Navigation – Plan du site
Articles

Des nouvelles dynamiques médiatiques dans les zones périphériques

Présentation
Vindicien V. Kajabika, Catherine Ghosn et Alain Kiyindou

Texte intégral

1Les sociétés contemporaines pratiquent intensivement des activités communicationnelles intégrant technologie, interaction sociale entre individus ou groupes d’individus et création de contenu numérique généralisé, obtenu de façon simplifiée et banalisée sans nécessairement requérir de compétences particulières. Le recours aux technologies de l’information et de la communication s’étant, depuis lors, généralisé, des nébuleuses humaines se mettent en place, à travers ce qu’il convient désormais de qualifier de réseau social numérique (Cardon, 2010). Mais au-delà de l’accessibilité facilitée se pose la question de la diversité de l’information au regard de la capacité du récepteur à opérer le tri entre les fake news, réinformations et autres désinformations. La question est d’autant importante qu’il s’agira, dans le présent dossier, de traiter essentiellement des zones périphériques caractérisées par de faibles capacités financières, culturelles et techniques (Kiyindou, 2009). L’expression « zones périphériques » utilisée ici n’exprime pas une hiérarchisation du monde, mais elle souligne une certaine focalisation médiatique et scientifique dans des territoires donnés. Notre objectif est donc d’orienter les projecteurs vers des espaces autres.

2Thomas Stenger et Alexandre Coutant (2009, 2010) notent que l’audience et la popularité des réseaux sociaux numériques, tels que Facebook, Hi5 ou MySpace, soulèvent de multiples questions, dont celles de leurs usages et de leur configuration sociotechnique sur le Web. L’émergence de ces réseaux pose des défis à tous les secteurs d’activité de la société, y compris les secteurs de la production de l’information et des œuvres de fiction.

3Serge Proulx (2002) a relevé les multiples trajectoires d’usage des technologies de l’information et de la communication comme des formes d’appropriation d’une culture numérique devenue un enjeu de la société du savoir. Cette culture ne serait qu’une illusion idéologique masquant le jeu de logiques sociales opérant dans la société sur l’entraide, le don, la coopération et le soutien social. Plusieurs enjeux découlent de cette généralisation et de cette appropriation des technologies de l’information et de la communication : on citera notamment les questions de la représentation de soi et de la représentation numérique (Georges, 2009), de la surveillance et du bien-être (Alloing et Pierre, 2012), de l’humanisme numérique (Doueihi, 2011 ; Wojcik, 2011b). Le recours massif et enthousiasmant aux technologies de l’information et de la communication et par extension aux réseaux sociaux numériques a notamment entraîné la banalisation de l’accès et de la conception de l’information et des œuvres de fiction. Cette situation a poussé les médias à se reconfigurer et les journalistes à faire évoluer leurs pratiques.

4Le présent numéro porte essentiellement sur les nouvelles dynamiques médiatiques nées du développement des technologies de l’information et de la communication, tout particulièrement en Amérique, en Afrique et dans les pays arabes. Nous empruntons à Hassan Atifi (2017) l’expression « nouvelles dynamiques médiatiques et numériques » pour souligner le fait que dans plusieurs pays, aussi bien développés qu’en développement, ces médias classiques jouent encore un rôle non négligeable dans les médiations sociales. Ils sont encore, dans beaucoup de cas, des outils de prédilection d’information, de création artistique, de publicisation, de médiation, de débat politique et de mobilisation citoyenne (Livingstone et Lunt, 1994 ; Lochard, 1994). Il convient cependant de noter que, de nos jours, les médias classiques sont en proie à une concurrence nationale et internationale de plus en plus rude. Cette concurrence issue à la fois des professionnels et des non-professionnels des médias vient s’ajouter aux nombreuses contraintes existantes : politiques, institutionnelles, sociales, culturelles, économiques, techniques…

5Par ailleurs, l’essor des réseaux sociaux numériques bouleverse et transforme profondément les pratiques médiatiques. En l’occurrence, les réseaux sociaux numériques facilitent les mobilisations citoyennes en accélérant dans l’espace public les débats autour des questions sociales parfois oubliées par les médias classiques (Bennet et Segerberg, 2012) et en y incluant de nouveaux acteurs dont l’expression avait été jusque-là minorée (Wojcik, 2011a ; Kajabika, 2018). En outre, Internet modifie ostensiblement les relations sociales, les rapports de pouvoir, l’action et les médiations rendant « possible » un nouvel ordre social, politique et démocratique (Cardon, op. cit. ; Kajabika et Kiyindou, 2018).

6Les différents auteurs mobilisés dans ce numéro se sont attelés à scruter la façon dont les réseaux numériques modifient les pratiques médiatiques en s’appuyant sur des données de terrain issues principalement des zones périphériques. Ils se posent notamment la question de savoir si les rapports entre médias numériques et médias classiques sont davantage orientés vers la concurrence, la complémentarité ou la transformation. Procèdent-ils d’un modèle universel ou assiste-t-on à des phénomènes d’ajustement ou d’adaptation aux différents contextes locaux, régionaux ou nationaux ?

7Ce numéro thématique comporte à la fois des articles à dimension théorique et des contributions ancrées sur le terrain, ce qui permet la complémentarité entre l’approche conceptuelle et l’approche empirique. De plus, la diversité des zones géographiques étudiées permet une sorte de fertilisation croisée.

8Ces articles peuvent être rangés dans deux axes thématiques.

9Le premier concerne l’utilisation des réseaux sociaux dans un contexte sociopolitique. Quatre articles l’analysent avec, comme terrain de recherche, l’Afrique du Nord, l’Afrique de l’Ouest et l’Amérique du Sud.

10Dans leur article, Abdelaziz Blilid et Laurence Favier étudient les effets du réseau social Facebook sur le combat identitaire amazigh. Ils rappellent que des considérations géopolitiques historiques ont tracé des frontières au détriment des caractéristiques identitaires. La communauté amazighe utilise, par conséquent, le réseau Facebook pour revendiquer son unification. Les auteurs posent la question de ce que signifie précisément une telle unification. Ils observent les procédés par lesquels se met en place une « forme hybride de militantisme mêlant combat pour la préservation des traditions, coutumes et langues d’un peuple qui se considère comme unique et la contestation de l’ordre politique des États dans lesquels il vit ».

11Farid Ladjouzi et Aïssa Merah s’intéressent aux pratiques culturelles juvéniles en ligne en Algérie et à l’identité culturelle numérique. Leur étude vise deux objectifs : souligner la pluralité qui caractérise l’identité numérique culturelle et analyser la culture numérique ainsi que les compétences techniques des usagers.

12Le texte d’Idé Hamani et Séverine Equoy Hutin porte sur l’utilisation des réseaux sociaux numériques au Niger en période électorale (2016). Il montre comment l’appropriation des réseaux sociaux numériques, dont l’accès a été facilité par le développement du téléphone mobile en Afrique, contribue à la visibilité et à l’expression citoyenne dans le contexte de construction démocratique au Niger. Les auteurs interrogent les modes de participation à l’action collective sur les réseaux sociaux numériques au Niger et analysent les contenus publiés sur Facebook.

13Yeny Serrano s’intéresse à la manière dont, du début des négociations jusqu’aux élections de mars 2018, l’ex-guérilla des FARC se légitime à travers le discours. L’auteure choisit de se baser sur Twitter pour son utilisation dans le contexte de la communication politique et surtout pour la possibilité qu’il offre de contourner les médias traditionnels.

14La contribution de Tahar Ouchiha porte sur le paysage médiatique algérien « qui s’est un peu libéré du contrôle de l’État ». L’auteur pose le constat de l’existence de deux paysages médiatiques où les réseaux sociaux occupent une place importante. Son objectif est de voir dans quelle mesure les réseaux sociaux influencent le comportement des citoyens relativement aux enjeux politiques en Algérie.

15Le second axe thématique concerne les dynamiques médiatiques et comporte quatre articles.

16Olivier Trédan, Philippe Gestin et Joël Langonné abordent la question des pure players locaux dans le contexte particulier de l’information de proximité, notamment ceux qui travaillent à l’échelle « communale, voire infra communale, et principalement au sein de zones rurales ». Les auteurs s’intéressent à ces pratiques « hyperlocales » qui comblent les régions progressivement délaissées par la presse locale traditionnelle dans le but de discuter précisément le concept de déserts d’information (news desert).

17Mohamed Ali Elhaou se demande « dans quelle mesure la parole savante et experte, à la fois endogène et exogène, dans le domaine du journalisme, contribue à la fétichisation de l’information ». L’auteur procède à des entretiens semi-directifs et à une analyse de contenu pour proposer une conceptualisation de la profession journalistique dans un contexte dit de « transition démocratique ».

18Honoré Kahi analyse les espaces socionumériques en Afrique subsaharienne comme des espaces légitimes de participation politique afin de décrire les pratiques d’écriture. Sa recherche montre comment la redistribution des compétences médiatiques modifie les pratiques journalistiques avec, notamment, l’utilisation de textes, d’images ou encore de vidéos. L’auteur analyse les productions des contributeurs sur les blogues, les microblogues et les forums de discussion qui s’imposent comme autant d’éléments transformateurs des pratiques du journalisme d’information.

19Enfin, l’article de Paulina Escobar examine la façon dont les journalistes ont dû s’adapter aux nouvelles pratiques professionnelles déterminées par l’emploi des réseaux sociaux dans le cadre journalistique équatorien. Elle s’intéresse essentiellement aux journalistes confirmés qui ont dû s’approprier l’usage de Twitter dans leur quotidien.

Haut de page

Bibliographie

ALLOING, Camille et Julien PIERRE (2012), « Construire un cadre d’analyse avec les SIC pour comprendre les pratiques et les enjeux de la réputation en ligne (des individus et des organisations) », Actes du colloque de la SFSIC 2012, Rennes.

ATIFI, Hassan (2017), « Introduction », French Journal for Media Research. [En ligne]. http://frenchjournalformediaresearch.com/index.php?id=1427. Page consultée le 21 août 2018.

BENNET, Lance et Alexandre SEGERBERG (2012), « The logic of connective action », Information, Communication and Society, 15(15) : 739-768.

BOURDIEU, Pierre (1979), La distinction : critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

BUDDENBAUM, Judith M. (dir.) (2001), Religion and the Popular Culture: Studies on the Interaction of Worldviews, Ames, Iowa State University Press.

CARDON, Dominique (2010), La démocratie Internet : promesses et limites, Paris, Seuil.

CAREY, James W. (2002), « Preface to the inaugural issue », The Journal of Media and Religion, 1 : 1-3.

DOUEIHI, Milad (2011), Pour un humanisme numérique, Paris, Seuil.

GEORGES, Fanny (2009), « Représentation de soi et identité numérique. Une approche sémiotique et quantitative de l’emprise culturelle du web 2.0 », Réseaux, 2(154) : 165-193.

HOOVER, Stewart M. (2001), « Religion, media and the cultural center of gravity », dans Daniel A. STOUT et Judith M. BUDDEMBAUM (dir.), Religion and the Popular Culture: Studies on the Interaction of Worldviews, Ames, Iowa State University Press, p. 49-60.

KAJABIKA V., Vindicien (2018), « Réseaux sociaux numériques et nouvelles dynamiques de médias : quand la fiction vogue entre nouveauté et recyclage », French Journal for Media Research, Actes du colloque Médiatiques numériques. [En ligne]. http://frenchjournalformediaresearch.com/lodel/index.php?id=1571. Page consultée le 21 août 2018.

KAJABIKA V., Vindicien et Alain KIYINDOU (2018), « Introduction. “Réseaux sociaux numériques et nouvelles dynamiques médiatiques : des propositions aux contributions inédites” », French Journal for Media Research, Actes du colloque Médiatiques numériques. [En ligne]. http://frenchjournalformediaresearch.com/lodel/index.php?id=1594. Page consultée le 21 août 2018.

KIYINDOU, Alain (2009), Les pays en développement face à la société de l’information, Paris, L’Harmattan.

LIVINGSTONE, Sonia et Peter LUNT (1994), « The mass media, democracy and the public sphere », dans Talk on Television: Audience Participation and Public Debate, Londres, Routledge, p. 9-35.

LOCHARD, Guy (1994), « Les imaginaires de la parole télévisuelle. Permanences, glissements et conflits », Réseaux, 63(12) : 13-38.

MABI, Clément et Anaïs THÉVIOT (2011), « S’engager sur Internet. Mobilisations et pratiques politiques », Politiques de communication, 3(2) : 5-24.

MATTELART, Armand (2009), Histoire de la société de l’information, Paris, La Découverte.

PROULX, Serge (2002), « Trajectoires d’usages des technologies de communication : les formes d’appropriation d’une culture numérique comme enjeu d’une “société de savoir” », Annales des Télécommunications, 57 : 180-189.

STENGER, Thomas et Alexandre COUTANT (2009), « La prescription ordinaire sur les réseaux socionumériques : Un moteur pour l’activité en ligne », dans Médias 09, entre communautés et mobilité, Aix-en-Provence, p. 1-24.

STENGER, Thomas et Alexandre COUTANT (2010), « Les réseaux socionumériques : des discours de promotion à la définition d’un objet et d’une méthodologie de recherche », Hermès, 44 : 209-228.

THOËR, Christine et Joseph Josy LÉVY (2012), « Quand mon personnage préféré consomme : usages et représentations des médicaments et des drogues dans la websérie Skins », Drogues, santé et société, 11 : 48-69.

TUDOR, Miheala Alexandra (2015), « Multidimension et événement religieux : le cas de la campagne d’évangélisation “L’horizon de l’espérance” de Hope Channel Romania (Speranta TV) », Tic&Société, 9(1-2) : 2-35.

WOJCIK, Stéphanie (2011a), « Participer... et après ? L’expérience des Consultations européennes des citoyens 2009 », Politique européenne, 34(2) : 135-166.

WOJCIK, Stéphanie (2011b), « Prendre la démocratie électronique au sérieux. De quelques enjeux et controverses sur la participation politique en ligne », dans Elsa FOREY et Christophe GESLOT (dir.), Internet, machines à voter, démocratie ?, Paris, L’Harmattan, Coll. « Questions contemporaines », p. 111-141.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vindicien V. Kajabika, Catherine Ghosn et Alain Kiyindou, « Des nouvelles dynamiques médiatiques dans les zones périphériques », Communication [En ligne], vol. 35/2 | 2018, mis en ligne le 29 novembre 2018, consulté le 26 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/communication/7792 ; DOI : 10.4000/communication.7792

Haut de page

Auteurs

Vindicien V. Kajabika

Vindicien V. Kajabika est enseignant à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle et au Conservatoire national des arts et métiers et chercheur au CIM (Communication information médias) — CEISME (Centre d’étude des images et des sons médiatiques). Courriel : vuninga@yahoo.fr

Articles du même auteur

Catherine Ghosn

Catherine Ghosn est maître de conférences habilitée à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication et membre du Laboratoire Corhis, Université Paul Valéry Montpellier III/Université Paul Sabatier Toulouse 3. Courriel : catherine.ghosn@gmail.com

Articles du même auteur

Alain Kiyindou

Alain Kiyindou est professeur des universités, directeur de la Chaire UNESCO Pratiques émergentes des technologies et communication pour le développement et directeur de Mica, Université Bordeaux-Montaigne. Courriel : alain.kiyindou@msha.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals