Navigation – Plan du site
Recherches

La technodiscursivité du vocable « brexit » sur Twitter

Perihane Adel

Résumés

L’objet du présent travail de recherche est l’analyse du vocable « brexit » en tant qu’hypertexte (#brexit) et texte (brexit) dans le réseau social Twitter. L’auteure cherche à savoir, à travers une approche communicationnelle et discursive, si la présence/absence du mot-clic (hashtag) et son emplacement dans les énoncés influencent cette communication non traditionnelle que sont les gazouillis (tweets).

Haut de page

Texte intégral

1Outil de microblogage selon Wikipédia, le réseau social Twitter se caractérise par des messages ou gazouillis limités à 140 caractères (espaces comprises). Dans ce monde numérique virtuel, les internautes doivent être précis tout en respectant les techniques et les conditions d’usage de cette plateforme. La communication est très enrichie, traitant tous les domaines selon un contrat communicationnel non traditionnel. En fait, c’est une communication à distance, en direct ou en différé, au moyen d’une conversation silencieuse entre des locuteurs qui ne se connaissent pas, mais qui partagent un même sujet d’intérêt. Par suite, ces caractéristiques ne répondent pas aux « maximes conversationnelles » de Paul Grice basées sur le principe général de coopération, à savoir les maximes de quantité, de qualité, de relation et de modalité.

2Dès lors qu’un sujet entre, de son plein gré du moins, en communication, il s’emploie à tout faire pour que « ça marche » : il ne s’agit donc pas ici d’un principe moral, relevant de je ne sais quelle idéologie altruiste, mais plutôt d’une « condition régulatrice » dont dépend fondamentalement la viabilité de l’échange (Kerbrat-Orecchioni, 1998).

3Ces gazouillis sont considérés comme des tours de parole qui revêtent un nouvel aspect, loin des règles de l’oralité et loin des lois du discours. Ils sont dépourvus des fonctions phatique, conative et métalinguistique du langage. De même, le genre de communication n’obéit pas au principe de composition hiérarchique. « Dans le modèle standard, les constituants de la conversation sont au nombre de cinq : l’incursion, la transaction, l’échange, l’intervention et l’acte de langage » (Moeschler, 1996 : 177). Autrement dit, les gazouillis ne comportent pas d’incursion avec des échanges d’ouverture et de clôture, connus sous le nom « d’échanges confirmatifs » d’après Erving Goffman. De même, ils sont dépourvus des transactions qui sont « les constituants constitutifs des incursions » (idem.).

4Pour réagir à une réplique dans ce monde virtuel, on n’a pas besoin de demander la parole ni d’interrompre un locuteur au moyen du canal gestuel (le contact visuel, la levée du bras, etc.) ou du canal vocal (une pause non silencieuse, « heu »). Pour exprimer son accord, on clique sur le bouton Cœur. Et pour exprimer un degré plus élevé d’approbation et d’engagement aux propos formulés, il suffit de cliquer sur le bouton Retweet, et ce, abstraction faite du temps et du lieu. La parole est remplacée par l’iconique. La communication orale est traduite par le texte et l’image. Ainsi pouvons-nous considérer ces gazouillis comme des séquences détachées d’un texte forgé mentalement. L’internaute réfléchit à une idée qui se développe au niveau de sa matière grise avant de la concrétiser sous forme d’un gazouillis. « Cet énoncé détaché n’est pas un fragment de texte, il relève d’un régime d’énonciation spécifique que nous appellerons aphorisation » (Maingueneau, 2012 : 22). Cela dit, ces gazouillis ne sont pas liés à d’autres phrases formant un texte. Ce sont des énoncés isolés, qui traduisent l’état d’esprit des microblogeurs.

Problématique

5Dans cette recherche, il nous a paru intéressant d’étudier les formes langagières exploitées par les gazouillis portant sur le thème du Brexit. Nous nous sommes posé les questions suivantes : s’agit-il d’un message performatif centré sur le destinateur ou sur le récepteur ? Y a-t-il des points communs entre les gazouillis partageant un même sujet ? Les internautes suivent-ils un même modèle en rédigeant leurs gazouillis, abstraction faite de leurs profils ? Le monde virtuel impose-t-il une certaine méthode d’expression aux gens qui le fréquentent ? Ces questions nous mènent dans un nouveau champ de travail, à savoir la « technologie discursive », expression empruntée à Marie-Anne Paveau :

J’appelle technologie discursive l’ensemble des processus de mise en discours de la langue dans un environnement technologique. C’est un dispositif au sein duquel la production langagière et discursive est intrinsèquement liée à des outils technologiques en ligne ou hors ligne (ordinateurs, téléphones, tablettes, logiciels, applications, sites, blogs, réseaux, plateformes) (2013c : 3). 

6Nous essayerons ici d’analyser le langage des internautes concernant le thème du Brexit à partir de ces phrases « sans texte », expression empruntée à Dominique Maingueneau (2012). Notre approche se veut discursive et communicationnelle.

Critères de sélection des gazouillis

7La période retenue s’étale du 23 juin 2016 au 7 juillet 2016. Autrement dit, nous nous intéressons aux gazouillis publiés pendant deux semaines. N’oublions pas que le résultat du Brexit fut annoncé au cours de la nuit du 23 au 24 juin 2016. Quant au recensement des gazouillis, il est le fruit de la recherche des vocables « résultat » et « brexit ».

8Il est à noter que les comptes officiels des institutions, des organisations et des personnes publiques ont été éliminés ; seuls les comptes personnels ont été gardés. En fait, nous avons voulu étudier les gazouillis émis par des gens ordinaires ne maîtrisant pas la compétence communicative et nous avons écarté les gazouillis des entités professionnelles expérimentées capables de maîtriser leur verbe. D’après Maingueneau, « la compétence communicative consiste pour l’essentiel à se comporter comme il convient dans les multiples genres de discours » (1998 : 29).

9Par ailleurs, le respect de la propriété intellectuelle fut la règle, et bien que ces comptes personnels soient publics et non privés, nous avons opté pour leur anonymat.

10Ajoutons que seuls les gazouillis en langue française (soit des natifs ou des francophones) ont été sélectionnés.

Corpus

11Conformément à ces critères susmentionnés, nous avons obtenu le corpus suivant.

Tableau 1. Le corpus

Tableau 1. Le corpus

12En nous basant sur ce recensement, nous nous sommes investie dans l’étude du vocable « brexit » et nous avons relevé la diversité de son utilisation (avec mot-dièse et sans mot-dièse). En fait, avec mot-dièse, ce vocable « #brexit » devient un technomorphème. Selon Paveau, il est défini comme « une forme langagière dont la fonction est essentiellement sociale, permettant l’affiliation diffuse (ambient affiliation) des usagers, la technoconversationnalité et l’investigabilité (searchability) du discours » (2013b : 1).

13La présence du vocable « brexit » sous forme d’hypertexte (#brexit) et de texte (brexit) a attiré notre attention. Ce constat a soulevé plusieurs questions : la présence ou l’absence du mot-dièse influence-t-elle les gazouillis ? La position externe ou interne du mot-dièse qui redirige le gazouillis entraîne-t-elle des changements ? Pour répondre à ces questions, il nous a fallu recourir à une analyse plus détaillée.

14Le tableau suivant recense la présence du technomot « #brexit » et du vocable « brexit ».

Tableau 2. Le nombre et le pourcentage du technomot « #brexit » et du vocable « brexit »

Tableau 2. Le nombre et le pourcentage du technomot « #brexit » et du vocable « brexit »

15À partir de ce recensement, nous nous sommes concentrée sur deux axes, à savoir l’axe du temps et l’axe de présence/absence du mot-dièse. Ainsi, sur l’axe du temps, le jour J du résultat constitue l’apogée du nombre de gazouillis publiés. C’est du Live Tweet où les microblogeurs expriment leurs émotions et leurs commentaires au sujet des actualités. Autrement dit, les gazouillis sont vecteurs de la fonction émotive du langage, selon Roman Jakobson. Leurs messages sont centrés sur le destinateur. Et avec l’écoulement du temps, l’actualité perd sa brillance et entre dans le tiroir de l’oubli. Quant à l’axe de présence/absence du vocable « brexit » en tant qu’hypertexte « #brexit » et en tant que texte « brexit », nous avons remarqué que le technomot interne « #brexit » (c’est-à-dire au milieu du gazouillis) apparaît d’abord, suivi par sa présence externe en finale, puis par sa présence en tant que vocable ordinaire « brexit ».

16Cette première analyse nous a donné une vue générale sur les gazouillis, mais elle n’a pas pu cependant répondre aux questions de notre problématique. Nous avons donc examiné les gazouillis à la loupe afin d’avoir plus d’informations. L’analyse des différents constituants qui encadrent ce vocable fut indispensable. À travers ces analyses, nous avons repéré les éléments les plus récurrents dans cet univers numérique : les différents embrayeurs (pronoms personnels, pronom possessif, mode impératif), l’effacement énonciatif, l’emploi de la négation ainsi que les principales caractéristiques des gazouillis (les photos, les mots-dièses, les pseudonymes, les liens URL, les regazouillis et les émoticônes). Ces constituants ont été recensés dans les différents tableaux ci-dessous, et ce, pour les gazouillis qui renferment le technomot « #brexit » et ceux qui renferment le vocable « brexit ».

Tableau 3. Le mot-dièse externe « #brexit » en position de clôture dans les gazouillis (en clausule)

Tableau 3. Le mot-dièse externe « #brexit » en position de clôture dans les gazouillis (en clausule)

Tableau 4. Le mot-dièse externe « #brexit » en position inaugurale dans les gazouillis (en incipit)

Tableau 4. Le mot-dièse externe « #brexit » en position inaugurale dans les gazouillis (en incipit)

Tableau 5. Le mot-dièse interne « #brexit » à l’intérieur des gazouillis

Tableau 5. Le mot-dièse interne « #brexit » à l’intérieur des gazouillis

Tableau 6. Le vocable « brexit » sans mot-dièse

Tableau 6. Le vocable « brexit » sans mot-dièse

17D’après ces analyses, nous récapitulons les résultats comme suit.

Tableau 7. Récapitulation de l’analyse langagière

Tableau 7. Récapitulation de l’analyse langagière

Développement

18En nous basant sur ces résultats, nous remarquons ce qui suit.

19Pour les quatre cas, les gazouillis sont caractérisés soit par la présence de l’énonciateur, soit par son effacement. Autrement dit, nous assistons à un surinvestissement ou à un désinvestissement d’après Maingueneau (2012). La présence de l’énonciateur ou le surinvestissement connaît la multiplication « des marques de prise en charge modale et de renvoi à la situation d’énonciation » (ibid.). Cette présence énonciative est traduite dans notre corpus explicitement et implicitement : explicitement par l’emploi des embrayeurs « je, nous », du pronom indéfini « on » et du mode impératif et implicitement par l’emploi de la négation, des non-personnes « il, elle » et des embrayeurs « vous, tu » qui présupposent la présence d’un « je, nous ».

20Les marqueurs d’embrayage, définis par Émile Benveniste comme traces de la deixis (monstration), servent à quadriller l’acte d’énonciation, à le situer, avec son contenu, par rapport à la personne du locuteur. Ils configurent symboliquement la prise de parole en la situant, à chaque occasion, par rapport au moi-ici-maintenant du locuteur (Sarfati, 1997).

Capture d’écran 1

Capture d’écran 1

Capture d’écran 2

Capture d’écran 2

Capture d’écran 3

Capture d’écran 3

Capture d’écran 4

Capture d’écran 4

21Quant à l’effacement de l’énonciateur, il réside dans la rédaction d’un commentaire de façon à rendre le locuteur absent. En fait, « dans le désinvestissement, l’aphoriseur profère des généralisations » (Maingueneau, 2012 : 52). Au premier niveau de lecture, le microblogeur n’assume pas la responsabilité de ses propos. Mais au deuxième niveau de lecture, nous trouvons des modalisateurs qui soulignent la présence de l’énonciateur.

22Tout énoncé a des marques de modalités, ne serait-ce que par le mode du verbe (indicatif, subjonctif en particulier) qui indique quelle attitude l’énonciateur adopte à l’égard de ce qu’il dit ou quelle relation il établit avec le co-énonciateur à travers son acte d’énonciation. Le fait que tout énoncé a une valeur modale, qu’il est modalisé par son énonciateur, montre que la parole ne peut représenter le monde que si l’énonciateur, directement ou non, marque sa présence à travers ce qu’il dit (Maingueneau, 1998).

Capture d’écran 5

Capture d’écran 5

Capture d’écran 6

Capture d’écran 6

Capture d’écran 7

Capture d’écran 7

Capture d’écran 8

Capture d’écran 8

Capture d’écran 9

Capture d’écran 9

Capture d’écran 10

Capture d’écran 10

Capture d’écran 11

Capture d’écran 11

23Ce procédé nous paraît intéressant puisque le locuteur ou microblogeur exprime son jugement sur le sujet en question par un désengagement ou relate une actualité liée à l’événement par des liens URL ou des regazouillis (reprises d’articles ou de gazouillis).

24En groupant les différents embrayeurs et non-personnes (« je », « on », « ma », mode impératif, « vous », « tu », « ils » et « elles ») et en les comparant avec l’effacement énonciatif, nous obtenons le résultat suivant :

Tableau 8. Récapitulatif : embrayeurs par opposition à effacement énonciatif

Tableau 8. Récapitulatif : embrayeurs par opposition à effacement énonciatif

25Ce tableau nous indique que la place du mot-dièse joue un rôle décisif dans l’énonciation et l’effacement énonciatif.

26D’une part, en position finale, le mot-dièse, considéré comme le cotexte qui suit les gazouillis, vient clôturer une charge émotionnelle importante. Les gazouillis deviennent un défoulement de soi, un vecteur d’expression pour afficher publiquement ses émotions. Cette idée nous paraît très importante, car le microblogeur est conscient qu’il assume complètement la responsabilité de ses propos. Ainsi cette plateforme de microblogage devient-elle pour le microblogeur une arme précieuse pour se définir et exprimer son éthos, ou l’image de soi, « que l’orateur construit dans son discours pour contribuer à l’efficacité de son dire » (Amossy, 2013 : 82). En outre, ces internautes se rendent compte aussi de l’importance du mot-dièse pour propager leurs gazouillis/idées. En fait, « un tweet avec hashtag génère 2 fois plus d’engagement (retweet, réponse, clic sur lien, mise ne favori) qu’un tweet sans. 40 % des gazouillis publiés avec un hashtag sont retweetés » (Foucaud, 2015 : 1). Par conséquent, en position finale, le mot-dièse scelle l’expression de l’éthos.

Capture d’écran 12

Capture d’écran 12

Capture d’écran 13

Capture d’écran 13

Capture d’écran 14

Capture d’écran 14

Capture d’écran 15

Capture d’écran 15

Capture d’écran 16

Capture d’écran 16

27D’autre part, en incipit, le mot-dièse change de place et devient le cotexte qui précède le gazouilli. En position initiale, le mot-dièse a plusieurs rôles : introduire le sujet de débat et rappeler les règles qui régissent ces énoncés différés « conçus en fonction d’un destinataire qui se trouve dans un autre environnement » (Maingueneau, 2012 : 68). En position initiale, la présence de l’hypertexte rappelle à l’internaute sa présence dans un monde numérique. Ce rappel suscite chez le microblogeur un temps de réflexion qui lui permet de formuler son propos. Et ce temps de reformulation des idées déclenche l’une des principales lois du discours, à savoir la loi de pertinence. « Elle stipule qu’une énonciation doit être maximalement appropriée au contexte dans lequel elle intervient : elle doit intéresser son destinataire en lui apportant des informations qui modifient la situation » (Maingueneau, 1998 : 20). L’internaute désire que son propos soit pertinent tout en respectant l’exigence de neutralité « qui veut que dans bien des situations discursives, on évite les expressions trop évidemment orientées argumentativement, et que pour influencer l’opinion d’autrui, on ait recours à des procédés plus discrets » (Kerbrat-Orecchioni, 1998 : 226). D’où une maîtrise du verbe. L’internaute ne donne pas libre cours à sa charge émotionnelle, comme il le fait quand ses gazouillis sont clôturés par le technomot. La raison fait acte de présence. Cette idée se manifeste clairement dans l’équilibre entre le surinvestissement et le désinvestissement (25 contre 24, tableau 8). Par conséquent, nous pouvons conclure que la présence du technomot « mot-dièse » au début des gazouillis implique un temps de réflexion pour s’exprimer et qu’elle contredit la tendance générale de cette plateforme, à savoir une expression instantanée des idées. Par suite, le recours aux technomots en position initiale ne connaît pas un engouement. La preuve en est le faible pourcentage des gazouillis ayant le mot-dièse « #brexit » en incipit (1,1 %) (tableau 2).

Capture d’écran 17

Capture d’écran 17

Capture d’écran 18

Capture d’écran 18

Capture d’écran 19

Capture d’écran 19

Capture d’écran 20

Capture d’écran 20

28Quant à la position interne du mot-dièse « #brexit », nous remarquons un fait important, à savoir que la position interne occupe la première place dans notre recensement (31,7 %) (tableau 2). Autrement dit, les microblogeurs optent pour l’insertion d’un mot-dièse à l’intérieur de leurs gazouillis. De même, ces aphorisations connaissent un équilibre entre le surinvestissement et le désinvestissement. En fait, nous observons une symétrie entre la présence énonciative et l’effacement énonciatif (66 contre 69, tableau 8). Cela dit, en position interne, le mot-dièse freine les émotions et encourage l’effacement énonciatif de façon équilibrée. En effet, en position interne, la deuxième moitié du gazouillis ou la partie qui suit ce cotexte subit le même mécanisme susmentionné pour le mot-dièse en position initiale. Cependant, cet équilibre est accompagné ici par l’emploi d’une panoplie de technomots (ex. : d’autres mots-dièses tels que #Frexit, #NDDL, #polcan, #polqc, #EU ainsi que des pseudonymes tels que @fhollande, @NicolasSarkozy, @BFMTV, @GoldmanSachs, @JustinTrudeau). Il est à noter que le recours à ces technomots nous dévoile une caractéristique importante du profil des microblogeurs, à savoir que ce sont des internautes adeptes du réseau et non des profanes. Ils maîtrisent les outils de ce microblogage.

Capture d’écran 21

Capture d’écran 21

Capture d’écran 22

Capture d’écran 22

Capture d’écran 23

Capture d’écran 23

Capture d’écran 24

Capture d’écran 24

Capture d’écran 25

Capture d’écran 25

29Pour ce qui est du vocable « brexit » dépourvu de mot-dièse, nous remarquons le retour de la charge émotionnelle et le recul de l’effacement énonciatif (69 contre 60, tableau 8). L’absence du mot-dièse a été compensée par les éléments suivants :

  • la hausse de l’emploi des émoticônes (procédé iconique traduisant l’expression verbale des émotions). En fait, c’est un simple procédé facile à maîtriser dans le monde numérique. Il est à noter que ce procédé respecte la règle d’économie « qui veut que l’on choisisse de préférence, pour un contenu donné, la formulation la plus simple et directe » (Kerbrat-Orecchioni, 1998 : 225) ;

  • le recours aux liens URL qui renvoient à des articles ou à des émissions télévisées. Ce renvoi souligne le respect de la loi d’exhaustivité de la part du microblogeur. « Être exhaustif, c’est donc formuler le maximum d’information dont on est capable sur un sujet donné, tout en restant pertinent » (ibid. : 220) ;

  • la récurrence des expressions empruntées de la langue anglaise telles que « wait and see, voter IN, voter OUT, victoire du Remain, UK, God save the Queen, l’establishment européen » (10 fois pour les gazouillis comportant le vocable « brexit », 7 fois pour ceux comportant le technomot « #brexit » en incipit et 4 fois pour ceux ayant le technomot « #brexit » en interne).

Capture d’écran 26

Capture d’écran 26

Capture d’écran 27

Capture d’écran 27

Capture d’écran 28

Capture d’écran 28

Capture d’écran 29

Capture d’écran 29

Capture d’écran 30

Capture d’écran 30

Capture d’écran 31

Capture d’écran 31

Conclusion

30Par ce travail de recherche, nous avons étudié le vocable « brexit » en tant qu’hypertexte (#brexit) et texte (brexit) dans le monde numérique du réseau social Twitter. Par une approche communicationnelle et discursive, nous avons essayé de définir le rôle du mot-dièse dans la formulation des gazouillis, et ce, en répondant à la question suivante : est-ce que la présence / absence du mot-dièse influence les gazouillis ? Autrement dit, la présence / absence du mot-dièse et son emplacement dans ces énoncés influencent-ils cette communication non traditionnelle que représentent les gazouillis ? À la suite de cette analyse, nous pouvons dire que la présence du mot-dièse ou du technomot a un effet sur la formulation des gazouillis. En fait, dans son exploitation en position finale, le mot-dièse parachève un défoulement de soi. Il clôture l’expression des sentiments et réactions des microblogeurs. Et ce défoulement de soi est mis en relief à travers les marqueurs d’embrayage abondants. Ainsi ces énoncés reflètent-ils la fonction émotive ou l’éthos du microblogeur. Par contre, en incipit, la présence du technomot introduit le sujet en question et rappelle à l’internaute les conditions d’exploitation de cet environnement virtuel. En fait, en commençant son énoncé par un hypertexte, le microblogeur réfléchit à son propos et ne laisse pas libre cours à son émotion. Ce temps de réflexion représente un effort supplémentaire qui contredit l’engouement du microblogeur pour une expression hâtive. Par suite, l’adoption d’un technomot en position initiale est restreinte. La preuve en est son faible pourcentage d’utilisation. Quant à sa présence à l’intérieur des gazouillis, le mot-dièse connaît une forte expansion. Celui-ci crée un équilibre entre la présence de l’énonciateur et l’effacement énonciatif. Et cet équilibre est maîtrisé au moyen des outils numériques (à savoir des pseudonymes « @pseudo », des mots-dièses en tendance, etc.).

31Par conséquent, nous pouvons dire que l’exploitation de ce technomot joue un rôle par rapport au surinvestissement ou au désinvestissement de l’énonciateur. Il nous donne des indices sur l’éthos de l’internaute et sur le degré de maîtrise de cette plateforme. Par contre, l’absence du mot-dièse dans les gazouillis a été compensée par l’emploi des émoticônes et des liens URL qui confirment la règle d’économie, d’une part, et la loi de pertinence et d’exhaustivité, d’autre part. En fin de compte, ce travail de recherche n’est qu’une case de départ dans l’analyse linguistique des discours numériques. Le domaine de la technodiscursivité demeure un champ de travail riche pour les chercheurs, notamment pour les études psychologiques.

Haut de page

Bibliographie

AMOSSY, Ruth (2013), L’argumentation dans le discours, Paris, Armand Colin.

FOUCAUD, Xavier (2015), « Comment bien utiliser le hashtag sur les réseaux sociaux ? ». [En ligne]. http://www.e-marketing.fr/Thematique/Medias-1006/Reseaux-sociaux-10032/Infographies/Comment-bien-utiliser-hashtags-reseaux-sociaux-251347.htm#FuyZU3ek3s0ZKKGm.97. Page consultée le 22 septembre 2016.

KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine (1998), L’implicite, Paris, Armand Colin.

MAINGUENEAU, Dominique (2012), Les phrases sans texte, Paris, Armand Colin.

MAINGUENEAU, Dominique (1998), Analyser les textes de communication, Paris, Dunod.

MOESCHLER, Jacques (1996), Théorie pragmatique et pragmatique conversationnelle, Paris, Armand Colin.

PAVEAU, Marie-Anne (2013a), Analyse discursive des réseaux sociaux numériques [Dictionnaire], [Carnet de recherche]. [En ligne]. http://technodiscours.hypotheses.org/431. Page consultée le 2 août 2016.

PAVEAU, Marie-Anne (2013b), « Hashtag », Technologies discursives, [Carnet de recherche]. [En ligne]. http://technodiscours.hypotheses.org/?p=488. Page consultée le 2 août 2016.

PAVEAU, Marie-Anne (2013c), « Technodiscursivités natives sur Twitter. Une écologie du discours numérique », Épistémè, 9 : 139-176

SARFATI, Georges-Elia (1997), Éléments d’analyse du discours, Paris, Nathan.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Le corpus
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-1.png
Fichier image/png, 96k
Titre Tableau 2. Le nombre et le pourcentage du technomot « #brexit » et du vocable « brexit »
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-2.png
Fichier image/png, 107k
Titre Tableau 3. Le mot-dièse externe « #brexit » en position de clôture dans les gazouillis (en clausule)
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-3.png
Fichier image/png, 57k
Titre Tableau 4. Le mot-dièse externe « #brexit » en position inaugurale dans les gazouillis (en incipit)
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-4.png
Fichier image/png, 49k
Titre Tableau 5. Le mot-dièse interne « #brexit » à l’intérieur des gazouillis
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-5.png
Fichier image/png, 59k
Titre Tableau 6. Le vocable « brexit » sans mot-dièse
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-6.png
Fichier image/png, 59k
Titre Tableau 7. Récapitulation de l’analyse langagière
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-7.png
Fichier image/png, 55k
Titre Capture d’écran 1
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-8.png
Fichier image/png, 16k
Titre Capture d’écran 2
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-9.png
Fichier image/png, 32k
Titre Capture d’écran 3
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-10.png
Fichier image/png, 32k
Titre Capture d’écran 4
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-11.png
Fichier image/png, 26k
Titre Capture d’écran 5
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-12.png
Fichier image/png, 34k
Titre Capture d’écran 6
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-13.png
Fichier image/png, 26k
Titre Capture d’écran 7
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-14.png
Fichier image/png, 31k
Titre Capture d’écran 8
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-15.png
Fichier image/png, 25k
Titre Capture d’écran 9
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-16.png
Fichier image/png, 35k
Titre Capture d’écran 10
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-17.png
Fichier image/png, 496k
Titre Capture d’écran 11
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-18.png
Fichier image/png, 29k
Titre Tableau 8. Récapitulatif : embrayeurs par opposition à effacement énonciatif
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-19.png
Fichier image/png, 26k
Titre Capture d’écran 12
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-20.png
Fichier image/png, 13k
Titre Capture d’écran 13
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-21.png
Fichier image/png, 34k
Titre Capture d’écran 14
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-22.png
Fichier image/png, 35k
Titre Capture d’écran 15
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-23.png
Fichier image/png, 18k
Titre Capture d’écran 16
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-24.png
Fichier image/png, 18k
Titre Capture d’écran 17
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-25.png
Fichier image/png, 39k
Titre Capture d’écran 18
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-26.png
Fichier image/png, 34k
Titre Capture d’écran 19
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-27.png
Fichier image/png, 215k
Titre Capture d’écran 20
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-28.png
Fichier image/png, 44k
Titre Capture d’écran 21
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-29.png
Fichier image/png, 34k
Titre Capture d’écran 22
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-30.png
Fichier image/png, 39k
Titre Capture d’écran 23
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-31.png
Fichier image/png, 34k
Titre Capture d’écran 24
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-32.png
Fichier image/png, 92k
Titre Capture d’écran 25
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-33.png
Fichier image/png, 39k
Titre Capture d’écran 26
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-34.png
Fichier image/png, 14k
Titre Capture d’écran 27
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-35.png
Fichier image/png, 29k
Titre Capture d’écran 28
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-36.png
Fichier image/png, 346k
Titre Capture d’écran 29
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-37.png
Fichier image/png, 517k
Titre Capture d’écran 30
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-38.png
Fichier image/png, 40k
Titre Capture d’écran 31
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7557/img-39.png
Fichier image/png, 44k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Perihane Adel, « La technodiscursivité du vocable « brexit » sur Twitter  », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le 26 février 2018, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7557 ; DOI : 10.4000/communication.7557

Haut de page

Auteur

Perihane Adel

Perihane Adel est maître de conférences, Département de langue et de littérature françaises, Faculté des lettres, Université de Helwan (Égypte). Courriel : perihaneadel@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals