Navigation – Plan du site
Hors thème

Observer la communication

Entretien avec Bruno Ollivier
Martine Bocquet et Bruno Ollivier

Texte intégral

1Comme presque toujours, les Sciences de l’Information et de la Communication ressentent le besoin de mieux se définir. Bruno Ollivier revient sur ses thèmes de recherches, l'épistémologie des SIC, l'interdisciplinarité, les phénomènes identitaires..., tout en élargissant son regard aux recherches générées par la discipline, ainsi qu’à la situation actuelle.

2BOCQUET - Dans Observer la communication, vous écrivez : « […] bien avant tout processus de communication, des phénomènes d’ordre politique et d’ordre sémiotique structurent le terrain sur lequel cette communication a lieu. La communication se développe à partir de ces deux logiques qu’elle contribue, en retour, à faire vivre » (2000 : 19). Que voulez-vous dire par là ?

3OLLIVIER - Pour ma part, il s’agit d’un truisme. Le monde ne commence pas avec mon envie de communiquer. Il existe avant. Les rapports de pouvoir, l’organisation sociale, comme les moyens de créer du sens ou les manières de le décoder sont déjà là. Qu’on parle de communication interpersonnelle, de communication en entreprise, d’utilisation du Web, de médias de masse, qu’on l’envisage comme action ou comme processus, la communication vient s’inscrire dans un monde dont elle n’est ni l’alpha ni l’omega, mais sur lequel elle agit à sa manière. Communiquer, c’est en effet changer quelque part les représentations de l’autre, tenter d’orienter son action ou son regard, vouloir d’une certaine manière changer le monde.

4Il faut aussi être bien naïf pour penser qu’une technologie change ces données qui sont anthropologiques. Toute technologie, tout support de communication ouvre des possibilités spécifiques, impose aussi des formats préétablis à la communication. Mais qu’on soit sur Twitter, en train de draguer dans une boîte de nuit ou dans la rue à la tête d’une manifestation, on veut transmettre quelque chose qui a du sens, et on s’inscrit dans un monde où les règles du pouvoir et le monde social existent déjà avant qu’on ne commence à communiquer.

5BOCQUET - Vous définiriez-vous comme un épistémologue des sciences de l’information et de la communication (SIC), à l’heure où celles-ci ressentent le besoin de mieux se définir ?

6OLLIVIER - Je ne sais pas si je suis un épistémologue des SIC. En revanche, je vois comme vous le caractère récurrent et quasi obsessionnel d’un besoin de définition de leur projet par nombre de personnes rattachées à ce champ purement français. Il s’agit d’une sorte de litanie incantatoire, dont je me demande si l’origine tient au manque de projet scientifique chez certains, à l’idéalisation de ce qu’est une science pour d’autres ou à une ignorance de l’histoire des sciences.

7BOCQUET - Vous définissez les SIC comme une interdiscipline qui peut « à coups d’emprunts, d’hybridations, de migrations, élaborer de nouveaux objets, lancer des ponts et réorganiser des manières de penser et d’analyser » (2000 : 11). Mais vous mettez en garde, par exemple, contre la reprise des schémas et concepts théoriques issus de l’analyse linguistique, appliqués à ce qui se passe sur les réseaux, sur le Web. Peut-on être une interdiscipline sans importer de concepts ?

8OLLIVIER - Pour pouvoir importer un concept, il faut connaître le contexte scientifique de son apparition, son domaine initial d’utilisation, en extension et en compréhension. De façon caricaturale, importer un concept en SIC ne consiste pas, après des interventions dans une entreprise et la lecture d’un chapitre d’Edgar Morin, à écrire un texte qui énoncera que la complexité est utile pour comprendre l’entreprise et sa communication.

9Je constate au fil des colloques et congrès une tendance récurrente à réinventer en permanence la roue dans nombre de travaux en Infocom. Je me demande depuis des années pourquoi. Peut-être est-ce dû parfois à un manque de formation dans une discipline de base ou à un manque de lectures.

10L’importation et l’hybridation de concepts impliquent qu’on se soit approprié la discipline convoquée, faute de quoi on risque d’en rester à un simple name dropping. Les chercheurs qui travaillent en SIC après avoir travaillé dans d’autres disciplines sont plus à l’aise dans l’importation en SIC de concepts, questions et méthodes venant de champs scientifiques qu’ils connaissent, qu’il s’agisse de littérature, de linguistique, de psychosociologie, de musicologie ou d’autres champs.

11Cette question de l’importation n’est pas propre aux SIC. L’histoire n’a pas toujours existé comme discipline scientifique. À la fin du XIXe siècle, on trouve sous la plume de Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos des principes pour une Introduction aux études historiques qui précisent ce que doit faire l’histoire pour devenir une science.

12Tout historien travaille sur des documents produits par d’autres, comme un chercheur en SIC qui veut importer un concept travaille sur ce qui a été produit par d’autres. La question est de savoir à quelles conditions on peut produire des savoirs scientifiques sur ces bases.

13Selon Langlois et Seignobos, « [l]’historien se trouve dans une situation très fâcheuse. Non seulement il ne lui est jamais donné, comme au chimiste, d’observer directement des faits ; mais il est très rare que les documents dont il est obligé de se servir représentent des observations précises » (1898). L’historien doit donc, pour arriver à une démarche scientifique, soumettre les documents à une double critique.

14Une critique érudite questionne la provenance exacte des documents et leurs sources quand c’est possible. D’où viennent-ils ? Quand sont-ils apparus ? A-t-on affaire à un texte original ou à un texte de seconde, de troisième main ?

15Puis prend place une critique d’interprétation qui vise à « discerner ce qui peut être accepté comme vrai » (op. cit.). « Il faut donc analyser le produit de ce travail de l’auteur pour distinguer quelles opérations ont été incorrectes, afin de n’en pas accepter les résultats » (op. cit.).

16Je pense que l’emprunt en SIC de concepts, de méthodes à d’autres disciplines requiert une démarche du même genre.

17Il faut se demander, dans un premier temps, d’où viennent les concepts qu’on veut importer en SIC, dans quelle perspective ils ont été élaborés, par qui, à quelle époque, et préciser si les textes qu’on utilise sont une source première (les textes de l’auteur qui a le premier théorisé le concept) ou le texte d’un disciple… Et je ne parle pas des travaux en SIC qui se contentent d’utiliser des notices bibliographiques, des comptes rendus de lecture, voire des articles de Wikipédia…

18Edgar Morin, par exemple, est cité dans nombre de travaux en SIC comme garant du concept de complexité. Il est un très bon vulgarisateur. Il a popularisé les travaux du Groupe des dix (1969-1976), lequel comprenait avec lui Henri Atlan et al. Ce groupe s’était lui-même appuyé sur des théories nord-américaines antérieures (cybernétique, théorie de l’information, etc.). Morin reprend et popularise dans ses écrits le concept de complexité. Il ne l’invente pas. Tout comme Paul Watzlawick popularise des concepts de l’école de Palo Alto à laquelle il n’appartenait pas (il travaillait simplement à côté de Palo Alto). Avant Morin, Warren Weaver (1894-1978) distingue la complexité organisée de la complexité désorganisée dans des travaux qui ouvrent sur les relations entre sciences humaines et sociales d’une part, informatique et biologie de l’autre. Est-il sérieux d’importer le concept de complexité dans des travaux de SIC sans dépasser des sources purement françaises et ressassées dans la vulgate francophone ?

19Dans un second temps, il faut se demander ce que ces concepts ont signifié dans le contexte de leur invention. Comment ont-ils été inventés ? Qu’ont-ils permis à d’autres de résoudre comme questions ? C’est ce que les historiens appellent la critique d’interprétation. Qu’est-ce que l’auteur a voulu dire dans la langue qu’il a utilisée ? Dans quel contexte l’a-t-il dit ? Avec quelle pertinence ? Langlois et Seignobos concluent : « Une vérité scientifique ne s’établit pas par témoignage… La règle sera donc d’examiner toute affirmation pour s’assurer si elle est de nature à constituer une raison suffisante de croire ». Et ils proposent de se poser une série de questions à propos de tout auteur, questions qu’il pourrait être intéressant de se poser lors de toute importation de concept en SIC. Pour juger de la validité d’un texte scientifique, on se demandera systématiquement si :

  1. L’auteur cherche à se procurer un avantage pratique (il faut se demander quel a pu être le but de l’auteur en général en écrivant l’ensemble du document) ;

  2. L’auteur a été placé dans une situation qui le forçait à mentir (besoin de rédiger un document conforme à des règles ou à des habitudes) ;

  3. L’auteur a eu une sympathie ou une antipathie pour un groupe d’hommes (nation, parti, secte, province, ville, famille) ou pour un ensemble de doctrines ou d’institutions (religion, philosophie, secte politique) qui l’a porté à déformer les faits ;

  4. L’auteur a été entraîné par la vanité individuelle ou collective à mentir pour faire valoir sa personne ou son groupe ;

  5. L’auteur a voulu plaire au public ou du moins a voulu éviter de le choquer. Il a exprimé les sentiments et les idées conformes à la morale ou à la mode de son public ;

  6. L’auteur a essayé de plaire au public […], il a déformé les faits pour les rendre plus beaux, suivant sa conception de la beauté. Il faut donc chercher l’idéal de l’auteur ou de son temps.

20C’est de ce point de vue que j’ai parfois questionné l’importation de concepts en SIC, par effet de mode, de name dropping, d’école, de sous-discipline, de laboratoire, par sympathie politique, syndicale ou épistémologique.

21On va en effet parfois chercher des mots, des notions, des concepts, des auteurs, sous couvert d’interdiscipline, sans toujours réaliser au préalable ce double travail critique.

22La perspective des historiens, qui exige d’allier la critique érudite (avec une identification sérieuse des sources) à la critique d’interprétation, me semble ériger des garde-fous, autant pour importer des concepts que pour lire des textes qui en importent.

23Le monde scientifique ne se limite ni aux auteurs francophones diffusés en collection de poche, ni aux résumés sur Cairn, ni à Wikipédia.

24Avant de prétendre importer quoi que ce soit, il faut chercher et lire les textes originaux pour savoir à quelles préoccupations et à quel contexte ils ont correspondu.

25Il me paraît peu pertinent de reprendre sans cesse en SIC le concept de domination, qui appartient à la vulgate ressassée de la pire sociologie, ou celui de complexité. Pourquoi Pierre Bourdieu a-t-il écrit sur la domination ? Quand ? Selon quelles préoccupations ? Personne ne contestera que la domination, le pouvoir et l’exclusion traversent toutes les situations humaines. Personne ne contestera non plus que tous les objets de recherche convoquent des degrés d’analyse qui relèvent de différentes logiques dont rendent compte des disciplines différentes, et que ces niveaux différents interagissent entre eux. Mais est-ce faire œuvre scientifique que de découvrir (ô surprise !) dans une situation, un dispositif ou une institution, que la domination, l’exclusion ou le pouvoir sont des éléments structurants d’une situation complexe ?

26La volonté d’importer des concepts ne doit pas être un prétexte pour sans cesse réinventer la roue. Elle a déjà été souvent décrite.

27BOCQUET - Les recherches en SIC doivent-elles se développer en tant que telles ou tisser des liens avec d’autres disciplines ? Qu’est-ce qu’une interdiscipline ?

28OLLIVIER - Il y a là les germes d’une injonction paradoxale. Une discipline récente cherche à se fortifier, à cultiver ses différences, à ne recruter que des gens formés en son sein, des gens qui publient dans les revues qu’elle reconnaît, adoubés par des mandarins reconnus de sa tribu. Mais, près d’un demi-siècle après la fondation de la discipline, on aurait dû dépasser ce stade de consolidation et savoir attirer et agréger de jeunes génies venus d’ailleurs. Je ne les vois pas toujours. L’innovation, la réflexion productive, la recherche réelle se situent, elles, à l’intersection, à la rencontre de disciplines diverses. Ce n’est pas en prononçant comme un mantra les termes fondateurs de tous les congrès Infocom que l’on fait progresser la connaissance. On satisfait à un rituel et on répète ce qui est connu, important pour la survie du groupe. L’intérêt est faible pour le progrès scientifique. Ce n’est pas en qualifiant des docteurs qui possèdent le même profil et en excluant les gens qui vivent à la marge, aux frontières des disciplines, certaines personnes très brillantes qui viennent d’autres disciplines, qu’on vivifie la production de connaissance ! De ce point de vue, je ne suis pas optimiste, sinon par volonté comme dit l’autre.

29BOCQUET - On comprend que vous acceptez l’importation de concepts, mais que vous êtes allergique à la répétition. Avez-vous un auteur de prédilection ? Quelqu’un qui vous a particulièrement influencé ?

30OLLIVIER - J’ai subi bien sûr de nombreuses influences. Plus je lis et plus je suis persuadé que ce qui crée de la connaissance, c’est de faire se croiser des gens, des écrits, des concepts, en travaillant toujours dans une perspective historique.

31Parmi ceux qui m’ont influencé, Henri Laborit explique que toute innovation consiste en une combinaison nouvelle d’éléments qui existent déjà. Le néocortex qui nous caractérise comme êtres humains nous rend capables, à la différence des autres mammifères, de mobiliser de manière inédite des éléments déjà connus pour fournir des réponses nouvelles, c’est-à-dire capables de créer. La mémoire, l’affectif, le pouvoir, tous les autres mammifères les connaissent. L’innovation, non. Ils ne peuvent que reproduire ce qu’ils ont appris.

32Nous pouvons nous aussi nous contenter de reproduire, c’est facile. Mais l’être humain peut aussi innover. C’est le cas à l’université et en recherche comme ailleurs.

33Umberto Eco est un auteur central pour moi. Sémiotique et philosophie du langage m’a permis de lier ma formation d’helléniste et de latiniste à la sémiotique moderne, son Trattato di semiotica generale (pour la sémiotique) et Lector in fabula (pour le récit) sont des ouvrages qui m’ont profondément influencé. Eco combinait une immense érudition, savait aussi écrire des chroniques pour le grand public et il avait un sens de l’humour ravageur. Combinaison que j’admire profondément. L’entendre expliquer avec les yeux pétillants de malice, devant un parterre fasciné qui buvait ses paroles et les prenait en notes verbatim, que, dans un arbre porphyrien, la partie anatomique qui différencie l’homme de l’âne n’est pas celle à laquelle on pense en premier était un grand plaisir.

34Ce sens de l’humour me rappelle celui d’un autre grand avec qui j’ai longtemps travaillé et écrit (mes meilleurs tirages !), Roland Moreno, inventeur de la carte à puce, producteur de canulars, dont la biographie dans le Who’s who est un exemple magistral.

35L’université actuelle manque de sens de l’humour. Elle est trop souvent un lieu triste. On y ignore le rire et le plaisir pour s’y noyer dans les indicateurs de performance et les tableaux Excel.

36Sur le plan de ma formation intellectuelle, Jean-Claude Chevalier, qui dirigea les thèses de chercheurs en SIC parfois prompts à l’oublier, me donna le goût de l’Histoire, des croisements entre disciplines et du questionnement permanent. Jesús Martín-Barbero, ami précieux, grand théoricien de la communication en Amérique latine, a eu le courage de se dresser contre les théories de la domination et la vulgate marxiste qui dominaient les études de communication latino-américaines, pour parler des cultures populaires, du fonctionnement de l’hégémonie, et ainsi tracer de nouveaux sentiers qui seront suivis dans toute l’Amérique latine en sciences de la communication.

37BOCQUET - De Gaulle aurait dit : « Des chercheurs qui cherchent, on en trouve. Des chercheurs qui trouvent, on en cherche » (Langlais, 2014). Où vous situez-vous ?

38OLLIVIER - Je tente toujours de trouver des éléments de réponse aux questions qui me préoccupent.

39Par exemple, les défis posés par le retour du religieux vu comme système d’explication total. Son adoption dans nos sociétés par des groupes non négligeables et quelquefois violents. Le recul de l’État au profit de logiques identitaires et communautaristes qui s’opposent à toute raison et à l’universalisme de la connaissance. La mise en cause des processus de transmission par des pans entiers du système éducatif lui-même. Ces phénomènes actuels m’interpellent violemment comme chercheur en communication, comme universitaire et comme citoyen.

40Je me garderais bien de prétendre fournir une réponse globale à ces questions. J’ai une double préoccupation. En tant que chercheur, comprendre et faire comprendre comment les phénomènes d’identité et d’identification fonctionnent, en particulier à l’ère des réseaux. Montrer quelles en sont les constantes à travers l’histoire et quels sont les éléments nouveaux qui caractérisent les crises actuelles. En tant que citoyen, lutter sans cesse pour que se développent des analyses rationnelles, la coexistence politique et la laïcité, qui définit la religion comme ne participant que de la sphère privée.

41Par exemple, les aberrations d’un multiculturalisme vont jusqu’à faire interdire à l’université d’Ottawa les cours de yoga, car ils participent de l’appropriation de la culture d’autrui, jusqu’à prétendre organiser dans des universités françaises des colloques dits scientifiques dont les participants doivent appartenir à un sexe plus qu’à un autre, avoir une couleur de peau plus qu’une autre.

42Il n’y a là rien de neuf, dans la mesure où les discriminations sexistes et raciales ou fondées sur une représentation de l’ethnique ont toujours existé. Ce qui est nouveau est leur mise en place par des mouvements qui se prétendent intellectuels, académiques et de gauche.

43Je n’ai pas de réponse toute faite face à de telles dérives. Je peux en revanche démonter comment elles reposent sur d’anciennes recettes, des stratégies éprouvées de manipulation, des utilisations de la communication bien connues.

44Dans ce cadre, il est vrai que le retour aux Anciens, à la rhétorique classique, à la philosophie et à l’histoire évite de penser que tout apparaît avec Facebook.

45BOCQUET - Vous placez les processus de communication au centre de tout phénomène culturel (2007) et, par voie de conséquence, identitaire. Quel rôle jouent les identités aujourd’hui ?

46OLLIVIER - On réalise peu à peu, avec le retour des guerres et des religions en Europe, que les processus liés aux identités collectives sont centraux dans le fonctionnement de toute société.

47Je règle rapidement la question de la race ou de l’ethnicité. Celles-ci sont une représentation de soi et des autres. En cela elles n’ont rien de réel. Les représentations sont des manières de voir et de classer le réel, indispensables pour classer les éléments de la réalité. Encore une fois, il faut relire Umberto Eco et les Anciens. Parler de race ou d’ethnie, c’est prélever des indices visuels (liés à la peau, aux cheveux, etc.) ou auditifs (liés aux accents, à la voix, à la langue) et décider qu’ils permettent de fonder des classifications.

48Comme toute représentation, ces classifications fluctuent avec l’histoire. Comme nombre de représentations, elles fondent les hiérarchies, des processus de domination et d’exclusion et de la violence.

49Les identités sont aussi des représentations qui permettent de se désigner soi-même et de désigner les autres. On se désigne comme unique (l’identité personnelle) et comme appartenant à des groupes (les identités collectives). Là encore, des portions du réel sont choisies comme porteuses de sens (la circoncision, le porc, le respect de rituels, les vêtements, le système pileux, etc.) et permettent de donner un sens au réel.

50La communication est fondamentale pour assurer la création, le partage et l’évolution de ces identités qui s’élaborent, circulent et se transmettent à travers tous les supports de communication possibles : la parole, l’écrit, l’audiovisuel, les réseaux informatiques, etc.

51Toutes ces identités sont nécessaires pour (sur)vivre dans le monde. Elles font baisser le niveau de violence à l’intérieur d’un groupe donné qui développe une identité collective.

52Un problème politique central surgit, en revanche, quand, autour de discours ou de pratiques identitaires (le peuple allemand, les Blancs ou les Noirs, les catholiques ou les musulmans, etc.), la violence s’installe entre ceux qui revendiquent une identité collective et ceux qui sont vus comme ne la possédant pas.

53La mondialisation a accéléré et déterritorialisé ces affrontements identitaires. Les versets sataniques de Salman Rushdie sont certainement le premier livre qui a valu à son auteur, en quelques heures, une condamnation à mort prononcée à des milliers de kilomètres, pour des motifs identitaires. De nouveaux critères ont permis à des acteurs disséminés dans le monde de classer les individus et les groupes et de définir l’attitude qu’il convient d’avoir à leur égard, même la plus violente. Il peut s’agir d’actions collectives (l’éducation, la vaccination, etc.), de situations (l’égalité entre hommes et femmes, le conflit israélo-palestinien, etc.), de pratique individuelles ou collectives (la musique, la lecture, l’habillement, la forme donnée au système pileux, etc.).

54Tous ces processus ont été accélérés et multipliés par la forme des réseaux informatiques.

55Rien de nouveau donc dans les processus identitaires, sinon les formes de la communication, et c’est en quoi ils doivent intéresser les SIC au plus haut point.

56BOCQUET - Vous avez mené à bien vos travaux en grande partie avec l’Amérique latine. Pourquoi ?

57OLLIVIER - Nombre de recherches en communication françaises sont centrées sur elles-mêmes. Il ne s’agit pas, pour moi, de prôner la subordination de la recherche scientifique à une idéologie. Mais il faut aller sur d’autres continents pour voir des postes en communication fléchés « Communication et violence faite aux femmes » ou « Communication et pauvreté ». C’est la raison pour laquelle j’ai choisi de travailler avec un certain nombre de pays d’Amérique latine. Les études de communication y sont souvent bien plus engagées qu’en France. Mais l’engagement n’y prend pas comme en France la forme d’articles sermonneurs, d’anathèmes politiques, de la répétition incantatoire des termes de domination, antifascisme et impérialisme. De l’application d’une doxa bourdieusienne ou marxiste élémentaire. Bien au contraire. On y pense plus en termes d’hégémonie (concept qui implique des ambiguïtés, de la séduction) qu’en termes de domination (concept qui favorise la pensée binaire).

58La formation professionnelle des journalistes doit prendre en compte l’assassinat systématique des journalistes qui osent traiter de certaines questions interdites. Les cultures populaires amérindiennes peuvent revendiquer leur inscription dans le système capitaliste et les valeurs étasuniennes. Et parfois elles nient toute égalité entre hommes et femmes. L’engagement pour l’égalité entre hommes et femmes passe fondamentalement par des actions de formation dans les quartiers populaires, afin d’éradiquer la violence faite aux femmes. En France, dans le Maghreb ou aux Antilles, on pense que le postcolonialisme consiste à apurer les contentieux entre Paris et ses anciennes colonies. Le postcolonialisme en Amérique du Sud n’a rien à voir avec Madrid ou Lisbonne. On y est plus intéressés par les travaux d’Arjun Appadurai, Homi Bhabha ou Dipesh Chakrabarty que par le thème des réparations de l’esclavage ou les relations avec l’ancienne capitale.

59Nombre de travaux universitaires en communication en Amérique latine m’ont paru moins dogmatiques, plus engagés dans les réalités sociales et parfois plus novateurs que certains de ceux menés en France. En d’autres termes, j’ai beaucoup appris des collègues mexicains, colombiens, chiliens, argentins, brésiliens qui m’ont permis de travailler avec eux.

60BOCQUET - Vous établissez un lien entre les processus de communication, d’information et la pédagogie. Comment voyez-vous leurs relations ?

61OLLIVIER - Comme tous les mots qui nous servent à communiquer (sauf sans doute en mathématiques), le terme d’information donne lieu à des malentendus fréquents.

62On sait que Informare signifie en latin mettre en forme, faire passer dans un moule (la forma), ce qui donne le fromage, le formaggio en italien. C’est le lait passé dans un moule.

63Après la Seconde Guerre mondiale, le concept d’information quantifiable (développé dans la mathematical theory of communication de Claude Shannon et Norbert Wiener [1948]) répond aux préoccupations des compagnies téléphoniques étasuniennes à la fin des années 1940 : faire passer un maximum de conversations sur un seul fil de cuivre, sans qu’elles deviennent incompréhensibles en raison de parasites ou d’une perte de signal. Le schéma auquel cette théorie mathématique donne lieu est souvent repris pour parler de communication humaine ou institutionnelle, alors qu’il sert à modéliser des phénomènes de physique. On y parle de machines qu’on appelle émetteur, récepteur, canal. Mais ce schéma qui est facile à comprendre est souvent réutilisé à contre sens, ce qui ne clarifie rien d’un point de vue conceptuel.

64Les sciences de l’information traitent de la récupération d’information (information retrieval) dans des bases de données et des bases documentaires. Face à l’augmentation des données disponibles, on se fixe comme objectif de savoir trouver la bonne information au bon moment pour prendre la bonne décision. Donc de savoir récupérer et extraire les informations utiles.

65Ces sciences de l’information se développent au départ aux États-Unis à partir de 1951 et s’officialisent alors qu’est créé un premier diplôme universitaire de sciences de l’information en Géorgie en 1964. Elles se voient associées aux sciences de la communication lors de la création française des SIC en 1974.

66L’information télévisée est de son côté un produit de l’industrie audiovisuelle qui répond à plusieurs logiques. Une logique commerciale : maintenir l’audience. Des logiques politiques : former le citoyen, diffuser des valeurs, établir la liste des événements importants du jour (ce qu’on appelle l’agenda setting).

67Le mot communication suscite aussi les pires malentendus. Comme si communiquer voulait dire partager la même signification ou envoyer quelque chose à quelqu’un. Ce mot renvoie aux supports de communication (la télévision, l’ordinateur, le téléphone), aux stratégies de communication (volonté d’influencer, de former, de convaincre, de vendre), aux processus de communication, aux acteurs de la communication (groupes télévisuels, États, politiques, pédagogues, entreprises, collectivités, personnes).

68Je disais que toutes les situations où se trouvent impliqués des hommes sont traversées par des phénomènes de domination. Elles sont aussi traversées par des phénomènes de communication. Mais ce concept ne renvoie pas, comme le pense Dominique Wolton quand il oppose communication et non-communication, au partage de quelque chose (partage du sens, des convictions, d’une analyse). Il désigne la circulation de signifiants qui se voient interprétés par chacun en fonction de sa culture, de son idéologie, de sa maîtrise des codes utilisés et des interfaces, de la situation historique et sociale…

69Là encore, Eco donne des clés fondamentales dans Lector in fabula. Il existe toujours plusieurs messages en un seul. Le message interprété ne coïncide pas avec le message interprété par chacun des destinataires. La communication n’est pas quelque chose qui « passe » ou « ne passe pas ». C’est une circulation de signifiants qui suscite des interprétations divergentes et irréductiblement hétérogènes.

70Depuis quand celui ou celle qui dit « Je t’aime » entend-il par ces mots ce qu’un(e) autre va interpréter ? Cela se saurait.

71La pédagogie, elle, vise à former. On peut en la matière former à la maîtrise de l’information (ne pas être dupe ni de Facebook, ni de Wikipédia, ni de l’algorithme de Google), former à la lecture critique des produits de la télévision (travail du CLEMI), former à produire de la communication… La pédagogie n’est que le moyen d’arriver à ces fins de formation.

72Les travaux dans lesquels je parlais d’éducation datent d’une période pendant laquelle je travaillais dans des systèmes éducatifs. Je me suis consacré longtemps aux systèmes d’enseignement à distance, dans lesquels la médiation technique joue un rôle important.

73Je préfère depuis un certain nombre d’années m’attacher aux phénomènes de transmission intergénérationnels et à ce en quoi le choix de supports de communication les conditionne (au double sens de mise en forme — conditionner un produit — et de soumettre à conditions en particulier de format et de mode de diffusion).

74Qu’est-ce que nous transmettons aux générations qui suivent, non pas en termes d’outils, mais en termes de logiques d’utilisation de ces outils et de matrices dans lesquelles elles vont construire leurs représentations de la réalité et d’elles-mêmes ?

75C’est de ce point de vue que je cherche à comprendre la construction des identités collectives, la transmission des connaissances, les rapports aux langues et aux supports de communication.

76Ce changement de point de vue m’a mené à observer le rôle des systèmes éducatifs, y compris à distance, mais aussi celui des médias, des plateformes sociotechniques, d’Internet comme des dispositifs de médiation culturelle ou scientifique ou de politiques éducatives comme de gestion des langues.

77De ce point de vue, je ne me pose pas la question de l’objectivité ou non d’un canal télévisé ou de la désinformation. Je me demande ce que les dispositifs audiovisuels contribuent à transmettre comme matrices de représentation de la réalité. Les identités collectives construites à partir de la télévision et du journal télévisé ne sont pas les mêmes que celles que l’écrit a permis d’élaborer, et elles diffèrent fondamentalement de celles qui s’élaborent avec Internet.

78On questionne, mais insuffisamment en France à ce jour, le fait que l’accès aux médias de masse se fasse de plus en plus à partir de plateformes Web qui proposent à la lecture ce qu’un algorithme a défini comme pouvant le plus plaire à l’utilisateur.

79En ce sens, je tends à penser que, comme le prouvent certains travaux nord-américains, Internet favorise la constitution pour chacun d’un monde virtuel d’où l’autre est exclu (je ne le rencontre pas). On voit se constituer des sphères médiatiques qui n’ont pas de points communs entre elles. Je trouve dans ma sphère médiatique des opinions et des nouvelles qui confortent mes opinions initiales (ce qui était le cas avec les médias de masse, mais de manière moins marquée). J’y trouve aussi ce que des multinationales m’envoient, selon une logique purement commerciale. Est-ce mieux que la désinformation du journal télévisé ? C’est sans doute plus difficile à détecter, car chacun de nous a moins tendance à remettre en cause ce qu’il croit déjà que la propagande de l’autre.

80BOCQUET - Après la révolution numérique, quelles sont, à votre avis, les prochaines mutations dans la communication ?

81OLLIVIER - Je ne pense pas avoir des dons de prophète. Je porte simplement une attention à l’actualité et à ses tendances. En 1996, un grand institut de recherche national avait refusé le projet de recherche que je lui proposais sur les transformations de l’université avec Internet. Sa réponse tenait en deux questions : pourquoi voulez-vous parler de l’université ? pourquoi voulez-vous parler d’Internet ? Je pense que ce sujet des mutations de l’université était important et qu’il le reste. On va sans doute maintenant vers la disparition des diplômes, l’uberisation de la formation professionnelle, etc.

82À l’époque, j’avais simplement mis en place une veille sur l’actualité en information communication, et pas seulement en France, j’étais allé voir la situation aux États-Unis. Je savais que déjà des cours en amphithéâtre de facultés de médecine fonctionnaient vides, les étudiants trouvant plus d’informations à jour sur Internet qu’en amphithéâtre.

83Deux tendances lourdes me frappent dans l’actualité technologique, scientifique et sociale.

84La première est la possibilité que disparaissent un très grand nombre de postes de travail grâce aux réseaux et aux systèmes d’information. Du fait aussi des moyens de transport autonomes, des services en ligne automatisés (assurances, banques, administrations, etc.), des formes nouvelles de médecine à la redéfinition des formations et des diplômes… L’intelligence artificielle, le deep learning, la génomique, l’automatisation, le blockchain, les plateformes sociotechniques vont révolutionner le sens et la nécessité même du travail pour beaucoup de gens. Ce sont là des processus au cœur desquels l’information et la communication jouent un rôle central.

85Avons-nous les moyens, la volonté et la capacité, en SIC, d’anticiper ces mutations et de les accompagner ?

86La seconde tendance est la révolution profonde que vivent les médias et la communication politique.

87Les médias classiques sont affaiblis par la disparition de leurs ressources publicitaires et la moindre importance donnée au concept de service public. Ils ne vivent parfois plus que de subventions de l’État (comme la majorité de la presse écrite en France) ou ils se font racheter par les GAFA (comme le Washington Post). Ils voient leur lectorat fondre, leurs grands journalistes étant remplacés par des stagiaires de master 2 parfois sans envergure qui recopient des dépêches d’agence, et leurs lecteurs se fier aux réseaux sociotechniques pour lire et diffuser les nouvelles. La fonction de médiation qui était la leur est en train de disparaître.

88BOCQUET - Quel avenir ont les médias classiques ?

89OLLIVIER - Leur avenir me paraît très sombre. Sauf si des politiques publiques fortes sont mises en place pour maintenir des systèmes d’information solides et indépendants avec des journalistes bien formés. C’est le sens du débat important mené en ce moment au Canada autour de Radio-Canada.

90Parallèlement, la communication politique, qui n’a jamais été soumise au critère de vérité, voit disparaître les médiateurs qu’étaient les journalistes. Il ne reste plus que des bateleurs et des animateurs radio et télé (l’infotainment, mélange d’information et d’entertainment) et les réseaux sociotechniques comme Facebook ou Twitter, dont le rôle dans les élections est de plus en plus important.

91Les SIC ne s’intéressent pas assez à mes yeux à ce basculement.

92D’une part, les jeunes générations ne font plus confiance aux médias classiques (presse, radio, télévision) et choisissent un accès à l’information par les réseaux techniques, donc dans la plupart des cas sans médiation journalistique.

93D’autre part, des recherches récentes menées, après avoir diffusé des milliers de vraies et de fausses nouvelles pour en suivre le parcours sur Internet, ont prouvé que les nouvelles fausses, les hoax, les rumeurs, les fake news, les « faits alternatifs » intéressent plus les internautes, sont plus likés et rediffusés. En d’autres termes, ce que certains politiciens appellent la post-vérité influence plus les électeurs que la vérité. On en a eu la preuve lors des élections de 2016 aux États-Unis et du vote sur le Brexit.

94Il n’y a rien de nouveau dans tout cela, dans la mesure où la communication politique n’a jamais consisté à donner des informations véridiques.

95Dans le dialogue de Platon qui porte son nom, Protagoras notait il y a 2 500 ans le paradoxe suivant. Quand nous devons choisir un médecin, un architecte ou un ingénieur, nous nous fions à l’avis de celui qui a montré ses capacités et a réussi. Quand il s’agit de diriger les affaires publiques, comme nous vivons en démocratie, tous les avis se valent, et nous choisissons le politicien qui présente le discours le plus séduisant, et non celui qui dit la vérité.

96La « post-vérité » et les « faits alternatifs » de notre époque ne sont que la version Facebook de ces pratiques de la Grèce ancienne. Mais qu’il s’agisse de post-vérité, de hoax, de rumeurs, de faits alternatifs, ils peuvent moduler (sinon modeler) les résultats des élections démocratiques. Il suffit d’envoyer à chacun, au moment des élections, le message personnalisé (faux) qui correspond aux attentes permanentes qu’il a manifestées sur le réseau, et que des tests et algorithmes ont mesurées pendant des années. Cela s’est produit en 2016 et se reproduira.

97Les enjeux politiques, éthiques, communicationnels sont fondamentaux.

98Sommes-nous pour autant à la hauteur pour anticiper et penser ces mutations ?

99BOCQUET - Si vous rencontriez votre moi en début de carrière, que lui diriez-vous ? Comment anticiper les axes de recherche féconds ?

100OLLIVIER - Toute recherche doit innover. En ce sens, elle doit bousculer ce qui existe et faire émerger de nouveaux points de vue, de nouvelles questions. Et en même temps, en début de carrière, un chercheur doit voir ses travaux reconnus par les pairs, et il doit respecter ce qu’ils ont mis en place. C’est, me semble-t-il, la contradiction que le jeune chercheur doit gérer, d’autant que la précarisation de ses conditions de travail est totale. L’âge moyen de la titularisation est environ de 35 ans en SHS en France. Cela n’encourage pas les jeunes à engager des luttes contre le pouvoir académique en place et à irriguer la recherche de sang nouveau.

101Dans le passé, le mandarinat académique pouvait consister à protéger le développement d’une pensée scientifique libre et irrévérencieuse. C’est terminé.

102Je vois aujourd’hui, surtout dans les conditions imposées aux jeunes chercheurs, des incitations au conformisme, à la citation des auteurs obligés, à l’allégeance, au politiquement correct.

103Je conseillerais d’abord d’assurer le plus tôt possible les conditions matérielles d’une pensée libre, en sortant de la précarité matérielle que signifient les CDD, bourses et autres postdocs.

104Je conseillerais aussi, même en secret, de lire autre chose que les ouvrages de sa propre discipline, que les ouvrages conseillés par le scientifiquement correct en vigueur, de rester à l’affût de ce qui se passe hors de sa discipline, de son université, de son pays. Ce, afin de pouvoir croiser de manière créative ce que l’on connaît scientifiquement et ce qui vient de pays, de disciplines, de problématiques différents.

105Dans le meilleur des cas, on peut le faire ouvertement.

106Dans le pire des cas, parce que la censure scientifique, les contrôleurs de gestion, les comptes rendus annuels d’activité, les dossiers de recrutement, les réponses aux appels d’offres ont leurs règles propres, il faut le faire clandestinement, comme ce que Michel de Certeau appelait, à la manière jésuite, un braconnage, hors des sentiers courus.

107Et je souhaiterais aux jeunes chercheurs d’arriver le plus vite possible à conquérir un statut qui leur permette, s’ils en ont la force morale, de proposer leurs propres champs de recherche, leurs problématiques, même s’ils ne répondent pas au pouvoir en place. Bref, de pouvoir créer et chercher, car là est le plaisir de la recherche.

Haut de page

Bibliographie

OLLIVIER, Bruno (2000), Observer la communication. Naissance d’une interdiscipline, Paris, CNRS Éditions, Coll. « CNRS communication ».

OLLIVIER, Bruno (2007), Identité et identification. Sens, mots et techniques, Paris, Lavoisier/Hermès Science.

OLLIVIER, Bruno (2014/2007), Les sciences de la communication. Théories et acquis, Paris, Armand Colin, Coll. « U ».

OLLIVIER, Bruno (2009) (dir.), Les identités collectives à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS Éditions, Coll. « Les essentiels d’Hermès ».

OLLIVIER, Bruno (2017), Comunicación y mediaciones en la era digital, Santiago de Chile, Cátedra Michel Foucault, Universidad de Chile.

OLLIVIER, Bruno et Yves JEANNERET (dir.) (2004), Les sciences de l’information et de la communication. Savoirs et pouvoirs, Paris, CNRS Éditions, Coll. « Hermès ».

OLLIVIER, Bruno et Guy LOCHARD (2002), « Préface », dans Jesús MARTÍN-BARBERO, Des médias aux médiations. Communication, culture et hégémonie, Paris, CNRS Éditions, Coll. « CNRS communication ».

LANGLAIS, Pierre-Carl (2014), « “Des chercheurs qui cherchent, on en trouve ; des chercheurs qui trouvent, on en cherche” ; la phrase que de Gaulle n’aurait jamais dite », L’Obs avec Rue89, 18 octobre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Bocquet et Bruno Ollivier, « Observer la communication », Communication [En ligne], vol. 35/2 | 2018, mis en ligne le 07 décembre 2018, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/communication/7797 ; DOI : 10.4000/communication.7797

Haut de page

Auteurs

Martine Bocquet

Martine Bocquet est maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, membre du Laboratoire Caribéen de Sciences Sociales (ex CRPLC), Université des Antilles. Courriel : mm.bocquet@orange.fr

Articles du même auteur

Bruno Ollivier

Bruno Ollivier est professeur des Universités en Sciences de l’Information et de la Communication et membre du Laboratoire communication et politique-IRISSO / GRIPIC CELSA, Université des Antilles. Agrégé de Grammaire, docteur en Linguistique, expert au Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, ancien Vice-Président de la SFSIC en charge des Relations Internationales, conférencier et enseignant invité dans plusieurs universités latino-américaines, au Mexique, au Chili, en Argentine, en Colombie, au Brésil, mais aussi au Canada et en Haïti, ancien membre du CNU 71e section, créateur de la filière Communication à l’Université des Antilles et de la Guyane, chercheur au CNRS, Bruno Ollivier nous livre ici son regard sur ses propres recherches et celles générées par la discipline et la situation actuelle. Courriel : ollivierbruno@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals