Navigation – Plan du site
Lectures

Alecia SWASY (2016), How Journalists Use Twitter. The Changing Landscape of U.S. Newsrooms

Londres, Lexington Books
Magali Prodhomme
Référence(s) :

Alecia SWASY (2016), How Journalists Use Twitter. The Changing Landscape of U.S. Newsrooms, Londres, Lexington Books

Texte intégral

  • 1 « ces quatre journaux ont été choisis parce qu’ils ont désignés des éditeurs de médias sociaux » (T (...)
  • 2 « sont considérés comme les meilleurs dans le domaine de l’investigation mais également de l’écritu (...)

1Lors de la présidentielle américaine de 2012, qui oppose Barack Obama, président sortant, et le candidat républicain Mitt Romney, un changement important pointe dans la manière dont les médias américains couvrent la campagne. Ce changement qui n’échappe pas à Alecia Swasy est notamment lié à l’introduction du réseau social Twitter dans les pratiques journalistiques américaines. Ils sont à l’époque 47 % de journalistes américains à l’utiliser, soit près de la moitié d’entre eux. Deux ans plus tard, en 2014, 59 % l’utilisent régulièrement contre 27 % de la population américaine âgée de 30 à 49 ans (Pew Research Center). Si le réseau social s’installe dans la pratique quotidienne des journalistes américains, il suscite toutefois de nombreuses interrogations au sein de la profession, comme en témoigne le billet d’Ann Friedman du 9 octobre 2014 publié dans la prestigieuse Columbia Journalism Review qui titre « Should all journalists use Twitter? » et questionne : « Pouvez-vous encore être un journaliste efficace si vous ignorez twitter ? » En effet, la plateforme aux 140 caractères est vécue par beaucoup de journalistes américains comme « une corvée qui nuit aux pratiques journalistiques », écrit Swasy, dont il est utile de signaler aux lecteurs qu’elle a pratiqué le journalisme de nombreuses années en tant que business reporter, notamment au sein du Wall Street Journal, avant de rallier le monde universitaire. Désormais professeure de business journalism au sein de la chaire éponyme à l’Université de Washington and Lee, elle publie en 2016 How Journalists Use Twitter. The Changing Landscape of U.S. Newsroom. L’ouvrage trouve son origine dans les travaux de thèse de l’impétrante, mais pas seulement. Son expérience de la pratique journalistique lui permet de dresser des constats qui alimenteront plus tard et très largement ses travaux de recherche. Son propos est donc enrichi d’une réflexivité implicite largement contenue par l’auteure, qui ceinture sa réflexion d’éléments théoriques, notamment le concept de capital social et les théories de l’agenda setting, de la diffusion de l’innovation et de la frontière, sur la convocation desquels nous reviendrons. À l’appui de ces éléments, Swasy analyse l’introduction, l’adoption et l’institutionnalisation de Twitter au sein des rédactions américaines. Son corpus porte sur quatre journaux américains de grandes métropoles (l’Atlanta Journal Constitution, le Dallas Morning News, le Denver Post, le Tampa Bay Times) et s’appuie sur les entretiens de plus de 50 journalistes réalisés entre mars et juin 2014. Elle justifie son corpus en soulignant que « [t]hese four newspapers were picked because they have designated social media editors1 » (p. x), mais également parce que ces titres, qui — rappelle-t-elle — offrent une large diversité géographique, « [...] are considered tops for investigative work and feature writing […] and represent what has gone on in the last 20 years2 » (p. xiii).

  • 3 « un puissant outil de communication  » et « une source d’informations respectée, pas seulement une (...)

2En six chapitres, elle déploie une réflexion parfois redondante qui s’amorce, dès l’introduction, par une multitude de constats issus de travaux de chercheurs, mais également de citations de journalistes. D’emblée, Swasy dresse l’importance des changements induits par l’usage de Twitter devenu, selon elle, « a powerful communications tool » et « a respected source of information, not just a purely social plateform where friends share photos, videos and snippets of information3 » (p. xi).

  • 4 « Quelle est la nature de l’innovation ? ; Quelle est l’influence du système social sur l’adoption (...)

3Le premier chapitre s’attarde sur la congruence des théories convoquées pour objectiver la question de l’appropriation de l’outil, sa diffusion et ses implications sous l’angle des pratiques et de la notion même de carrière du journaliste au sein de l’organisation. Elle emprunte les travaux du sociologue Everett Rogers sur la diffusion d’une innovation et pose au sujet de Twitter les mêmes questions : « What is nature of the innovation? ; what is the influence of the social system on adopting the innovation? ; what are the communications channels used to spread the innovation? ; how much time is required for the innovation to be adopted4? » (p. 1) Elle reprend également les définitions d’innovation, de système social et de chaîne de communication qu’elle applique à son objet et à son environnement et pointe, de manière parfois trop anecdotique, les facteurs endogènes et exogènes de diffusion de Twitter au sein des rédactions. En dépit de la dispersion et de l’hétérogénéité des constats, l’auteure se montre convaincante sur l’importance de saisir Twitter comme objet de transformation des pratiques et des trajectoires professionnelles au sein des organisations éditrices, mais également des relations avec les internautes.

  • 5 « une responsabilité ajoutée » (Traduction de l’auteure).

4Les chapitres 2, 3, 4 et 5 sont consacrés au retour sur les entretiens des journalistes issus de son corpus. Ce sont sans doute les parties les plus riches et éclairantes de l’ouvrage, car elles viennent épaissir d’expériences les différentes étapes d’adoption et d’usage de l’outil Twitter. L’auteure, au travers de ces quatre chapitres, renseigne le lecteur sur le scepticisme qui a d’abord prévalu au sein des rédactions, notamment auprès des journalistes plus âgés (senior editors), peu convaincus par la pertinence du dispositif Twitter, voire intimidés à l’idée d’intégrer cette nouvelle technologie dont ils ne perçoivent pas encore l’utilité. Twitter, précise l’auteure, est « an added responsability5 » (p. 23), précise l’auteure. Les témoignages des journalistes convergent toutefois pour présenter Twitter comme une extension technologique pour pratiquer le reportage :

  • 6 « Twitter est également adopté comme une nouvelle technologie permettant de localiser les personnes (...)

Twitter is also embraced as a new technology to locate people who can contribute to their coverage of their beats. For instance, Twitter is said to be a fast way to find sources, especially when news is breaking. […] Twitter allows journalists to post question and reach people around the globe6 (p. 25).

  • 7 « Tout le monde peut maintenant faire du journalisme. Les médias ont donc pour mission supplémentai (...)

5Deux éléments motivent particulièrement son usage : « being first with the news » et « embraced it as a marketing tool to promote the paper’s content ». Mais c’est évidemment sans compter sur la quantité de tweets diffusée qui vient sérieusement impacter le rôle et l’autorité du journaliste dans la circulation des informations. Le journaliste se retrouve « challengé » et pris dans un déluge de tweets qui contrarie sa fonction d’Agenda Setter. Swasy précise : « Everyone can now reach journalists, so news organizations have the additional hurdle of sifting through the deluge to decide what gets priority on that’s day’s agenda7 » (p. 36).

  • 8 « Engager les journalistes dans l’usage d’une nouvelle technologie dépend également de l’intégratio (...)
  • 9 « Avec Twitter, les éditeurs des quatre principaux journaux rencontrent des difficultés à trouver u (...)
  • 10 « Twitter a amélioré la camaraderie entre jeunes et vieux » (Traduction de l’auteure).
  • 11 « Il s’agit d’un lien important qui aide les journalistes à valider leur travail par leurs pairs, l (...)
  • 12 « Tout comme Twitter a changé la manière dont les journalistes recueillent et diffusent des informa (...)
  • 13 « Twitter a empiété sur la fonction de gardien de l’information du journaliste. Twitter fonctionne (...)
  • 14 « Alors que les médias recherchent des modèles économiques pour générer de nouveaux revenus, ils te (...)

6Le rôle des managers est également mis en exergue dans l’adoption de l’outil avec, là aussi, des stratégies tâtonnantes : « Getting a news staff engaged in a new technology also depends on working the new practice into culture and professional norms already established8 » mais Swasy ajoute : « With Twitter, editors at the fours newspapers are struggling with the balance between mandating that reporters hit certain quotas for social media participation versus trusting them to incorporate it into their daily routines9 » (p. 36). Indépendamment des consignes portées par les directions des médias étudiés, les journalistes se sont saisis de Twitter et en revendiquent les vertus : « Twitter has improved the comradery between young and the old10 », témoigne Matt Peterson, breaking news editor au Dallas Morning News. Les journalistes s’accordent à dire que Twitter les aide à construire un meilleur capital social avec leurs lecteurs, dont ils sont plus proches, mais également avec leurs collègues au sein de la rédaction. « This is an important bond that helps journalists get validation for their work from peers, bosses and readers11 », insiste l’auteure (p. 39). Le journaliste devient une marque dans la marque et capitalise progressivement sur son travail grâce à Twitter. L’usage quotidien de Twitter par les journalistes vient également déplacer les frontières au sein des rédactions qui désormais coopèrent avec les services de marketing et de publicité des médias. Pour l’auteure, il s’agit là de l’effet le plus important sur les organisations. L’intégration dans les rédactions de professionnels du marketing et de la publicité, qui relevait jusqu’alors de l’impensé, permet à tous de converger vers le même but : augmenter l’audience. Et Twitter devient l’outil par excellence pour la drainer. « Just as Twitter changed the ways reporters gather and distribute information, the social media platform has also changed the old rules about keeping news separated from marketing and advertising12 » (p. 57). D’autres frontières font également les frais de l’adoption de la plateforme sociale : celles de la couverture des breaking news et du champ politique, deux domaines dans lesquels les journalistes ne sont désormais plus les gardiens de l’information. Swasy insiste sur le fait que « Twitter has encroached on the professional lock that journalists once had as the keepers of information. Now Twitter is always on and works as an awareness system13 » (p. 60). Pris dans un flux de tweets, les journalistes s’acculturent à couvrir différemment les événements, à raconter autrement, à mélanger et à diversifier les sources pour pratiquer ce que Swasy appelle « a new way to tell stories ». À la question « what’s the future for Twitter in Newsrooms », objet du dernier et sixième chapitre, l’auteure répond que « As news organizations search for new business models to generate new revenue, they are likely to try and do more experiments with sponsored content on social media, which raises questions about where are the new boundaries to keep journalism first14 » (p. 75). Nonobstant ce constat sur le déploiement de stratégies qui remettent en question les modèles économiques et éditoriaux, l’auteure montre combien Twitter a résolument contribué à modifier les pratiques journalistiques, les modèles d’organisation des rédactions et des médias, mais également les relations au public. Cependant, l’intérêt de cet ouvrage tient plus à l’exposé des différents usages de Twitter par les journalistes qu’à l’apport critique et théorique développé par l’auteure. En cela, Swasy tient la promesse de son titre et garantit aux lecteurs, avisés ou pas, de mieux cerner le couple journalisme-Twitter.

Haut de page

Bibliographie

FRIEDMAN, Ann (2014), « Should all journalists be on Twitter? ». [En ligne]. https://archives.cjr.org/realtalk/journalists_using_twitter.php. Page consultée le 15 octobre 2018.

Haut de page

Notes

1 « ces quatre journaux ont été choisis parce qu’ils ont désignés des éditeurs de médias sociaux » (Traduction de l’auteure).

2 « sont considérés comme les meilleurs dans le domaine de l’investigation mais également de l’écriture de formats longs et sont représentatifs de ce qui s’est passé au cours des 20 dernières années au sein de l’écosystème médiatique » (Traduction de l’auteure).

3 « un puissant outil de communication  » et « une source d’informations respectée, pas seulement une plate-forme purement sociale où des amis partagent des photos, des vidéos et des extraits d’information » (Traduction de l’auteure).

4 « Quelle est la nature de l’innovation ? ; Quelle est l’influence du système social sur l’adoption de l’innovation ? ; Quels sont les canaux de communication utilisés pour diffuser l’innovation ? Combien de temps faut-il pour que l’innovation soit adoptée ? » (Traduction de l’auteure).

5 « une responsabilité ajoutée » (Traduction de l’auteure).

6 « Twitter est également adopté comme une nouvelle technologie permettant de localiser les personnes, pouvant contribuer à la couverture d’un événement. Par exemple, Twitter est considéré comme un moyen rapide de trouver des sources, en particulier au moment de l’annonce d’un événement […] Twitter permet aux journalistes de poser des questions et de toucher des personnes du monde entier » (Traduction de l’auteure).

7 « Tout le monde peut maintenant faire du journalisme. Les médias ont donc pour mission supplémentaire de passer au crible le déluge de tweets pour décider de la priorité à donner à l’agenda du jour » (Traduction de l’auteure).

8 « Engager les journalistes dans l’usage d’une nouvelle technologie dépend également de l’intégration d’une nouvelle pratique dans la culture et les normes professionnels » (Traduction de l’auteure).

9 « Avec Twitter, les éditeurs des quatre principaux journaux rencontrent des difficultés à trouver un équilibre entre l’obligation, pour les journalistes, d’atteindre certains quotas de participation aux réseaux sociaux et de leur faire confiance pour les intégrer à leurs activités quotidiennes » (Traduction de l’auteure).

10 « Twitter a amélioré la camaraderie entre jeunes et vieux » (Traduction de l’auteure).

11 « Il s’agit d’un lien important qui aide les journalistes à valider leur travail par leurs pairs, leurs patrons et leurs lecteurs » (Traduction de l’auteure).

12 « Tout comme Twitter a changé la manière dont les journalistes recueillent et diffusent des informations, la plate-forme de médias sociaux a également modifié les anciennes règles relatives à la séparation des informations du marketing et de la publicité » (Traduction de l’auteure).

13 « Twitter a empiété sur la fonction de gardien de l’information du journaliste. Twitter fonctionne en continu comme un dispositif d’alerte » (Traduction de l’auteure).

14 « Alors que les médias recherchent des modèles économiques pour générer de nouveaux revenus, ils tenteront probablement de multiplier les expériences avec le contenu sponsorisé sur les médias sociaux, ce qui soulève des questions sur les nouvelles frontières permettant de faire du journalisme une priorité » (Traduction de l’auteure).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Magali Prodhomme, « Alecia SWASY (2016), How Journalists Use Twitter. The Changing Landscape of U.S. Newsrooms », Communication [En ligne], vol. 35/2 | 2018, mis en ligne le 29 novembre 2018, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/communication/7930

Haut de page

Auteur

Magali Prodhomme

Magali Prodhomme est maître de conférences à l’Université catholique de l’Ouest et membre du laboratoire Arènes Université Rennes 1 et de l’équipe de recherche Mutations numériques, Usages et Médiatisations (MUTANUM) Université catholique de l’Ouest. Courriel : magali.prodhomme@uco.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals