Navigation – Plan du site
Articles

Les députées blogueuses, des hommes politiques comme les autres ?

Marie Neihouser

Résumés

L’auteure s’appuie sur un panel exhaustif de blogues politiques français (3 509 sites). Une qualification fine des caractéristiques sociodémographiques des blogueurs, de la politisation de chaque blogueur et d’un ensemble de données attachées à chaque blogue et à l’activité numérique de chaque blogueur a permis d’isoler les blogues en fonction de la position et de l’orientation politique de leurs auteurs. Au total, l’étude porte sur un total de 120 blogues de députées et 312 blogues de députés. À contre-courant des thèses différentialistes en vigueur, l’auteure constate que les députés hommes et femmes ont des pratiques de blogage globalement similaires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une perspective générale sur les blogues, voir Cardon et Delaunay-Téterel (2006). Voir égaleme (...)

1Les blogues constituent aujourd’hui de véritables outils de communication politique1. Définis comme des carnets personnels en ligne, ils permettent en effet à de nombreux élus et élues de se produire en tant que politiques (Nicot, 2011). Depuis 2004 et leur popularisation par Howard Dean lors de la campagne des primaires démocrates aux États-Unis (Serfaty, 2006), les chercheurs s’interrogent donc sur leurs effets et influences sur la communication politique (Farrell et Drezner, 2008). En France, certaines études permettent notamment de construire une cartographie de la blogosphère politique (Cardon et al., 2011), de voir l’effet que les blogues ont pu avoir lors des débats sur le Traité constitutionnel européen en 2005 (Fouetillou, 2008), ou encore de savoir qui sont les blogueurs politiques (Neihouser, 2016) — dans un contexte où le Web politique est l’objet d’une attention toujours plus forte de la part des chercheurs (Théviot et Mabi, 2014 ; Monnoyer-Smith et Wojcik, 2014).

2La présente contribution propose une analyse de la présence des députées sur les blogues : le genre des élus influence-t-il leurs prises de parole dans cet espace ? Les députées utilisent-elles des stratégies de présentation et de « mise en récit » spécifiques ? Leurs blogues sont-ils pour elles l’occasion de se rapprocher de leurs administrés, et par-là de contourner les canaux traditionnels de communication entre élus et administrés ? En d’autres termes, le numérique permet-il aux députées de créer un nouveau type de communication politique online ?

3En effet, la question des éventuels usages sexués des blogues par les députés se pose, alors que les recherches sur la communication numérique et politique des femmes tendent à montrer, notamment, que l’informalité attachée à certains espaces sur Internet permet une meilleure prise de parole politique des femmes (Le Caroff, 2015) ou que le fait d’être un homme ou une femme n’a pas d’importance sur le discours participatif en ligne des maires (Dewoghélaëre et Premat, 2007). Ces premières conclusions en matière de communication politique numérique des femmes auraient ainsi tendance à nuancer des travaux plus classiques sur les effets du genre dans les médias (Olivesi, 2012 ; Coulomb-Gully, 2016), mais aussi des travaux récents s’intéressant plus largement à la communication politique des femmes (Paoletti, 2013 ; Navarre, 2015).

4Choisir d’étudier les blogues politiques pour analyser la communication des députées présente a priori plusieurs avantages. Citons ici les deux principaux :

  • Perçus comme des outils de communication relativement informels, les blogues sont censés personnaliser la communication du personnel politique (Jereczek-Lipińska, 2007), ce qui permet aux élus de s’extraire de certaines des obligations dues à leurs appartenances partisanes (solidarité envers les autres membres du parti et envers la ligne politique du parti, etc.). Ces derniers peuvent par ailleurs tenter d’adopter sur leur blogue un langage plus informel, susceptible de révéler leur personnalité. Dans ce sens, les blogues seraient susceptibles de devenir un outil d’expression privilégié pour les femmes politiques, souvent perçues comme moins intégrées à l’espace politique traditionnel que leurs pairs masculins et donc possiblement moins présentes dans l’espace médiatico-politique ;

  • Les blogues sont ensuite censés rapprocher les élus des citoyens (Greffet, 2007). Dans cette optique, ils peuvent constituer des instruments d’échange et de dialogue (à travers les commentaires) entre les élus et leurs administrés. Ils permettent ainsi non seulement d’observer les comportements spécifiques des femmes politiques en la matière (alors que la potentielle capacité des femmes politiques à « être proches des citoyens » est parfois citée comme l’une de leurs spécificités genrées), mais surtout d’observer — dans une certaine mesure certes —la réception de la communication des politiques. En d’autres termes, de voir s’il existe une interaction spécifique entre femmes politiques et citoyens en ligne.

5Or, nous verrons dans la suite de ce propos que l’on peut en réalité s’interroger sur le fait de savoir si, plutôt que comme un outil de dialogue et de rapprochement entre l’élu et ses administrés, le blogue ne doit pas être considéré comme un exercice obligé pour tout député. La plupart des députés créeraient et alimenteraient (eux ou leur équipe) un blogue permettant de suivre leurs activités, mais sans toujours s’interroger sur la finalité même de l’outil ni sur sa place au sein de leur appareil communicationnel parlementaire. La standardisation et la professionnalisation des blogues de députés seraient alors deux des conséquences de ce manque de questionnement sur la finalité de l’outil, faisant disparaître toute originalité personnelle sur les blogues de parlementaires. Ne véhiculant que très peu d’enjeux, cet exercice obligé que constitue le blogue se trouverait ainsi reproduit quasiment sans distinction de sexe par tous les députés.

Méthodologie

  • 2 Par exhaustif, nous entendons ici que nous estimons avoir regroupé dans notre panel tous les blogue (...)

6D’un point de vue méthodologique, nous proposons de nous appuyer ici sur un panel exhaustif2 des blogues politiques français construit dans le cadre de notre travail de doctorat (Neihouser, op. cit.). Cette notion d’exhaustivité est importante pour la suite de l’article, car elle nous permettra d’opérer des comparaisons entre les blogues de députés et ceux d’autres populations. Pour être retenu, un blogue devait :

  • avoir été actualisé depuis moins de six mois avant la date de constitution du panel (6 mai 2012) ;

  • être présenté comme un blogue individuel, c’est-à-dire être tenu par un seul auteur ;

  • avoir la politique (définie ici en son sens strict : ses acteurs et ses institutions) pour thème principal et traiter plus spécifiquement de la politique française ;

  • être écrit en français.

  • 3 Une blogroll est une liste de blogues (généralement amis) référencés par un blogueur et située sur (...)

7Au total, 3 509 sites répondant à ces critères ont été répertoriés manuellement. Pour cela, nous avons d’abord répertorié l’ensemble des hébergeurs de blogues. Une fois ce travail effectué, nous avons inventorié tous leurs blogues entrant dans les rubriques « Politique » et « Actualité ». Nous avons ensuite répertorié l’ensemble des plateformes de média en ligne hébergeant des blogues et avons opéré de la même manière. De plus, nous avons répertorié différents classements de blogues et avons inventorié les blogues des catégories « Politique » et « Actualité ». Nous avons ensuite exploré les sites de différentes institutions (Assemblée nationale, Sénat, Parlement européen, etc.) pour y trouver les liens vers les blogues de leurs membres. Enfin, nous avons fait une recherche dans le moteur de recherche Google en entrant la requête « blogues politiques ». Une fois l’ensemble des blogues correspondant à nos critères indexés au moyen de cette méthode, nous avons repris l’ensemble des blogrolls3 de ces blogues pour y trouver des blogues susceptibles de nous avoir échappé, jusqu’à ce que nous ne trouvions plus de nouveaux blogues correspondant à nos critères.

  • 4 Voir l’article de Guilhem Fouetillou, cofondateur de Linkfluence, sur le blogue Politicosphère, le (...)
  • 5 Elle nous permet simplement d’affirmer que tous les blogues « politiques » de la base correspondant (...)

8Enfin, afin de vérifier la pertinence de notre panel, nous l’avons comparé à une base déjà existante, celle établie par l’entreprise Linkfluence4 : « La blogosphère politique en France 01/12 ». Ce travail nous a permis de tester la pertinence de notre panel par rapport à des données faisant référence parmi les observateurs de la blogosphère politique française. Néanmoins, notre panel comporte plusieurs spécificités par rapport à la base de « blogues » proposée par Linkfluence. En effet, les auteurs de celle-ci envisagent le terme de blogue de manière très extensive : certains sites de parti politique (lepartidegauche.fr, pcf.fr, eelv.fr, etc.) sont par exemple inclus dans cette base. De même, certains sites figurant dans la base ne sont plus actifs en 2012, lors de sa publication. C’est pourquoi il convient de préciser que la comparaison entre notre panel et cette base ne constitue qu’un test, et n’a pas valeur de preuve formelle de l’exhaustivité de notre panel5. Nous avons ensuite cherché à situer ces blogues et leurs auteurs dans l’espace des blogues politiques. Nous avons ainsi qualifié, toujours manuellement et après observation directe des blogues, chacun des membres du panel. Nous avons alors relevé les caractéristiques sociodémographiques (sexe, âge, catégorie socioprofessionnnelle, niveau d’études, etc.) ainsi que les indicateurs ayant trait à la politisation de chaque blogueur (orientation politique, niveau d’engagement, position dans l’espace politique, type de mandat occupé, etc.). Nous avons de même collecté un ensemble de données attachées à chaque blogue et à l’activité numérique de chaque blogueur (statistiques de fréquentation, nombre de commentaires, date de création, présence sur les réseaux sociaux, etc.).

  • 6 Nos données ne nous permettent malheureusement pas de comparer les profils de députés possédant un (...)

9Cette qualification fine du panel nous permet ainsi d’isoler les blogues des députées dans l’ensemble du panel, mais aussi, encore plus finement, d’isoler ces blogues en fonction de la position sociale et de l’orientation politique de leurs auteures. Notre étude porte au total sur 120 blogues de députées et 312 blogues de députés en exercice. Ces blogues ont été repérés directement grâce aux « pages personnelles » des députés disponibles sur le site de l’Assemblée nationale, pages qui mentionnent aussi les outils de communication en ligne de chaque député. Nous avons par ailleurs vérifié directement dans le moteur de recherche Google qu’aucun des députés ne possédait un blogue sans l’avoir indiqué sur sa page de présentation sur le site de l’Assemblée en entrant le nom des 577 députés alors en exercice en requête dans le moteur de recherche et en vérifiant sur les 5 premières pages de réponse fournies qu’il n’y figurait pas un blogue non mentionné sur le site de l’Assemblée. Sur les 577 députés, 432 ont donc un blogue politique nominatif à l’époque, ce qui fait de la pratique du blogage une pratique très répandue chez ces parlementaires6.

10Nous sommes alors en mesure d’observer les éventuelles différences entre députés blogueurs et députées blogueuses. Au-delà de toute comparaison, il nous est par ailleurs offert de qualifier et d’analyser précisément le blogage politique de ces élues.

11À contre-courant des thèses différentialistes les plus fortes, on constate donc que les députés hommes et femmes ont des pratiques de blogage globalement similaires. Cette harmonisation des pratiques est selon nous l’une des conséquences de la standardisation et de la professionnalisation de la communication de ces élus. Paradoxalement, toutes deux sont en totale contradiction avec l’idée d’une communication plus informelle et personnelle que l’on pouvait attendre sur les blogues.

Des députées très présentes sur les blogues

Des députées proportionnellement aussi présentes sur les blogues que leurs homologues masculins

  • 7 N = 120 députées.

12Les députées sont globalement très présentes sur les blogues. En effet, la proportion de femmes dans l’ensemble des députés blogueurs est de 27,7 %7. Or, à la suite des élections législatives de 2012 (mandature en cours à l’heure de la rédaction du présent article), le pourcentage de femmes dans l’hémicycle est de 26,9 %. D’après ces chiffres, la proportion de députées blogueuses est donc quasiment la même que la proportion de députées dans l’hémicycle. En d’autres termes, députées et députés se seraient emparés des blogues dans les mêmes proportions.

  • 8 Les dates de parution des billets n’apparaissent pas sur certains blogues.

13Néanmoins, ce n’est pas parce qu’hommes et femmes députés créent des blogues dans les mêmes proportions que leurs activités sur ces blogues sont les mêmes. Nous verrons plus loin l’aspect qualitatif de leur blogage. Nous pouvons d’ores et déjà affirmer que quantitativement, le blogage des députées et celui des députés sont relativement similaires, ce qu’illustre le tableau 18.

Tableau 1. Fréquence de mise à jour des blogues

Tableau 1. Fréquence de mise à jour des blogues

14Qu’ils soient hommes ou femmes, 10 % des députés publient un nouveau billet quotidiennement et de 40 à 50 % publient des billets plusieurs fois par semaine. Si les proportions d’hommes et de femmes députés qui tiennent des blogues sont similaires, les fréquences auxquelles ils les mettent à jour le sont aussi.

  • 9 Cette part importante s’explique par le fait qu’une fois élus, certains députés ont délaissé le blo (...)

15Plus encore, on constate que les députés ayant abandonné leur blogue entre 2012 et 2016 sont globalement aussi nombreux, qu’ils soient hommes ou femmes. Nous considérons tout blogue sur lequel rien n’a été publié pendant au moins six mois comme abandonné par son propriétaire. Selon cette définition, 39,2 % de députées et 39 % de députés ont abandonné leur blogue en décembre 20169.

16Ces premiers chiffres indiquent donc une unicité des formes de blogage des députés, du moins quantitativement, quel que soit leur sexe. Ce résultat va à l’encontre de ce que nous avions observé en 2011 à propos du blogage politique des citoyennes et citoyens ordinaires (Neihouser, 2012). En effet, on peut observer à partir de notre panel initial que, parmi les blogueurs citoyens, c’est-à-dire les blogueurs n’ayant aucune fonction médiatique ou politique formelle, la proportion de femmes est seulement de 17,4 % (197 femmes blogueuses citoyennes pour un total de 1 135 blogueurs citoyens). Ainsi peut-on penser que le fait d’avoir un mandat politique change les comportements des femmes, l’élection les amenant à adopter une présence sur les blogues comparable à celle de leurs pairs masculins. Or, on constate que ce n’est pas le cas.

Un constat applicable aux députées, mais pas à l’ensemble des femmes politiques

  • 10 En ce qui concerne les conseillères municipales et les mairesses, nous avons retenu leur proportion (...)

17À partir de notre panel initial de blogueurs et grâce à son caractère globalement exhaustif, nous avons pu définir la proportion de femmes blogueuses à chaque échelon électif. Nous avons ensuite comparé ces chiffres à ceux indiquant la proportion de femmes élues à chacun de ces échelons10 (voir tableau 2).

Tableau 2. Part de femmes politiques blogueuses par rapport à la part totale de femmes politiques

Tableau 2. Part de femmes politiques blogueuses par rapport à la part totale de femmes politiques

Sources : Ministère de l’Intérieur, Institut national de la statistique et des études économiques, Observatoire des inégalités.

  • 11 Nous ne présentons pas ici les chiffres concernant les conseillères départementales ni ceux concern (...)

18On constate ainsi que si la proportion de parlementaires (qu’elles soient députées, sénatrices ou députées européennes) et de mairesses blogueuses est globalement la même que celle des femmes élues à chacun de ces échelons, c’est loin d’être le cas en ce qui concerne les conseillères municipales et régionales11. L’élection à elle seule ne permet donc pas d’harmoniser les pratiques de blogage entre hommes et femmes. Cette harmonisation ne semble en effet prendre effet qu’à partir d’un certain positionnement dans la hiérarchie des élus, et surtout à partir d’un certain degré de professionnalisation de l’activité politique exercée. Ainsi, lorsqu’elles occupent les fonctions électorales les plus professionnalisées (celles de parlementaires, de mairesses), les femmes adoptent des comportements qui rejoignent ceux de leurs pairs masculins. En revanche, lorsqu’elles occupent des mandats qui nécessitent une intégration moindre à la scène politique (conseillères municipales ou régionales), les différences se creusent.

  • 12 La « professionnalisation » de l’activité politique permet initialement de différencier ceux qui vi (...)

19Au final, il semble donc que plus la professionnalisation12 de l’activité politique augmente, plus les pratiques de blogage s’harmonisent entre hommes et femmes.

Une harmonisation des pratiques de blogage favorisée par la professionnalisation des députés

20Plus il y a professionnalisation de la fonction politique exercée, moins il y aurait donc de différences entre le blogage des hommes et celui des femmes politiques. Cela peut s’expliquer par le fait que plus le niveau de professionnalisation des élus augmente, plus leur activité de blogage devient un exercice codifié. Cette idée de codification du blogage entre cependant en contradiction avec le fait que le blogue, comme précisé en introduction, serait un outil de personnalisation et de subjectivisation de la communication de son auteur. En effet, le blogue est l’un des outils qui permettent au député de se produire en tant que politique. Il peut être considéré tant comme le journal de bord de son action quotidienne à l’Assemblée et en circonscription que comme un outil de communication à l’adresse de ses administrés. Dans ces conditions, il est le reflet de l’image que le député cherche à diffuser de lui (Collovald, 1988). Il a donc une dimension subjective, qui se télescope avec l’idée que sa tenue constitue un exercice très codifié. La manière dont le blogue d’un député est organisé devrait donc nous éclairer sur l’image qu’il souhaite projeter de lui-même à son public, que ce dernier soit constitué de ses administrés, de ses pairs, de ses concurrents, de journalistes, etc. Pourtant, on constate que la codification du blogage est plus prégnante sur les blogues de députés que leur volonté de personnaliser leur message. En effet, on observe une standardisation très forte des contenus des blogues, tant dans les sujets abordés que dans la manière de les aborder. L’exemple type est constitué par la manière dont sont relatées sur leurs blogues les activités de représentation des députés en circonscription : textes courts et relativement impersonnels, multiplication des photos, etc.

21Cette harmonisation pourrait être due au fait que beaucoup de députés ne gèrent pas en propre (ou pas dans son intégralité) leur blogue. En effet, ce travail de communication est souvent attribué à un des assistants parlementaires (souvent parmi ceux qui sont en circonscription). L’effet d’harmonisation serait alors attribuable à cette division du travail communicationnel au sein des équipes parlementaires.

22Nous avons eu recours à l’identification de différents modes d’écriture sur les blogues — « mode personnel » et « mode impersonnel » — pour tenter d’éclaircir les modes de production des différents blogues de députés. En effet, nous sommes partis de l’hypothèse selon laquelle le mode d’écriture d’un blogue est susceptible de révéler l’identité du rédacteur effectif d’un blogue. Si le député écrit lui-même son blogue, il a de grandes chances d’utiliser le mode personnel. À l’inverse, si c’est un assistant qui gère le blogue, le mode choisi sera le mode impersonnel. Enfin, dans certains cas, la gestion du blogue est partagée, ce qui explique que l’on trouve sur certains blogues des billets rédigés sur un mode personnel et d’autres sur un mode impersonnel. Le mode personnel signifie que l’écriture sur le blogue est peu formelle. L’auteur emploie la première personne du singulier dans ses billets et fait preuve de beaucoup de subjectivité. À l’inverse, on reconnaît un mode d’écriture impersonnel. La troisième personne du singulier est utilisée dans la rédaction des billets de ce type. Leur écriture est d’ailleurs beaucoup plus formelle, se rapprochant du ton propre aux communiqués de presse ; le blogue perd alors toute subjectivité (voir tableau 3).

Tableau 3. Mode d’écriture des blogues de députés (n = 432)

Tableau 3. Mode d’écriture des blogues de députés (n = 432)
  • 13 Pour des raisons de facilité de lecture, nous continuerons néanmoins à parler des députés comme des (...)

23Seuls 5,9 % des blogues de députés sont écrits sur un mode que nous qualifions de personnel. À l’inverse, 51,4 %, soit environ dix fois plus, sont écrits sur un mode impersonnel et 27,7 % mélangent les deux modes. Les députés qui s’occupent intégralement de leur blogue sont donc relativement peu nombreux13. Ce constat, s’il permet d’expliquer certains résultats, ne nous apparaît pas problématique pour la suite de notre enquête dans la mesure où nous ne nous focalisons pas tant ici sur l’auteur effectif des blogues, mais plutôt sur ce que ces blogues donnent à voir des députés auxquels ils appartiennent.

  • 14 Nous définissons l’« aspect professionnel du blogage » comme l’effort fourni par le blogueur pour r (...)

24Au-delà de cette standardisation forte des contenus, on remarque néanmoins que les députées semblent surinvestir, plus encore que leurs homologues masculins, l’aspect professionnel de leur blogage14 : serait-ce un moyen pour elles de légitimer leur action politique ?

Le blogage des députés, un exercice codifié

  • 15 Il nous est impossible de quantifier la proportion de chaque type de billet sur les blogues, certai (...)

25La majorité des billets publiés sur les blogues de députés sont soit des comptes rendus de leurs activités « sur le terrain », c’est-à-dire en circonscription, soit des comptes rendus de leurs activités dans l’hémicycle, et plus largement de leurs activités législatives. Nous présentons ci-dessous une sélection d’extraits de certains de ces billets15.

26En ce qui concerne les billets relatifs au travail en circonscription :

Inauguration de « Champs du possible », berceau eurélien de l’agriculture connectée

C’est aux confins de la troisième circonscription d’Eure-et-Loir, plus précisément au lycée agricole de Nermont, qu’en compagnie d’une importante délégation d’élus, nous avons inauguré ce jeudi 8 septembre le campus qui accueille le projet « Champs du possible ».

J’ai déjà eu l’occasion de parler de ce projet ici, et je suis heureuse de pouvoir constater l’aboutissement du travail auquel ont notamment participé la « French Tech Eurélienne » et plusieurs réseaux de partenaires dont les « Villages by CA » du Crédit Agricole.

  • 16 Billet « Inauguration de “Champs du possible”, berceau eurélien de l’agriculture connectée » publié (...)

Désormais, ceux qui rêvent d’innover en créant leur start-up en rapport avec le monde agricole trouveront ici une palette impressionnante de ressources : un farmlab, un espace de coworking, un auditorium et des espaces d’accueil mais aussi 12 ha de terres agricoles permettant l’expérimentation, et bien d’autres choses...16

Premières cérémonies de vœux de 2017

  • 17 Billet « Premières cérémonies de vœux de 2017 » publié sur le blogue de Sébastien Dénaja le 11 janv (...)

La traditionnelle valse des vœux à la population a débuté et j’ai été heureux d’assister aux cérémonies des communes de Tourbes, Espondeilhan, Puissalicon, et Abeilhan ainsi qu’à celles de la communauté d’agglomération Hérault Méditerranée et du président du conseil départemental de l’Hérault Kléber Mesquida qui s’est tenue à Béziers en présence de Carole Delga, présidente de la Région Occitanie. Des moments de convivialité que j’ai partagés avec un immense plaisir avec les citoyens et élus de la 7e circonscription.17

27En ce qui concerne les billets relatifs au travail législatif :

Lutte contre la traite des mineurs

  • 18 Billet « Lutte contre la traite des mineurs » publié sur le blogue de Seybah Dagoma le 22 décembre  (...)

Mme Seybah Dagoma interroge M. le ministre de l’intérieur sur les moyens dédiés à la lutte contre la traite des mineurs, en particulier des enfants d’origine rom. Plusieurs affaires récentes ont révélé que des réseaux structurés d’exploitation de mineurs se sont développés en France. Par ailleurs, elle constate que de nombreux mineurs roms vivent dans des conditions indignes. En effet, dans la 5e circonscription de Paris, elle déplore le fait que des enfants dorment dans les rues et se livrent à la mendicité. En mars 2016, la Commission nationale consultative des droits de l’Homme a rendu public un rapport d’évaluation de la lutte contre la traite et l’exploitation des êtres humains en France, dans lequel elle relève plusieurs insuffisances sur la protection des mineurs18.

Sapeurs-pompiers : des améliorations à poursuivre

  • 19 Billet « Sapeurs-pompiers des améliorations à poursuivre… » publié sur le blogue de Guillaume Chevr (...)

Guillaume CHEVROLLIER est intervenu dans l’hémicycle pour soutenir une proposition de loi relative aux sapeurs-pompiers. Il convient en effet d’enrayer deux baisses préoccupantes : celle du nombre des pompiers-volontaires et celle du nombre des centres d’incendie et de secours, alors que le nombre d’interventions augmente. Les dispositions de ce texte vont dans le bon sens puisqu’il propose : la réforme de la Prestation de Fidélité et de Reconnaissance, la possibilité pour des anciens militaires de devenir sapeurs-pompiers volontaires, et la création d’emplois fonctionnels de catégorie A pour les directeurs et directeurs-adjoints de SDIS. Il convient d’encourager encore plus le volontariat et de favoriser le cumul d’un emploi public et privé avec cette activité volontaire. Mais Guillaume CHEVROLLIER se félicite de ces avancées qui vont faciliter l’engagement si méritoire de tous ces hommes et ces femmes au service de nos concitoyens […]19.

28À ces deux types de billets s’ajoutent les billets d’opinion à propos de l’actualité politique nationale. Bien que ce type de billet revienne moins souvent que les deux précédents, il est présent sur l’ensemble des blogues de députées et députés étudiés.

Moi président … du fiasco

  • 20 Billet « Moi Président… du fiasco » publié sur le blogue de Nicolas Dupont-Aignan le 29 décembre 20 (...)

Le bilan de François Hollande restera dans les annales présidentielles comme l’un des pires de la Ve République. Que l’actuel locataire de l’Elysée ait jeté l’éponge pour 2017 — une incroyable première depuis 1958 — le démontre à l’envi. Confondant normalité et banalisation velléitaire, synonyme de fiascos et de frasques, il aura réussi l’exploit d’abaisser encore la fonction présidentielle pourtant mise à terre par son prédécesseur. Tout le reste aura été du même acabit20.

29Au-delà de ces exemples, il est intéressant d’objectiver le contenu des blogues de députés pour non seulement démontrer l’exercice codifié que constitue le blogage des parlementaires, mais surtout pour comparer les modes de faire des députés selon leur sexe. On constate en analysant le contenu des blogues de députés qu’ils sont pour la plupart construits selon une même articulation, que les élus les alimentent quasiment de la même manière et, surtout, que certains « impératifs » se retrouvent sur l’ensemble des blogues. De même, lorsqu’ils parlent d’eux et se présentent, on constate que les députés utilisent tous plus ou moins les mêmes critères.

  • 21 On remarque ici, entre l’indication des comptes Twitter et Facebook, que les députées semblent légè (...)

30Les trois quarts diffusent sur leur blogue leur lettre d’information (74 % des députées et 72,2 % des députés). Ils n’hésitent pas non plus à publier en ligne leurs communiqués de presse (80 % des députées et 75 % des députés). En d’autres termes, il semble que la communication verticale, du député vers son lecteur, soit largement développée sur les blogues. Alors que ceux-ci devaient être l’apanage d’une communication plus horizontale (Gillmor, 2004), sous forme d’échanges, de discussions, ces premiers résultats tendent à démontrer le contraire. Le député ou la députée, quand il ou elle est sur son blogue, diffuse un message. Certes, ils affichent quasiment tous une adresse courriel à laquelle les joindre (95,9 % des députées et 95,1 % des députés), plus de 60 % font figurer sur leur blogue des liens vers leur compte Facebook (61,6 % des députées et 67,2 % des députés) et Twitter (60,3 % des députées et 70,5 % des députés)21, et quasiment la moitié disposent d’une blogroll (45,2 % des députées et 50,8 % des députés), mais on verra plus loin que ce n’est pas pour cela que le dialogue se crée entre le député ou la députée et son lecteur.

31En ce qui concerne leur présentation personnelle, 80 % des députés indiquent leur parcours politique (76,7 % des députées et 82 % des députés), environ 70 % leur profession (72,6 % des députées et 63,9 % des députés), un peu plus de la moitié indiquent leur niveau d’études (56,2 % des députées et 50,8 % des députés) et un tiers environ précisent le nombre d’enfants qu’ils ont (41,1 % des députées et 32,8 % des députés) ou encore leur situation maritale (28,8 % des députées et 34,4 % des députés). On le constate, les écarts de pourcentage entre députés hommes et femmes ne sont jamais supérieurs à 10 points. Néanmoins, on remarque que les femmes ont toujours légèrement plus tendance à indiquer des éléments susceptibles de légitimer leur position (niveau d’études, profession, etc.), excepté pour ce qui est du parcours politique (dont on peut par ailleurs penser qu’il est relativement moins fourni que celui de leurs homologues masculins  Achin et Lévêque, 2014 ; Navarre, 2013).

32Sur la question de l’affichage de la profession, Sandrine Lévêque (2005), lorsqu’elle étudie les professions de foi des candidats aux législatives de 2002 en région parisienne, constate comme nous que les femmes candidates la mentionnent plus que les hommes (6 % d’écart). Elle l’explique d’une part par le fait que les hommes sont plus nombreux à être des professionnels de la politique (et que, donc, ils n’indiquent pas leur profession) et d’autre part par la volonté (nécessité ?) des femmes de se légitimer en tant que politiques. Elle remarque par ailleurs que les candidates et candidats indiquent dans les mêmes proportions leur lieu de résidence (c’est le cas d’un peu plus de 15 % des candidats). De plus, les femmes qu’elle étudie indiquent plus rarement leur statut familial que les hommes (11 % contre 20 % chez leurs homologues masculins). L’auteure explique ce phénomène par le fait que les femmes s’engagent la plupart du temps en politique lorsqu’elles n’ont pas d’enfant à charge (soit qu’elles sont trop jeunes, soit que leurs enfants sont grands, soit qu’elles n’en ont pas).

33En revanche, contrairement à Lévêque, on constate que les députées sont proportionnellement beaucoup plus nombreuses à préciser leur nombre d’enfants sur leur blogue que ne l’étaient les candidates dans leur profession de foi en 2002 (41,1 % contre 22 %). Cela s’explique peut-être par le fait que les élues seraient globalement plus âgées que les candidates et que, donc, elles ont plus de chance d’avoir fondé une famille avant leur élection.

34Au final, il semble donc tout de même que l’on puisse tirer de ces résultats des conclusions proches de celles de Lévêque en 2002 : les ressources personnelles ne sont dans l’ensemble pas beaucoup plus utilisées par les femmes que par les hommes. Il semble néanmoins que ces dernières cherchent à mettre légèrement plus en valeur des ressources susceptibles de les légitimer à leur poste (diplômes, profession), mais aussi leur appartenance à un parti — 37 % des députées font apparaître le parti auquel elles appartiennent sur leur page d’accueil contre seulement 32,8 % de leurs homologues masculins. Nous allons voir ci-dessous que cette tentative de légitimation des députées se retrouve dans le surinvestissement dont elles font preuve en ce qui concerne la professionnalisation de leur blogage.

35Il peut par ailleurs être intéressant de noter que, même si l’on a vu que les blogues de députés étaient dans l’ensemble très codifiés, les députés hommes et femmes se présentent personnellement sur leur blogue beaucoup plus longuement que dans les professions de foi des candidates et candidats parisiens en 2002 étudiés par Lévêque. Simple effet de changement de support (espace d’écriture disponible, etc.) ou conséquence d’une personnalisation de la politique toujours plus accrue ?

Un surinvestissement de la professionnalisation de leur communication par les députées

36Si le blogage des députés, selon les premiers éléments étudiés ci-dessus, était sensiblement le même quel que soit leur sexe, on remarque néanmoins une tendance des députées à professionnaliser toujours plus leur blogage. Nous émettons ici l’hypothèse selon laquelle cet usage est en relation avec leur supposé besoin (nécessité ?) de se légitimer en tant que députée (Bereni et Lépinard, 2004), plus encore que ne le font leurs homologues masculins. Cela se traduit par des différences dans les choix des hébergeurs de leur blogue, mais aussi dans l’organisation des différentes informations qu’elles publient sur leur blogue.

37En ce qui concerne l’hébergeur de leur blogue, 94,5 % des députées, soit quasiment la totalité d’entre elles, optent pour un site personnel. Par site personnel, nous entendons ici que l’architecture de ces blogues a été spécialement conçue pour elles, la plupart du temps avec l’aide d’une entreprise spécialisée dans la création de sites Web. Nous opposons à ce type de blogues les blogues hébergés par des hébergeurs gratuits et grand public (Blogger, Overblog, Wordpress, etc.), les blogues hébergés par des sites de média ayant des plateformes dédiées, ou encore les blogues dont la structure est fournie « clés en main » par le parti auquel appartient le député ou la députée. De leur côté, les députés masculins sont moins de 75 % à opter pour des blogues du type « sites personnels ». En revanche, ils sont près d’un quart (24,6 %) à préférer ouvrir leur blogue chez un hébergeur gratuit (contre seulement 2,7 % des députées) (voir tableau 4).

Tableau 4. Répartition des blogues en fonction de leur hébergeur

Tableau 4. Répartition des blogues en fonction de leur hébergeur

38Or, l’apparence et la présentation des blogues hébergés par des hébergeurs gratuits sont beaucoup moins professionnelles que celles des blogues du type « sites personnels ». Le design est moins travaillé, le rubriquage des billets plus simpliste et le fonctionnement beaucoup plus sommaire et standardisé. Au final, la lecture est moins agréable (quelle que soit par ailleurs la qualité du contenu). Les sites personnels, en revanche, proposent une mise en page beaucoup plus aérée et épurée, très travaillée, qui inspire au visiteur un sentiment de sérieux et de compétence au premier coup d’œil (quelle que soit, là encore, la qualité du contenu). Cependant, ceux qui s’en occupent doivent avoir reçu une courte formation leur indiquant comment les utiliser. Néanmoins, une fois les mécanismes de mise à jour intégrés, le temps de mise à jour d’un site personnel n’est pas nécessairement plus important que celui d’un blogue d’hébergeur gratuit.

39Ces différences dans les choix des hébergeurs sont accompagnées de différences dans les modes de rubriquage des blogues. En effet, les députées femmes optent pour des rubriquages plus détaillés en ce qui concerne l’ordonnancement de leurs billets. Elles sont ainsi plus nombreuses que les députés hommes à faire une distinction claire sur leur blogue entre leurs activités en circonscription et leurs activités à l’Assemblée (56,2 % contre 47,5 %). Plus encore, au-delà de ce premier découpage, elles sont beaucoup plus nombreuses que leurs pairs masculins (le double) à organiser leurs billets ayant trait à leur travail à l’Assemblée en différentes sous-rubriques. Parmi elles, 35,6 % (contre seulement 18 % des députés) distinguent ainsi entre leurs interventions en séance et les questions qu’elles posent au gouvernement, les dossiers et rapports sur lesquels elles travaillent, la nature de leurs votes, ou encore les amendements qu’elles proposent.

40Ainsi, il se pourrait que l’attention accrue qu’elles prêtent au sérieux et à la rigueur de l’agencement de leur blogue soit, au-delà d’une des conséquences de la différence de socialisation selon le sexe (Ucciani, 2012), une des illustrations du besoin des députées de se légitimer par rapport à leurs collègues masculins. En effet, ces derniers cumulent bien plus souvent plusieurs mandats (Neihouser, 2012) et, au-delà, sont fréquemment plus intégrés au champ politique que leurs homologues féminines. En ce sens, ils auraient moins besoin de s’emparer de leur rôle de député au moyen d’une communication plus professionnalisée, censée en l’occurrence souligner le sérieux et les compétences de l’élu ou de l’élue dans son activité de député ou de députée.

Blogage et communication horizontale : des députés très lointains

41Nous avons déjà relevé plus haut le manque d’initiative personnelle des députés blogueurs en ce qui concerne l’alimentation de leur blogue ainsi que la verticalité de leur communication sur ce support. Certes, leur blogue diffuse essentiellement des informations les concernant — remarquons au passage que plus de la moitié d’entre eux (52,1 % des députées et 55,7 % des députés) ont une rubrique sur leur blogue entièrement destinée à relayer leur présence médiatique, le blogue tendant ainsi parfois à se transformer en hagiographie en ligne de son auteur —, mais il ne permet pas vraiment d’explorer un nouveau type de communication, plus personnel, plus horizontal, avec le lecteur. Et si certains défendent l’idée que les femmes auraient une manière plus maternelle, plus compréhensive, plus proche du citoyen de faire de la politique et de s’exprimer (Navarre, 2015 ; Romagnan, 2005), nos résultats démontrent le contraire. En effet, les députées échangent encore moins avec leurs lecteurs que leurs homologues masculins (voir tableau 5).

42L’étude des commentaires d’un blogue ainsi que de leur nombre permet dans une certaine mesure de saisir une partie de la relation qui se lie (ou pas) entre un blogueur et ses lecteurs. Cette relation pourrait en théorie s’observer de plusieurs manières : nombre de lecteurs, niveaux d’audience des différents blogues, etc. Or, il s’avère qu’il est relativement difficile d’obtenir ces données : que le blogueur ne les connaisse pas ou ne souhaite pas les dévoiler, etc. (Neihouser, 2016). Dans ces conditions, on peut décider de mesurer non pas le nombre de lecteurs d’un blogue, mais plutôt le nombre de ses commentateurs. On passe alors de l’étude de ce que nous appellerons l’audience passive d’un blogue à celle de son audience active. L’avantage principal de la méthode, hormis le fait que les données sont beaucoup plus disponibles, repose sur le fait que l’on travaille alors avec des données objectives, non produites par le chercheur (contrairement à des données que l’on aurait obtenues après passation d’un questionnaire ou entretien avec un enquêté — Bourdieu, 1984). De plus, on peut penser que les commentaires sont plus à même de nous renseigner sur la relation blogueur-lecteur que la simple indication du nombre de lecteurs, tant dans la manière dont le blogueur l’envisage que dans la manière dont son lecteur reçoit le message. Les données obtenues ci-dessous ont été établies après analyse des cinq derniers commentaires de chaque blogue.

43On constate dans un premier temps que le nombre de députés offrant la possibilité à leurs lecteurs de laisser un commentaire sous chacune de leurs publications est très bas. En effet, seuls 27,4 % des 73 blogues des députées femmes et 47,5 % des 61 blogues des députés hommes ont activé la fonction commentaires.

44Ce résultat laisse présumer de la vision que les députés ont de leur relation au lecteur : trois quarts des femmes députées et plus de la moitié de leurs confrères masculins estiment ainsi qu’il n’y a pas lieu de laisser un espace sur leur blogue où les lecteurs pourraient laisser leurs impressions à la vue de tous. Certes, nous avons vu que les députés, hommes ou femmes, étaient quasiment tous joignables par courriel, mais beaucoup plus rares sont ceux qui permettent à leur lecteur d’afficher publiquement son avis.

45Plus encore, on remarque que les députées blogueuses sont encore plus prudentes que leurs homologues masculins en la matière : elles sont ainsi 20 % de plus que les hommes à empêcher leur lecteur de s’exprimer sur leur blogue. Nos données ne nous permettent cependant pas d’identifier les raisons de cette forte maîtrise des commentaires chez les députées : vision différente de celle de leurs pairs masculins de leur communication ? Crainte de se faire déborder par les réactions des lecteurs ? 

46Si l’on se concentre maintenant sur les seuls blogues où il est possible de laisser des commentaires, on s’aperçoit que, même lorsqu’on leur en donne la possibilité, les lecteurs ne sont que très peu nombreux à prendre la parole publiquement, soit que les publications des députés ne les font pas réagir, soit que les lecteurs sont eux-mêmes très peu nombreux.

Tableau 5. Nombre de « commentaires » par billet sur les blogues permettant de laisser des commentaires

Tableau 5. Nombre de « commentaires » par billet sur les blogues permettant de laisser des commentaires
  • 22 Sur la question de l’absence de communication horizontale, voir Stromer-Galley (2000).

47Plus de 92 % des 27,4 % de députées féminines et plus de 70 % des 47,5 % de leurs pairs masculins qui laissent la possibilité à leurs lecteurs de publier des commentaires ne reçoivent aucun commentaire. Et dans les rares cas où les députés, quel que soit leur sexe, reçoivent des commentaires, ceux-ci n’excèdent quasiment jamais (pour les hommes), voire jamais (pour les femmes) le nombre de cinq par billet en moyenne. En d’autres termes, même quand ils en ont l’occasion, les lecteurs ne cherchent pas à entamer une conversation publique en ligne avec leur député. Ce constat tend donc à signifier que, loin de réaliser les espoirs soulevés par leur développement, les blogues, et en particulier ceux de députés, ne permettent pas à leur auteur de se rapprocher de ses lecteurs22.

Conclusion

48Le présent article nous a permis de démontrer que le blogage des députés ne présentait pas de différences majeures en fonction de leur genre. Certes, les députées travaillent plus la présentation de leur blogue, cherchant peut-être par là à se légitimer dans leurs fonctions, et se montrent par ailleurs encore plus distantes que leurs homologues masculins dans leurs interactions avec les lecteurs dans la section « Commentaires » des blogues. Néanmoins, il semble que la professionnalisation de leur communication exigée dans l’exercice de leur mandat gomme sur les blogues les éventuelles différences de communication dues au genre des députés.

49Ce résultat est important dans la mesure où la professionnalisation du politique tend à s’étendre à l’ensemble des échelons de cet espace. Dans ces conditions, il sera intéressant dans les prochaines années d’observer les évolutions en matière de communication des élus en fonction de leur genre.

50Néanmoins, il convient ici de préciser deux éléments : dans cet article, nous nous sommes intéressée à la communication politique en ligne d’une catégorie particulière d’élus sur un espace spécifique du Web ; il serait intéressant de répliquer cette étude en observant l’expression politique en ligne de citoyennes ordinaires, y compris sur des réseaux sociaux tels Facebook ou Twitter.

51Par ailleurs, cette étude, si elle permet d’observer la présentation globale que les députés font d’eux-mêmes en ligne, n’aborde qu’à la marge la question du contenu des blogues de parlementaires. Au-delà de la présentation de leur profil, de la description des grands types de billets que l’on trouve sur les blogues de parlementaires (billets ayant trait au travail en circonscription, billets ayant trait au travail à l’Assemblée, billets d’opinion), il pourrait être intéressant d’étudier le contenu de ces publications plus finement pour voir si les thématiques abordées par les députés, qu’ils soient hommes ou femmes, dans leurs billets sont semblables ou pas (Taylor-Robinson et Heath, 2003).

Haut de page

Bibliographie

ACHIN, Catherine et Sandrine LÉVÊQUE (2014), « La parité sous contrôle : égalité des sexes et clôture du champ politique », Actes de la recherche en sciences sociales, 204(4) : 118-137. 

BERENI, Laure et Éléonore LÉPINARD (2004), « “Les femmes ne sont pas une catégorie” les stratégies de légitimation de la parité en France », Revue française de science politique, 54(1) : 71-98.

BOURDIEU, Pierre (1984), « L’opinion publique n’existe pas » dans Questions de sociologie, Paris, Minuit, p. 222-235.

CARDON, Dominique et al. (2011), « Chapitre 3. Esquisse de géographie de la blogosphère politique (2007-2009) » dans Fabienne GREFFET (dir.), Continuerlalutte.com. Les partis politiques sur le web, Paris, Presses de Sciences Po, p. 73-94.

CARDON, Dominique et Hélène DELAUNAY-TÉTEREL (2006), « La production de soi comme technique relationnelle. Un essai de typologie des blogs par leurs publics », Réseaux, 24(138) : 17-71. 

COLLOVALD, Annie (1988), « Identité(s) stratégique(s) », Actes de la recherche en sciences sociales, 73 : 29-40.

COULOMB-GULLY, Marlène (2016), « Le genre des présidentielles. Femmes et hommes en campagne », Mots. Les langages du politique, 112(3) : 29-36.

DEWOGHÉLAËRE, Julien et Christophe PREMAT (2007), « La stratégie de communication numérique des élus locaux français », Pyramides, 13 : 155-171. 

FARRELL, Henry et Daniel W. DREZNER (2008), « The power and politics of blogs », Public Choice, 134 : 15-30.

FOUETILLOU, Guilhem (2008), « Le web et le traité constitutionnel européen. Écologie d’une localité thématique compétitive », Réseaux, 147(1) : 229-257.

GILLMOR, Dan (2004), We the Media. Grassroots Journalism by the People, for the People, Sebastopol, O’Reilly Media.

GREFFET, Fabienne (2007), « Les blogues politiques », Communication, vol. 25/2, mis en ligne le 29 août 2012. [En ligne]. http://communication.revues.org/883 ; DOI : 10.4000/communication.883. Page consultée le 27 juillet 2017.

JERECZEK-LIPIŃSKA, Joanna (2007), « De la personnalisation dans la communication politique : l’effet du “je” », Synergies Pologne, 4 : 147-155.

LE CAROFF, Coralie (2015), « Le genre et la prise de parole politique sur Facebook », Participations, 12(2) : 109-137.

LÉVÊQUE, Sandrine (2005), « La féminité dépassée ? Usages et non-usages du genre dans les professions de foi des candidates parisiennes aux élections législatives de 2002 », Revue française de science politique, 55 : 501-520.

MONNOYER-SMITH, Laurence et Stéphanie WOJCIK (dir.) (2014), Dossier « La participation politique en ligne : Politics as usual ? », Participations, 8.

NAVARRE, Maud (2013), Des carrières politiques sous contraintes de genre. Le cas des élues en Bourgogne. Thèse de doctorat en sociologie, sous la direction de Jean-Pierre SYLVESTRE et Georges UBBIALI, Dijon, Université de Bourgogne.

NAVARRE, Maud (2015), « Prendre la parole en séance plénière », Travail, genre et sociétés, 33(1) : 87-104.

NEIHOUSER, Marie (2012), « Femmes et blogs politiques : l’autocensure de la parole politique ? » dans From Cyborgs to Facebook. Technological Dreams and Feminist Critiques, Actes du colloque, Bruxelles, Sophia Conférence 2011, p. 61-78.

NEIHOUSER, Marie (2016), Un nouvel espace médiatique ? Sociologie de la blogosphère politique française, Paris, Fondation Varenne, Coll. « Thèses ».

NICOT, Anne-Laure (2011), « Les sites internet des députés, terrains annexes de lutte partisane » dans Fabienne GREFFET (dir), Continuerlalutte.com. Les partis politiques sur le web, Paris, Presses de Sciences Po, p. 95-105. 

OLIVESI, Aurélie (2009), « Le dépassement des sexotypes dans la figure de la “madone”. Ségolène Royal dans la campagne présidentielle française de 2007 », Le discours et la langue, 1 : 137-158. 

OLIVESI, Aurélie (2012), Implicitement sexiste ? Genre, politique et discours journalistique, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, Coll. « Le Temps du genre ».

PAOLETTI, Marion (2013), « Porte-parole dans la campagne présidentielle : incarner son genre avec classe », Genre, sexualité & société, 2. [En ligne]. http://journals.openedition.org/gss/2664. Page consultée le 16 janvier 2017.

ROMAGNAN, Barbara (2005), Du sexe en politique, Paris, Jean-Claude Gawsewitch Éditeur.

SERFATY, Viviane (2006), « Les blogs et leurs usages politiques dans la campagne présidentielle de 2004 aux États-Unis », Mots. Les langages du politique, 80. [En ligne]. http://journals.openedition.org/mots/501. Page consultée le 16 janvier 2017.

STROMER-GALLEY, Jennifer (2000), « On-line interaction and why candidates avoid it », Journal of Communication, 50 : 111-132.

TAYLOR-ROBINSON, Michelle M. et Roseanna Michelle HEATH (2003), « Do women legislators have different policy priorities than their male colleagues? », Women & Politics, 24(4): 77-101.

THÉVIOT, Anaïs et Clément MABI (dir.) (2014), Dossier « S’engager sur internet : Mobilisations et pratiques politiques », Politique de communication, 3.

UCCIANI, Sylvie (2012), « La transmission des stéréotypes de sexe », Biennale internationale de l’éducation, de la formation et des pratiques professionnelles, Paris, France. [En ligne]. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00766917. Page consultée le 16 janvier 2017.

VEDEL, Thierry (2008), « Les blogs et la politique : la démocratie en kit ? » dans Xavier GREFFE et Nathalie SONNAC (dir.), Culture Web. Création, contenus, économie numérique, Paris, Dalloz, p. 61-78.

WEBER, Max (2003/1919), Le savant et le politique, Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1 Pour une perspective générale sur les blogues, voir Cardon et Delaunay-Téterel (2006). Voir également Greffet (2007) et Vedel (2008).

2 Par exhaustif, nous entendons ici que nous estimons avoir regroupé dans notre panel tous les blogues possédant un minimum de visibilité et correspondant à nos critères.

3 Une blogroll est une liste de blogues (généralement amis) référencés par un blogueur et située sur l’un des côtés de son blogue. Plus le nombre de liens pointant vers d’autres blogues au sein de cette blogroll est important, plus il est probable que le blogueur cherche activement à faire du réseau.

4 Voir l’article de Guilhem Fouetillou, cofondateur de Linkfluence, sur le blogue Politicosphère, le 2 février 2012. [En ligne]. http://politicosphere.blog.lemonde.fr/2012/02/02/la-blogosphere-politique-en-3-cartes/. Page consultée le 16 janvier 2017.

5 Elle nous permet simplement d’affirmer que tous les blogues « politiques » de la base correspondant à nos critères de sélection figurent dans notre panel. Notre panel contient en plus des blogues qui ne figurent pas dans la base de Linkfluence. La comparaison de notre panel avec cette base tend ainsi à confirmer (sans que l’on en soit véritablement certain) que nous n’avons pas oublié de blogue politique français entrant dans nos critères et ayant un minimum de visibilité en ligne en 2012. Il devient possible de considérer comme exhaustif notre panel de blogues politiques fran­çais, d’après les critères que nous avions établis au 6 mai 2012. Tout au moins, il paraît fort peu probable qu’un blogue admissible un tant soit peu actif ou visible en ligne nous ait échappé. Ce constat nous permet donc de prétendre à l’analyse de la totalité des pratiques de la population potentiellement observable.

6 Nos données ne nous permettent malheureusement pas de comparer les profils de députés possédant un blogue en 2012 avec ceux et celles qui n’ont pas de blogues. Nous sommes ainsi dans l’impossibilité d’expliquer empiriquement l’absence de blogue chez certains députés.

7 N = 120 députées.

8 Les dates de parution des billets n’apparaissent pas sur certains blogues.

9 Cette part importante s’explique par le fait qu’une fois élus, certains députés ont délaissé le blogage — relativement chronophage et considéré comme un impératif dû à leur mandat plutôt que comme un outil vraiment utile sur le plan communicationnel — pour concentrer leur communication numérique sur Facebook et Twitter.

10 En ce qui concerne les conseillères municipales et les mairesses, nous avons retenu leur proportion après les élections de 2008 (les dernières élections municipales ont eu lieu en 2014, mais la construction du panel avait eu lieu avant). En ce qui concerne les conseillères régionales, nous avons retenu leur proportion après les élections de 2010 (les dernières élections régionales ont eu lieu en 2015, mais la construction du panel avait eu lieu avant). En ce qui concerne les députées, nous avons retenu leur proportion après les élections de 2012. En ce qui concerne les sénatrices, nous avons retenu leur proportion après les élections de 2011. En ce qui concerne les députées européennes, nous avons retenu leur proportion après les élections de 2009 (les dernières élections européennes ont eu lieu en 2014, mais la construction du panel avait eu lieu avant).

11 Nous ne présentons pas ici les chiffres concernant les conseillères départementales ni ceux concernant les présidentes de département ou encore de région, leur nombre total étant trop faible.

12 La « professionnalisation » de l’activité politique permet initialement de différencier ceux qui vivent « de » de ceux qui vivent « pour » la politique (Weber, 2003/1919). En d’autres termes et sans anachronisme, ceux pour qui la politique constitue la source principale de revenu et ceux qui la pratiquent plus en amateurs (ex. : conseillers municipaux des petites communes). Cette différenciation s’accompagne généralement aujourd’hui de différences dans la manière d’exercer la politique : plus un élu est professionnalisé, plus il aura de chances d’être intégré au jeu politique, d’en connaître les règles, de les accepter et d’avoir les moyens de le faire. Par exemple, en matière de communication, il pourra ainsi se conformer plus sûrement à l’« impératif » implicite du blogage en proposant un blogue attrayant, correspondant aux canons de la période chez les professionnels de la communication, etc.

13 Pour des raisons de facilité de lecture, nous continuerons néanmoins à parler des députés comme des auteurs de leur blogue même si nous savons désormais que la réalité est plus complexe.

14 Nous définissons l’« aspect professionnel du blogage » comme l’effort fourni par le blogueur pour rendre son blogue conforme à des critères et standards de présentation dignes de ceux des professionnels de la communication : soin du design et du choix des couleurs, rubriquage clair, etc.

15 Il nous est impossible de quantifier la proportion de chaque type de billet sur les blogues, certaines présentations de blogues ne permettant pas de remonter assez dans l’exploration des publications les plus anciennes.

16 Billet « Inauguration de “Champs du possible”, berceau eurélien de l’agriculture connectée » publié sur le blogue de Laure de La Raudière le 9 septembre 2016, dans la rubrique « Mon action dans la circonscription ». [En ligne]. http://www.la-raudiere.com/lng_FR_srub_7_iart_1354-inauguration-de-champs-du-possible-berceau-eurelien-de-l-agriculture-connectee-.html. Page consultée le 16 janvier 2017. Laure de La Raudière est députée LR de la 3circonscription d’Eure-et-Loire.

17 Billet « Premières cérémonies de vœux de 2017 » publié sur le blogue de Sébastien Dénaja le 11 janvier 2017, dans la rubrique « La circonscription ». [En ligne]. https://sebastien-denaja.com/2017/01/11/premieres-ceremonies-de-voeux-de-2017/. Page consultée le 16 janvier 2017. Sébastien Dénaja est député PS de la 7e circonscription de l’Hérault.

18 Billet « Lutte contre la traite des mineurs » publié sur le blogue de Seybah Dagoma le 22 décembre 2016, dans la rubrique « Mes questions écrites ». [En ligne]. http://www.seybahdagoma.fr/2016/12/lutte-contre-la-traite-des-mineurs/. Page consultée le 16 janvier 2017. Seybah Dagoma est députée socialiste des 3e et 10e arrondissements de Paris.

19 Billet « Sapeurs-pompiers des améliorations à poursuivre… » publié sur le blogue de Guillaume Chevrollier le 1er décembre 2016, dans la rubrique « Actualité parlementaire ». [En ligne]. http://www.guillaumechevrollier.fr/sapeurs-pompiers-des-ameliorations-a-poursuivre/. Page consultée le 16 janvier 2017. Guillaume Chevrollier est député LR de la 2e circonscription de la Mayenne.

20 Billet « Moi Président… du fiasco » publié sur le blogue de Nicolas Dupont-Aignan le 29 décembre 2016. [En ligne]. http://blog.nicolasdupontaignan.fr/post/%C2%AB-Moi-Pr%C3%A9sident...-du-fiasco-%C2%BB. Page consultée le 16 janvier 2017. Nicolas Dupont-Aignan est député de l’Essonne.

21 On remarque ici, entre l’indication des comptes Twitter et Facebook, que les députées semblent légèrement moins à leur aise que leurs homologues masculins sur les réseaux sociaux.

22 Sur la question de l’absence de communication horizontale, voir Stromer-Galley (2000).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Fréquence de mise à jour des blogues
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7647/img-1.png
Fichier image/png, 46k
Titre Tableau 2. Part de femmes politiques blogueuses par rapport à la part totale de femmes politiques
Légende Sources : Ministère de l’Intérieur, Institut national de la statistique et des études économiques, Observatoire des inégalités.
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7647/img-2.png
Fichier image/png, 58k
Titre Tableau 3. Mode d’écriture des blogues de députés (n = 432)
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7647/img-3.png
Fichier image/png, 34k
Titre Tableau 4. Répartition des blogues en fonction de leur hébergeur
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7647/img-4.png
Fichier image/png, 34k
Titre Tableau 5. Nombre de « commentaires » par billet sur les blogues permettant de laisser des commentaires
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7647/img-5.png
Fichier image/png, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Neihouser, « Les députées blogueuses, des hommes politiques comme les autres ? », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le 28 février 2018, consulté le 19 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7647 ; DOI : 10.4000/communication.7647

Haut de page

Auteur

Marie Neihouser

Marie Neihouser est postdoctorante en science politique et membre du Groupe de recherche en communication politique (GRCP), Université Laval. Courriel : neihouser.marie@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals