Navigation – Plan du site
Articles

Présentation

Cécile Dolbeau-Bandin et Béatrice Donzelle

Texte intégral

1L’usage par les élus, les dirigeants politiques et les partis des technologies de l’information et de la communication et des médias sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, YouTube, etc.) incite les chercheurs à remettre en question les modes opératoires de la communication politique. Cette appropriation progressive annonce de nouvelles recherches et le renouvellement des problématiques (Greffet et Wojci, 2008 ; Mossberger et al., 2008 ; Blondeau et Allard, 2009 ; Cardon, 2010 ; Talpin & Wojcik, 2010 ; Yanoshevsky, 2010 ; Wright, 2011 ; Monnoyer-Smith, 2010 et 2011 ; Théviot, 2012 ; Chibois, 2012 et 2014 ; Eyries et Poirier, 2013). Les études montrent notamment que ces médias sociaux sont devenus de puissants vecteurs de mobilisation sociale et politique.

2Depuis longtemps, les sciences politiques abordent la question du genre (Fraisse, 1989 ; Freedman, 1997 ; Del Re, 2002 ; Desmarchelier et Rennes, 2005 ; Jenson et Lépinard, 2009 ; Coulomb-Gully et Rennes, 2010 ; Coulomb-Gully et al., 2009 ; Sineau, 2011 ; Achin et Bereni, 2013 ; Bard et Pavard, 2013 ; Van Der Dussen, 2013). Si les travaux sur les femmes politiques et leur communication se succèdent (Rieffel et al., 2003 ; Mattelart, 2003 ; Boudillon, 2005 ; Siess, 2005 ; Taïeb, 2005 ; Achin et Dorlin, 2008 ; Sénac-Slawinski, 2009 ; Bard, 2012 ; Lévêque, 2005 et 2013 ; Guaresi, 2014 ; Coulomb-Gully, 2016), ceux sur leurs usages du numérique plus spécifiquement sont peu nombreux, mais remarquables (Jouët, 2003 ; Oser, Hoogue et Marien, 2013 ; Greffet, Wojcik et Blanchard, 2014). L’étude récente de Coralie Le Caroff (2015) montre notamment que les femmes politiques sont très présentes sur Facebook, alors qu’à ses débuts ce média social était destiné à un usage strictement privé, voire intime (boyd et Ellison, 2007). Nous souhaitons alimenter ce champ de recherche en proposant, dans le présent numéro, d’aborder la question suivante : quel est l’usage spécifique fait des technologies de l’information et de la communication, du téléphone mobile et des médias sociaux par les femmes politiques (leaders ou membres de partis, gouvernantes, élues, etc.) dans leur action politique au quotidien et lors de campagnes électorales ?

3Ce projet de numéro thématique vise à rassembler des études et des réflexions, d’une part, sur la « mise en récit » des femmes politiques « avec leurs qualités supposées et […] leurs rôles qui demeurent alors autant de stigmates » (Dulong et Matonti, 2005 : 2), « avec leurs handicaps, leurs peurs, leurs difficultés à s’imposer dans un univers largement perçu comme masculin » (Bonnafous, 2002 : 119) et, d’autre part, sur leur mise en péril, c’est-à-dire sur la notion de leur vulnérabilité concernant leurs stratégies, leur image, leur réputation, leurs discours, que cette vulnérabilité soit le fait ou non de dérapages ou d’imprudences de la part des candidates eux-mêmes. Il s’agit de croiser cette mise en récit et cette mise en péril avec la présence et l’usage des espaces publics numériques tels Facebook et Twitter (Bonnafous, 2003 ; Sineau, 2007 ; Vedel, 2007; Yanoshevsky, 2010; Théviot, 2012; Dolbeau-Bandin et Donzelle, 2015). Ce dossier souhaite dresser un panorama de la participation, de la place, des usages et de la vulnérabilité des femmes politiques au temps du numérique. Dans la perspective des sciences de l’information et de la communication, et plus spécifiquement de la communication politique, il s’agit ici de mesurer et d’évaluer les changements introduits par les médias sociaux (le numérique) dans la vie et les pratiques des femmes en politique.

4Ce dossier rassemble trois articles qui questionnent la façon dont des femmes politiques font usage des outils numériques de communication pour mener campagne ou interagir avec les citoyens en cours de mandat.

5Daniela Roventa-Frumusani et Alexandra Irimescu étudient les pages Facebook officielles de 11 femmes politiques roumaines lors d’élections locales et parlementaires en 2016. Elles interrogent la construction de l’identité et de l’ethos iconique féminin des actrices politiques à travers les nouveaux instruments numériques d’expression et de connexion, en analysant l’univers visuel dans lequel se positionnent les candidates sur Facebook. Elles posent la question d’éventuelles particularités féminines dans les stratégies de recherche de reconnaissance et de mise en visibilité de ces candidates roumaines.

6Marie Neihouser, postdoctorante en science politique à l’Université Laval, analyse le blogage des députées françaises en 2012. Elle se demande si le genre des élues influence la forme de leurs prises de parole, et si elles utilisent des stratégies de présentation et de mise en récit spécifiques. L’auteure cherche également à comprendre, à travers une observation exhaustive des blogues des députés, si le numérique crée un nouveau type de communication politique.

7Nanta Novello Paglianti et Marina Villa s’intéressent aux tweets de femmes politiques françaises et italiennes lors des élections européennes de 2014 ainsi que pendant leur mandature, pour celles qui ont été élues. Elles présentent une étude portant sur le genre et la représentation de soi dans les tweets des femmes politiques en France et en Italie. Une comparaison est effectuée entre les tweets des candidates aux élections de la dernière campagne électorale européenne (2014) et tout au long de leur députation. Les principaux partis des deux pays sont examinés.

8Si les terrains et les méthodologies diffèrent, certains résultats de recherche convergent. Les auteures des trois contributions soulignent une volonté nette des femmes politiques d’appuyer leur légitimité en politique sur leur professionnalisme, que celui-ci s’exprime dans leur usage des technologies numériques de communication (Neihouser) ou qu’il soit revendiqué dans leurs discours écrits (Novello Paglianti et Villa) et visuels (Irimescu et Roventa-Frumusani). Si M. Neihouser pointe une standardisation des pratiques communicationnelles, les auteures italiennes et roumaines constatent que les femmes politiques insistent sur leur capacité à faire de la politique « autrement ».

Haut de page

Bibliographie

ACHIN, Catherine et al. (2007), Sexes, genre et politique, Paris, Economica.

ACHIN, Catherine et Laure BERENI (dir.) (2013), Dictionnaire. Genre et science politique. Concepts, objets, problèmes, Paris, Presses de Sciences Po, Coll. « Références ».

ACHIN, Catherine et Elsa DORLIN (2008), « Nicolas Sarkozy ou la masculinité mascarade du Président », Raisons politiques, 31 : 19-45.

ACHIN, Catherine et Sandrine LÉVÊQUE (dir.) (2006), Femmes en politique, Paris, La Découverte, Coll. « Repères ».

BARD, Christine (2012), « Performances de genre : images croisées de Michèle Alliot-Marie de Roselyne Bachelot », Histoire@Politique, 2(17) : 69-86.

BARD, Christine et al. (2007), « Les femmes et le pouvoir », Histoire@Politique, 1(1).

BARD, Christine et Bibia PAVARD (coordonnatrices) (2013), « Femmes outsiders en politique », Parlement[s], Revue d’histoire politique, 1(19).

BLONDEAU, Olivier et Larence ALLARD (2009), Internet, machines à voter et démocratie, Paris, L’Harmattan.

BONNAFOUS, Simone (2002), « La question du genre et de l’ethos en communication politique », Actes du premier colloque franco-mexicain des sciences de la communication, Mexico, 8 au 10 avril 2002. [En ligne]. http://www.cerimes.fr/colloquefrancomexicain. Page consultée le 2 octobre 2017.

BONNAFOUS, Simone (2003), « Femme politique : une question de genre ? », Réseaux, 4(120). [En ligne]. www.cairn.info/revue-reseaux1-2003-4-page-119.htm. Page consultée le 16 mai 2016.

BOUDILLON, Julie (2005), « Une femme d’extrême droite dans les médias. Le cas de Marine Le Pen », Mots. Les langages du politique, 2(78) : 79-89.

BOYD, danah et Nicole ELLISON (2007), « Social network sites: Definition, history, and scholarship », Journal of Computer-Mediated Communication, 13(1) : 210-230.

CARDON, Dominique (2010), La démocratie Internet : promesses et limites, Paris, Éditions du Seuil, Coll. « La république des idées ».

CHIBOIS, Jonathan (2012), « Alexandre Coutant, Internet et politique », Lectures. [En ligne]. http://lectures.revues.org/8681. Page consultée le 16 mai 2016.

CHIBOIS, Jonathan (2014), « Twitter et les relations de séduction entre députés et journalistes. La salle des Quatre Colonnes à l’ère des sociabilités numériques », Réseaux, 188(6) : 201-228.

COULOMB-GULLY, Marlène (2016), « Le genre des présidentielles. Femmes et hommes en campagne », Mots. Les langages du politique, 3(112) : 29-36. 

COULOMB-GULLY, Marlène et al. (2009) « Présidentielle 2007. Scènes de genre », Mots. Les langages du politique, 2(90) : 5-11.

COULOMB-GULLY, Marlène et Juliette RENNES (2010), « Genre, politique et analyse du discours. Une tradition épistémologique française gender blind », Mots. Les langages du politique, 94 : 175-182.

DEL RE, Alisa (2002), « Genre et représentation politique des femmes en Italie : une situation paradoxale », Cahiers du genre, 2(33) : 85-112.

DESMARCHELIER, Dominique et Juliette RENNES (2005), « Bibliographie thématique. Usages politiques du genre. Discours et représentations », Mots. Les langages du politique. [En ligne]. http://journals.openedition.org/mots/478. Page consultée le 1 février 2018.

DOGAN, Mattei et Jacques NARBONNE (1955), Les Françaises face à la politique. Comportement politique et condition sociale, Paris, Armand Colin.

DOLBEAU-BANDIN, Cécile et Béatrice DONZELLE (2015), « En campagne sur Twitter : au risque de l’empowerment ? », Les Cahiers du numérique, 4(11) : 91-118.

DULONG, Delphine et Frédérique MATONTI, (2005), « L’indépassable “féminité”. La mise en récit des femmes en campagne » dans Jacques LAGROYE, Patrick LEHINGUE et Frédéric SAWICKI (dir.), Mobilisations électorales. Le cas des élections municipales de 2001, Paris, PUF, CURAPP/CRAPS.

DUVERGER, Maurice (1955), La participation des femmes à la vie politique, Paris, UNESCO.

EYRIES, Alexandre et Cassandra POIRIER (2013), « Une communication politique 2.0 », Communication, 32(2). [En ligne]. http://communication.revues.org/5001. Page consultée le 17 mai 2016.

FRAISSE, Geneviève (1989), Muse de la raison : démocratie et exclusion des femmes en France, Paris, Gallimard.

FREEDMAN, Jane (1997), Femmes politiques : mythes et symboles, Paris, L’Harmattan.

GOUPIL, Sylvie (2007), « Gouvernement en ligne et démocratie : vers une mutation de la relation citoyenne à l’État ? », Politique et sociétés, 26(1) : 27-46.

GREFFET, Fabienne et Stéphanie WOJCIK (2008), « Parler politique en ligne : une revue des travaux français et anglo-saxons », Réseaux, 26(150) : 19-50.

GREFFET, Fabienne, Stéphanie WOJCIK et Gersende BLANCHARD (2014), « S’engager dans la campagne présidentielle. Les formes multiples de la participation politique en ligne », Politiques de communication, 2(3) : 25-58.

GUARESI, Magali (2014), « Les mots des politiques du genre dans les professions de foi aux élections législatives françaises (1958-2007) », Synergies Italie, 10 : 33-48.

JENSON, Jane et Éléonore LÉPINARD (2009), « Penser le genre en science politique. Vers une typologie des usages du concept », Revue française de science politique, 2(59) : 183-201.

JOUËT, Josiane (2003), « Technologies de communication et genre. Des relations en construction », Réseaux, 120(4) : 53-86.

JULLIARD, Virginie et Nelly QUEMENER (2014), « Le genre dans la communication et les médias : enjeux et perspectives », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 4. [En ligne]. http://rfsic.revues.org/693. Page consultée le 17 mai 2016.

LE CAROFF, Coralie (2015), « Le genre et la prise de parole politique sur Facebook », Participations, 2(12) : 109-137.

LÉVÊQUE, Sandrine (2005), « La féminité dépassée ? Usages et non-usages du genre dans les professions de foi des candidates parisiennes aux élections législatives de 2002 », Revue française de sciences politiques, 55 : 501-520.

LÉVÊQUE, Sandrine (2013), « Médias/Communication politique » dans Catherine ACHIN et Laure BERENI (dir.), Dictionnaire. Genre et science politique. Concepts, objets, problèmes, Paris, Presses de Sciences Po, Coll. « Références », p. 310-322.

MATTELART, Michèle (2003), « Femmes et médias. Retour sur une problématique », Réseaux, 4(120) : 23-51.

MONNOYER-SMITH, Laurence (2011), « La participation en ligne, révélateur d’une évolution des pratiques politiques ? », Participations, 1 : 156-185.

MOSSBERGER, Karen et Caroline J. TOLBERT (2010), « Digital democracy », The Oxford Handbook of American Elections and Political Behavior, Oxford, Oxford University Press. [En ligne]. DOI: 10.1093/oxfordhb/9780199235476.003.0012. Page consultée le 17 mai 2016.

MOSSBERGER, Karen, Caroline J. TOLBERT et Ramona McNeal, (2008). Digital Citizenship, Cambridge: MIT Press.

MOSSUZ-LAVAU, Jane et Marinette SINEAU, (1983), Enquête sur les femmes et la politique en France, Paris, Presses universitaires de France.

OLIVESI, Aurélie (2009), « Le dépassement des sexotypes dans la figure de la “madone”. Ségolène Royal dans la campagne présidentielle française de 2007 », Le discours et la langue, 1 : 137-158.

OSER, Jennifer, Marc HOOGHE et Sofie MARIEN (2013), « Is online participation distinct from offline participation? A latent class analysis of participation types and their stratification », Political Research Quarterly, 66(1) : 91-101.

RIEFFEL, Rémy et al. (2003), « Une communication sexuée ? », Réseaux, 4(120).

SÉNAC-SLAWINSKI, Réjane (2009), « Le pouvoir a un genre... », Informations sociales, 1(151) : 4-7

SIESS, Jürgen (2005), « Un discours politique au féminin. Le projet d’Olympe de Gouges », Mots. Les langages du politique, 2(78) : 9-21.

SINEAU, Mariette (2011), Femmes et pouvoir sous la Ve République : de l’exclusion à l’entrée dans la course présidentielle, Paris, Presses de Sciences Po, Coll. « Académique – Domaine Fait politique ».

SINEAU, Mariette et Manon TREMBLAY (dir.) (2007), Genre, citoyenneté et représentation, Québec, Presses de l’Université Laval.

SINEAU, Mariette (2001), Profession : femme politique. Sexe et pouvoir sous la Cinquième République, Paris, Presses de Sciences Po.

SINEAU, Mariette (1988), Des femmes en politique, Paris, Economica.

TAÏEB, Édith (2005), « Le politique et le domestique. L’argumentation d’Hubertine Auclert sous la Troisième République », Mots. Les langages du politique, 2(78) : 23-36.

TALPIN, Julien et Stéphanie WOJCIK (2010), « Deliberating environmental policy issues: Comparing the learning potential of online and face-to-face discussions on climate change », Policy & Internet, 2(2) : 61-93.

THÉVIOT, Anaïs (2012), « Usage du Web par les militants pendant la campagne présidentielle française de 2012 » dans Problématisation et méthodes de recherche, actes des Journées doctorales 2011 Bordeaux, 30-31 mars 2011, Société française des sciences de l’information et de la communication, p. 217-225.

VAN DER DUSSEN, Sophie (2013), « La représentation des femmes en politique (1994-2013) », Courrier hebdomadaire du CRISP, 34(2199-2200) : 5-88.

VEDEL, Thierry (2007), « Les usages politiques de l’Internet », Regards sur l’actualité, 327 : 15-26.

WRIGHT, Scott (2011), « Political as usual? Revolution, normalization and a new agenda for online deliberation », SAGE Journals, 14(2) : 244-261. [En ligne]. http://journals.sagepub.com/doi/10.1177/1461444811410679. Page consultée le 30 septembre 2017.

YANOSHEVSKY, Galia (2010), « Les réseaux sociaux et l’échange entre l’homme politique et les internautes : le cas de Facebook après les élections présidentielles en France », Argumentation et analyse du discours, 5 : 1-17. [En ligne]. http://aad.revues.org/1008. Page consultée le 17 mai 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Dolbeau-Bandin et Béatrice Donzelle, « Présentation », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le 28 février 2018, consulté le 18 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7635 ; DOI : 10.4000/communication.7635

Haut de page

Auteurs

Cécile Dolbeau-Bandin

Cécile Dolbeau-Bandin est attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER), Section 71, Information-Communication, Université de Caen et membre du Centre d'étude et de recherche sur les risques et les vulnérabilités (CERReV), Université de Caen. Courriel : cecile.dolbeau@gmail.com

Articles du même auteur

Béatrice Donzelle

Béatrice Donzelle est enseignante-chercheure, docteure en Histoire, et membre du Laboratoire Communications, Médiations, Organisations, Savoirs (CIMEOS), Université de Bourgogne – Franche-Comté. Courriel : beadonzelle@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals