Navigation – Plan du site
Hors thème

De l’utilisation de Facebook à des fins de mobilisation par le groupe Sauvons Calais

Matthijs Gardenier et Aymeric Monie

Résumés

Le présent article est issu d’un projet de recherche sur le vigilantisme consacré à Sauvons Calais, groupe d’extrême droite qui entend lutter contre l’immigration « sauvage ». Il se focalise sur l’usage, par ce collectif militant, d’internet, plus particulièrement de Facebook, pour diffuser ses positions politiques, mais aussi pour mobiliser les citoyens par des appels à l’action collective et au vigilantisme.

Haut de page

Texte intégral

1Pour comprendre la particularité de la situation calaisienne, il faut savoir que depuis le traité du Touquet de 2003, signé par Nicolas Sarkozy avec l’Angleterre, le contrôle des frontières ne se fait plus en Angleterre, mais en France, au port de Calais et à l’entrée de l’Eurotunnel (Wannesson, 2015).

2Plusieurs milliers de migrants cherchent à passer en Grande-Bretagne, mais restent donc souvent coincés autour de Calais pendant plusieurs mois, voire des années, créant une population « entre-deux » ou en « stockage » (Henriot, 2015). Ils n’ont aucun autre moyen de subsistance que l’aide que leur apportent des associations. Sans logement fixe, ils vivent dans des friches industrielles, dans des habitations précaires ou dans des campements connus sous le nom de jungles.

  • 1 Une OQTF est une obligation de quitter le territoire français. Elle permet l’interpellation des mig (...)

3Les migrants subissent une forte pression de la part des pouvoirs publics qui évacuent régulièrement squats et jungles et utilisent des OQTF1 comme moyen dilatoire : les migrants sont envoyés en centre de rétention dans divers endroits en France, puis sortent au bout de quarante jours, car il y a non-exécution des OQTF, les migrants n’étant pas expulsables. Ce processus a pour objectif de décourager les migrants et surtout de réduire de manière temporaire la masse de personnes présentes autour de Calais ; pour autant, son efficacité est très limitée (Alaux, 2015).

4En avril 2015, les pouvoirs publics ont permis aux migrants de se concentrer dans la jungle située autour du camp d’accueil Jules Ferry. Ce camp prend d’abord la forme d’un accueil de jour, puis devient un camp d’accueil temporaire de 1 500 places à l’automne 2015. En mars 2016, la partie sud est démantelée par les forces de l’ordre, après plusieurs jours de manifestations et d’émeutes2. En octobre 2016, le gouvernement français a procédé à l’évacuation du reste de la jungle Jules Ferry qui accueillait entre 6 500 et 10 000 personnes3 et il a relogé la plupart des migrants dans des centres d’accueil et d’orientation répartis sur presque tout le territoire français, mais il est probable que cet éloignement de Calais soit temporaire et que la région voie bientôt un nouvel afflux de déplacés.

  • 4 Celui-ci comporte plusieurs groupes et associations. Les No Border, militants proches du courant an (...)

5Cette situation crée de vives réactions dans la population de Calais et génère un jeu politique très complexe. Nous proposons de décrire cinq acteurs y prenant part : l’État, les élus locaux tels que Natacha Bouchart, maire de Calais (LR), les associations humanitaires, le mouvement de soutien aux migrants4 ainsi que les groupes anti-migrants dont Sauvons Calais.

6Ces groupes « citoyens » se prétendent apolitiques, mais sont souvent pilotés en sous-main par l’extrême droite radicale. Dans le présent article, nous nous intéresserons à Sauvons Calais, car il est à la fois le premier à se constituer et le plus suivi sur Internet.

Revue de littérature

  • 5 Voir également Brodeur et Jobard (2005).

7Les activités du groupe Sauvons Calais s’inscrivent dans un contexte d’émergence du vigilantisme en France. Ce concept a été défini par Gilles Favarel-Garrigues et Laurent Gayer comme « un certain nombre de pratiques collectives coercitives, mises en œuvre par des acteurs non étatiques afin de faire respecter certaines normes (sociales ou juridiques) et/ou d’exercer la “justice” » (2016 : 9). En France, ces pratiques sont politiquement assimilées à la collaboration de la Deuxième Guerre mondiale. Les souvenirs de la milice et de la délation restent vifs, comme le rappellent Favarel-Garrigues et Gayer5.

8Les travaux universitaires portant sur le sujet en France sont relativement rares. La plupart des études sur le vigilantisme prennent généralement / principalement la forme soit d’études comparées portant sur d’autres espaces géographiques (États-Unis, Amérique latine, Afrique ou Russie), soit de travaux historiques, par exemple les travaux d’Arnaud-Dominique Houte (2015‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬). En France, des recherches sur les manifestations récentes du phénomène commencent à émerger (Eleonora Elguezabal sur le dispositif de participation citoyenne, en cours de publication).‬‬‬‬‬

9Pour autant, les choses commencent à changer, et depuis quatre ou cinq ans, il est possible d’observer un retour du phénomène. En établissant une veille documentaire de la presse des années 2015 et 2016, nous avons constaté que les références à ce type de phénomène étaient fréquentes.

10L’action des groupes anti-migrants à Calais s’inscrit dans cette lignée. Agitant le péril supposé que les migrants feraient peser sur la population de la ville, ils entendent mettre en place des pratiques vigilantes.

11Selon Ray Abrahams, ce phénomène voit des « citoyens » prendre en main leur sécurité, voire se faire justice eux-mêmes, sans passer par des institutions telles que la police et la justice, en dehors de toute légalité, car ils considèrent comme insuffisante l’action des forces de l’ordre (1998).

12Enfin, un élément qui nous semble important pour la compréhension du phénomène est mis en avant par Les Johnson (1996). Celui-ci conçoit le vigilantisme comme un mouvement social constitué de citoyens agissant de manière volontaire, en toute autonomie par rapport à l’État, pour lutter contre la « criminalité » en utilisant la violence ou en menaçant de l’utiliser.

13Pour Jon Rosenbaum et Peter Sederberg (1974), les ressorts principaux du vigilantisme ne reposent pas tant sur des passages à l’acte, mais plutôt sur la menace de ceux-ci. Leur publicisation donne au groupe calaisien une existence sociale et une visibilité qui dépasse les simples actes de coercition. La page Facebook de Sauvons Calais joue pleinement ce rôle.

14Les travaux de Benjamin Loveluck ajoutent à la définition du vigilantisme l’idée de l’utilisation des médias sociaux : « […] se faire justice soi-même en engageant en ligne des formes actives de surveillance, de répression ou de dissuasion ciblées, qui passent avant tout par un surcroît d’attention non sollicitée ou de publicité négative » (2016 : 135). Il distingue quatre dimensions du vigilantisme en ligne : le signalement, l’enquête, la traque et la dénonciation organisée.

15Les concepts développés par Charles Tilly nous ont aussi semblé utiles, tout particulièrement celui de répertoire d’action, défini ainsi : « Une série limitée de routines qui sont apprises, partagées et exécutées à travers un processus de choix relativement délibéré » (Tilly et Wood, 2009 : 9).

16Les actions d’un répertoire d’action sont construites socialement, car elles sont un ensemble de normes, de valeurs, de pratiques orientées stratégiquement. La forme des actions, leurs objectifs s’inscrivent dans un contexte général de structure des opportunités politiques selon Sidney Tarrow et Charles Tilly (2008).

17Enfin, il est aussi intéressant de se référer aux travaux de Lesley Wood (2017) sur les mouvements sociaux anti-immigration aux États-Unis, au Canada et en Grande-Bretagne entre 2000 et 2016. Selon elle, ces mouvements se caractérisent par une combinaison de mouvements de masse empruntant aux répertoires classiques des mouvements sociaux et des milices (Minute man et Aryan Nation aux États-Unis), ce qui tendrait à montrer des points communs entre les dynamiques de Sauvons Calais et celles des groupes qu’elle étudie.

  • 6 La frame analysis, ou analyse des cadres, émerge au tournant des années 1970 et 1980.

18Le notion de cadrage nous a aussi paru utile pour comprendre le rôle joué par la page Facebook du collectif. Le sens de l’action collective va se structurer dans des agencements spécifiques de représentations, de valeurs, de normes, de pratiques. Ils vont former des « cadres conceptuels ». Les cadres sont des schèmes d’interprétation qui permettent à des individus de « localiser, percevoir, identifier et étiqueter » (Fillieule, 2009 ?)6.

19Pour qu’il y ait un processus de mobilisation, il est donc nécessaire qu’un nombre suffisant d’acteurs sociaux conçoivent comme injuste la situation dans laquelle ils se trouvent. Pour qu’il y ait action effective, il faut qu’il y ait un accord entre les participants sur un diagnostic de la situation (diagnosis framing), sur un moyen d’y remédier (prognostic framing) et sur la nécessité d’agir (motivational framing). La conjonction des trois forme un « cadre d’action collective » qui est « un ensemble de croyances et de représentations orientées vers l’action » (Fillieule, Mathieu et Péchu, 2009 : 32).

20Nous nous sommes aussi intéressés aux travaux qui concernent l’usage d’Internet, plus particulièrement des réseaux sociaux, par les mouvements sociaux. Nous pouvons ainsi nous référer aux travaux de Robin Van Leeckwyck (2017) sur l’usage des réseaux sociaux comme outils de communication internes et externes et sur leur rôle dans la construction de leur « identité sociodiscursive ». Il est aussi intéressant de consulter les travaux de Romain Badouard (2013). Le chercheur conçoit l’engagement et la participation aux réseaux sociaux comme une ressource des actions collectives en ligne, et qui cherche à constituer des indicateurs mesurant l’« action collective en ligne ».

  • 7 « Justiciers hors-la-loi » (2016), Politix, 3(115) : 7-33.

21Pour finir, le vigilantisme de Sauvons Calais présente une particularité par rapport à de nombreux vigilantismes comme ceux présentés dans le dernier numéro de Politix7 : ses cibles ne sont pas des « criminels » ou des « délinquants », mais bel et bien l’ensemble des migrants présents à Calais. La perspective finale n’est pas un rétablissement de la justice par le châtiment de quelques « délinquants ». Au contraire, c’est une population entière, présentée comme « nuisible », qui est ciblée à cause de sa présence à Calais.

22Le groupe met en avant trois revendications : la constitution officielle de groupes de vigilance contre les migrants, la dissolution des groupes de soutien aux migrants et surtout l’enfermement de tous les réfugiés dans un camp fermé. Nous pourrons aussi remarquer que pour Sauvons Calais, le vigilantisme n’est pas seulement un mode d’action, mais aussi une revendication du groupe, ce qui en fait presque une fin en soi.

Contours du collectif Sauvons Calais

23Le 23 octobre 2013, sur sa page Facebook personnelle, la maire de Calais, Natacha Bouchart (LR), publie un appel incitant les Calaisiens à repérer et à dénoncer toute implantation de squats de migrants.

  • 8 Nord Littoral, « Migrants : un message de Natacha Bouchart crée le buzz sur Facebook ». [En ligne]. (...)

24Cet appel est immédiatement médiatisé, et crée une polémique nationale8. Dans la foulée, un jeune activiste d’extrême droite, Kévin Reche, crée la page Facebook Sauvons Calais, qui précède de quelques semaines la création du collectif. Dès le début, son objectif est de mobiliser les Calaisiens contre les migrants, en répertoriant les squats et en agissant contre les réfugiés afin de « Sauver Calais ». La page devient rapidement très fréquentée. En novembre 2016, près de 20 000 personnes la suivent.

  • 9 « Portrait de Kevin Reche, leader de Sauvons Calais : “Je suis nationaliste, pas raciste” - La Voix (...)

25Les militants de même que Reche se présentent comme de « jeunes patriotes », basés à Calais et ses alentours. Selon U., journaliste qui les connaît bien, le collectif compterait entre 15 et 20 membres, qu’elle décrit comme de jeunes skinheads. Un article de presse révèle que Reche a une croix gammée tatouée sur le torse, ce qui suscite une polémique9. Sur le plan politique, l’ancrage du groupe est clairement à l’extrême droite. Ainsi, deux membres du collectif, Kévin Reche et Mickael Paepe, se présentent aux départementales de mars 2015 sous l’étiquette du Parti de la France (Lebourg, 2015), avec pour slogan de campagne Sauvons Calais.

26Nous n’avons pas accès aux données socioprofessionnelles de l’ensemble des membres du collectif, mais les trois membres que nous contactons présentent un profil assez semblable. Reche a quitté le lycée à 16 ans sans obtenir le bac et il est au chômage, n’ayant pas réussi à passer le concours d’agent de sécurité. E., avec qui nous avons des contacts téléphoniques, mais qui refuse finalement un entretien, a 21 ans, il est magasinier dans la grande distribution. Enfin, S., ancien membre du collectif, âgé de 36 ans, est pour sa part intérimaire et il a passé le bac. Si en l’absence de données sur l’ensemble des membres nous ne pouvons faire de généralisation concernant la sociologie du collectif dans son ensemble, il est toutefois possible d’affirmer que les membres que nous avons rencontrés présentent un profil semblable à ceux des skinheads de l’Aisne étudiés par Stéphane François (2017).

  • 10 « Squat de Coulogne, jeunesse identitaire : Sauvons Calais dans la tourmente ». [En ligne]. http:// (...)

27Pour mettre en œuvre son programme militant, le groupe fait une utilisation extensive de sa page Facebook, qui est son principal moyen de communication. Celle-ci permet de mobiliser le public calaisien (avec des fortunes diverses) en l’invitant à participer aux actions militantes du groupe. À partir de la dénonciation de l’inaction des forces de l’ordre, le groupe appelle les Calaisiens à se faire justice eux-mêmes, voire à constituer des milices. Il convient de noter que ces appels sont parfois suivis d’effet, ce dont nous discuterons plus bas10.

Problématique

28Au départ de notre enquête, nous pensions que le collectif Sauvons Calais était principalement une milice, dans la droite lignée du fascisme historique des années 1920 et 1930 tel qu’Emilio Gentile (Gentile et Raynaud, 2015) a pu le décrire. Lors de notre arrivée sur le terrain, nous avons pu constater une réalité plus complexe : le collectif organise des manifestations, des pétitions, des activités relevant du mouvement social tel qu’a pu le penser Tilly (Tilly et Wood, op. cit.). Ce mouvement s’inscrit dans le répertoire WUNC (Respectabilité, Unité, Nombre, Détermination) tout en faisant la promotion d’activités relevant du répertoire du vigilantisme. De plus, ses membres affirment ne pas participer à des violences du type vigilantiste, bien que des éléments nous laissent à penser le contraire.

29Ce constat a mené à deux choses : nous avons dû reconsidérer notre approche théorique, trop simpliste, mais surtout nous avons pu toucher à un aspect souvent négligé du vigilantisme : sa proximité avec la sphère des mouvements sociaux, ce qui nous a semblé très intéressant.

30D’abord, nous avons pensé le collectif Sauvons Calais comme un objet hybride, en quelque sorte un objet politique non identifié, mêlant des caractéristiques du mouvement social tel que défini par Tilly et Wood (op. cit.) et du vigilantisme tel que défini par Favarel-Garrigues et Gayer (op. cit.). Néanmoins, au fur et à mesure du traitement et de l’analyse des données, cette séparation binaire nous a paru de plus en plus artificielle.

31Au contraire, il nous a semblé que c’était la définition de Johnston (op. cit.) du vigilantisme comme mouvement social visant à rétablir l’ordre qui était la plus pertinente pour comprendre les actions du collectif. Dans cette perspective, qu’elles empruntent au répertoire d’action des mouvements sociaux ou non, ces actions ont une perspective unique : le rétablissement de l’« ordre » à Calais. Si certaines apparaissent comme plus « respectables » ou « acceptables », l’ensemble de ces actions sont à comprendre comme faisant partie de ce mouvement de restauration de l’ordre… C’est cette perspective qui a guidé notre travail. Dans quelle mesure cette définition est-elle adéquate pour comprendre un mouvement tel que Sauvons Calais ?

32De même, au cours de notre travail, il nous est apparu que la page Facebook du collectif était centrale dans la communication du groupe pour deux raisons.

33Tout d’abord, le vigilantisme se construit par la mise en place de sa menace, comme nous le rappellent Rosenbaum et Sederberg (op. cit.), ce qui se retrouve dans les appels à l’« auto-justice » sur la page Facebook de Sauvons Calais, à la justification des actes contre les migrants ainsi qu’à la mise en scène d’activités de surveillance des squats et des activités des migrants, ce qui s’inscrit pleinement dans le vigilantisme numérique (Loveluck, op. cit.).

34La deuxième raison repose sur l’utilisation de la page comme outil de mobilisation : après avoir mis en scène un cadrage, il s’agit de mobiliser la population calaisienne, mais aussi les réseaux militants d’extrême droite sur l’ensemble du territoire français.

35C’est pour ces raisons qu’analyser les usages de la page du collectif nous a paru une clé de compréhension importante des dynamiques d’action de ce mouvement.

Méthode adoptée

36Notre enquête s’est déroulée sur un peu plus d’un an et demi entre mars 2015 et novembre 2016. Pour le présent article, nous allons nous appuyer principalement sur deux types de données : analyse des contenus de la page et entretiens menés avec des membres du groupe.

37Tout d’abord, nous avons effectué une analyse de contenu des publications de la page entre le 15 novembre 2015 et le 7 mars 2016, de deux manières différentes. La première est thématique, dégageant des catégories de publications qui permettent de délimiter les contours du cadrage de la communication du groupe. Nous avons choisi 100 publications au cours de cette période, car celle-ci est particulièrement riche en ce qui concerne les activités des groupes anti-migrants. De nombreuses manifestations et rassemblements ont lieu entre mars et novembre, période qui est aussi marquée par de nombreux affrontements entre migrants et forces de l’ordre ainsi que par une vague d’agressions de migrants.

  • 11 Dont les ressources sont disponibles sur
  • 12 Analyse des lexèmes cooccurrents dans les énoncés simples d’un texte.

38Nous avons ensuite analysé ces publications de manière lexicométrique à l’aide de la méthode Reinhert (Reinhert, 1987) en utilisant le logiciel libre Iramuteq11, développé par Pierre Ratinaud12 et qui procède de la même manière que la méthode Alceste (Roy et Garon, 2013). La méthodologie automatique procède par un découpage du texte en plusieurs types d’unités textuelles, au sein d’un corpus global : des unités aléatoires découpées mécaniquement (morceaux de phrases de taille similaire) et des unités initiales, à savoir déterminées par le chercheur.

39Ce procédé automatique permet de mettre en évidence cinq classes, dont quatre apparaissent comme significatives. Contrairement à l’analyse manuelle thématique qui faisait de chaque publication un ensemble, l’analyse lexicométrique a porté sur ce corpus de 100 publications traitées comme un texte unique ; chaque publication est traitée comme un paragraphe. L’avantage de cette méthodologie est qu’elle définit, en tenant compte de la structure du texte (phrases, paragraphes), des ensembles cohérents d’usages de mots entre eux et permet de dégager le chercheur de ses a priori méthodologiques.

40Nous avons aussi effectué des entretiens au cours de trois séjours sur le terrain, en mars 2015, juin 2015 et novembre 2016, ainsi que de manière complémentaire une observation d’une conférence de presse organisée par le groupe le 7 juin 2015

41Nous avons mené une quinzaine d’entretiens. Ceux-ci durent entre 20 minutes et 1 h 30, selon la disponibilité des personnes rencontrées. Il faut par ailleurs remarquer que ces entretiens sont parfois réalisés dans des conditions difficiles.

42Nous avons ainsi eu des difficultés à nous mettre en lien avec les membres de Sauvons Calais, assez méfiants. D’abord, Reche, leader du groupe, ne souhaite pas nous parler et nos demandes de contact par courriel restent sans réponse. Ensuite, plusieurs rendez-vous que nous avions pu fixer avec des militants du groupe sont annulés, parfois à la dernière minute. Au final, nous réussissons à obtenir deux entretiens avec des membres du groupe.

43Nous pouvons lier ces difficultés avec celles que rencontrent fréquemment les chercheurs travaillant sur la violence politique, face à des acteurs montrant de fortes réticences à se prêter au jeu de l’enquête. Cela s’explique à la fois par le caractère potentiellement illégal de certaines activités, mais aussi par la très mauvaise image qu’ils peuvent avoir dans les médias, assimilant sociologues et journalistes. Ces obstacles à la recherche ont été mis en évidence par Fanny Bugnon et Isabelle Lacroix (2017), mais aussi par Cécile Lavergne et Anton Perdoncin (2010). Celles-ci influencent quantitativement le nombre d’entretiens obtenus, mais aussi qualitativement leur contenu. En effet, les personnes avec qui nous nous entretenons sont très méfiantes et veillent à donner le meilleur jour de leurs activités. Par exemple, M. nous assure ne pas participer à la gestion du Facebook de Sauvons Calais, avant de lâcher une vingtaine de minutes plus tard que c’est lui qui modère les commentaires trop violents.

44Les associatifs ainsi que les militants pro-refugiés acceptent plus facilement de nous rencontrer et d’être enregistrés. Nous menons des entretiens avec Y., l’avocate des No Border, ainsi qu’avec E., militant de l’Action antifasciste NP2C, confronté régulièrement dans la rue aux militants de Sauvons Calais, et avec W., militante, à la Cabane juridique, ONG de soutien aux migrants.

45Nous assistons aussi à une conférence de presse du collectif Sauvons Calais, le 7 juin 2015. Celle-ci est une excellente occasion pour nous de mettre en perspective de manière globale ce que nous pouvons constater de manière fragmentaire dans les publications de la page Facebook. La partie sur les revendications du collectif se base principalement sur l’observation de cette conférence de presse.

  • 13 Scission droitière du Front national. Pour plus de détails, voir Lebourg (2015).
  • 14 La mouvance identitaire est une formation d’extrême droite radicale, classée à droite du Front nati (...)

46Nous nous appuyons de manière plus spécifique sur trois entretiens réalisés en mars 2015, qui traitent pour une large part de la page Facebook du collectif. Le premier avec A., l’avocate de la LDH, qui a constitué une plainte pour incitation à la haine raciale contre Sauvons Calais après avoir dépouillé le contenu de la page Facebook. Le deuxième est avec M., cadre du groupe et responsable local du Parti de la France (Lebourg, 2015)13. Celui est plus âgé et plus formé que le reste des militants. Nous nous entretenons aussi avec D., militant proche de la mouvance identitaire14, qui participe aux actions de Sauvons Calais tout en essayant de monter un collectif concurrent, Défendons Calais qui deviendra ensuite Calaisiens en colère.

Contenus de la page

Ligne éditoriale et typologie des publications

47Sur la forme comme sur le fond, les publications de la page semblent suivre une ligne de conduite très proche de ce que nous pourrions attendre d’une ligne éditoriale professionnelle. Reche signe la plupart des publications et se présente volontiers comme le leader du mouvement et l’administrateur de la page. Pourtant, lorsque nous examinons son profil personnel, nous voyons une différence très nette entre ses opinions, ses avis, son « parler » et sa communication par le biais de cette page.

48En effet, la page personnelle de Reche est marquée par des propos virulents, voire agressifs, tandis que celle du collectif Sauvons Calais adopte une stratégie de communication qui se voudrait fédératrice, portée sur une communication cordiale, voire « conviviale ». Cette ligne éditoriale est marquée par un effort d’écriture (peu de fautes d’orthographe, vocabulaire courant, pas d’injures) et par des publications ayant pour objectif d’apaiser les membres du groupe. L’utilisation fréquente d’humour, d’émoticônes ou le fait de présenter des vœux pour chacune des fêtes peuvent être vus comme des éléments dans ce sens. Cette « convivialité » est un élément du « nous », sujet que le collectif veut construire face au péril supposé de l’ennemi, représenté par les migrants.

49Si la convialité marque la ligne éditoriale de la page, c’est pour proposer aux internautes de participer à une veille « vigilantiste » par le biais d’une boîte courriel dédiée à la dénonciation de « squats clandestins ». La page présente deux objectifs principaux : la dénonciation d’actes illégaux commis par des migrants et la mise en place de manifestations contre l’immigration. Cette ligne structure les publications de la page.

50Voici une liste des grandes typologies que nous dégageons de l’analyse d’un corpus de 100 publications entre le 15 novembre 2015 et le 7 mars 2016.

51Nous distinguons quatre thèmes principaux ainsi qu’une catégorie plus faible quantitativement, mais tout de même intéressante.

Dénonciation de « l’ennemi » (39 % des publications)

52Le premier thème consiste en la désignation et en la dénonciation de « l’ennemi », composé de trois types.

53Tout d’abord, il y a les migrants, que Sauvons Calais appelle systématiquement les clandestins, accusés d’envahir Calais :

La rue du Temple est à nouveau squattée par les clandestins.

Contre l’arrivée des clandestins partout en France, mobilisons-nous à Calais !

54Ensuite, il y a ceux qui soutiennent les migrants : le groupe No Border, « les extrémistes de gauche », et le journal Nord Littoral, accusés de « soutenir l’invasion ». Ils ont pour particularité de soutenir activement « les clandestins » :

Pour le buzz, ils peuvent compter sur la présence du journal Nord Littoral, ouvertement POUR l’immigration. Ramassis d’ordures.

Pas de place ici pour les no-borders !

55Enfin, il y a les autorités publiques qui seraient coupables d’inaction ; sont désignés la maire de Calais, le gouvernement, incarné par Manuel Valls et Bernard Cazeneuve, mais aussi les forces de l’ordre qui en seraient le symbole sur le terrain :

Pendant que certains habitants de Calais barricadent leur domicile […], madame le Maire ne pense qu’au futur mandat qu’elle pourrait exercer…

Le déplacement de Bernard Cazeneuve (Ministre de l’Intérieur) et de Manuel Valls (Premier ministre) à Calais n’aura fait qu’accentuer le problème migratoire que rencontre actuellement notre ville.

[…] le commissariat de police de Calais ne prend plus en considération les plaintes de Calaisiens contre les clandestins.

Affirmation identitaire : le « nous » (21 % des publications)

56Le deuxième thèse est l’affirmation du « nous », une identité présentée comme menacée. Bien qu’ils soient très marqués par l’identité calaisienne, ses éléments sont assez hétéroclites.

57La ville de Calais, le nom de la ville et celui de ses habitants figurent dans presque toutes les publications de la page, mise en avant par le titre de la page, « Sauvons Calais », qui sert de référence totémique au « nous ». Elle est à mettre en lien avec l’ancrage territorial qui, selon Favarel-Garrigues et Gayer (op. cit.), est nécessairement lié au vigilantisme :

Notre ville va droit dans le mur... Vous savez donc ce qu’il vous (nous) reste à faire

[…] privilégiez le drapeau calaisien […]

58La culture « occidentale », particulièrement la chrétienne, est mise en avant à l’occasion de fêtes, notamment religieuses (Pâques, Noël), ce qui s’inscrit dans la vision identitaire de l’extrême droite d’une civilisation « chrétienne » :

Joyeux Noël à toutes les personnes présentes sur cette page !

59La référence à l’identité française est parfois ambiguë. Par exemple, si les militants se retrouvent dans cette identité, ils se sentent délaissés par les autorités et, du même coup, par le reste de la France. Il n’en reste pas moins que cette identité sert de référence dans l’opposition aux « clandestins » :

Vive Calais ! Vive la France !

La France est une honte, privilégiez le drapeau calaisien, baissez le français.

60Cette affirmation identitaire est marquée par un fort sentiment de menace. La référence à la France est partagée entre cette volonté d’appartenir à un ensemble culturel et ce qui est vécu comme une trahison : « l’inaction » des autorités.

Manifestations (17 %)

61L’évocation des manifestations se subdivise en deux types.

62Le premier est les annonces de manifestations, qui sont soit des appels à manifester, soit des informations sur les manifestations « pro-migrants », dénoncées comme symbole de permissivité des autorités :

[…] notre manifestation de ce dimanche est annulée et reportée à une autre date.

Manifestation aujourd’hui à 13 h devant la gare. Besoin de vous calaisiens !!!!

63Le deuxième consiste en des commentaires sur des manifestations et en une dénonciation d’interdiction. L’affirmation du « nous » se renforce davantage par une opposition entre ceux qui « participent aux manifestations » et ceux qui ne sont actifs que sur la page Facebook :

Manifestation d’aujourd’hui : nous avons été chargés par les CRS...

Non seulement les clandestins manifestent, ce qui nous est totalement interdit à nous, calaisiens, mais en plus ils taguent

Vigilantisme pur (17 %)

64Le vigilantisme est présent sous deux formes dans la page Sauvons Calais.

65Il y a les publications qui dénoncent les « méfaits » ou la présence de certains migrants dans le Calaisis :

Surveillez vos voitures

C’est désormais sûr, les clandestins se sont installés à Tatinghem.

Une vidéo prise aujourd’hui par un sympathisant de Sauvons_Calais, riverain de la rue Mollien. Depuis plus d’une semaine, cette zone devient invivable pour les habitants.

66La deuxième concerne les incitations au vigilantisme et à l’« auto-justice » :

Ils s’entretuent, c’est leur problème. Ils sont armés, c’est le nôtre...

Soyons prévoyants !

Catégorie résiduelle (2 %)

67Enfin, nous notons une catégorie de publications, peu nombreuses, mais qui, confrontées à différents éléments de contexte, nous semblent revêtir une certaine importance. Parmi les publications, 2 % sont consacrées à la demande, lancée aux personnes présentes sur la page, de ne pas publier de messages xénophobes :

Merci de modérer vos propos, ne donnez pas à manger à nos opposants qui n’attendent que ça, parfois il s’agit d’un moyen détourner de faire passer un message « humoristique » : « Comparer cette migrante en train de faire ses gros besoins dans l’herbe près de la Cité à un chien est interdit par la loi. Par avance, merci ».

Analyse lexicale selon la méthode Reinhert

68Nous avons ensuite analysé le corpus de manière lexicométrique à l’aide de la méthode Reinhert comme nous l’avons indiqué précédemment (Roy et Garon, op. cit.). La méthodologie automatique procède par un découpage du texte en plusieurs types d’unités textuelles, au sein d’un corpus global : des unités aléatoires découpées mécaniquement (morceaux de phrases de taille similaire) et des unités initiales, à savoir déterminées par le chercheur ; pour nous, chaque publication est une unité initiale. Le logiciel est ensuite paramétré manuellement de manière à sélectionner, et c’est un choix méthodologique, les natures de mots afin de leur choisir un traitement adapté. Par exemple, les pronoms personnels ont été considérés comme des mots-pleins (à forte signification), alors qu’ils sont traités comme des mots-outils par défaut (mots qui servent le sens). Ainsi, tenant compte de la nature des mots, de leur caractère important, le logiciel procède par l’étude des champs lexicaux et des cooccurrences, à une analyse au sein des deux types d’unités (aléatoires et contrôlées) pour générer des classes significatives en opposition.

69Ce procédé automatique d’analyse exercé sur notre corpus permet de mettre en évidence cinq classes dont quatre apparaissent comme significatives. Contrairement à l’analyse manuelle catégorielle et thématique qui faisait de chaque publication un ensemble, l’analyse lexicométrique a porté sur un corpus de 100 publications traitées comme un texte unique ; chaque publication est traitée comme un paragraphe de ce texte. L’avantage de cette méthodologie est qu’elle définit, en tenant compte de la structure du texte (phrases, paragraphes), des ensembles cohérents d’usages de mots entre eux et qui dégagent le chercheur de ses a priori méthodologiques.

70Les cinq classes entrent en cohérence avec l’analyse thématique et permettent d’affiner la mesure des thèmes au sein du corpus. Les classes sont les suivantes.

Graphe 1. Les classes de mots dans le corpus de publications de la page

Graphe 1. Les classes de mots dans le corpus de publications de la page

71En nombre, la première classe est la quatrième (classe 4). Nous la concevons comme étant celle qui concerne la dimension sociopolitique locale et nationale de l’immigration à Calais. Elle représente 24,4 % des mots du corpus. Il s’agit d’une classe thématique qui décrit la situation calaisienne comme un « problème » sociologique et politique en fonction de l’actualité. Cette classe décrit souvent des phénomènes quotidiens, inscrivant les idées politiques du groupe dans un régime de « vérité » lié à l’actualité. Les personnalités politiques (locales et nationales) y sont citées pour constater l’inefficacité des dispositifs.

72La deuxième classe est la troisième (classe 3), que nous intitulerons « L’appel à la vigilance » et qui regroupe 21,1 % des occurrences. L’appel à la vigilance s’appuie sur une part importante de signalement tel que défini par Loveluck (op. cit.). Il s’écrit dans un champ lexical propre à la vigilance. Il s’articule autour du champ lexical clandestins, groupe, famille, camp, problème, danger, sécurité, etc., et de verbes qui symbolisent l’action, très souvent à la forme pronominale, ce qui montre l’importance de la dimension « proactive » des publications. Se mettre, se défendre, se soutenir, se mobiliser, se rendre, etc., sont donc autant d’indices qui permettent de mettre en évidence l’existence d’un discours vigilantiste.

73Ce discours s’articule autour de trois constantes : le signalement, c’est-à-dire montrer, illustrer la peur, un champ lexical (définitions / sentiment) constant et l’utilisation de verbes « proactifs », marqués essentiellement par un caractère réfléchi et pronominal.

  • 15 Sous forme de « J’aime » sur Facebook ou de partages de publications, qui permettent d’engager le p (...)

74Le contenu rédactionnel de la classe 5, que nous nommons « Les activités socionumériques autour du “problème” calaisien », totalisant 17,1 % des mots, tourne autour du mouvement sur Internet. Pour l’essentiel, il s’agit d’une classe constituée de propos liés à d’autres contenus Web, d’appels à partager ou à remercier ceux qui sont dans le groupe pour leur soutien15. La classe en elle-même est une classe informative, fonctionnelle, que l’on trouve dans la plupart des autres pages Facebook, car elle est indispensable à son bon fonctionnement.

75Avec 21,9 % des occurrences du corpus, la classe 2, que nous intitulons « La définition des groupes », est marquée par un usage très important des pronoms personnels et elle favorise une analyse structurale sous forme de schèmes d’opposition assez simples. Ainsi, à l’analyse, catégories duales s’opposent : On  Nous = Collectifs, calaisiens > français > passifs / Eux  Ils = Clandestins, associations pro, No Borders, Extrême gauche, la police et les personnalités politiques.

76Il y a l’affirmation de deux identités fortes. D’un côté se trouve l’identité calaisienne, le « nous ». L’identité française est valorisée dans une moindre mesure. De l’autre côté se trouve le « eux » : clandestin (migrant, immigré) qui « envahit », « dégrade » et « s’installe », associations pro-migrants, No Border et extrême gauche qui les défendent. La police est dénoncée en tant que symbole d’une action politique faible. Nous pouvons noter que cette vision duale du monde en termes d’ami et d’ennemi s’inscrit pleinement dans une vision du politique telle que développée par Carl Schmitt (2009), la communauté politique étant fondée par l’acte « créateur » qu’est la confrontation avec un ennemi, lui conférant une existence et une cohésion. Nous allons développer plus bas cet aspect.

77Enfin, nous distinguons une classe résiduelle de mots, la classe 1, comptant 15,5 % des occurrences. Elle est peu marquée par une cohérence d’ensemble et contient beaucoup d’éléments qui appartiennent aux autres classes. Elle compte tout d’abord plusieurs éléments transversaux, l’un des plus remarquables se situant dans l’emploi très marqué de l’impératif pour les formes verbales qui renvoient systématiquement au « nous » / « on ».

Préserver la ressource militante

  • 16 Loi n° 90-615 du 13 juillet 1990 tendant à réprimer tout acte raciste, antisémite ou xénophobe .

78Nous constatons aussi un enjeu autour du respect de la loi de 1990 qui interdit l’expression dans l’espace public de propos relevant du racisme16. Les descriptions de migrants, les appels à l’action et à l’« auto-justice » sont susceptibles d’être considérés comme des appels à la haine raciale.

  • 17 Les conditions d’utilisation de Facebook 3.7 et 3.9 proscrivent les discours de haine, les discours (...)

79Les contenus de la page ont donc de fortes chances de ne pas respecter non seulement la loi de 1990, mais aussi les conditions d’utilisation de Facebook17. Préserver la ressource communicationnelle qu’est la page devient un enjeu pour le collectif qui développe des stratégies pour y parvenir.

80Nous retrouvons ainsi plusieurs publications appelant les internautes à plus de mesure afin d’éviter sa suppression. De même, M., militant du collectif, dit partager ces préoccupations. Il se dit respectueux des lois et supprime en temps réel les commentaires ouvertement racistes ou appelant à la violence contre les migrants. Selon lui, s’il est parfois possible de trouver des commentaires de ce type, c’est à cause de la « masse de commentaires », qui rendrait « le travail de modération difficile ». Il ne fait pas de lien entre les publications de la page et la présence massive de ce type de commentaires. Il ajoute que ce seraient des « antifas » qui publieraient la majorité des pires commentaires racistes, en vue de faire fermer la page.

81Notre entretien avec A., chargée par la LDH de constituer une plainte pour incitation à la haine, nous donne une tout autre vision. Elle nous dit que la modération des commentaires ne commence qu’après la manifestation du 7 septembre 2014 qui met le collectif sous les projecteurs des médias nationaux, après un an de parole « libérée », voire déchaînée. Elle nous dit qu’un « grand ménage » est fait pour éviter la suppression de la page. Ayant fait des captures d’écran, elle nous cite quelques exemples des commentaires qui sont restés plusieurs mois sur la page, avant le « grand ménage ».

  • 18 Médecin nazi qui a conduit de nombreuses expériences sur des détenus juifs à Auschwitz pendant la S (...)

82Par exemple un internaute sous le pseudonyme de Mengele18 déclare :

Sus à ces morpions, ces migrants, sauvons les animaux de laboratoire et sauvons Calais.

83Un autre internaute sous le pseudonyme d’Estrosi interpelle le collectif :

Vous êtes des braves, il ne faut pas laisser ces métèques souiller notre sol, l’eldorado, des trains directs pour la Pologne, Arbeit Macht Frei. Ça leur changerait la vie à ces feignasses.

84Elle s’est aussi intéressée aux commentaires qui suivent l’affaire des tirs du fusil à plomb par un vigile en juin 2014. Elle relève ainsi de nombreux propos qui soutiennent son action :

S’ils étaient pas là à faire chier, ils ne se feraient pas tirer dessus

Une médaille à cet homme

Seulement blessés faut lui acheter des lunettes

Quand on tire à la carabine, c’est comme un zombie, il faut viser la tête

Il mérite une médaille pour acte patriotiques, un jour tout cela se finira comme à Oslo

Que la France nous donne un permis de chasse

C’est la seule solution, armez-vous les gens

85Nous notons là aussi que ces commentaires justifient globalement l’« auto-justice » et le vigilantisme.

86L’enjeu autour des publications est important. Le collectif ne peut se permettre de respecter les conditions d’utilisation de Facebook et la loi, car sa raison d’être et ce qui explique son succès sont justement cette dénonciation parfois virulente des migrants. L’enjeu pour les community managers de la page est donc de se placer « sur le fil » : suffisamment raciste pour servir d’exutoire, tout en ne l’étant pas assez pour susciter des poursuites ou une fermeture de la page.

87Deux types de publications relèvent particulièrement de cette catégorie : les 40 % de publications concernant la représentation des migrants de même que les 17 % concernant le vigilantisme peuvent être assez rapidement considérés comme des incitations à la haine.

88Un bon exemple de cette communication « sur le fil » concerne la publication suivante qui, sous couvert d’humour, peut aisément être interprétée comme un appel à l’agression pure et simple des migrants.

Capture d’écran 1. La publication « humour Décathlon », partagée plus de 37 000 fois

Capture d’écran 1. La publication « humour Décathlon », partagée plus de 37 000 fois
  • 19 BFMTV, « Immigration : une affiche de Decathlon crée la polémique ». [En ligne].  http://www.bfmtv. (...)

89Parue le 12 octobre 2016, cette publication suscite 1 300 commentaires et plus de 37 000 partages, ce qui est le signe d’une très forte audience. Ce « buzz » est même signalé par BFMTV19.

90Nous pouvons noter que l’image est accompagnée d’un commentaire « humoristique », qui renvoie le caractère raciste du propos à l’entreprise Décathlon, ce qui permet en quelque sorte de se « couvrir ».

91Nous constatons l’existence de trois moyens adoptés par le groupe pour préserver cette ressource. Le premier est un étroit contrôle des publications de la page. Celui-ci semble efficace à l’exception de la vidéo « humoristique » du groupe Northmen Impakt intitulée Fous ton lait dehors, qui montre des images de lait à l’extérieur d’une maison. Elle est assortie d’une musique rock au rythme assez violent dont on comprend rapidement que les paroles sont « Foutons-les dehors » en référence aux migrants20. La page a été supprimée pour 24 heures par Facebook, avant d’être rétablie.

92Le deuxième est l’utilisation du ton « humoristique » : celui-ci, comme dans la publication montrée ci-dessus, permet de mettre un peu de distance avec le propos : si la publication montre des cartouches de chasse avec l’intitulé « Spécial migrations », ce qui est très clair, l’ajout de la mention « humour Décathlon » permet d’afficher un peu plus de distance, bien que le contenu semble très clair pour les personnes abonnées à la page.

93Le troisième moyen est un contrôle des commentaires puisque sur Facebook, le propriétaire de la page est responsable de l’ensemble des contenus, y compris ceux publiés par d’autres. Deux méthodes sont employées. La première consiste en de réguliers appels à l’autocensure, demandant de ne pas publier de commentaires racistes. D’autres pages anti-immigration qui ont été fermées sont prises en exemple, telle Calais Libre. La deuxième est un « nettoyage » des commentaires sur la page, annoncé par plusieurs publications, dont l’existence nous est confirmée par M. et A.

94Si le collectif prétend ne pas pratiquer la violence comme nous l’affirme M. lorsque nous nous entretenons avec lui, la mise en avant très régulière de ce type d’appels, dirigés contre des migrants, pose très clairement la question du passage à l’acte : ces nombreux appels à l’« auto-justice » contre les migrants sont-ils suivis d’effet ?

95Nous le voyons ici, le contrôle des propos tenus sur la page est un enjeu important. Ce qui fait son attrait pour les personnes qui la suivent est sa représentation négative des migrants en tant qu’ennemis ainsi que ses nombreuses formes d’appel au vigilantisme.

  • 21 « “Fausses informations” : Facebook annonce avoir supprimé 30 000 comptes en France ». [En ligne].  (...)

96Il convient de rappeler que ce que semblent le plus craindre les membres du collectif n’est pas tant un procès, long à se tenir, qu’une mise en danger immédiate de la ressource qu’est la page par une suppression pour non-respect des conditions d’utilisation. Enfin, les publications affichées sur la page interrogent aussi les critères de modération de Facebook, qui peuvent sembler assez opaques : si les contenus à caractère pornographique sont immédiatement retirés, ce n’est pas forcément le cas de contenus qui violent d’autres conditions d’utilisations, comme l’ont montré les polémiques sur la circulation des fake news lors de l’élection présidentielle américaine21.

Cadrage de la page

Camper la vision du monde du collectif

97Pour reprendre les questions posées par Harold D. Lasswell pour décrire un acte de communication, nous pouvons dire que les parties précédentes ont permis de proposer des réponses aux questions suivantes : Qui communique, par quels moyens et par quels contenus ? Reste la question du public et surtout de l’effet auprès de ce public (Mattelart, 2004). Deux éléments importants nous semblent ressortir de cette analyse, pour laquelle nous utiliserons la notion de cadrage. Le premier est que cette page est avant tout un outil visant à promouvoir non seulement le point de vue du collectif sur la situation à Calais, mais surtout une vision du monde bien particulière. Le deuxième est que cette page est utilisée comme vitrine aux actions du collectif et comme moyen d’appeler à l’action à la suite du cadrage effectué sur la situation calaisienne.

« Nous »

98Tout d’abord, l’opposition entre « eux » et « nous » marque structurellement et durablement les publications. Nous pouvons partir de cette publication particulièrement significative en termes de schèmes d’opposition.

Non seulement les clandestins manifestent, ce qui nous est totalement interdit à nous, Calaisiens, mais en plus ils taguent (avec l’aide de leurs complices d’extrême-gauche) « nik la France » sur la statue de Charles de Gaulle Place d’Armes. Petite cerise sur le gâteau, un Calaisien proche de Sauvons Calais est actuellement en garde à vue pour avoir empêché des clandestins qui manifestaient de rester dans sa cour.

99Cet extrait résume à lui seul tous les ensembles qui structurent les propos sous la forme suivante.

Figure 1. Les ensembles structurant les propos

Figure 1. Les ensembles structurant les propos

100Autour de cette formule structurale émerge le point central de la communication du collectif, le « nous » et le « eux ».

101Le profil de la page de Sauvons Calais est ainsi marqué par un contenu identitaire local très fort. L’analyse du contenu iconographique montre un attachement à la ville, représentée essentiellement par son blason (croix blanche sur fond bleu). Plus des deux tiers des photographies de profil font apparaître des slogans à l’impératif et à la deuxième personne du pluriel, « nous ». Le collectif veut renvoyer l’image d’une identité forte et partagée.

102Le nom du collectif est déjà un indice en soi de l’importance que revêt le « nous » dans la construction de son identité sociodiscursive. « Sauvons Calais » fait appel à l’ensemble de ceux qui voudraient « sauver Calais ». Une lecture détaillée du contenu et des occurrences mises en opposition au « nous » révèle une identité pleinement politique.

103Il serait simpliste de considérer que le « nous » représente l’ensemble des Calaisiens. Il n’est pas certain qu’il inclue que les Calaisiens qui se sentent menacés. Dans la rhétorique employée pour qualifier le « nous », celui-ci réfère clairement à la part « agissante » de la population calaisienne, des propos tels que « Ne nous laissons pas faire », « mobilisons-nous », « sauvons » et les attaques contre ceux « qui se plaignent, mais n’agissent pas » montrent que le collectif propose une vision plus complexe que celle qui consisterait à dire que tous les Calaisiens seraient le « nous ». L’appartenance au « nous » en tant sujet politique est conditionnée par le fait d’agir dans les « intérêts des Calaisiens », à savoir contre l’immigration. Si cet « engagement » commence par le fait d’aimer la page, il se concrétise et gagne en force par la participation à l’action, par la dénonciation des squats ou par la manifestation.

104Le « eux » en revanche est une entité politique plus disparate. La forme la plus importante de ce « eux » politique est déterminée par le statut de « clandestins » systématiquement utilisé pour désigner les migrants. En effet, de nombreuses formulations étaient envisageables : migrants, immigrés, étrangers, fugitifs, exilés, etc., auxquels aurait pu être ajouté « en situation irrégulière » pour souligner le statut de ce « eux ». Le choix d’utiliser « clandestin » est un choix politique considérant les migrants en tant que personnes étrangères au « nous ». Le « eux » qui définit les clandestins est un étranger absolu, illégitime et illégal. Il y a donc une construction d’un sujet politique dans le choix des mots qui définissent ceux qui s’opposent au « nous ».

105D’autres « eux » existent et sont désignés comme des ennemis ; par exemple, les No Border, les associations de soutien aux migrants etl’extrême gauchesont qualifiés de « pro-clandestins » mentionnés tantôt avec ironie et mépris, tantôt avec agressivité. Si les clandestins sont considérés comme une nuisance issue de l’incapacité politique à régler la situation, les No Border et l’extrême gauche sont perçus comme des ennemis, des traîtres ou des « collabos » parce qu’ils encourageraient la situation. L’utilisation du terme collabo, faisant référence à l’occupation nazie, est intéressante. En effet, par un retournement sémantique dont l’extrême droite a le secret, l’armée d’occupation devient les migrants, soutenus par des « collabos » d’extrême gauche, et les membres du collectif peuvent se référer à la Résistance française, pourtant antifasciste…

106D’autres sont désignés comme adversaires par leur posture insuffisamment active. Des responsables politiques sont ainsi traités d’incompétents et pointés comme la cause du problème. Les mots à leur égard sont moins durs, mais ils appartiennent à cet ensemble qui n’est pas « nous ».

107Enfin, le « eux » le plus faible, c’est le Calaisien inactif, celui qui soutient la cause à distance, mais qui n’agit pas. Il est considéré comme un « nous » potentiel, mais par sa passivité diminuant la force du collectif, il peut devenir un adversaire de la cause. Leur mobilisation est d’ailleurs l’un des objectifs de la page.

Revendications de Sauvons Calais

108Les pratiques discursives du collectif suivent ces perspectives. Sauvons Calais propose un programme autour de trois axes revendicatifs. Pour décrire ces revendications, nous nous basons sur les publications de la page, mais aussi sur la conférence de presse du 7 juin 2015. Nous citons principalement Yvan Benedetti, dirigeant du Parti nationaliste français et soutien du collectif qui assure l’essentiel de la prise de parole.

  • 22 Dans ces deux pays, des groupes d’extrême droite ont créé des milices en uniforme qui ont atteint u (...)

109Le premier axe consiste en la mise en place de milices populaires sur le modèle du dispositif Voisins Vigilants, mais dont les prérogatives seraient plus étendues, permettant des « interventions citoyennes ». Lorsque Benedetti parle de la mise en place de groupes d’autodéfense, il fait ainsi référence à l’Italie et à la Hongrie22. Dans ces pays, il considère que « [c]e sont des populations exaspérées qui prennent leur défense en main ». Il poursuit : « C’est très simple : il faut coordonner l’action et surveiller sa rue. » Il avance tout de même l’idée qu’une supervision des autorités est nécessaire et il ne serait pas question de doter les personnes d’armes à feu « dans un premier temps ».

110Le programme du groupe se poursuit par un deuxième axe et appelle à la dissolution des groupes « migrationnistes » censés, « tels des négriers », amener les migrants à l’abattoir, au bénéfice de la « finance internationale et de l’oligarchie ». La revendication du groupe est la « dissolution de toutes les ONG » qui aident d’une manière ou d’une autre les migrants et surtout du groupe No Border, perçu comme « le pire ennemi des Français ».

111Le troisième axe revendicatif, de loin le plus développé, consiste en un appel à une fermeture des frontières et un arrêt total de l’immigration extra-européenne. Selon Benedetti, « quand l’assiette se vide, il n’est pas question de faire venir des bouches supplémentaires, des bouches étrangères pour partager le peu qui nous reste ». La perspective à terme serait d’organiser la « remigration » des populations non européennes, afin « de protéger les Français ». Cette déportation de masse permettrait d’éviter des souffrances pour les « déracinés », mais aussi pour les « populations de souche ». À Calais, ces revendications se matérialiseraient dans un projet spécifique : enfermer tous les migrants dans un camp. Les comités d’autodéfense auraient pour vocation d’appuyer les forces de l’ordre dans la mise en œuvre du camp, n’hésitant pas à dénoncer et à interpeller les migrants pour les y enfermer.

Quel cadrage politique ?

112Nous avons utilisé les outils du framing ou cadrage pour comprendre en termes de mobilisation les positions développées par la page. Il est possible de découper en plusieurs éléments l’information appelant à soutenir les actions. La conjonction de ces trois éléments forme un « cadre d’action collective » (Fillieule, Mathieu et Péchu, op. cit.).

Figure 2. Le cadre d’action collective

Figure 2. Le cadre d’action collective

Appeler à l’action

113De nombreux sites et pages d’extrême droite se placent dans une stratégie d’influence pour atteindre une hégémonie idéologique, selon la stratégie de la nouvelle droite23. Ce n’est pas le cas de Sauvons Calais, qui ne se satisfait pas d’influencer l’opinion. Rappelons que 34 % des publications appellent à l’action, dans le cadre de manifestations ou d’actions vigilantistes. La page Facebook ne se contente donc pas de proposer une vision du monde et un cadrage, elle propose aussi à son public d’agir. Dans cette perspective, nous distinguons deux types d’appels, l’un s’inscrivant dans le répertoire d’action plus classique des mouvements sociaux, notamment des mouvements sociaux anti-migrants tels que décrits par Wood (op. cit.), et l’autre dans le répertoire d’action du vigilantisme pur et dur.

Manifester

114Concernant le répertoire d’action du mouvement social, l’objectif est de mobiliser la population contre les migrants, principalement par des manifestations, en vue de publiciser les revendications du groupe.

115Parmi les visuels publiés sur le fil d’actualité de la page, 11 % appellent à diverses manifestations ; c’est également le cas de 15 % des photos de couverture de la page. La proportion des appels à manifester est encore plus élevée lorsqu’on analyse les thèmes des publications du fil d’actualité : 17 % des contenus concernent des manifestations. Nous retrouvons cette dimension dans l’analyse lexicométrique, le champ de la mobilisation totalisant ainsi près de 20 % des entrées.

116Nous pouvons notamment citer la manifestation du 7 septembre 2014 à laquelle participent par centaines des manifestants de nombreux groupes d’extrême droite française (PDF, Réseau Identité, Jeune Nation) et belge (Nation). Médiatisée nationalement, elle donne lieu à des débordements qui nuisent à la réputation du collectif : des manifestants font des saluts nazis et seule la présence des forces de l’ordre empêche la confrontation avec des contre-manifestants antifascistes24.

117Par la suite, presque toutes les manifestations appelées par le groupe sont interdites par la préfecture du Pas-de-Calais, qui invoque un risque élevé de troubles à l’ordre public. C’est le cas de celles du 25 janvier 2015, du 7 juin 2015 ou encore du 10 novembre 2015. Sauvons Calais appelle aussi à la manifestation du 6 février 2016, coorganisée par Pegida France. Alors qu’elle est interdite par la préfecture, ses organisateurs la maintiennent, ce qui donne lieu à des affrontements ainsi qu’à la très médiatisée arrestation du général à la retraite Christian Picquemal25.

118Dans un autre registre, un épisode très marquant est la mobilisation menée contre un squat de Coulogne (près de Calais), ouvert le 2 février 2014. Il est tenu par des militants du mouvement No Border, en soutien aux migrants. Sauvons Calais organise un sit-in rejoint par les habitants du quartier pour demander l’expulsion du squat. Celui-ci se transforme rapidement en un siège qui dure 15 jours, avec la participation active des voisins. Il se solde par des caillassages qui rendent le squat inhabitable, puis par la destruction du bâtiment par le feu, une fois que les occupants sont contraints de quitter les lieux. Cette action est une illustration de la pertinence de la définition de Johnston (op. cit.) concernant le vigilantisme. Les actions du groupe s’inscrivent clairement dans une dynamique d’action directe, incitant les habitants du quartier à détruire le squat, tout en utilisant des éléments du répertoire d’action des mouvements sociaux : banderoles et tracts. C’est aussi le nom des événements qui emprunte à ce répertoire : manifestation et sit-in

De l’appel au vigilantisme à l’action

119Le deuxième type d’action concerne le vigilantisme pur. Parmi les publications, 17 % peuvent être associées à ce domaine. N’oublions pas que la page Facebook est originellement ouverte pour publier des appels à la dénonciation des squats. Nous retrouvons logiquement des aspects de ce que Loveluck (op. cit.) appelle le « vigilantisme numérique » ainsi que de fréquents appels à l’« auto-justice ».

  • 26 Par contre, peu de contenus appartiennent aux trois autres catégories de vigilantisme numérique (en (...)

120La plupart des publications ayant trait au vigilantisme appartiennent au domaine du signalement26. Ces signalements de migrants et de leurs actions ont pour objectif de les rendre visibles et de les « dénoncer ». Plus que du shaming (Loveluck, op. cit.), c’est-à-dire la stigmatisation d’une pratique sociale par l’exposition numérique, l’objectif est d’offrir en quelque sorte une « cartographie du danger », qui signale les squats, mais aussi les tentatives de passages où de nombreux migrants essayent de monter dans des camions. Le shaming existe aussi, mais il est plus résiduel : images de migrants qui font leurs besoins et qui sont comparés à des animaux.

  • 27 « Le chauffeur hongrois qui a effrayé des migrants à Calais avec son camion a été licencié — France (...)

121Le deuxième type de contenus consiste en des appels à l’« auto-justice ». Ce sont tout d’abord des publications légitimant les agressions de migrants. Par exemple, plusieurs publications soutiennent David et Gaël Rougemont qui ont sorti un fusil lors d’une altercation en marge d’une manifestation de soutien aux migrants. Il convient de préciser que Rougemont, qui a exhibé le fusil, est membre du collectif. Nous pouvons aussi citer des publications de soutien à un chauffeur de poids lourds hongrois ayant tenté de renverser des migrants tout en se filmant. Le collectif le soutient et conteste son licenciement par son employeur à la suite de cet épisode27.

122Les multiples appels à l’action relayés sur la page peuvent aussi se traduire en actes concrets. Nous l’avons vu précédemment, la stratégie politique de la page est « sur le fil » : elle désigne très clairement les migrants comme l’ennemi. Pour autant, nous l’avons vu, une politique de « modération » est mise en place. Cette préoccupation se retrouve dans les actions du collectif. Ainsi, M. déclare-t-il que les militants se disent contre l’usage de la violence et refusent d’y recourir, mais pour autant, les publications peuvent être interprétées autrement.

  • 28 « Calais : un an de prison pour avoir tiré sur des migrants – 9 juillet 2014 – L’Obs ». [En ligne]. (...)

123Nous distinguons deux types de passages à l’acte. Le premier est spontané : après avoir interagi d’une manière ou d’une autre avec le collectif par l’intermédiaire de sa page Facebook, des personnes attaquent les migrants. A., l’avocate de la LDH, lors de l’entretien qu’elle nous accorde, donne deux exemples avérés de passage à l’acte en lien avec la page. Tout d’abord, il y a l’affaire du vigile de supermarché qui, après avoir publié son exaspération sur la page Facebook de Sauvons Calais, tire à plusieurs reprises avec un fusil à plomb sur des migrants28.

  • 29 L’attaque ne fera ni morts ni blessés et ses auteurs sont rapidement arrêtés et emprisonnés. Pour e (...)

124Il y a aussi le cas de trois jeunes calaisiens qui, après avoir publié des commentaires appelant à l’auto-justice et participé à la manifestation organisée par Sauvons Calais le 7 septembre 2014, attaquent un squat habité par des Égyptiens à coups de cocktails Molotov29.

125Par ailleurs, entre 2015 et 2016, nous apprenons l’existence de nombreuses agressions organisées, à distinguer d’actes isolés commis par des Calaisiens qui ne sont pas forcément liés à l’extrême droite. Il y a trois grandes vagues d’agressions : la première en septembre 2015, la deuxième au cours de l’hiver 2015-2016 et la troisième en juin 2016.

126Nous rencontrons trois victimes, deux migrants, et une lycéenne qui milite au collectif Calais Ouverture et Humanité. De plus, la plupart des informations que nous reproduisons ici proviennent d’un entretien avec U., volontaire à la Cabane juridique, association d’aide juridique aux migrants. Après un travail de recueil de témoignages et d’incitation à porter plainte, elle nous confie avoir recueilli 120 témoignages d’agression et soutenu 55 dépôts de plainte. Elle ajoute qu’étant donné que les migrants sont très réticents à porter plainte, ce chiffre est fortement en deçà de la réalité. Il est difficile de prouver un lien direct entre les actions du collectif et ces passages à l’acte organisés. Pour autant, le fait que les contenus de la page campent les migrants comme l’« ennemi », les multiples appels à l’action mis en ligne ainsi que la publicisation d’activités vigilantistes, combinée à la large audience de la page sur les réseaux sociaux, créent un contexte favorable à ce type d’agressions et de passages à l’acte.

Éléments de conclusion

127En tant qu’outil communicationnel, la page Facebook de Sauvons Calais permet de mettre en avant les pratiques discursives du groupe et sa vision du monde, son identité sociodiscursive (Van Leeckwyck, op. cit.). La mise en scène de l’ennemi est ainsi essentielle dans cette vision du monde, permettant d’affirmer un « nous », une identité « positive », qui serait menacée, face à un « eux », figure de l’ennemi, représenté par les migrants, mais aussi tous ceux qui pourraient leur apporter un soutien. Par ailleurs, ce « nous » ne serait pas constitué de l’ensemble de la population de Calais, mais uniquement des Calaisiens mobilisés par le collectif, c’est-à-dire une identité forgée par l’action, ce qui, dans une certaine mesure, rappelle les éléments vitalistes de la rhétorique fasciste (Gentile et Raynaud, op. cit.).

128Les contenus publiés sur la page dessinent un cadrage de la situation à Calais, c’est-à-dire à la fois un diagnostic de la situation et un appel à agir à partir de celle-ci (Fillieule, Mathieu et Péchu, 2009). Cette dimension mobilisatrice est importante à la fois quantitativement (près d’un tiers des publications) et qualitativement.

129En effet, le contenu des appels à l’action mêle des éléments qui, selon Wood (op. cit.), relèveraient du répertoire classique des mouvements sociaux de masse contre l’immigration et d’autres du répertoire d’action du militia movement. La présence des deux types tend à montrer la pertinence analytique de la définition de Johnston (op. cit.), qui voit le vigilantisme comme un mouvement social ayant pour objectif de rétablir l’ordre. Celle-ci permet de comprendre les publications de la page appelant à l’action comme un ensemble cohérent.

130Les signalements de migrants, la dénonciation des squats, les appels à l’« auto-justice », les sit-in contre les squats et les manifestations constituent alors autant d’éléments d’action du répertoire de ce collectif vigilantiste et anti-migrants. Cela permet aussi de comprendre en quoi le vigilantisme ne se borne pas à vouloir réprimer certains actes. Au contraire, sa perspective plus large est de mobiliser la population d’un territoire donné dans un mouvement en vue de rétablir l’« ordre ».

Haut de page

Bibliographie

ABRAHAMS, Ray (1998), Vigilant Citizens. Vigilantism and the State, Cambridge, Polity Press.

ALAUX, Jean-Pierre (2015), « Calais vaut bien quelques requiem », Plein droit, 104 : 3-8.

BADOUARD, Romain (2013), « Les mobilisations de clavier. Le lien hypertexte comme ressource des actions collectives en ligne », Réseaux, 181 : 87-117.

BARDIN, Laurence (1977), L’analyse de contenu, Paris, Presses universitaires de France.

BRODEUR Jean-Pierre et Fabien JOBARD (2005), Citoyens et délateurs. La délation peut-elle être civique ?, Paris, Autrement.

BUGNON, Fanny et Isabelle LACROIX (dir.) (2017), Territoires de la violence politique en France de la fin de la guerre d’Algérie à nos jours, Paris, Riveneuve.

COMAROFF, Jean et John L. COMAROFF (dir.) (2006), Law and Disorder in the Postcolony, Chicago, Chicago University Press.

FAVAREL-GARRIGUES, Gilles et Laurent GAYER (2016), « Violer la loi pour maintenir l’ordre. Le vigilantisme en débat », Politix, 115 : 8-37.

FILLIEULE, Olivier et al. (2010), Penser les mouvements sociaux : conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines, Paris, La Découverte.

FILLIEULE, Olivier, Lilian MATHIEU et Cécile PÉCHU (2009), Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po.

FRANÇOIS, Stéphane (2017), « La violence skinhead dans l’Aisne », dans Fanny BUGNON et Isabelle LACROIX (dir.), Territoires de la violence politique en France de la fin de la guerre d’Algérie à nos jours, Paris, Riveneuve, p. 159-176.

FRITZ, Christian G. (1994), « Popular sovereignty, vigilantism, and the constitutional right of Revolution », Pacific Historical Review, 63(1) : 39-66.

GENTILE, Emilio et Vincent RAYNAUD (2015), Soudain, le fascisme. La marche sur Rome, l’autre révolution d’Octobre, Paris, Gallimard.

HENRIOT, Patrick (2015), « Les opérations d’évacuation des jungles : le fiasco du traitement contentieux de masse », Plein droit, 104 : I-VIII.

HOUTE, Arnaud-Dominique (2015), « ‪Citoyens policiers ? Pratiques et imaginaires civiques de la sécurité publique dans la France du second XIXe siècle‪ », Revue d’histoire du XIXe siècle, 50 : 99116.

JACOBS, David, Jason T. CARMICHAEL et Stephanie L. KENT (2005), « Vigilantism, current racial threat, and death sentences », American Sociological Review, 70(4) : 656-677.

JOHNSTON, Les (1996), « What is vigilantism? », The British Journal of Criminology, 36(2) : 220-236.

KLOCKARS, Carl B. (1980), « The Dirty Harry problem », Annals of the American Academy of Political and Social Science, 452 : 33-47.

LASSWELL, Harold D. et Bruce Lannes SMITH (2015), Propaganda, Communication and Public Opinion, Princeton, Princeton University Press.

LAVERGNE, Cécile et Anton PERDONCIN (2010), « Éditorial. La violence à l’épreuve de la description », Tracés. Revue de sciences humaines, 19 : 5‑25.

LEBOURG, Nicolas (2015), « Chapitre 5 : Le Front National et la galaxie des extrêmes droites radicales » dans Sylvain CRÉPON et al., Les faux-semblants du Front national, Paris, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.), Coll. « Académique », p. 121-140.

LOVELUCK, Benjamin (2016), « Le vigilantisme numérique, entre dénonciation et sanction. Auto-justice en ligne et agencements de la visibilité », Politix, 115 : 242-278.

MATHIEU, Romain (2010), « Le sécuritaire au quotidien », Savoir/Agir, 14 : 85-91.

MATTELART, Armand (2004), Histoire des théories de la communication, troisième édition, Paris, La Découverte.

PETTE, Mathilde (2015), « Les associations dans l’impasse humanitaire ? », Plein droit, 104 : 22-26.

PETTE, Mathilde et Fabien ELOIRE (2016), « Pôles d’organisation et engagement dans l’espace de la cause des étrangers. L’apport de l’analyse des réseaux sociaux », Sociétés contemporaines, 101 : 5-35.

PRATTEN, David et Atreyee SEN (dir.) (2007), Global Vigilantes, Londres, Hurst.

REINERT, Max (1987), « Un logiciel d’analyse lexicale (ALCESTE) », Cahiers Analyse des données, 4 : 471-484.

RODRIGUEZ, Jacques et Chloé TISSERAND (2015), « Vieillir dans l’exil à Calais », Hommes et migrations, 1309. [En ligne]. http://hommesmigrations.revues.org/3113. Page consultée le 2 septembre 2017.

ROSENBAUM, H. Jon et Peter C. SEDERBERG (1974), « Vigilantism : An analysis of establishment violence », Comparative Politics, 6(4) : 541-570.

ROY, Normand et Roseline GARON (2013), « Étude comparative des logiciels d’aide à l’analyse de données qualitatives : de l’approche automatique à l’approche manuelle », Recherches qualitatives, 32 : 154-180.

SCHMITT, Carl (2009), La notion de politique : théorie du partisan, Paris, Flammarion.

SENECHAL DE LA ROCHE, Roberta (1996), « Collective violence as social control », Sociological Forum, 11(1) : 97-128.

TARROW, Sidney et Charles TILLY (2008), Politique(s) du conflit : de la grève à la révolution, Paris, Presses de Sciences Po.

THIERY, Sébastien (2016), « Considérant Calais », Multitudes, 1(62) : 23-25.

TILLY, Charles et Lesley J. WOOD (2009), Social Movements, 1768-2008, deuxième édition, Boulder, Paradigm.

VAN LEECKWYCK, Robin (2017), « La communication des mouvements sociaux : alliance D19-20 et tout autre chose », Courrier hebdomadaire du CRISP : 5-50.

WAHNICH, Sophie (2015) « La mort de Rémi Fraisse nous fait violence », Vacarme : 1-12.
WANNESSON, Philippe (2015) « Une Europe des jungles »,
Plein droit, 104(1) : 18-21.

WOOD, Lesley (2017), Anti-Immigrant Protests, Past and Present (1920-36 and 2000-16), Colloque « Social movement conference, For alternative futures », Manchester.

Haut de page

Notes

1 Une OQTF est une obligation de quitter le territoire français. Elle permet l’interpellation des migrants et leur placement en centre de rétention fermé.

2 « L’expulsion du bidonville de Calais commence ». [En ligne]. http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2016/03/01/l-evacuation-du-bidonville-de-calais-commence-dans-la-violence-et-la-confusion_4874083_1654200.html. Page consultée le 11 juin 2016.

3 « Plus de 10 000 migrants vivent dans la “jungle” de Calais, selon une association ». [En ligne]. http://www.francetvinfo.fr/france/nord-pas-de-calais/migrants-a-calais/jungle-de-calais-la-barre-des-10-000-migrants-a-bien-ete-depassee-selon-le-decompte-d-une-association_1832303.html. Page consultée le 28 septembre 2016.

4 Celui-ci comporte plusieurs groupes et associations. Les No Border, militants proches du courant anarchiste, constituent particulièrement les cibles de Sauvons Calais.

5 Voir également Brodeur et Jobard (2005).

6 La frame analysis, ou analyse des cadres, émerge au tournant des années 1970 et 1980.

7 « Justiciers hors-la-loi » (2016), Politix, 3(115) : 7-33.

8 Nord Littoral, « Migrants : un message de Natacha Bouchart crée le buzz sur Facebook ». [En ligne].  http://www.nordlittoral.fr/fait-divers-justice/migrants-un-message-de-natacha-bouchart-cree-le-buzz-sur-ia6b0n26840. Page consultée le 30 septembre 2016.

9 « Portrait de Kevin Reche, leader de Sauvons Calais : “Je suis nationaliste, pas raciste” - La Voix du Nord », [En ligne] http://www.lavoixdunord.fr/archive/recup/region/portrait-de-kevin-reche-leader-de-sauvons-calais-je-ia33b48581n2057597. Page consultée le 1 février 2018.

10 « Squat de Coulogne, jeunesse identitaire : Sauvons Calais dans la tourmente ». [En ligne]. http://www.lavoixdunord.fr/region/squat-de-coulogne-jeunesse-identitaire-sauvons-calais-ia33b48581n1947081. Page consultée le 30 septembre 2016.

11 Dont les ressources sont disponibles sur

12 Analyse des lexèmes cooccurrents dans les énoncés simples d’un texte.

13 Scission droitière du Front national. Pour plus de détails, voir Lebourg (2015).

14 La mouvance identitaire est une formation d’extrême droite radicale, classée à droite du Front national. Elle se caractérise par une très forte islamophobie.

15 Sous forme de « J’aime » sur Facebook ou de partages de publications, qui permettent d’engager le public sur le réseau social.

16 Loi n° 90-615 du 13 juillet 1990 tendant à réprimer tout acte raciste, antisémite ou xénophobe .

17 Les conditions d’utilisation de Facebook 3.7 et 3.9 proscrivent les discours de haine, les discours discriminatoires et les discours illégaux dans les pays où ils sont publiés : « 3.7 You will not post content that: is hate speech, threatening, or pornographic; incites violence; or contains nudity or graphic or gratuitous violence. / 3.9 You will not use Facebook to do anything unlawful, misleading, malicious, or discriminatory. »

18 Médecin nazi qui a conduit de nombreuses expériences sur des détenus juifs à Auschwitz pendant la Seconde Guerre mondiale.

19 BFMTV, « Immigration : une affiche de Decathlon crée la polémique ». [En ligne].  http://www.bfmtv.com/societe/immigration-une-affiche-de-decathlon-cree-la-polemique-1047889.html. Page consultée le 12 janvier 2017.

20 Fous ton lait dehors, Northmen Impakt. [En ligne]. https://www.youtube.com/watch?v=AzW1sJtug64. Page consultée le 28 septembre 2016.

21 « “Fausses informations” : Facebook annonce avoir supprimé 30 000 comptes en France ». [En ligne].  http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/04/13/facebook-lance-une-campagne-publicitaire-contre-les-fausses-informations_5110899_4408996.html. Page consultée le 19 juin 2017.

22 Dans ces deux pays, des groupes d’extrême droite ont créé des milices en uniforme qui ont atteint une certaine ampleur. Elles sont liées au parti néonazi Jobbik en Hongrie et aux formations d’extrême droite Lega Norde et MSI en Italie.

23 « Gramsci, une pensée devenue monde ». [En ligne].  https://www.monde-diplomatique.fr/2012/07/KEUCHEYAN/47970. Page consultée le 12 janvier 2017.

24 « Manifestation contre les migrants à Calais | Reuters ». [En ligne].  http://fr.reuters.com/article/idFRKBN0H20LE20140907. Page consultée le 12 janvier 2017.

25 « La triste histoire du brave général Piquemal ». [En ligne].  http://www.slate.fr/story/113757/calais-arrestation-piquemal. Page consultée le 12 janvier 2017.

26 Par contre, peu de contenus appartiennent aux trois autres catégories de vigilantisme numérique (enquête, traque et dénonciation organisée). Nous pouvons faire l’hypothèse que ce type de pratiques est basé sur un ciblage individuel des personnes dénoncées en ligne, ce que ne fait pas Sauvons Calais, qui ne cible pas des individus « déviants », mais bel et bien l’ensemble de la population des migrants.

27 « Le chauffeur hongrois qui a effrayé des migrants à Calais avec son camion a été licencié — France 3 Nord Pas-de-Calais ». [En ligne].  http://france3-regions.francetvinfo.fr/nord-pas-de-calais/le-chauffeur-qui-effraye-des-migrants-calais-avec-son-camion-ete-licencie-871035.html. Page consultée le 28 septembre 2016.

28 « Calais : un an de prison pour avoir tiré sur des migrants – 9 juillet 2014 – L’Obs ». [En ligne].  http://tempsreel.nouvelobs.com/justice/20140709.OBS3225/calais-un-an-de-prison-pour-avoir-tire-sur-des-migrants.html. Page consultée le 28 septembre 2016.

29 L’attaque ne fera ni morts ni blessés et ses auteurs sont rapidement arrêtés et emprisonnés. Pour en savoir plus : « Des cocktails Molotov lancés contre un squat de migrants à Calais – Salam ». [En ligne]. http://www.associationsalam.org/Des-cocktails-Molotov-lances. Page consultée le 28 septembre 2016.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphe 1. Les classes de mots dans le corpus de publications de la page
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7660/img-1.png
Fichier image/png, 36k
Titre Capture d’écran 1. La publication « humour Décathlon », partagée plus de 37 000 fois
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7660/img-2.png
Fichier image/png, 240k
Titre Figure 1. Les ensembles structurant les propos
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7660/img-3.png
Fichier image/png, 22k
Titre Figure 2. Le cadre d’action collective
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7660/img-4.png
Fichier image/png, 129k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthijs Gardenier et Aymeric Monie, « De l’utilisation de Facebook à des fins de mobilisation par le groupe Sauvons Calais », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le 26 février 2018, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7660 ; DOI : 10.4000/communication.7660

Haut de page

Auteurs

Matthijs Gardenier

Matthijs Gardenier, sociologue, est attaché temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3. Courriel : algardenier@yahoo.fr

Aymeric Monie

Aymeric Monie est doctorant en sociologie, Université Paul-Valéry Montpellier 3. Courriel : aymeric.monie@univ-montp3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals