Navigation – Plan du site
Articles

Web 2.0 et la politique au féminin en Roumanie postcommuniste

Éthos féminin et campagnes électorales sur Facebook
Daniela Rovența-Frumușani et Alexandra Irimescu

Résumés

Les auteures partent de l’hypothèse du déficit de légitimité des femmes dans l’espace public roumain postcommuniste et veulent voir si depuis la chute du communisme (1990), et dans le contexte de l’émergence des nouveaux outils de campagne électorale (les réseaux sociaux), les femmes politiques choisissent de faire la « politique autrement » ou, au contraire, adoptent les trajectoires et stratégies des hommes politiques (jouer le boy’s game). Leur objectif est d’analyser la dimension visuelle de la construction / déconstruction de l’éthos politique féminin à travers le profil public de Facebook des candidates aux élections locales et parlementaires de 2016.

Haut de page

Texte intégral

1À partir de la fin du millénaire passé, deux révolutions profondes s’amorcent : la révolution du genre (Froideveaux-Metterie, 2015 ; Macé, 2015) et la révolution numérique (Jenkins, 2006 ; Proulx, Poissant et Sénécal, 2006 ; Cardon, 2010 ; Flichy, 2010) dans le contexte du monde globalisé. La première révolution implique non seulement une rupture anthropologique signalée par une certaine tendance vers la féminisation du monde et la « convergence des genres » (Froideveaux-Metterie, ibid. : 364), mais aussi une « tension contemporaine entre un principe d’égalité authentiquement partagé et la fabrique collective d’inégalités » (Macé, ibid. : 8) qui caractérise l’après-patriarcat en tant que moment historique provisoire. La deuxième révolution se caractérise par la démocratisation de l’accès à Internet, l’appropriation massive des nouvelles technologies de communication, l’apparition de nouveaux acteurs dans l’espace public à la recherche d’une visibilité immédiate.

2Les sociétés occidentales contemporaines se caractérisent également par l’évolution de la modernité. En fait, c’est le passage d’une première modernité, pendant laquelle l’État-providence a produit les individus conformes dont il avait besoin (McRobbie, 2009), à une seconde modernité, réflexive (Beck, Giddens et Lash, 1994), dans laquelle les institutions régressent pour laisser aux individus la possibilité d’avancer. Le Web, grâce à son orientation vers l’interaction et l’exposition de soi (Cardon, op. cit. ; Allard, 2008), a créé les conditions favorables pour le dialogue et le partage d’informations : « […] désormais, des individus et des groupes s’organisent et prennent leur destin en main. Divers types d’actions citoyennes témoignent de cet empowerment, tandis que les technologies numériques semblent encourager et renouveler le relationnel et la participation politique » (Pélissier et Guaaybess, 2015 : 6).

3L’individualisme institutionnalisé (Beck et Beck-Gernsheim, 2002) de la modernité réflexive trouve ses cas de figure dans la privatisation du politique (Van Aelst, Sheafer et Stanyer, 2011), d’où l’intérêt d’étudier l’identité personnelle et sociale des actrices et acteurs politiques en corrélation avec l’utilisation des nouveaux instruments numériques d’expression et de connexion. Dans ce contexte, la perspective du genre (sous-jacente à l’économie, à la politique et aux nouvelles technologies) repositionne les rôles, les attentes et les représentations des femmes à travers des corrélations nouvelles entre les anciens et les nouveaux médias, la vie privée et la vie professionnelle, l’isolement ou la mobilisation, etc.

  • 1 Qui renvoie à la notion d’ego-politique définie en tant que « forme contemporaine de la personnalis (...)

4À l’heure de la personnalisation du politique1, de l’informalisation (Wouters, 2007), de la perpétuelle production de soi et de la mise en visibilité, le triangle femme / politique / réseaux sociaux numériques est susceptible de fournir des interrelations significatives dans la construction identitaire stratégique. Nous nous proposons de voir comment agissent stratégiquement les politiciennes roumaines sur Facebook et, pour cette raison, nous avons choisi de privilégier les actrices et leur usage du dispositif (page Facebook en l’occurrence) eu égard aux stratégies identitaires et « usages stratégiques des technologies » (Mabi et Théviot, 2014 : 15).

5Le style discursif masculin assertif, directif, semble corrélé au leadership politique mais, paradoxalement, l’intégration par les hommes politiques des caractéristiques féminines ne diminue pas leur légitimité (Åström et Karlsson, 2016). Sur les pages Facebook employées dans les campagnes électorales (Ross, Fountaine et Comrie, 2015), les politiciennes publient plus de narrations personnalisées et même anecdotiques sans oublier de faire constamment référence aux documents/programme du parti, alors que les hommes font plutôt référence aux événements privés (voyages, visites familiales etc.) et publient plus de photos que les femmes (ibid. : 9). À partir de la dichotomie individu/groupe/parti, nous avons cerné les particularités féminines de mise en visibilité en politique sur les réseaux sociaux.

6Notre hypothèse concernant la mise en visibilité des politiciennes est fondée sur l’appropriation et la transformation du modèle masculin, à savoir la suprématie de l’espace public et de l’activité professionnelle dans le discours de campagne des candidates roumaines, ainsi que sur la légitimité hétéro-attribuée (les femmes ont besoin de l’appui d’un collègue, d’un membre de la famille ou d’un groupe d’hommes).

7Nous avons d’abord observé les différents réseaux sociaux des candidates (Facebook, essentiellement, mais aussi blogues, YouTube), puis les sites Web des candidates, des partis et des instances qui ont surveillé les élections et l’utilisation des réseaux sociaux et, enfin, nous avons pris connaissance des études consacrées aux élections. Après un travail de familiarisation avec l’objet de recherche, nous avons pris la décision d’utiliser l’analyse de contenu des photos publiées sur Facebook et l’analyse sémiovisuelle afin de mettre en évidence la construction de l’éthos féminin sur Facebook. Ainsi, en partant de l’hypothèse du déficit de légitimité des femmes dans l’espace public roumain postcommuniste entretenu par l’héritage du passé communiste, nous nous sommes proposé de voir comment les femmes roumaines décident d’attaquer le bastion masculin de la politique dans l’espace public en ligne.

8Nous nous inscrivons dans une perspective de désoccidentalisation des études sur les médias et la communication (en 2002, Karen Ross regrettait l’orientation américaine dans l’approche du rapport femmes et politique). Ainsi l’objectif majeur de cette recherche est-il l’introduction d’un angle d’approche est-européen de transition dans l’analyse de la relation entre les femmes, la politique et les nouveaux médias.

9Les deux questions phares qui guident notre réflexion sont les suivantes : 1) Comment le nouvel espace public en ligne devient-il un espace plastique de production de soi pour les leaders politiques féminins à la recherche de la reconnaissance et de la visibilité ? 2) Comment se construit l’éthos politique du féminin sur le plan visuel dans les cas étudiés ?

10Dans la première section du présent article, nous posons le cadre théorique à l’appui de notre hypothèse (configuration/reconfiguration de l’identité de genre à l’époque du Web 2.0) ; dans la deuxième partie, nous présentons les éléments du contexte postcommuniste roumain (de l’exclusion vers la réinsertion du féminin dans la politique) pour discuter dans une troisième partie les résultats empiriques de l’analyse visuelle sur Facebook des leaders politiques féminins lors des dernières élections locales et parlementaires roumaines.

Le genre, les réseaux sociaux et la communication politique

11En fait, le genre n’existe que dans la mise en scène, dans sa performance puisque femmes et hommes « citent, et par là même renforcent, contournent ou déplacent les normes de genre » (Bourdeloie, Julliard et Quemener, 2014 : 1). Il sous-tend l’ensemble des composantes du social (Chabaud-Rychter et al., 2010), tandis qu’une approche genrée apporte un « surplus pour la compréhension de tout fait social » (Neveu, 2000 : 211). Si les difficultés et les résistances relatives à la cause des femmes ont été à juste titre soulignées, il est également important de révéler d’autres dispositifs tels « le mimétisme contraint sur des modelés modèles masculins, la captation des compétences et spécificités féminines pour les fins rarement féministes des institutions où les femmes s’investissent » (ibid.).

12C’est à partir de la suprématie du modèle masculin que l’on va discuter la mise en visibilité des femmes politiques qui, comme les femmes en général, ont connu l’annihilation symbolique (Tuchman, 1978) dans les années 1970 dans l’Occident et une émancipation forcée dans l’Est communiste, la mise en visibilité corporelle dans la trajectoire « du corps obstacle au corps atout » (Bard, 2012 : 77) à partir des années 1990 et l’ouverture des possibles genrés et sexuels en politique dans le troisième millénaire.

  • 2 La Roumanie est une république semi-présidentielle dont le système électoral impose quelques éclair (...)

13Entre le retournement du stigmate (ouverture vers un autre type de persona ou de leadership) et le maintien du rôle de genre (vision essentialiste de la féminité domestique, subalterne, promue continuellement après la chute du communisme en Roumanie), nous voulons mettre en évidence des stratégies de construction de l’éthos des femmes politiques dans un nouveau contexte (celui du postcommunisme roumain) configuré à l’aide des réseaux sociaux numériques au cours des dernières campagnes électorales2.

Tableau 1. Les femmes politiques roumaines sur Facebook

Tableau 1. Les femmes politiques roumaines sur Facebook

Source : Données fournies sur leurs pages publiques le 27 janvier 2017.

14Dans une logique de reproduction masculine, il semble évident que le pouvoir se conjugue au masculin ; les « grands hommes » (selon l’appellatif de Maurice Godelier) se construisent et résistent à l’aune de la virilité hégémonique (Achin et Dorlin, 2007). Mais, par rapport à la « sur virilité » (Nicolas Sarkozy), Ségolène Royal, par exemple, a amorcé une transformation accélérée de l’éthos corporel : apparence féminine doublée d’une « carrure d’homme ». Dans une séquence ultérieure, Sarkozy a atténué sa virilité, devenant ambivalent, plus profond, plus sensible, ce qui montre que le masculin peut faire appel aux qualités de l’autre genre sans être disqualifié. Cet emprunt aux qualités « féminines » est détectable (et valorisé) chez des politiciens roumains aussi (dans les moments ordinaires ou extraordinaires de leur trajectoire politique), sans que le surenchérissement de la proximité, de l’empathie, de la vie privée chez les femmes politiques jouisse de la même appréciation.

15Par contre, les femmes continuent de se retrouver dans la position inconfortable d’être trop femme et trop peu leader politique légitime si elles endossent l’hyperritualisation goffmanienne de la féminité. Les recherches antérieures qui ont visé les blogues politiques montrent qu’elles ne sont pas dans une situation avantageuse ni si elles jouent sur la féminité ni si elles se présentent comme compétentes et masculines (Bradley et Wicks, 2011 : 808). En effet, l’image de la candidate peut être regardée comme un amalgame de fragments d’images générées par la candidate elle-même et son équipe de campagne, par les procédés de framing mis en scène par les médias ou encore par la culture populaire politique (Anderson et Sheller, 2014 : 224).

16Pour certains auteurs, « la politique sur le Web apparaît comme une nouvelle forme de sociabilité » (Mercanti-Guérin, 2010 : 27), mais le Web sert également comme un nouvel outil de marketing politique qui a le pouvoir de remettre en cause les structures hiérarchiques entérinées par les médias traditionnels. Autrement dit, il permet de dépasser la représentation asymétrique qui affecte les efforts des femmes politiques roumaines de combattre le déni de reconnaissance statutaire (Fraser, 2011) dans la politique.

17Dans le contexte politique roumain, Facebook apparaît comme un moyen capable de revitaliser la sphère publique (Eyries et Poirier, 2013), d’assurer la connectivité de diverses catégories de citoyens (femmes et jeunes d’abord) et d’offrir aux partis (non parlementaires aussi) le droit à la parole et au dialogue en ligne. Ainsi semble-t-il essentiel d’intégrer les travaux menés dans les champs des cultural and gender studies, mais aussi des science and technology studies. Ceux-ci se révèlent en effet très féconds pour mieux penser l’insertion sociale (genrée) des technologies de l’information et de la communication dans une approche globale (Palmieri, 2015) performative.

18La possibilité de reconfigurer les identités de genre et de lancer des revendications statutaires dans le domaine politique semble pour certains auteurs plutôt l’apanage des réseaux sociaux que celui des grands médias :

[…] comme la technologie change […] et l’impact politique des médias sociaux tels les blogs, Facebook et Twitter augmente, une attention accrue devrait être accordée au moment et à la manière dont les femmes politiques utilisent stratégiquement ces nouveaux médias afin de garder le contrôle de leur message (Raicheva-Stover et Ibroscheva, 2014 : 6 . Traduction des auteures).

L’éthos politique féminin

19Troisième élément composant la triade rhétorique aristotélicienne à côté du logos (discours) et du pathos (affect de l’interlocuteur), l’éthos renferme l’image syncrétique de l’orateur représentée par sa personnalité (le préconstruit qui le précède). Si pour Aristote cette notion portait surtout sur le caractère moral de l’orateur, son contenu a été enrichi, après que la notion a été reprise dans l’analyse de discours, par d’autres notions relevant de la structure interne du discours (comme la scénographie, le contexte social et l’imaginaire sociodiscursif) (Luchian, 2009 : 139). Pour Dominique Maingueneau, « étudier l’éthos, c’est s’appuyer sur une réalité simple, intuitive, celle d’un phénomène qui est coextensif à tout emploi de la langue : le destinataire construit nécessairement une représentation du locuteur à travers ce que ce dernier dit et sa manière de le dire » (2014 : 46).

20Défini par Patrick Charaudeau (2005) comme l’image du locuteur résultant du dévoilement des traits personnels de caractère, de la corporalité, des déclarations verbales, etc., l’éthos politique rencontre l’imaginaire sociodiscursif de l’auditoire, peuplé par des croyances, des représentations collectives, des stéréotypes.

21Les recherches sur l’éthos politique féminin montrent que l’éthos prédiscursif est tributaire des médias qui mettent en circulation les stéréotypes de la féminité déjà existants dans l’imaginaire sociodiscursif des individus, en les renforçant (Luchian, op. cit. : 139). Dans ce contexte, les femmes sont fréquemment réduites à leur corporéité, au détriment des autres attributs plus pertinents pour leur activité professionnelle, tandis qu’au niveau de l’éthos discursif, la présence scénique et les compétences discursives doivent satisfaire les attentes de l’auditoire (ibid. : 142).

22À partir des catégories de Maingueneau (op. cit.) pour le discours, Louise Charbonnier et Jean-Claude Soulages proposent le concept d’éthos iconique en tant qu’image de soi construite à travers des représentations et celui d’éthos pré-iconique qui concerne l’« image préalable édifiée au fil des représentations » (2009 : 48). Autrement dit, « par la diffusion de photos officielles un candidat va ainsi chercher à confirmer ou à rectifier cet éthos pré-iconique, cette représentation véhiculée préalablement » (ibid.).

23L’hypertrophie des images, doublée par les techniques caractéristiques du Web ainsi que par la notion d’énonciation éditoriale (Souchier, 1998), a ouvert l’éthos à la multimodalité qui caractérise Internet : « […] ce que dit le locuteur, c’est alors aussi ce qu’il donne à voir, ce sont aussi les dispositifs techniques qu’il met en place ou dans lesquels il fait le choix de s’inscrire. L’éthos permet une connexion globale de ces phénomènes » (Couleau, Deseilligny et Hellegouarc’h, 2016).

24En effet, par l’attention que nous portons à l’éthos iconique, nous nous intéressons à l’éthos corporel des politiciennes roumaines qui participe à la construction des identités politiques stratégiques à travers les photographies publiées sur leurs pages officielles Facebook pour la campagne.

La rétrospective de la présence des femmes dans la politique roumaine

25La faible représentation politique des femmes est une caractéristique du système politique roumain postcommuniste nommé par les actrices politiques elles-mêmes ou par les chercheures « la terrible phallocratie roumaine » ou « l’asymétrie de genre de la démocratie roumaine » (Popescu, 2004 : 298).

26Le passage du système de représentation imposé, à savoir du pourcentage de 30 % de femmes imposé par le Parti communiste roumain avant 1989, au système libre après la révolution anticommuniste de décembre 1989 révèle et reflète la mentalité des Roumains concernant les rôles de genre, les relations de pouvoir et les perceptions acceptées de la féminité et de la masculinité. De plus, de 30 % de représentativité féminine à l’échelon central sous le régime communiste, on est arrivé à 3,9 % après la chute du régime communiste, à 11,5 % aux élections parlementaires de 2012 et à 19 % en 2016.

27La féminisation de la sphère politique de certains pays (de 30 à 40 % de femmes parlementaires dans les pays nordiques, le débat mondial sur la parité) ne peut faire oublier le constat du maintien des inégalités entre hommes et femmes à l’échelle internationale, la lenteur des progrès et même les reculs. 

La victoire de la démocratie en Europe centrale et orientale a eu pour conséquence un recul net de la présence des femmes dans les assemblées élues et un repli dans la sphère privée, souvent lié au chômage, une situation dont les femmes ne semblent pas se satisfaire. Le gain de liberté souhaité par les populations de l’ex-bloc soviétique se traduit dans certains domaines par un recul des droits des femmes et donc de l’exercice de leur citoyenneté (Gubin, 2004 : 280).

28Après 27 ans de régime démocratique basé sur la séparation des pouvoirs et l’égalité des citoyens, la politique en Roumanie est toujours une profession déclinée au masculin : les gouvernements sont quasi masculins, tous les partis parlementaires (à deux exceptions, le Parti national libéral et le Parti conservateur) ont eu des leaders hommes.

29L’héritage lourd du passé communiste pèse encore sur la volonté des actrices du changement social de se lancer dans l’activité politique (le « syndrome » Elena Ceausescu ou le personnage maléfique au féminin en Roumanie ainsi que l’émancipation forcée du régime communiste). Il s’agit d’une politique de l’invisible pratiquée par un grand nombre de femmes de tout bord (groupes communautaires, groupes de femmes, ONG, mouvements sociaux) qui représente aussi une forme non électorale de participation politique de celles-ci (Rovența-Frumușani et Ștefănel, 2010).

30Le postcommunisme roumain peut être divisé du point de vue de l’évolution du leadership politique féminin en trois périodes distinctes : i) l’invisibilité postcommuniste imposée ou auto-assumée ; ii) la préparation de l’entrée en Europe (l’adoption des réglementations européennes, y compris la promotion de l’égalité de genre) ; iii) la pénétration dans des bastions masculins (partis, gouvernement, Parlement). Dans la première décennie postcommuniste, les femmes sont peu présentes au Parlement, participent au sein des partis dans des « ghettos roses » (les organisations des femmes au sein du parti, résidus de la structure communiste) et sont plutôt actives à l’échelon administratif local. En fait, on a mis en évidence une corrélation stable : moins l’échelon est important, plus les femmes sont nombreuses (Paul Vass, 2011).

31Les idéologies des partis influencent la représentation des femmes dans la politique et, en conséquence, leur représentation au Parlement (Chiva, 2005). Si le Parti communiste roumain a promis aux femmes l’égalité politique, après 1989 la nouvelle doctrine néolibérale a fait descendre brutalement la représentation politique des femmes (une période de laissez-faire sans aucune « promesse » pour les femmes), qui semble s’améliorer plus récemment, comme résultat de l’intégration de la Roumanie dans les structures européennes (Dubrow, 2012 : 20).

32Même s’il y a eu des tentatives en ce sens, les quotas de genre ne sont pas obligatoires en Roumanie (à la différence d’autres pays de l’Europe de l’Est, par exemple la Pologne) et parfois les partis ne respectent pas non plus la loi électorale (au moins une femme et un homme). Ce n’est qu’avec la préparation de l’adhésion à l’Union européenne (réalisée en 2007) que s’accomplit top-down (de Bruxelles vers Bucarest) l’atténuation discrète de l’asymétrie de genre de la démocratie roumaine.

33Après 2014, des métamorphoses significatives se produisent : les femmes sont plus nombreuses au Parlement national et européen, deux femmes entrent dans la course électorale pour la présidence du pays et obtiennent des résultats supérieurs aux hommes, même si au deuxième tour la lutte continue entre deux hommes.

34Sur les sept campagnes pour l’élection présidentielle de Roumanie (1990, 1992, 1996, 2000, 2004, 2009, 2014) et sur un total de 73 candidats, on a enregistré avant 2014 une seule candidature féminine, celle de l’indépendante Gratiela-Elena Bîrlă (2000), avocate de profession, qui a obtenu 0,55 % des votes ; une deuxième fois (2004) la candidate avait annoncé un « nettoyage général » des femmes dans cette course électorale parce que la politicienne américaine Lia Roberts s’est retirée de la course électorale avant même le début de la campagne.

35En 2014, deux femmes se sont lancées dans la course électorale dans un paysage politique dominé par des affaires de corruption, par le cynisme et par le scepticisme. Les deux femmes se sont présentées comme différentes des candidats hommes. Monica Macovei (candidate indépendante) se présente comme championne de la lutte anticorruption et se place en opposition avec les hommes, tandis que son slogan a été « Meilleure qu’eux ». De son côté, Elena Udrea a joué stratégiquement sur l’identité de genre « Bonne pour la Roumanie », avec la double lecture du déterminant bonne. Les deux candidates jouissent d’une expérience en politique : Elena Udrea en tant qu’ex-ministre du Tourisme, ministre de l’Environnement et ministre du Développement régional ainsi qu’à titre de vice-présidente du Parti démocratique libéral (PDL), et Monica Macovei en tant qu’ex-ministre de la Justice.

Capture d’écran 1. Photos-emblèmes des deux candidates aux présidentielles roumaines de 2014 : Monica Macovei et Elena Udrea

Capture d’écran 1. Photos-emblèmes des deux candidates aux présidentielles roumaines de 2014 : Monica Macovei et Elena Udrea

36Par la communication de la différence et avec l’appui des nouveaux médias, les deux politiciennes ont occupé une meilleure position par rapport aux hommes (sauf les vainqueurs entrés au deuxième tour), mais cette victoire symbolique est restée sans conséquence immédiate dans le mental collectif des Roumains et des Roumaines.

37Ainsi, à l’issue des élections, ces femmes ont occupé la quatrième (Elena Udrea) et la cinquième position (Monica Macovei) dans le classement des candidats. Les deux candidates ont été très actives sur les réseaux sociaux et figurent parmi les personnalités politiques les plus suivies sur Facebook. En référence à la campagne très forte de Macovei sur les réseaux sociaux, certains commentateurs s’amusent à affirmer que si les élections avaient eu lieu sur Facebook, aujourd’hui celle-ci serait la présidente de la Roumanie.

38Pour ce qui est de l’exécutif postcommuniste, la quasi-invisibilité des femmes et leur positionnement traditionnel (ministères soft) se maintiennent. Toutefois, cette tendance semble s’améliorer. Dans le gouvernement actuel, il y a 8 femmes sur 27 membres. Sevil Shhaideh est vice-première ministre et ministre du Développement régional et de l’Administration publique. Elle a été proposée par le parti vainqueur aux élections (le Parti social-démocrate) pour la fonction de premier ministre, mais cette nomination a été refusée par le président de la Roumanie, Klaus Iohannis.

Tableau 2. Les gouvernements de la Roumanie postcommuniste selon le genre

Tableau 2. Les gouvernements de la Roumanie postcommuniste selon le genre

Source : Ștefănel (2013).

39C’est pour la première fois après 1989 qu’une femme est proposée pour cette fonction. Carmen Daniela Dan est la ministre de l’Intérieur, Lia OlguțaVasilescu est la ministre du Travail, de la Famille, de la Protection sociale et des personnes âgées, Mihaela Virginia Toader est la ministre des Fonds européens, Ana Birchall est la ministre déléguée pour les Affaires européennes, Andreea Păstârnac est la ministre des Roumains de l’étranger (pour la diaspora roumaine), Adriana Petcu est la ministre des Eaux et des Forêts et Grațiela-Leocadia Gavrilescu est la ministre déléguée pour la relation avec le Parlement.

40Les recherches précédentes (qui ont visé les chambres des députés roumaine et polonaise) attestent la stabilité des inégalités de genre dans la représentation parlementaire des femmes pendant plusieurs périodes législatives, le rapport entre les femmes candidates et les femmes parlementaires étant faible, tandis que le développement économique (l’entrepreneuriat féminin) peut accroître les chances des femmes de devenir des parlementaires (Dubrow, 2006 : 103-104). Pour Dubrow (2012), l’une des principales causes de la représentation politique très faible des femmes dans l’Europe de l’Est reste l’idée que les femmes ne sont pas adaptées à la politique.

41Pour cette raison, l’accès des femmes roumaines à la politique après 1989 a connu une trajectoire sinueuse. Pendant 20 ans, les femmes ne dépassent pas 10 % des membres du Parlement, ne participent que de façon périphérique à la vie des partis, sous le chapeau des « organisations des femmes », etc. Si pour Monica Pavel (2015) l’activité de ces femmes dans le Parlement reflète leur présence, le constat de Ionela Bălută (2010) par rapport au législatif de la même période est plus tranchant parce qu’elle définit le législatif roumain comme un Parlement de « genre masculin ». Toutefois, à la suite des dernières élections du 11 décembre 2016, on trouve dans la composition de l’actuel Parlement la meilleure représentation des femmes de toute la période postcommuniste.

La méthodologie et le corpus

42Dans cette recherche qui fait partie d’un projet plus vaste commencé en 2014 avec les élections présidentielles, nous avons choisi d’étudier les dernières campagnes électorales roumaines (locales et parlementaires), organisées en 2016, à travers les pages publiques Facebook de 11 candidates, dont une (Cristina Pocora) participe aux deux campagnes. Certaines de ces candidates possèdent aussi des pages Facebook personnelles, mais nous avons préféré les pages officielles parce qu’elles sont utilisées intensément comme des instruments de campagne avec l’objectif principal de construire leur image publique.

43Si l’analyse des discours politiques des acteurs et des actrices politiques et de leurs représentations médiatiques a fait l’objet de nombreuses recherches, les recherches portant sur la représentation visuelle sont beaucoup moins fréquentes (Bard, op. cit. ; Săvulescu et Viţelar, 2012 ; Cmeciu, 2014 ; Cmeciu et Pătruț, 2014 ; Rovența-Frumușani, 2015). Afin de pallier ce manque, nous nous proposons de voir comment les femmes politiques roumaines choisissent de se mettre en visiäilité par rapport aux modèles féminins et masculins préexistants (adoptés ou sabotés). Les dimensions de l’analyse sémiovisuelle viseront i) le niveau dominant de la mise en visibilité (public ou personnel) ainsi que ii) l’accent mis sur la personnalité de la candidate ou sur les autres (acteurs politiques, membres de la famille ou citoyens ordinaires). La mise en visibilité sépare l’espace public de l’espace privé et pour ce qui est de l’espace public les institutions publiques (bureaux parlementaires, mairies, sièges de parti) des rues, des jardins. De plus, en ce qui concerne le choix de mise en visibilité, on distingue la persona seule de l’actrice politique dans des groupes de collègues, des foules ou avec les membres de la famille.

44Dans le cas des élections locales, nous avons étudié, pendant toute la période de campagne (du 6 mai au 4 juin 2016) et la journée des élections (5 juin 2016), toutes les images publiées sur les pages officielles Facebook par trois candidates lancées dans la course électorale pour la capitale de Roumanie. Dans ce contexte, le choix de Bucarest a été stratégique, vu la pénétration remarquable d’Internet en général et de Facebook en particulier. Ainsi avons-nous retenu dans la campagne pour les élections locales les représentantes auxquelles les sondages internes de parti ainsi que les médias donnaient le plus de chances de réussite, tandis que les résultats ont confirmé ces expectatives.

45Gabriela Firea, soutenue par le plus grand parti politique roumain, le Parti social-démocrate (PSD), est la seule femme qui a déposé sa candidature pour la mairie générale de la capitale et qui a remporté une grande victoire pour devenir la première femme maire de Bucarest. Clotilde Armand, une Française établie en Roumanie, soutenue par un très jeune parti politique roumain, l’Union Sauvez Bucarest (USR), a déposé sa candidature pour le premier arrondissement de la capitale et a obtenu le meilleur résultat après Firea, étant connue dans les médias roumains et étrangers comme « le maire d’une nuit » (www.lemonde.fr). La troisième candidate, Cristina Pocora, a été choisie moins pour ses résultats que pour représenter le troisième grand parti engagé dans ces élections, le Parti national libéral (PNL). Elle a déposé sa candidature pour la mairie du troisième arrondissement de la capitale. Dans cette période de quatre semaines et trois jours, nous avons collecté 665 images (Gabriela Firea, n = 494 ; Cristina Pocora, n = 113 ; Clotilde Armand, n = 58).

46Dans le cas des élections parlementaires, nous avons choisi d’étudier plusieurs candidates des différents partis politiques parlementaires, ce qui nous a menées à raccourcir la période d’étude. Plus précisément, nous avons choisi neuf candidates, qui représentent cinq partis sur les six partis politiques parlementaires, dont nous avons étudié les images publiées pendant la semaine précédant les élections (du 5 au 10 décembre 2016) et la journée des élections (11 décembre 2016).

47Les six partis qui ont dépassé le seuil électoral et qui sont entrés au Parlement sont les suivants : le PSD (le Parti social-démocrate) est le grand gagnant des élections avec plus de 45 % de mandats dans les deux chambres du Parlement. Dans notre analyse, ce parti est représenté par trois candidates : Lia-Olguța Vasilescu, candidate pour la Chambre des députés dans le département de Vaslui, Carmen Daniela Dan, candidate pour le Sénat dans le département de Teleorman, et Rovana Plumb, candidate pour la Chambre des députés dans le département de Dâmbovița. Toutes ces femmes occupent la première position sur les listes du parti. Lia-Olguța Vasilescu et Carmen Daniela Dan sont aujourd’hui des ministres. L’Alliance des démocrates et des libéraux de la Roumanie (ALDE) est le « partenaire » de gouvernement du PSD. Ce parti a obtenu un résultat plus modeste aux élections parlementaires et pour cette raison il est représenté dans notre étude par une seule femme, Gratiela Gavrilescu, la candidate pour la Chambre des députés dans le département de Prahova. Elle occupe aujourd’hui la fonction de ministre pour les relations avec le Parlement.

48Le Parti national libéral (PNL) est le principal parti d’opposition et le meilleur classé à la suite des élections parlementaires (environ 20 % des mandats dans les deux chambres du Parlement) après le PSD. Dans la présente recherche, ce parti est représenté lui aussi par trois candidates : Alina-Ștefania Gorghiu, candidate pour le Sénat dans le département de Timiș, Raluca Turcan, candidate pour la Chambre des députés dans le département de Sibiu, et Cristina-Ancuța Pocora, candidate pour le Sénat dans le département de Ialomița. Les deux premières ont occupé la fonction de présidente du parti et toutes ces candidates ont été placées en première position sur les listes du parti dans les départements où elles ont déposé leur candidature.

49L’Union Sauvez la Roumanie (USR) est le plus jeune parti parlementaire qui a participé pour la première fois aux élections parlementaires. Ce parti a obtenu le troisième résultat et il est représenté dans notre étude par une seule femme, Florina Presada, candidate pour le Sénat dans la capitale. Cette femme n’occupe pas la première position sur la liste du parti (on la trouve en troisième position), mais elle est la première femme sur la liste du parti pour le Sénat.

50Le Parti le Mouvement populaire (PMP) est le parti de l’ex-président de la Roumanie, Traian Băsescu, qui a obtenu un score plutôt modeste aux élections parlementaires. Le PMP a envoyé au Parlement seulement deux femmes. Dans notre étude, le parti est représenté par Nicoleta-Cătălina Bozianu, candidate pour la Chambre des députés dans le département de Prahova. Ces deux femmes ont occupé la première position sur les listes de leur parti.

51Le sixième parti parlementaire, l’Union démocrate des Magyars de la Roumanie (UDMR), est le principal parti des minorités en Roumanie avec beaucoup de femmes sur ses listes, mais des personnalités inconnues pour la plupart des Roumains. Ces femmes rédigent leurs textes en hongrois et pour cette raison nous avons pris la décision de ne pas les inclure dans notre étude.

  • 3 Dont cinq candidates pour la Chambre des députés : Vasilescu Lia-Olguța du PSD (N = 100) ; Raluca T (...)

52Les critères de sélection ont été la notoriété des candidates, la place occupée sur la liste (les femmes qui ont occupé la première ou l’une des premières positions) ainsi que le succès remporté aux élections. Dans les sept jours analysés, nous avons obtenu un total de 814 images publiées par les 9 candidates3.

Les femmes dans le paysage politique roumain actuel

La course pour la capitale. Le cas des élections locales de juin 2016

53La course pour la mairie de Bucarest (du 5 mai au 4 juin 2016) a été la compétition électorale la plus médiatisée et commentée ayant aussi comme résultat de propulser une femme au siège de maire.

54Au total, 56 personnes se sont inscrites dans la course pour le fauteuil de maire de la capitale et des 6 arrondissements de Bucarest aux élections du 5 juin 2016 (agerpres.ro), dont 10 femmes représentant 17 %. Les politiciennes de la capitale ont le plus grand nombre de fans (ou followers).

Tableau 3. Les candidats et candidates aux dernières élections locales dans la capitale

Tableau 3. Les candidats et candidates aux dernières élections locales dans la capitale

55Même si une seule femme, Gabriela Firea (43 ans), a gagné les élections locales de Bucarest avec 41 % des votes, bien avant le premier homme classé, c’est une énorme victoire, étant donné que pour la première fois une femme gagne le fauteuil de maire de Bucarest. Il s’agit d’une femme challenger, sans expérience dans l’administration. Toutefois, elle a l’avantage du soutien du parti le plus important dans le paysage politique roumain (le PSD) et d’une expérience de 20 ans dans le journalisme, auxquels s’ajoute un mandat de parlementaire. Elle est membre du PSD depuis 2012 et a occupé la fonction de porte-parole du parti, mais aussi une position de leadership à l’échelon central du PSD en tant que vice-présidente.

56La deuxième candidate visée par cette recherche a occupé une bonne position dans les scores électoraux, bien avant des compétiteurs hommes. Il s’agit de Clotilde Armand (42 ans), la vice-présidente de l’Union Sauvez Bucarest (USB), une formation très récente sur la scène politique, fondée le 1er juillet 2015 par Nicușor Dan, pour fusionner en août 2016 avec d’autres formations politiques et devenir l’USR (l’Union Sauvez la Roumanie). Cette candidate est une gestionnaire accomplie qui a manifesté sa volonté de quitter sa fonction de directrice générale d’un groupe de compagnies pour se lancer en politique.

57Une autre candidate a attiré notre attention, soit Cristina Pocora (37 ans), membre du PNL (Parti national libéral) depuis 2001. Elle a eu une ascension politique assez difficile au sein du parti, ayant occupé des positions de leadership seulement à l’échelon local en tant que présidente du PNL Ialomița et ayant été seulement porte-parole du parti sans réussir à obtenir la fonction de vice-présidente.

58Dans un contexte de liquéfaction des frontières et d’amalgame des rôles, des identités et des espaces, nous essayons de voir comment la vie publique est privatisée et la vie privée publicisée à partir des médias sociaux. Si aux siècles passés on prônait la discrétion sur l’intimité, aujourd’hui l’invisible signifie l’insignifiant et par conséquent l’inexistant. Or, l’exigence de visibilité exponentiellement développée avec les nouvelles technologies exige de l’individu une production continue de soi. La visibilité répond à une exigence (imaginaire aussi bien que réelle) de légitimité et de reconnaissance, d’expression et de connexion. Dans ce contexte, nous nous proposons de voir comment l’éthos visuel de ces trois candidates articule vie privée et vie publique, mais aussi la manière dont l’individuel est lié au collectif (communauté, groupe, parti).

Les résultats de l’analyse visuelle sur Facebook

59Le Facebook public de Gabriela Firea a fourni un nombre total de 494 photographies, plus que le double par rapport à un mois « normal » sur le Facebook d’un acteur politique. Nous avons remarqué que le nombre de photos et de publications s’accroît si la personnalité jouit d’une plus grande notoriété et d’une bonne visibilité.

60Parmi les photos, la plupart (47,1 %) sont des photos de groupe (dont 7,4 % représentent des äins de foule), 25,1 % des photos professionnelles collectives (rencontres politiques, syndicales, avec les ONG et les citoyens, visites d’hôpitaux), 11,7 % des photos individuelles (autopromotion, photo-emblème, photo-programme et photo-argument) et seulement 4 % des photos de famille ou des photos représentant des cérémonies de la vie privée (noces, baptêmes).

Capture d’écran 2. Gabriela Firea, bain de foule

Capture d’écran 2. Gabriela Firea, bain de foule

61Si le contenu du programme ainsi que la mise en scène de la corporalité ne rejettent pas les valeurs réputées féminines (y compris une typologie genrée des couleurs et du dress code), la schématisation de la persona est masculine (profil professionnel public dominant, légitimité assurée par des homologues ou supérieurs masculins à une seule exception, Gabriela Firea qui soutient un collègue de parti durant la campagne électorale).

Capture d’écran 3. Gabriela Firea, photo-emblème

Capture d’écran 3. Gabriela Firea, photo-emblème

62Les photos-emblèmes sont les représentations itératives utilisées conjointement pour les affiches outdoors et les profils, les photos-programme ajoutent au portrait de la candidate le texte de son programme, les autopromotions appellent les électeurs à suivre des débats télévisés des candidates, alors que les photos-arguments ajoutent d’autres personnalités censées légitimer la candidate (sorte de magister dixit iconique). Les photos individuelles ne sont jamais narcissiques, mais ajoutent à la photo-profil soit le slogan « Résultats pour les Bucarestois », soit le programme électoral, soit l’indication des futurs débats (autopromotion).

Capture d’écran 4. Gabriela Firea, photo de la vie privée

Capture d’écran 4. Gabriela Firea, photo de la vie privée

63La famille est peu présente même si les valeurs familiales et religieuses ont été mises en avant durant la campagne. La future mairesse mise sur le dialogue avec les collègues et les électeurs et sur une campagne à forte dimension interpellatrice : « Quelles propositions avez-vous pour Bucarest ? » (ce qui nous fait penser au cahier des désirs de Ségolène Royal), ainsi que sur les arguments chiffrés (solutions, pragmatisme, efficacité).

64Les autres photos (37 %) représentent des monuments de la ville, surtout des églises, des icônes, des photos du programme (setting sans acteurs).

Tableau 4. Les catégories d’images de l’éthos iconique des femmes politiques roumaines aux élections locales

Tableau 4. Les catégories d’images de l’éthos iconique des femmes politiques roumaines aux élections locales

65Il est significatif de remarquer que les photos individuelles sont plus nombreuses pour les femmes plus jeunes challengers (ou moins connues) et appartenant au Parti libéral et à l’idéologie libérale (Clotilde Armand et Cristina Pocora), censées cibler un public jeune éduqué, alors que pour Gabriela Firea la mise en visibilité de sa personnalité est atténuée vu le soutien du parti majoritaire social-démocrate, sa notoriété et l’accent mis sur les valeurs fondamentales de la campagne : famille, esprit communautaire, responsabilité et religion.

66Les photos prototypes (emblème de la persona) de Cristina Pocora insèrent aussi le slogan de la candidate axé sur des valeurs féminines telles que la famille et le soin (care). Ces valeurs sont doublement représentées : iconiquement (présence d’enfants et de vieilles personnes) et textuellement (« Une meilleure vie pour chaque famille » ; « Mieux dans ta maison mieux dans ton quartier » ; « Une politique du bien pour chaque habitant du troisième arrondissement »).

67Dans le cas de Cristina Pocora, les photos individuelles sont plus fréquentes, surtout les photos-emblèmes, les photos avec des idées-forces du programme (11,5 %) et les photos-arguments (8,8 %), auxquelles s’ajoutent les photos professionnelles de groupe (12,3 %).

Capture d’écran 5. Cristina Pocora, photo + programme

Capture d’écran 5. Cristina Pocora, photo + programme

Capture d’écran 6. Cristina Pocora, photo professionnelle

Capture d’écran 6. Cristina Pocora, photo professionnelle

Capture d’écran 7. Cristina Pocora, photo d’autopromotion

Capture d’écran 7. Cristina Pocora, photo d’autopromotion

68Les photos avec le programme (17,2 %) et les photos professionnelles de groupe (12,3 %) sont encore plus fréquentes dans le cas de Clotilde Armand.

69Les photos des jeunes candidates sont plus complexes, vu qu’elles ajoutent à la dimension légitimante du groupe une connotation ludique popular culture (les superhéros) chez Clotilde Armand. Dans la catégorie des photos de groupe, les photos professionnelles (multiples rencontres, festivités, débats) sont plus fréquentes que celles qui représentent des bains de foule.

Capture d’écran 8. Clotilde Armand, photo de groupe (l’équipe USB)

Capture d’écran 8. Clotilde Armand, photo de groupe (l’équipe USB)

70Même dans les photos individuelles où c’est la politicienne qui compte, son statut est légitimé par le programme, le slogan ou des fragments argumentatifs du type magister dixit.

Capture d’écran 9. Clotilde Armand, photo-emblème + slogan

Capture d’écran 9. Clotilde Armand, photo-emblème + slogan

71Pour la même raison, Clotilde Armand publie l’article du Monde qui lui est consacré. Les candidates misent aussi sur l’autopromotion et en ce sens elles annoncent sur Facebook leur présence dans des débats télévisés.

Capture d’écran 10. Clotilde Armand, photo-argument

Capture d’écran 10. Clotilde Armand, photo-argument

72En ce qui concerne les photos de groupe, la valeur différenciatrice des candidates est soutenue par la présence de politiciens mieux connus, par la permanence de l’équipe ainsi que par la représentation majoritaire des femmes dans les bains de foule, réunions, débats, visites. Si en général les hommes présentent leurs propres événements où ils sont toujours les héros, la campagne féminine parle de superhéros, car le nouveau héros collectif, c’est l’équipe.

73Enfin, la présence du côté non professionnel de l’existence est atténuée (vie privée : 4 % chez Gabriela Firea, 5 % chez Cristina Pocora et invisibilité chez Clotilde Armand). Si l’absence de la sphère privée a été considérée comme une exploitation non adéquate des réseaux sociaux (Săvulescu et Viţelar, op. cit.), nous estimons par contre qu’il s’agit de l’adoption du modèle politique mâle, exclusivement cantonné dans l’espace public pour accroître la légitimité des femmes dans cet espace. Certaines recherches (Cmeciu et Pătruț, op. cit. : 184) ont mis en évidence le fait qu’au-delà des stéréotypes de genre, ce sont les orientations idéologiques qui comptent ; les jeunes candidates des partis d’orientation libérale publient plus de photos individuelles (50 % chez Clotilde Armand et 34,5 % chez Cristina Pocora), alors que la candidate du PSD mise sur la présence des citoyens (47,1 % chez Gabriela Firea) en tant que représentants de toutes les catégories sociodémographiques.

Graphique 1. Les élections locales : les photos individuelles et les photos de groupe

Graphique 1. Les élections locales : les photos individuelles et les photos de groupe

Un saut dans la représentation des femmes roumaines. Le cas des élections parlementaires de décembre 2016

74Malgré la représentation précaire des femmes au Parlement roumain qui caractérise la période postcommuniste et qui continue après l’intégration à l’Union européenne, les dernières élections parlementaires qui se sont déroulées le 11 décembre 2016 attestent une amélioration de cette situation qui avait maintenu la Roumanie à l’avant-dernière position (avant la Hongrie) parmi les pays de l’Union européenne (selon les données du rapport de la Coalition pour l’égalité de genre). Toutefois, cette évolution ne doit pas être expliquée par la bonne volonté des partis politiques roumains de restreindre le gender gap parce que le système de vote a aussi eu une influence sur la sélection des femmes dans les élections (Tremblay, 2008). Autrement dit, le système de vote le plus favorable pour les femmes est celui sur les listes.

Tableau 5. La représentation des femmes au Parlement roumain pendant la période postcommuniste

Tableau 5. La représentation des femmes au Parlement roumain pendant la période postcommuniste

Source : Les données des dernières élections parlementaires roumaines s’ajoutent à celle de Ștefănel (2013).

75Selon les données fournies par la Coalition pour l’égalité de genre, plus de 170 des femmes, dont 27 % pour la Chambre des députés et 29 % pour le Sénat, ont été sur les listes avec les candidats proposés par les partis, mais beaucoup de ces femmes sont en position non éligible, tandis que d’autres (moins nombreuses) ont occupé les premières positions. Dans l’actuel Parlement, il y a 89 femmes qui représentent approximativement 19 % du total des parlementaires. C’est la meilleure représentation des femmes de toute la période postcommuniste qui se reflète dans la composition de l’actuel Parlement ainsi que dans la composition du gouvernement.

76À la suite des dernières élections, six partis ont dépassé le seuil électoral pour devenir des partis parlementaires et partager les 464 fonctions réparties dans les deux chambres du Parlement.

77Dans la Chambre des députés, le PSD a envoyé 42 femmes, le PNL 11, l’USR 5, l’UDMR et les minorités ont envoyé 4 femmes chacune, tandis que l’ALDE et le PMP sont représentés dans la chambre inférieure du Parlement par une seule femme. Ainsi, sur un total de 328 députés, seulement 68 sont des femmes ; le taux de représentation des femmes à la Chambre des députés est donc de 20,7 %. En ce qui concerne le Sénat, le PSD a envoyé 12 femmes, le PNL 5, l’USR 3, le PMP une seule femme, tandis que l’ALDE et l’UDMR ne sont pas représentées dans la chambre supérieure du Parlement par aucune femme. Sur un total de 136 sénateurs, seulement 21 sont des femmes ; le taux de représentation des femmes au Sénat est donc de seulement 15,4 %.

Les résultats de l’analyse visuelle sur Facebook

78L’évolution du Web 1.0 vers le Web 2.0 signifie le passage d’un média de publication à une plateforme de réseautage, qui noue expression et connexion sous le signe de la multimédialité (transmission, dissémination et interprétation des sons, images, textes déterminant la mobilisation susceptible de pallier le déficit démocratique des sociétés actuelles — Ross, Fountaine et Comrie, op. cit. : 2).

79La question de recherche portant sur la construction de l’identité des actrices politiques sur Facebook peut trouver des réponses à partir de l’analyse des signes iconiques publiés sur les pages publiques Facebook des neuf candidates aux dernières élections parlementaires roumaines. Pour cela, notre recherche s’est intéressée de manière générale à l’univers visuel dans lequel se positionnent les candidates et aux personnes qui y sont associées (collègues, gens de la rue, famille).

Le Parti national libéral

80Le Parti national libéral (PNL), le principal parti d’opposition et le deuxième classé à l’issue des élections parlementaires de décembre 2016, est représenté dans le contexte de cette recherche par trois candidates.

81La première candidate est Alina Gorghiu (38 ans), membre du parti depuis 2002 et porte-parole pendant la campagne présidentielle de 2014. Soutenue par le nouveau président de la Roumanie, Klaus Iohannis, elle a occupé la fonction de présidente du PNL dans la période de décembre 2014 à décembre 2016. Elle a démissionné après les faibles résultats obtenus par le parti lors des dernières élections.

Capture d’écran 11. Alina Gorghiu, photo-emblème

Capture d’écran 11. Alina Gorghiu, photo-emblème

82La deuxième candidate est Raluca Turcan (40 ans), économiste et vice-présidente du parti, devenue la présidente par intérim du PNL, fonction qu’elle occupe après la démission d’Alina Gorghiu, grâce au meilleur score obtenu par son parti dans le département de Sibiu, le département où elle a déposé sa candidature.

Capture d’écran 12. Raluca Turcan, photo-emblème

Capture d’écran 12. Raluca Turcan, photo-emblème

83La troisième candidate est Cristina Pocora (37 ans), qui a participé également aux élections locales (pour le troisième arrondissement de Bucarest).

Capture d’écran 13. Cristina Pocora, photo-emblème

Capture d’écran 13. Cristina Pocora, photo-emblème

84Les candidates libérales font appel, toutes les trois, à la fonction phatique et intégrative, autrement dit au contact prioritaire avec les électeurs et à la mise en évidence de l’équipe (photos de groupe : 48 % Pocora, 75 % Turcan et 54,5 % Gorghiu).

Graphique 2. Les candidates du PNL aux élections parlementaires : les photos individuelles et les photos de groupe

Graphique 2. Les candidates du PNL aux élections parlementaires : les photos individuelles et les photos de groupe

85La vie familiale n’est pas présente pour deux candidates, alors que pour la troisième, la place occupée par ces photos est marginale (7 %)

Tableau 6. Les élections parlementaires : les catégories d’images de l’éthos iconique des femmes politiques roumaines du Parti national libéral (PNL)

Tableau 6. Les élections parlementaires : les catégories d’images de l’éthos iconique des femmes politiques roumaines du Parti national libéral (PNL)

86Les candidates accroissent leur visibilité et leur légitimité par l’autopromotion des émissions de débats télévisées, par la réitération du programme et par la performativité anticipée du vote de succès. De plus, Gorghiu et Turcan lancent une campagne négative censée attaquer le principal parti concurrent, le PSD (acteur « pénal » auquel on oppose le vote « moral » pour le PNL). Par rapport aux autres recherches (Ross et al. 2015) qui ont mis en évidence la domination des photos individuelles des acteurs hommes, on remarque ici le fait que les femmes accentuent la valeur cohésive du groupe.

Capture d’écran 14. Raluca Turcan, photo de groupe avec les collègues du parti

Capture d’écran 14. Raluca Turcan, photo de groupe avec les collègues du parti

87Certaines images sont intégrables dans plusieurs catégories ; par exemple les dyades mixtes que nous avons voulu comparer aux dyades féminines sont aussi des dyades professionnelles ou des photos-arguments qui visent à fournir une argumentation du type magister dixit (le politicien homme qui présente, soutient sa collègue), alors que les dyades féminines représentent le dialogue entre la future députée ou maire et l’électrice.

Capture d’écran 15. Alina Gorghiu, photo alibi

Capture d’écran 15. Alina Gorghiu, photo alibi

88On a introduit également une catégorie particulière, la dyade, afin de montrer qu’entre la photo-portrait (de l’actrice solitaire) et les bains de foule, il y a la posture conversationnelle entre les actants politiques et entre les actrices politiques et les électeurs et électrices.

Capture d’écran 16. Cristina Pocora, dyade féminine

Capture d’écran 16. Cristina Pocora, dyade féminine

Le Parti social-démocrate

89Le Parti social-démocrate est le grand vainqueur de ces élections et dans cette recherche, il est représenté toujours par trois candidates.

90La première candidate est Lia-Olguța Vasilescu (42 ans), la mairesse de Craiova, une grande ville du sud-ouest de la Roumanie. Elle est active dans la politique depuis ses 17 ans (membre fondateur du Parti la Grande Roumanie et membre du PSD depuis 2007). Elle a travaillé comme journaliste et elle est ceinture noire de karaté.

Capture d’écran 17. Lia-Olguța Vasilescu, photo de groupe avec l’équipe de la campagne électorale

Capture d’écran 17. Lia-Olguța Vasilescu, photo de groupe avec l’équipe de la campagne électorale

91La deuxième candidate est Carmen Daniela Dan (46 ans), secrétaire d’école générale, puis conseillère juridique et directrice exécutive du Conseil départemental de Teleorman, pour devenir la première femme préfet du département. Elle est une fidèle du président du PSD, Liviu Dragnea, qui l’a accompagnée dans son ascension politique. Aujourd’hui, elle est ministre de l’Intérieur.

Capture d’écran 18. Dan Carmen Daniela, photo de groupe avec l’équipe de la campagne électorale et des électeurs

Capture d’écran 18. Dan Carmen Daniela, photo de groupe avec l’équipe de la campagne électorale et des électeurs

92La troisième candidate est Rovana Plumb (56 ans), une femme politique qui a parcouru toutes les étapes au fil de sa carrière de plus de 21 ans : du statut de simple membre de parti à celui de présidente intérimaire du PSD (www.agerpres.ro) ; elle a représenté la Roumanie au Parlement européen et a été ministre de l’Environnement et des Changements climatiques dans le gouvernement Ponta.

Capture d’écran 19. Plumb Rovana, photo de groupe au vote

Capture d’écran 19. Plumb Rovana, photo de groupe au vote

93Les candidates démocrates accentuent elles aussi le contact avec les électeurs et électrices en premier lieu (nombreuses réunions, débats, rencontres) et l’équipe, laissant totalement de côté les photos privées pour privilégier les photos de groupe (88 % dans le cas d’Olguța Vasilescu et 70 % dans le cas de Carmen Daniela Dan). Vu le moment de l’année (à la veille de Noël et durant la fête orthodoxe de saint Nicolas), toutes les candidates ont publié des icônes de saint Nicolas ou des objets symboliques (icônes).

Graphique 3. Les candidates du Parti social-démocrate aux élections parlementaires : les photos individuelles et les photos de groupe

Graphique 3. Les candidates du Parti social-démocrate aux élections parlementaires : les photos individuelles et les photos de groupe

94La présence des photos individuelles est plus réduite par rapport aux candidates libérales.

Tableau 7. Les catégories d’images de l’éthos iconique des femmes politiques roumaines du Parti social-démocrate aux élections parlementaires

Tableau 7. Les catégories d’images de l’éthos iconique des femmes politiques roumaines du Parti social-démocrate aux élections parlementaires

95La spécificité du programme résulte des graphiques et des slogans et moins de la publicisation massive de l’actrice politique (photos et vidéos), en dépit des tendances actuelles de personnalisation du politique.

Les autres partis électoraux

96Les autres partis électoraux, l’USR, le PMP et l’ALDE, sont représentés dans cette recherche par une seule candidate chacun.

Tableau 8. Les catégories d’images de l’éthos iconique des femmes politiques roumaines de l’Alliance des démocrates et des libéraux de la Roumanie (ALDE), de l’Union Sauvez la Roumanie (USR) et du Parti le Mouvement populaire (PMP) aux élections parlementaires

Tableau 8. Les catégories d’images de l’éthos iconique des femmes politiques roumaines de l’Alliance des démocrates et des libéraux de la Roumanie (ALDE), de l’Union Sauvez la Roumanie (USR) et du Parti le Mouvement populaire (PMP) aux élections parlementaires

97La candidate de l’USR Florina Presada (38 ans) a travaillé plusieurs années dans l’organisation non gouvernementale CeRe ayant pour objectif de familiariser les citoyens avec la communication efficace auprès des autorités. Elle se lance pour la première fois dans une campagne parlementaire.

Capture d’écran 20. Presada Florina, photo-emblème

Capture d’écran 20. Presada Florina, photo-emblème

98La candidate d’ALDE est Gratiela Gavrilescu (50 ans), une ancienne membre de PNL qui occupe la fonction de vice-présidente de la nouvelle formation libérale, l’ALDE. Ex-ministre de l’Environnement, elle exerce un quatrième mandat au Parlement et elle est aujourd’hui ministre pour la relation avec le Parlement.

Capture d’écran 21. Gratiela Gavrilescu, photo-emblème

Capture d’écran 21. Gratiela Gavrilescu, photo-emblème

99La dernière candidate prise en compte pour cette étude est Nicoleta Bozianu (44 ans), la candidate du PMP. Avant ces élections parlementaires où elle a gagné le fauteuil de députée, elle a été maire adjointe et conseillère locale ; elle avait essayé auparavant d’obtenir un siège à la Chambre des députés, mais sans succès.

Capture d’écran 22. Nicoleta Bozianu, photo alibi

Capture d’écran 22. Nicoleta Bozianu, photo alibi

100Les variables telles que l’âge et la notoriété n’influencent pas nécessairement les stratégies électorales sur Facebook. La partition jeune / moins jeune ne prédétermine pas dans tous les cas l’utilisation ou la non-utilisation du réseau Facebook. Tout comme l’ex-ministre du Travail Rovana Plumb (plus de 45 ans), la nouvelle entrante en politique, la jeune Raluca Presada, n’utilise pas non plus la double ouverture de Facebook : informationnelle et relationnelle. Par contre, on remarque dans le cas de Grațiela Gavrilescu (plus de 45 ans) l’adoption du réseau Facebook. La jeune Florina Presada, représentante de la jeune formation politique l’Union Sauvez la Roumanie (slogan : « Enfin tu as avec qui » sous-entendu voter), actualise la nouvelle catégorie d’acteurs politiques : jeunes femmes susceptibles de faire la politique autrement.

101À l’exception de nouvelles entrantes en politique ne disposant ni de ressources ni de l’appui d’un parti important, la plupart des candidates aux parlementaires ont convoqué tous les médias classiques et nouveaux durant la campagne, en s’appuyant sur le soutien des collègues (Gratiela Gavrilescu accompagnée dans bon nombre de rencontres électorales par l’ex-ministre des Affaires étrangères), sur l’interaction directe avec les électeurs et électrices pendant les nombreuses rencontres ainsi que sur la médiatisation. Il est tout à fait surprenant que des challengers jeunes n’aient pas utilisé le potentiel significatif des réseaux sociaux ; par contre, l’appui des collègues et surtout de l’ex-président du pays (Nicoleta Bozianu, PMP) fonctionne comme garant de légitimité de cette unique femme alibi.

Graphique 4. La candidate de l’Alliance des démocrates et des libéraux de la Roumanie (ALDE), de l’Union Sauvez la Roumanie (USR) et du Parti le Mouvement populaire (PMP) aux élections parlementaires : les photos individuelles et les photos de groupe

Graphique 4. La candidate de l’Alliance des démocrates et des libéraux de la Roumanie (ALDE), de l’Union Sauvez la Roumanie (USR) et du Parti le Mouvement populaire (PMP) aux élections parlementaires : les photos individuelles et les photos de groupe

102Ces femmes misent exclusivement sur le côté professionnel et politique de leur carrière pendant les campagnes électorales (événements extraordinaires), mais aussi dans les moments ordinaires de leur vie publique (Rovenţa-Frumuşani, op. cit.). Alors que les hommes n’évitent pas de sortir du « cône d’ombre » des éléments de la vie privée (amis, enfants, voisins, animaux de compagnie), les femmes politiciennes préfèrent mettre entièrement entre parenthèses le côté privé.

103Dominante chez Erving Goffman, la présentation de soi trouve de nouvelles formes de manifestation à la suite des métamorphoses numériques. Vu l’universalisation des réseaux sociaux, elle est devenue « publication massive de soi » (Boullier, 2016) susceptible d’assurer la notoriété dans la sphère publique ainsi que dans celle « privée publique ».

104L’identité numérique, en particulier celle des politiciens et politiciennes, se traduit quantitativement par le nombre de like, share, posts, effet d’une « identité calculée » pour reprendre la terminologie de Fanny Georges (2009), et qualitativement par le choix des signes iconiques et textuels à même de configurer cet énorme dispositif panégyrique qu’est Facebook.

105Christine Guionnet (2002), dans un article consacré aux nouvelles entrantes en politique, résume le principe du renversement de la domination hégémonique et conclut que chaque fois qu’un groupe veut faire de la politique autrement (les ouvriers, les verts), il est obligé de revenir à des formes classiques. Dans le même esprit, les résultats de l’analyse des images publiées par les politiciennes durant les campagnes électorales sur leurs pages Facebook montrent le choix net pour le modèle masculin (de la domination, sinon de l’exclusivité du professionnel), cette exclusivité du professionnel étant perçue comme l’unique positionnement légitime dans les événements extraordinaires, de campagne électorale ainsi que dans la vie politique quotidienne sur Facebook (Săvulescu et Vițelar, op. cit. ; Rovența-Frumușani, op. cit.).

Des considérations finales

  • 4 Rester trop soumises aux normes de genre accentue l’illégitimité des femmes en tant que leaders, ta (...)

106Dans leur position inconfortable, de double bind4, les femmes imaginent des identités provisoires, floues, en permanente reconfiguration imposée par les contraintes, les changements du contexte. Les cadres médiatiques et les institutions peuvent être compris par rapport au contexte large dans lequel les hiérarchies de genre se construisent et se perpétuent (Norris, 1997). Si la médiatisation de la politique est genrée (Raicheva-Stover et Ibroscheva, 2014) et que les médias présentent les femmes actrices politiques comme prisonnières de leur corporalité, les constructions identitaires sur les réseaux sociaux peuvent être performées de manière stratégique par ces actrices et leurs équipes.

107Or, les recherches des dernières années mettent en évidence le fait que l’on assiste à l’intégration des qualités réputées féminines (dialogue, valorisation de la vie privée) dans les campagnes des présidentiables (Achin et Bargel, 2013). De même, un mixage significatif apparaît, à savoir la préservation de l’hexis masculine (sobriété et code vestimentaire quasi militaire), avec un accent sur la dimension vie privée, ainsi qu’une mise en scène corporelle féminisée et l’absence de la vie privée (Bard, op. cit.). Dans ce nouveau contexte où « l’hyper-féminité » qui semble progresser en politique n’est plus contradictoire avec l’exercice du pouvoir (ibid.), les actrices politiques roumaines conjuguent l’absence de la dimension iconique vie privée (réputée masculine, mais en train de changer pour les hommes) avec une mise en scène corporelle féminisée — éthos corporel féminisé.

108Toutes les candidates, quel que soit le type de campagne, préfèrent mettre l’accent sur la vie professionnelle en campagne, avec le moins de « privatisation » possible. À la place des membres de la famille, elles préfèrent les paysages, les images des contre-candidats et les objets symboliques (religieux : icônes ou personnages mythiques tel le père Noël). La mise en scène des images et des messages sur Facebook réitère la mise en texte des blogues. « Cet ordre montre la hiérarchisation implicite des rôles que la locutrice assume dans l’espace politique et l’intention d’imposer au public récepteur une image de soi objective, professionnelle, sérieuse » (Sirghi, 2011 : 100).

109L’identité de genre construite « dans et par les médias » (Ross, 2010) peut être déconstruite et reconfigurée par les acteurs et actrices politiques eux-mêmes. Dans ce nouvel espace public numérique, les femmes pourront apparaître moins « suspectes » dans des positions de pouvoir éloignées des représentations stéréotypées dictées par les routines des journalistes ou des rédactions (Băluță, 2015 : 14-16, Cmeciu et Pătruț, op. cit. : 197). Toutefois, dans la tension réputée insoluble entre représentation du féminin et représentation du pouvoir (Coulomb-Gully et Rennes, 2010), le recours au modèle masculin induit la connotation de légitimité et de réussite potentielle, car plus un rôle politique est politiquement important et exposé, plus les contraintes à respecter se révèlent étroites et leur violation politiquement risquée (Braud, 2010 cité dans Paoletti, 2013). C’est la solution adoptée pour l’instant par bon nombre de femmes politiques roumaines, avec des modulations induites par l’idéologie du parti et la persona de la candidate.

110Auparavant perçues comme inadéquates dans les hautes sphères du pouvoir, en raison non seulement de leur domesticité et de leur subalternité, mais aussi de la connotation rétrograde de l’émancipation communiste forcée, les femmes roumaines comme celles de l’Europe postcommuniste changent aujourd’hui leur statut. Elles acquièrent la légitimité le plus fréquemment en utilisant la stratégie de l’adaptation (Djerf Pierre cité dans Damian-Gaillard, Frisque et Saitta, 2010 : 68), en devenant one of the boys (la grande majorité des politiciennes). Si les femmes ont d’abord adopté le modèle du « maître », on peut s’attendre à une nouvelle phase d’hybridation des modèles. Mais pour ce qui est des élections locales et parlementaires de 2016, on a remarqué la focalisation sur l’iconicité professionnelle publique des candidates (le modèle universalisant masculin), sur la mobilisation et la domination du groupe (des collègues, des partisans, etc.) ainsi que sur l’appel à l’autorité légitimante du chef (chef de parti, chef de l’État). Les résultats confirment des analyses visuelles antérieures (Săvulescu et Viţelar, op. cit. ; Cmeciu et Pătruț, op.cit.) concernant la persistance de la mise en visibilité de la sphère publique pour toutes les candidates, mais augmentent le nombre des candidates (11) et des partis analysés (5), en plus de couvrir plusieurs types d’élections en Roumanie (locales, parlementaires et présidentielles).

111La reconstruction de l’éthos politique du féminin s’avère une tâche difficile pour les candidates roumaines, mais les pages publiques Facebook fournissent des instruments utiles dans les efforts des femmes de saper le déni de reconnaissance (Fraser, op. cit.) dans ce domaine. Pour apporter de nouveaux arguments et preuves en ce sens, l’analyse commencée ici pourra se continuer dans la perspective comparée avec le textuel (thématiques et frames dominants) en vue de déterminer les mutations de nature pluri-sémiotique corrélées à l’empreinte du genre dans les nouvelles pratiques en ligne.

112Comme les hommes, les femmes ont dû relever les défis du jeu politique en se pliant aux règles instituées par les hommes, en accentuant certaines normes telles la suprématie du professionnel et de la sphère publique. Les femmes politiques roumaines vivent et représentent elles aussi l’ambivalence issue de l’articulation entre égalité et différence, « différentes comme femmes, mais pareilles aux hommes » (Macé, 2015 : 108). C’est pourquoi elles ont besoin, dans le contexte de ce moment historique provisoire de « détraditionalisation inachevée » (ibid. : 127), « d’élargir le répertoire d’identifications de genre légitimes » (ibid. : 151).

Haut de page

Bibliographie

ACHIN, Catherine et Elsa DORLIN (2007), « J’ai changé, toi non plus », Mouvements, 5 avril. [En ligne]. http://mouvements.info/jai-change-toi-non-plus/. Page consultée le 9 juin 2017.

ACHIN, Catherine et Lucie BARGEL (2013), « “Montrez ce genre que je ne saurais voir”. Genre, sexualité et institutions dans la présidentielle de 2012 », Genre, sexualité & société, 2. [En ligne]. http://gss.revues.org/2633. Page consultée le 2 juin 2017.

ALEGERI PREZIDENTIALE (2014), « Afişe electorale ». [En ligne]. https://alegeriprezidentiale2014.wordpress.com/tag/afise-electorale/. Page consultée le 15 juin 2017.

ALLARD, Laurence (2008), « L’impossible politique des communautés à l’âge de l’expressivisme digital », Cahiers Sens public, 7-8 : 105‑126.

ANDERSON, Karrin Vasby et Kristina Horn SHEELER (2014), « Texts (and Tweets) from Hillary: Meta-meming and postfeminist political culture », Presidential Studies Quarterly, 2(44) : 224 -243.

ÅSTRÖM, Joachim et Martin KARLSSON (2016), « The feminine style, the male influence, and the paradox of gendered political blogspace », Information, Communication & Society, 11(19) : 1636-1652.

BĂLUȚĂ Ionela (2010), « Le Parlement roumain à l’épreuve du genre. Les femmes politiques dans la législature 2004-2008 », Studia Politica. Romanian Political Science Review, X, 1 : 123-151.

BĂLUȚĂ, Oana (2015), « Gen, politică și mass-media: reprezentări stereotipizate. Cum tragem linia? » (Genre, politique et massmédia : représentations stéréotypées. Comment tirer la ligne?), Sfera politicii, 1(183) : 105-119. [En ligne]. http://www.sferapoliticii.ro/sfera/183/pdf/183.10.Baluta.pdf. Page consultée le 3 juin 2017.

BARD, Christine (2012), « Performances de genre : images croisées de Michèle Alliot-Marie et Roselyne Bachelot », Histoire@Politique, 17 : 69-86.

BECK, Ulrich et Elisabeth BECK-GERNSHEIM (2002), Individualization: Institutionalized Individualism and its Social and Political Consequences, London, Sage. [En ligne]. http://knowledge.sagepub.com/view/individualization/SAGE.xml. Page consultée le 22 septembre 2016.

BECK, Ulrich, Anthony GIDDENS et Scott LASH (1994), Reflexive Modernization: Politics, Tradition and Aesthetics in the Modern Social Order, Stanford, Stanford University Press.

BOULLIER, Dominique (2016), Sociologie du numérique, Paris, Armand Colin.

BOURDELOIE, Hélène, Virginie JULLIARD et Nelly QUEMENER (2014), « La construction des identités de genre à l’ère du numérique. Usages et représentations », publication du séminaire « Genre, médias et communication » animé par Virginie JULLIARD et Nelly QUEMENER. [En ligne]. https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_01073499. Page consultée le 22 septembre 2016.

BRADLEY, Amy et Robert WICKS (2011), « A gendered blogosphere? Portrayal of Sarah Palin on political blogs during the 2008 presidential campaign », Journalism & Mass Communication Quarterly, 4(88) : 807-820.

BRAN, Mirel (2016), « Clotilde Armand, la Française qui veut changer la classe politique roumaine », Le Monde.fr. [En ligne]. http://www.lemonde.fr/m-actu/article/2016/06/07/clotilde-armand-la-francaise-qui-veut-changer-la-classe-politique-roumaine_4941069_4497186.html. Page consultée le 30 janvier 2017.

BUREAU ÉLECTORAL CENTRAL, « Les résultats des élections ». [En ligne]. http://parlamentare2016.bec.ro/rezultate/. Page consultée le 12 janvier 2017.

CARDON, Dominique (2010), La démocratie Internet : promesses et limites, Paris, Seuil.

CHABAUD-RYCHTER, Danielle, Virginie DESCOUTURES, Anne DEVREUX et Eleni VARIKAS (2010) Sous les sciences sociales le genre. Relectures critiques, Paris, La Decouverte

CHARAUDEAU, Patrick (2005), Le discours politique : les masques du pouvoir, Paris, Vuibert.

CHARBONNIER, Louise et Jean-Claude SOULAGES (2009), « Destins croisés ou les avatars du genre. Nikolas Sarkozy et Ségolène Royal vus par les photographes de Libération », Mots. Les langages du politique, 90 : 45-63. [En ligne]. http://mots.revues.org/19075. Page consultée le 2 juin 2017.

CHIVA, Cristina (2005), « Women in post-communist politics: Explaining under-representation in the Hungarian and Romanian parliaments », Europe-Asia Studies, 7(57) : 969-994.

CMECIU, Camelia (2014), « Beyond the online faces of romanian candidates for the 2014 european parliament elections-a visual framing analysis of Facebook photographic images » dans Gizela HORVATH, Rozalia-Klara BAKO et Eva BIRO KASZAS (dir.), Argumentor. Ten Years of Facebook. Proceedings of the Third International Conference on Argumentation and Rhetoric Oradea, Partium Press, Debrecen University, p. 405-433

CMECIU, Camelia et Monica PĂTRUȚ (2014), « The visual framing of Roumanian women politicians in personal campaign blogs during the 2012 Roumanian Parliamentary elections » dans Maria RAICHEVA-STOVER et Elza IBROSCHEVA (dir.), Women in Politics and Media: Perspectives From Nations in Transition, New York/London, Bloomsbury Publishing USA, p. 181-214.

COULEAU, Christèle, Oriane DESEILLIGNY et Pascale HELLEGOUARC’H (2016), « Que devient l’éthos en régime numérique ? », Itinéraires. Littérature, textes, cultures, 2015(3). [En ligne]. https://itineraires.revues.org/3175. Page consultée le 30 janvier 2017.

COULOMB-GULLY, Marlène et Juliette RENNES (2010), « Genre, politique et analyse du discours. Une tradition épistémologique française gender blind », Mots. Les langages du politique, 94 : 175-182.

DAMIAN-GAILLARD, Béatrice, Cégolène FRISQUE et Eugénie SAITTA (2010), Le journalisme au féminin, assignations, inventions, stratégies, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

DESCOUTURES, Virginie et al. (2010), Sous les sciences sociales, le genre, Paris, La Découverte.

DUBROW, Joshua Kjerulf (2006), « Women’s representation in the Romanian chamber of deputies, 1992-2005: The effect of district economic development », International Journal of Sociology, 1(36) : 93-109.

DUBROW, Joshua Kjerulf (2012), « Dynamics of political inequality of voice: Romanian and Polish women’s parliamentary representation since 1945 », Studia Sociologia, 1(57) : 3-25.

EYRIES, Alexandre et Cassandra POIRIER (2013), « Une communication politique 2.0 », Communication, 32(2). [En ligne]. http://communication.revues.org/5001 ; DOI : 10.4000/communication.5001. Page consultée le 27 juillet 2017.

FLICHY, Patrice (2010), Le sacre de l’amateur : sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Paris, Seuil.

FRASER, Nancy (2011), Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et redistribution, Paris, La Découverte poche.

FROIDEVAUX-METTERIE, Camille (2015), La révolution du féminin, Paris, Gallimard.

GEORGES, Fanny (2009), « Représentation de soi et identité numérique », Réseaux, 154 : 165-193.

GOFFMAN, Erving (2002), L’arangement des sexes, Paris, La Dispute.

GUBIN, Eliane et al. (2004), Le siècle des féminismes, Paris, Éditions de l’Atelier.

GUIONNET, Christine (2002), « Entrées de femmes en politique. L’irréductibilité du genre à l’heure de la parité », Politix, 60(15) : 113-146.

JENKINS, Henry (2006), Convergence Culture Where Old and New Media Collide, New York, New York University Press.

LA STRUCTURE DE LA CHAMBRE DES DÉPUTÉS. [En ligne]. http://www.cdep.ro/pls/parlam/structura.de?par=A. Page consultée le 12 janvier 2017.

LE BART, Christian (2013), L’ego-politique. Essai sur l’individualisation du champ politique, Paris, Armand Colin.

LES GROUPES PARLEMENTAIRES. [En ligne]. http://www.senat.ro/EnumGrupuri.aspx. Page consultée le 12 janvier 2017.

LUCHIAN, Alexandra (2009), « Rôle du stéréotype dans la construction de l’ethos politique féminin », DOCT-US, 1(1) : 139-143.

MABI, Clément et Anaïs THÉVIOT (dir.) (2014), « S’engager sur Internet », Politiques de communication, 3 : 5-24.

MACÉ, Eric (2015), L’après-patriarcat, Paris, Seuil.

MAINGUENEAU, Dominique (2014), « Retour critique sur l’éthos », Langage et société, 149 : 31-48.

MARIN, Iulia (2014), « Ce ne arată candidaţii pe afişe : Ponta – aminteşte de PCR, Iohannis – un mister, Udrea – instigă misoginii », Adevarul.ro. [En ligne]. http://adevarul.ro/news/politica/ce-arata-candidatii-afise-ponta-amintestede-pcr-iohannis-mister-udrea-instiga-misoginii-1_544d03e00d133766a8414a2d/index.html. Page consultée le 15 juin 2017.

MCROBBIE, Angela (2009), The Aftermath of Feminism: Gender, Culture and Social Change, Los Angeles, Sage.

MERCANTI-GUÉRIN, Maria (2010), « Facebook, un nouvel outil de campagne : analyse des réseaux sociaux et marketing politique », La Revue des sciences de gestion, 242(2) : 17-28.

MIHAI, Tudorina et Radu CARMEN (2015), « APEL LA ACȚIUNE: “2016 - an electoral. Cum vor fi reprezentate femeile în alegerile locale şi parlamentare?” », Coalitia pentru Egalitate de Gen. [En ligne]. http://ongen.ro/apel-la-actiune-2016-an-electoral-cum-vor-fi-reprezentate-femeile-in-alegerile-locale-si-parlamentare/. Page consultée le 12 janvier 2017.

NEVEU, Erik (2000), « Le genre du journalisme. Des ambivalences de féminisation d’une profession », Politix, 51(13) : 179-212.

NORRIS, Pippa (1997), Women, Media and Politics, Oxford, Polity Press.

PALMIERI, Joëlle (2015), « Les TIC analysées selon une posture féministe », Communication, technologies et développement, 2 : 111-123.

PAOLETTI, Marion (2013), « Porte-parole dans la campagne présidentielle : incarner son genre avec classe », Genre, sexualités et société, 2. [En ligne]. https://gss.revues.org/2664. Page consultée le 15 octobre 2016.

PAUL VASS, Andreea (dir.) (2015), Forța politică a femeilor, Iași, Polirom.

PAVEL, Monica (2015), « Participarea femeilor din parlamentul României la procesul decizional (2004-2008) și impactul discursului lor asupra deciziei politice », Polis, 3(3) : 229-238.

PÉLISSIER, Nicolas et Tourya GUAAYBESS (dir.) (2015), « TIC et mobilisations », Communication, technologies et développement, 2. [En ligne]. http://www.comtecdev.com/fr/index.php/en/menu-principal/la-revue/n-2-novembre-2015. Page consultée le 12 janvier 2017.

POPESCU, Liliana (2004), Politica sexelor, București, Maiko.

PROULX, Serge, Louise POISSANT et Michel SÉNÉCAL (2006), Communautés virtuelles : penser et agir en réseau, Québec, Presses de l’Université Laval.

RAICHEVA-STOVER, Maria et Elza IBROSCHEVA (2014), « Introduction » dans Maria RAICHEVA-STOVER et Elza IBROSCHEVA, Women in Politics and Media: Perspectives From Nations in Transition, New York, Bloomsbury Academic, p. 1-15.

ROSS, Karen (2002), Women, Politics, Media: Uneasy Relations in Comparative Perspective, New York, Hampton Press.

ROSS, Karen (2010), Gendered Media. Women, Men and Identities, New York, Rowmann & Littlefield Publishers.

ROSS, Karen, Susan FOUNTAINE et Margie COMRIE (2015), « Facing up to Facebook: Politicians, publics and the social media(ted) turn in New Zealand », Media, Culture & Society, 2(37) : 251-269.

ROVENȚA-FRUMUȘANI, Daniela (2015), « Images publiques et vies privées sur Facebook. Étude de cas : femmes politiques roumaines », International Journal of Cross-Cultural Studies and Environmental Communication, 2(4) : 29-44.

ROVENȚA-FRUMUȘANI, Daniela et Adriana ȘTEFĂNEL (2010), « Identité narrative et identité discursive des femmes politiques roumaines » dans Christiana CONSTANTOPOULOU (dir.), Récits et fictions dans la société contemporaine, Paris, L’Harmattan, p. 61-87.

SĂVULESCU, Rodica et Alexandra VIŢELAR (2012), « Pics or it didn’t happen: Analyzing Facebook photographs of Romanian women politicians », Romanian Journal of Communication and Public Relations, 1(14) : 7-20.

SIRGHI, Alexandra (2011), « L’image des femmes politiques sur les blogs personnels », Analele Universităţii Ovidius din Constanţa. Seria Filologie, 22 : 97-108.

SOUCHIER, Emmanuel (1998), « L’image du texte pour une théorie de l’énonciation éditoriale », Cahiers de médiologie, 2 : 137-145.

ŞTEFĂNEL, Adriana (2013), Femmes et politique en Roumanie, manuscrit.

TUCHMAN, Gaye (1978), Making News: A Study in the Construction of Reality, New York, The Free Press.

TREMBLAY, Manon (2008), 100 questions sur les femmes et la politique, Montréal, les Éditions du remue-ménage.

UNION INTERPARLEMENTAIRE (2016), « Women in parliament ». [En ligne]. https://beta.ipu.org/our-work/gender-equality/women-in-parliament. Page consultée le 30 janvier 2017.

VAN AELST, Peter, Tamir SHEAFER et James STANYER (2011), « The personalization of mediated political communication: A review of concepts, operationalizations and key findings », Journalism, 2(13) : 203-220.

WOUTERS, Cas (2007), Informalization. Manners & Emotion Since 1890, London, Sage.

Haut de page

Annexe

Les pages publiques Facebook des candidates étudiées

Clotilde-Armand (USB) : https://www.facebook.com/​clotildearmand.ro/​?fref=ts

Gabriela Firea (PSD) : https://www.facebook.com/​gabifirea/​

Vasilescu Lia-Olguța (PSD) : https://www.facebook.com/​liaolguta.vasilescu.1?fref=ts

Dan Carmen Daniela (PSD) : https://www.facebook.com/​01cdd

Plumb Rovana (PSD) : https://ro-ro.facebook.com/​rovanaplumb/​

Gorghiu Alina-Ștefania (PNL) : https://www.facebook.com/​alinagorghiu/​?fref=ts

Pocora Cristina-Ancuța (PNL) : https://www.facebook.com/​CristinaAncutaPocora/​?ref=ts&fref=ts

Turcan Raluca (PNL) : https://www.facebook.com/​RalucaTurcan

Presada Florina (USR) : https://www.facebook.com/​presada.florina

Gratiela Gavrilescu (ALDE) : https://www.facebook.com/​GratielaGavrilescu/​

Haut de page

Notes

1 Qui renvoie à la notion d’ego-politique définie en tant que « forme contemporaine de la personnalisation du pouvoir dans un contexte d’individualisation du social » (Le Bart, 2013 : 6).

2 La Roumanie est une république semi-présidentielle dont le système électoral impose quelques éclaircissements. Le mandat du président de la Roumanie est de cinq ans et s’organise en deux tours. Les élections locales et les élections parlementaires s’organisent tous les quatre ans. Avant les dernières élections parlementaires de 2016, la Roumanie a renoncé au système de vote uninominal (valable aux deux dernières élections, de 2008 et 2012) pour passer à un système de représentation proportionnelle sur des listes. Dans le cas de l’actuel système électoral, les citoyens votent pour les partis et non pour les candidats individuels, comme c’était auparavant le cas. Dans le système de représentation proportionnelle, chaque parti gagne le nombre de sièges au Parlement équivalent au score obtenu dans les élections (le parti qui gagne 40 % des votes des électeurs aura 40 % des mandats au Parlement bicaméral). Toutefois, les partis parlementaires peuvent obtenir plus des sièges à la suite de la redistribution (selon un algorithme complexe) des votes des partis qui n’ont pas dépassé le seuil électoral (5 %). Les grands partis auront une centaine de noms de personnalités sur des places éligibles, les partis nouveaux des dizaines. Dans ce nouveau cadre (du vote sur des listes), les femmes ont plus de chances d’être élues si elles sont inscrites en tête des listes.

3 Dont cinq candidates pour la Chambre des députés : Vasilescu Lia-Olguța du PSD (N = 100) ; Raluca Turcan du PNL (N = 437) ; Rovana Plumb du PSD (N = 5) ; Gratiela Gavrilescu de l’ALDE (N = 88) ; Nicoleta-Cătălina Bozianu du PMP (N = 16) et quatre candidates pour le Sénat : Alina Gorghiu du PNL (N = 54) ; Cristina Pocora du PNL (N = 92) ; Carmen Daniela Dan du PSD (N = 17) ; Florina Presada de l’USR (N = 5) sur leurs pages Facebook officielles.

4 Rester trop soumises aux normes de genre accentue l’illégitimité des femmes en tant que leaders, tandis que se cantonner dans le modèle masculin entraîne la dévalorisation comme femme dans la famille et la nation.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les femmes politiques roumaines sur Facebook
Légende Source : Données fournies sur leurs pages publiques le 27 janvier 2017.
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-1.png
Fichier image/png, 87k
Titre Capture d’écran 1. Photos-emblèmes des deux candidates aux présidentielles roumaines de 2014 : Monica Macovei et Elena Udrea
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-2.png
Fichier image/png, 419k
Titre Tableau 2. Les gouvernements de la Roumanie postcommuniste selon le genre
Légende Source : Ștefănel (2013).
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-3.png
Fichier image/png, 160k
Titre Tableau 3. Les candidats et candidates aux dernières élections locales dans la capitale
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-4.png
Fichier image/png, 49k
Titre Capture d’écran 2. Gabriela Firea, bain de foule
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Capture d’écran 3. Gabriela Firea, photo-emblème
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Capture d’écran 4. Gabriela Firea, photo de la vie privée
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 4. Les catégories d’images de l’éthos iconique des femmes politiques roumaines aux élections locales
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-8.png
Fichier image/png, 166k
Titre Capture d’écran 5. Cristina Pocora, photo + programme
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-9.png
Fichier image/png, 431k
Titre Capture d’écran 6. Cristina Pocora, photo professionnelle
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Capture d’écran 7. Cristina Pocora, photo d’autopromotion
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Capture d’écran 8. Clotilde Armand, photo de groupe (l’équipe USB)
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-12.png
Fichier image/png, 926k
Titre Capture d’écran 9. Clotilde Armand, photo-emblème + slogan
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Capture d’écran 10. Clotilde Armand, photo-argument
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Graphique 1. Les élections locales : les photos individuelles et les photos de groupe
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-15.png
Fichier image/png, 54k
Titre Tableau 5. La représentation des femmes au Parlement roumain pendant la période postcommuniste
Légende Source : Les données des dernières élections parlementaires roumaines s’ajoutent à celle de Ștefănel (2013).
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-16.png
Fichier image/png, 78k
Titre Capture d’écran 11. Alina Gorghiu, photo-emblème
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-17.png
Fichier image/png, 42k
Titre Capture d’écran 12. Raluca Turcan, photo-emblème
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Capture d’écran 13. Cristina Pocora, photo-emblème
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Graphique 2. Les candidates du PNL aux élections parlementaires : les photos individuelles et les photos de groupe
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-20.png
Fichier image/png, 43k
Titre Tableau 6. Les élections parlementaires : les catégories d’images de l’éthos iconique des femmes politiques roumaines du Parti national libéral (PNL)
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-21.png
Fichier image/png, 154k
Titre Capture d’écran 14. Raluca Turcan, photo de groupe avec les collègues du parti
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Capture d’écran 15. Alina Gorghiu, photo alibi
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-23.png
Fichier image/png, 360k
Titre Capture d’écran 16. Cristina Pocora, dyade féminine
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Capture d’écran 17. Lia-Olguța Vasilescu, photo de groupe avec l’équipe de la campagne électorale
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Capture d’écran 18. Dan Carmen Daniela, photo de groupe avec l’équipe de la campagne électorale et des électeurs
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Capture d’écran 19. Plumb Rovana, photo de groupe au vote
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique 3. Les candidates du Parti social-démocrate aux élections parlementaires : les photos individuelles et les photos de groupe
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-28.png
Fichier image/png, 29k
Titre Tableau 7. Les catégories d’images de l’éthos iconique des femmes politiques roumaines du Parti social-démocrate aux élections parlementaires
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-29.png
Fichier image/png, 137k
Titre Tableau 8. Les catégories d’images de l’éthos iconique des femmes politiques roumaines de l’Alliance des démocrates et des libéraux de la Roumanie (ALDE), de l’Union Sauvez la Roumanie (USR) et du Parti le Mouvement populaire (PMP) aux élections parlementaires
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-30.png
Fichier image/png, 137k
Titre Capture d’écran 20. Presada Florina, photo-emblème
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Capture d’écran 21. Gratiela Gavrilescu, photo-emblème
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Capture d’écran 22. Nicoleta Bozianu, photo alibi
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Graphique 4. La candidate de l’Alliance des démocrates et des libéraux de la Roumanie (ALDE), de l’Union Sauvez la Roumanie (USR) et du Parti le Mouvement populaire (PMP) aux élections parlementaires : les photos individuelles et les photos de groupe
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7636/img-34.png
Fichier image/png, 29k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniela Rovența-Frumușani et Alexandra Irimescu, « Web 2.0 et la politique au féminin en Roumanie postcommuniste », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le 28 février 2018, consulté le 18 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7636 ; DOI : 10.4000/communication.7636

Haut de page

Auteurs

Daniela Rovența-Frumușani

Daniela Rovența-Frumușani est professeure à la Faculté de journalisme et des sciences de la communication, Université de Bucarest. Courriel : danifrumusani@yahoo.com

Articles du même auteur

Alexandra Irimescu

Alexandra Irimescu a obtenu son doctorat de la Faculté de journalisme et des sciences de la communication, Université de Bucarest. Courriel : alexandra.irimescu@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals