Navigation – Plan du site
Lectures

François RIC et Dominique MULLER (2017), La cognition sociale

Grenoble, Presses universitaires de Grenoble
Maxime Boucher
Référence(s) :

François RIC et Dominique MULLER (2017), La cognition sociale, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble

Texte intégral

1L’étude des productions de l’esprit humain, telles que les croyances et les représentations, appartient à la cognition sociale, qui s’inscrit dans le champ de la psychologie sociale tout en possédant ses caractéristiques propres. L’approche de la cognition sociale se caractérise par une volonté d’étudier le traitement des informations qui proviennent de l’environnement social et des comportements sociaux des individus, en portant une attention particulière aux processus et aux productions cognitives des individus. Les auteurs retiennent la définition de la cognition sociale que proposent notamment Herbert Bless, Klaus Fiedler et Fritz Strack (2004) ainsi que Susan Fiske et Shelley E. Taylor (2008), à savoir que les productions cognitives sont le résultat de processus psychologiques par « lesquels les gens donnent du sens à eux-mêmes, aux autres, au monde qui les entoure, ainsi qu’aux conséquences de ces pensées sur le comportement social » (p. 7).

2François Ric et Dominique Muller proposent dans leur ouvrage une synthèse et une relecture critique des concepts-clés et des notions incontournables de la cognition sociale. En abordant plusieurs modèles théoriques, des précurseurs aux contemporains, dans une volonté de présenter la continuité et non les ruptures entre les modèles, ils s’attachent à montrer les contributions et les lacunes pour chacun d’eux. La volonté des deux auteurs est de s’en tenir à une présentation des notions de base, des concepts-clés et des domaines spécifiques de la cognition sociale, en évitant d’emprunter un niveau d’analyse trop près des neurosciences sociales ou relevant de l’influence de la culture sur les processus cognitifs. Les auteurs mettent ainsi l’accent sur le fonctionnement social des individus, autant sur le plan perceptif et attentionnel que cognitif, qui médiatise le lien entre les situations et les comportements des individus, au travers des façons dont ils perçoivent et se représentent celles-ci.

3L’ouvrage, dans sa forme, demeure assez classique. Sa lecture est facilitée par une progression des notions qui sont abordées. La section introductive permet de situer le lecteur par rapport à la définition ainsi qu’aux notions et aux concepts-clés de la cognition sociale. Ces notions et concepts sont abordés tout au long de la lecture, tout en étant discutés à travers différentes dimensions de la cognition sociale, qu’il s’agisse par exemple de la relation des individus à leur environnement social, de leurs façons de percevoir et de se comporter par rapport à celui-ci ou encore au travers de la relation entre les émotions et la cognition sociale.

4Le premier chapitre permet de mieux comprendre l’insertion de la cognition sociale dans le champ de la psychologie sociale, dont elle est devenue une branche majeure, en élucidant quelques-unes de ses spécificités. Les auteurs présentent dans cette section les caractéristiques et les spécificités de la cognition sociale afin de déterminer l’autonomie relative de la cognition sociale par rapport à la psychologie sociale et à la psychologie cognitive. Pour ce faire, ils présentent successivement les caractéristiques qui font consensus au sein de la discipline, à savoir que les chercheurs s’intéressent au comportement social des individus, qu’ils essaient de comprendre les processus cognitifs qui sous-tendent ce comportement et qu’ils portent enfin un intérêt particulier aux productions cognitives des individus, telles que les pensées, les croyances, les jugements, les représentations et les émotions, qui constituent notamment des objets d’étude de la cognition sociale (p. 8).

5Le deuxième chapitre est consacré aux notions de base, aux concepts fondamentaux, aux modèles précurseurs ainsi qu’aux modèles plus récents de la cognition sociale. On y apprend que les processus cognitifs qui accompagnent les modes de traitement de l’information ont été classés en deux grandes familles. Ce sont les modèles duaux qui mettraient en relief l’idée que l’individu traite l’information en fonction des situations qui se présentent à lui. L’information provenant d’une situation ou d’un environnement composé d’objets serait donc traitée de manière automatique, par association, par intuition, en procédant par des raccourcis de traitement de l’information. L’information pourrait également être traitée de manière plus contrôlée, plus rationnelle, à partir d’un traitement systématique de l’information. Selon cette logique, ce sont les modèles duaux qui permettraient de montrer comment l’individu bascule d’un traitement de l’information à l’autre en fonction de différentes variables telles que la motivation, les ressources, voire l’état affectif.

6Dans le troisième chapitre, les auteurs discutent les manières d’appréhender et de percevoir le monde physique et social. Ils indiquent que la façon dont nous percevons notre environnement physique et social est en grande partie tributaire de nos organes sensoriels, mais aussi de l’information disponible, du lieu en tant que tel et des objets sur lesquels notre attention sera portée, tout comme de la façon dont nous intégrons l’information. Les auteurs reprennent ici les concepts de catégorie et de schéma. Alors que le premier renvoie à l’activité de classification des attributs observables chez une autre personne par exemple, le second fait référence à l’organisation structurée des connaissances qui nous permettent de savoir ce qui se passe ou à quoi renvoie une situation. Les auteurs proposent d’ailleurs l’exemple suivant pour illustrer leur propos :

après avoir catégorisé cette personne comme étant un policier et après avoir catégorisé notre situation d’interaction comme une situation d’arrestation à la suite d’une infraction, nous utilisons nos schémas pour comprendre et anticiper ce qui se passe, mais également pour agir de manière adéquate (p. 28).

7Il en ressort comme principal constat que « la perception sociale est construite et que cette construction n’est pas neutre : les éléments sociaux guident l’attention, la mémorisation et le jugement, que cela concerne l’environnement, autrui et soi, souvent au service du système social ou du soi » (p. 75).

8Le quatrième chapitre poursuit en quelque sorte la discussion amorcée sur l’environnement social, en mettant cette fois-ci l’accent sur les façons dont l’environnement social nous expose à toutes sortes d’informations, guide nos comportements et influence nos performances. L’objectif est de montrer comment l’effet des informations fournies par l’environnement social est souvent négligé, ce qui permet de montrer qu’il n’y a jamais de libre arbitre pour l’individu et que c’est plutôt l’environnement social qui détermine la façon dont nous agissons (p. 98).

9Le cinquième chapitre traite du rôle des processus cognitifs et sociocognitifs dans l’émergence et l’intensité de l’expérience émotive ainsi que du rôle que jouent les émotions dans la cognition sociale. Il s’agit alors de comprendre que les émotions dans le contexte de l’ouvrage renvoient « à des patterns de perception, d’expérience, de physiologie, d’actions et de communication de courte durée qui surviennent en réponse à des opportunités ou des challenges physiques ou sociaux spécifiques » (Keltner et Gross, 1999, cité p. 101). Les émotions, comme le suggèrent les différents travaux qui sont présentés dans ce chapitre, jouent un rôle important sur le plan de la pensée, du jugement et du comportement des individus.

10L’ouvrage se conclut sur une courte synthèse de ce qui a été couvert dans les cinq chapitres, en abordant brièvement le fait que la cognition sociale demeure une approche pouvant être mobilisée dans des domaines très variés tels que les relations intergroupes, les décisions politiques, les décisions économiques et la santé.

11À l’issue de ce qui est présenté dans les cinq chapitres, les auteurs soulignent que le champ de la cognition sociale est bien plus vaste que ce qu’il a été possible de couvrir dans leur ouvrage. Dans un survol des différents courants emblématiques de la cognition sociale, on s’aperçoit que l’ouvrage ne permet pas toujours de comprendre toutes les subtilités de chacun des modèles qui sont présentés. Il n’en demeure pas moins que le résultat est intéressant puisque l’ouvrage, par son format synthétique, s’en tient aux éléments essentiels sans perdre en nuance ni en clarté. Ainsi, puisqu’il s’agit avant tout d’un travail de synthèse, voire d’un aperçu des principaux thèmes, notions et modèles de la cognition sociale, les auteurs se sont tenus à une organisation classique et structurée de leur ouvrage. Les cinq courts chapitres de La cognition sociale guident dès lors efficacement le lecteur vers différents aspects centraux de la cognition sociale, en prenant toujours soin d’éviter une surenchère théorique qui viendrait alourdir la discussion. Au contraire, les auteurs multiplient les exemples, les reprennent à différents endroits dans l’ouvrage, les accompagnant de représentations schématiques, ce qui rend le propos plus concret. Bien que les auteurs choisissent délibérément de restreindre leur lecture à une perspective relativement classique de la cognition sociale, ils proposent une ouverture intéressante sur des travaux récents, des courants de recherche foisonnants des dernières années et des perspectives théoriques et empiriques novatrices.

12Rappelons enfin que l’ouvrage de Ric et Muller ne prétend pas à une lecture exhaustive de tous les objets et de tous les thèmes que couvre la cognition sociale. Les auteurs s’en tiennent à une poignée de notions et de concepts phares de la cognition sociale, à partir desquels ils déploient un ensemble de travaux et de références sur lequel ils s’appuient. Conséquemment, leur ouvrage se trouve à mi-chemin entre un ouvrage pédagogique et introductif à la cognition sociale et un ouvrage de référence — comme en témoigne l’imposante bibliographie —, puisqu’il couvre plusieurs travaux dans le champ de la psychologie sociale tout en portant une attention particulière aux travaux en cognition sociale.

Haut de page

Bibliographie

BLESS, Herbert, FIEDLER, Klaus et Fritz STRACK (2004), Social Cognition: How Individuals Construct Social Reality, New York, Psychology Press.

FISKE, Susan T. et Shelley E. TAYLOR (2008), Social Cognition: From Brains to Culture, Londres, Sage.

KELTNER, Dacher et James J. GROSS (1999), « Functional accounts of emotions », Cognition and Emotion, 13 : 467-480.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Boucher, « François RIC et Dominique MULLER (2017), La cognition sociale », Communication [En ligne], vol. 35/2 | 2018, mis en ligne le 30 novembre 2018, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/communication/8169

Haut de page

Auteur

Maxime Boucher

Maxime Boucher est doctorant au programme d’études urbaines, Institut national de la recherche scientifique, centre INRS-Urbanisation, culture et société (Québec). Courriel : maxime.boucher@ucs.inrs.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals