Navigation – Plan du site
Lectures

Jason HANNAN (dir.) (2016), Truth in the Public Sphere

Londres, Lexington Books
Nouha Belaid
Référence(s) :

Jason HANNAN (dir.) (2016), Truth in the Public Sphere, Londres, Lexington Books

Texte intégral

1Au moment où certaines critiques politiques ont déploré la mort de la vérité dans la sphère publique états-unienne, d’autres l’ont célébrée joyeusement comme étant un phénomène historique attendu depuis très longtemps. Il semble ainsi que de nos jours la vérité et l’objectivité sont des idéaux embarrassants, qui n’ont pas leur place dans une culture intellectuelle mature.

2De plus, depuis les élections américaines tenues en 2016, la question de la vérité et des rumeurs a été le sujet de plusieurs recherches dans le monde anglo-saxon.

3Ainsi l’ouvrage collectif dirigé par Jason Hannan cherche-t-il à comprendre la signification de la vérité dans différents contextes de communication qui se tiennent quotidiennement, à savoir le discours, l’éthique, le journalisme, la politique, les médias et l’art.

4Divisé en 11 chapitres regroupés en 4 parties, ce livre ne se limite pas aux discussions théoriques sur la définition et le statut de la vérité ; il passe en revue des exemples concrets. Il éclaire également l’effet que la vérité apporte à notre quotidien en répondant aux questions suivantes : Comment comprendre la notion de vérité dans le discours public ? Comment notre environnement médiatique en évolution a-t-il affecté la quête partagée de la vérité par la raison publique ? Quelle est la signification de la vérité pour la mémoire publique et la politique de la reconnaissance ? Comment la vérité peut-elle s’incarner dans la lutte pour la justice raciale ? Quelle est la place de la vérité dans l’éducation ? Comment fonctionne la vérité dans la comédie, surtout dans la satire politique ? Est-ce que la vérification des faits a un effet décisif, à l’ère de la politique post-vérité ? Comment parler de la vérité à travers les nouveaux genres de narration rendus possibles par les médias numériques ? Quel est le lien entre la vérité et l’esthétique ? Comment la photographie et la peinture capturent-elles la vérité ?

5Pour répondre à toutes ces questions, différents chercheurs proposent des articles scientifiques qui traitent chacun un angle de la vérité dans l’espace public.

6Cet ouvrage se base d’ailleurs sur un paradoxe : cette vérité est indéfinissable et pourtant essentielle à la communication humaine. Dans son article, Davidson souligne que la vérité est un concept essentiel et fondamental à la pratique linguistique ordinaire. Cela explique que toute tentative de définition de la vérité fait invariablement appel à des concepts qui ne demandent qu’à être définis et clarifiés.

7De même, l’ouvrage s’ouvre sur les façons conventionnelles de penser à la vérité. David Backer propose une conception politique de la vérité au moyen des ressources de la philosophie marxiste. Il synthétise les thèses centrales de Volosinov et Lecercle pour développer une conception de la vérité comme résultat de luttes conjoncturelles. Backer souligne que la vérité est prise dans la sphère publique, à travers une procédure militante de lutte. Étant donné que le langage est nécessairement idéologique, le discours est selon Backer nécessairement politique. Ce que nous disons aujourd’hui est, dans une certaine mesure, un témoignage des luttes du passé et façonnera dans une certaine mesure les luttes de l’avenir. Backer pense ainsi que nous avons donc la responsabilité de prendre soin de la façon dont nous parlons dans la sphère publique, puisque nous sommes autant des créateurs que des récepteurs de la vérité.

8Quant à Lewis Friedland et Thomas Hove, ils soulignent que les implications de la communication numérique, selon la vision de la vérité de Jürgen Habermas, sont le résultat de la raison publique. Ils précisent que cette vision repose sur certaines hypothèses concernant la nature des paramètres de la communication moderne. Ils se demandent donc si une sphère publique médiatisée numériquement, avec les développements technologiques en cours, permettra d’obtenir collectivement un accord rationnel sur la vérité. Si les nombreuses complexités d’Internet présentent de sérieux défis, il y a encore de l’espoir pour une sphère publique habermassienne, confirment-ils.

9S’inspirant des recherches ethnographiques et archivistiques originales, Jovanovic et son équipe de recherche explorent comment des termes tels que massacre, conflit, fusillade et embuscade ont un effet puissant sur la façon dont on se souvient du passé. Leur étude confirme que l’histoire n’est pas une évidence qui doit être minée et lue avec un œil impartial par les générations futures, mais qu’elle est plutôt un site de lutte et de conflit. Jovanovic et son équipe de recherche révèlent la gravité de cette lutte, dans laquelle se joue le souvenir d’une sombre vérité historique, mémoire qui aurait pu être facilement masquée par un simple choix de mots. En fin de compte, ils démontrent la puissance des interventions communautaires fortement engagées, dans le processus décisionnel pour déterminer le libellé final du panneau routier. Ces leaders évitent de révéler la vérité en insistant sur les erreurs du passé et les meurtres racistes sous peine d’éveiller les tensions entre les acteurs de la société.

10Pour sa part, Paul Lawrie explore l’un des exemples les plus éloquents de parrhesia, ou vérité sans peur, dans la sphère publique américaine. La vérité selon l’Occident n’est pas une question analytique de correspondance entre des propositions formelles et une tranche de réalité particulière, mais elle est plutôt un mode de vie, un mode existentiel qui permet à la souffrance de parler. Lawrie donne un aperçu détaillé de la vie de Cornel West appelant à témoigner de la violence raciale dans la soi-disant société postraciale de l’Amérique.

11De son côté, Charles Bingham propose une conception éducative de la vérité basée sur la pensée du philosophe social et politique Jacques Rancière. Comme Bingham le mentionne, la scolarité obligatoire initie les jeunes citoyens à différentes façons de penser la vérité publique, y compris les modèles traditionnels progressifs et critiques. Bingham soutient l’idée que chacun de ces modèles est déficient d’une manière ou d’une autre et propose donc un quatrième modèle, intrinsèque à l’éducation elle-même.

12Dans son article, Jeffrey W. Jarman examine l’échec du processus de la vérification des faits. Se tournant vers la théorie du raisonnement motivé pour expliquer cet échec, il révèle l’incapacité des citoyens partisans à se mettre d’accord sur des faits.

13Pour sa part, Makeda Best n’hésite pas à analyser la rhétorique visuelle du blogue militaire de Jason Hartley : Just another soldier. En tant que nouveau type de journalisme, ce blogue a suscité une controverse considérable, car il subvertit les normes du journalisme de guerre traditionnel sur les lieux. Avec la prolifération des appareils photo numériques et des téléphones intelligents équipés de caméras, il est devenu maintenant plus facile pour les agents militaires de jouer le rôle de journalistes amateurs et de documenter leurs expériences personnelles ainsi que les vérités les plus sombres des interventions militaires.

14S’agissant de la photographie, Chris Balschak souligne l’importance de la photographie comme média et son pouvoir épistémique pour un témoignage déclaratif. Il le fait à la lumière du récent flot de reportages aux États-Unis concernant des cas de brutalités policières portées à la connaissance du public à travers des vidéos et des photographies.

15Francis Halsall considère la vérité comme la base non conceptuelle de la pensée. S’inspirant des réflexions philosophiques de Maurice Merleau-Ponty sur l’œuvre du peintre postimpressionniste français Paul Cézanne, Halsall montre comment la vérité de la métaphore en tant que lumière façonne notre compréhension et notre expérience du monde. Selon lui, cela se manifeste clairement dans la façon dont Cézanne représente la lumière à travers la peinture.

16Bref, les auteurs de cet ouvrage réussissent à présenter la vérité dans différents contextes de communication, mais également selon une variété de médias (traditionnels et numériques). Il est clair ainsi que la question de la vérité existait avant le numérique et les médias sociaux, mais que ces changements ont entraîné la création de nouveaux espaces abritant les rumeurs.

17De nos jours, la propagation de la rumeur est plus rapide, ce qui remet en question la place de la vérité dans l’espace public. D’ailleurs, tout le monde est maintenant prometteur de la vérité ou de la rumeur, avec l’émergence du cinquième pouvoir que détiennent les citoyens ordinaires. Ainsi l’éthique de l’information se manifeste-t-elle comme un outil pour lutter contre la propagation de la rumeur dans l’espace public actuel.

18Quel que soit l’angle par lequel chacun des auteurs a traité la vérité, nous nous entendons tous pour dire que nous sommes à l’ère de la « post-vérité ». Il ne suffit plus de détenir l’information, il est aussi crucial de la vérifier, au moyen de ce que nous appelons le fact-checking.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nouha Belaid, « Jason HANNAN (dir.) (2016), Truth in the Public Sphere », Communication [En ligne], vol. 35/2 | 2018, mis en ligne le , consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/communication/7852

Haut de page

Auteur

Nouha Belaid

Nouha Belaid est enseignante et chercheure en sciences de l’information et de la communication (Tunisie). Courriel : belaid.nouha@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals