Navigation – Plan du site
Lectures

Keith KENNEY (2016), Philosophy for Multisensory Communication and Media

New York, Peter Lang Publishing
Anda Rodideal
Référence(s) :

Keith KENNEY (2016), Philosophy for Multisensory Communication and Media, New York, Peter Lang Publishing

Texte intégral

1Keith Kenney est un chercheur des médias de masse visuels qui désire, dans le contexte actuel de l’expansion numérique, exposer de nouvelles idées philosophiques sur les médias et les sens, en plus de vouloir aider tous ceux qui s’intéressent au multimédia (visuel — à partir des dessins à la photographie, aux journaux et aux pages d’Internet), au média hybride (visuel et auditif — télévision, film et animations) et au média multisensoriel actuel (visuel, auditif et tactile, même olfactif ou gustatif), soit en créant de nouvelles expériences de perception sensorielle, soit en proposant de nouvelles théories de la communication.

2L’ouvrage s’adresse en règle générale à tous les chercheurs du domaine de la communication et du média sensoriel, en essayant de délimiter un cadre théorique fructueux pour le développement de nouvelles théories scientifiques adaptées à la réalité technologique actuelle. À cet effet, Kenney réunit les idées de plus de 50 philosophes qui s’intéressent au domaine de la perception sensorielle, mais également aux différentes formes des médias de masse multisensoriels, faisant aussi appel aux concepts sociologiques et psychologiques, souhaitant offrir une approche complexe et novatrice de la problématique du multimédia sensoriel actuel. Les 10 chapitres de l’ouvrage ont une structure symétrique, ils partent des questions philosophiques, spéculent sur la dichotomie idéique des concepts et finissent par des conclusions concernant les implications médiatiques de chaque sens et un exemple expressif lié au thème de chaque chapitre.

3Pour atteindre son but de créer une base solide à partir de laquelle de nouvelles théories puissent naître, Kenney offre une vue d’ensemble rigoureuse des théories actuelles sur les médias, mettant expressément en évidence celles qui concernent le média multisensoriel, et pas seulement audiovisuel. Il démontre ainsi que les théories dont il faut partir sont fondées sur les théories de la perception, de la compréhension et de l’interaction sensorielle, fondées elles-mêmes sur la compréhension des changements apportés par les « objets intelligents » connectés par Internet. Les théories anciennes ne sont donc plus valables dans ce monde où nous utilisons toujours Internet sur nos portables pour apprendre, communiquer à distance et nous amuser.

  • 1 « une extension de nous-mêmes avec des effets complexes et subliminaux sur les patterns quotidiens (...)

4Il faut créer un nouveau cadre conceptuel, qui comporte l’implication de tous les sens, parce que, considère-t-il, dorénavant les créateurs des téléphones intelligents et de jeux vidéo, les artistes, mais aussi les professionnels dans le marketing et la publicité ajouteront à leurs produits l’habilité de stimuler tous les sens, parce qu’il a été démontré que nous communiquons de manière émotionnelle et nous comprenons de manière sensorielle, au moins autant que par des mots. La technologie n’a plus seulement un rôle passif, à savoir transmettre des messages, mais il faut reconnaître son rôle actif, à savoir influencer la perception multisensorielle, ce qui touche les sens et les significations. Kenny soutient que pour créer de nouvelles théories appropriées sur le multimédia, les procédés inductifs ou déductifs classiques ne sont plus utiles, alors qu’à l’aide des procédés imaginatifs, il est possible de trouver des résultats révolutionnaires qui mènent à la compréhension et à l’explication des différences fondamentales dans le média actuel. Il trouve son argument principal dans la théorie de Marshall McLuhan, qui montre que « the media are extensions of ourselves […] media have complex and subliminal effects on our patterns of everyday life, our social interactions […] when pushed to the extremes, media can have unintended and counterintuitive consequences1 » (p. 39-40)

5Synthétisant les théories phénoménologiques s’appuyant sur la perception, Kenny démontre une fois de plus l’importance des mécanismes sensoriels : la plupart du temps, nous agissons par habitude, nous ne prenons pas de décisions conscientes, utilisant les cinq sens à la fois, plutôt que la raison ; la perception individuelle ne varie pas seulement selon la structure personnelle des analyseurs, mais aussi selon la culture, la zone géographique, la profession et le média auquel nous sommes exposés ; la perception est interactive, les autres choses agissent sur nous, de sorte que nous agissons sur elles, et les significations naissent du sens émotionnel de l’interaction, à la base des concepts abstraits se trouvant toujours les métaphores appuyées sur les sensations.

6Cela signifie que les sens et les sensations agissent simultanément pour nous offrir la perception, ils sont tous interconnectés, et dans leur relation avec le média multisensoriel actuel, ce dernier élargit parfois certains sens et « ampute » les autres, ce qui affecte la modalité dont nous percevons la réalité, d’autant plus que chaque culture met l’accent sur les uns en défaveur des autres, créant un mélange particulier de capacités et de sens perceptifs.

7Pour que nous puissions percevoir, nous devons bouger avec intention ; il est de même pour l’interaction, ce qui transfère la perspective dans la théorie de l’action, parce que dans un contexte où tout interagit, rien n’est que cause ou effet. Dans ce sens, Maurice Merleau-Ponty est celui qui cerne le mieux le nouveau modèle d’interaction homme-technologie : les objets non animés, le média actuel, sont capables de provoquer nos sens et d’entrer en interaction, de sorte que la perception devient un échange réciproque entre les organismes vivants et l’environnement. Les hommes ne sont pas à l’extérieur de la nature et de l’environnement, tout comme tous les autres font partie de la nature, nous-mêmes sommes également sujet et objet de la connaissance à la fois, et notamment, nous ne pouvons percevoir tout ce qui se passe ni prévoir les résultats de toutes les forces intervenantes.

  • 2 « patterns récurrents et dynamiques des perceptions des interactions, qui confèrent cohérence et st (...)

8De ce fait, par la perception, les sens et les significations ne sont pas conventionnels, mais concrétisés, personnifiés, « embodied » (« incarnés »), dans le sens où la compréhension de la vie est basée sur la façon dont notre corps interagit avec le monde, processus par lequel nous nous formons « des schémas d’image » intuitifs ou, selon l’expression de Mark Johnson (2008/1987), « An image schema is a reccuring, dynamic pattern of our perceptual interactions and motor programs that give coherence and structure to many of our experiences2 » (p. 53). De plus, selon la théorie de John Dewey, tous les contextes et les situations comportent implicitement des émotions, ce qui détermine leur compréhension, avant de penser, parce que nous percevons et comprenons le sens des situations sans conscience rationnelle, ou alors avec très peu, et nous agissons de la même manière.

9Postulant que la perception est fondamentale, car nous percevons avant de saisir le langage, Kenney considère que les designers et les créateurs de médias vont adapter leurs messages, en créant diverses expériences sensorielles pour les individus ayant des capacités et des cultures sensorielles différentes, et les utilisateurs pourront créer des symboles, produire des sons, des odeurs ou des touchers. Le sens tactile est déjà développé par des consoles de jeu, des écrans tactiles et des vibrations, mais il est possible de l’exploiter davantage, ce qui accroîtra la sensation de présence et de connexion, l’intensité et le plaisir de l’expérience, par la réduction de la distance entre le monde virtuel et la réalité. En ce qui concerne les sens olfactif et gustatif, malgré tous les essais actuels de développer un média qui les inclut (par exemple oPhone, le téléphone qui transmet des odeurs tout comme les téléphones transmettent des messages), il y a encore des limites technologiques à surmonter parce que le sens olfactif influence les émotions et les souvenirs et que le sens gustatif a un rôle très important dans l’expression des significations sensorielles des perceptions.

  • 3 ) « la présence dans l’absence », selon l’expression de Noë (2012 : 95).

10En expliquant que nous avons besoin de comprendre le fonctionnement de chaque sens lorsqu’il interagit avec le monde, parce que chaque modalité sensorielle et chaque environnement technologique influencent la manière dont nous comprenons le monde et nous-mêmes, Kenney compare le sens auditif et le sens visuel, parce que, souvent, ils interviennent simultanément. Nous voyons des particularités, des ombres, la texture, la forme, les tons et les couleurs des objets, mais nous entendons également les sons créés par les objets, la nature et la tonalité de la voix des gens, voire nous voyons, nous sentons « presence in absence3 » (p. 167) et tout cela exprime des significations sensorielles qui restent à la base des sens linguistiques.

11Les sensations nous touchent émotionnellement, et les designers du multimédia tiendront compte de la multisensorialité afin de créer des mondes virtuels moins abstraits dans lesquels les gens et la technologie interagissent de manière connectée dans une réalité mixte. Considérant les hommes en fonction de leur capacité perceptive, comme une partie de l’environnement avec lequel ils interagissent, en acceptant le fait que nous percevons des idées jointes aux émotions, que les sensations nous touchent avant le langage, Kenney croit que les designers des industries créatives doivent désormais se concentrer sur la création des sensations touchant directement notre système nerveux et que les chercheurs du multimédia et du média hybride ou multisensoriel doivent se concentrer sur la compréhension de la manière dont le média crée des sensations, et pas des représentations ou des histoires.

12En raison de son langage clair, de sa construction symétrique, de ses exemples tirés de l’expérience quotidienne, de sa démarche rigoureuse d’analyse et de sa mise en ordre des théories philosophiques dans la conjoncture du développement multimédia, l’ouvrage de Kenny est utile à tous ceux qui s’intéressent aux effets et aux influences de la technologie actuelle, aux chercheurs, aux concepteurs de technologie, aux étudiants ou aux professeurs.

Haut de page

Bibliographie

JOHNSON, Mark (2008/1987), The Meaning of the Body: Aesthetics of Human Understanding, Chicago, University of Chicago Press.

NOË, Alva (2012), Varieties of Presence, Cambridge, Harvard University Press.

Haut de page

Notes

1 « une extension de nous-mêmes avec des effets complexes et subliminaux sur les patterns quotidiens de conduite et interaction sociale, avec des conséquences non anticipées du média lorsqu’il est poussé à l’extrême » (Traduction de l’auteure).

2 « patterns récurrents et dynamiques des perceptions des interactions, qui confèrent cohérence et structure à la plupart de nos expériences » (Traduction de l’auteure).

3 ) « la présence dans l’absence », selon l’expression de Noë (2012 : 95).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anda Rodideal, « Keith KENNEY (2016), Philosophy for Multisensory Communication and Media », Communication [En ligne], vol. 35/2 | 2018, mis en ligne le 30 novembre 2018, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/communication/7946

Haut de page

Auteur

Anda Rodideal

Anda Rodideal est étudiant de doctorat à l’Université de Bucarest, Faculté de sociologie et aide Sociale. Courriel : a_rodideal@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals