Navigation – Plan du site
Lectures

Vincent LAVOIE (2017), La preuve par l’image

Québec, Presses de l’Université du Québec, Coll. « Approches de l’imaginaire »
Marie Sophie Madiba
Référence(s) :

Vincent LAVOIE (2017), La preuve par l’image, Québec, Presses de l’Université du Québec, Coll. « Approches de l’imaginaire »

Texte intégral

1L’ouvrage de Vincent Lavoie interroge le statut probatoire de l’image dans différents domaines de recherche, à savoir : l’histoire du droit et de la criminalistique, l’histoire de l’art et de la photographie, la médecine, l’anthropologie visuelle et la communication. Il se penche sur l’évolution des controverses autour de l’usage et de la validité du rôle de l’image comme outil d’argumentation d’un fait, d’une idée, d’une utopie. L’ouvrage est une anthologie composée de textes de 15 auteurs, regroupés en 6 parties thématiques. Les deux questions principales sont les suivantes : « De quoi l’image est-elle la preuve ? Quels sont les préceptes, mythes et fantasmes liés au fondement des vertus probatoires de l’image ? » (p. 1). L’ensemble des contributions démontre en quoi l’image peut servir d’outil de persuasion pertinent ou trompeur dans une variété de contextes.

2Dans la première partie, trois contributions adoptent une approche conceptuelle et historique pour traiter de la notion de preuve dans le domaine judiciaire et dans celui de la criminalistique. Historiquement, l’antiquité occidentale et du Proche-Orient a connu progressivement « 3 types de preuves » (Jean-Philippe Lévy) : surnaturelle (recours aux témoignages divins), libre (usage de rhéteurs) et légale (recours aux textes et lois). Dans l’histoire du droit, tout type de moyen utilisé en guise de preuve a fait l’objet d’une discussion sur la possibilité d’une falsification potentielle. Seule la preuve écrite (considérée comme rationnelle) faisait foi dans le contexte judiciaire pour établir une vérité juridique. Toutefois, lorsque cette preuve était contestée (Jeremy Bentham), d’autres types de preuves étaient associées à l’analyse d’une enquête judiciaire (preuves : orale, indicielle, circonstanciée et expertale ou interprétative).

3Dans le volet thématique précédent ainsi que dans le chapitre sur les images judiciaires, on trouve la thèse selon laquelle l’image judiciaire est utilisée comme moyen de démonstration pouvant remplir plusieurs objectifs : l’enquête, l’argumentation judiciaire lors d’un procès, le recueil d’indices, le rappel mémoriel d’événements et enfin « l’éclairage de la décision finale du juge » (Jennifer Mnookin). La photographie en tant qu’outil d’enquête et d’analyse peut néanmoins influencer les discours et actions du juge et de tous les acteurs impliqués ou témoins d’un procès (Rodolphe Reiss). La preuve indicielle (image de traces de corps et d’actions) employée dans le domaine de la criminalistique (Frédéric Chauvaud) est un indice judiciaire, même si elle n’est pas synonyme de vérité scientifique. Toutefois, la photographie est une forme de preuve visuelle (à l’image d’un procédé d’analogie) qui peut être à la fois pertinente et trompeuse. Par conséquent, les mots humains, les avis et le témoin sont considérés comme ayant plus d’autorité scientifique que l’image, les techniques photographiques et les photographes. La photographie judiciaire au même titre que les techniques servant à son usage ou les avis des personnes impliquées dans une affaire judiciaire demeurent des éléments susceptibles d’être mis en doute dans la mesure où la photographie est considérée comme un outil de défense d’un argument réfutable.

4Dans le chapitre portant sur les images de croyance est mise en évidence la problématique de la représentation de l’image du vrai visage du Christ contrastant avec les premiers discours des théologiens sur le caractère fétichiste de l’image. Les deux contributions révèlent la place d’une esthétique du vivant et d’une mémoire de l’absent dans le développement d’un énoncé sur une croyance religieuse. Une première analyse théologico-linguistique (Hans Belting) démontre comment l’image devient à la Renaissance le support d’une croyance en la figure du Christ. Elle émet aussi la difficulté de représenter et d’authentifier une image qui soit représentative d’une double nature humaine et divine de la personne du Christ. Une deuxième analyse, cette fois inspirée de l’histoire de l’art, examine la place de l’image dévote dans les techniques du « faire croire » (Daniel Arasse). Ce dernier conclut que le christianisme s’inspire également de l’évolution des techniques de l’image et de la diversité des œuvres artistiques existantes (peintures et fresques) pour faire de la photographie un support mémoriel de croyance visant à renforcer le mythe religieux.

5Le chapitre sur les fantasmagories interroge la validité de l’image en tant que preuve expérimentale en médecine légale et en histoire de l’art religieux et du spiritisme. Les images artistiques ne sont admises comme preuve qu’après un examen, selon la démarche archéologique, des propriétés intrinsèques de l’œuvre elle-même (Maxime Vernois), du compte rendu écrit fait par l’artiste des conditions de sa réalisation ainsi que d’une interrogation d’un témoin. Une des contributions de cette partie (Giordana Charuty) expose les controverses autour de l’authentification de la vraisemblance de l’image artistique au regard de la comparaison entre les discours des photographes et ceux des enquêtes de la police judiciaire. L’exposé des trois études expérimentales révèle que si certaines œuvres photographiques dites testimoniales sont contestables en raison de leur caractère illusoire (photographies de médium) ou fantastique (photographies mensongères), certaines autres témoignent d’un réalisme inattendu, le tout généré par les procédés et techniques photographiques. C’est le cas des images du saint suaire (figurant le linceul ayant couvert la dépouille du Christ) réalisées par Secondo Pia en 1898, dont le contrôle de l’authenticité des photographies a été jugé crédible (Arthur Loth) après examen des pellicules photo. Ce qui a révélé le rôle non seulement des conditions de prise de vue d’une image, mais aussi de la capacité d’un appareil photo à reproduire avec une exactitude absolue le monde physique.

6Le volet de l’ouvrage intitulé « Les images malgré tout » (Georges Didi-Huberman) étudie les enjeux épistémique, esthétique et éthique des images sur la représentation de la Shoah. Les textes se penchent sur les incidences politiques et les possibilités critiques de surinterprétation que peuvent revêtir les photographies, que leur conformité soit avérée ou infirmée. L’auteur de ce chapitre tente de rendre compte d’un type d’image dont la dimension probatoire et historique sollicite l’imaginable et l’inimaginable du récepteur. L’idée défendue est la difficulté de donner une légitimité aux images dont les premières représentations font appel à l’univers de l’impensé, dont les preuves expertales (témoins) et visuelles restent faibles ou peu nombreuses. Alors que les photographies sur les images de la Shoah ont fait l’objet d’une vive critique notamment en raison de la qualité floutée de celles-ci (Georges Didi-Huberman), une autre contribution de l’ouvrage (Christian Delage) montre en quoi l’utilisation de la méthode historiographique dans les sources filmiques sur les tueries (en camps de concentration) a donné à l’image un statut de preuve par le biais d’une mise en scène photographique sélective. Ce qui révèle que l’appareil photographique de même que le choix de cadrage, des personnes montrées et les compétences des cinéastes influencent la dimension pragmatique attribuée aux images.

7La dernière partie de l’ouvrage, intitulée « Inauthenticités », expose le paradoxe entre la croyance en des images dont les procédés photographiques tendent toujours plus à simuler le réel et la culture d’utilisation sociale quotidienne des images numériques à des visées testimoniales en communication et en anthropologie visuelle. Les textes dévoilent comment le statut de preuve donné à l’image est passé des traces humaines (notamment le dessin en astronomie) aux traces numériques ou matérielles, facilité par la dimension indicielle de la photographie (André Gunthert). Les contributions révèlent en outre le pouvoir des progrès techniques, notamment de la combinaison de l’informatique et du numérique sur la qualité de pixellisation des images, et la croyance bien que fictive en la véracité des images en tant que justification. L’utilisation de plus en plus fréquente de logiciels de trucage illustre en quoi l’image demeure un support d’argumentation. Le cas du documentaire Loose change (publié et réalisé en 2005 par Avery Dylan) fondé sur une thèse « conspirationniste » (Aurélie Ledoux) du gouvernement étatsunien au sujet de l’attentat de 2000 montre en quoi l’usage de la photographie peut servir de mode de raisonnement par l’absurde. La valeur rhétorique de l’image est aussi soulignée.

8L’utilisation de l’image en tant que preuve diffère en fonction des conditions de validité que lui donne chaque domaine d’activité. Les diverses contributions arguent que l’image est fondamentalement le vecteur d’un raisonnement crédible ou fictif qui reste relatif et problématisable. Cet ouvrage a pu interroger la valeur probatoire de toutes les dimensions de l’image (Wunenburger, 1997), qu’elles soient envisagées comme eikon (icône ou copie mimétique du réel) eidolon (idole) et phantasma (irréelle). Le recueil de textes revêt un intérêt scientifique singulier au regard de la diversité des approches (histoire du droit et de l’art, histoire de la criminalistique, etc.), des méthodes (analytique, historique, polémique, herméneutique historiographique, théologico-linguistique, sémiologique, philosophique) ainsi que des matériaux et contextes d’étude associés pour analyser la dimension locutoire et illocutoire de la photographie (Austin, 1991/1970). Cet ouvrage observe de manière continue le rapport entre le choix d’image et les discours des acteurs engagés dans sa fabrication et son évaluation. Le crédit donné à une image fait appel à toute une série d’acteurs, de lois, de procédés de vérification, de confrontation des idées, d’évaluations et de raisonnements qui serviront à attester ou non la validité d’une image comme « preuve » ou plutôt comme élément de justification. Et si la preuve par image n’était finalement qu’une problématique de signification, de cadrage ou d’interprétation spécifique du réel ? Cette anthologie suscite une réflexion phénoménologique (Gallerand, 2014) sur la signification de la photographie comme preuve.

Haut de page

Bibliographie

AUSTIN, John Langshaw (1991/1970), Quand dire, c’est faire ?, traduit de l’anglais par Gilles LANE, Paris, Seuil.

GALLERAND, Alain (2014), Husserl et le phénomène de la signification, Paris, Vrin.

WUNENBURGER, Jean-Jacques (1997), Philosophie des images, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Thémis ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Sophie Madiba, « Vincent LAVOIE (2017), La preuve par l’image », Communication [En ligne], vol. 35/2 | 2018, mis en ligne le 29 novembre 2018, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/communication/7904

Haut de page

Auteur

Marie Sophie Madiba

Marie Sophie Madiba est doctorante en sciences de l’éducation et membre du laboratoire Interactions, corpus, apprentissages, représentations (ICAR), Université Lumière Lyon 2. Courriel : ms.madiba@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals