Navigation – Plan du site
Lectures

Paul RASSE (2017), Le musée réinventé : culture, patrimoine, médiation

Paris, CNRS éditions
Fernando Funari
Référence(s) :

Paul RASSE (2017), Le musée réinventé : culture, patrimoine, médiation, Paris, CNRS éditions

Texte intégral

  • 1 Pour un état de l’art sur le rapport entre humanités et mondes extra-universitaires voir Funari (20 (...)

1La tentative d’articuler plus étroitement culture et société est, depuis longtemps, à la une d’un débat sur la reformulation des pratiques éducatives supérieures, visant un dialogue entre le monde universitaire et l’univers social, des institutions et des entreprises1. Ce n’est pas un terrain facile : le problème du rapport entre la production et la distribution des savoirs et de leur rentabilité dans le monde du travail s’avère encore plus délicat lorsqu’il s’agit des sciences humaines (langues, littératures, gestion du patrimoine). Le volume de Paul Rasse se situe à notre avis dans ce contexte de recherche et offre un regard intelligent et novateur sur le rapport entre la culture et le contexte politique, social et économique au sein duquel elle agit. Les pivots de la recherche de Rasse recoupent les trois éléments cités dans le titre : culture, patrimoine, médiation.

2Pour le premier, l’auteur offre une analyse diachronique de la notion de culture à la lorgnette bourdieusienne, c’est-à-dire en relation à son pouvoir distinctif, de légitimation des élites et de création de disparité sociale. Cette réflexion aboutit à un regard renouvelé sur notre actualité, caractérisée par un « brassage des sociétés » qui « ouvre une ère nouvelle, car il ne concerne plus seulement les élites des grandes civilisations […] mais l’ensemble des populations » (p. 277). Après une partie introductive, où l’auteur essaie de « mettre en évidence les forces sociales qui structurent la culture depuis les origines de l’humanité et la font être ce qu’elle est » (p. 9), le chapitre I (« Arts, sciences et techniques, des histoires très différentes ») accompagne le lecteur au cœur de la discussion à travers un coup d’œil historique très efficace. Le chapitre II (« Culture et légitimité, les jeux du pouvoir ») examine la notion de culture comme élément central dans le processus de domination et de légitimation de différentes formes de pouvoir. Dans le sillage de L’amour de l’art de Pierre Bourdieu et Alain Darbel (1966), l’auteur dénonce une idée de musée comme institution pensée pour « sacraliser la distinction et renvoyer le peuple à sa barbarie » (p. 64). Le chapitre III (« La culture à l’aube de la postmodernité ») analyse la notion de culture à l’époque moderne et postmoderne où « l’explosion des formes d’expression culturelle, le brassage médiatique des cultures, leur démultiplication infinie et leur diffusion instantanée […] bouleversent le paysage » (p. 90). Quelques considérations pessimistes concluent le chapitre : même si notre époque offre aux individus, aujourd’hui comme jamais, « des possibilités d’échapper à leur condition, de choisir parmi l’apparente profusion de l’offre les pratiques culturelles qui les intéressent », le monde de la culture, « si ouvert soit-il, n’est véritablement accessible qu’à quelques-uns » ; cela a pour conséquence que les plus riches ont tendance, comme depuis toujours, à « se regrouper entre eux » et à « utiliser leur culture liée à leurs modes de vie privilégiés pour se distinguer de la masse » (id.). On ne peut pas d’ailleurs laisser de côté que les « grandes institutions culturelles » demeurent « de subtils et invisibles opérateurs de la distinction » (p. 91).

3Au deuxième pivot — le patrimoine — sont consacrés les chapitres centraux du volume. Le chapitre IV (« Aux origines de l’institution muséale ») introduit le sujet d’un point de vue historique, en montrant l’avènement des musées à partir du « temple des muses » (p. 93), au « panoptique des savoirs du monde » (p. 95), jusqu’à l’idée de collection comme bien inaliénable et imprescriptible et à « l’ouverture au public pour sa formation et son éducation » (p. 106). L’ouverture explicite au public, remarque l’auteur, n’est apparue que tout récemment au sein de la législation sur la gestion du patrimoine ; en effet, ce n’est qu’en 2002 que la question de l’intérêt public du musée a trouvé une place centrale. Des typologies particulières de musées sont examinées dans les chapitres qui suivent. Le rapport entre production artistique individuelle et légitimation de l’art contemporain à travers les institutions muséales des beaux-arts est traité dans le chapitre V (« Des musées des beaux-arts aux musées protagonistes de l’art contemporain »). Le chapitre VI (« Des musées d’histoire naturelle aux musées de sciences ») donne pour sa part un aperçu des musées de sciences et aboutit à une réflexion sans aucun doute très actuelle sur la neutralité, possible ou impossible, de cette institution :

[S]e contenter de diffuser l’information savante « constitue en effet un risque pour les musées de science » de ne plaider que pour ceux qui le financent, les pouvoirs publics, les grandes entreprises mécènes soucieuses de défendre leur position ou de détourner le débat des problèmes cruciaux les concernant (p. 162).

4La fonction du musée est également analysée dans les domaines de la technique (chapitre VII, « Musées techniques, musées des cultures populaires ») et de l’ethnologie ou de la socioanthropologie (chapitre VIII, « L’expérience des musées de société et de civilisation »). L’auteur conclut cette relecture historique en réaffirmant le rôle fondamental du musée (de beaux-arts, de sciences et de techniques) dans le processus de création et de distribution des savoirs : « Sans les musées, pas d’histoire de l’art, ni d’histoire naturelle, pas de théorie sur les civilisations qui nous ont précédés […]. Ils sont, pour le progrès de la connaissance, le complément indispensable de l’imprimerie et des bibliothèques » (p. 211).

5Le troisième élément examiné est l’idée de médiation, qui sous-tend toute la réflexion de Rasse et qui demeure à l’origine de son appel à la réinvention de l’institution muséale, alors qu’elle paraît condamnée par la modernité. Contre l’idée de musée comme institution au service des castes dominantes et dans le sillon du manifeste sur la nouvelle muséologie d’André Desvallées (1994/1992), l’auteur annonce « que tout l’effort devra désormais porter sur le public » (p. 217). Le chapitre IX (« L’institution en crise réinventée par la communication ») reprend donc le concept de crise des musées à l’époque contemporaine (p. 214) pour prôner l’idée que cet effort ne pourra être rentabilisé qu’au moyen de bonnes pratiques communicatives : « La communication permet au musée d’avoir un public ; elle lui donne une utilité sociale en légitimant ses coûts de fonctionnement […] ; elle permet de diffuser les connaissances, de montrer les collections, mais aussi d’engager un débat sur la culture saisie dans la diversité » (p. 219). En ce sens, Rasse surprend une « mutation des structures et de l’architecture en un dispositif de communication » (p. 223) qui est actuellement à l’œuvre. Cette communication se fonde en effet sur une « scénographie » qui agence « la distribution des espaces et des objets pour illustrer le point de vue des auteurs de l’exposition » (p. 232). Finalement, l’auteur se concentre sur l’idée de musée comme medium et le définit un medium froid, qui ne tend donc pas à s’emparer du public (et de son temps et de son espace), comme la télévision, le cinéma, la radio, le théâtre (McLuhan, Parker et Barzun, 2008). Le musée s’offre par contre, et naturellement, « à la distanciation » et le visiteur y est un élément « actif, physiquement impliqué dans l’espace qu’il parcourt au gré de ses envies, de sa curiosité et de ses intuitions, de sa fatigue ou de son enthousiasme, du temps dont il dispose » (p. 237).

6Cette idée de musée transformé par la communication (ou bien transformé en communication) s’appuie donc sur un concept de médiation auquel le chapitre X est consacré (« Utopie et enjeux de la médiation »). L’auteur se sert de définitions classiques de médiation pour affirmer qu’elle est toujours évoquée « quand la culture fait défaut », quand « dans ses formes immanentes elle s’étiole » et quand « la société cherche des remèdes » (p. 247). Différents prototypes de médiateur sont présentés, à partir des « acteurs de l’éducation populaire », travaillant dans les années 1970 pour la « démocratisation culturelle » (p. 253), aux « animateurs socioculturels » en tant que « militant[s] d’un changement social » (p. 257). L’essor de la médiation culturelle voit le jour après tant de tentatives : « Médiatrice ou médiateur culturel désignent des agents […] chargés de faire le lien entre deux univers, celui de l’art ou de la science et d’un côté et celui du grand public de l’autre, sans les mettre en question » (p. 261). Le médiateur ne peut pas se réduire au rôle du « guide conférencier » (id.) ni à celui de « passeur » (idée empruntée à Denis Guedj (1991) ainsi qu’à Élisabeth Caillet et Évelyne Lehalle (1996)), voire un « super technicien dont l’action se situe exclusivement à l’interface entre du public et des œuvres ou de la science » (p. 262). Au contraire, et comme dans le brand positioning des grandes entreprises, la médiation dans les institutions muséales doit concerner « toutes les stratégies de l’institution en direction du public, mais aussi tout ce qui contribue à l’élaboration de sa réputation » (p. 265) et à la configuration de sa cible. On envisage ici la création d’un « troisième niveau, celui de l’idéal paradigmatique d’espace public » : l’auteur invoque dès lors l’invention « des espaces où le public peut réellement construire sa propre opinion à partir des informations auxquelles il a accès grâce à l’effort de médiation et à partir de ce qu’il est, lui et la communauté des hommes à laquelle il appartient » (p. 273). Pour conclure, la médiation repose non seulement sur l’hospitalité de l’institution qui accueille le public, mais surtout sur la création d’un espace de négociation « où le public se sent respecté et reconnu dans sa différence » (id.).

7L’un des éléments les plus intéressants de cette réflexion reste, à notre sens, la tentative d’abolir tout discours idéalisant, voire hyperouranien, sur la culture. Elle est conçue comme quelque chose de profondément lié aux moyens et aux contextes de sa production, de sa distribution et de sa gestion. Dans le concept de patrimoine développé dans Le musée réinventé, la matérialité et l’immatérialité de la culture constituent en effet une seule chose et se révèlent « profondément liées et se prolongent l’une par l’autre » (p. 275), non seulement en raison de la nature supplétive du patrimoine par rapport à une culture insaisissable ou perdue (« […] les collections matérielles nous apprennent tant sur les sociétés qui les ont produites, surtout quand nous n’avons pas d’autres moyens d’accéder à elles, quand les sources écrites, orales ou même iconiques font défaut », id.), mais aussi parce que le patrimoine et sa conservation revêtent ici une utilité sociale. Affirmation paradoxale, dans un monde où l’on plaide, et fièrement, l’inutilité de la culture — voir à titre d’exemple L’utilité de l’inutile, de Nuccio Ordine (2015), ou certains travaux de Martha Nussbaum (2010). La centralité du public, découverte récente dans l’histoire des musées, est au cœur de toute réflexion actuelle sur la production/distribution des savoirs. À cet égard, il est intéressant de réfléchir à une définition de médiation comme ce qui « relie les hommes entre eux et à l’humanité qu’ils constituent ensemble » (p. 246), mais aussi comme « cet espace où le public se fixe l’exigence de participer à la culture, parfois comme ignorant confronté à des sujets d’il ne connaît pas, mais toujours en mesure de les discuter à partir de ce qu’il est lui-même » (p. 273). Tout cela reste-t-il une utopie ? L’auteur a sans aucun doute le mérite d’avoir souligné l’urgence de nous pousser à repenser les frontières entre les sancta sanctorum de la connaissance et les espaces du public.

Haut de page

Bibliographie

BOURDIEU, Pierre et Alain DARBEL (1966), L’amour de l’art : les musées et leur public, Paris, Éditions de Minuit.

CAILLET, Élisabeth et Évelyne LEHALLE (1996), À l’approche du musée, la médiation culturelle, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

DESVALLÉES, André (1994/1992), Vagues : une anthologie de la nouvelle muséologie, Macon, Éditions W/MNES.

FUNARI, Fernando (2016), « Pour une “littérature appliquée” : le storytelling et les mondes professionnels, un état de l’art », dans Littérature au travail, letteratura al lavoro, literature at work. La formation en sciences humaines et les mondes professionnels, Bologna, I libri di Emil, p. 15-52.

GUEDJ, Denis (1991), Lettre des musées de France, Paris, DMF.

MCLUHAN, Marshall, Harley PARKER et Jacques BARZUN (2008), Le musée non linéaire, exploration des méthodes, moyens et valeurs de la communication avec le public par le musée, Lyon, Aléas Éditeur.

NUSSBAUM, Martha (2010), Not for Profit: Why Democracy Needs the Humanities, Oxford, Princeton University Press.

ORDINE, Nuccio (2015), Utilité de l’inutile : manifeste, Paris, Les Belles Lettres.

Haut de page

Notes

1 Pour un état de l’art sur le rapport entre humanités et mondes extra-universitaires voir Funari (2016).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fernando Funari, « Paul RASSE (2017), Le musée réinventé : culture, patrimoine, médiation », Communication [En ligne], vol. 35/2 | 2018, mis en ligne le 29 novembre 2018, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/communication/7918

Haut de page

Auteur

Fernando Funari

Fernando Funari est professeur au Alma Mater Studiorum, Dipartimento di Lingue, Letterature e Culture Moderne, Université de Bologne. Courriel : fernando.funari@unibo.it

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals