Navigation – Plan du site
Articles

Participation politique en ligne et transformation des pratiques journalistiques en Afrique subsaharienne à l’ère des espaces socionumériques

Honoré Kahi

Résumés

L’objectif du présent article est d’analyser la manière dont les acteurs sociaux investissent les médias socionumériques pour orienter l’opinion publique et agir sur la réalité sociale. L’auteur a choisi 25 actants-répondants ivoiriens de 30 à 35 ans qui s’investissent sur les pages Facebook, fréquentent les blogues et participent aux forums de discussion. La collecte des données s’est faite au moyen de l’analyse documentaire et de l’entretien. Comme corpus, l’auteur a analysé deux blogues et deux forums de discussion de Côte d’Ivoire, un blogue et un forum du Burkina Faso ainsi qu’un blogue et un forum de la République démocratique du Congo.

Haut de page

Texte intégral

1En Afrique francophone subsaharienne, le Web, en ses composantes interactives et participatives, bénéficie d’une progression rapide, même si son taux de pénétration est encore très disparate. Les outils du Web social potentialisent toute une multitude d’utilisateurs ; les journalistes professionnels et le public amateur surtout s’approprient les possibilités offertes, innovent en matière de production de l’information, accroissent leurs compétences de traitement, de diffusion et définissent de nouveaux territoires, reconfigurant ainsi la carte du journalisme (Le Champion, 2012). Le Web n’a donc pas seulement redistribué des compétences médiatiques, il a également mis à disposition de nouvelles possibilités, comme le soulignent François Soulages et Gilles Rouet :

[…] les consommateurs-citoyens développent des usages sociaux avec ordinateurs connectés, téléphones portables, télévisions interactives : autant d’évolutions technologiques qui permettent de nouvelles pratiques […] ; de nouvelles formes d’éditorialisation apparaissent, car l’interactivité des contenus provoque un éclatement de la notion traditionnelle d’auteur, et donc d’autorité, au niveau des arts, du travail scientifique et du journalisme (2012 : 240).

2Ainsi la participation citoyenne en ligne s’est-elle illustrée par la possibilité pour toute source d’information d’être son propre diffuseur de textes, d’images et de vidéos. Ces pratiques en ligne se font au moyen des dispositifs sociotechniques sur lesquels sont publiées des types de productions scripturales qui transforment les pratiques journalistiques usuelles propres au journalisme d’information. Parmi les aspects qui caractérisent cette transformation, Arce Tacyana et Salgado Tiago (2016) en retiennent principalement trois : i) l’épuisement du modèle fondé sur l’intermédiation entre consommateurs de nouvelles et les annonceurs ; ii) l’inexistence d’une identité journalistique capable de se promouvoir comme porte-parole autorisé et crédible des événements de la vie réelle ; iii) l’absence de l’écho, dans les réalités de rédaction, d’une déontologie collective régie par les valeurs de neutralité et d’impartialité.

3En somme, toutes ces études s’entendent sur la transformation des pratiques journalistiques et la participation politique liée aux espaces socionumériques dont l’appropriation s’est traduite par la construction d’un espace public numérique, de lieux symboliques de protestation ou de combat et dans certains cas d’occupation de lieux publics physiques (Zlitni et Liénart, 2013). C’est cette similarité de vue qui fonde notre question de recherche ainsi formulée : quels sont les types de productions scripturales mobilisées sur les dispositifs sociotechniques en lien avec la mobilisation politique en ligne et qui transforment les pratiques du journalisme informatif ? Au regard de cette préoccupation, l’objectif du présent article est d’analyser la manière dont les acteurs sociaux investissent les nouveaux espaces publics pour orienter l’opinion publique et agir sur la réalité sociale. Il s’agit pour nous d’explorer les espaces socionumériques comme espaces légitimes de participation politique en vue de décrire les pratiques d’écriture ou les nouvelles formes d’écriture et de narration et autres investissements graphiques qui font sens. Par ailleurs, cette analyse permettra de montrer comment la redistribution des compétences médiatiques transforme les pratiques journalistiques.

4En nous fondant sur cet ancrage théorique et eu égard au contexte susmentionné, nous formulons l’hypothèse selon laquelle la participation politique en ligne à l’ère du Web social se traduit par la production et l’échange d’informations sous forme de textes, d’images, de vidéos sur les espaces socionumériques. Ces espaces offrent différentes possibilités d’écriture dans divers registres en usage dans le journalisme citoyen ou le journalisme militant. Cette étude analyse donc les productions des contributeurs sur les blogues, les microblogues, les forums de discussion, éléments transformateurs des pratiques du journalisme d’information.

5Les données obtenues ont permis d’organiser la réflexion en trois sections. La première section expose les définitions catégorielles et terminologiques pour un meilleur éclairage de notre étude. La deuxième section explicite les stratégies retenues pour la méthodologie de recherche. La troisième section présente et discute les résultats relatifs aux types de transformations qui caractérisent les pratiques journalistiques ainsi que les nouvelles formes d’écriture.

Définitions catégorielles et terminologiques

6Le champ d’emploi de chaque terme est si vaste — comme en témoigne la littérature scientifique — que nous avons décidé de les associer, pour en retenir l’essentiel.

Participation politique

7La participation politique désigne « l’ensemble des activités d’ordre politique que peuvent avoir les individus au sein d’une société » (Braud, 2016 : 395). Idéalement, elle renvoie à l’exercice d’une citoyenneté dynamique et réfléchie. La participation politique englobe aussi d’autres types d’actions comme la participation conventionnelle (cadre légal) ou la participation non conventionnelle (en marge de la légalité). Philippe Braud ajoute que la participation politique est l’« ensemble des activités individuelles, susceptibles de donner aux gouvernés une influence sur le fonctionnement du système politique » (id.). Les actions du système politique ou des gouvernants font l’objet de nouvelles formes de contrôle qui renouvellent la participation politique, qui n’est plus envisagée selon une conception restreinte, car elle s’enrichit de nouvelles dimensions par le truchement des médias sociaux.

8Dans la présente étude, nous nous attachons au fait que les médias sociaux font apparaître de nouvelles formes de participation, comme le soulignent Thierry Giasson, Cyntia Darisse et Vincent Raynauld :

[…] ces nouveaux outils participatifs de communication politique tels les blogues, les réseaux sociaux (Facebook, Google+), les sites de partage de fichiers (YouTube, Dailymotion, Flickr) ou de microblogage (Twitter, Tumblr) auraient contribué à la démocratisation de la sphère publique en réduisant les inégalités entre les acteurs désirant participer à la vie démocratique de leur nation (2013 : 4).

9Le Web social change donc les formes d’engagement et de participation ainsi que les modalités de mobilisation militantes en ligne et hors ligne. Dans ce contexte, la participation et l’engagement politiques s’individualisent et se font en dehors des cadres physiques et sociaux habituels. « Les blogueurs conçoivent la rédaction et la diffusion de leurs contributions comme une nouvelle forme de participation et d’engagement politique » (ibid. : 22).

10Ces pratiques de participation sont en tension avec les axes suivants du journalisme citoyen : penser, agir et débattre, qui renvoient respectivement à stimuler l’esprit critique des lecteurs, les inciter à l’action et contribuer au débat public démocratique (Kalouguine et Merlant, 2017 : 21). Dans cette optique, nous recourons aux trois fonctions contre-démocratiques de Pierre Rosanvallon (2006) que sont les activités de surveillance, de jugement et d’empêchement pour expliciter les formes de participation en ligne. La fonction de surveillance renvoie à la vigilance citoyenne, à la dénonciation d’abus de la part des autorités politiques et à l’évaluation de leurs actions. La fonction de jugement se traduit sur Internet par la tenue permanente d’un véritable tribunal de l’opinion, notamment à travers des pratiques de publication (retweet, partage de commentaires, likes, partage de vidéos et de photos) pour exprimer son sentiment d’indignation ou sa désapprobation. Quant à la fonction d’empêchement, elle désigne une activité qui vise à rendre nulle et non avenue une décision politique, à éviter la règle ou à la contourner (ibid. : 75). Ces trois fonctions sont retenues comme formes de participation en ligne pour cette étude. Ainsi le recours aux publications en ligne est-il l’une des formes visibles de la surveillance, du jugement et de l’empêchement en lien avec l’action citoyenne. La participation politique en ligne met la communication au centre du débat pour opérationnaliser les trois fonctions contre-démocratiques.

11Soulignons par ailleurs que les acteurs au centre des activités de communication numérique écrite qui prévalent dans un tel contexte recourent à de nouvelles formes d’écriture et de narration qui transforment les pratiques journalistiques.

Transformation des pratiques journalistiques

12Synonyme de modification, de changement, de mutation et de renouvellement des pratiques, la transformation du journalisme peut être considérée comme une « crise paradigmatique » induite par un changement social profond doublé par la disparition des règles professionnelles de production du discours journalistique (Brin, Charron et de Bonville, 2004). Les aspects ou les paramètres importants sont les modèles structurels usités et les pratiques en lien avec le texte journalistique : la nature sémiotique des contenus et leurs caractéristiques linguistiques. Il s’agit donc d’une transformation remarquable et durable. Par ailleurs, elle porte sur l’extension des territoires du journalisme, les compétences nouvelles et la redéfinition identitaire du fait des dispositifs numériques.

13Dans cette étude, la transformation des pratiques journalistiques s’entend comme la transformation du modèle structurel usité et la transformation des modes de production scripturale.

14La transformation du modèle structurel usité s’est traduite par l’épuisement du modèle fondé sur l’intermédiation entre consommateurs de nouvelles et les annonceurs, par l’inexistence d’une identité journalistique capable de se promouvoir comme porte-parole autorisé et crédible des événements de la vie réelle et, enfin, par l’absence de l’écho, dans les réalités de rédaction, d’une déontologie collective régie par les valeurs de neutralité et d’impartialité (Tiago et Tacyana, op. cit.). Ces aspects illustrent une crise de l’idéologie qui définit le journalisme : prendre position entre les événements du monde et les citoyens.

15Les modes de production scripturale, qui prévalent dans les pratiques de rédaction en cours sur les réseaux sociaux numériques au regard des genres journalistiques, privilégient les tweets, les investissements graphiques, les photos, les vidéos, les articles des blogues, les commentaires et les clics « j’aime » ou « like ».

16Le type de journalisme concerné par cette étude est le journalisme « participatif » ou « citoyen » entendu au sens de « l’action par laquelle un citoyen, un groupe de citoyens, joue un rôle actif dans le processus de collecte, de communication, d’analyse et de diffusion de nouvelles et d’information » (Hermida, 2012 : 116-117). Les néologismes comme « journalisme ordinaire » ou « journalisme participatif », « contenu généré par les utilisateurs » sont des expressions qui renvoient toutes à « l’intervention de non-professionnels dans la production et la diffusion d’information sur le net » (ibid. : 116).

Espaces socionumériques

17L’expression espaces socionumériques renvoie ici aux médias sociaux. Selon Serge Proulx, Mélanie Milette et Lorna Heaton,

[l]es médias sociaux recouvrent un monde assez vaste de dispositifs et d’applications : plateformes collaboratives (wikipédia), blogs et microblogues (Twitter), communautés en ligne d’échange de contenus (YouTube), sites de réseaux socionumériques (Facebook, LinkedIn), jeux en ligne (Word of Warcraft), mondes immersifs (Second Life), etc. (2011 : 14).

18Ces dispositifs participatifs nouveaux deviennent progressivement le socle du paysage médiatique. Les apports des nouveaux médias ont trait aux contenus rendus visibles à tous, à l’espace d’expression offert et au système de partage de contenus. Ces outils offrent donc aux citoyens l’accès à des tribunes d’expression dans des zones géographiques où règne une relative liberté de presse. Les dispositifs sociotechniques rendent également possibles les prises de parole et l’individuation des formes de participation citoyenne en ligne.

19Dans le présent article, les termes espaces socionumériques renvoient aux dispositifs sociotechniques, essentiellement les blogues, les microblogues et les forums de discussion. Ces dispositifs sont utilisés pour interagir en ligne à travers des activités collectives liées aux enjeux socioculturels. Les manifestations politiques mentionnées dans l’article et celles non citées démontrent le « rôle de chambre d’écho » (Coutant, 2014 : 274) des médias socionumériques. Ces dispositifs ont ainsi bouleversé le paysage médiatique traditionnel pour ce qui est des initiatives citoyennes et l’action militante.

20Après avoir clarifié le champ sémantique des expressions clés de notre étude, nous explicitons ci-après les axes stratégiques de l’approche méthodologique utilisée.

Approches méthodologiques

Sélection des participants et du corpus

21La méthode utilisée pour la sélection des participants est la technique d’échantillonnage en boule de neige qui consiste à « opérer un contact initial avec des informateurs clés, qui pointent à leur tour vers des cas riches en information » (Pickard, Branco et Kidd, 2006 : 65). Ces informateurs clés sont les animateurs des groupes de cyberactivistes et les gestionnaires des télécentres (cybercafés). Ils nous ont dirigé vers d’autres répondants. Nous avons donc retenu des actants-répondants qui ont accès à Internet et dont l’âge moyen est compris entre 30 et 35 ans. Leurs profils d’utilisateur montrent qu’ils s’investissent sur les pages Facebook (300 amis), fréquentent les blogues et participent aux forums de discussion (login d’adhésion). Un quota de 25 cyberactivistes — considérés comme cas riches en information, ceux dont on peut apprendre beaucoup sur la participation en ligne et sur les modes de communication numérique — a été choisi en Côte d’Ivoire. La même technique a été utilisée pour constituer un échantillon composé de journalistes de la presse écrite locale ; ceux-ci peuvent exprimer une diversité d’opinions significative sur les nouvelles pratiques transformatrices du journalisme. Dans leur cas, le principe de saturation empirique (O’Reilly et Parker, 2013) a été utilisé.

22Par ailleurs, nous avons eu recours aux blogues et forums de discussion qui possèdent les caractéristiques du journalisme citoyen ou du journalisme militant. Ainsi avons-nous choisi comme base empirique les espaces les plus fréquentés pour les quatre pays : le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Congo-Brazzaville et la République démocratique du Congo (RD Congo) ; soit deux pays au-dessus de l’équateur et deux autres presque en dessous, s’inscrivant tous dans des contextes sociopolitiques similaires. En outre, trois blogues et trois forums de discussion ont été sélectionnés comme matière première pour fournir les données constitutives du corpus à analyser : un blogue, sa page Facebook et sa page Twitter correspondantes aussi bien pour le Burkina Faso que pour le RD Congo et le Congo-Brazzaville ; deux blogues, leurs pages Facebook et leurs pages Twitter correspondantes pour la Côte d’Ivoire. Nous avons également retenu un forum de discussion par pays. Ces dispositifs sociotechniques sont les sources du corpus avec des contenus de nature sémiotique et linguistique. Une partie de ce corpus est constituée d’archives en ligne répertoriées après la bibliographie de la présente étude.

Collecte des données

23La collecte des données s’est faite au moyen de trois stratégies : l’observation ethnographique sur le Web (Barats, 2013), l’entretien semi-directif et l’entrevue de groupe focalisé (Geoffrion, 2009 ; Touré, 2010). La première renvoie à la consultation des blogues et des forums de discussion en vue d’explorer les types d’écriture mobilisés. Pour ce faire, nous avons créé un compte pour nous abonner à des blogues citoyens, ce qui a rendu possibles l’obtention de nombreux contacts et une immersion totale dans l’univers des répondants. Nous avons ensuite eu recours à une observation participative, ce qui a permis des échanges intenses avec des correspondants de presse en ligne sur 18 mois. Pendant cette période, nous avons suivi par tranche de six mois les activités en ligne des preneurs de parole, lors des mobilisations collectives ayant émaillé les moments de modification de la Constitution (dans certains cas) et d’élection (dans d’autres cas).

24L’entrevue semi-directive s’est déroulée dans un premier temps avec les correspondants locaux de la presse écrite ; des questions ouvertes du guide d’entretien ont permis d’obtenir des réponses approfondies et d’expliciter leur perception des nouvelles pratiques journalistiques. Les axes des entrevues portent sur les interactions dans les espaces socionumériques et les modes d’expression dans les écrits en ligne. Dans un second temps, les entrevues ont été conduites auprès des cyberactivistes aux fins de description de leurs pratiques de publication en ligne (ce qu’ils pensent, rédigent) tout en portant une attention à la signification aux formats d’écriture. Le but est d’arriver à une compréhension approfondie des pratiques de publications en ligne.

25La troisième étape est une entrevue de groupe ou groupe focalisé avec les correspondants volontaires de la presse écrite locale. Le principe essentiel consiste en une interaction entre les participants comme moyen de collecte (Baribeau et Germain, 2010) pour répertorier des opinions sur les pratiques d’écriture en ligne. Nous avons donc organisé des rencontres avec cinq groupes restreints (quatre personnes par groupe) avec lesquels des discussions ont été conduites autour des nouvelles pratiques journalistiques en ligne. Les interactions entre participants ont permis de recueillir des avis sur les différents formats d’écriture en cours dans le journalisme citoyen et militant.

Démarche d’analyse des données

26Les informations recueillies (verbatim d’entretien et corpus issus des espaces socionumériques) ont fait l’objet d’une analyse de contenu (Bardin, 2007 ; Mucchielli, 2006). Nous avons différencié les contenus produits en fonction des énonciateurs (citoyen quelconque, groupes informels, contributeur expert) et de leur ancrage géographique (pays). Les contenus diffusés ont été évalués en fonction de leurs visées : contenus informationnels, contenus militants et contenus du type universitaire. Les catégories de données retenues sont les investissements graphiques qui font sens, les photos, les articles des blogues ainsi que les divers types de commentaires. Les deux stratégies d’analyse utilisées renvoient respectivement aux « strates et méthodes d’analyse d’un site web » (Rouquette, 2009) et au « modèle d’analyse de discours de presse » de Roselyne Ringoot (2014). Les lignes directrices choisies pour mener cette étude sont la morphologie et les effets de sens, la polyphonie des contenus ainsi que les formes de participation. Le critère qui a conditionné le choix des données a été la référence aux projets de révision de la Constitution dans chacun des pays retenus comme champ géographique d’étude. Les référents empiriques ou observables analysés sont, dans un premier temps, les catégories d’espaces socionumériques en usage dans les pays retenus. Ensuite, nous avons explicité les étiquettes d’anonymat en lien avec leurs non-dits, le langage et le ton des preneurs de parole en ligne. Enfin, sont analysés les contenus des tweets, les publications et les clics « j’aime » ou « like » aux fins de comparaison avec les genres journalistiques usuels.

Transformations des pratiques journalistiques

27Ces transformations concernent, dans un premier temps, les logiques en tension avec les nouveaux acteurs et, dans un second temps, les nouveaux discours et pratiques liés.

Logiques liées aux nouveaux acteurs

28Ces logiques renvoient aux aspects qui caractérisent la transformation journalistique. Il s’agit, entre autres, de l’épuisement du modèle fondé sur l’intermédiation, de l’inexistence d’une identité journalistique et de l’absence d’une déontologie collective.

L’épuisement du modèle fondé sur l’intermédiation

29L’ampleur de ce phénomène est très perceptible dans plusieurs pays en Afrique, outre ceux retenus pour constituer l’échantillon d’étude. En Côte d’Ivoire par exemple, le nombre de blogues et autres espaces socionumériques — citoyens ou d’informations générales — a augmenté. L’annuaire des blogues (civblog)1 dans ce pays mentionne 14 catégories de blogues, allant des blogues d’actualité aux blogues de sport en passant par les blogues citoyens. Il va sans dire que chaque catégorie contient plusieurs blogues fonctionnels. Nous en dénombrons huit parmi les plus fréquentés, en plus de deux forums de discussion : Le Banco.net2 ; GTjeunes.wordpress.com3 et sa page twitter4 ; Resistanceisrael5 et sa page twitter6 ; Rue225.com7.

30Chaque blogue est au moins lié à une page Facebook et à un compte Twitter. Ces espaces citoyens ont été et sont actifs pendant les diverses périodes de crises sociales (grèves, calamités) et politiques (refus de modification de la Constitution par exemple).

31Les activités intenses d’échange sur les deux forums Abidjan.net8 et Abidjantalk9 sont, à n’en point douter, révélatrices d’intermédiation en dehors des médias traditionnels. Force a été de constater que les discussions sur ces deux forums étaient fortement animées pendant les périodes de crise, « des citoyens montrant ainsi qu’ils étaient soucieux de participer aux débats publics, à la co-construction et à la diffusion de l’information selon leur sensibilité politique » (Nodjon, 2015 : 325). Par ailleurs, ces blogues permettent aux populations d’être informées en plus de leur offrir un espace de débat et de discussion sur des problèmes majeurs de fonctionnement des systèmes politiques.

32Lacina Kaboré (2016 : 575) mentionne qu’au Burkina Faso, plus de 14 titres ont été créés pour la libre expression des idées et des opinions. La production des internautes a augmenté sur les forums. Ces groupes ont des pages Facebook. Simplice Hien (2015) et Lacina Kaboré (op. cit.) citent les exemples suivants : Compaoré doit partir10 ; Non au sénat11 ; Touche pas à mon article3712 ; Collectif Blaise Compaore dégage13 ; Balai citoyen14 et sa page twitter15.

33Il faut mentionner le fasonet16 — le forum le plus animé pendant les différentes crises — et sa page Twitter très active.

34Aux deux Congo (Congo-Brazzaville et RD Congo), les espaces sociaux numériques les plus visités sont les suivants : Ras-le-bol17 ; Lucha18 et sa page twitter19 ; Filimbi20 ; Cpage forum21.

35Ces producteurs ont pour objectif d’avoir le plus grand nombre possible de lecteurs de leurs blogues et le plus grand nombre possible d’amis sur leurs pages Facebook et d’abonnés à leurs tweets.

36Il ressort de ce qui précède que, hors la passivité ou l’intensité dans l’activité au sein de l’espace de débat démocratique, l’action des intermédiaires multiples contribue à l’épuisement du modèle économique du journalisme et par ricochet, à la transformation des pratiques journalistiques à ce chapitre. Somme toute, citoyens et nouveaux médias transforment le rapport à la production de l’information comme à sa diffusion, modifiant ainsi le processus d’intermédiation traditionnel. Ce qui apparaît nouveau ici est surtout la dé-médiation des organes de presse facilitée par le numérique (Assogba, 2016 : 498).

Repositionnement de l’identité journalistique

37L’intervention d’autres producteurs de contenu dans l’intermédiation entre annonceurs et consommateurs de nouvelles pose le problème de l’identité du journaliste. Ces intermédiaires s’octroient la capacité de se promouvoir comme porte-parole autorisé et crédible des événements de la vie réelle.

38Dans l’ensemble des pays retenus, sur les forums, les blogues et les pages Facebook les plus fréquentés, il y a une multiplicité de producteurs de contenu qui agissent sous le couvert de pseudonymes. En Côte d’Ivoire, au nombre des preneurs de parole réguliers sur les forums, on trouve une diversité de pseudos dont la liste suivante est non exhaustive : Patriote, Eburnéenne3, Yafohi, Tchacoto, Tipa, Djipa, Zapayoro, Mohamed, Eve, Sam kehi, Josy, Dko, Dwart, Shlomit, Observateur africain. Au Burkina Faso également, on observe sur le forum lefaso.net des pseudos d’une infinie variété. Nous en mentionnons quelques-uns : Révolté, L’intrépide, Konzoé nifou, Le conscient, Dignité, L’éclairé, Soyons intègres, Rapous-wendé, Ratsiida, Sidboada, Sida, Sing, Fasoden, Afrique juste, Le visionnaire, Le bas peuple, Peuple fort. Sur cpage forums du Congo, aux rubriques « Grands débats » ou « Forum public », on rencontre Hanniba, Etoko, Infiltré, Gnoka, Djess, Miaou

39Ces preneurs de parole se sont désignés pour être des contributeurs en ligne au même titre que les journalistes : construire un débat public pour inciter à l’action sur la base de l’éveil de l’esprit critique. Ils font dire qu’« on peut élargir la notion d’information citoyenne à toutes les pratiques de “co-production” entre professionnels de l’information d’un côté, et simples citoyens et acteurs sociaux, de l’autre » (Kalouguine et Merlant, op. cit. : 21). Les publics amateurs retirent ainsi le monopole aux journalistes, qui ne sont plus les seuls historiens du temps présent : « […] les citoyens se donnent un rôle qu’ils ne pouvaient exercer que très difficilement auparavant ; ils rectifient, critiquent, complètent, alertent » (Bulso, Mandrou-Macian et Budson, 2015 : 8). Il est dès lors difficile d’ignorer la démarche citoyenne de l’individu qui raconte un événement auquel il a assisté, se transformant ainsi en coproducteur de l’information. De fait, le citoyen devient média et se veut journaliste (ibid.) ; c’est la remise en cause du journaliste selon ces deux slogans respectivement émis par Indymedia et Ohmynews : « ne déteste pas les médias, deviens média » ; « chaque citoyen est un journaliste » (Cardon, 2010 : 38-39).

40La prise de parole par des personnes ordinaires dans l’espace public numérique autorise le passage de ces profanes au stade d’amateurs. Le fait que le nombre de ces preneurs de parole s’accroît « contribue à un changement d’ensemble des pratiques » (ibid. : 47) journalistiques. La société n’est donc plus représentée par ceux qui s’étaient désignés pour le faire (ibid.), c’est-à-dire ces professionnels qui se sont donné le droit de trier les informations qui devaient être rendues publiques. Finalement, l’identité du journaliste se trouve repositionnée ou même remise en cause.

Absence d’une déontologie collective

41Le dernier aspect parmi les trois à caractériser la crise de la médiation journalistique est l’absence de déontologie et d’éthique en matière de contrat social visant la recherche et la publication de la vérité ainsi que le respect de la personne.

42Pendant les périodes de crise liées aux projets de modification de la Constitution au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire et aux deux Congo, la question des contributeurs en ligne s’est posée : fiabilité de l’information, circulation de la rumeur… À ce sujet, Kaboré rapporte que

quelques jours après le désarmement du régiment de sécurité présidentiel (RSP) suite au putsch avorté du 16 septembre 2015, Basic Soul a publié sur son mur Facebook un écrit à travers lequel il désignait Jean Baptiste Natama comme éventuel Premier ministre de ce régime. Le domicile de ce dernier a été saccagé, puis incendié (op. cit. : 579).

43Ces cas, même s’ils diffèrent dans la forme d’un pays à un autre, sont légion, ce qui a incité les structures étatiques de régulation de l’information à se pencher sur cette question épineuse. Mais force est de constater que l’action de régulation des médias est restée controversée : « […] les problèmes classiques de régulation n’ont pas trouvé de solution ; il s’agit de la régulation de l’interactivité, des atteintes à la vie privée, de la violation du droit à l’image et du droit à l’oubli, etc. » (ibid. : 580). En Côte d’Ivoire, un même souci a conduit le Conseil national de la presse à inviter l’organe de régulation des journalistes de la presse numérique à plus d’organisation et de responsabilité22. Ces actions de régulation montrent que les changements véhiculés par Internet créent des dérives dans le journalisme participatif.

44L’étude des trois aspects montre que les pratiques journalistiques en lien avec le modèle économique, le positionnement de l’identité journalistique et la déontologie sont en cours de modification. Par ailleurs, les nouvelles écritures ou nouveaux types de production de ces preneurs de parole posent un problème de congruence avec les genres journalistiques.

Nouvelles pratiques et nouveaux formats

45Les nouvelles pratiques renvoient aux types de productions scripturales entendues au sens de contenus de nature linguistique et de contenus de nature sémiotique. Les référents empiriques observables appartenant à ces deux catégories et objets de notre étude sont les pseudonymes, les contenus des articles des blogues, les commentaires publiés, les investissements graphiques, les photos, les clics « j’aime » ou « like » ainsi que les tweets.

Pseudonymes : logiques de choix

  • 23 M. Brou de l'Agence ivoirienne de presse (AIP).
  • 24 M. Donisonguy alias LX de l'organe de presse Phénix

46En principe, les articles journalistiques sont signés du nom de la source, de l’auteur ou de l’agence de presse. Les preneurs de parole sur les forums et les blogues n’utilisent ni leurs noms propres ni les initiales de leurs noms, encore moins des noms de plume comme cela se fait dans le journalisme traditionnel. L’utilisation des noms propres, des initiales des noms est de rigueur dans les médias d’État et s’inscrit dans une logique de crédibilité et de responsabilité civile ; les noms de plume ont cours dans la presse privée (généralement adossée aux partis politiques en Afrique) et obéissent à la ligne éditoriale. Les journalistes de la presse écrite locale explicitent leur choix : « […] nous utilisons nos noms propres ou les initiales parce que les articles publiés engagent notre responsabilité ; les confrères de la presse privée et les amateurs en ligne préfèrent les noms de plume ou les pseudos »23. Ces derniers, quant à eux, soutiennent que « le pseudo est reconnu en Droit et accepté ; même si ce n’est pas une couverture totale contre les poursuites »24. Force est de constater que les pseudos sont courants sur les dispositifs sociotechniques et la plupart des sobriquets utilisés sont rattachés à des contextes sociopolitiques et culturels. Ainsi, sur les forums Abidjantalk, Abidjan.net et les blogues citoyens en Côte d’Ivoire, les usagers des forums adoptent des pseudos dont la morphosyntaxe montre qu’ils sont très évocateurs. Les pseudos comme Patriote (pour patrie ou patriotisme) et Eburnéenne (Eburnie est une désignation de la Côte d’Ivoire) montrent leur ancrage, leur rattachement à l’appartenance au pays. Quant à Zapayoro (le géant de la forêt qui incarne l’omnipotence et l’omniscience ; ici invulnérable au combat), Yafohi (Il n’y a rien ou je n’ai pas peur), Tchacoto (sous-corps, tenue de lutte renvoyant à « je suis prêt pour le combat »), Djipa (vin de palme très fermenté, qui saoule ; synonyme de violence, de force), ils illustrent la lutte et évoquent un contexte d’adversité. Certains traduisent une attitude distante et scrutatrice de la situation de crise politique et sociale : Gorgeprofonde (personne très discrète divulguant des informations à couper le souffle pendant la crise), Observateur africain (analyste très futé de la situation sociopolitique). Les articles liés à ces deux pseudos étaient consultés par un grand nombre de lecteurs. Nombre d’autres pseudos renvoient à des abréviations (Dko, Dwart) ou à un surnom familier (Mohamed, Eve, Sam, kehi, Josy, Shlomit) sans fournir au premier abord un sens particulier.

47Ces différents pseudos, puisés dans le trésor linguistique culturel local, ont permis aux amateurs en ligne d’orienter les lecteurs par des signatures particulières, localement adaptées.

48On observe sur le forum lefaso.net du Burkina Faso des pseudos d’une grande variété. Ils sont, pour certains, liés à la révolte (Révolté, l’intrépide, non_aux_yesmen) ou au refus de soumission (Le conscient, dignité, l’éclairé, soyons intègres). Empruntés au fonds linguistique de la langue locale — le mooré —, d’autres pseudos sont utilisés pour exprimer des formes de positionnement politique. On notera sur ce forum des pseudos divers : Rapoug-wendé (ne suis pas la honte), Ratsiida (je veux la vérité), Sidboada (celui qui cherche la vérité). Ils sont à base populaire (sida, sing) ou encore renvoient au contexte politique et social (Afrique juste, Le visionnaire, le bas peuple, peuple fort). Ces pseudos sont une forme de présentation de soi, une forme de signature qui non seulement orientent les lecteurs, mais constituent également une nouveauté dans les pratiques du journalisme d’information.

49Mentionnons enfin que sur cpage forums du Congo, aux rubriques « Grands débats » ou « Forum public », on rencontre les pseudos Hanniba, Etoko, Infiltré, Gnoka, Djess, Miaou… qui exposent les postures des contributeurs en ligne.

50Quel que soit le pays, les pseudos sont linguistiquement significatifs en ce sens qu’ils ont une visée particulière dans le contexte d’énonciation et de publicisation donné. Autrement dit, ces pseudos ont une signification spécifique déterminée par le contexte d’utilisation.

51De tels choix en matière de pseudos sont des actes symboliques de participation politique en ligne eu égard au contexte social et politique. Les journalistes interrogés sont unanimes à ce sujet ; ils donnent l’explication suivante : « Le pseudo n’est pas forcément une protection, il permet plus d’ouverture, il est même une identité stratégique, une opportunité, une fenêtre ouverte sur des types des lecteurs. » Ces lecteurs en ligne, par des pseudos, reconnaissent la qualité du contributeur et certains se reconnaissent en lui. En Côte d’Ivoire, les articles signés Zapayoro, Yafohi, Tchacoto, Djipa et Gorgeprofonde, par l’effet de sens que produisent ces pseudos, ont eu plus de lecteurs pendant les périodes de crise sociopolitique, car il y avait une congruence en représentation culturelle et sociale, partie liée avec la posture des contributeurs. C’est dire que, par cette panoplie des pseudonymes adoptés pour s’engager dans le débat sur l’espace public, la posture des internautes est reconnue et elle oriente les lecteurs.

52Ces choix individuels de pseudos sur les espaces publics numériques apportent un changement dans le système de signatures des informations qui est une exigence. Le recours aux pseudos — très significatifs dans leurs déclinaisons — est une mutation majeure apportée par le journalisme citoyen dans les pratiques journalistiques en ligne.

Formats des articles et des commentaires sur les espaces socionumériques

53Le journalisme informatif traditionnel construit son récit écrit en tenant compte des genres rédactionnels (Martin-Lagardette, 2009). On citera les genres objectivants (dépêche, brève, compte rendu, billet, nouvelle, etc.) et les modes de traitement subjectifs (reportage, interview, éditorial, chronique, etc.). Ces genres façonnent l’agencement du texte ; la pratique de la pyramide inversée en est l’exemple patent. Ce qui n’est pas toujours le cas dans le journalisme citoyen. Nous analysons ci-après la mise en mots des écritures par les preneurs de parole sur les dispositifs sociotechniques retenus dans le corpus.

54Les preneurs de parole écrivent directement en dehors de tout genre journalistique : écriture d’une langue non écrite, usage de plus d’une langue dans une même phrase… Cela s’observe sur la page Facebook de Luchardc où Juniormaboso Botembetume écrit : « Continuons à nous mobiliser to lemba te. Oyo e lekisi ndelo en tout cas c monsieur à aujourdhui montré que liwa nde azo zela. » Le commentaire est écrit dans trois langues ; c’est bien un mélange du français, de l’anglais et de la langue locale. Le public congolais, lui, aura saisi le sens du message, sauf l’internaute qui n’a aucune connaissance du lingala. Le contributeur le fait dans un même paragraphe de deux phrases : la première comprend le français, l’anglais et la langue locale ; la deuxième, la langue locale, le français et la langue locale. De plus, l’oral et l’écrit sont mêlés dans l’énoncé. Prendre la liberté d’utiliser trois langues à la fois place l’énoncé dans un registre non prescriptif. C’est un effet de sens qui est ainsi visé et, au-delà, un registre informel qui permet d’expliquer la gravité du contexte d’énonciation. Une telle pratique langagière est en cours sur les espaces socionumériques et répandue en Afrique subsaharienne francophone. Par ailleurs, les contributeurs écrivent directement en dehors de lignes directrices bien définies. Ces formes d’expression sont souvent utilisées dans les manifestations. On retrouve des réactions similaires sur Abidjantalk avec le pseudo Akwaaaaaa : « Je vais parler gbêh pian ! » Ici, on a le français (je vais parler), la langue locale (gbêh = choquer) et une interjection (pian ! = insistance, entêtement). Les preneurs de parole adoptent sur les forums un style de production scripturale individuel en choisissant diverses possibilités d’écriture, comme dans le cas précédent.

55Le citoyen quelconque utilise également un langage familier, comme le fait dans la langue bambara la cantatrice malienne Djeneba Seck : « Abiban » (ça va finir un jour). Le recours à la langue locale écrite a été possible, car les dispositifs sociaux techniques offrent des espaces à divers types d’écriture. Chaque amateur effectue un choix en fonction de la situation sociopolitique. C’est une personnalisation du rapport à l’écriture qui conditionne la diversification des formats scripturaires.

56L’appel d’Igor Soki est fort à propos : « Combien de mort faudra til pr que c barbu laisse le pouvoir. il fo ne fo pa être congolais pr accepté sa, tt congolais doit être révolté pr chassé c barbu. » C’est un processus de mise en mots des écritures très connoté : consonnes isolées ou combinées (c, tt, pr) et syllables construites (fo, til, sa). Ce langage est proche du style « texto » sur les cellulaires. Ajoutons que l’attrait des internautes pour le style conversationnel, proche de l’oralité, caractérise les échanges dialogiques comme dans une situation de face-à-face en contexte d’absence d’inhibition. À preuve, cette réaction de Guy Atsaka : « NOUS Y SOMMES. EYELEEEEEEEEEEEE !!, Eloko ehi te ! Attaquez ! attaquez ! il est fini, vite le Général. » Le début de cette phrase contient des caractères en majuscules. En outre, la structure morphologique montre une masse importante de la voyelle e alignée, voire agglutinée.

57L’emploi des majuscules, comme dans les contenus des courriels ou dans les textos, peut signifier un message oralisé à haute voix. C’est une sorte d’emportement ou d’emphase vocale. Quant à la répétition successive de caractères, elle sert à attirer l’attention du lecteur sur la forme du segment de phrase concerné. Ce segment réfère à un sens particulier et à la mise en valeur du propos, car la forme phonique va requérir une interprétation totalement différente du format d’écriture. Sinon, comment expliquer « EYELEEEEEEEEEEEE », si ce n’est qu’une emphase à des fins d’expressivité ou de prise de position dans un contexte sociopolitique particulier.

58Comme on le constate, les formats d’écriture qui émaillent les discours des utilisateurs et des pseudos sont dans le même registre : émotif, incisif, revanchard et dénonciateur.

59Nous mentionnons également que, quel que soit le pays retenu, l’information citoyenne est émaillée de slogans propres aux partis, de mots d’ordre de ralliement proches des discours politiquement marqués, comme le propos de Sanou : « Contre la férule, la férule humiliante ; d’une prise en otage de la Constitution et du pays par un club d’aventuriers politiques, disons non. La légalité qui ne repose pas sur une légitimité sociale n’a pas de sens. » C’est la logique du type militant qui met l’accent sur l’intérêt commun et les idéaux généraux. Le ton des preneurs de parole est à la fois familier et agressif. Sycie l’impérative sur pagecongo.com clame fort : « On ne se laissera pas intimider. » On note également des appels à la mobilisation, tel celui de Grang Benn : « Nous y serons. Ensemble nous terrasserons. » Le militant peut s’exprimer à titre individuel ou collectif comme les « anti-Sénat » au Burkina Faso ou le « front de refus » en Côte d’Ivoire. Ils œuvrent pour démystifier les idées reçues et la pensée unique. Les messages, quels que soient leurs auteurs, sont adressés aux hommes politiques, aux journalistes ou sont des réponses aux commentaires précédemment publiés. Jugeons-en par les propos de Au_secours qui expose ses sentiments et qui a recours à la providence : « Un jour le SEIGNEUR te rappellera à LUI. Et il te demandera des comptes. Qu’as-tu fait de tes frères et sœurs que je t’ai confiés sur la terre ? » L’amateur s’adresse en général aux politiques et à la masse, comme dans ce message de Ouasse : « Il fonce droit au mur. L’histoire ne ment pas et Blaise ne fera pas l’exception. C’est fini. » Quant aux intellectuels, ils utilisent des concepts très élaborés, proches du discours universitaire ; ils s’adressent aux politiques et à une frange de la population éclairée. Shlomit Abel écrit, le 23 octobre 2016, sous le titre « Le capitaine, la Constitution et le Titanic » qui assimile la nouvelle Constitution au contexte de naufrage du navire :

Le bateau ivoire et son équipage s’enfonceront doucement dans la lagune… il reste encore une semaine pour envoyer au capitaine du vaisseau Tivoirnic des signaux. Fuira-t-il le bateau, sautera-t-il dans un canot de sauvetage, à la place des femmes et des enfants qu’on a l’habitude de secourir d’abord ? (Abel, 2016)25

60En dépit du développement historique fait par le contributeur, force est de reconnaître que ce texte n’a pas suivi la configuration de la pyramide inversée, chère au journalisme classique. Les journalistes de la presse écrite locale interrogés considèrent les choix de format d’écriture du journalisme citoyen comme non conformes aux modes de traitement usuels. Ils les assimilent tantôt à des dépêches mal construites, tantôt à des brèves inappropriées. L’un d’entre eux affirme à ce sujet : « Ce sont des sortes de compte rendu. » Quoi qu’il en soit, les intermédiateurs que sont les dispositifs sociotechniques ont des « conséquences d’ordre sémiotique » (Lits et Wrona, 2014) ; les textes s’écrivent désormais différemment selon les supports utilisés, et les modes de traitement standard ne s’en sortent pas indemnes, ils sont renouvelés.

61À la différence du journalisme informatif, le journalisme citoyen met l’accent sur la production hybride : texte mêlé aux images et caractères graphiques. Le récit fait la part belle à une polyphonie des contenus. Les pratiques d’écriture sur les espaces socionumériques s’inscrivent dans une logique de partage ou de publicisation de contenus multiples et multidimensionnels : articles de blogues, divers types de commentaires.

62Ces articles et commentaires sur les blogues et les pages Facebook ont une orientation propre selon la logique des journalistes citoyens. Autrement dit, ces internautes se prononcent sur divers sujets touchant aussi bien à la vie politique qu’à la vie sociale, par le truchement de leurs publications, selon « des formats d’écriture qui amènent l’acteur vers plus de choix, donc vers une individualisation du rapport à l’écrit » (Achour Kallel, 2013 : 242). Ces formats sont récurrents dans les réactions aux articles, dans les commentaires d’un autre commentaire et dans les articles publiés. Les formes de ces commentaires sont fortement liées aux manières d’écrire ayant constitué des ressources dont disposent les cyberactivistes (ibid.) et qui transforment le journalisme professionnel. Les écritures rencontrées sur les pages Facebook des mouvements citoyens ainsi que sur les forums sont de type revendicatif — expression du cyberactivisme —, individualiste et pluriel. Ces espaces partagés offrent différentes possibilités d’écriture qui ont constitué des ressources pour les journalistes citoyens (ibid.).

63Nous retenons finalement que ces « écritures se placent d’emblée dans un registre non prescriptif, informel, ne se laissant pas régir par le cadre linguistique prescriptif classique des dictionnaires » (ibid. : 235). L’individualisation et la pluralisation de l’écrit sur les espaces socionumériques sont de mise et contribuent à la transformation des pratiques journalistiques.

Photos, vidéos et autres graphismes

64Dans le journalisme informatif ou classique, les photos sont utilisées comme outils porteurs d’informations. Les journalistes de la presse écrite locale rencontrés expliquent que seules les photos expressives sont publiées ; celles-ci doivent faire l’objet d’une étude du comité de rédaction. L’un des répondants stipule : « Nous tenons compte du Droit à l’image, nous refusons les photos choquantes, nous préservons l’identité. Nous cachons le visage quand cela est possible. » Les journalistes de la presse écrite locale privilégient le texte à la place des photos. Un autre répondant ajoute : « Même si une photo vaut deux textes, nous ne la publions pas parce que notre rôle à l’Agence de presse est d’accompagner les activités de l’État, donc pas de photos polémiques. »

65Les cyberactivistes interrogés ainsi que certains amateurs en ligne disent plutôt « attirer l’attention sur la cause défendue, en publiant des photos vraies et actuelles sur les situations du moment ». Ils expliquent que publier des « photos qui valent mille mots » plutôt que du texte explicatif est un bon choix pour eux. Sur les pages Facebook et les blogues en Côte d’Ivoire, des photos ont fait l’objet de publication directe pour montrer les manifestants qui protestaient contre la modification de la Constitution. Il en a été de même sur les pages des blogues le Balai citoyen et Lucha RD ainsi que sur la page Facebook de Ras-le-bol : manifestants ensanglantés, photo d’une petite fille de trois ans abattue par les forces de l’ordre… Ces photos très controversées sont largement likées et commentées par les lecteurs. La publication de ces photos est aujourd’hui aisée, du fait de l’accès aux téléphones intelligents qui facilitent les techniques de prise de vue rendue. Cela modifie le processus traditionnel de production des visuels dans les pratiques journalistiques par les preneurs de parole en ligne. Par ailleurs, l’open publishing est une nouveauté qui apporte une mutation dont les journalistes citoyens profitent pour livrer de l’information presque en direct, pour satisfaire le public en temps réel. C’est une nouvelle pratique qui bouleverse le journalisme professionnel, dont les pratiques de traitement éthique de l’image sont de plus en plus contournées dans le journalisme citoyen. Les facteurs qui favorisent ces pratiques sont le support de publication Web — qui s’y prête — sans oublier la nature de l’image (propre au support) et les exigences contextuelles de publication.

66Ces modes de publication directe sont des formes de participation citoyenne sur le Web ; les images appartiennent aux catégories d’actions suivantes : fourniture d’information, injonction, mobilisation et effet de sens. Ainsi contourner le droit à l’image est-il devenu une stratégie de participation en matière de surveillance et de jugement au sens de Rosanvallon (op. cit.).

  • 26 M. Allar de l'organe de presse « Le panafricain »

67Outre les images brutes de publication directe, les vidéos sont également mises en ligne sur des dispositifs sociotechniques. Elles permettent de saisir les moments clés des manifestations. Pure nouveauté du journalisme citoyen, les vidéos sont un instrument efficace de surveillance. Les extraits disponibles sur les blogues sont accessibles à tous et montrent avec force détails les moments forts ayant marqué les manifestations. Quel que soit le pays retenu dans l’échantillon d’étude, les vidéos en ligne se déroulent instantanément pour livrer l’information animée. Même si dans le journalisme professionnel (presse écrite) les acteurs estiment que « les vidéos sont très fortes et ne devraient pas être disponibles pour tous au risque de perturber l’équilibre social précaire »26, force est de constater que ce sont les seuls outils authentiques comptables des manifestations. Les vidéos du corpus montrent des scènes de courses poursuites, de casses, de combats et de répression des manifestants.

68Les photos et les vidéos de publication directe sont une nouvelle façon d’informer propre au journalisme citoyen ; elles transforment les pratiques du journalisme traditionnel.

69Ajoutons que sur les blogues et les pages Facebook, ce sont les logos et les divers graphismes qui incitent à l’action ou informent sur le contexte de lutte. Le balai, « pour rendre propre », est le symbole du mouvement le Balai citoyen, conformément à sa mission telle que déclinée sur son blogue : « lutter contre la gestion patrimoniale de l’État, la personnalisation du pouvoir, le clientélisme et la corruption et œuvrer pour l’instauration de l’État de droit ». Le drapeau burkinabé autour du poignet est un signe de l’ancrage territorial (Seck-Sarr, 2016). Les images occupent une place importante sur ce blogue. Il en est de même sur la page Facebook du mouvement. La même orientation graphique s’observe sur les pages de Ras-le-bol Congo, désignation exprimant le fait que la coupe est pleine face à l’injustice sociale, à la corruption et à la mal-gouvernance (Haeringer et al., 2012). L’image centrale est constituée d’un fond sombre illustrant les ténèbres du désespoir d’une gouvernance fatale ; un homme crie son indignation devant une lumière locale limitée, susceptible de guider la lutte. La carte du pays aux couleurs nationales indique un ancrage territorial. Des écriteaux indiquant la détresse populaire sont répétitifs sur la page Facebook du mouvement. Le bandeau du blogue de Lucha Congo démocratique montre une image traduisant la solidarité. On y trouve également une flèche verte avec, juste à la suite un message — lutte pour le changement — et plus bas, dans un aplat sombre, la mention « BENI, crie justice » et le drapeau congolais saignant.

70D’autres investissements graphiques dépeignent un contexte de conciliation, comme le montre le blogue de GTjeunes en Côte d’Ivoire, où les jeunes sont invités à travailler dans l’union, l’interdépendance, sur des thématiques diverses et sur la gouvernance. S’inscrivant en faux face à cette vision, Shlomit propose un graphisme, le navire Titanic coulant (Abel, 2016)27.

71Les investissements graphiques mentionnés ici s’inscrivent dans une logique citoyenne, selon les dimensions suivantes d’usage des réseaux sociaux par les preneurs de parole : informer, attirer l’attention, appeler à la mobilisation. Ce sont donc des incitations particulières à la participation en ses formes de surveillance, de jugement et d’empêchement. Les investissements graphiques ne correspondent à aucune caricature comme celles en usage dans la presse écrite. Ce sont des apports nouveaux qui contribuent à la transformation du journalisme d’information.

Formats plurisémiotiques

72L’observation ethnographique en ligne a montré que le langage Twitter est abondamment utilisé dans les prises de parole sur les forums et les blogues retenus, chaque mouvement citoyen ayant sa page Twitter et les inscriptions et les like allant croissant. Le corpus à l’étude compte des centaines de tweets. Par ailleurs, la plupart des technomots publiés se présente sous la forme suivante : #Lwili, #burkina, @filimbi243, @luchaRDC, #freegbagbo, #Constitution 2016, #FaisonsNotrePart, # 30ansSassoufit, #TournonsLaPage, #KabilaMustGo, #KabilaDoitPartir et #SaveCongo, #NousSaignonsAvecLePool, #WeBleedWithPool, #RasLebol.

73Les messages émis en général sont aux formats plurisémiotiques, comme :

#RDC : 74,3 % souhaitent que Kabila quitte pouvoir 19 déc, selon sondage mené par @GEC_CRG et #Berci @jasonkstearns http://congoresearchgroup.org/new-crgberci-report-nationwide-political-opinion-poll/… ;
Chronologie des événements de la nuit du 15 au 16 janvier http://ln.is/lefaso.net/2tV2c… #lwili #Ouagaattacks #Lefaso.net ;
#Congo : Ras le bol. Le peuple ne supporte plus #Sassou Nguesso (Moungali) https://youtu.be/​nK0ejN-bw5U via @YouTube » ;
@GtJeunes 
8 juil. 2016, #Audience #GTJeunes2016 reçu par la Commission Nationale des Droits de l’Homme le 07/07/16 #Constitution2016.

74Tel que présenté, le discours des preneurs de parole est du type tweeter avec les composantes technolangagières qui constituent son langage. On y reconnaît des caractères alphabétiques, des chiffres, des hashtags ou mots-dièses, des pseudos, des liens vidéo et des abréviations. Le hashtag est décrit comme un indicateur du sujet lié au message permettant de l’inscrire dans la thématique correspondante (# Constitution2016, #RDC…). Le lien Internet inclus dans le hashtag permet d’ouvrir le message aux pages Web. Le lien Internet et le hashtag s’intègrent dans le discours, ici, du journalisme citoyen en assumant des fonctions linguistiques. Avec toutes ces composantes technolangagières, les tweets sont des productions plurisémiotiques fortement contextualisées (Paveau, 2013) dans les espaces socionumériques. En plus des technomots, les preneurs de parole se servent des images, des vidéos et d’autres caractères graphiques dans le corps du message pour exprimer et partager des points de vue, prendre position, diffuser des informations, exhorter à des actions militantes.

75Eu égard au contexte de modification de la Constitution qui a prévalu dans les pays cités, les preneurs de parole ont recours aux technomots qui, pour la plupart, servent à véhiculer un jugement ou une opinion. Les hashtags ont été utilisés pour mobiliser le public ou l’amener à prendre position, pour structurer le débat par leur expressivité.

76Par exemple, au Burkina Faso, le « hashtag #Lwili a été utilisé plus de 25 000 fois dans la seule journée du 30 octobre 2014, quand #burkina dépassait les 35 000 utilisations » (Kaboré, op. cit. : 578). De cette période jusqu’en 2017, les hashtags #confdepresse et #Ouagadougou ont fait l’objet de plusieurs usages. De plus, le Balai citoyen a plusieurs fois retweeté vers les partenaires suivants : @filimbi243, @luchaRDC, @yenamarre_sn. Sur le forum abidjantalk, les hashtags #freegbagbo, #lefigaro, #RFI, #afrique, #Sarkozy sont les plus fréquents. On trouve sur le blogue GTjeunes, au cours de la période 2016, les hashtags suivants : #Constitution 2016, #FaisonsNotrePart, #LaConstitutionQueNousVoulons, #CIV… Sur le site Ras-le-bol, les hashtags #Sassoufit, #Africtivistes, #ChezMoiAuCongo, #TournonsLaPage, #Brazzaville, #Congo, #Sassoule, #PrenonsNousEnCharge, #30ansSassoufit sont les plus utilisés avec un nombre de retweet et de « j’aime » variant de 4 à 105. Enfin, sur luchard, les hashtags les plus répandus sont les suivants : #2018SansKabila, qui du 3 au 31 décembre 2017 a été utilisé plus de 1 000 fois (200 commentaires, 1 000 retweets, 1 500 « j’aime »), #Congo, #KabilaMustGo, #KabilaDoitPartir et #SaveCongo, qui ont été utilisés plus de 500 fois.

77Le taux des retweets et des « j’aime » en lien avec les hashtags diffusés montre la viralité et la réactivité de Twitter, ce qui constitue une particularité de cet outil et qui explique son exploitation élevée dans des situations de crise politique en Afrique.

78Les publications en ligne en résultant sont des discours à structure hétérogène et instrumentée très différents des écrits journalistiques. Ces formats plurisémiotiques ne sont pas comparables aux genres journalistiques en usage dans la presse écrite. Ce qui a fait dire aux journalistes de la presse écrite locale que « les modes d’écriture tweeter ne reflètent pas le journalisme informatif traditionnel. » C’est d’ailleurs le point de vue de Josiane Jouët, pour qui le langage Twitter « est considéré comme trop éloigné de l’écriture journalistique » (2016 : 9). Ces positions sont en conformité avec les genres rédactionnels usités.

79Comme mentionné précédemment, les innovations technologiques influencent l’écriture journalistique, ce qui impose de prendre en compte les formats plurisémiotiques des discours du journalisme citoyen. Ces formats mêlent des jeux graphiques divers avec des éléments rédactionnels. Les modes d’écriture journalistique sont transformés et continuent de l’être du fait des preneurs de parole utilisant les formats plurisémitiques pour diffuser des informations par le truchement des dispositifs sociotechniques divers. Le journalisme informatif classique structure son discours autour des configurations établies (genres objectivants et modes de traitements subjectifs). Marc Lits et Adeline Worna attirent l’attention sur la nécessité de « prendre en compte la généralisation des productions hybrides, mêlant texte, images fixes, images animées, son. […] L’écriture journalistique, ce n’est plus seulement mettre en texte […], c’est penser à la meilleure déclinaison plurisémiotique des récits de vie » (op. cit. : 7). C’est donc un apport nouveau eu égard aux supports papier traditionnels et aux genres journalistiques en vigueur. Le langage Twitter traduit l’émergence d’une nouvelle pratique journalistique qui participe à la transformation du modèle traditionnel. L’effet sur l’écriture journalistique est réel et les nouvelles écritures s’inventent continuellement (sans les universités). Les transformations en vogue dans les espaces socionumériques touchent aussi bien le choix des mots (style « texto », multilinguisme) que celui des genres rédactionnels.

Conclusion

80Dans les espaces socionumériques, des preneurs de parole investissent les espaces publics numériques pour orienter l’opinion publique et agir sur la réalité sociale. Des modes d’organisation structurelle et des formats d’écriture dans divers registres ont modifié les modèles économiques traditionnels. On note entre autres l’épuisement du modèle fondé sur l’intermédiation, le repositionnement de l’identité journalistique, l’absence d’une déontologie collective, les nouveaux types de production journalistique et les enjeux qui sous-tendent les logiques des journalistes citoyens.

81Les pratiques du journalisme sont donc en cours de transformation. Les nouvelles écritures ou nouveaux types de production des preneurs de parole posent un problème de congruence avec les genres journalistiques. Ces nouveaux types de production journalistique renvoient au langage Twitter, aux investissements graphiques qui font sens, à l’utilisation des photos et vidéos, aux articles sur les blogues ainsi qu’aux commentaires qui y sont liés. Force est de constater que l’individualisation et la pluralisation de l’écrit (Achour Kallel, op. cit.) dans les espaces socionumériques sont de mise et contribuent à la transformation des pratiques journalistiques. De surcroît, la recherche d’informations aux fins de surveillance de l’action gouvernementale, de jugement et d’empêchement justifie les logiques d’usage des parties prenantes. Ces nouvelles pratiques constituent des enjeux multiples pour le journalisme professionnel qui gagnerait à investir dans le Web 2.0. L’observation documentaire, les groupes de discussion et l’analyse de contenu ont permis d’obtenir ces résultats. Mais il faut souligner que le rythme des changements dans les technologies numériques impose un réajustement continuel des usagers. Il en résulte un manque perceptible dans la méthodologie utilisée pour analyser les processus de production et les pratiques de diffusion des contenus. L’étude de la participation citoyenne sur les principaux outils par pays avec leurs dimensions contextuelles s’avère indispensable pour comprendre les pratiques de transformation du journalisme. Des pistes de recherche future sont donc ouvertes et elles resteront fortement dépendantes de l’évolution du numérique et des logiques citoyennes.

Haut de page

Bibliographie

ACHOUR KALLEL, Myriam (2013), « Des écritures ordinaires sur Facebook : cyberactivités et cyberactivismes », dans Siham NAJAR (dir.), Le cyberactivisme au Maghreb et dans le monde arabe, Paris/Tunis, Karthala/Irmc, p. 227-242.

ASSOGBA, Henri (2016), « Quand des dispositifs numériques font des publics des “producteurs” d’émission d’information », Actes du colloque international Médias numériques & communication électronique, Le Havre, UMR IDEES, p. 497-507.

BARATS, Christine (dir.) (2013), Manuel d’analyse du web en sciences humaines et sociales, Paris, Armand Colin, Coll. « U Sciences humaines et sociales ».

BARDIN, Laurence (2007), L’analyse de contenu, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Quadrige Manuels ».

BARIBEAU, Colette et Mélanie GERMAIN (2010), « L’entretien de groupe : considérations théoriques et méthodologiques », Recherches qualitatives, 29(1) : 28-49.

BRAUD, Philippe (2016), Sociologie politique, Paris, LGDI, Coll. « Manuels ».

BRIN, Colette, Jean CHARRON et Jean DE BONVILLE (dir.) (2004), Nature et transformation du journalisme : théorie et recherches empiriques, Québec, Presses de l’Université Laval, Coll. « Hors collection ».

BULSO, Clémentine, Guillaume MANDROU-MACIAN et Lavinia BUDSON (2015), Le journalisme 2.0. Mémoire de 4e année, sous la direction de Jean-Marc DUPOUY, Anne GAUDIN, Nelly COUEDERC et Aurélien ROUSSEAU, ISIC-Université Bordeaux 3, Bordeaux.

CARDON, Dominique (2010), La démocratie Internet, promesses et limites, Paris, Seuil/République des Idées.

COUTANT, Alexandre (2014) « Réseaux sociaux », dans Diversité culturelle à l’ère du numérique. Glossaire critique, Paris, La Documentation française, p. 268-274.

FOGEL, Jean-François et Bruno PATINO (2007), Une presse sans Gutenberg : pourquoi Internet a bouleversé le journalisme, Paris, Points.

GEOFFRION, Paul. (2009), « Le groupe de discussion », dans Benoît GAUTHIER (dir.), Recherche sociale : de la problématique à la collecte des données, 5e édition, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 391-414.

GIASSON, Thierry, Cyntia DARISSE et Vincent RAYNAULD (2013), « Politique PQ 2.0 : qui sont les blogueurs politiques québécois ? » Politique et sociétés, 32(3) : 3-28.

GREVISSE, Benoît et Daniel CORNU (2012), « Déontologie et éthique du journalisme en ligne », dans Amandine DEGAND et Benoît GREVISSE (dir.), Journalisme en ligne. Pratiques et recherches, Bruxelles, De Boeck, p. 209-220.

HAERINGER, Nicolas et al. (2012), « Y’en a marre, une lente sédimentation des frustrations », Mouvements, 1 : 151-158.

HERMIDA, Alfred (2012), « Des promesses aux pratiques du journalisme participatif », dans Amandine DEGAND et Benoît GREVISSE (dir.), Journalisme en ligne. Pratiques et recherches, Bruxelles, De Boeck, p. 115-132.

HIEN, Simplice (2015), Les quotidiens burkinabè et les défis de l’émergence des réseaux sociaux. Mémoire de fin de formation du cycle, niveau III, option journalisme, sous la direction de Cyriaque PARÉ, Ouagadougou, Burkina Faso, Institut des sciences et techniques de l’information et de la communication.

JOUËT, Josiane (2016), « L’émergence des nouvelles pratiques journalistiques », Les journalistes dans la toile, novembre, Coll. « Chercheurs et journalistes ». [En ligne] http://www.alliance-journalistes.net/rubrique74.html. Page consultée le 26 juillet 2018.

KABORÉ, Lacina (2016), « Journalisme en ligne et réseaux socio-numériques en contexte de transition politique au Burkina Faso », Actes du colloque international Médias numériques & communication électronique, Le Havre, UMR IDEES, p. 575-582.

KALOUGUINE, Tatiana et Philippe MERLANT (2017), « Informer… sans être journaliste. Guide pratique et éthique en 50 questions », Journalisme responsable, RITIMO, Hors série. [En ligne]. https://www.ritimo.org/Informer-sans-etre-journaliste. Page consultée le 26 juillet 2018.

LE CHAMPION, Rémy (dir.) (2012), Journalisme 2.0 : nouvelles formes journalistiques, nouvelles compétences, Paris, La Documentation française, Coll. « Les études de la Documentation française ».

LITS, Marc et Adeline WRONA (2014), « Permanence et renouveau des recherches sur l’écriture journalistique », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 5. [En ligne]. http://journals.openedition.org/rfsic/1110. Page consultée le 28 février 2018.

MARTIN-LARGARDETTE, Jean-Luc (2009), Le guide de l’écriture journalistique, Paris, La Découverte, Coll. « Guides ».

MUCCHIELLI, Roger (2006), L’analyse de contenu : des documents et des communications, Paris, ESF, Coll. « Formation permanente ».

NODJON, Bakayoko (2015), « Nouveaux médias pendant la crise post-électorale ivoirienne (2010-2011) : un nouvel espace public ? », dans Marc BONHOMME et al., Les médias au Maghreb et en Afrique subsaharienne : formes discursives, publics et enjeux démocratiques, Metz, Éditions universitaires de Lorraine, p. 321-337.

O’REILLY, Michelle et Nicola PARKER (2013), « “Unsatisfactory saturation”: A critical exploration of the notion of saturated sample sizes », Qualitative Research, 13: 190.

PAVEAU, Marie-Anne (2013), « Genre de discours et technologie discursive. Tweet, twittécriture et twittérature », Pratiques, 157-158 : 7-30.

PICKARD, Robert S., Manuella R. BRANCO et Neil A. C. KIDD (2006), « Comparaison de méthodes d’échantillonnage pour estimer les populations de Varroa destructor », Apidologie, 37 : 452-461.

PROULX, Serge, Mélanie MILETTE et Lorna HEATON (2011), Médias sociaux, enjeux pour la communication, Québec, Presses de l’Université du Québec, Coll. « Communication ».

RINGOOT, Roselyne (2014), Analyser le discours de presse, Paris, Armand Colin, Coll. « Icom ».

ROSANVALLON, Pierre (2006), La contre-démocratie : la politique à l’âge de la défiance, Paris, Le Seuil.

ROUQUETTE, Sébastien (2009), L’analyse des sites Internet : une radiographie du cyberespace, Bruxelles, De Boeck, Coll. « Médias recherches ».

SECK-SARR, Sokhna Fatou (2016), « Stratégies et usages de la communication électronique. Le cas des mouvements citoyens africains : y’en a marre et balai citoyen », actes du colloque international Médias numériques & communication électronique, Le Havre, UMR IDEES, p. 215-225.

SOULAGES, François et Gilles ROUET (dir.) (2012), Usages politiques des nouveaux médias, Paris, L’Harmattan, Coll. « Local & Global ».

TACYANA, Arce et Salgado TIAGO (2016), « La crise du journalisme à l’ère du numérique : mise à l’épreuve pour le prouver », actes du colloque international Médias numériques & communication électronique, Le Havre, UMR IDEES, p. 645-654.

TOURÉ, El Hadj (2010), « Réflexion épistémologique sur l’usage des focus groups : fondements scientifiques et problèmes de scientificité », Recherches qualitatives, 29(1) : 5-27.

ZLITNI, Sami et Fabien LIÉNARD (2013), La communication électronique en questions, Berne, Peter Lang.

Haut de page

Annexe

Corpus
Modification de la Constitution : L’APDC rappelle aux députés qu’ils ne sont pas nommés, 27 octobre 2014 à 1 h 18 min, (lefaso.net)
Marche meeting du 28 octobre 2014 : « l’objectif est de tout faire pour empêcher la modification de l’article 37 de la Constitution », 27 octobre 2014 à 1 h 35 min, (lefaso.net)
Projet de révision de la Constitution : la majorité dénonce des menaces contre ses députés et demande des mesures sécuritaires, 27 octobre 2014 à 11 h 29 min, (lefaso.net)
Déclaration du Front progressiste sankariste sur la situation nationale : « Sommes-nous prêts à prendre notre destin en main ? », 27 octobre 2014 à 14 h 51 min, (lefaso.net)
Les ressortissants du Nahouri à leurs députés : « Ne votez pas en faveur de la modification de l’article 37 », 28 octobre 2014 à 16 h 49 min, (lefaso.net)
Le Capitaine, la Constitution et le Titanic, 23 octobre 2016, resistancisraël.com
Point d’analyse de GT Jeunes sur le processus de réforme constitutionnelle, publié le 19 septembre 2016, gtjeunes.wordpress.com
République Démocratique du Congo : Alerte sur l’imminence d’un coup d’État constitutionnel. Déclaration nLucha/03416., Lucha (2016-10-17)

Haut de page

Notes

1 [En ligne]. http://civblogs.akendewa.org/. Page consultée le 20 août 2017

2 [En ligne]. http://www.lebanco.net/banconet/index.htm. Page consultée le 22 août 2017

3 [En ligne]. https://gtjeunes.wordpress.com/. Page consultée le 15 juillet 2017

4 [En ligne]. https://twitter.com/gtjeunes. Page consultée le 15 juillet 2017

5 [En ligne]. http://resistancisrael.com/. Page consultée le 15 juillet 2017

6 [En ligne]. https://twitter.com/Michee6v8. Page consultée le 15 juillet 2017

7 [En ligne]. http://rue225.blogspot.fr/. Page consultée le 25 août 2017

8 [En ligne]. http://forums.abidjan.net/. Page consultée le 15 juin 2017

9 [En ligne]. http://www.abidjantalk.com ; https://twitter.com/abidjantalk. Pages consultées le 15 juin 2017

10 [En ligne]. https://www.facebook.com/groups/revolutionburkina2011/about/). Page consultée le 15 juin 2017

11 [En ligne]. https://www.facebook.com/NonAuSenatAuBurkinaFaso/. Page consultée le 15 juin 2017

12 [En ligne]. https://www.facebook.com/groups/article37/about/. Page consultée le 15 juin 2017

13 [En ligne]. https://www.facebook.com/groups/437742683006296/. Page consultée le 15 juin 2017

14 [En ligne]. https://www.facebook.com/CitoyenBalayeur/. Page consultée le 10 mai 2017

15 [En ligne]. https://twitter.com/BalaiCitoyen. Page consultée le 15 mai 2017

16 [En ligne]. https://twitter.com/lefaso_net. Page consultée le 15 mai 2017

17 [En ligne]. https://www.facebook.com/RasleBolCongo/. Page consultée le 05 août 2017

18 [En ligne]. https://www.facebook.com/lucha.rdcongo/. Page consultée le 10 août 2017

19 [En ligne]. https://twitter.com/luchardc. Page consultée le 10 août 2017

20 [En ligne]. https://www.facebook.com/Filimbi-406044376222695/. Page consultée le 10 août 2017

21 [En ligne]. http://www.congopage.com/forums/index.php. Page consultée le 05 août 2017

22 Moahet-Sran, le 7 décembre 2016. [En ligne]. http://www.avenue225.com/. Page consultée le 10 juillet 2017

23 M. Brou de l'Agence ivoirienne de presse (AIP).

24 M. Donisonguy alias LX de l'organe de presse Phénix

25 [En ligne]. http://resistancisrael.com/. Page consultée le 15 juillet 2017

26 M. Allar de l'organe de presse « Le panafricain »

27 [En ligne]. http://resistancisrael.com/. Page consultée le 15 juillet 2017

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Honoré Kahi, « Participation politique en ligne et transformation des pratiques journalistiques en Afrique subsaharienne à l’ère des espaces socionumériques », Communication [En ligne], vol. 35/2 | 2018, mis en ligne le 04 décembre 2018, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/communication/8464 ; DOI : 10.4000/communication.8464

Haut de page

Auteur

Honoré Kahi

Honoré Kahi est enseignant-chercheur au Département de la communication, Université Alassane Ouattara, Bouaké (Côte d’Ivoire). Courriel : honorekahi@uao.edu.ci

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals