Navigation – Plan du site
Recherches

Anatomie des fausses nouvelles dans le cyberespace

Antoine Char

Résumés

L’auteur fait le point sur les fake news, ces fausses nouvelles qui, hier comme aujourd’hui, défraient la chronique. Les chercheurs en informatique sont de plus en plus nombreux à les étudier. Il a interviewé l’un d’entre eux, Walter Quattrociocchi.

Haut de page

Texte intégral

1C’est une vieille interrogation épistémologique : qu’est-ce qu’un fait ? La question est d’autant plus d’actualité que l’écosystème communicationnel vit à l’heure de « faits alternatifs », de « post vérités » (le mot de l’année 2016, selon le dictionnaire Oxford, en 2013 c’était… « selfie »), bref de « bons vieux mensonges ».

2Les sciences sociales savent bien que les faits sont construits et donnent raison à Friedrich Nietzsche (1997) et à son célèbre « Il n’y a pas de faits, il n’y a que des interprétations ». Aujourd’hui, grâce à Kellyanne Conway, la conseillère du président Donald Trump, il y a désormais les « faits alternatifs » (alternative facts). L’expression, utilisée pour la première fois le dimanche 22 janvier 2017 à l’émission Meet the Press de NBC, a fait florès.

3Quattrociocchi, avec son équipe de chercheurs (un informaticien comme lui, deux physiciens, un statisticien et une mathématicienne), est à la chasse aux fake news, ces fausses informations qui prennent l’apparence d’un article de presse ou celles sciemment fausses à visée propagandiste.

  • 1 Dans le volume 114, numéro 12 de la PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences of the Un (...)

4Responsable du Laboratoire de sciences sociales computationnelles à l’École Institutions, markets, technologies (IMT) des hautes études de Lucques, en Italie, Quattrociocchi étudie la viralité de la « mésinformation » (il préfère ce mot à celui de « fausse information ») dans le cyberespace. Nous l’avons rencontré le 10 juin  2017 à Venise, où il visitait l’Université Ca’ Foscari afin de faire le point sur ses recherches avec notamment la professeure Fabiana Zollo du Département des sciences de l’environnement, de l’informatique et de la statistique. C’est d’ailleurs avec elle et six autres chercheurs (Ana Lucia Schmidt, Michela Del Vicario, Antonio Scala et Guido Caldarelli, tous les quatre de l’école IMT, H. Eugene Stanley, du Département de physique de l’Université de Boston, et Allesandro Bessi, de la Scuola Superiore Studi de Pavie) que son étude The anatomy of news consumption on Facebook a été publié en mars 20171.

5Tout au long de l’entretien de quatre heures, Quattrociocchi, qui a accepté en septembre 2017 un poste de professeur associé l’Université Ca’ Foscari, rappellera qu’il n’y a jamais eu une « ère de la vérité », que les faits nous unissent de moins en moins et que nos « biais de confirmation » tendent à privilégier les informations consolidant nos opinions et à négliger ou à ignorer celles les contredisant :

  • 2 « La diffusion de fausses informations a toujours existé, mais à l’heure du numérique nous y faison (...)

The spread of false information has always been with us, but it is something we face every day in the digital age. At the core of the problem of misinformation is confirmation bias — we tend to seize on information that confirms our own view of the world, ignoring anything that doesn’t — and thus polarization. Recent studies in computational social science suggests users online tend to select information by confirmation bias and join virtual echo chambers, which reinforce and polarize their beliefs2.

6Le biais de confirmation, rappelons-le, est l’un des plus connus des sciences cognitives. C’est le Britannique Peter Cathcart Wason (1924-2003) qui fut l’un des premiers à explorer ce biais affectant nos croyances et nos opinions (The Telegraph, 22 avril 2003). Quant aux « chambres d’écho », ce sont des amplificateurs, des « bulles de filtrage » qui font qu’un individu n’est exposé qu’à certaines informations auxquelles il adhère a priori. Résultat : aucun fait prouvé ne peut plus faire barrage à une conviction nourrie aux émotions et au ressentiment. Selon Quattrociocchi, qui a publié une soixantaine d’articles scientifiques en Italie et à l’étranger, nous sommes entrés dans une « bataille de chambre d’échos ». L’utilisateur de Facebook, par exemple, est prisonnier d’un univers en résonance avec ses propres opinions, avec des contenus « filtrés » renforçant ses certitudes. Il est dans une cage intellectuelle. Voilà ce qui inquiète surtout le chercheur au moment où les faits ne sont plus fondamentaux dans cette ère de l’information « post vérité » et d’hyperpartisanerie.

Tour de Babel

7De janvier 2010 à décembre 2015, Quattrociocchi et son équipe ont passé au peigne fin de leurs algorithmes les messages en anglais de 376 millions d’utilisateurs de Facebook, le réseau social le plus puissant au monde qui a bouleversé la hiérarchie de l’information. Qu’ont-ils trouvé et quel a été le pourcentage de fausses nouvelles ?

  • 3 « Dans cette étude, nous n’avons fait aucune distinction, nous avons seulement analysé la manière d (...)

On that study we did not perform any distinction, we analyzed just the way news get consumed on Facebook. We found that selective exposure dominates news consumption on line creating a segregated non-communicating environment. The more we are polarized and subject to the echo chamber effect, the more we tend to polarize (and those ignoring dissenting information). We are living in a Babel Tower and the main problem behind fake news seems to be polarization of narratives3.

8C’est dans ce contexte que les fausses informations s’infiltrent dans les réseaux sociaux, utilisés tous les jours par plus de 2,5 milliards d’internautes. Ces « informations » (liens entre vaccins et autisme notamment présents dans les nombreux messages analysés par l’équipe de Quattrociocchi) font tellement partie de l’écosystème médiatique qu’en 2013, le Forum économique mondial de Davos les a ajoutées à sa liste des plus grands dangers menaçant l’humanité, au même titre que les changements climatiques et la montée des inégalités. C’est en grande partie grâce à ses recherches que le WEF (World Economic Forum, fondé en 1971) a sonné l’alarme.

9En ayant recours à des modèles computationnels de plus en plus diffusés dans les sciences sociales, Quattrociocchi en est arrivé à la conclusion que nous ne sommes pas aussi rationnels que nous le croyons. Les associations d’idées l’emportent souvent sur les raisonnements déductifs.

10Pour preuve, il rappelle l’affaire Cirenga, ce sénateur « fictif » qui lors des législatives italiennes de 2013 avait proposé une loi accordant 134 milliards d’euros (plus de 10 % du PIB de la péninsule) pour aider les parlementaires à se trouver du travail en cas de défaite électorale. Citée dans la presse nationale, la proposition approuvée par 257 voix et 165 abstentions fut partagée plus de 35 000 fois en moins d’un mois sur Facebook et elle est encore citée comme un exemple de corruption de la classe politique italienne. On le sait, plus une information est partagée, plus celle-ci semble crédible.

11Pendant la campagne, Quattrociocchi et son équipe ont d’ailleurs analysé les messages de trois millions d’utilisateurs italiens sur Facebook. Conclusion ? Ceux qui ont suivi les sources d’information complotistes, traitant notamment de l’affaire Cirenga, colportée par une page Facebook connue pour ses contenus satiriques sur la vie politique italienne, étaient trois fois plus nombreux que ceux ayant suivi des sources d’information scientifiques par exemple. Encore une fois, chaque groupe a tendance à exclure tout ce qui ne concorde pas avec sa vision du monde :

  • 4 « Les gens cherchent de l’information qui confirmera leurs propres croyances. Si aujourd’hui un art (...)

People are looking for information which will confirm their existing beliefs. If today an article comes out from the WHO (World Health Organization) supporting your claims, you like it and share it. If tomorrow a new one comes out contradicting your claims, you criticize it, question it4.

12On écoute rarement les points de vue contraires aux siens et on argumente rarement sur l’unique socle des faits. Nous vivons dans des bulles cognitives, dans la chaleur rassurante de nos propres vérités. Internet amplifie tous les jours un peu plus nos biais de confirmation que Gérald Bronner appelle « autoenfermement cognitif » (2013). On le voit, les faits comptent moins que l’émotion et la vérité n’est plus toujours la valeur de base pour modeler les opinions, comme l’a montré notamment l’élection de Trump à la présidence des États-Unis le 8 novembre 2016. Nous sommes entrés dans l’ère de la « post vérité », mot fourre-tout qui apparaît en janvier 1992 dans l’hebdomadaire étatsunien de gauche The Nation. Il est repris en 2004 par Ralph Keyes, auteur de The post-truth era: Dishonesty and deception in contemporary life :

  • 5 « Mon livre était le premier à attirer l’attention sur notre indifférence grandissante à l’égard de (...)

My 2004 book on The Post-Truth Era was the first to call attention to our increasing indifference to honesty. (That phrase itself was coined by Steve Tesich in a 1992 Nation essay.) As bad as things were at that time, I could not have conceived of a time in which a president of the United States could lie with impunity and get away with it on a regular basis. […] I’d say we’re fighting a losing battle against made-up news5 (échange de courriels, 20 juillet 2017).

À la moulinette du fact checking

13Quattrociocchi croit aussi que la bataille contre les fausses nouvelles est une tâche répétitive et vaine, comme Sisyphe avec son rocher sur la montagne. Les fausses nouvelles font partie de notre réalité, surtout quand la confrontation des idées se résume souvent à apporter des réponses simples à des questions compliquées, estime-t-il.

  • 6 « La mésinformation est très difficile à corriger, car le biais de confirmation est puissant. Une f (...)

Misinformation is very difficult to correct because confirmation bias is powerful. Once people have found « evidence » of their views, external and contradicting versions are simply ignored6.

14Oui, mais ne peut-on pas faire barrage aux fausses nouvelles avec des informations vérifiées, crédibles, passées à la moulinette du fact checking comme le font encore de nombreux médias dits traditionnels ? Quattrociocchi est sans appel : fournir l’information exacte aux personnes exposées aux fakes peut empirer la situation. En psychologie sociale, on parlera d’effet boomerang ou backfire effect :

  • 7 « Tout indique que cela n’arrange pas les choses. Ceux qui, par exemple, s’intéressent aux théories (...)

There are evidences that this only makes things worse. People for example, interested in a conspiracy theory are likely to become more involved in the conversation when exposed to « debunking ». If people ignore dissenting information, fact checking is then totally useless. In fact, distrust in institutions is so high and confirmation bias so strong, that the Washington Post has discontinued its weekly debunking column7.

15Le 18 décembre 2015, le quotidien qui a fait tomber Richard Nixon à cause des nombreux mensonges du 37e président américain mettait fin à sa rubrique « What was Fake », qui démontait les fausses nouvelles les plus grossières d’Internet. Dans sa dernière chronique, la journaliste Caitlin Dewey expliquait que son travail était de plus en plus « vain », puisque les sites de fausses informations se multipliaient et que le public avide des fakes ne croyait tout simplement plus aux sites d’information classiques. Sa chronique lui manque-t-elle ? « Aha no, absolutely not ! » (échange de courriels, 13 juillet 2017). Heureusement, la vraie rubrique « Fact-checking » du Washington Post reste bien en place.

16À l’heure de la « post vérité » (que le dictionnaire Oxford définit ainsi : « Ce qui est relatif aux circonstances dans lesquelles les faits objectifs ont moins d’influence sur l’opinion publique que les appels à l’émotion et aux opinions personnelles »), la vérification des faits est bien sûr essentielle et le moteur de recherche Hoaxy développé par l’Université de l’Indiana permet de visualiser la diffusion sur les réseaux sociaux de fausses informations émanant de 132 sites Web satiriques ou complotistes8. Mais Filippo Menczer, le professeur d’informatique qui a lancé ce site, se montre prudent :

  • 9 « Notre site ne peut automatiquement repérer une fausse déclaration, car dans toute analyse de donn (...)

In this system we cannot automatically link a specific false claim to its debunking, therefore the analysis was based on time-lag correlation at the aggregate level. As such it is subject to huge variance for individual cases. Some false claims are fact-checked very quickly, others are never fact checked. Many factors impact this delay, including competing claims, virality of a claim, etc. Second, even assuming that all claims were fact-checked (something which is completely impossible), and that they were fact-checked quickly (an even more far-fetched scenario), an important question is whether those who spread the misinformation are exposed to the corrections at all. Some preliminary anecdotal evidence from Hoaxy suggests that this is not the case — online echo chambers mean that the people who spread a certain class of fake news and those who spread debunking information live in separate echo chambers. More research is needed to understand the role of social media in affecting selective exposure of information9.

17Accusé d’être au cœur des fausses nouvelles, Facebook a rejoint Google, qui englobe près de 93 % des recherches Internet dans le monde, en informant l’internaute sur la fiabilité de ce qu’il lit. Accusés de ne pas avoir opéré de tri entre le vrai et le faux en se retranchant derrière la « neutralité » de leurs algorithmes, les deux géants du Web ont également pris des mesures pour couper les revenus publicitaires des faux sites d’information en ligne. Reste qu’il est difficile de lutter contre les fakes en temps réel. Selon Menczer, il s’écoule au moins 13 heures entre la publication d’un canular et son décryptage (debunking). Il fait le même constat que Quattrociocchi : les fausses nouvelles ont toujours existé (« Fake news have existed for centuries — or millennia — and are going to stay with us ») et pour paraphraser Umberto Eco (1987), nous vivons depuis des millénaires sous l’empire du faux (Le Point, 12 septembre 2011). En outre, selon le New York Times, les nouvelles bidon sur Internet doivent être examinées sous l’angle de l’avalanche de faits qui dominent notre siècle :

  • 10 « Le problème, c’est le surplus de faits au XXIe siècle : il y a beaucoup trop de sources, beaucoup (...)

The problem is the oversupply of facts in the 21st century: There are too many sources, too many methods, with varying levels of credibility, depending on who funded a given study and how the eye-catching number was selected. We are in the middle of a transition from a society of facts to a society of data. During this interim, confusion abounds surrounding the exact status of knowledge and numbers in public life, exacerbating the sense that truth itself is being abandoned10 (édition du 24 août 2016).

Longue histoire

18Les réseaux sociaux sont accusés de donner un large écho aux fausses nouvelles, mais, c’est bien connu, celles-ci ont une longue histoire. Elles sont aussi anciennes que le gouvernement des hommes. Comme le souligne Le Monde dans son édition du 22 février 2017, « la fabrication des faits n’est pas quelque chose d’exceptionnel, et, depuis l’Antiquité, l’on retrouve tout au long de l’Histoire l’équivalent des textes et tweets venimeux que l’on observe aujourd’hui ». Un exemple parmi d’autres cités dans le quotidien parisien :

Après avoir célébré l’empereur Justinien dans son histoire officielle, Procope de Césarée, historien byzantin du VIe siècle, collecta sous le titre d’Anecdota une grande quantité d’informations douteuses, qu’il garda secrètes jusqu’à sa mort, afin d’entacher la réputation de l’empereur. Le conteur et polémiste italien Pierre l’Arétin (1492-1556) tenta de manipuler l’élection pontificale de 1522 en composant de cruels sonnets sur tous les candidats (à l’exception du favori des Médicis, ses protecteurs) et en les collant, afin que tout le monde puisse en prendre connaissance, sur le buste de la statue antique d’un personnage baptisé Pasquino, près de la Piazza Navona à Rome. Les « pasquinades » devinrent par la suite un genre répandu de diffusion de nouvelles satiriques, la plupart fausses, sur des personnalités publiques.

19Un peu comme le fait aujourd’hui Tommasso Debenedetti avec ses tweets. Ces dernières années, ce grand faussaire italien de la Toile a « tué » à travers ses tweets repris par certains médias le pape Benoît XVI, le président syrien Bachar al-Assad, Mikhaïl Gorbatchev, qui dirigea l’URSS entre 1985 et 1991, l’écrivaine J. K. Rowling et tout récemment Svetlana Aleksiévitch, la lauréate du prix Nobel biélorusse de littérature (2015) :

La raison pour laquelle j’annonce de faux décès sur Twitter c’est de montrer la fragilité immense, incroyable du système médiatique mondial. Le fait qu’avec Internet, ce système est devenu global et va augmenter cette fragilité. Je n’ai jamais gagné de l’argent pour les faux, mais il s’agit d’un jeu pour révéler la réalité des médias.

J’aime les faussaires, ils font, un peu, de l’art avec la création de personnages et de situations (échange de courriels, 14 janvier 2013).

  • 11 « Nous devons défier les gens, ne pas chercher à les convaincre avec nos opinions, nous devons les (...)

20Avant lui et les nouvelles technologies, il y avait Roger Tétreault (1940-1995), le plus grand faussaire d’information que le Canada ait jamais connu. Le plus célèbre « coup médiatique » de cet ancien journaliste à la Presse canadienne (PC) fut de s’être fait passer pour un « spécialiste nucléaire ». À ce titre, il a été interviewé au téléjournal de Bernard Derome le 30 avril 1986, où il lança ce cri d’alarme : l’explosion de la centrale de Tchernobyl en Ukraine causerait des « séquelles mineures » aux Nord-Américains. Il précisa : « Il y a à longue échéance des possibilités que certaines personnes en Amérique du Nord auront peut-être des séquelles mineures : des glandes thyroïdes malades, des petits problèmes de peau (archives de Radio-Canada). » En 1991, quatre ans avant sa mort, Tétreault se confie au Trente, le magazine de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) : « Nos journaux et nos télévisions sont à la remorque des grosses entreprises qui les financent, le reste n’est que du show-business. On peut faire dire n’importe quoi à nos médias si on sait s’y prendre » (1991 : 9). Bien avant Tétreault, Honoré de Balzac avait eu cette phrase assassine dans Les journalistes : « Pour le journaliste, tout ce qui est probable est vrai » (2002 : 89). Quattrociocchi ne porte pas de jugement sur le travail des journalistes. Il se contente de regarder la vérité en face : l’information tronquée, frelatée, serpente tous les jours un peu plus dans les champs médiatiques et le cercle des crédules ne cesse de grandir. Là aussi, que faut-il faire quand chacun va chercher ses propres « faits » ? « We have to challenge people, not because we want to convince them of our opinions, but we have to listen because they can be right. It is the only antidote to the polarisation process11. » Parallèlement à la conception du rôle du journalisme comme responsable de la certification des faits pertinents, il y aura toujours une course à l’audience, à la spectacularisation de l’information, à la sidération de l’espace et du temps grâce à la superficialité du direct. En cette ère de faits indifférenciés et de surcharge informationnelle, nous vivons dans une crise mondiale de l’attention, objet d’étude des sciences sociales et des neurosciences depuis une dizaine d’années. Tout cela peut expliquer la diffusion de fausses nouvelles, y compris au sein des médias traditionnels…

21Les exemples de « bidonnage » dans l’histoire du journalisme sont si nombreux qu’il est difficile d’en dresser une liste exhaustive. Idem pour les autocritiques… tout aussi bidon. Les « médiamensonges » sont aussi nombreux aujourd’hui qu’hier. Il en sera toujours ainsi, car le journalisme, quel qu’il soit, est au carrefour de la recherche et de la séduction, et quand celle-ci prend le dessus sur la première, il y a alors risque de « bidonnage ».

22À ce manquement éthique s’ajoutent les « petites erreurs » de tous les jours concernant des faits « objectifs » : données obsolètes, fautes d’orthographe, reprises d’informations de sources secondaires diffusées largement, mais fausses… Dans l’édition de juillet-août 2003 de la Columbia Journalism Review, Ariel Hart a raconté son expérience de fact checker de la revue de la prestigieuse école de journalisme de l’Université Columbia (New York) qui remet annuellement les prix Pulitzer :

  • 12 « Je n’ai jamais relu un seul article — qu’il soit de cinq pages ou de deux paragraphes — qui ne co (...)

I have never checked a story that had no mistakes, whether five pages long or two paragraphs. In fairness, some of the « mistakes » I find are matters of interpretation, and authors usually agree to change them. Virtually all articles, though, contain errors on objective matters of fact: a year slightly off ; old data ; misspellings ; widely reported information taken from secondary sources, but wrong. And of course, « facts » pulled from the writer’s mental archives. Errors often turn up when the author says, « You don’t need to check that. I know that’s right12. »

23« Petites erreurs » d’un côté, « défaillances déontologiques » de l’autre, le journalisme est d’abord et avant tout un métier, plus ou moins spécialisé, plus ou moins bien pratiqué par un corps loin d’être homogène et qui parfois laisse croire à une vérité scientifique.

24Alors comment informer quand tout un chacun est devenu média ? Quand, dans les réseaux sociaux, les fake news côtoient les informations fiables ? Quand ils confèrent « aux sans-pouvoir » le pouvoir de « mentir ou de délirer » (Huyghe, 2016) ? Il y aura toujours une frange de la société convaincue que les faits n’existent pas et qui ne veut surtout pas qu’ils existent. Ils contrarient trop les certitudes. Mieux vaut des fictions qui sécurisent à des vérités qui remettent en question et ébranlent. Un groupe d’experts canadiens réunis par le Forum des politiques publiques publiait un rapport de 110 pages dans lequel il rappelait que le journalisme 

doit maintenant concurrencer un contenu qui l’imite, mais qui dissimule la tromperie sous un voile de crédibilité, tandis que la société doit s’adapter à un monde dans lequel il est de plus en plus difficile de distinguer le vrai du faux. Un marché de l’information ainsi pollué menace la notion même de crédibilité (2017 : 32).

25Cette pollution informationnelle, l’équipe de Quattrociocchi l’expose dans Pandoors13, un site « to contrast fake news with a tailored approach to news provisioning ».

Conclusion

26Les points de vue marginaux existaient avant Internet, mais, rappelle Quattrociocchi, avec ce métamédia l’émission et la réception des contenus s’effectuent essentiellement sans intermédiaires :

  • 14 « En fait, le paradigme de la production de contenu est passé d’un modèle dominé par la médiation e (...)

Indeed, the paradigm of content production shifted from one that is mediated and filtered by news outlets towards a more disintermediated one where virtually everyone can produce content. Social media and micro-blogging platforms have heavily affected the way we can access information and shape our opinions. Communication has become increasingly personalized, both in the way messages are framed and how they are shared across social networks14.

27Cette « désintermédiatisation » permet la communication horizontale d’aujourd’hui en rompant avec l’asymétrie émetteur (journaliste)/récepteur (audience). Nous vivons à l’ère des oppositions aux « manufactures du consentement », comme le disaient Noam Chomsky et Edward Herman (1992) ainsi que Walter Lippmann (2004). Un blogueur peut donc avoir plus d’impact viral qu’un média « traditionnel ». Et pourquoi pas ? s’interroge le chercheur italien. C’est même plutôt sain pour la médiasphère. À condition, bien sûr, de se poser une question toujours fondamentale : d’où vient cette information ? S’interroger sur la source, se questionner sur sa crédibilité, décrypter une image ou une vidéo sont des questions qui se posent avec acuité pour ceux nés avec les outils numériques. À preuve, une étude de l’Université de Stanford auprès de 7 804 jeunes, du collège à l’université, entre janvier 2015 et juin 2016, à partir d’exercices consistant à distinguer le vrai du faux dans des contenus publiés en ligne, apporte cet éclairage :

  • 15 « Ce résultat montre que les étudiants peuvent davantage focaliser sur le contenu des médias sociau (...)

This finding indicates that students may focus more on the content of social media posts than on their sources […]. Despite their fluency with social media, many students are unaware of basic conventions for indicating verified digital information […]. Our « digital natives » may be able to fit between Facebook and Twitter while simultaneously uploading a selfie to Instagram and texting a friend. But when it comes to evaluating information through social media channels, they are easily duped15 (2016).

28Par le seul prisme technique et algorithmique, Quattrociocchi et son équipe ont « placé en observation » des millions de pages Facebook. Certes, leur méthode a des limites et ils en sont conscients. Mais les résultats de leurs recherches mettent en évidence ceci : les fausses informations ne disparaîtront pas de sitôt du paysage médiatique. Comme une hydre aux mille têtes, dont l’une repousse dès qu’elle a été coupée.

Haut de page

Bibliographie

BALZAC, Honoré de (2002), Monographie de la presse parisienne, Paris, Éditions du Boucher.

BRONNER, Gérald (2013), La démocratie des crédules, Paris, Presses universitaires de France.

CHOMSKY, Noam et Edward S. HERMAN (1988), Manufacturing Consent: The Political Economy of the Mass Media, New York, Pantheon Books.

ECO, Umberto (1987), La guerre du faux, Paris, Le livre de poche

FORUM DES POLITIQUES PUBLIQUES (2017), Le miroir éclaté, Ottawa.

HART, Ariel (2003), « Éditorial », Columbia Journalism Review, 42(2) : 20.

HUYGHE, François-Bernard (2016), La désinformation, les armes du faux, Paris, Armand Colin.

KEYES, Ralph (2004), The Post-Truth Era: Dishonesty and Deception in Contemporary Life, New York, St. Martin’s Press.

LIPPMANN, Walter (2004), Public Opinion, Mineola/New York, Dover Publications.

NIETZSCHE, Friedrich (1997), Fragments posthumes, Paris, Gallimard.

STANFORD HISTORY EDUCATION GROUP (2016), Evaluation Information: The Cornerstone of Civic Online Reasoning, [En ligne]. http://sheg.stanford.edu/upload/V3LessonPlans/Executive%20Summary%2011.21.16. Page consultée le 14 août 2017.

TÉTREAULT, Roger (1991), Le Trente, décembre, p. 9.

Haut de page

Notes

1 Dans le volume 114, numéro 12 de la PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America ; comptes rendus de l’Académie nationale des sciences des États-Unis d’Amérique).

2 « La diffusion de fausses informations a toujours existé, mais à l’heure du numérique nous y faisons face tous les jours. Au cœur du problème de la mésinformation se trouve le biais de confirmation — nous avons tendance à privilégier les informations qui confirment notre vision du monde et à ignorer celles qui les contredisent —, d’où la polarisation. Des études récentes en sciences sociales computationnelles indiquent que les internautes ont tendance à sélectionner l’information par le biais de confirmation et se joignent aux chambres d’écho virtuelles, ce qui renforce et polarise leurs croyances » (Traduction de l’auteur).

3 « Dans cette étude, nous n’avons fait aucune distinction, nous avons seulement analysé la manière dont les nouvelles étaient consommées sur Facebook. Nous avons trouvé que l’exposition sélective domine la consommation de nouvelles en ligne, créant un environnement non communicationnel et ségrégationniste. Plus nous sommes polarisés et sujets aux effets de la chambre d’écho, plus nous avons tendance à nous polariser (ignorant ainsi l’information dissidente). Nous vivons dans une tour de Babel et le principal problème derrière les fausses nouvelles semble être la polarisation des récits » (Traduction de l’auteur).

4 « Les gens cherchent de l’information qui confirmera leurs propres croyances. Si aujourd’hui un article de l’Organisation mondiale de la santé appuie vos dires, vous l’appréciez et le partagez. Si, demain, un autre les contredit, vous le critiquez et le remettez en question » (Traduction de l’auteur).

5 « Mon livre était le premier à attirer l’attention sur notre indifférence grandissante à l’égard de l’honnêteté. (Le mot “post vérité” a été formulé en 1992 par Steve Tesich dans un article publié dans la Nation). Peu importe les vicissitudes de l’époque, je n’aurais jamais pensé qu’un jour un président des États-Unis pourrait mentir avec impunité et s’en sortir immanquablement. […] Je dirais que nous livrons un combat que nous ne pouvons gagner contre les nouvelles inventées » (Traduction de l’auteur).

6 « La mésinformation est très difficile à corriger, car le biais de confirmation est puissant. Une fois que les gens ont trouvé une “preuve” à leurs opinions, les versions extérieures et contradictoires sont tout simplement ignorées » (Traduction de l’auteur).

7 « Tout indique que cela n’arrange pas les choses. Ceux qui, par exemple, s’intéressent aux théories du complot sont enclins à s’impliquer davantage dans la conversation quand ils sont exposés à un “décryptage”. Pour ceux qui font fi des informations dissidentes, la vérification des faits est alors totalement inutile. En fait, la méfiance dans les institutions est si grande et les biais de confirmation sont si forts que le Washington Post a mis fin à sa chronique hebdomadaire de décryptage » (Traduction de l’auteur).

8 [En ligne]. http://cnets.indiana.edu/blog/2016/12/21/hoaxy/. Page consultée le 7 novembre 2017.

9 « Notre site ne peut automatiquement repérer une fausse déclaration, car dans toute analyse de données il y a un décalage temporel. Les cas varient énormément. Certaines fausses déclarations sont rapidement vérifiées, d’autres ne le sont jamais. Ces délais sont dus à de nombreux facteurs, notamment les revendications concurrentes, leur viralité, etc. De plus, même si on part du principe que tous les cas ont été vérifiés (ce qui est tout à fait impossible) et qu’ils l’ont été rapidement (un scénario peu réaliste), il faut encore que ceux qui diffusent la mésinformation soient exposés aux corrections. Quelques preuves anecdotiques rassemblées par Hoaxy indiquent que ce n’est pas le cas — les chambres d’écho en ligne montrent que ceux qui lancent certaines fausses nouvelles et ceux qui les contrecarrent vivent dans des chambres d’écho séparées. Il doit y avoir plus de recherche pour comprendre le rôle que jouent les médias sociaux dans l’exposition sélective de l’information » (Traduction de l’auteur).

10 « Le problème, c’est le surplus de faits au XXIe siècle : il y a beaucoup trop de sources, beaucoup trop de méthodes, avec des niveaux différents de crédibilité, selon celui qui a financé une étude et comment un chiffre racoleur a été sélectionné. Nous sommes en train de passer d’une société de faits à une société de données. Pendant cette transition, la confusion est totale quand il s’agit de déterminer le rôle exact de la connaissance et des chiffres dans la vie publique, ce qui accentue le sentiment que la vérité est délaissée » (édition du 24 août 2016) (Traduction de l’auteur).

11 « Nous devons défier les gens, ne pas chercher à les convaincre avec nos opinions, nous devons les écouter, car ils peuvent avoir raison. C’est le seul antidote à la polarisation » (Traduction de l’auteur).

12 « Je n’ai jamais relu un seul article — qu’il soit de cinq pages ou de deux paragraphes — qui ne comporte aucune erreur. En toute franchise, certaines des “erreurs” que je relève sont dues à des problèmes d’interprétation, et le plus souvent, les auteurs acceptent la modification proposée. Mais presque tous les articles contiennent aussi des erreurs concernant des faits objectifs : date erronée, données obsolètes, fautes d’orthographe, reprises d’informations de sources secondaires diffusées largement, mais fausses. Sans compter les “faits” issus de la seule mémoire de l’auteur, d’autant plus sûrs que celui-ci précise : “Tu n’as pas besoin de vérifier cela, je suis certain que c’est vrai” » (Traduction de l’auteur).

13 [En ligne]. http://pandoors.org. Page consultée le 7 novembre 2017.

14 « En fait, le paradigme de la production de contenu est passé d’un modèle dominé par la médiation et le filtrage à un autre où virtuellement chacun peut produire du contenu. Les médias sociaux et les micro-blogues ont grandement changé notre manière d’accéder à l’information et de former nos opinions. La communication est devenue plus personnelle, à la fois dans la confection des messages et dans leur partage dans les médias sociaux » (Traduction de l’auteur).

15 « Ce résultat montre que les étudiants peuvent davantage focaliser sur le contenu des médias sociaux que sur leurs sources […]. Bien qu’ils soient à l’aise avec les médias sociaux, de nombreux étudiants ne sont pas au courant des principes de base permettant d’avoir une information numérique fiable […]. Nos “natifs numériques” peuvent naviguer entre Facebook et Twitter tout en téléchargeant un selfie sur Instagram et envoyer un texto à un ami. Mais quand il faut évaluer une information à travers les canaux des médias sociaux, ils sont facilement dupés » (Traduction de l’auteur).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Char, « Anatomie des fausses nouvelles dans le cyberespace », Communication [En ligne], vol. 35/2 | 2018, mis en ligne le 30 novembre 2018, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/communication/7966 ; DOI : 10.4000/communication.7966

Haut de page

Auteur

Antoine Char

Antoine Char est professeur à l’École des médias, Université du Québec à Montréal. Courriel : char.antoine@uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals