Navigation – Plan du site
Lectures

Nathalie GRANDJEAN, Claire LOBET-MARIS et Perrine VANMEERBEEK (dir.) (2016), Petits entretiens de la vie privée. Expérience quotidienne sur le web

Namur, Presses universitaires de Namur, Coll. « Univer’Cité »
Aïssa Merah
Référence(s) :

Nathalie GRANDJEAN, Claire LOBET-MARIS et Perrine VANMEERBEEK (dir.) (2016), Petits entretiens de la vie privée. Expérience quotidienne sur le web, Namur, Presses universitaires de Namur, Coll. « Univer’Cité »

Texte intégral

1Rapporter des propos d’experts s’exprimant sur la question de la vie privée à l’ère des technologies de l’information et de la communication, tel est l’objet de l’ouvrage dont le titre s’énonce comme une invitation à lire, mais aussi comme un appel à nos petites histoires et craintes d’usagers pour réfléchir. En effet, réfléchir est aussi la finalité de cette approche innovante qui cherche à problématiser ce phénomène posé avec acuité à ce stade de la généralisation et de la standardisation des usages. Bien qu’il soit d’actualité, le fait a déjà été abordé au début des années 1970 avec les premiers constats de l’abondance informationnelle qui s’est rapidement heurtée aux limites de la rationalité (p. 151). La généralisation des réseaux sociaux numériques a exaspéré cette problématisation récupérée par des journalistes et des politiciens, mais aussi traitée par des chercheurs et des législateurs. Pour Fanny Georges, « [l]es questions d’intime et d’intimité sur le web ont émergé vers 2004, suite à une période qu[’elle] appelle “l’expressivisme connecté” » (p. 69).

2Mieux placés pour s’exprimer et s’expliquer sur la vie privée sur le Web, les chercheurs mobilisés s’accordent surtout sur l’urgence de débattre du binôme hardware/software. Par leur statut de scientifique, ils n’ont pas tranché en fermant le débat entre les extrémités du pour et du contre. Ils ont plutôt nuancé en envisageant cette question omniprésente et omnipotente comme une problématique imposée par le quotidien reconfiguré par les technologies de l’information et de la communication.

3Interrogeons-nous avec nos auteurs : qu’entendons-nous encore par « vie privée » à l’ère numérique caractérisée par la déclinaison, l’extimité, l’expressivité, la traçabilité et beaucoup d’autres notions annonciatrices de sa fin et qui l’ont reconfigurée en la transformant en un problème public ? Pour reprendre l’interrogation des auteurs : « Vivre et agir sur Internet demande de s’y dévoiler dans ses opinions, ses goûts et ses comportements… C’est à ce prix que nous existons sur les réseaux sociaux. Est-ce pour autant la fin de la vie privée ? », lit-on sur la quatrième de couverture.

4L’ouvrage est édité aux Presses universitaires de Namur dans sa collection « Univer’Cité », consacrée au dialogue entre l’université et la société et qui permet aux scientifiques de porter « leur discours propre et leur témoignage à propos des questions socioéconomiques, politiques ou autres qu’ils vivent ». Cette publication de format innovant comprend une série d’entretiens semi-ouverts avec 14 experts connus et reconnus par leurs pairs comme étant de fins connaisseurs des enjeux des usages des technologies de l’information et de la communication. Ces personnes-ressources ont des profils scientifiques différents (formation initiale, occupation actuelle, carrière professionnelle), en plus d’offrir une grande diversité de points de vue sur la question de la vie privée sur le Web. L’ouvrage est composé de six parties précédées d’une préface, d’une introduction et d’une présentation des experts. À travers ces entretiens axés sur les enjeux et les dilemmes que pose ce sujet d’actualité, les experts ont privilégié la construction objectivée et apaisée d’un discours scientifique fondé sur le réalisme et le pragmatisme. Pour eux, la parole savante prime, loin de toutes les visions à la fois alarmistes et naïves alimentées par des discours extrêmes de technophobes et de technophiles.

5Dans sa longue et pertinente préface, Yves Poullet salue l’approche du travail et la qualifie de « révolution » pour sa capacité de montrer les atouts d’Internet dans « l’émancipation aussi bien individuelle que sociale » (p. 5) et dans sa facilitation d’accès « aux autres avec lesquels on peut faire société » (ibid.). Mobilisant des illustrations des contributeurs et de son expérience d’expert sur la question, le préfacier souligne qu’il est nécessaire de dépasser cette vision réductrice de la vie privée envisagée comme un obstacle à la construction d’un commun, d’un vouloir-vivre ensemble À retenir du mot de clôture de ce juriste d’autorité : le débat sur la vie privée ne doit pas se limiter à la défense de l’intimité qui constitue l’essence de la personnalité. Pour lui, ce débat est à promouvoir et à rentabiliser en une réflexion sur « notre capacité individuelle et collective à définir ensemble un environnement informationnel qui permette à chacun d’être reconnu et de se faire reconnaître dans son individualité propre » (p. 12).

6Dans leur courte introduction, les coordonnatrices de l’ouvrage entrent directement dans le vif du sujet en insistant sur la légitimation du sujet, compte tenu de l’ampleur des usages du Web qui échappent aux usagers et aux acteurs en interaction : les opérateurs, les régulateurs et désormais les représentants des usagers. Pour ce faire, elles recourent aux éléments de la sociologie du quotidien fait de pratiques informationnelles et conquis par le tout informatique : moteurs de recherche, pages personnelles, googliser, posts, interactivité, traces de navigation, identités et profils numériques, suivis de traces, exhibitionnisme et voyeurisme numériques, vidéosurveillance, données personnelles et économie de l’intention.

7Dans ce registre, elles reviennent sur le glissement de la question de la vie privée d’ordre individuel pour devenir d’ordre public par l’implication de l’État régulateur. Ce glissement s’aggrave avec « le brouillage de la frontière entre vie privée et vie publique » (p. 14). Le risque pour la vie privée se situe dans la standardisation et l’exposition des éléments personnels et distinctifs relevant de l’intimité, de l’identité, de la différence et de la diversité. C’est pourquoi les concepts de libertés individuelles, des droits à la distinction, à la protection des données, à l’oubli, voire à la déconnexion, à la non-apparition et au non-usage sont développés par les experts répondants.

8L’originalité de leur démarche consiste à croiser les regards des chercheurs pour mieux « comprendre les reconfigurations à l’œuvre entre espaces public et privé, et ce qu’elles signifient pour notre existence personnelle et sociale » (ibid.). Les coordonnatrices précisent qu’il n’est pas question de juger « ce qui va mal, mais plutôt de comprendre ce qu’il se passe » (ibid.) en mettant l’accent sur l’objectif d’« aider chacun à redonner du souffle politique et de la capacité d’action à des catégories mises à mal par l’économie digitale » (p. 15).

9Avant de laisser les experts s’exprimer, les coordonnatrices les présentent en mettant l’accent sur leur carrière, leur rapport à la question de la vie privée sur le Web et surtout leurs apports en matière d’expertise professionnelle et de recherche scientifique. Les courtes présentations ont été valorisées par les deux mots-clés et la phrase-clé résumant les propos de chaque entretien. L’espace et l’objectif du présent article ne permettent pas de revenir sur l’ensemble des parties et des entretiens. Je fais le choix de privilégier les idées qui valorisent l’usager-acteur et discutent la réalité des risques pour la vie privée.

10Je considère que la première partie, intitulée « Mise au point », représente une synthèse des idées discutées dans tout l’ouvrage et surtout instaure le dialogue attendu entre les experts et les lecteurs ordinaires. Dans cette partie, Jean-Marc Manach et Serge Abiteboul prennent la parole tout en précisant que le Web n’est pas un espace privé. Il s’agit plutôt et « bien [d’]une scène publique, au même titre qu’une place de village » (p. 25) où tous les gens se connaissent et exercent le vivre-ensemble. Il faut comprendre que la mise au point s’adresse aux partisans du port de la « burqa numérique » et du rejet de la présence sur Internet, et ce, sous prétexte des risques pour la vie privée aggravés par la surveillance et l’exploitation marchande des données et traces personnelles sur le Web.

11Manach explicite sa vision d’Internet qu’il considère « comme [un] outil d’émancipation individuelle et collective, pas comme [un] outil d’asservissement » (p. 27). Il revient sur l’origine de son intérêt pour la question de la vie privée. Journaliste soucieux de la protection de ses sources, il a, au début, fait de la question une cause avant de se rendre compte qu’il s’agit d’un problème de « vieux cons ». Pour lui, il faut transformer ces sentiments de peur et de rejet en sentiments de confiance et de conscience des dispositifs numériques permettant une démocratie civique et responsable. L’expert qui privilégie dans ses propos des faits concrets insiste sur le devoir de régulation de l’État garant des droits des personnes et de la société, mais aussi sur le devoir civique des citoyens engagés pour le vivre-ensemble dans le respect de l’intimité et de l’altérité. Toujours dans cette approche, Abiteboul rassure : « le web multiplie les possibilités, sans véritablement changer la nature des rapports sociaux » (p. 39). Il refuse ainsi « beaucoup d’idées reçues sur les enfants du numérique » (ibid.). Dans cet entretien, plusieurs éléments d’Internet ont été interrogés : le partage de l’intimité avec l’entourage social, Internet et l’amélioration du quotidien et l’apport des réseaux sociaux dans les mouvements de contestation.

12C’est aussi la vision des experts ayant interrogé les trois types d’espaces : public, privé et intime. Pour eux, ce triptyque constitue des sphères aux frontières variables, selon la culture, la construction individuelle, l’identité numérique, le droit et le degré de maîtrise numérique de l’usager. Ces sphères en interaction caractérisent tout individu et tracent les territoires des rapports avec autrui. Ils considèrent aussi que « toute personne a conscience de cette frontière qui sépare l’intime du social » (ibid.). Le psychologue Serge Tisseron, expert de l’adolescence et d’Internet, souligne que parler d’intimité sur le Web relève de l’absurdité. Pour lui, l’usager « expose une intimité banalisée, formatée, une pseudo-intimité » (p. 53). D’ailleurs, à ce propos, Antoinette Rouvry trouve que parler de la fin de la vie privée est une fétichisation des données personnelles qui engendre des amalgames entre elles. C’est pourquoi elle considère que le droit à sa protection doit être un « droit à un avenir non-pré-occupé et comme condition de survenance du commun » (p. 81). Abordant cette question de protection, une phrase phare de la sociologue belge Claire Lobet-Maris mérite d’être citée : « [I]l ne s’agit pas tant de protéger ses données personnelles, mais bien de faire société ensemble, de préserver l’intimité et l’altérité » (p. 24).

13Avant de terminer cette invitation à lire l’ouvrage et à réfléchir sur les propos et les idées des experts, je souligne que les coordonnatrices fournissent matière à argumentation et à réflexion pour débattre de la question de la vie privée avec sérénité. Les objectifs d’instaurer un dialogue apaisé et un discours d’ouverture du discours savant sur la société sont atteints. Cependant, et sans vouloir réduire la qualité du travail ou remettre en cause les choix méthodologiques des coordonnatrices, je formule des réserves sur l’omission des procédés de construction de l’échantillon des experts. S’agit-il d’un échantillonnage ciblé, accidentel ou par principe de reconnaissance par les pairs ? La précision aurait accentué les caractères de l’objectivité et de la neutralité du choix des experts et de leurs propos et visions.

14L’échantillon pourrait être retenu et construit autrement par un élargissement à d’autres pays et visions, ce qui aurait permis de traiter d’aspects peu connus en France et en Belgique, surtout en ce qui a trait aux sociétés autoritaires. Interroger d’autres experts aurait également permis plus de diversité et de représentativité. Par ailleurs, une autre catégorie d’experts-acteurs engagés, dans sa double acception, serait omise. Il s’agit des experts investis dans les projets de recherche et les diagnostics mandatés par des institutions et des ONG nationales et internationales pour traiter des questions liées à la vie privée comme la diversité, les minorités ainsi que les droits à l’oubli, au non-usage et à la déconnexion.

15D’autres aspects auraient été davantage valorisés par les coordonnatrices dans leurs grilles d’entretien, comme la maîtrise de la culture informationnelle, l’éducation aux technologies de l’information et de la communication et les fractures numériques en matière d’accès, d’infrastructure et de contenu. Ces facteurs portent sur l’utilisation « à bon escient, et de façon responsable » ainsi que sur le « déséquilibre » existant entre « acteurs puissants et utilisateurs lambada du numérique » (p. 109).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aïssa Merah, « Nathalie GRANDJEAN, Claire LOBET-MARIS et Perrine VANMEERBEEK (dir.) (2016), Petits entretiens de la vie privée. Expérience quotidienne sur le web », Communication [En ligne], vol. 35/2 | 2018, mis en ligne le , consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/communication/7818

Haut de page

Auteur

Aïssa Merah

Aïssa Merah est maître de conférences HDR, Faculté des sciences humaines et sociales, Université de Béjaia (Algérie). Courriel : merah_aissa@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals