Navigation – Plan du site
Hors thème

Penser politiquement la communication publique

Quelques enseignements de la lecture d’Antonio Gramsci
François Demers et Julien Rueff

Résumés

Le syntagme « communication publique » désigne un domaine d’études s’intéressant aux manifestations multiples et variables de la parole publique. Le présent article examine plusieurs présupposés partagés par les recherches en communication publique, dans l’idée d’évaluer leur adéquation avec l’intention de donner une intelligibilité politique à ces phénomènes communicationnels. À la lumière de la pensée politique d’Antonio Gramsci, les auteurs analysent dans quelle mesure ces présupposés permettent de penser la compénétration des modalités coercitive et discursive du pouvoir politique, les antagonismes irréductibles et indécidables entre les groupes sociaux, mais aussi les articulations entre la société civile et la société politique.

Haut de page

Texte intégral

1À la fin du XXe siècle, l’onde de choc du « retournement du monde » (Badie et Smouts, 1992) aurait rendu nécessaire, pour les chercheurs en sciences humaines et sociales, une réévaluation des outils conceptuels élaborés antérieurement, pour en revisiter les conditions de production, les ancrages dans des contextes sociohistoriques particuliers, tout autant que pour en dévoiler les arbitraires. Cet examen engage un questionnement sur le champ d’application légitime de ces outils conceptuels et, subséquemment, sur leur pertinence contemporaine. Le présent article entend participer, à son tour, à cet effort en interrogeant les présupposés des recherches portant sur la communication publique. Dans les années 1980, ce syntagme a été saisi par des chercheurs du Département d’information et de communication de l’Université Laval pour travailler plusieurs défis intellectuels soulevés par l’évolution des démocraties occidentales à partir des années 1980 (Demers, 2008). Répondant initialement au besoin de clarifier l’identité scientifique et pédagogique de ce département, la communication publique a été progressivement revendiquée comme un domaine d’études centré sur les manifestations multiples et variables de la parole publique, à l’instar des pratiques journalistiques, des relations publiques, de la publicité ou d’échanges discursifs entre citoyens en ligne. Nous souhaitons en l’occurrence revenir sur des présupposés de ce domaine d’études, dans l’idée d’apprécier, à l’aide de certains éléments de la pensée d’Antonio Gramsci, leur capacité à rendre politiquement compte de la communication publique. Il s’agit par là même d’apporter des clarifications à la question suivante : dans quelle mesure et en quel sens ces présupposés permettent-ils aux chercheurs de penser politiquement des processus relevant de la communication publique ?

2Cela étant posé, nous aimerions présenter succinctement les raisons expliquant notre intérêt pour ce domaine d’études. Au-delà du désir de documenter son développement dans le contexte spécifique de l’Université Laval, nous faisons l’hypothèse que les enjeux d’une évaluation critique des présupposés de la communication publique dépassent les limites de cette institution et méritent, de ce fait, l’attention des acteurs participant plus généralement au champ de la communication. Bien qu’il soit le résultat d’une synthèse répondant à des logiques institutionnelles et à des aspirations scientifiques locales, ce domaine d’études s’efforce aussi d’articuler, en repérant ce qui fait unité dans cette diversité, quatre activités de mise en public de discours : l’information journalistique, la publicité commerciale, les relations publiques et le divertissement. Partant de là, l’analyse de la communication publique, telle qu’elle est définie par les membres du Département d’information et de communication de l’Université Laval, constitue à nos yeux une stratégie prometteuse pour mettre en lumière et interroger des présupposés partagés par un ensemble plus vaste de recherches en communication.

  • 1 Notre argumentation, concernant les présupposés des recherches sur la communication publique, n’a q (...)
  • 2 Conformément à l’étymologie grecque de l’adjectif politique (πόλις), la parole publique se révèle ê (...)

3À l’évidence, les recherches appartenant à ce domaine d’études ne portent pas exclusivement sur des enjeux ou des dimensions relevant de la vie politique. Nombre d’entre elles n’entendent en effet pas aborder la parole publique sous cet angle. Toutefois, quand bien même elles ne s’intéresseraient pas directement à des problématiques politiques, elles se fondent implicitement sur une conception spécifique des articulations entre les expressions de la parole publique, d’une part, et la vie politique dans les régimes démocratiques, d’autre part1. Cette conception conjuguerait en l’occurrence trois présupposés. Le premier consisterait à identifier la communication politique à un sous-ensemble de la communication publique. La publicité des partis politiques, les relations publiques des institutions gouvernementales, le marketing politique ou le journalisme politique seraient autant d’exemples légitimant l’attribution de propriétés politiques à certaines formes concrètes de communication publique. Les recherches sur la communication publique conféreraient également un rôle démocratique décisif à la parole publique, celle-ci reflétant, malgré les logiques contradictoires qui la travaillent, des préoccupations relatives à la vie collective2. Rien d’étonnant alors à ce que des chercheurs s’emparent, en endossant un point de vue normatif plus ou moins fort, des concepts d’espace public ou d’intérêt général pour analyser des processus discursifs susceptibles de stimuler les délibérations citoyennes. Les recherches sur la communication publique reposeraient enfin sur une compréhension déterminée de l’État, laquelle sépare, voire oppose, les organisations relevant de la société civile et les institutions étatiques, que celles-ci soient gouvernementales ou administratives. Si cette ligne de démarcation répond, à n’en pas douter, à des impératifs méthodologiques, elle exprime aussi l’intention de rendre compte d’une réalité historico-politique née avec la « glorieuse révolution » anglaise dès la fin du XVIIe siècle.

4Bien que les études sur la communication publique aient d’ores et déjà confirmé leur capacité à rendre intelligibles des processus discursifs au cœur des sociétés contemporaines (Beauchamp, 1991), la pertinence de ces trois présupposés reste à démontrer pour saisir politiquement les différentes formes de la parole publique. Ce doute tire en réalité son origine des théories politiques s’inscrivant dans la filiation de l’œuvre de Nicolas Machiavel et, plus spécifiquement, de la théorie du pouvoir politique élaborée par Antonio Gramsci. Respectivement secrétaire de la seconde chancellerie de la République de Florence au XVIe siècle et dirigeant du Parti communiste italien au XXe siècle, ces deux auteurs sont d’abord des hommes d’action. Avant d’écrire sur la réalité politique, l’un et l’autre ont été directement et pratiquement aux prises avec la réalité politique. Loin d’être des traités contemplatifs, leurs écrits s’avèrent d’ailleurs subordonnés à des préoccupations stratégiques, à savoir l’unité italienne pour le Florentin et la révolution communiste pour le Sarde. L’originalité de la posture de ces deux auteurs réside ainsi dans leur rapport pratique à la politique (celui-ci devant être distingué du rapport théorique de l’observateur). L’extension des connaissances politiques n’est ainsi pas une fin en soi, mais plutôt un moyen de répondre à des préoccupations stratégiques. Louis Althusser, dans un essai intitulé Machiavel et nous (2009), fait d’ailleurs ressortir avec force cette singularité du travail du Florentin.

5Ce que nous propose en effet Machiavel est, à travers l’examen théorique d’un problème politique, toute autre chose que l’examen d’un problème théorique. Nous voulons dire par là que son rapport au problème politique en question n’est pas un rapport théorique, mais un rapport politique. « Par rapport politique j’entends non un rapport de théorie politique, mais un rapport de pratique politique » (Althusser, 2009 : 54).

6Nous entendons alors revenir à la pensée gramscienne, non pas dans l’optique de révéler de prétendues vérités universelles sur le politique (cette démarche serait d’ailleurs en contradiction avec l’historicisme revendiqué par le Sarde), mais pour interroger les limites des présupposés énumérés ci-dessus et, par là même, contribuer à dégager de nouvelles pistes d’analyse dans le domaine de la communication publique.

7Ce faisant, notre démarche exploratoire pousse encore un peu plus loin l’ambition de la communication publique en appelant à une re-problématisation de la question de la mise en public et en médias des discours. C’est l’unité de la coercition et du consentement présentée comme l’une des clés de la compréhension du pouvoir politique par Gramsci qui permet de rappeler ici le côté « irrationnel » du pouvoir, si tant est que l’expression publique des idées, opinions et croyances en soit la face éclairée.

8Notre argumentation commencera par présenter la notion de communication publique et son enrichissement graduel par couches successives, des années 1980 à aujourd’hui, de même que les défis de la réalité contemporaine qui l’ont rendue opportune aux yeux de ses utilisateurs. Dans la deuxième partie, nous considérerons trois aspects de la conception gramscienne du pouvoir politique, en l’occurrence l’affirmation d’une unité dialectique entre la coercition et le consentement, la primauté des relations d’antagonisme ainsi que la redéfinition des liens entre les organisations de la société civile et les institutions politiques. La troisième partie, en mobilisant ces apports théoriques, s’efforcera de déceler les limites de la notion de communication publique, celle-ci étant enfermée dans une vision du politique réduite à sa partie discursive, aux seules interactions plus ou moins dialogiques qui se déroulent dans le monde des apparences de la polis (Arendt, 1961). Elle illustrera simultanément les enrichissements potentiels de la pensée gramscienne pour les recherches sur la communication publique.

La communication publique

9La définition du syntagme « communication publique » qui sera utilisée ici étant celle de l’Université Laval, il importe d’en rappeler d’entrée de jeu les grands traits. Elle désigne un domaine d’études fait de l’ensemble des mises en public de discours, généralement réalisées par une mise en média, comme l’expression anglaise « public communication » le postule habituellement (Blumler, 1995). La définition intègre une autre dimension de sa version anglaise, laquelle en fait l’équivalent de ce qui est nommé en français canadien « relations publiques » et en France « communication » et qui vise des activités discursives professionnelles avec des visées stratégiques en direction de larges publics. De même, elle fait sienne la préoccupation de sa définition européenne (en français), soit celle des actions communicationnelles des seules institutions « publiques » officiellement orientées sur le bien commun. Dans ce cas, le secteur public est vu comme un domaine d’activités professionnelles spécifiques et un objet de recherche autonome (Aldrin et al., 2014). Enfin, elle embrasse la communication politique en ce qu’elle place les enjeux publics au cœur de sa vision et rejoint par là les questions d’espace public et de construction des problèmes publics.

L’émergence d’un champ d’études et d’enseignement (années 1980-1990)

10Le Département d’information et de communication adopta le fanion « communication publique » pour nommer un programme de maîtrise lancé en 1987. Le premier défi auquel avaient alors à faire face les chercheurs de ce département — et des membres de leurs réseaux — était de se trouver un terrain intellectuel commun qui leur permettrait d’obtenir l’autorisation de la part des autorités administratives de lancer ce programme de deuxième cycle universitaire (une maîtrise/un master) en communication. Le Département regroupait en effet à l’époque trois sortes de professionnels : des journalistes, des relationnistes et des chercheurs universitaires rattachés aux sciences sociales et aux sciences humaines. Peu à peu s’ajoutera un quatrième groupe, celui des spécialistes de la publicité dite « sociale », périphérique au marketing commercial, et centré sur les stratégies de promotion de masse nécessitant des activités d’argumentation publique dites « de plaidoyer » par distinction avec la publicité commerciale.

11Tous, à partir de leurs points de départ spécifiques, s’intéressaient à des degrés divers à un même objet (les médias de masse) et l’éclairaient d’une même éthique (la priorité accordée aux contenus sérieux et éducatifs). Le contexte des années 1980 faisait de la communication un champ académique systématique, et populaire, partout en Amérique du Nord. La professionnalisation des relations publiques s’accélérait, notamment par suite de l’irruption explicite et autolégitimée des entreprises privées dans les débats publics, invoquant leurs intérêts dans les publics issus. L’expression « communication publique » parut un choix opportun. Si bien qu’au début de la décennie suivante, le ralliement général de ses membres fut consigné dans un ouvrage collectif : Communication publique et société. Repères pour la réflexion et l’action (Beauchamp, 1991). La notion y était présentée clairement comme un ensemble d’objets formant champ d’enseignement et de recherche, soit « […] l’ensemble des phénomènes de production, de traitement, de diffusion et de rétroaction de l’information qui reflète, crée et oriente les débats et les enjeux publics ; la communication publique étant non seulement le fait des médias, mais aussi des institutions, entreprises, mouvements et groupes qui interviennent sur la place publique » (ibid. : XIII).

12On pouvait lire aussi quelques pages plus loin :

[…] l’ensemble des messages transmis par les médias de communication et à ces médias eux-mêmes. Elle désigne aussi les relations qui s’établissent lors de la transmission de messages entre individus considérés comme citoyens. Elle touche non seulement les affaires publiques et la vie politique en général, mais aussi tous les problèmes auxquels doit faire face la société et qui sont soumis au débat public, agitent l’opinion publique ou relèvent de l’État et de l’administration publique : économie, justice, éducation, santé, environnement, etc. (Bonville, 1991 : 4).

13Ce que ces deux définitions révèlent, au-delà de leurs nuances, c’est le double ancrage de l’ensemble ainsi désigné. D’une part, il est question de place publique, une métaphore spatiale qui aide à rassembler et qui est largement identifiée aux médias. D’autre part, on invoque l’opinion publique, un concept qui délimite la vie politique au discursif… en public. La fusion de l’un et l’autre dessine ce qui constituera le deuxième défi : l’espace public.

14En effet, dans la décennie suivante, les années 1990, la recherche au Département de l’Université Laval va télescoper le concept d’espace public alors en plein essor dans les recherches européennes (Habermas, 1992). À bien des égards, ce concept témoigne d’une sensibilité proche de celle de la notion de communication publique, en ce qu’elle donne priorité aux débats publics. L’espace public, comme la communication publique, renvoie à 1) une métaphore spatiale qui forme 2) une arène discursive 3) où se construit l’opinion collective et où 4) se discutent (devraient se discuter) sérieusement (rationnellement) des enjeux cruciaux. Mais l’adhésion entière au concept d’espace public habermassien s’est vite révélée incompatible avec la finalité d’origine du choix de l’expression « communication publique » : rassembler les membres d’un département tous intéressés par les discours en public mais sous des angles très divers.

15À l’issue de cette rencontre avec la philosophie sociale habermassienne, la communication publique aura conservé sa valorisation des contenus qui alimentent, explicitement et intentionnellement, les débats publics à propos de la vie sociale et politique, comme le fait la notion d’espace public chez Jürgen Habermas. Par contre, elle englobe aussi l’ensemble des discours en public construits autour de finalités aussi bien commerciales, ludiques, propagandistes, qu’informatives et éducatives. La priorité accordée par la communication publique, version Université Laval, au débat public a donc conservé l’idée d’interactions discursives qui se croisent, s’additionnent, s’hybrident, s’influencent, se concurrencent et se combattent. Mais elle a étendu cette vision à toutes les sortes de discours tenus en public, qui s’entrechoquent peu ou prou, et dont certains peuvent très bien n’entretenir que peu de rapports, ou des rapports très indirects, avec les problèmes de la vie collective.

16En conséquence, tout en faisant écho à l’espace public, la notion de communication publique a continué de s’en distinguer en embrassant une métaphore spatiale plus large dont l’espace public de la discussion rationnelle n’est qu’une facette.

L’impact de la mondialisation (années 2000)

17Le début du XXIe siècle a justifié l’élargissement de la portée de la métaphore spatiale sous un autre aspect. Le concept d’espace public est en effet historiquement lié à un imaginaire d’État-nation ou, dit autrement, il fait sens dans la mesure où il est posé face à un État territorialement situé. La communication publique a elle aussi été pensée en lien avec une société (regroupement, communauté) géographiquement ancrée et conceptuellement distincte. Or, les espaces publics, limités, sont aujourd’hui immergés dans le transnational. L’un des indicateurs de l’impact de cette mondialisation est le déclin généralisé des médias « nationaux ». Un autre, analogue à la résurgence des nationalismes face aux empires et aux États nationaux dans les années 1990, se voit dans les questionnements sur les composantes de l’espace public, questionnements qui révèlent son caractère de mosaïque et son articulation avec des espaces subalternes, oppositionnels, communautaires, etc. Un troisième indice s’entend de tous côtés, dans les arguments favorables au libre-échange et à la démocratisation, dans la légitimation et la promotion de l’intrusion de l’étranger dans les espaces publics (nationaux) sous diverses formes : diasporas, médias d’ailleurs, tourisme, migrations, en sus des formes traditionnelles et occultes (espionnages et intoxications) d’interventions étrangères. Un quatrième, qui résume peut-être tous les autres, se voit dans l’essor des cultural studies qui, s’arc-boutant sur le pôle de la réception de la communication de masse, dénoncent et dévoilent la coercition, la répression et la violence qui ont accompagné la construction des cultures nationales (Mattelart et Neveu, 2003 ; Cuche, 2010 ; Hall, 2007).

18Cette déstabilisation des concepts d’espace public et de communication publique s’inscrit dans la prise de conscience d’une mutation généralisée des problématiques relatives à la vie en société, y compris de la politique (Blumler et Kavanagh, 1999). Des changements enregistrés dans quatre grands champs d’activités humaines, au tournant du siècle, se sont alignés et ont fait basculer la problématique générale. Le plus important est sans doute la mondialisation financière qui a rendu possible la spéculation boursière sur tout le globe, nuit et jour. Le centre de gravité du capitalisme s’est déplacé de l’industrie vers la réalité virtuelle de la finance. Ce changement n’a été possible que parce qu’il était devenu politiquement possible par suite de l’effondrement de l’Empire soviétique, et des rêves d’alternative qu’il portait, sans compter l’effet-choc de cet échec sur la vie intellectuelle et le monde de la recherche sociale. Dès lors, une conception commerciale de libre-échange sans frontière pouvait s’épanouir. La numérisation des communications a de son côté construit tunnels et passerelles pour percer les frontières nationales. La culture a suivi, en lançant les individus dans une quête effrénée d’affirmation de soi, de mobilité et d’innovations (Boltanski et Chiapello, 1999).

Un kaléidoscope théorique

19Aujourd’hui, la notion de communication publique entend refléter la condition des sociétés postindustrielles dominées par les activités de services, où la grande majorité de la population vit de la production de symboles et de discours, Elle s’est ainsi globalement proposé de repenser les conditions d’existence des débats et des enjeux publics dans les démocraties libérales, en formulant l’hypothèse d’une rupture historique à la fin du XXe siècle, subséquente à l’effondrement de l’Union soviétique, à la mondialisation économique et à l’expansion d’Internet.

  • 3 L’espace public qui, s’il est défini comme l’ensemble des mises en public physiques et discursives, (...)

20À ces fins, le syntagme « communication publique » pointe un lieu discursif où se conjuguent toutes les mises en public généralement médiatisées et visant une relation d’un à plusieurs : théâtrales, politiques, commerciales, identitaires ou simplement expressives. D’un point de vue analytique, la communication publique se présente comme un kaléidoscope et peut donc faire l’objet de diverses théorisations. Elle peut notamment être examinée comme lieu d’expression politique face à l’État, formant un espace public entre celui-ci et la sphère privée. La communication publique est alors vue et souhaitée comme une arène de débats où les politiques publiques sont analysées et critiquées, où les individus et les porte-parole proposent des problèmes, des solutions et des programmes3. L’important dans cette approche, c’est l’État, qu’il s’agit d’influencer ou de neutraliser, ou tout simplement dont on cherche à s’emparer. L’objectif dépend de la conception de la démocratie que l’on se fait : l’État qu’il faut tenir en respect, qu’il faut amener à servir tel ou tel intérêt, qu’il faut restreindre à un rôle d’arbitre ou réduire à ses fonctions régaliennes…

21La communication publique peut aussi être posée comme le mécanisme qui fait le citoyen. C’est par la mise en public de soi (hors du privé) que l’individu se manifeste et accède à l’existence de la polis, soutenait Arendt (op. cit.). La mise en public devient action en ce qu’elle se révèle initiative expliquée par la parole. Sous le regard des autres, le citoyen manifeste son unicité et éventuellement son héroïcité. Évidemment, l’arrivée des médias de masse, qui vont se substituer largement à l’agora physique, déplacera l’expression de soi vers une place publique faite de l’ensemble des médias qui servent un groupe social donné. C’est la place publique médiatique qui est devenue le lieu central d’accès à la visibilité. Plus tard, avec la multiplication des plateformes médiatiques et l’augmentation de la sphère de visibilité potentielle que provoque cette expansion, ainsi qu’avec la généralisation de l’expérience médiatique des usagers au fil du temps, cette visibilité sera vue comme un bien à démocratiser et fera l’objet de convoitises croissantes. L’appel à la démocratisation de l’accès à la visibilité publique se fera d’autant plus intense que la mise en public s’est révélée être également le mécanisme d’affirmation de l’identité face aux autres et la voie d’accès à la reconnaissance (Voirol, 2005).

22Il est par ailleurs possible de voir la communication publique comme une scène de liturgies, de cérémonies et de rites, où l’ordre social et politique se miroite et célèbre l’autorité du pouvoir sur ses sujets (Thompson, 1995). Bien avant les médias, ces événements construisaient le « nous » en rendant visible la « communauté imaginée » (Anderson, 1983). La communication publique peut encore être considérée comme une activité où le divertissement (entertainment) est devenu la dominante et qui engourdit jusqu’à décérébrer le citoyen (Thussu, 2007). De même, sans nécessairement aller jusqu’au très cynique Edward Bernays (1928) et sa valorisation de la manipulation discursive des citoyens comme instrument indispensable du pouvoir dans les régimes démocratiques, il est vraisemblable d’avancer que la communication publique est devenue le lieu de convergence et d’omniprésence des activités de « communication stratégique », laquelle a acquis une telle sophistication et une telle subtilité que Bernard Miège (1995) a pu qualifier la société contemporaine de « société de relations publiques ». Tous les acteurs se seraient faits stratèges à la faveur de la professionnalisation des communicants et de la nécessité croissante d’attirer l’attention dans un monde où le citoyen/consommateur est soumis à l’hyperconcurrence des messages (Charron et Bonville, 2004).

23Il reste cependant que la communication publique telle que définie par le Département d’information et de communication accorde une place privilégiée à la recherche sur les « enjeux publics » dont elle fait même l’épine dorsale éthique du champ de recherches proposé. C’est par là qu’elle rejoint la sociologie politique des problèmes publics (Neveu, 1999 et 2015). La communication publique se préoccupe donc elle aussi de déterminer les chemins par lesquels émergent, du magma des pulsions, intentions, opinions, obsessions et passions qui travaillent constamment l’en dedans des sociétés, certaines propositions publiques, seulement certaines, qui seront articulées par des « entrepreneurs de problème », saisies par des médias, des hommes et partis politiques, des organisations et des institutions, et feront ultimement l’objet de politiques publiques, au hasard de « fenêtres d’opportunité » (Kingdon, 1995/1984). De même, elle débouche sur un constat semblable à celui d’Érik Neveu d’un relatif « adieu à la culture des problèmes publics » (2015 : 217) que ce sociologue attribue à des changements idéologiques — notamment les explications des problèmes par des défaillances des individus ou par les effets pervers de l’intervention étatique en ces matières — qui empêchent désormais que ces enjeux publics se transforment véritablement en problèmes publics, faute d’être perçus comme nécessitant une intervention étatique. En effet, comme le souligne cet auteur, les situations sociales qui auparavant auraient d’emblée été considérées comme des problèmes publics sont aujourd’hui recadrées par un retour sur l’individu qu’il s’agit de responsabiliser ou, à défaut, de psychologiser et médicamenter, quand ces problèmes ne sont pas carrément présentés comme des effets pervers de leur prise en charge par l’État-providence. La communication publique s’attache davantage, elle, à des explications qui tiennent à des transformations de la mise en public elle-même, notamment la concurrence des messages et les hybridations croissantes, professionnalisées et sophistiquées, des discours à intention informative, propagandiste, publicitaire et ludique.

La théorie gramscienne du pouvoir politique

24Ce retour sur l’histoire de la construction d’un champ de recherche et d’enseignement dédié à la communication publique permet de prendre conscience, d’une part, de la polysémie de la notion de communication publique et, d’autre part, de déceler les présupposés à partir desquels la vie démocratique est abordée dans ce domaine d’études. L’identification de la communication politique à une forme de communication publique (celle-ci étant subsumée par celle-là), l’attribution d’une fonction décisive à la parole publique en démocratie et la séparation entre l’État et la société civile constituent en effet la toile de fond des recherches sur la communication publique. Or, ces présupposés ne sont pas sans poser problème dans la perspective d’analyser politiquement la communication publique. En les confrontant à la théorie du pouvoir politique de Gramsci, il n’est pas interdit de se questionner sur la cécité politique à laquelle ces présupposés semblent conduire.

L’unité dialectique de la coercition et du consentement

25Pour introduire la conception gramscienne du pouvoir politique, il est indispensable de faire un détour préalable par la métaphore machiavélienne du centaure. Héritée de la mythologie grecque, celle-ci est mobilisée par le secrétaire florentin pour rendre compte des modalités par lesquelles les souverains des principautés peuvent combattre et, par là même, conquérir ou conserver leur pouvoir politique. C’est en fait dans l’un des passages les plus controversés de l’œuvre de Machiavel (en raison de son immoralisme présumé) que se trouve cette métaphore du centaure :

[Vous] devez savoir qu’il y a deux manières de combattre : l’une par la loi, l’autre par la force. La première est le propre de l’homme, la seconde des bêtes. Mais comme, souvent, la première ne suffit pas, il faut recourir à la seconde : de ce fait, il est nécessaire à un prince de bien savoir user de la bête et de l’homme. […] un prince doit savoir user de l’une et de l’autre nature ; et l’une sans l’autre n’est pas durable (2000 : 150-151).

  • 4 La nature « bestiale » du pouvoir politique ne se réduit toutefois pas à l’usage de la force. Dans (...)

26En recourant à cette métaphore, la science de la politique machiavélienne affirme la double nature du pouvoir politique, celui-ci reposant simultanément sur la loi — l’ensemble des décisions tirant leur légitimité des lois et reconnues en tant que telles par les sujets du souverain — et sur la force4. Dans cette perspective, nul pouvoir politique ne s’exerce sans une combinaison instable de pratiques légales et coercitives. Quatre siècles plus tard, Gramsci reprendra cette métaphore du centaure pour synthétiser sa propre théorie de « la double perspective » (1983, Cahier 8, §86 ; 1978, Cahier 13, §14). Celle-ci sera formulée de la manière suivante sous sa plume : « “La double perspective”, dans l’action politique et dans la vie étatique […] est un élément qui est aussi lié à la double nature du Centaure machiavélien, la force et le consensus, la domination et l’hégémonie, la violence et la civilisation » (1983, Cahier 8, §86 : 306).

  • 5 Contrairement à l’interprétation qu’en donne Perry Anderson (1976), la relation entre la force et l (...)

27Bien que les mots force, domination et violence soient utilisés comme des synonymes dans ce court extrait, le Sarde privilégie généralement, dans les Cahiers de prison, le terme de coercition pour analyser la « nature bifide du pouvoir » (Keucheyan, 2011 : 161). Le concept de coercition se voit d’ailleurs attribuer une signification extensive, dans la mesure où celui-ci désigne autant la répression policière et l’intervention militaire que la contrainte légale. La coercition n’est en outre plus envisagée dans son rapport à la loi, mais dans sa relation au consentement. Or, dans la théorie gramscienne, la coercition et le consentement ne s’identifient pas à des modalités séparées de l’exercice du pouvoir politique. La relation entre l’une et l’autre ne relève ni de l’opposition ni de la disjonction (conformément à la logique du « ou » exclusif), mais de l’unité dialectique5. Par conséquent, dans l’exercice du pouvoir politique, la coercition n’existe pas sans consentement et le consentement n’existe pas sans coercition.

Les relations d’antagonisme, l’hégémonie et la domination

  • 6 Dans les Cahiers de prison, le terme d’hégémonie et l’expression « direction politique » sont, à de (...)
  • 7 Les compromis économiques, ayant pour enjeux la répartition des richesses et l’organisation du trav (...)
  • 8 Voilà comment Gramsci analyse l’organisation de l’hégémonie jacobine : « [Les Jacobins] ne représen (...)

28Cette conception dialectique du pouvoir politique s’accompagne, dans la pensée de Gramsci, d’une théorisation exigeante de « l’hégémonie » ou, pour le dire autrement, de « la direction politique6 ». L’hégémonie correspond schématiquement au pouvoir d’attraction d’un groupe social en position de suprématie sur d’autres groupes sociaux subalternes. C’est non seulement ce par quoi le groupe social en position de suprématie crée ou consolide des alliances avec des groupes sociaux subalternes, mais également ce par quoi il gagne ou stabilise le consentement de ces derniers à l’ordre établi. L’organisation d’une hégémonie passe ainsi par des médiations culturelles (l’école, l’université, le journalisme, la littérature, la radiophonie, la langue, la grammaire, etc.), par l’institutionnalisation de pratiques politiques (les modes de scrutin, la séparation des pouvoirs, les constitutions politiques, etc.) et par la recherche de compromis économiques7. Elle tend ultimement à conférer une signification universelle aux intérêts particuliers du groupe social en position de suprématie. La Révolution française s’avère, de ce point de vue, un événement historico-politique riche en enseignements, dans la mesure où les Jacobins ont réussi à forger des alliances avec d’autres groupes sociaux en s’attelant précisément à universaliser leurs intérêts propres (Gramsci8, 1991, Cahier 19, §24 : 58-79). Nul doute donc que l’organisation de l’hégémonie constitue, pour le Sarde, un élément aussi décisif qu’essentiel dans la conquête et dans la conservation du pouvoir politique.

29Si l’hégémonie, en tant que pouvoir d’attraction, est ce par quoi un groupe social en position de suprématie s’efforce de maintenir le consentement de ses alliés, la domination traduit quant à elle la capacité de ce même groupe social à employer des moyens de coercition à l’encontre de ses ennemis. Visant les groupes irrémédiablement hostiles, la domination se manifeste alors autant dans l’utilisation effective de la coercition que dans la menace d’un recours à celle-ci. Conformément à ce raisonnement, l’exercice du pouvoir politique, c’est-à-dire de l’unité dialectique du consentement et de la coercition, s’inscrit nécessairement dans le cadre de relations alliés-ennemis entre les groupes sociaux. Cette thèse, au cœur de la science de la politique gramscienne, est formulée explicitement dans la citation suivante :

La suprématie d’un groupe social se manifeste de deux façons : comme « domination » et comme « direction intellectuelle et morale ». Un groupe social est dominant par rapport aux groupes adverses, qu’il tend à liquider ou à soumettre en employant même la force armée, et il est dirigeant des groupes proches et alliés. Un groupe social peut, et même doit, être dirigeant avant de conquérir le pouvoir du gouvernement […] ensuite, quand il exerce le pouvoir, et même s’il le tient fortement en main, il devient dominant, mais il doit continuer en même temps à être dirigeant (ibid. : 59).

  • 9 Bien qu’elle se fonde plutôt sur la notion schmittienne de politique (Schmitt, 1992 : 57-127), la t (...)

30À la lumière de cet extrait, l’antagonisme se révèle être l’un des faits primordiaux de la vie politique. Pour Gramsci, l’idée d’un ordre social reposant uniquement sur l’organisation d’une hégémonie demeure en effet une utopie, sans aucune consistance historique (1983, Cahier 6, §88 : 82-83). La formation, par des procédés hégémoniques, d’une alliance autour d’un groupe social en position de suprématie s’effectue toujours dans un rapport d’opposition avec d’autres groupes sociaux (ceux-ci pouvant d’ailleurs s’unir ou rester dans la dispersion). Il n’existe donc pas, dans cette perspective, de pouvoir politique sans relations alliés-ennemis, c’est-à-dire sans antagonisme9.

La société civile et la société politique

31Une fois posée l’idée d’une unité dialectique du consentement et de la coercition, se pose avec acuité la question des articulations entre les institutions étatiques — gouvernementales et administratives — et les organisations de la société civile. Cette interrogation engage une réflexion, autant sur le plan de la stratégie politique que sur celui de l’analyse, une réflexion donc sur les sphères sociales dans lesquelles le pouvoir politique se manifeste concrètement. Dans les Cahiers de prison, Gramsci se prononce clairement là-dessus :

On peut, dès maintenant, établir deux grands « étages » superstructuraux : celui qu’on peut appeler l’étage de la « société civile », c’est-à-dire l’ensemble des organismes dits vulgairement « privés », et celui de la « société politique ou État », qui correspondent l’un à la fonction d’hégémonie que le groupe dominant [en position de suprématie] exerce sur toute la société, et l’autre à celle de la « domination directe » ou de commandement qui s’exprime dans l’État et dans le gouvernement « juridique » (1978, Cahier 12, §1 : 314).

  • 10 Gramsci ne souscrit pas, bien au contraire, à l’économisme de « l’orthodoxie marxiste » selon laque (...)
  • 11 De toute évidence, le terme de fonction dans les Cahiers de prison ne possède pas un sens aussi dét (...)
  • 12 Le concept gramscien d’État intégral découle de ces arguments, dans la mesure où celui-ci entend re (...)

32Dans ce passage, le Sarde présuppose d’abord une distinction entre l’infrastructure (identifiée au domaine de la production économique) et la superstructure10. À cette première dichotomie s’ajoute la différenciation, au niveau de la superstructure, entre la société civile et la société politique, celles-ci étant envisagées non pas comme des « lieux séparés », mais comme des fonctions11. Or, considérer la superstructure sous cet angle exige, d’une part, de rejeter l’idée selon laquelle les institutions étatiques se situeraient au cœur de la vie politique et, d’autre part, de ne pas envisager simplement les relations entre la société civile et l’État comme un rapport d’opposition entre des entités privées et publiques12. Il s’agit, au fond, de reconnaître que la politique se joue autant dans les organisations privées que dans les institutions publiques, mais aussi d’étudier comment les unes et les autres interviennent dans la conquête ou la conservation du pouvoir politique.

33Si les appareils de coercition trouvent généralement leur expression la plus aboutie dans des institutions étatiques — d’ailleurs appelées les « fonctions régaliennes de l’État », les organisations de la société civile demeurent des médiations privilégiées pour construire une hégémonie. Cela étant dit, la théorie gramscienne ne contredit pas la possibilité d’une évolution des fonctions politiques des institutions étatiques ou des organisations de la société civile, chacune d’entre elles pouvant passer d’une fonction d’hégémonie à une fonction de domination (et vice-versa). Les forces armées nationales participent, par exemple, à des systèmes de surveillance ou à des conflits militaires à l’étranger, mais sont également susceptibles de chercher le soutien de la population en l’exposant à une propagande appropriée.

Penser politiquement la communication publique

  • 13 André Tosel affirme à ce propos que « les références et les études consacrées [à Gramsci] s’accumul (...)

34Traversée par des préoccupations stratégiques, la philosophie de la praxis gramscienne défend une conception originale et cohérente du pouvoir politique. Elle insiste sur l’unité dialectique du consentement et de la coercition, place les antagonismes au cœur de la vie politique et redéfinit les contours des articulations entre la société civile et la société politique. L’originalité de cette conception du pouvoir politique ne nous dédouane toutefois pas d’un questionnement sur sa pertinence dans le cadre d’une réflexion sur la communication publique, qui plus est au XXIe siècle. Il nous faut d’abord mentionner, pour éviter d’inutiles équivocités, l’actualité de la pensée de Gramsci dans les débats philosophiques contemporains, mais aussi dans les recherches récentes en sciences sociales. La multiplication des publications, des séminaires ou des conférences autour de ses travaux atteste de l’intérêt que suscite (toujours) l’auteur des Cahiers de prison dans les milieux scientifiques et politiques13. Autrement dit, la conception gramscienne du pouvoir politique n’appartient aucunement aux « greniers de l’Histoire ».

35Plus encore, cette approche nous apparaît tout à fait féconde pour appréhender les manifestations de la communication publique en ce début de siècle. De ce point de vue, notre démarche s’inscrit dans la continuité d’un dossier, intitulé « L’actualité de Gramsci », de Pierre Musso et Philippe Durand dans le numéro 57 de la revue Quaderni. Les articles de ce dossier entendaient en effet démontrer la capacité de la pensée gramscienne à rendre intelligibles, aujourd’hui, « les rapports qui se nouent entre idéologie et politique, entre État et Économie, mais encore entre médias et culture de masse » (Musso et Durand, 2005 : 52). Si les articles de ce dossier mobilisent surtout les concepts d’intellectuels, d’hégémonie, d’américanisme, de bloc historique ou encore de journalisme intégral pour construire leur argumentation, nous souhaitons quant à nous ouvrir de nouvelles pistes analytiques, dans le domaine de la communication publique, en nous appuyant sur la thèse de l’unité dialectique du pouvoir politique, sur la nature antagonique des relations politiques et sur l’idée d’État intégral dans la pensée de Gramsci.

  • 14 Le passage suivant permet, en l’occurrence, de deviner comment le Sarde opérationnalise sa théorie (...)
  • 15 Bien que nous ne puissions pas aborder cette question dans les limites du présent article, il faudr (...)

36La métaphore machiavélienne du centaure invite, en premier lieu, à appréhender dialectiquement la coercition et le consentement et, de ce fait, à prêter attention à la fonction de domination dans l’exercice du pouvoir politique. La coercition ne se manifestant pas aussi clairement dans les régimes démocratiques que dans les régimes autoritaires, cette préoccupation se révèle aujourd’hui d’autant plus pertinente que la démocratie libérale est devenue la norme unique. En jetant la lumière sur les intrications entre les expressions de la parole publique et de la violence, cette approche oblige en effet à complexifier le regard sur le fonctionnement des régimes démocratiques14. Partant de là, penser politiquement la communication publique exige d’intégrer des phénomènes empiriques qui sortent habituellement de ce champ de recherche, bref de s’intéresser à l’autre de la communication, à savoir la violence15. L’actualité des démocraties occidentales ne dément d’ailleurs pas la pertinence de cette option théorique, dans la mesure où les mouvements sociaux connaissent une répression policière croissante, la criminalisation du syndicalisme se normalise, les gouvernements court-circuitent les délibérations parlementaires en se prévalant de dispositions juridiques censées être exceptionnelles (à l’instar des articles 49.3 en France ou 182 au Québec), etc. En même temps, l’hypertrophie de la parole publique et la liberté d’expression fétichisée voilent les manœuvres répressives ou en noient les dénonciations en les banalisant.

  • 16 Cette conception libérale de la démocratie s’identifie au modèle de l’équilibre économique. Crawfor (...)
  • 17 Le champ lexical militaire reste omniprésent dans les écrits de Gramsci, comme en témoigne son reco (...)

37En affirmant la primordialité des relations d’antagonisme en politique, la pensée gramscienne rompt, en second lieu, avec la conception économiciste de la démocratie libérale qui alimente nombre de discours journalistiques, façonne l’élaboration de stratégies en communication politique et influence une partie des recherches en science politique. Héritée des travaux de Joseph Schumpeter (1990), la conception économiciste consiste à envisager la sphère politique sur le modèle du marché (la loi de l’offre et de la demande étant alors au principe de la distribution des biens politiques), à identifier les professionnels de la politique — « la classe politique » — aux principaux acteurs de la vie démocratique et à faire du pluralisme l’une des caractéristiques distinctives du fonctionnement démocratique16. La théorie gramscienne analyse, à rebours de cette approche, les antagonismes non pas comme des relations de concurrence entre des acteurs désireux de maximiser leurs biens politiques, mais comme des relations conflictuelles irréductibles entre des coalitions de groupes sociaux. Or, étudier la communication publique sous l’angle des relations alliés-ennemis revient à questionner le rôle de la parole publique dans des processus d’organisation hégémonique ou contre-hégémonique. Cela implique d’interroger la communication publique au regard des rapports de force entre des groupes sociaux aspirant à une position de suprématie et, par conséquent, de ne pas réduire ses diverses manifestations à de simples émanations de « techniques de rationalisation de la compétition politique » (Gerstlé, 2013 : 48-60). Il s’agit, autrement dit, d’analyser stratégiquement la communication publique, c’est-à-dire, en un sens quasi militaire, d’évaluer comment elle participe des rapports de force entre des coalitions de groupes sociaux17.

38Définissant la société civile et la société politique comme des fonctions, la théorie gramscienne ouvre considérablement, en troisième lieu, le spectre des études sur les dimensions politiques de la communication publique. Dans la mesure où la fonction d’hégémonie du pouvoir politique passe par la médiation des organisations de la société civile (et, plus indirectement, par les institutions étatiques), rien n’interdit de questionner politiquement les diverses formes de la parole publique — quand bien même elles n’auraient aucun lien évident avec les institutions étatiques — en prêtant attention aux antagonismes dont elles sont susceptibles d’être les manifestations discursives. Cette distinction entre société civile et société politique permet, de plus, de percevoir et d’intégrer dans l’analyse le découplage rapide de leurs trajectoires dans le cadre de la mondialisation. Les sociétés politiques demeurent ancrées territorialement et formellement « démocratiques », mais leurs sociétés civiles se cosmopolitisent dans le cadre de mobilités diverses valorisées (commerces transnationaux, tourisme, migrations, guerres de faible intensité, etc.). En parallèle, les lieux décisionnels mondiaux formés des sociétés politiques (ONU et UNESCO, notamment) voient les centres de pouvoir se privatiser (« la communauté internationale », le FMI, les sommets, etc.). Quant aux espaces médiatiques nationaux de la communication publique, on les voit se subordonner et s’intégrer dans un lieu virtuel global de télécommunications transfrontières (télévisions satellitaires et Internet, principalement). La communication publique, comme champ d’études, pourrait devenir l’un des lieux de recherche qui met à plat cette déstructuration des antagonismes antérieurs (de la période étudiée par Gramsci) et leur recomposition dans le cycle actuel.

Haut de page

Bibliographie

ALDRIN, Philippe et al. (2014), Les mondes de la communication publique, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

ALTHUSSER, Louis (2009), Machiavel et nous, Paris, Éditions Tellier.

ANDERSON, Benedict (1983), Imagined Communities. Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, London, Verso.

ANDERSON, Perry (1976), « The antinomies of Antonio Gramsci », New Left Review, 100 : 5-78.

ARENDT, Hannah (1961), Condition de l’homme moderne, Paris, Calmann-Lévy.

BADIE, Bertrand et Marie-Claude SMOUTS (1992), Le retournement du monde : sociologie de la scène internationale, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques/Dalloz.

BEAUCHAMP, Michel (dir.) (1991), Communication publique et société. Repères pour la réflexion et l’action, Montréal, Gaëtan Morin.

BERNAYS, Edward (2008), Propaganda. Comment manipuler l’opinion en démocratie, Montréal, Lux Éditeur.

BLUMLER, Jay G. et Dennis KAVANAGH (1999), « The third age of political communication: Influences and features », Political Communication, 16(3) : 209-230.

BLUMLER, Jay G. (1995), The Crisis of Public Communication, London, Routledge.

BOLTANSKY, Luc et Ève CHIAPELLO (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

BONVILLE, Jean de (1991), « Le développement historique de la communication publique au Québec » dans Michel BEAUCHAMP (dir.), Communication publique et société. Repères pour la réflexion et l’action, Montréal, Gaëtan Morin, p. 1-49.

CHARRON, Jean et Jean de BONVILLE (2004), « Le journalisme et le marché : de la concurrence à l’hyperconcurrence » dans Colette BRIN, Jean CHARRON et Jean de BONVILLE (dir.), Nature et transformation du journalisme. Théorie et recherches empiriques, Québec, Presses de l’Université Laval, p. 273-316.

CUCHE, Denys (2010), La notion de culture dans les sciences sociales, Paris, La Découverte.

DEMERS, François (2008), « La communication publique, un concept pour repositionner le journalisme contemporain par rapport au débat public et à la démocratie », Les Cahiers du journalisme, 18 : 208-230.

GERSTLÉ, Jacques (2013), La communication politique, Paris, Armand Colin.

GRAMSCI, Antonio (1978), Cahiers de prison. Cahiers 10, 11, 12 et 13. Paris, Gallimard.

GRAMSCI, Antonio (1983), Cahiers de prison. Cahiers 6, 7, 8 et 9. Paris, Gallimard.

GRAMSCI, Antonio (1991), Cahiers de prison. Cahiers 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28 et 29. Paris, Gallimard.

HABERMAS, Jürgen (1992), L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot.

HALL, Stuart (2007), Identités et cultures, Paris, Éditions Amsterdam.

KEUCHEYAN, Ramzig (dir.), Guerre de mouvement et guerre de position, Paris, La Fabrique.

KINGDON, John W. (1995/1984), Agendas, Alternatives, and Public Policies, seconde édition, New York, Harper Collins College Publishers.

LALANDE, André (dir.) (1993), Vocabulaire de la philosophie, 2, Paris, Presses universitaires de France.

MACHIAVEL, Nicolas (2000), Le prince, Paris, Presses universitaires de France.

MACPHERSON, Crawford Brough (2012), The life and Times of Liberal Democracy, Don Mills, Oxford University Press Canada.

MATTELART, Armand et Érik NEVEU (2003), Introduction aux cultural studies, Paris, La Découverte.

MIÈGE, Bernard (1995), « L’espace public : au-delà de la sphère politique », Hermès, 3 : 49-62.

MOUFFE, Chantal (2005), The Return of the Political, New York, Verso.

MUSSO, Pierre et Pascal DURAND (2005), « Avant-propos : actualité de Gramsci », Quaderni, 57 : 51-53.

NEVEU, Érik (1999), « L’approche constructiviste des “problèmes publics”. Un aperçu des travaux anglo-saxons », Études de communication, 22 : 41-58.

NEVEU, Érik (2015), Sociologie politique des problèmes publics, Paris, Armand Colin.

REY, Alain (dir.) (2012), Dictionnaire historique de la langue française, 2, Paris, Dictionnaire Le Robert.

SCHMITT, Carl (1992), La notion de politique, Paris, Flammarion.

SCHUMPETER, Joseph (1990), Capitalisme, socialisme et démocratie, Paris, Payot.

THOMAS, Peter (2009), The gramscian moment, Chicago, Haymarket Books.

THOMPSON, John B. (1995), The Media and Modernity. A Social Theory of the Media, London, Polity Press.

THUSSU, Daya Kishan (2007), News as Entertainment. The Rise of Global Entertainment, London, Sage.

TOSEL, André (2016), Étudier Gramsci, Paris, Éditions Kimé.

VOIROL, Olivier (2005), « Les luttes pour la visibilité Esquisse d’une problématique », Réseaux, 129(130) : 91-121.

Haut de page

Notes

1 Notre argumentation, concernant les présupposés des recherches sur la communication publique, n’a qu’une valeur exploratoire, dans la mesure où les limites du présent article ne nous autorisent pas à en faire une analyse systématique et exhaustive.

2 Conformément à l’étymologie grecque de l’adjectif politique (πόλις), la parole publique se révèle être intrinsèquement politique. L’entrée « Politique », dans le Vocabulaire technique et critique de la philosophie, définit en effet ce terme comme suit : « au sens large et étymologique : qui a trait à la vie collective dans un groupe d’hommes organisés » (Lalande, 1993).

3 L’espace public qui, s’il est défini comme l’ensemble des mises en public physiques et discursives, serait fait de diverses arènes où les affrontements sont de diverses natures et formes. Le terme d’arène bien sûr met à l’avant-scène les jeux de conflit. Évidemment, si l’on réduit la définition de l’espace public aux joutes verbales, il y a des arènes mises en place par les institutions (Parlements et commissions) et des arènes de la société civile (cafés, clubs, journaux d’opinion, etc.).

4 La nature « bestiale » du pouvoir politique ne se réduit toutefois pas à l’usage de la force. Dans la métaphore machiavélienne du centaure, la bête peut en effet prendre le visage du lion ou du renard, c’est-à-dire de la force ou de la ruse : « Puisqu’il est donc nécessaire qu’un prince sache bien user de la bête, il doit, parmi celles-ci, prendre le renard et le lion, car le lion ne sait pas se défendre des rets et le renard ne sait pas se défendre des loups » (Machiavel, op. cit. : 151).

5 Contrairement à l’interprétation qu’en donne Perry Anderson (1976), la relation entre la force et le consentement n’est pas antinomique dans la théorie gramscienne du pouvoir politique. Peter D. Thomas, dans son ouvrage The Gramscian moment, apporte une démonstration convaincante des incohérences de cette interprétation (2009 : 163-167).

6 Dans les Cahiers de prison, le terme d’hégémonie et l’expression « direction politique » sont, à de nombreuses reprises, utilisés comme des synonymes (Thomas, 2009 : 163).

7 Les compromis économiques, ayant pour enjeux la répartition des richesses et l’organisation du travail, restent toujours à l’avantage du groupe social en position de suprématie, mais apparaissent néanmoins acceptables aux yeux des groupes subalternes alliés.

8 Voilà comment Gramsci analyse l’organisation de l’hégémonie jacobine : « [Les Jacobins] ne représentaient pas seulement les besoins et les aspirations immédiats des personnes physiques qui constituent à ce moment-là la bourgeoisie française ; mais ils représentaient le mouvement révolutionnaire dans son ensemble, comme processus historique intégral, parce qu’ils représentaient également les besoins futurs, là aussi, non seulement de ces personnes physiques déterminées, mais de tous les groupes nationaux qui devaient s’assimiler au groupe fondamental existant » (1991, Cahier 19, §24 : 74).

9 Bien qu’elle se fonde plutôt sur la notion schmittienne de politique (Schmitt, 1992 : 57-127), la théorie de la démocratie radicale de Chantal Mouffe (2005) partage avec la théorie gramscienne du pouvoir politique cette thèse de la primordialité des antagonismes dans la vie politique (Mouffe, 2013 : 1-18).

10 Gramsci ne souscrit pas, bien au contraire, à l’économisme de « l’orthodoxie marxiste » selon laquelle l’infrastructure déterminerait mécaniquement et unilatéralement la superstructure. Il élabore sa pensée contre cet économisme, qu’il juge contre-productif au regard de la définition d’une stratégie politique par les forces révolutionnaires, d’une part, et erroné d’un point de vue théorique, d’autre part. Le onzième Cahier de prison, dans lequel le Sarde critique avec férocité l’économisme de Nikolaï Boukharine, en témoigne sans ambiguïté (Gramsci, 1978, Cahier 11 : 166-303).

11 De toute évidence, le terme de fonction dans les Cahiers de prison ne possède pas un sens aussi déterminé que dans la sociologie fonctionnaliste. Il s’agit plutôt, au sens ordinaire, du « rôle actif caractéristique [d’une chose], dans un ensemble » (Rey, 2012 : 1371).

12 Le concept gramscien d’État intégral découle de ces arguments, dans la mesure où celui-ci entend rendre compte de l’unité dialectique de la société civile et de la société politique, l’une exerçant une fonction d’hégémonie et l’autre de domination. Dans les Cahiers de prison se trouve d’ailleurs une formule aussi célèbre que concise pour expliciter ce concept : « État [intégral] = société politique + société civile, c’est-à-dire hégémonie cuirassée de coercition » (Gramsci, 1983, Cahier 6, §88 : 83).

13 André Tosel affirme à ce propos que « les références et les études consacrées [à Gramsci] s’accumulent depuis plus d’un demi-siècle et composent une bibliothèque en expansion permanente, surtout dans les aires italienne et anglo-saxonne. Des ouvrages de réflexion historique et thématique sur la pensée gramscienne s’ajoutent les uns aux autres, alors que des sphères spécialisées comme les Subaltern Studies, les Post-colonial Studies, et même les International Studies se revendiquent de cette œuvre pour se constituer en champs disciplinaires nouveaux » (2016 : 7).

14 Le passage suivant permet, en l’occurrence, de deviner comment le Sarde opérationnalise sa théorie du pouvoir politique dans le contexte des régimes parlementaires : « […] l’exercice normal de “l’hégémonie” sur le terrain devenu classique du régime parlementaire, est caractérisé par la combinaison de la force et du consentement qui s’équilibre de façon variable, sans que la force ne l’emporte trop sur le consentement, voire en cherchant à obtenir que la force apparaisse appuyée sur le consentement de la majorité, tel que l’exprime les prétendus organes de l’opinion publique — journaux et associations — qui pour cela, sont en certaines occasions multipliées artificiellement » (Gramsci, 1978, Cahier 12, §37 : 434).

15 Bien que nous ne puissions pas aborder cette question dans les limites du présent article, il faudrait, en toute rigueur, examiner ce qu’implique la théorie gramscienne du pouvoir politique par rapport au concept d’espace public tel qu’il est mobilisé dans les recherches du domaine de la communication publique.

16 Cette conception libérale de la démocratie s’identifie au modèle de l’équilibre économique. Crawford Brough Macpherson détaille les dimensions descriptive, explicative et normative de ce modèle dans un ouvrage intitulé The life and times of liberal democracy (2012 : 77-92).

17 Le champ lexical militaire reste omniprésent dans les écrits de Gramsci, comme en témoigne son recours à la célèbre distinction entre la guerre de mouvement et la guerre de position (1983, Cahier 6, §138 : 118). Plus encore, la question des articulations entre l’art de la guerre et l’art politique est une interrogation centrale dans ses réflexions (1978, Cahier 13, §24 : 409-413). C’est, par ailleurs, également le cas dans l’œuvre de Machiavel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Demers et Julien Rueff, « Penser politiquement la communication publique », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le 28 février 2018, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7622 ; DOI : 10.4000/communication.7622

Haut de page

Auteurs

François Demers

François Demers est professeur au Département d’information et de communication, Université Laval. Courriel : Francois.Demers@com.ulaval.ca

Articles du même auteur

Julien Rueff

Julien Rueff est professeur associé au Département d’information et de communication, Université Laval. Courriel : julien.rueff@com.ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals