Navigation – Plan du site
Lectures

Philip N. HOWARD et Muzammil M. HUSSAIN (2013), Democracy’s Fourth Wave? Digital Media and the Arab Spring / Mohamed ZAYANI (2015), Networked Publics and Digital Contention: The Politics of Everyday Life in Tunisia

Oxford, Oxford University Press
Tristan Mattelart
Référence(s) :

Philip N. HOWARD et Muzammil M. HUSSAIN (2013), Democracy’s Fourth Wave? Digital Media and the Arab Spring, Oxford, Oxford University Press / Mohamed ZAYANI (2015), Networked Publics and Digital Contention: The Politics of Everyday Life in Tunisia, Oxford, Oxford University Press

Texte intégral

1Les deux ouvrages considérés, celui de Philip N. Howard et Muzammil M. Hussain et celui de Mohamed Zayani, portent sur le même thème — celui du rôle des technologies d’information et de communication dans ledit printemps arabe —, ils ont été publiés chez le même éditeur et dans la même collection — celle dirigée par Andrew Chadwick, « Oxford Studies in Digital Politics » —, mais ils offrent sur leur sujet des perspectives radicalement différentes.

2Le premier livre se situe dans la continuité des ouvrages précédemment produits par Howard, notamment The digital origins of dictatorship and democracy, qu’il avait publié en 2011 et où il avançait la thèse selon laquelle les technologies de l’information et de la communication « telles que les téléphones portables et l’internet » avaient eu, depuis une quinzaine d’années, « un important rôle causal dans la démocratisation des pays musulmans », présentant d’entrée de jeu ces technologies comme des « technologies de la liberté » (Howard, 2011 : 13).

3Les révoltes de 2010 et 2011 dans le monde arabe vont constituer, pour Howard et Hussain, un nouveau laboratoire où étudier cette contribution des « médias numériques » à la « démocratisation ». Dans l’introduction de leur livre, les auteurs se défendent de tisser un lien direct, par trop déterministe, entre essor des technologies de l’information et de la communication, d’un côté, et démocratisation, de l’autre. Ils expliquent non pas « chercher à comprendre si la diffusion des technologies cause la démocratisation », mais chercher à comprendre la place prise par ces médias numériques dans la « combinaison de facteurs causaux » expliquant cette « vague » de révoltes ayant conduit notamment au renversement de Zine El-Abidine Ben Ali et Hosni Moubarak (Howard et Hussain, 2013 : 13). Le problème est que les auteurs ne s’intéressent qu’au rôle des technologies, isolant celui-ci des contextes politiques, sociaux, économiques ou culturels où elles se déploient, se privant ainsi de la possibilité d’évaluer leur contribution, aux côtés d’autres facteurs, aux révoltes de la fin 2010-début 2011 dans le monde arabe.

4Cette volonté de replacer le rôle joué par les technologies parmi d’autres facteurs qui est affichée en introduction est en effet vite oubliée et, dès le premier chapitre, les technologies sont érigées en variable d’explication centrale : « On peut dire sans craindre de se tromper que les médias numériques sont devenus — de diverses manières — des causes nécessaires et parfois suffisantes de démocratisation » (ibid. : 27). Ainsi, le fait que la Tunisie et l’Égypte disposent d’un plus grand nombre « de groupes technophiles au sein de la société civile » (tech-savvy civil society groups) est érigé en clé de compréhension de la raison pour laquelle ces pays sont parvenus à « déloger leurs dictateurs » et, inversement, en clé de la raison pour laquelle les pays « aux infrastructures technologiques les moins développées », tels la Libye, la Syrie ou le Yémen, ont connu des « guerres civiles » (ibid. : 32).

5Ce qui frappe dans cette recherche, c’est la tendance à parler en termes très généraux des « médias numériques ». Les auteurs tendent à mettre sur le même plan les blogues, Facebook, Twitter ou YouTube, sans étudier en quoi les modes de fonctionnement particuliers de ceux-ci conditionnent les usages politiques spécifiques qui peuvent en être faits.

6Au-delà, ce qui gêne dans ce travail, c’est l’absence de précisions sur ceux qui mobilisent ces technologies, sur les acteurs individuels ou collectifs qui, pays par pays, ont contribué à animer des espaces de discussion, de mobilisation sur le Web. Le seul groupe social — si on peut le désigner ainsi — qui apparaît dans leur livre, c’est celui des jeunes issus des « élites aisées et éduquées » (ibid. : 5), vivant dans la capitale ou dans les grandes villes, ayant une connexion Internet et « tendant à être parmi [les groupes sociaux] les plus politiquement actifs » (ibid. : 10).

7On voit bien les travers que cela induit. Comme ils n’appréhendent les révoltes dans le monde arabe en 2010-2011 que sous l’angle exclusif du rôle que les technologies y ont joué, les auteurs sont amenés à mettre un accent exclusif sur ce groupe social bien spécifique, ce qui aboutit à un récit sur le printemps arabe qui présente ce dernier comme étant exclusivement le fruit de la mobilisation en ligne d’une classe sociale bien déterminée.

8Youssef El-Chazli a bien souligné, dès 2011, le problème que pose du point de vue politique « l’attrait qu’exerce cette catégorie sociale “branchée” » (El-Chazli, 2011 : 86) dans les interprétations de ces événements dans le monde arabe. L’accent qui a été mis sur celle-ci revient à nier le rôle joué, dans ces révoltes, par d’autres acteurs, appartenant à d’autres milieux sociaux. « La focalisation exagérée sur celle-ci, au détriment de catégories plus défavorisées, suscite un déni des revendications catégorielles, au nom d’un intérêt général qui n’est autre que celui des classes supérieures » (ibid.).

9Le pire est que cela introduit de formidables biais qui vont jusqu’à empêcher de comprendre le rôle qu’ont joué les différentes plateformes du Web dans ces révoltes — ce qui est pourtant l’objectif de Howard et Hussain. Parmi tous les outils numériques mobilisés par les activistes, les auteurs insistent de cette façon sur l’importance de Twitter. Les usagers de ce réseau étant « plus éduqués et aisés, ainsi que plus urbains que la moyenne », ils ont constitué des « leaders d’opinion pour qui Twitter a servi comme un important moyen pour diffuser […] les horizons de liberté et pour coordonner l’action sociale » (Howard et Hussain, 2013 : 49).

10Or, dès 2012, un rapport réalisé pour le compte du United States Institute of Peace mettait en valeur le fait que, de tous les nouveaux médias numériques mobilisés pendant ledit printemps arabe, Twitter avait été, comme le laissait entendre l’exemple égyptien, l’une des « moins importantes sources d’informations, y compris pour les activistes » (Aday et al., 2012 : 80), précisément parce que son usage avait été confiné à un trop petit nombre de personnes.

11Ce type de tropisme qui consiste à ne voir les réalités du monde arabe que sous l’angle des nouveaux médias et d’une certaine catégorie de la population les utilisant n’est pas nouveau. Il est ainsi au cœur de l’argument des théories de la modernisation, dont la publication en 1958 de l’ouvrage de Daniel Lerner, The Passing of Traditional Society, marque l’essor. Dans ce livre, Lerner voyait dans le développement des médias modernes — la radio et le cinéma notamment à l’époque — des moyens de moderniser le Moyen-Orient, et, dans la catégorie de population mobilisant régulièrement ces médias, les « transitionnels », la catégorie clé appelée à jouer un rôle moteur dans ce mouvement. Plus de 50 années plus tard, l’ouvrage de Howard et Hussain, bien qu’il ait en principe vocation à étudier les usages des plus récentes technologies, renoue avec ce type d’arguments éculés, en mettant l’accent sur le rôle central des technologies pour la démocratisation des pays arabes et sur le rôle exclusif joué par une catégorie sociale.

12On peut donc lui adresser les mêmes critiques que celles qui ont été, depuis longtemps, adressées aux écrits sur la modernisation, en particulier celle de conférer un rôle central aux usages des médias dans la transformation de ces sociétés, sans pour autant s’interroger un tant soit peu sur les réalités de celles-ci. L’ouvrage de Howard et Hussain propose de penser, pour le dire autrement, le rôle social des technologies, mais sans jamais s’interroger sur le social en question. Et sans d’ailleurs s’interroger, non plus, sur la nature de ces technologies, puisque celles-ci tendent à être traitées comme un bloc relativement homogène.

13L’ouvrage de Zayani s’inscrit largement en porte-à-faux par rapport à ce type de perspective. Il prend d’ailleurs explicitement ses distances par rapport à la perspective proposée par Howard et Hussain, en notant la proximité qui existe entre leur argument des technologies comme ferment de démocratisation et les thèses de la modernisation.

14L’un des avantages de l’ouvrage de Zayani par rapport à l’ouvrage de Howard et Hussain est qu’il embrasse non pas, comme ceux-là s’efforcent de le faire, le rôle des réseaux numériques dans l’ensemble des pays arabes pendant ledit printemps arabe, avec les généralisations abusives que cela entraîne, mais plutôt la façon dont ces réseaux ont contribué à nourrir les révoltes en Tunisie.

15Par ailleurs, loin de l’approche déterministe de Howard et Hussain, Zayani part du contexte social, politique et économique pour comprendre la chute de Ben Ali en Tunisie. Il revient d’abord sur la nature de la domination exercée par le régime sur la population. En s’appuyant sur l’ouvrage de Béatrice Hibou, La force de l’obéissance (2006), il décrit comment le régime, loin de n’exercer sa domination qu’à travers l’appareil répressif, s’est efforcé de proposer un pacte à la société par lequel il offrait à celle-ci un certain niveau de vie sur le plan économique, en échange de l’acceptation, de la part de celle-ci, de l’exercice du monopole du pouvoir politique. « Le pouvoir a promis à ses sujets une économie prospère et un style de vie consumériste moderne en échange de leur déférence dans le champ politique » (Zayani, 2015 : 36).

16L’auteur montre néanmoins comment le pouvoir va lui-même perdre nombre de ses capacités à respecter le pacte proposé à la société par l’adoption de politiques économiques d’inspiration néolibérale et par la confiscation des richesses par une toute petite minorité lui ayant prêté allégeance, mais aussi comment différents acteurs vont s’opposer au pacte, malgré la mise en place d’un État policier. Zayani revient en particulier sur trois événements ayant eu lieu à une échelle locale, dans des régions particulièrement déshéritées de la Tunisie, événements à ses yeux annonciateurs des révoltes à venir à partir de décembre 2010. Il évoque le conflit dans la région minière de Gafsa en 2008, des affrontements dans la ville de Ben Gardane en 2010, à la frontière de la Libye, ainsi que des révoltes dans la ville de Regueb, dans le centre, à quelques dizaines de kilomètres de Sidi Bouzid, encore en 2010. Il indique combien est grand à ces occasions le rôle des sections locales de syndicats ou d’autres acteurs activistes dans l’organisation, sur le plan local, des manifestations — réseaux physiques de militants qui vont jouer un rôle central après le déclenchement des manifestations, à la suite de l’immolation de Mohamed Bouazizi le 17 décembre 2010 à Sidi Bouzid.

17L’analyse de Zayani est donc loin d’être techno-centrée. Mais il s’efforce aussi de comprendre dans quelle mesure les usages des technologies de l’information et de la communication ont pu contribuer au mouvement de révolte qui, allumé à Sidi Bouzid, va, en plusieurs semaines, embraser le pays. Élément important, les usages des diverses plateformes du Web qu’il étudie sont mis en perspective par rapport aux usages d’autres technologies qui, avant l’avènement d’Internet, avaient contribué à rompre le monopole de l’information étatique que le régime aurait souhaité pouvoir conserver. Sans y revenir en détail, l’auteur souligne la manière dont l’apparition des paraboles a constitué une étape importante de la mise en place de « tactiques » qui sont mobilisées par la société pour s’affranchir du contrôle social exercé par le régime.

18Cette expérience de la parabole est totalement évacuée par Howard et Hussain. Dans leur ouvrage, tout se passe à bien des égards comme si l’accès à des sources autres d’informations avait commencé avec le Web.

19Zayani, lui, inscrit explicitement la manière dont les Tunisiens s’approprient les différentes plateformes du Web dans la continuité des usages qui sont faits de la parabole. Il est d’autant plus à même de le faire qu’il est connu pour les travaux qu’il a menés sur Al Jazeera, chaîne sur laquelle il a publié plusieurs ouvrages (Zayani, 2005 ; Zayani et Sahraoui, 2007).

20Pour considérer le rôle politique qu’ont pu jouer les usages des différentes plateformes du Web dans le soulèvement en Tunisie, l’auteur part des nouvelles formes d’engagement politique qui se sont développées au sein de la jeunesse tunisienne depuis les années 1990 et qui trouvent dans les réseaux socionumériques un lieu propice à leur déploiement. S’appuyant sur les écrits de Michel de Certeau, d’Henri Lefebvre, de James C. Scott, mais aussi sur ceux du sociologue Asef Bayat, Zayani décèle chez la jeunesse tunisienne de nouvelles façons de s’opposer à la domination de l’État policier, des « formes non conventionnelles d’activisme », pour reprendre une expression de Bayat, inscrites dans le quotidien. Ces nouvelles formes d’activité politique sont en rupture par rapport à des formes plus anciennes, celles passant par le truchement d’organisations politiques bien identifiées, que ce soit des partis ou des syndicats.

21Ces nouvelles formes d’activisme politique sont le fait d’une nouvelle génération de jeunes urbains, qui se montre critique à l’égard des forces politiques d’opposition traditionnelles en Tunisie, et prennent la forme d’actions individuelles ou d’actions menées par des collectifs réduits au départ, qui vont s’épanouir sur le Web, faute de pouvoir s’épanouir librement ailleurs que sur celui-ci.

22Dans la lignée des travaux menés par Larbi Chouikha (2009) ou Romain Lecomte (2009, 2013), Zayani retrace la genèse de cet « espace de contestation » sur Internet. Il montre le rôle central dans la constitution de cet espace d’une première génération de cyberactivistes tunisiens, souvent émigrés en Europe ou en Amérique du Nord, qui sont apparus dès la fin des années 1990 et qui ont mis en place des forums en ligne (Takriz, TUNeZINE), des lettres d’information en ligne (Tunisnews) ou encore Nawaat. Zayani analyse comment cette première génération de cyberactivistes s’est efforcée d’accroître son audience, profitant en particulier de la tenue du Sommet mondial sur la Société de l’information à Tunis en 2005 pour déplacer l’ordre du jour du Sommet, centré sur la résorption de « la fracture numérique », vers l’affirmation du droit à la libre expression interdit par le régime de Ben Ali (Zayani, 2015 : 101), inventant, pour cette occasion, de nouvelles formes de mobilisation en ligne. Il cerne, comme l’avait fait avant lui Lecomte (2009), comment, au même moment, 2006-2007, la blogosphère, qui était jusque-là marquée par « un désintérêt notable, voire un mépris à l’égard de la politique » (Zayani, 2015 : 112), devient progressivement, elle aussi, un lieu de contestation politique.

23Le tableau qui est peint par Zayani est celui d’un mouvement de contestation politique en ligne animé au départ par quelques groupes de cyberactivistes, en lien souvent avec des Tunisiens de la diaspora, qui, à force de campagnes et nourri par la répression qui s’abat sur lui, agglomère, début 2010, un « vaste mouvement de jeunes internautes » (ibid. : 157). La combinaison du savoir-faire militant — acquis au cours des luttes précédentes, à Gafsa, à Ben Gardane, à Regueb ou ailleurs — avec celui acquis par les cyberactivistes — ayant entraîné avec eux un plus vaste mouvement — est, à en croire Zayani, une des clés d’explication de la chute de Ben Ali.

24Mais, il y a, dans son livre, un autre acteur d’importance dont le rôle apparaît par petites touches tout au long de l’ouvrage, avant d’être détaillé vers la fin de celui-ci : Al Jazeera. Le rôle d’Al Jazeera dans les révoltes tunisiennes a déjà été souligné. Dès 2011, Riadh Ferjani, dans la continuité des travaux qu’il avait menés sur l’internationalisation du champ télévisuel tunisien (Ferjani, 2002), soulignait la contribution de la chaîne qatarie (Ferjani, 2011). Notons que Howard et Hussain (2013) évoquent, eux aussi, le rôle de celle-ci — mais en mettant en avant celui joué par… la version anglophone de la chaîne (Al Jazeera English), ce qui est, pour le moins, curieux.

25Zayani va jusqu’à affirmer que, malgré la publicité donnée au rôle joué par les réseaux socionumériques et malgré l’importance de l’attention que lui-même leur prête, la télévision « est demeurée le médium le plus important » (2015 : 184), en particulier en raison de la contribution d’Al Jazeera. L’auteur explique comment la chaîne, face à la difficulté, en Tunisie ou dans d’autres pays arabes, à couvrir l’actualité, a très tôt noué des relations avec les activistes politiques hors ligne ou les cyberactivistes pour nourrir ses informations et mis en place des dispositifs pour recueillir des images d’amateurs — contacts et dispositifs qui seront exploités au cours des semaines qui conduiront à la chute de Ben Ali. Il revient à cet égard sur les interactions qui s’opèrent à cette occasion en Tunisie entre les journalistes de la chaîne qatarie et les activistes.

26La remarque de Zayani sur le caractère stratégique de la télévision — « le médium le plus important » — invite à s’interroger sur les raisons qui poussent les chercheurs explorant le rôle des moyens de communication pendant ces révoltes à focaliser sur celui qu’ont eu les réseaux socionumériques, celui du petit écran passant, au mieux, au second plan. Peut-être faut-il voir là le résultat d’un effet de mode académique qui fait que les chaînes par satellite, bien qu’elles soient toujours largement suivies dans les pays arabes, sont — comme le remarque Ratiba Hadj-Moussa dans un ouvrage qui invite avec brio à corriger ce déficit — devenues, à tort, le « parent pauvre [de la recherche] devant la haute visibilité technologique du cyberespace » (2015 : 15).

Haut de page

Bibliographie

ADAY, Sean et al. (2012), Blogs and Bullets II. New Media and Conflict After the Arab Spring, Washington, United States Institute of Peace.

CHOUIKHA, Larbi (2009), « Un cyberspace autonome dans un espace autoritaire : l’expérience de Tunisnews », dans Khadija MOHSEN-FINAN (dir.), Les médias en Méditerranée. Nouveaux médias, monde arabe et relations internationales, Arles, Actes Sud-MMSH, p. 217-235.

EL-CHAZLI, Youssef (2011), « Du “mur” à la rue : la révolte des “jeunes de Facebook” en Égypte », MédiaMorphoses, Médias, 30 : 83-86.

FERJANI, Riadh (2011), « De livresse éditoriale : la révolution tunisienne racontée par Al Jazeera », MédiaMorphoses, Médias, 30 : 75-78.

FERJANI, Riadh (2002), « Internationalisations du champ télévisuel en Tunisie », dans Tristan MATTELART (dir.), La mondialisation des médias contre la censure. Tiers Monde et audiovisuel sans frontières, Paris/Bruxelles, Ina/De Boeck, p. 155-175.

HADJ-MOUSSA, Ratiba (2015), La télévision par satellite au Maghreb et ses publics. Espaces de résistance, espaces critiques, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

HOWARD, Philip N. (2011), The Digital Origins of Dictatorship and Democracy. Information Technology and Political Islam, Oxford, Oxford University Press.

LECOMTE, Romain (2013), « Expression politique et activisme en ligne en contexte autoritaire. Une analyse du cas tunisien », Réseaux, 181 : 51-86.

LECOMTE, Romain (2009), « Internet et la reconfiguration de l’espace public tunisien : le rôle de la diaspora », tic&société, 3(1-2). [En ligne]. https://journals.openedition.org/ticetsociete/702. Page consultée le 15 octobre 2018.

LERNER, Daniel (1958), The Passing of Traditional Society: Modernizing the Middle East, New York, The Free Press.

ZAYANI, Mohamed et Sofiane SAHRAOUI (2007), The Culture of Al Jazeera: Inside an Arab Media Giant, Jefferson, McFarland and Company.

ZAYANI, Mohamed (dir.) (2005), The Al Jazeera Phenomenon: Critical Perspectives on New Arab Media, Londres, Pluto Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tristan Mattelart, « Philip N. HOWARD et Muzammil M. HUSSAIN (2013), Democracy’s Fourth Wave? Digital Media and the Arab Spring / Mohamed ZAYANI (2015), Networked Publics and Digital Contention: The Politics of Everyday Life in Tunisia », Communication [En ligne], vol. 35/2 | 2018, mis en ligne le 29 novembre 2018, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/communication/7861

Haut de page

Auteur

Tristan Mattelart

Tristan Mattelart est professeur à l’Institut français de presse, Université Paris 2 Panthéon-Assas, et chercheur au Centre d’analyse et de recherche interdisciplinaire sur les médias. Courriel : tristan.mattelart@u-paris2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals