Navigation – Plan du site
Lectures

Yves CITTON (2017), Médiarchie

Paris, Seuil
Jean-Philippe De Oliveira
Référence(s) :

Yves CITTON (2017), Médiarchie, Paris, Seuil

Texte intégral

  • 1 Le recours à des auteurs étrangers, rarement traduits en français ou utilisés dans les recherches e (...)
  • 2 S’appuyant sur l’essayiste allemand Günther Anders, auteur de L’obsolescence de l’homme, le chapitr (...)
  • 3 Réduites à des « généralisations sociologiques », à des « catégorisations sémiologiques » ou encore (...)

1Dans cet essai (très) dense de 385 pages, Yves Citton défend la thèse principale selon laquelle notre immersion dans les appareils techniques (et médiatiques) conditionne (presque) inconsciemment « ce que nous sentons, pensons, exprimons, faisons1 » (p. 138). La « médiarchie » décrite par Citton renvoie donc à « des régimes de pouvoir au sein desquels les médias sont des vecteurs d’affectations opérant ponctuellement comme des catalyseurs d’affects » (p. 97). Ces « régimes de pouvoir » sont présentés à travers quatre grandes parties de trois ou quatre chapitres chacune, séparés par des « interludes » dans lesquels l’auteur laisse libre cours à des sortes de « tribunes ». La première partie s’intéresse aux media (pluriel de medium) en tant qu’appareils servant à enregistrer, à stocker, à transmettre, etc., dont font partie les médias de masse, traités spécifiquement dans la deuxième partie. La troisième partie, intitulée « Médium », traite des propriétés médiumniques attribuées aux media, des fantasmes et des utopies qu’ils ont suscités, depuis l’apparition de l’électricité jusqu’à la « zombification » actuelle que leur multiplication a depuis occasionné2. Enfin, la dernière partie est centrée sur le méta-media appréhendé comme un ensemble d’algorithmes, de réseaux et de dispositifs numériques. Les objectifs de l’ouvrage sont ainsi de « cartographier la médiarchie » et de « s’efforcer de la comprendre […] en réfléchissant à ce qu’ils nous font […] aux effets qu’ont les “médias” sur nous, mais aussi aux devenirs qu’ils induisent en nous » (p. 14-15). L’auteur s’inscrit également dans une pensée critique des médias, qui, selon lui, se différencie des sciences de l’information et de la communication3 par le fait qu’elle propose « des abstractions sensibles » (plis, strates, coupes, modulations, vibrations, résonances, zombies) dont l’ambition est de démontrer « à quel point les médias nous gouvernent » (p. 15). Pour ce faire, une notion apparaît centrale dans son argumentation, tant elle revient régulièrement au cours de l’ouvrage : celle de « coupe agentielle » de la philosophe américaine Karen Barad. Inspirée par les travaux de physique quantique, sa théorie du réalisme agentiel met en avant que les appareils de mesure ont une incidence sur ce qui est donné à voir et à interpréter de notre environnement (par un effet donc de coupe agentielle). La matière décrite ainsi « objectivement » est en fait liée à la signification qu’on en donne subjectivement (l’« intra-action »). Appliquée aux « appareils » de la médiarchie, la notion de coupe agentielle renvoie à une fonction de mattering des médias, qui donne à voir à la fois les problèmes sur lesquels il faut s’attarder et la façon dont il faut les penser, ce qui rejoint Sybille Kramër sur le fait que « notre rapport au monde […] est profondément conditionné par les possibilités de discernement offertes par le media ainsi que par les limitations qu’il impose » (p. 36).

  • 4 Il y a bien eu un John Dewey pour s’opposer aux théories d’un Lippman (p. 152), mais l’apport de De (...)
  • 5 On n’en est pas loin (p. 200) avant que soit évoqué Matrix, et on y échappe heureusement (p. 273) q (...)
  • 6 L’auteur a en effet pour ambition d’approcher les médias « par les modulations de vibration », ce q (...)
  • 7 Il y revient par exemple entre les chapitres 12 et 13 : « l’information ubiquitaire passe de plus e (...)

2Le principal problème des essais est que très souvent leurs auteurs tentent de compenser le manque de données empiriques par une accumulation de références bibliographiques, très hétérogènes, qui n’ont pour point commun que d’aller dans le sens de la thèse de l’auteur. Il serait injuste d’écrire que Citton ne discute pas ceux qu’il cite, mais les contre-arguments sont expédiés d’une telle manière4 qu’on comprend que rien ne saurait ébranler les convictions de l’auteur qui s’attache à nous démontrer, donc, à quel point les media nous conditionnent sans même que nous nous en apercevions (dès les premières pages, nous pensons à Matrix et, en effet, le film est cité, p. 201). D’où l’insuffisance des travaux de réception qui depuis des dizaines d’années tendent à inscrire la fameuse question des effets des media — notamment de masse — dans une configuration précisant un sujet, les acteurs en présence, les publics constitués, l’intervention d’autres formes de médiation : puisque leur influence est imperceptible, nos outils de collecte de données sont inaptes à la mesurer. Place donc aux abstractions philosophiques. L’ouvrage n’étant pas revendiqué comme relevant d’une démarche scientifique, soit. Il revendique en revanche son originalité dans le fait qu’il s’appuie sur de nombreux auteurs étrangers rarement traduits en français ou peu mobilisés dans le cadre de nos travaux ; ce qui ne manque pas de susciter un grand intérêt. Hélas, si la promesse est tenue, elle n’apportera rien d’original au lecteur un tant soit peu informé des théories de la communication et des médias et de leurs critiques successives depuis Harold D. Lasswell. C’est la plus grande faiblesse de ce livre que de donner à connaître des penseurs étrangers pour finalement réaffirmer une théorie développée dans les années 1960 et 1970 par Maxwell McCombs et Donald Shaw (la théorie de la mise sur agenda ou agenda-setting), jamais citée mais réactualisée sous la notion de « coupe agentielle » tirée de la physique quantique par Karen Barad, sans que ce changement épistémologique montre en quoi que ce soit qu’il renouvelle et actualise pour l’analyse des médias un paradigme vieux d’un demi-siècle, qui a été depuis discuté et réalimenté à l’aune des travaux de sociologie de l’action publique, mais qui pour l’auteur continue d’avoir une « vertu performative presque miraculeuse » (p. 133)… On retrouve bien entendu l’influence de McLuhan (le postulat médiologique du « medium, c’est le message ») ; l’école de Francfort est également très présente entre les lignes (par exemple sur la publicité, p. 162 sq.) ; Paul Lazarsfeld est ignoré (seuls les travaux de Elihu Katz avec Daniel Dayan sont cités à la page 167 pour l’école « fonctionnaliste », ce qui surprend pour un ouvrage qui veut faire comprendre « la fonction sociale » des médias de masse, dixit p. 140), tandis qu’on s’attend à retrouver parmi toutes les métaphores (parfois obscures) proposées pour « nous aider à imaginer ce que nous avons du mal à comprendre » celle de la « seringue hypodermique5 ». Au-delà des médias de masse, la médiarchie, on l’aura compris, tire également son pouvoir de toutes les technologies qui créent du flux, des résonances, des vibrations, dans le milieu où elles s’exercent6. Sur cet aspect (dans les parties 3 et 4), quand l’auteur s’accorde à ne plus provisoirement marteler qu’elles créent des coupes agentielles, nous imposent une certaine vision du monde et une certaine façon de le penser7, l’ouvrage devient plus intéressant, notamment sur la cartographie des réseaux (en démontrant au passage, dans le chapitre « Habiter la médiarchie » que la « dématérialisation des supports » a plus à voir avec le matériel qu’avec le virtuel tant elle nécessite de lourdes infrastructures loin d’être écologiques), l’archéologie des media (chapitre 8) ou l’histoire des utopies et des fantasmes charriés par les progrès technologiques (chapitre 10). Certains développements centrés autour de l’emprise du capitalisme sur les techniques d’information — communication sont mêmes stimulants, notamment dans le chapitre « Surprendre la médiarchie » dans certains interludes et dans et la conclusion — sans pour autant révéler des apports significatifs aux travaux existants sur les industries culturelles. Cependant, les spécialistes des usages (les sciences de l’information sont presque complètement oubliées) et de l’appropriation des technologies de l’information et de la communication n’aimeraient guère lire que « faire fonctionner des appareils fait de nous leurs fonctionnaires : ils ne sauraient nous servir d’instruments sans nous asservir en retour au modèle dont ils sont porteurs » (p. 105) et ne trouveraient aucune originalité dans les pages consacrées au détournement d’usages, notamment par rapport au cas des hackers (appelés hackeuses par un glissement sémantique dont l’explication est peu claire, p. 348).

3En conclusion, l’ouvrage de Citton tente une théorie générale des effets des médias qui n’apporte rien de nouveau à celle que des sociologues des médias ont tenté de modéliser depuis plus d’un siècle. La thèse selon laquelle les médias, avant de nous informer de la réalité, « informent notre perception du monde, en filtrant, restructurant, diffractant, multipliant ce qu’il s’y trouve à voir » (p. 19) peut difficilement être soutenue sans faire fi des études, comme celles de Dominique Pasquier (pourtant citée p. 40), qui démontrent que les récepteurs, eux aussi, reçoivent ce qui est donné à voir en « filtrant, restructurant, diffractant, multipliant » et, pourrait-on ajouter, en s’opposant, critiquant, méprisant, ignorant l’information qui leur parvient et les problèmes auxquels on les soumet, par l’effet de relations et de médiations interpersonnelles et structurelles dont ils ont fait l’expérience (ou qu’ils feront au cours de leur vie). À cet égard, on peut s’étonner à juste titre que l’auteur soit passé à côté des travaux issus des cultural studies dans un livre qui se réclame de sources essentiellement internationales.

Haut de page

Notes

1 Le recours à des auteurs étrangers, rarement traduits en français ou utilisés dans les recherches en sciences de l’information et de la communication, est souligné par l’auteur pour revendiquer l’originalité de sa réflexion sur les media. Bien qu’il soit difficile d’identifier la filiation épistémologique de la thèse défendue, on pourrait se risquer à dire qu’elle est fortement influencée par la pensée théoricienne allemande sur les médias depuis la notion de medium par Walter Benjamin (en tant que « milieu de perception au sein duquel agit un sujet, tel qu’il est conditionné par certains dispositifs techniques et par certaines dispositions temporelles ») jusqu’aux travaux de Friedrich Kittler, Wolfang Ernst (pour lesquels les technologies de l’information et de la communication « contrôlent toute forme de compréhension et d’illusion », de façon « imperceptible ») ou encore Sybille Kramër (citée par exemple p. 44 : « les médias conditionnent nos perceptions, nos pensées et donc nos actions »). Les notions mobilisées sont aussi très liées aux travaux de médiologie étatsuniens dont il identifie « le père fondateur » comme étant [le Canadien] Marshall McLuhan (p. 29).

2 S’appuyant sur l’essayiste allemand Günther Anders, auteur de L’obsolescence de l’homme, le chapitre 11, « Zombifier la médiarchie », offre à lire par exemple l’extrait suivant : « Le broyage par lequel toute l’“actualité” du monde nous est servie à domicile, comme l’eau et le gaz, par un processus de familiarisation qui en prémâche le contenu, fait que “tout ce qui est réel devient fantomatique” et fait que “puisque toute réalité se présente comme un fantôme, tout fantôme est réel” […] “Nombre d’habitants du monde réel ont déjà été définitivement vaincus par les fantômes et sont déjà d’ores et déjà des reproductions de fantômes” » (p. 275).

3 Réduites à des « généralisations sociologiques », à des « catégorisations sémiologiques » ou encore à des études de réception empiriques qui manquent de théorisation globale sur les effets des médias (p. 20 et 27).

4 Il y a bien eu un John Dewey pour s’opposer aux théories d’un Lippman (p. 152), mais l’apport de Dewey, présenté en quelques lignes, sur l’importance des médiations associatives pour participer à la constitution des publics et à la construction des problèmes dans l’espace public (comme Habermas beaucoup plus tard) ne semble pas avoir inspiré Citton, qui en reste à une vision très naïve des publics (p. 126). Il y a bien eu un Marshall T. Poe pour se méfier « du caractère fumeux de la plupart des théories des media » (p. 81), cela ne l’a pas invité à la prudence ni à éviter tous les écueils que l’on trouve régulièrement dans les essais sur les media et qui sont présentés comme des évidences (la médiatisation des faits divers est un « poison » ; les media sont responsables de la montée du populisme ; les réseaux sociaux de la violence ; etc., p. 123, 125 et 135). Quant à la professeure new-yorkaise Lisa Gitleman (« Toute notre expérience du monde passe-t-elle par les médias ? A priori non »), son analyse ne résiste pas à l’exemple des topinambours (p. 111) cité par Citton pour expliquer que la médiarchie influence l’engouement des consommateurs pour ce légume, ce qui tend plutôt à démontrer une méconnaissance de l’auteur du rapport compliqué entre offre et demande dans le champ de l’alimentation et de ses évolutions récentes, notamment entre consommateurs, industriels et agriculteurs.

5 On n’en est pas loin (p. 200) avant que soit évoqué Matrix, et on y échappe heureusement (p. 273) quand le fameux épisode de La guerre des mondes par Orson Welles à la radio est présenté cette fois-ci dans sa dimension « mystifiée », ce qui ne l’empêche pas plus loin de marteler à nouveau : « aussi fantasmatique soit-elle, la transmutabilité des flux mérite d’être prise au sérieux : c’est à travers elle que se constitue la réalité de notre existence de zombie » (p. 273).

6 L’auteur a en effet pour ambition d’approcher les médias « par les modulations de vibration », ce qui est « une façon parmi d’autres de (ne pas) définir les media, de problématiser leurs effets sans devoir les enfermer dans une essence » (p. 42). Cela donne lieu à des images qui se veulent fortes comme comparer les médias à la radioactivité (dans le chapitre 9, dont le contenu alterne entre pages confuses, lieux communs et réflexions stimulantes).

7 Il y revient par exemple entre les chapitres 12 et 13 : « l’information ubiquitaire passe de plus en plus par des processus automatisés de recueil-sélection de données-prises qui décident à notre insu de ce qui compte » (p. 312).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Philippe De Oliveira, « Yves CITTON (2017), Médiarchie », Communication [En ligne], vol. 35/2 | 2018, mis en ligne le , consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/communication/7764

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe De Oliveira

Jean-Philippe De Oliveira, Gresec, Université Grenoble Alpes. Courriel : jean-philippe.de-oliveira@univ-grenoble-alpes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals