Navigation – Plan du site
Recherches

Crises, arguments et médiatisations numériques

Le présent du journalisme et le futur de l’événement
Gloria Awad

Résumés

L’auteure étudie la double gradation, de la valeur et du contact, des crises en tant qu’événements journalistiques. Elle examine les médiatisations numériques des crises à partir de la définition peircienne de l’argument en tant que signe permettant une programmation du futur ou rétrodiction. Cela permet de mettre en lumière une dimension empirique prospective, tout aussi caractéristique des crises contemporaines que de leur contingence expectative.

Haut de page

Texte intégral

1Dans la nomenclature pragmatiste des signes qu’il élabore à la fin du XIXe siècle, Charles Sanders Peirce imagine une carte « infiniment précise dans sa représentation » où serait représenté tout son territoire référent, avec lequel elle serait en contact, y compris son moindre grain de sable et sa moindre tâche. Laquelle carte serait « portraiturée » à son tour sur ce même territoire, avec pour effet une autre copie iconique de la carte également intégrée au territoire et, par la suite, à la carte elle-même, dans une actualisation par connexion interactive incessante et une mise en abyme ininterrompue (Peirce, 2002 / 1905 / 1867 : 307). Cette carte imaginaire est en rupture avec les formes classiques de la représentation cartographique, y compris la mise en abyme. Par son opérativité sémiotique interactive spatiotemporelle continue, elle nous paraît rendre compte de manière pertinente du mode numérique de la représentation cartographique où la communication s’actualise par intégration des connectivités de positionnement, de fonctionnement et de rayonnement. La carte imaginaire de Peirce a pour modèle la communication humaine dans sa connectivité par contact avec autrui et avec un environnement. Toutefois, sa connectivité à son référent ne correspond qu’à un aspect limité du contact communicationnel humain qui articule intention et attention : en contact avec un même environnement, un même « autre », chacun opère et traite ce contact d’une manière qui lui est propre. Ce dont rendent compte les différences distinctives de chacun, y compris dans un même collectif.

Contact et cartographies numériques : focalisation et mobilité

2Le concept de contact est l’un des facteurs constitutifs du modèle de la communication élaboré par Roman Jakobson (1963 : 213), dans une modélisation qui croise le schéma saussurien de la communication interpersonnelle et celui de la théorie mathématique de la communication. Le contact assure une fonction phatique, que Jakobson définit comme relevant de la connectivité opérée tant par le message que par son canal véhiculaire : dans le sens haptique du toucher en tant que connectivité et dans le sens conatif de l’intensité emphatique ou résonance née de la contrainte issue de cette connectivité, à laquelle le numérique, notamment mobile, permet une médiatisation démultipliée en rétroaction ou feedback. Avec la communication numérique s’opère ainsi une transformation des cartographies par connectivité qui deviennent instantanées et localisées dans leur focalisation et leur mobilité au sens albertien classique du terme (Alberti, 2007/1439 : 58). Il s’agit en l’occurrence du mouvement des objets doublement branchés, sur des infrastructures et des matérialités de l’offre ainsi que sur des audiences et des publics dans les routines et les changements de l’agrégation de leurs demandes individuelles, leur volonté de savoir en matière d’information journalistique à laquelle les crises apportent intensité et extension (Awad, 2008), ce qu’illustrent ces chiffres de Médiamétrie portant sur l’audience de « l’Internet mobile en France en janvier 2015 ».

En janvier 2015, 22,4 millions de mobinautes uniques, soit 63,6 %, ont consulté au moins un site ou une application de la sous-catégorie « Actualités ». C’est 4,7 millions de visiteurs de plus qu’un mois auparavant (+ 26,5 %) et 7,6 millions supplémentaires par rapport à janvier 2014 (+ 51,2 %). Cette audience, très largement liée aux attentats de Paris du début du mois de janvier, constitue un record mensuel pour la sous-catégorie « Actualités » (Médiamétrie, 2015).

3La dimension emphatique est inhérente au processus de communication. Elle renvoie à la capacité du contact entre une personne et une entité extérieure de traduire cette entité par résonance dans l’intériorité de cette personne, ce que les différents modèles de la communication appellent réception (Awad, 2016 : 47). La réception des messages correspond d’abord à leur capture, leur perception par un organe — ou un appareil technologique — approprié. Elle inclut aussi leur décodage, leur interprétation, leur traitement, leur traduction, ce qui correspond au fait d’associer aux signes capturés des intentionnalités, des projets et du sens. La réception est portée par la même logique que la communication comme expression, mais dans une direction inverse : elle part de l’attention à la manifestation pour la lire, la traduire, la décoder, pour ainsi reconstituer l’intention et ses inflexions. Ce qui signifie que la reconstitution est couplée à la manifestation dont elle dépend en quelque sorte. Cependant, cette dépendance n’est pas un conditionnement total de la réception par l’émission, une réception prescrite par l’émission du message. Ce que traduit le concept de circulation tel qu’il est défini par les sémioticiens : « Le concept de circulation désigne précisément le processus à travers lequel le système de rapports entre conditions de production et conditions de réception est, à son tour, socialement produit » (Veron, 1987 : 17).

4L’Internet mobile opère une intégration individuelle de la prothèse communicationnelle qui est incorporée à l’individu communicant dont elle canalise et encode les multimodalités d’expression, d’exposition et de réception (Castells et al., 2007 : 77-126). Lesquelles traces font l’objet de modalités d’agrégation tout aussi inédites. Ce couplage individu communicant-prothèse communicationnelle se traduit par un arraisonnement de la réception journalistique dans des écritures-lectures qui cristalliseraient des « faire » et leurs intentionnalités, lesquelles étaient jusque-là accessibles par des « dire ». Cette médiamorphose de la réception journalistique nous paraît comparable à la périodicité du journalisme comme intégration du temps dans l’offre d’information et mise en boucle rationalisant l’occasion événementielle (Awad, 2000 ; Labrosse, 2000). Elle ajoute une dimension à l’intégration diffusionniste et métrique des récepteurs de l’information journalistique dans une audience avec la mise en contact d’une réalité événementielle augmentée et d’un groupement, par le biais d’un dégradé de la perception. Il s’agit de la résonance réflexive individuelle de ces contenus, actualisée dans une demande en retour, une annotation, une recherche, une quête d’information qui transforme le continuum numérique visible de la réception journalistique, ce qu’illustre la métrique ci-après de la demande mobile d’information journalistique en janvier 2015 et son grand écart avec cette demande mesurée un mois et un an auparavant :

Le smartphone constitue un relais privilégié pour consulter l’actualité en temps réel et en mobilité : ainsi durant les événements tragiques du début d’année les 5 acteurs les plus consultés de la sous-catégorie « Actualités » en janvier 2015 ont vu leurs audiences progresser de 54 % à 98 % (Médiamétrie, 2015).

Tableau 1. La progression des audiences de la sous-catégorie « Actualités » chez cinq supports médiatiques de décembre 2014 à janvier 2015

Tableau 1. La progression des audiences de la sous-catégorie « Actualités » chez cinq supports médiatiques de décembre 2014 à janvier 2015

Source : Médiamétrie.

5Nous avons proposé dans des travaux antérieurs une analyse de ce qui peut être considéré comme l’axe du moment des crises en tant qu’événement journalistique et de leur amplitude de résonance portée par un canal phatique historique, en l’occurrence la presse écrite. Cette amplitude de résonance est cristallisée par les contenus journalistiques où se répercute la gradation de la valeur de l’événement journalistique, qui lui est donc extérieure, tout en étant corrélée de manière variable à ses matérialités signifiantes. Ce que les sémioticiens qualifient d’immanence des messages qui cristallisent une situation de communication avec sa réalité en amont et son effet ou impact en aval, et qui peut être considéré comme un continuum syntagmatique synchronique pour reprendre la terminologie saussurienne. Dans ce cadre, nous avons présenté une première modélisation de la gradation journalistique sensationnaliste de la valeur événementielle : de la rupture de la normalité qui inclut les routines dans leur actualisation ordinaire, habituelle et cérémonielle, et extraordinaire, accidentelle, novatrice et changeante ; aux conflits de crédibilité qu’illustrent la contradiction — ou couac —, la réfutation, l’accusation, la contestation et la manifestation, de normes qui recouvrent les condamnations et autres arrestations, d’entente et de coexistence qui incluent l’hostilité et le combat ; à la violence simulacre cérémonielle telle que matérialisée dans les compétitions sportives, la violence rupture de contrat social dans ses multiples réalités effectives ; à la mort enfin dans ses prodromes de peur, de danger et de risque, dans sa dimension polémologique de guerre et dans ses réalités effectives de mort naturelle et de mort-catastrophe. À cette gradation des événements journalistiques, nous avons corrélé une première cartographie de la gradation phatique et emphatique du contact à partir du repérage de l’importance des espaces journalistiques occupés par les contenus événementiels, de l’analyse de leur rhétorique narrative et du croisement entre profondeur et distance socio-psychologiques ou proxémiques socio-émotionnelles des publics de presse (Awad, 1995).

6Dans des travaux plus récents portant sur l’axe du temps de l’événement journalistique, que nous qualifions de rémanence ou survivance paradigmatique de cet événement entre captures, écritures et réécritures médiatiques, en l’occurrence les médiatisations télévisuelles du tsunami du 26 décembre 2004, nous avons montré le décalage entre l’annonce proclamatoire de l’événement, où est manifestée sa fable ou son intrigue, « son algorithme » (Greimas, 1986 / 1966 : 125) de départ, et l’augmentation de la durée de sa couverture (Awad, 2008). Comme le montre la figure ci-après, cette augmentation est corrélée à la disponibilité de matérialités signifiantes audiovisuelles, images et vidéos re-présentant le tsunami, produits sur place notamment par des amateurs, puis par des envoyés spéciaux.

Graphique 1. Temps de couverture du tsunami du 26 décembre 2004 dans les journaux télévisés des chaînes généralistes françaises, avec l’annonce proclamatoire de l’événement et son déploiement

Graphique 1. Temps de couverture du tsunami du 26 décembre 2004 dans les journaux télévisés des chaînes généralistes françaises, avec l’annonce proclamatoire de l’événement et son déploiement

Source : Graphe établi à partir des données de l’Institut national de l’audiovisuel et présenté dans le cadre de la communication « Médias et urgence : construction, gestion, prévention », XXIIes Journées de l’Association Tiers Monde, Université d’Artois, 22 au 24 juin 2006.

7Enfin, nous avons montré dans des travaux récents que l’accès au journalisme numérique transformait sa relation à ses publics et sa construction de l’événement : le public était mis en graphe et l’événement déployé en poussière (Awad, 2014 et 2015b). Nous avons également montré que le contact avec les écritures numériques de l’événement journalistique s’effectuait par l’intermédialité de méta-contenus, qu’il s’agisse des applications dédiées ou de l’alerte systématique — opérées par des éditeurs de presse — des réseaux sociaux numériques, des portails ou des agrégateurs qui traitent les requêtes générées à partir d’autres contacts avec des opérateurs mainstream de l’information (Awad, 2015a). Ce qui correspond à une production à la demande, à une convocation, à un ramassage, à une requête ou à une recherche — le What You See Is What You Get — selon les termes de la publication assistée par ordinateur (Pédauque, 2006 : 39), d’un « étirement en accordéon » (Davidson, 1993 : 83) ou de « pense-bêtes chronologiques » (Noiriel, 1998 : 34) à partir d’une formulation de l’événement, de sa réduction à un point minimum, des termes ou des mots-clés, ce qui peut être illustré, par exemple, par une recherche effectuée en avril 2015 sur le « crash de l’A320 ».

Capture écran 1. « Pense-bêtes » chronologiques, mots-clés et « étirement en accordéon » en réponse à une recherche sur le « crash de l’A320 » en avril 2015

Capture écran 1. « Pense-bêtes » chronologiques, mots-clés et « étirement en accordéon » en réponse à une recherche sur le « crash de l’A320 » en avril 2015

8Dans ce cadre, nous avons proposé une définition de l’événement journalistique comme une « forme obstinée », générée par une hétérogénéité énonciative, ancrée dans le maintenant, temps unique qui déborde vers l’avant comme vers l’arrière, ainsi que dans le changement et le renouveau, données de base du monde et des hommes. La valeur de l’événement journalistique ne lui est pas intrinsèque, même si elle est corrélée d’une manière variable à ses matérialités médiatiques. Quant aux méta-contenus, recodage et glose des contenus en situation pour reprendre l’expression de Jakobson au sujet du métalangage, ou paraphrases connotatives produites par procuration selon Greimas (1970 : 13), ils sont générés par les écritures et réécritures numériques de l’événement journalistique, entre culminance synchronique, où l’événement est présentement stabilisé, et dominances diachroniques, où il est réécrit et reformulé, en fonction des présents successifs des temporalités sociales. Les méta-contenus numériques cristallisent une démarche de gestion à la demande de la « couche des contenus » par les couches physique et logique du Web (Lessig, 2005/2001 : 150). Leur affichage systématique peut être comparé à la mention des agences de presse lors de l’utilisation de leurs « fils » par d’autres médias d’information, qu’il s’agisse d’une reprise complète (une copie) ou partielle dans le cadre d’une réécriture ou d’un remix (une mouture). Ils relèvent d’une démarche d’authentification de l’intermédialité entre les matérialités signifiantes et les réalités auxquelles elles renvoient. Ce marquage des contenus rend compte de leur qualité, de leur stratification et de leur différence dans une monétisation marchande de leur valeur revendiquée de vérité. Mais il s’agit aussi d’une déclinaison par ces réécritures tabulaires de nouveaux « points d’alternatives » (Barthes, 1981 / 1966) de réactivation et reconfiguration des données numériques de l’événement qui en fournissent de nouvelles régies de lecture.

Diffusionnisme et impact : les « âges » médiatiques des crises

9Dans l’introduction de l’ouvrage portant sur la communication sociale en temps de crise, publié à la suite de l’assassinat du président Kennedy, le sociologue étatsunien Wilbur Schramm opère une distinction entre la communication institutionnelle des crises et leur dimension communicationnelle sociale, ajoutant que la communication en temps de crise est une fenêtre qui permet de voir à la fois l’usage institutionnel de la communication et ses usages sociaux. En d’autres termes, la communication institutionnelle des crises n’épuise pas toute leur dimension communicationnelle, et la deuxième constitue l’assise sur laquelle s’élève la première. Schramm effectue une analyse comparative diachronique de la communication de crise à la suite de l’assassinat d’autres présidents étatsuniens (Lincoln, Garfield, McKinley) et de l’impact public de leur décès : l’impact diffus de la mort du président Harding, survenue aux débuts de la radio, où le faible équipement en réception se traduisait par une lenteur dans la diffusion de l’information ; la mort de Roosevelt, survenue en plein essor du média radiophonique, mais noyée dans la « grande distraction » des informations sur la guerre ; l’assassinat de Kennedy, survenu sous les feux de « l’âge de la télévision », ce qui explique son impact phatique diffusionniste. Crise greffée sur le substrat de cérémonie télévisuelle en direct, dispositif qui devait être repris par la suite,

[l]’histoire de Kennedy a été portée à l’intérieur de plus de 90 % des foyers américains par la télévision. À une telle vitesse que plus de la moitié des Américains ont apparemment entendu les informations avant que le Président soit annoncé mort, seulement 30 minutes après le tir. Et avec une telle totalité que des millions d’Américains ont vu Oswald être tué et ont entendu le tir répercuté dans le sous-sol du tribunal de Dallas (Schramm, 1965 : 4).

10Schramm rappelle que l’immédiateté a été une des forces de frappe du flux de l’information durant ces jours de crise, l’autre étant son caractère « envahissant et pénétrant » : il n’y avait pas d’autres nouvelles en Amérique pendant ces quatre jours et tous les médias de masse en étaient les hérauts. Il indique qu’« apparemment », la majorité des Étatsuniens regardaient les mêmes événements et écoutaient les mêmes mots délivrés par leurs télévisions, et de ce fait participaient ensemble à « un grand événement national ». Il ajoute enfin que rien d’identique ne s’est déjà produit à cette échelle : un aussi grand nombre d’Étatsuniens n’a jamais été capable de faire partie aussi instantanément et aussi intimement d’événements et de faits d’une aussi grande importance nationale. Selon les chiffres d’audience fournis alors par l’institut Nielsen, 166 millions d’Étatsuniens, dans plus de 51 millions de foyers, étaient à l’écoute au même moment du « programme Kenney », comme le qualifie Schramm, et dans plus d’un sixième de ces foyers, les téléspectateurs avaient leur télévision branchée sur ce programme pour plus de 11 heures par jour, avec un pic d’audience le jour des funérailles du président assassiné. Une autre enquête indique que les gens ont estimé avoir passé quotidiennement, pendant ces quatre jours, de huit à dix heures à regarder la télévision ou à écouter la radio. Par comparaison avec l’écoute radiophonique de « l’histoire Roosevelt », Schramm donne une estimation rudimentaire d’un écart d’un rapport de cinq à sept fois plus important. De plus, il montre l’inadéquation du live à donner à voir et à comprendre autre chose que ce qu’il capture, alors que le différé de la « presse écrite » démultiplie ses potentialités d’information, qu’il s’agisse d’attente ou d’investigation auprès des sources. Ce qui rend compte de la temporalité de l’information journalistique où la publication-diffusion n’est que l’étape finale visible d’un travail d’enquête et de recherche plus long et moins visible, mais qui confère sa valeur à l’information publiée.

11Enfin, Schramm pointe une autre spécificité tout aussi inédite de l’événement et qui était sa réappropriation en tant qu’objet d’étude par les chercheurs en sciences sociales. S’il y avait peu ou pas de sciences sociales au temps de Lincoln et si peu d’études avaient été faites au sujet des réactions à la mort de Roosevelt, en revanche, en 1963, les chercheurs étaient « prêts à saisir les opportunités » et une série d’études de la crise avaient été effectuées. Ces travaux répondaient le plus souvent à des mandats institutionnels, émanant des acteurs qui devaient prendre en charge la gestion de crise. Ils s’inscrivaient dans un paradigme scientifique empiriste novateur, celui de considérer les effets futurs et concrets tant des événements que des concepts, dans une prise en compte programmatrice de ces effets à partir de leur contrainte présente. Ce que Peirce a qualifié d’argument, qu’il définit comme étant l’extension programmatrice dans le futur des contraintes « conatives » exercées par le présent, extension qui rend compte de la manière dont s’exerce l’influence du futur sur les conduites :

Comment le futur exerce-t-il une influence sur la conduite ? La réponse est la suivante : les faits futurs sont les seuls faits que nous puissions, dans une certaine mesure, contrôler, et tout ce qu’il peut y avoir dans le futur qui ne soit pas susceptible d’être contrôlé, ce sont les choses que nous serons, ou serions, capables d’inférer si les circonstances s’y prêtaient (Peirce, 2002 / 1905 / 1867 : 66).

12Les pragmatistes, dans le sillage Peirce, ont qualifié de fonction ce déplacement de la démarche empiriste du passé au futur. Le pragmatiste étatsunien John Dewey présente ainsi le pragmatisme comme une extension de l’empirisme historique, avec une différence fondamentale de focalisation qui ne se fait plus sur les phénomènes antécédents, mais sur les phénomènes conséquents concrets et sur les possibilités d’action, changement qu’il considère comme « presque révolutionnaire » (James, 2007 / 1907 : 36) dans ses conséquences. Les historiens ont par la suite appelé chronosophies les prospectives de l’avenir à partir d’un questionnement explicite du présent dont l’objet est une maîtrise de l’avenir, qu’ils considèrent comme complémentaires de la « rétrodiction » (Veyne, 1978 / 1971 : 206) historiographique par la mise en série. Ils incluent dans ce cadre l’anticipation et la programmation ordinaire, la voyance et la divination ainsi que les théories scientifiques dont l’objet va de la description anticipée de l’avenir à la planification du développement (Pomian, 1978 / 1971 : 206).

13Le concept d’effet tel qu’il a été défini par Harold D. Lasswell se situe dans cette perspective pragmatiste. Lasswell réinscrit les contenus et les processus des communications politiques et journalistiques et leur analyse, inaugurée par les étudiants en journalisme de l’Université Columbia avec The Country Newspaper, dans leur dimension sémiotique communicationnelle telle qu’elle avait été synthétisée alors par Charles W. Morris à partir des travaux de Peirce (Lasswell et al., 1968 / 1949 : 66). Le concept d’intermédialité, tel qu’il a été introduit Morris, inclut la prise en charge des chaînes et des possibilités sémiotiques par des significations instrumentales générales d’événements, d’idées ou de contenus, en plus des langages et des codes qui structurent les signes (Morris, 1938 : 32), ce qui peut être qualifié de processus de médiatisation, issu de l’articulation entre structure de communication et fonction de communication. Avec le concept d’intermédialité, Morris établit un continuum entre cognition, communication et action, dans le cadre d’une sémiotique comportementaliste qu’il qualifie également de phénoménologique : la cognition correspond à une sémiose générée par le contact avec un objet ou un sujet présent ; la communication met en œuvre une sémiose véhiculée par des codes et des langages en rapport avec des objets absents ; l’action communicationnelle produit une sémiose impulsée par un communicator, dans la signification générique du terme, au moyen de l’opérativité pragmatique de contenus et de messages qui traitent avec « l’aspect biotique de la sémiotique », en l’occurrence « les phénomènes psychologiques, biologiques et sociologiques » qui se produisent avec l’interopérabilité fonctionnelle caractéristique de l’usage des signes. C’est dans ce cadre que Morris définit le contenu de la communication comme le processus de matérialisation des signes et du sens impulsé par un communicator ou communicant et actualisé par un communicatee ou interpréteur, terme qu’il repend à partir de celui d’interprétant, utilisé par Peirce :

The user of signs who effects communication is the communicator and the organism in which the sign-process is aroused by the signs of the communicator is the communicatee. The communicatee may be the same organism in which is the communicator, as when one writes a note to oneself to be read at a later time. The signs used are the means of communication and the signification made common by these means is the content of communication (Morris, 1938 : 71).

14Le concept de contenu a été repris dans ce sens tant par Lasswell, dans son modèle d’analyse des contenus de communication, que par Bernard Berelson, dans la formalisation qu’il en produit avec l’analyse de contenu. L’un et l’autre répondaient à des demandes institutionnelles de mesure scientifique, non seulement quantitative, de variables et d’indicateurs permettant de rendre compte de l’influence et de l’effet des contenus médiatiques. Selon leur approche, les contenus analysés devaient permettre de reconstituer a posteriori leur programme argumentatif, son incarnation dans un processus de médiatisation et son impact ou effet en réception. Ainsi, pour Lasswell, toute analyse de ces processus et de ces contenus doit inclure leur fonction sociale qui est l’effet qu’ils produisent, dans une circulation différentielle, à partir de projets et d’intentionnalités traduits en messages produits en situation ou véhiculés par des canaux médiatiques. D’où sa modélisation désormais classique de la communication comme un processus véhiculant des contenus signifiants qui traduisent des projets d’action et visent un impact sur une cible avec la formule suivante : Qui / dit quoi / par quel canal / à qui / avec quel effet ? À laquelle il ajoute une première typologie des événements traduisant la gradation d’ordre et de désordre dont ils sont porteurs, visiblement élaborée en réponse à une demande de leur marché, en l’occurrence les acteurs institutionnels. Ce qui constitue une caractéristique partagée par les études scientifiques des crises : « The scientific approach to disaster is therefore a reflection of the nature of the market in which disaster research became an institutional demand » (Gilbert, 1998 : 12).

15Lasswell oppose la conférence de presse, qu’il qualifie d’« état de grâce irénique », à l’obligation compulsive des questions et débats parlementaires. De même qu’il oppose les « occasions cérémonielles » et les crises, indiquant que les cérémonies se caractérisent essentiellement par la répétition ainsi que par une garantie et une intensification des modèles de valeur, de leur observation et de leur respect, en raison de la performativité propre aux rituels cérémoniels. Quant aux crises, situations événementielles ouvertes à la perte et à la violence comme menace et comme effet, leur caractéristique dominante est leur « structure d’expectation ». Lasswell ajoute que lorsque les conséquences d’une crise sont considérées comme pouvant être infléchies par la communication, celle-ci devient prolixe, redondante et envahissante, alors qu’elle demeure concise et répétitive dans le cas contraire. La typologie de Lasswell fournit ainsi une gradation des événements en fonction de leur amplitude disruptive et de la programmation-contingence de leur déroulement, que le numérique cristallise à des degrés différents. Elle peut être qualifiée d’empirie prospective dont l’objectif est une programmation du futur à partir de la dimension argumentative des crises en tant que signes, telle qu’elle a été définie par Peirce.

16La médiatisation numérique restitue l’amplitude disruptive de l’événement dans son éclatement et sa cristallisation haptique en un continuum de messages. Elle cristallise également une partie de sa contingence, dans ses effets primaires de connectivité, ou audiences, et ses effets secondaires de connectivité, ou public — partages et autres commentaires issus de stratégies diverses de réception-émission. Elle permet aussi, dans une perspective de rétrodiction, un suivi de leurs effets futurs. Comme nous l’avons déjà indiqué (Awad, 2015b : 112), cette écriture « par contact » du public constitue une remise en question de ce qui a fait le régime classique du public des médias : sa spectralité subversive qui conjugue l’anonymat et l’imaginaire.

Haut de page

Bibliographie

ALBERTI, Leon Battista (2007 / 1439), De pictura, Paris, Éditions Allia.

ARISTOTE (1993), Éthique à Nicomaque, Paris, Livre de poche.

AWAD, Gloria (2016), La pratique professionnelle de communication : organisation et parole vive, Paris, L’Harmattan.

AWAD, Gloria (2015a), « Méta-contenus et événement. Réécritures journalistiques numériques » dans Imad SALEH et al. (dir.), Le numérique à l’ère de l’Internet des objets : de l’hypertexte à l’hyper-objet, Londres, ISTE Éditions, p. 305-312.

AWAD, Gloria (2015b), « Journalisme numérique et actualisation du public : au-delà de la “main visible” du lecteur » dans Nicolas PÉLISSIER et Élise MAS (dir.), Vers une culture medi@tic? Médias, journalisme et espace public à l’épreuve de la numérisation, Paris, L’Harmattan, p. 112-121.

AWAD, Gloria (2014), « L’événement au prisme du journalisme : raisons sociales d’une coupure épistémologique et de ses coutures numériques », Actes du colloque Penser les techniques et les technologies. Apports des sciences de l’information et de la communication et perspectives de recherches, XIXe colloque de la Société française des sciences de l’information et de la communication, Université de Toulon, 4 au 6 juin. [En ligne]. http://sfsic2014.sciencesconf.org/browse/session. Page consultée le 18 janvier 2018.

AWAD, Gloria (2008), « Médias et urgence : construction, gestion, prévention » dans Jean BROT et al. (dir.), Catastrophe et gouvernance, Bruxelles, Éditions InterCommunication, p. 35-46.

AWAD, Gloria (2000), « Du papier à l’écran : l’espace au fil du temps » dans André VITALIS et al. (dir.), Médias, temporalités et démocratie, Rennes, Éditions Apogée, p. 45-59.

AWAD, Gloria (1995), Du sensationnel. Place de l’événementiel dans le journalisme de masse, Paris, L’Harmattan.

BARTHES, Roland (1981/1966), « Introduction à l’analyse structurale du récit », Communications, 8 : 7-33.

CASTELLS, Manuel et al. (2007), Mobile Communication and Society. A Global Perspective, Cambridge / London, The MIT Press.

DAVIDSON, Donald (1993), Actions et événements, Paris, Presses universitaires de France.

GILBERT, Claude (1998), « Studying disaster. Changes in the main conceptual tools » dans Enrico L. QUARANTELLI (dir.), What is a Disaster? Perspectives on the Question, Londres, Routledge, p. 11-18.

GREIMAS, Algirdas J. (1970), Du sens. Essais sémiotiques, Paris, Seuil.

GREIMAS, Algirdas J. (1986 / 1966), Sémantique structurale. Recherche de méthode, Paris, Presses universitaires de France.

JAKOBSON, Roman (1963), Essais de linguistique générale, t. 1, Paris, Minuit.

JAMES, William (2007/1907), Le pragmatisme, Paris, Flammarion.

LABROSSE, Claude (2000), « L’avènement de la périodicité » dans André VITALIS et al. (dir.), Médias, temporalités et démocratie, Rennes, Éditions Apogée, p. 109-124.

LASSWELL, Harold D. et al. (1968 / 1949), Studies in Quantitative Semantics. Language of Politics, Cambridge, The MIT Press.

LESSIG, Laurence (2005 / 2001), L’avenir des idées. Le sort des biens communs à l’heure des réseaux numériques, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

MÉDIAMÉTRIE (2015), « Mesure d’audience de l’Internet mobile – janvier 2015 », communiqué de presse du 24 mars. [En ligne]. http://www.mediametrie.fr. Page consultée le 4 octobre 2015.

NOIRIEL, Gérard (1998), Qu’est-ce que l’histoire contemporaine, Paris, Hachette.

PÉDAUQUE, Roger T. (2006), Le document à la lumière du numérique, Caen, C&F Éditions.

PEIRCE, Charles Sanders (2002 / 1905 / 1867), Pragmatisme et pragmaticisme. Œuvres philosophiques I, Paris, Éditions du Cerf.

POMIAN, Krzysztof (1984), L’ordre du temps, Paris, Gallimard.

SCHRAMM, Wilbur (1965), « Communication in crisis » dans Bradley S. GREENBERG et Edwin B. PARKER (dir.), The Kennedy Assassination and the American Public. Social Communication in Crisis, Stanford, Stanford University Press, p. 1-25.

VÉRON, Eliséo (1987), La sémiosis sociale. Fragments d’une théorie de la discursivité, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes.

VEYNE, Paul (1978/1971), Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. La progression des audiences de la sous-catégorie « Actualités » chez cinq supports médiatiques de décembre 2014 à janvier 2015
Légende Source : Médiamétrie.
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7540/img-1.png
Fichier image/png, 69k
Titre Graphique 1. Temps de couverture du tsunami du 26 décembre 2004 dans les journaux télévisés des chaînes généralistes françaises, avec l’annonce proclamatoire de l’événement et son déploiement
Légende Source : Graphe établi à partir des données de l’Institut national de l’audiovisuel et présenté dans le cadre de la communication « Médias et urgence : construction, gestion, prévention », XXIIes Journées de l’Association Tiers Monde, Université d’Artois, 22 au 24 juin 2006.
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7540/img-2.png
Fichier image/png, 70k
Titre Capture écran 1. « Pense-bêtes » chronologiques, mots-clés et « étirement en accordéon » en réponse à une recherche sur le « crash de l’A320 » en avril 2015
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7540/img-3.png
Fichier image/png, 421k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gloria Awad, « Crises, arguments et médiatisations numériques », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le 26 février 2018, consulté le 19 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7540 ; DOI : 10.4000/communication.7540

Haut de page

Auteur

Gloria Awad

Gloria Awad est maître de conférences, habilitée à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication, UFR Économie, gestion, administration et sciences sociales et membre du Laboratoire Textes et Cultures (EA 4028), École doctorale sciences de l’homme et de la société, Université d’Artois, COMUE Lille Nord-de-France. Courriel : gloria.awad@univ-artois.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals