Navigation – Plan du site
Recherches

Subprimes, signaux faibles et véridiction

La crise dans le discours journalistique
Christelle de Oliveira-Verger

Résumés

La crise des subprimes débute en 2007 aux États-Unis par une crise immobilière liée aux très nombreux impayés des prêts subprimes. L’auteure étudie un événement marquant de ce début de crise, se déroulant dans un contexte économique « normal » : la mise en difficulté de la BNP par les crédits subprimes et son traitement dans la presse. Cela pour comprendre, au travers de la problématique de la véridiction, la volonté de non prise en compte de certains signaux annonciateurs de cette crise et leur impact réel sur le devenir du système, contribuant alors à provoquer une crise financière mondiale.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

subprime, evento, crisis, verídico, Francia
Haut de page

Texte intégral

1L’analyse sera réalisée à partir d’articles contenus dans les hebdomadaires grand public suivants : Le Nouvel Observateur, Marianne et Valeurs actuelles ainsi qu’à l’intérieur de deux quotidiens : Le Monde et Le Figaro. Nous avons choisi ces journaux parce que ce sont des organes de presse importants qui présentent un intérêt pour l’analyse par la qualité des écrits qu’ils proposent et qui jouissent également d’une forte crédibilité auprès de leur lectorat. L’orientation politique des journaux n’a pas été prise en considération, car notre analyse n’est pas une analyse du discours politique. Cependant, pour des raisons de représentativité du lectorat, nous avons sélectionné les articles dans des journaux ayant des lignes éditoriales de différentes orientations.

2Pour effectuer cette sélection, nous nous sommes référée aux bases de données journalistiques Pressens et LexisNexis. Pour avoir tout d’abord un point de vue global de l’écriture journalistique sur l’événement que représente la crise des subprimes, nous avons sélectionné aussi bien des hebdomadaires que des quotidiens. Nous avons ensuite retenu deux critères de sélection dans les deux bases de données : d’abord, le nom de la banque liée à cet événement comme mot-clé pour la recherche, ensuite, la délimitation d’un bornage temporel d’une semaine à partir de la date de celui-ci. À partir de ces critères, nous avons pu recueillir un premier corpus d’articles. Mais, malgré cette stratification, le corpus s’est avéré encore trop important pour pouvoir correspondre à l’usage auquel il était destiné. Nous avons donc procédé à une seconde stratification, qui a permis la réalisation de la présente analyse. Pour ce faire, nous avons utilisé le logiciel d’analyse textuelle et concordancier AntConc. Pour l’ensemble des articles correspondant à cet événement, nous avons effectué un ciblage du terme de crise pour avoir un aperçu de sa fréquence dans les différents articles. Nous avons conservé, pour cette étude, ceux dans lesquels l’élément était le plus fréquent, tout en gardant à l’esprit la question de la représentativité du lectorat.

  • 1 Ce sont des prêts immobiliers accordés à partir des années 2000 à des ménages américains qui ne rem (...)

3Nous nous sommes intéressée à cet événement précis, car nous savons, a posteriori, que des signaux annonciateurs de l’importance de cette crise, des signaux faibles, étaient déjà visibles à ce moment-là, mais qu’ils n’ont pas été pris en compte par les analystes et les économistes. Pourquoi et avec quelles conséquences sur la suite de la crise ? Pour répondre à cette question, nous posons le postulat suivant qui servira de fil rouge à notre travail : le discours de la presse sur les subprimes1 est contraint par le degré d’authenticité que les journalistes accordent à la situation qui se déroule. La véridiction apparaît ainsi comme le régulateur sémiotique qui module ce discours. Nous présenterons d’abord la nature passionnelle des écrits journalistiques sur cet événement, puis nous définirons les causes par l’intermédiaire de deux problématiques : celle de la véridiction et celle des signaux faibles. Enfin, nous examinerons le processus d’ajustement et de retour à la normale.

4Avant de mener notre analyse, rappelons d’abord la nature de cet événement. Le 9 août 2007, le groupe BNP Paribas annonce le gel de trois fonds contenant des crédits subprimes, ce qui provoque une panique à l’intérieur des bourses mondiales et le blocage du marché monétaire. La Banque centrale européenne réagit très rapidement en injectant 94,8 milliards d’euros de liquidités dans le système financier.

5Les banques, qui d’ordinaire se prêtent de l’argent, vont brutalement cesser de le faire, car elles ne connaissent pas la quantité de titres douteux détenue par chacune d’entre elles. Toute banque est potentiellement fragilisée par les produits financiers toxiques qu’elle détient et chaque banque peut être suspectée par les autres d’être trop atteinte pour pouvoir rembourser. La méfiance de chacune conduit à la paralysie générale, car aucune ne veut prêter à l’autre. Comprenant le danger, la Banque centrale européenne injecte près de 100 milliards d’euros dans le circuit monétaire, soit plus que le lendemain du 11 septembre 2001. Les principales autres banques centrales suivent. En deux jours, 330 milliards de dollars sont apportés. Des banques et des organisations financières annonceront ensuite, en cascade, des dépréciations d’actifs liées aux subprimes. Certaines d’entre elles sont au bord de la faillite.

6Pour avoir une idée précise des occurrences lexicales les plus fréquemment convoquées, nous utiliserons, de nouveau, le logiciel AntConc dans ce sous-corpus d’articles concernant cet événement.

Tableau 1. Occurrences lexicales les plus fréquentes

Tableau 1. Occurrences lexicales les plus fréquentes

7D’après les dix mots les plus fréquemment utilisés dans ces articles, nous pouvons déjà déduire que cet événement se déroule dans un contexte de crise bancaire et immobilière et porte sur des milliards de liquidités.

8Si nous nous concentrons davantage sur le cœur de cet événement, c’est-à-dire les subprimes et le mot crise, et que nous recherchons les mots qui apparaissent le plus fréquemment dans leur environnement, nous obtenons le tableau suivant.

Tableau 2. Occurrences lexicales proches de subprimes et de crise

Tableau 2. Occurrences lexicales proches de subprimes et de crise

9Les mots les plus proches de subprimes se rapportent ainsi au vocabulaire boursier et à ce qui touche la vente d’actions. Ceux qui sont proches de crise sont, quant à eux, connotés vers une action (tourne, venir, rapidement, onde, massivement) dont les conséquences sont déjà visibles (tension, redoutaient, persiste, marginalement, impact). Nous voyons au travers de ces termes que les journalistes essayent d’orienter d’emblée les affects du lecteur vers un jugement négatif sur ces événements. C’est ce que l’on nomme une présentation passionnelle des faits. Nous allons cerner la raison de ce choix.

Présentation passionnelle des faits

10La passion est conçue ici dans sa définition classique comme une

organisation syntagmatique des états d’âme, en entendant par-là l’habillage discursif de l’être modalisé des sujets narratifs. Les passions et les « états d’âme » qui les composent sont le fait d’un acteur et contribuent, avec ses actions, à en déterminer des rôles dont il est le support (Greimas et Courtés, 1989 : 162).

11Dans la phase d’accroche de tous les articles qui constituent notre sous-corpus concernant cet événement, les journalistes présentent les faits de manière passionnelle, en optant pour un effet négatif très intense, mais également très étendu. Ils caractérisent cet événement comme fortement dysphorique en l’associant à un danger intense survenu de manière accidentelle et reconnu comme tel par l’ensemble de la population dans la récurrence du mot panique. Dans les exemples suivants, nous retrouvons cela dans les termes suivants : nervosité générale, intervention dans l’urgence, l’ampleur de la panique, chute des valeurs, régler une très lourde addition, jour de nervosité, mauvaises nouvelles.

La nervosité générale quant aux conséquences à venir de la crise du crédit immobilier à haut risque américain (« subprime ») ne s’est finalement jamais calmée. L’annonce par BNP Paribas de la suspension de trois fonds a remis le feu aux poudres. L’intervention dans l’urgence des banques centrales pour injecter des liquidités témoigne de l’ampleur de la panique (Le Figaro, 11 août 2007).

La rechute à partir de jeudi n’en a été que plus sévère. Le secteur financier a particulièrement souffert de l’annonce des difficultés liées au « subprime » rencontrées par un certain nombre d’établissements (Le Figaro, 11 août 2007).

La contagion au système bancaire mondial de la crise du crédit immobilier américain (subprime) a provoqué un accès de panique sur les marchés le jeudi 9 août. Les places boursières ont dévissé, affectées notamment par la chute des valeurs financières (Le Monde, 11 août 2007).

Prêter à n’importe qui, à n’importe quelles conditions, puis inonder de créances douteuses les marchés du monde entier : c’est le jeu de la finance depuis des années. Aujourd’hui, banques centrales, États et particuliers vont devoir régler une très lourde addition (Marianne, 18 août 2007).

A contrario, en cas de crise, l’onde de choc se répand partout, instantanément ; tout le monde est affecté (Marianne, 18 août 2007).

Une nouvelle maladie du système financier fait trembler cet été l’ensemble des banques européennes et des Bourses mondiales. Pourtant, cette fièvre maligne n’aurait jamais dû sortir des frontières des États-Unis, puisque c’est une crise partie des subprimes, des crédits immobiliers à taux majorés destinés aux Américains les moins riches (Le Nouvel Observateur, 16 août 2007).

C’est d’ailleurs BNP Paribas, la plus grosse banque du continent européen, qui a contribué involontairement à disséminer l’incendie (Le Nouvel Observateur, 16 août 2007).

Cette annonce, survenue un jour de nervosité sur les Bourses après d’autres mauvaises nouvelles, a joué le rôle d’allumette mettant le feu à la forêt (Le Nouvel Observateur, 16 août 2007).

12Cet accident apparaît également comme s’étendant à l’ensemble de la planète dans les termes suivants : banques centrales, système bancaire mondial, place boursière, marchés du monde entier, l’ensemble des banques européennes. L’étendue du danger exprime également quelque chose qui ne peut pas être contenu (n’aurait jamais dû sortir des frontières des États-Unis, l’onde de choc se répand partout), ce qui renforce encore l’effet passionnel de danger immédiat qui décrit ainsi l’état du système au moment où il a été touché de plein fouet par la crise des subprimes.

13L’intensité passionnelle dysphorique communiquée au lecteur est également renforcée par le fait que les journalistes utilisent un champ sémantique lié au catastrophisme qui s’étend inexorablement pour décrire cet événement, qu’il fasse référence au domaine médical (rechute, particulièrement souffert, contagion, affectées, nouvelle maladie, fait trembler, fièvre maligne), aux catastrophes naturelles telles que l’incendie (a remis le feu aux poudres, a contribué involontairement à disséminer l’incendie, a joué le rôle d’allumette mettant le feu à la forêt) ou l’inondation (inonder de créances douteuses).

14Le lecteur est ainsi mis d’emblée devant une information prenant l’aspect d’un danger qui viendrait bouleverser son monde ici et maintenant, se manifestant sous le mode réalisé (Fontanille, 1999). En sémiotique, la typologie des modalités (ibid.) permet de définir quatre modes d’existence. En fonction de l’ordre des degrés de présence, il y aura d’abord le vouloir et le devoir qui déterminent un mode virtualisé, ensuite, le croire (croire à quelque chose) et l’adhérer (croire en quelque chose) établissent un mode actualisé et, enfin, le savoir et le pouvoir caractérisent le mode potentialisé. Ces trois modes se déterminent en fonction d’un mode réalisé particularisé par l’absence de distance modale de l’être et du faire qui en sont constitutifs. Nous remarquons aussi que, dans les exemples précédents, nous retrouvons plusieurs fois le mot crise, c’est-à-dire que l’être du système qui ne fonctionne plus correctement a été boulversé par le faire de certains acteurs.

Aujourd’hui, rares sont ceux qui se hasardent à des pronostics. Le discours ambiant se veut rassurant, mais sonne faux, comme si les professionnels tremblaient à l’idée que leurs clients pourraient à leur tour paniquer (Valeurs actuelles, 17 août 2007).

Ces créances sont dispersées dans le monde entier et il est difficile de savoir où elles sont, ce qui contribue à généraliser la crise de confiance (Valeurs actuelles, 17 août 2007).

Les banques centrales ont été contraintes d’intervenir massivement pour éviter une crise de confiance sur les marchés interbancaires (Le Monde, 11 août 2007).

Les autorités ont accompagné ces mesures exceptionnelles de messages rassurants. […] Paradoxalement, les commentaires apaisants de la Maison Blanche et les interventions successives des principales banques centrales ont contribué à alimenter les peurs (Le Monde, 17 août 2007).

De plus, quand les banques ont peur, ce qui est le cas aujourd’hui, elles se méfient de tout et de tous (Marianne, 18 août 2007).

Du coup les investisseurs ont pris peur, en se demandant quelle était l’ampleur des dégâts dans le monde bancaire : nul n’a aujourd’hui la moindre idée des pertes potentielles, ni de la localisation des risques (Le Nouvel Observateur, 16 août 2007).

Les établissements financiers n’ont plus voulu se prêter de l’argent entre eux sur le marché interbancaire, car ils se sont méfiés les uns des autres (Le Nouvel Observateur, 16 août 2007).

Parce que les effets du « subprime » apparaîtront en cascade, leur ampleur est aujourd’hui difficile à estimer (Le Figaro, 11 août 2007).

15Nous constatons que les journalistes présentent la nature de cette crise comme une crise de confiance générée par des dysfonctionnements internes dans les banques. Cette crise de confiance se double d’une crise de la véridiction. La véridiction se fonde sur « la contrariété entre le “savoir maximum possible” et les “savoirs particuliers” et repose sur un décalage entre le savoir de l’énonciateur et le savoir d’un sujet cognitif, décalage produit, par définition, par un débrayage cognitif » (Greimas et Courtés, 1989 : 67). Les journalistes prennent conscience au moment de cet événement que, de la même manière que plusieurs acteurs du système, ils ne possèdent qu’une partie tronquée de l’information et ils ne savent plus précisément distinguer le vrai du faux dans les informations qui leur parviennent. De ce fait, cette situation engendre et répand la méfiance et la peur dans tout le système bancaire. Dans les exemples cités, nous retrouvons cette idée dans les termes suivants : les professionnels tremblaient à l’idée que leurs clients pourraient à leur tour paniquer, généraliser la crise de confiance, éviter une crise de confiance, alimenter les peurs, les banques ont peur, elles se méfient, l’ampleur des dégâts, nul n’a aujourd’hui la moindre idée des pertes potentielles, ni de la localisation des risques, ils se sont méfiés les uns des autres.

16Les journalistes ne cherchent donc pas les causes de cette crise à l’intérieur du système, mais recherchent davantage les « coupables » de ces dysfonctionnements dans les rouages du système bancaire.

Véridiction et signaux faibles

17Les journalistes situent ainsi l’origine de cette crise dans le système bancaire lui-même. Ils expliquent d’abord qu’il est avéré que de nombreux acteurs connaissaient les risques de ces produits subprimes, mais qu’ils n’ont pas voulu en tenir compte, c’est ce que l’on appelle la non-prise en compte des signaux faibles. Si nous transposons cette problématique du point de vue de la véridiction, cela implique qu’ils détenaient le savoir maximum possible sur ces produits, c’est-à-dire leur être, mais qu’ils ont choisi de ne pas le divulguer au profit d’un paraître, les autres acteurs (sujets cognitifs) ne possédant ainsi qu’un savoir particulier sur ces produits.

18Par l’intermédiaire de la titrisation, les banques ont transformé ces créances en obligation et les ont revendues en les mélangeant avec d’autres pour réduire le risque. Les journalistes expliquent ainsi que ce qui a provoqué cette crise de confiance est l’investissement massif des banques dans ces produits à risques, mais qui sont rentables tant que le système se maintient. Les subprimes révèlent que le paraître potentiel des investissements des banques, c’est-à-dire des investissements garantissant un maximum de sécurité par rapport aux avoirs des clients, n’est pas en conformité avec l’être réalisé de ces investissements, c’est-à-dire la réalisation de nombreux placements dangereux, mais rentables. Nous sommes ici dans la perspective de la véridiction, c’est-à-dire dans la position du paraître / non-être, c’est-à-dire du mensonge. Du point de vue des modalités véridictoires, l’être de l’information apparaît ainsi comme le savoir maximal possible sur celle-ci possédée par les acteurs du système. Le paraître de l’information représente, quant à lui, les savoirs particuliers que possèdent tous les autres sujets cognitifs.

C’est une crise partie des subprimes, des crédits immobiliers à taux majorés destinés aux Américains les moins riches. Devant l’envolée continue du prix du mètre carré et l’euphorie qu’elle engendrait chez les propriétaires enrichis, les banques américaines avaient décidé d’élargir de plus en plus ce marché miraculeux. Elles ont commencé à prêter à tous les ménages, même les plus fragiles, sans leur demander de garanties réelles. Ce système, qui n’avait comme seule justification qu’un optimisme forcené et une croyance en de meilleurs lendemains, concernerait, selon la Banque de France, 13 % de l’ensemble des crédits immobiliers américains (Le Nouvel Observateur, 16 août 2007).

Certains établissements bancaires américains se sont spécialisés dans les crédits immobiliers hypothécaires aux emprunteurs les plus fragiles, donc aux taux les plus chers. Le risque paraissait faible, compte tenu de la hausse constante du prix des maisons. En cas de défaillance, il serait toujours possible de revendre le bien financé pour rentrer dans ses frais (Valeurs actuelles, 17 août 2007).

Car les subprime mortgages, en français « crédits hypothécaires à risques », c’est d’abord cela : des établissements de crédit spécialisés dans le surendettement des ménages populaires américains. À coup de publicité, de démarchage à domicile, de pratiques illégales, il s’agissait de promettre l’eldorado du « home sweet home » à des salariés dont les revenus ne permettaient manifestement pas d’accéder à la propriété (Marianne, 18 août 2007).

19Du point de vue de la véridiction, cela nous amène à plusieurs interrogations : où est la vérité de l’information ? Qui la possède et pourquoi ? Nous allons ici exposer le jeu des modalités véridictoires dans cette situation de crise, en posant d’abord le problème de l’équivalence entre réalité et vérité. « Est donné pour vrai ce qui a la caution du réel, mais à l’inverse, est donné pour réel ce qui procède d’un discours vrai, de la véridiction » (Coquet, 1989). Tout se passe comme si, avant la révélation de cet événement de crise, le sujet (que nous assimilons ici aux acteurs du système économique) était le seul à avoir la capacité de faire la différence entre l’être (le réel) et le paraître (le non-réel) de l’état du système financier. Les journalistes et les lecteurs apparaissent ainsi comme un non-sujet par rapport à cet événement. Pour eux, les deux sont confondus, car ils ignorent ces contraintes de disjonction entre l’être et le paraître.

20Quant aux acteurs du système économique, la fonction sujet accepte deux formes distinctes (Moignet : 1974) qui s’articulent l’une avec l’autre : la personne humaine (JE) et la personne univers (IL). La personne univers renvoie à une instance dominante à valeur universelle, alors que la personne humaine s’apparente davantage à une projection du moi. L’énoncé véridictoire a donc une extension maximale quand il présente une vérité universelle. Les journalistes énoncent ainsi des faits qu’ils présentent comme vrais sous le rapport de l’univers du système économique, donc un IL-vrai (Coquet, 1989 : 174). Cette assertion dévoile la disjonction entre l’être et le paraître caractérisant un mensonge à valeur universelle. Celui-ci touche non quelques acteurs particuliers, mais l’ensemble du système financier. Ce sont autant de vérités partant de réalités qui sont mises au jour. De ce fait, les journalistes et les lecteurs passent de la position de non-sujet à celle de sujet, car, par l’intermédiaire de la connaissance de ces faits, ils acquièrent la possibilité de disjoindre l’être du paraître.

21Ce mensonge vient ainsi rompre le contrat fiduciaire qu’il existe entre les banques et ses usagers. Il crée une rupture et instaure une situation de crise de la confiance et de la véridiction.

22La stratégie de l’écriture journalistique restreint l’extension du discours véridictoire symbolisé par le IL-vrai, exact reflet du réel. La modalité du croire n’est plus soumise aux mêmes conditions. La vérité est ici présentée comme partagée et restreinte aux dimensions spatio-temporelles d’une communauté. Ainsi, pour que le savoir diffusé par les journalistes acquiert une valeur de vérité, il suffit que la communauté des lecteurs l’adopte. Nous passons ici du certain admis par tous au certain admis par quelques-uns, dont le discours véridictoire est celui du ON-vrai (ibid. : 175). L’objectif final de cette stratégie est de faire passer le lecteur du ON-vrai au IL-vrai, pour qu’il adopte un point de vue passionnel global et uniforme par rapport à cette situation de crise. Nous le constatons dans ces exemples par la présence du pronom « on » :

Tout ce petit monde, spéculant à tout-va, a été pris à revers par le retournement du marché américain (Marianne, 18 août 2007).

Et enfin pour toutes les banques de la planète, dont on découvre qu’elles ont spéculé sur ces crédits dangereux : elles les ont « rachetés » à leurs émetteurs, attirées par leurs énormes intérêts. C’est d’ailleurs BNP Paribas, la plus grosse banque du continent européen, qui a contribué involontairement à disséminer l’incendie. Le 9 août, elle a suspendu la cotation de trois de ses fonds à haut risque, parce qu’ils avaient investi dans ces fameuses subprimes pour doper leurs performances (Le Nouvel Observateur, 16 août 2007).

On a découvert à cette occasion que certains fonds de trésorerie dynamiques, censés présenter la sécurité de placements monétaires, étaient largement investis dans ces créances subprimes, très rémunératrices quand tout va bien, mais dangereuses quand les emprunteurs sont défaillants (Valeurs actuelles, 17 août 2007).

Ces « paquets », les banques se sont entre-déchirées pour en posséder. La raison ? Ils étaient classés « triple A » par les agences de notation, la meilleure signature pour les marchés, qu’on achète les yeux fermés, et qui sont censés rapporter le plus (Marianne, 18 août 2007).

23Cette crise de la véridiction par la mise à jour du mensonge sur le mode réalisé apparaît également dans le deuxième ensemble d’exemples (voir ci-dessus), dans les termes suivants : rares sont ceux qui se hasardent à des pronostics, le discours ambiant se veut rassurant, mais sonne faux, généraliser la crise de confiance, éviter une crise de confiance sur les marchés, les commentaires apaisants de la Maison Blanche et les interventions successives des principales banques centrales ont contribué à alimenter les peurs, quand les banques ont peur […] elles se méfient de tout et de tous, nul n’a aujourd’hui la moindre idée des pertes potentielles, ni de la localisation des risques, ils se sont méfiés les uns des autres.

24De plus, la dissémination importante de ces produits, mélangés intentionnellement à beaucoup d’autres dans le but de dissimuler leur dangerosité, rend impossible leur identification et exacerbe cette impression de mensonge entre les différents actants-banques. Il en résulte une intensification de l’impression de rupture de contrat fiduciaire, donc une crise de confiance. La contamination des subprimes à l’ensemble des produits d’épargne suppose que l’on passe du ON-vrai, qui est limité, au IL-vrai à valeur universelle qui s’étend à l’ensemble du système comme nous le constatons dans ces exemples dans les termes suivants : les banques, la plupart des établissements internationaux, le secteur financier :

Les banques les ont ensuite vendus à leurs clients. Ainsi, un brave patron de PME, soucieux de mettre sa trésorerie à l’abri, a pu acheter du subprime mortgage à son insu (Marianne, 18 août 2007).

La plupart des établissements internationaux sont affectés directement ou indirectement par l’effondrement des prix des subprimes, notamment via les fonds qu’ils gèrent (Le Monde, 11 août 2007).

Le secteur financier a particulièrement souffert de l’annonce des difficultés liées au « subprime » rencontrées par un certain nombre d’établissements (Le Figaro, 11 août 2007).

25La problématique soulevée ici est celle des signaux faibles, développée par Alexandre Rayne (2008) et qui s’applique à cette crise financière. Il définit ce concept de signal faible de la façon suivante :

On trouve derrière ce terme issu des sciences dures la définition d’une information précoce et de ce fait incertaine, non vérifiable, non recoupée et dont le message ne peut être analysé avec le regard critique et le recul que l’on porte à une information à disposition de tous, comparable, familière et identifiable (ibid. : 13).

26Il pose l’hypothèse que les signaux rationnels annonciateurs des crises sont intelligibles et détectables, mais c’est pour avoir pris en compte des facteurs d’ordre irrationnel et comportemental que les établissements bancaires ont passé outre ces signaux et n’ont pu éviter à la crise de se produire avec l’ampleur et l’intensité qu’on lui connaît. Pour lui, le principal facteur qui permet la non-prise en compte de ces signaux faibles annonciateurs de crise est la formation d’une idéologie dominante ne laissant place à aucune contradiction, ce qui rejoint ici la problématique de la véridiction exposée précédemment. Le magazine Marianne est le seul à soulever clairement cette problématique en proposant une hypothèse identique, tout en dénonçant les coupables dans les prochains exemples : Il aurait suffi que l’administration fasse son travail pour y mettre un frein, au lieu de réagir à temps, les banques auraient dû installer de leur propre initiative :

Elle aurait pourtant pu être prévenue. D’abord aux États-Unis. On reste confondu par les pratiques des établissements de prêt américains. Certaines d’entre elles sont d’ailleurs illégales. Il aurait suffi que l’administration fasse son travail pour y mettre un frein. Mais le laisser-faire traditionnel, amplifié par l’objectif politique idéologique de l’équipe Bush — faire des Américains un peuple de propriétaires —, l’a emporté sur la rigueur économique. Pourtant, depuis de nombreux mois, la plupart des signaux d’alarme étaient passés au rouge. En fait, le retournement du marché immobilier américain s’était amorcé dès 2005 (Marianne, 18 août 2007).

Au lieu de réagir à temps, Trichet et ses comparses ont préféré combattre à coups de taux d’intérêt élevés une inflation inexistante. Dans le même temps, le Fonds monétaire international s’est contenté, pour sa part, du service minimum, affirmant, à tort nous le savons aujourd’hui, que la stabilité mondiale n’était pas menacée (Marianne, 18 août 2007).

En réalité, les banques auraient dû installer de leur propre initiative un contrôle plus serré (Marianne, 18 août 2007).

27Pour illustrer leurs propos et leur donner un impact véridictoire beaucoup plus important aux yeux des lecteurs, les journalistes font appel à un argument d’autorité sous la forme d’une insertion de discours directs de spécialistes en économie, désignés comme tels. Ils apparaissent, en quelque sorte, comme les garants d’un savoir maximum possible sur cet événement. Pour le premier extrait, on rapporte les propos de Jean-Hervé Lorenzi et pour les deux autres extraits, ce sont ceux de Patrick Artus :

« Mais les subprimes, c’est une affaire de pauvres, ce n’est pas très chic, et cela n’intéresse personne parmi les décideurs économiques », commente Jean-Hervé Lorenzi, professeur d’économie (Marianne, 18 août 2007).

« La BCE et Jean-Claude Trichet se sont toujours refusés à intervenir sur le prix des actifs. Ils estiment que cette fonction relève des marchés, pas d’une banque centrale », accuse l’économiste Patrick Artus (Marianne, 18 août 2007).

« Cela fait trois ans que nous disons à nos clients de ne pas toucher aux subprimes », rappelle Patrick Artus.

28Nous retrouverons ce procédé de citation d’experts dans certaines des extractions ci-après pour justifier la façon dont ils projettent un devenir du système par rapport aux conséquences de cet événement.

Ajustement et retour à la normale

29Malgré une présentation des faits très dysphorique, l’analyse des conséquences qui est réalisée ensuite par les journalistes se veut nettement plus optimiste et rassurante pour la majorité d’entre eux :

Il n’y a aucun rapport entre le marché immobilier américain et le marché français. Les professionnels de l’immobilier en France affirment que l’envol des prix sur le marché français n’est pas spéculatif, mais correspond à un réel besoin de logement face à une pénurie due à un effort de construction insuffisant ces dernières années (Valeurs actuelles, 17 août 2007).

Tous les observateurs du marché font valoir qu’il y a déconnexion entre la sphère financière et l’économie réelle. Globalement, les entreprises se porteraient bien, comme en témoignent leurs résultats. Ceux des banques sont très élevés. La croissance économique mondiale est très vigoureuse et régulièrement réévaluée par le FMI. Les statistiques américaines sont bonnes et la croissance européenne reste relativement élevée (Valeurs actuelles, 17 août 2007).

Même si pour beaucoup d’économistes, la crise reste pour le moment déconnectée des fondamentaux de l’économie mondiale qui sont solides (Le Monde, 11 août 2007).

L’évolution des cours semble complètement déconnectée des fondamentaux (Le Figaro, 11 août 2007).

L’institut a néanmoins insisté sur le caractère robuste d’une croissance qui certes ralentit, mais n’est pas remise en cause par le contexte de resserrement des conditions de crédit (Le Figaro, 11 août 2007).

30Même si cet événement a provoqué une onde de choc dans le système bancaire, pour les journalistes il ne remet pas en cause l’ensemble du système économique. De la même manière que certains utilisent le discours direct, d’autres, pour affirmer l’impact véridictoire de leur propos, convoquent ainsi des garants sous forme d’actants collectifs reconnus comme des figures d’autorité dans différents secteurs touchés par cet événement. Les journalistes affirment que ceux-ci partagent entre eux et avec eux la même vision de l’état du système économique dans sa globalité après cet événement : les professionnels de l’immobilier en France affirment…, tous les observateurs du marché font valoir…, beaucoup d’économistes. Ils renforcent ainsi l’impact véridictoire des projections qu’ils présentent.

31Les banques centrales jouent ici le rôle d’un actant régulateur du système par rapport à cette crise des subprimes. L’injection de liquidités est ainsi vue comme une action réalisée en vue d’un ajustement (Landowski, 2005) entre cet événement de crise et l’état antérieur du système. Il a pour objectif de permettre au système de sortir de cet état de rupture et de rétablir son état initial. C’est ce qui est exposé dans les deux exemples suivants :

[« ] Les fondamentaux sont bons, les résultats financiers des groupes industriels et des banques restent solides. Il n’y a pas de justification majeure aujourd’hui pour que les marchés poursuivent leur baisse. C’était principalement une crise de confiance, calmée par les banques centrales », estime Benoît Hubaud, responsable de la recherche crédit, taux et changes à la Société Générale (Le Nouvel Observateur, 16 août 2007).

L’injection de liquidités de ces derniers jours éloigne les risques d’une crise de liquidités. Dans ces conditions, les économistes ne croient guère à une crise mondiale provoquée par l’effondrement du marché subprime américain (Valeurs actuelles, 17 août 2007).

32Cependant, même si les conséquences de cet événement sont vues comme étant sans impact majeur sur l’état du système global, les journalistes restent prudents dans leurs projections. Pour eux, toutes les conséquences de cet événement ne se sont peut-être pas encore entièrement dévoilées, c’est-à-dire qu’ils estiment que la confiance n’est pas encore complètement rétablie et que le paraître réalisé par rapport à cet événement n’est pas totalement en conformité avec l’être potentiel (Brandt et Florès, 1995) du système. Ils supposent ainsi que le savoir maximum possible sur cet événement n’est potentiellement pas équivalent au savoir référé (Fontanille, 1987) qu’ils possèdent et diffusent auprès de leurs lecteurs.

33Ici, la relation d’équivalence entre réalité et vérité s’apparente davantage au dire-vrai (Coquet, 1989 : 164), comme si les journalistes étaient moins assurés de tenir le discours de la réalité que celui de la vérité. Ils se situent dans ce que l’on pourrait nommer une réalité proche où les domaines de l’être et du paraître n’ont pas de frontière fixe. Ils adoptent ainsi un type de discours véridictoire qui est étroitement corrélé avec le champ qu’il prétend couvrir comme dans les exemples suivants : rendant impossible une appréciation convenable des risques, il est très difficile d’évaluer exactement les impacts de la crise, mais personne n’excluait à nouveau une grosse crise de tension.

La complexité croissante des circuits financiers et le développement des éléments hors bilan créent de vrais trous noirs rendant impossible une appréciation convenable des risques. Reste à espérer qu’ils sont suffisamment dispersés et diversifiés pour ne pas provoquer un cataclysme avant que la croissance mondiale ne ralentisse, l’économie restant, par nature, cyclique (Valeurs actuelles, 17 août 2007).

« Le marché du crédit aux États-Unis est très diffus et manque de transparence. Il est très difficile d’évaluer exactement les impacts de la crise », explique Gerry Rawcliffe, responsable du secteur financier chez Fitch (Le Monde, 11 août 2007).

En début de semaine, c’était effectivement cet optimisme qui commençait à prévaloir, mais personne n’excluait à nouveau une grosse crise de tension (Le Nouvel Observateur, 16 août 2007).

34Un seul de ces magazines, Marianne, avait un point de vue différent sur le devenir du système. Il ne considérait pas cet événement comme un accident du système bancaire sans conséquence sur l’ordre économique mondial. Il prévoyait, au contraire, que le système ne pourrait pas revenir à son état antérieur après cet événement :

Car la crise américaine devrait avoir des retombées intérieures et universelles (Marianne, 18 août 2007).

Or la crise venue des États-Unis aura des conséquences lourdes et quasi-automatiques : accroissement du déficit et de la dette, difficultés renouvelées du marché de l’emploi, etc. Et Carrez d’annoncer : « 2008 pourrait d’être l’année de tous les dangers ». On en vient à souhaiter qu’il se trompe (Marianne, 18 août 2007).

35Malgré des doutes émis du point de vue de la véridiction de cet événement par rapport à l’état global du système, la vision des journalistes de cet événement et de ses conséquences est quasiment unanime. Ils estiment que c’est un événement grave qui a fortement ébranlé le caractère homéostatique du système. Il a provoqué une rupture d’équilibre temporaire qui a révélé des dysfonctionnements graves à l’intérieur de celui-ci. Néanmoins, le système a mis en place des ajustements pour revenir à son état initial et ainsi pouvoir prétendre continuer à fonctionner normalement. Les journalistes projettent majoritairement un état de perpétuation du système, ils sont dans un croire-être potentiel de retour à un état antérieur connu par rapport au réalisé de cet événement qui occupe lui-même une position de devoir-être identique à lui-même.

Conclusion

36La caractérisation du système après cet événement apparaît ainsi comme un reflet de la projection des journalistes sur le devenir de celui-ci, mais elle n’est pas corrélée avec l’état réel du système à ce moment-là. Ils reconnaissent les risques tout en admettant ne pas connaître toutes les conséquences potentielles de cette crise. Cependant, ils décident de ne pas en tenir compte dans leurs projections et préfèrent miser sur la capacité d’autorégulation du système qu’ils considèrent comme fiable et solide. Ils préfèrent considérer cet événement comme la conséquence d’actions de quelques individus isolés, non représentatifs de la majorité. C’est une situation de non-prise en compte des signaux faibles annonçant une situation de crise.

37Nous savons a posteriori que, contrairement à ce qu’ils prévoyaient, cet événement était le premier à mettre au jour une série de dysfonctionnements cycliques dont l’ampleur va croissante. Ceux-ci allaient toucher de plus en plus profondément les différentes couches et conduire bientôt le système à l’arrêt. En réalité, nous ne sommes pas dans un retour à un état initial, mais dans un processus d’adaptation, un ne pas devoir ne pas être. Nous savons qu’à partir de cet événement, le système n’est plus capable de s’autoréguler et qu’il est obligé d’entamer un processus d’adaptation en recevant de plus en plus massivement des aides des différentes banques centrales, sans lesquelles il ne pourrait pas perpétuer son devenir.

Haut de page

Bibliographie

BRANDT, Per Aage et Roberto FLORÈS (1995), Niveaux et stratégies de la véridiction, Limoges, Presses universitaires de Limoges, Coll. « Nouveaux Actes sémiotiques ».

COQUET, Jean-Claude (1989), Le discours et son sujet I, Paris, Méridiens Klincksieck.

FONTANILLE, Jacques (1987), Le savoir partagé : sémiotique et théorie de la connaissance chez Marcel Proust, Paris/Amsterdam/Philadelphie, Hadès/Benjamins, Coll. « Actes sémiotiques ».

FONTANILLE, Jacques (1999), Sémiotique du discours, Limoges, Presses universitaires de Limoges.

GREIMAS, Algirdas Julien et Joseph COURTÉS (1989), Sémiotique : dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Paris, Classiques Hachette, Coll. « Hachette université. Linguistique ».

LANDOWSKI, Éric (dir.) (2006), « Les interactions risquées », Nouveaux Actes sémiotiques : 101-103.

MOIGNET, Gérard, Études de psycho-systématique française, Paris, Klincksieck, Coll. « Bibliothèque française et romane ».

RAYNE, Alexandre (2008), Prévenir les ruptures stratégiques : du bon usage des signaux faibles, Paris, L’Harmattan, Coll. « Intelligence économique ».

Haut de page

Annexe

Corpus (Pressens et LexisNexis, novembre 2014)

Le Figaro, « La crise du “subprime” devient mondiale », 11 août 2007.

Le Monde, « La contagion de l’effondrement du crédit immobilier américain inquiète les investisseurs », 11 août 2007.

Marianne, « Krach financier tout le monde paiera », 18 août 2007.

Valeurs actuelles, « Krach, mode d’emploi », 17 août 2007.

Le Nouvel Observateur, « Bourse : la peur de la contagion », 16 août 2007.

Haut de page

Notes

1 Ce sont des prêts immobiliers accordés à partir des années 2000 à des ménages américains qui ne remplissent pas les conditions pour souscrire un emprunt immobilier classique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Occurrences lexicales les plus fréquentes
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7549/img-1.png
Fichier image/png, 44k
Titre Tableau 2. Occurrences lexicales proches de subprimes et de crise
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7549/img-2.png
Fichier image/png, 100k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christelle de Oliveira-Verger, « Subprimes, signaux faibles et véridiction », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le 26 février 2018, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7549 ; DOI : 10.4000/communication.7549

Haut de page

Auteur

Christelle de Oliveira-Verger

Christelle de Oliveira-Verger est membre du Centre de recherches sémiotiques (CeReS), Université de Limoges. Courriel : christelle.de-oliveira@unilim.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals