamment dans les blogues tenus par les journalistes. Cette blogosphère journalistique accentue sensiblement les antagonistes afférents à l’actualité. Sous son influence, l’information devient une mise en débat. Une recherche antérieure (Gauthier, 2016a) a montré comment la blogosphère journalistique a converti un événement au point de départ de nature purement factuelle en un affrontement. Dans leurs blogues, les journalistes ont attribué à une interdiction du port du turban décrétée par la Fédération québécoise de soccer au seul motif de la réglementation de la FIFA (la Fédération internationale de football association) une portée dont la proscription d’origine était dépourvue, ce qui l’a instituée en objet de débat. Ce sont des interprétations de l’événement relatives à deux questions qui l’ont de la sorte transformé en autant d’affrontements. Certains blogueurs ont défini le port du turban comme l’expression d’une croyance religieuse contrevenant au principe de laïcité, tandis que d’autres l’ont fait relever de l’exercice d’un droit individuel ne touchant pas la laïcité. Dans un ordre différent d’idées, des blogues journalistiques ont vu dans le port du turban un refus de s’intégrer à la société québécoise, alors que d’autres l’ont à l’opposé considéré comme l’expression d’une différence culturelle enrichissante.

  • 18 Pour une exposition plus détaillée de l’idée d’asymétrie du débat public, voir Gauthier (2014 et 20 (...)

29Ces deux extensions de l’événement aboutissent à des débats asymétriques. Les points de vue faisant du port du turban l’expression d’un prosélytisme religieux ou du droit de manifester son appartenance religieuse n’interagissent pas l’un sur l’autre. De même les positions qui l’assimilent à un refus d’intégration ou à une manifestation d’un particularisme culturel bénéfique sont en déphasage l’une par rapport à l’autre. Il y a bien double désaccord au sujet de l’interdiction édictée par la Fédération québécoise de soccer, mais il ne donne pas lieu à une confrontation véritable. À propos tant de la question de l’expression du religieux dans l’espace public que de celle de l’intégration des immigrants à la société québécoise, le débat se déploie sur des terrains différents et propres à chacune des positions prises. Il perd de son unité et se fragmente du fait que les points de vue qui y sont soutenus sont hétéroclites18.

30Cette dissymétrie s’explique essentiellement par le fait que les interprétations données du port du turban ne dépendent pas de l’événement de son interdiction dans sa factualité, la réglementation de la FIFA, mais relèvent d’opinions établies à partir des convictions intimes de ceux qui les avancent. Autrement dit, ces interprétations outrepassent la nature de l’événement. Ce sont des lectures détachées de la réalité qui ne tendent pas à la vérité, entendue au sens d’une correspondance à la réalité, mais à l’expression de croyances et de sentiments autonomes. Elles restent en marge d’une « représentation exacte du monde », pour reprendre l’expression utilisée par Frankfurt.

31Il est possible de préciser plus finement en quoi la blogosphère journalistique autorise cet éloignement de la réalité : elle est un lieu de construction de sens. Les extensions relatives à l’expression du religieux et à l’intégration des immigrants prétendent conférer à l’événement de l’interdiction du port du turban une signification inapparente qui vient s’y surajouter. Dans la mesure où l’attribution de sens est toujours appliquée de l’extérieur à la « nature inhérente [de la] réalité », pour reprendre une autre expression de Frankfurt, elle est de la sorte souvent concomitante au post-factualisme. Pratiquée à grande fréquence dans la blogosphère journalistique, elle suscite des débats marqués d’asymétrie.

Conclusion

32La blogosphère journalistique n’est qu’une illustration de la façon dont la prédominance de la communication sur l’information entraîne un désintéressement à l’égard de la réalité provoquant une asymétrie du débat public. Dans la discussion d’un enjeu social, chaque fois qu’est transgressé le principe réaliste selon lequel le réel est présupposé préalablement existé, cette asymétrie risque de se développer dans un écartement de points de vue opposés imperméables l’un à l’autre.

33Par ailleurs, le post-factualisme n’est pas la seule cause possible de dissymétrie du débat. D’autres « dérèglements » dans la représentation de la réalité peuvent aussi avoir pour effet de perturber la correspondance minimale exigée entre les positions défendues pour qu’il y ait débat. Le rapport à la réalité présente toutes sortes de difficultés dont certaines, si elles se posent dans le cadre d’un débat, peuvent le morceler. C’est par exemple le cas quand la portée factuelle d’une question controversée est appréhendée par des concepts distincts. Par exemple, un débat sur la Charte de la laïcité tenu au Québec en 2013 et 2014 a été fortement embrouillé par une référence confuse aux deux notions d’espace public et d’espace civique (Gauthier, 2016d). Une autre cause de dissymétrie est le conflit de nomination : quand la désignation de l’événement au cœur d’un débat fait elle-même l’objet d’un désaccord. Tel a été le cas, par exemple, de la cessation de cours décrétée par les associations étudiantes des universités et collèges ayant donné naissance au printemps érable québécois de 2012, qui a été appelée une « grève » par les uns et un « boycott » par les autres (Gauthier, 2016c).

34Bien qu’ils aient trait à une mésentente quant à la réalité, ces facteurs de dissymétrie, précisément parce qu’ils mettent en jeu des oppositions entre les représentations qu’il convient d’en donner, en admettent l’existence. Le différend qui en est à l’origine porte sur la nature ou le statut du réel qu’il ne met donc pas en cause. La particularité du post-factualisme est de ne pas agréer cette présupposition, de laisser en suspens la question même de la réalité. En cela, il exerce un effet plus déstabilisateur sur le débat public. Un désaccord sur la portée factuelle d’une question controversée et un conflit de nomination donnent lieu à des para-débats et peuvent donc, en principe, être résolus. L’incidence des notions d’espace public et d’espace civique sur le débat de la Charte québécoise de la laïcité de même que la désignation de la cessation de cours par les étudiants lors du printemps érable en termes de « grève » ou de « boycott » peuvent faire l’objet d’une discussion conduisant possiblement à un dénouement. La dissymétrie qu’elles génèrent est donc dissoluble. En escamotant toute considération même de la réalité, le post-factualisme bloque cette avenue. Il transforme irrémédiablement le débat public en dialogue de sourds.

Haut de page

Bibliographie

BELL, Emily (2016), « Facebook is eating the world », The Columbia Journalism Review, 7 mars. [En ligne]. http://www.cjr.org/analysis/facebook_and_media.php. Page consultée le 21 mars 2017.

BOISVERT, Yves (2016), « C’était tellement mieux avant », La Presse+, 8 novembre. [En ligne]. http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/yves-boisvert/201611/05/01-5038129-cetait-tellement-mieux-avant.php. Page consultée le 15 novembre 2016.

BRETON, Philippe et Serge PROULX (1989), L’explosion de la communication, Paris, La Découverte.

BYBEE, Carl (1999), « Can democracy survive in the post-factual age? A return to the Lippmann-Dewey debate about the politics of news », Journalism and Communication Monographs, 1 : 28-66. [En ligne]. https://mediathink.files.wordpress.com/2011/06/bybee_post-factual.pdf. Page consultée le 20 mars 2017.

CHARRON, Jean et al. (2004), Nature et transformation du journalisme : théorie et recherches empiriques, Québec, Presses de l’Université Laval.

COHEN, Roger (2016), « Trump and the end of truth », The New York Times, 25 juillet. [En ligne]. http://www.nytimes.com/2016/07/26/opinion/trump-and-the-end-of-truth.html?_r=0. Page consultée le 29 juillet 2016.

DAVIES, William (2016), « The age of post-truth politics », The New York Times, 24 août. [En ligne]. http://www.nytimes.com/2016/08/24/opinion/campaign-stops/the-age-of-post-truth-politics.html. Page consultée le 2 septembre 2016.

DE BERNARD, François (2016), « Trump président. Triomphe de la post-citoyenneté », Le Devoir, 14 novembre. [En ligne]. http://www.ledevoir.com/international/etats-unis/484614/trump-president-triomphe-de-la-post-citoyennete. Page consultée le 15 novembre 2016.

EGAN, Timothy (2016), « The post-truth presidency », The New York Times, 4 novembre. [En ligne]. http://www.nytimes.com/2016/11/04/opinion/campaign-stops/the-post-truth-presidency.html. Page consultée le 7 novembre 2016.

ENGEL, Pascal (2016), « Le grand intervenant », En attendant Nadeau, 16, 14-27 septembre. [En ligne]. https://www.en-attendant-nadeau.fr/. Page consultée le 17 janvier 2018.

ETTEMA, James S. (1987), « Journalism in the “post-factual age” », Critical Studies in Mass Communication, 4(1) : 82-86.

FERRARIS, Maurizio (2014 / 2012), Manifeste du nouveau réalisme, Paris, Hermann.

FRANKFURT, Harry G. (2005), On Bullshit, Princeton, Princeton University Press. [Traduit en 2006 en français par Didier SÉNÉCAL sous le titre De l’art de dire des conneries, Paris, 10/18.]

GABRIEL, Markus (2014 / 2013), Pourquoi le monde n’existe pas, Paris, Éditions Jean-Claude Lattès.

GARFIELD, Bob (2004), « Who needs facts? We appear to be in the post-information age now », The Guardian, 3 janvier. [En ligne]. https://www.theguardian.com/commentisfree/2014/jan/03/post-information-age-benghazi-gop. Page consultée le 3 mars 2017.

GAUTHIER, Gilles (2017), « Un point de vue néoréalisme en épistémologie du journalisme », Sur le journalisme, About journalism, Sobre journalismo, 5(2) : 22-31.

GAUTHIER, Gilles (2016a), « La mise en débat de l’événement par la blogosphère journalistique » dans Isabelle HARE et al. (dir.), Informer avec Internet. Reprises et métamorphoses de l’information, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, p. 159-176.

GAUTHIER, Gilles (2016b), « Dissymétrie et amplitude dans le débat public contemporain », Argumentum, 14(1) : 7-30.

GAUTHIER, Gilles (2016c), « Le “printemps érable” au Québec : “Grève” ou “boycott” ? Les enjeux stratégiques d’un conflit de nomination », Argumentation et analyse de discours, 17. [En ligne]. https://aad.revues.org/2248. Page consultée le 23 février 2017.

GAUTHIER, Gilles (2016d), « Le débat sur la Charte québécoise de la laïcité : un brouillage produit par la diversité des conceptions du rapport entre espace public et espace civique », Religiologiques, 34 : 143-172.

GAUTHIER, Gilles (2014), « L’amplitude du débat public », Studies in Communication Sciences, 14 : 129-135.

GAUTHIER, Gilles (2011), « Comment l’extension de la communication bouleverse l’éthique et l’argumentation », Communication, 29(1). [En ligne]. https://communication.revues.org/2513. Page consultée le 22 février 2017.

GAUTHIER, Gilles (2010) : « Le journalisme de communication : expression de conviction et moralisme », Les Cahiers du journalisme, 21 : 254-273.

KEYES, Ralph (2004), The Post-Truth Era: Dishonesty and Deception in Contemporary Life, New York, St Martin’s Press.

KRUGMAN, Paul (2011), « The post-truth campaign », The New York Times, 22 décembre. [En ligne]. http://www.nytimes.com/2011/12/23/opinion/krugman-the-post-truth-campaign.html. Page consultée le 15 décembre 2016.

LATENDRESSE, Richard (2016), « Les faits ? Quels faits ? », Le Journal de Québec, 27 juillet. [En ligne]. http://www.journaldemontreal.com/2016/07/27/les-faits-quels-faits. Page consultée le 30 juillet 2016.

LAURENT, Samuel (2016), « Quand le débat démocratique se passe de faits », Le Monde, 2 juillet. [En ligne]. http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/07/02/quand-le-debat-democratique-laisse-les-faits-de-cote_4962408_3232.html. Page consultée le 15 août 2016.

MANJOO, Farhad (2008), True Enough: Learning to Live in a Post-Fact Society, Hoboken, New Jersey, John Wiley & Sons.

MANTZARLIS, Alexios (2016), « No, we’re not in a “post-fact” era », Poynter, 21 juillet. [En ligne]. http://www.poynter.org/2016/no-were-not-in-a-post-fact-era/421582/. Page consultée le 22 septembre 2016.

ROBITAILLE, Antoine (2016) : « Ère post-factuelle ? », Le Devoir, 18 juillet. [En ligne]. http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/475730/l-argumentation-en-democratie-ere-post-factuelle. Page consultée le 22 juillet 2016.

SEARLE, John R. (2009), Making the Social World, Oxford, Oxford University Press.

SEARLE, John R. (1995), The Construction of Social Reality, New York, Free Press.

SEARLE, Jonh R. (1969), Speech Acts. An Essay in the Philosophy of Language, Cambridge, Cambridge University Press.

SIROTA, David (2011), « Welcome to the post-factual era », Huffington Post. [En ligne]. http://www.huffingtonpost.com/david-sirota/welcome-to-the-postfactua_b_42527.html. Page consultée le 14 septembre 2016.

THIBODEAU, Marc (2016a), « La fin des faits ? », La Presse+, 27 août. [En ligne]. http://plus.lapresse.ca/screens/ff7d6fe1-c248-4049-a3c1-6105437ba765%7CB13MJ_7yoRcR.html. Page consultée le 29 août 2016.

THIBODEAU, Marc (2016b), « Trump, politicien post-factuel », La Presse+, 27 août. [En ligne]. http://plus.lapresse.ca/screens/ff7d6fe1-c248-4049-a3c1-6105437ba765%7CB13M.MQABMd4.html. Page consultée le 29 août 2016.

THIBODEAU, Marc, (2016c) « Des vérités multiples », La Presse+, 27 août. [En ligne]. http://plus.lapresse.ca/screens/ff7d6fe1-c248-4049-a3c1-6105437ba765%7CB13ME6WeXj97.html. Page consultée le 29 août 2016.

VINER, Katharine (2016), « How technology disrupted the truth », The Guardian, 12 juillet. [En ligne]. https://www.theguardian.com/media/2016/jul/12/how-technology-disrupted-the-truth. Page consultée le 15 juillet 2016.

VINOGRADOFF, Luc (2016), « Les médias dans l’ère “de la politique post vérité” », Le Monde, 12 juillet. [En ligne]. http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2016/07/12/les-medias-dans-l-ere-de-la-politique-post-verite_4968559_4832693.html. Page consultée le 15 juillet 2016.

WILLIAMS, Bernard (2002), Truth and Truthfulness. An Essay in Genealogy, Princeton, Princeton University Press.

Haut de page

Notes

1 Pour ne faire état que de quelques interventions dans la presse québécoise : Robitaille (2016), Thibodeau (2016a), Latendresse (2016).

2 Parmi beaucoup d’autres : Laurent (2016), Vinogradoff (2016), Cohen (2016), Egan (2016), Davies (2016), Thibodeau (2016b et 2016c). Le terme de post-truth a été désigné néologisme de l’année par l’Oxford English Dictionary.

3 Il y a ainsi, dans l’idée du post-factualisme, un amalgame des concepts de réalité et de vérité dont certains aspects seront plus loin analysés.

4 Pour une vue détaillée de ce rapport de l’information à la réalité et à la vérité, voir Gauthier (2017).

5 L’exemple sans doute le plus célèbre est la formule « Le message, c’est le média » de Marshall McLuhan.

6 On pourrait le marquer, entre autres façons, en soulignant que contrairement à l’information dont la réalisation est assurée par les seuls actes de discours assertifs, la communication est effectuée aussi par les autres actes de discours : les actes directifs, les actes commissifs, les actes expressifs et les actes déclaratifs. Voir Searle (1969).

7 C’est ce qui explique que la communication soit un élément constitutif de la réalité sociale construite. En en rattachant l’idée à la théorie naturaliste de John Searle (1995 et 2009), disons que l’attribution de fonctions par intentionnalité collective qui préside à la construction de la réalité sociale a nécessité un échange communicationnel.

8 Yves Boisvert (2016) rapporte à ce propos avec amusement comment la campagne présidentielle américaine de 1880 que se sont livrée les candidats Thomas Jefferson et John Adams a dépassé en mensonges, injures et autres « saloperies électorales » celle de 2016. Faisant un rappel historique semblable et en invoquant différents mécanismes de fact-checking mis au point par les médias américains, Alexios Mantzarlis (2016) rejette l’idée même du post-factualisme. Antoine Robitaille (2016), pour sa part, fait référence à la sophistique grecque afin de marquer que le mensonge public ne date pas d’hier.

9 Cette extension est largement documentée. Voir, par exemple, Breton et Proulx (1989).

10 Dans Gauthier (2010), j’ai cherché à faire voir comment ce journalisme de communication favorise l’expression de convictions et le moralisme.

11 Qui suscite, il faut le dire, une vive réaction sous la double forme du néo-réalisme naturaliste de John Searle (1995 et 2009) et du nouveau réalisme de Markus Gabriel (2014/2013) et Maurizio Ferraris (2014/2012).

12 À qui Wikipédia attribue l’origine du terme de post-truth.

13 [En ligne]. https://fr.wikipedia.org/wiki/Truthiness. Page consultée le 21 septembre 2016.

14 « Dix affirmations de Trump vérifiées », 23 juillet 2016. [En ligne]. http://plus.lapresse.ca/screens/e440f867-e100-4ba9-8ce1611eafab226a%7CpvACW90kz2Ki.html. Page consultée le 21 septembre 2016.

15 Les citations sont tirées de la traduction française de On bullshit : de l’art de dire des conneries, Paris, 10/18, 2006.

16 « Neuf fois où Donald Trump a dit qu’il n’avait pas dit ce qu’il a dit », Le Huffington Post Québec, 10 novembre 2016. [En ligne]. http://quebec.huffingtonpost.ca/2016/08/10/neuf-fois-ou-donald-trump-a-dit-quil-navait-pas-dit-ce-quil-a-dit_n_11438734.html. Page consultée le 9 décembre 2016.

17 « Trump souffle le chaud et le froid », La Presse+, 24 novembre 2016. [En ligne]. http://plus.lapresse.ca/screens/4008aca2-1190-4337-85aa-2f413a9741ad%7C_0.html. Page consultée le 9 décembre 2016.

18 Pour une exposition plus détaillée de l’idée d’asymétrie du débat public, voir Gauthier (2014 et 2016b).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Gauthier, « Le post-factualisme », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le 26 février 2018, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7530 ; DOI : 10.4000/communication.7530

Haut de page

Auteur

Gilles Gauthier

Gilles Gauthier est professeur au Département d’information et de communication, de l’Université Laval. Courriel : gilles.gauthier@com.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals