Navigation – Plan du site
Articles

Le travail journalistique à l’heure de la rhétorique de la « bonne gouvernance des médias »

Le cas de la Tunisie
Mohamed Ali Elhaou

Résumés

Cette recherche s’inscrit dans le prolongement d’une étude publiée en 2015. Même s’il reprend certains faits et actions, ce travail d’enquête (par collecte de la documentation sur la « réforme des médias », par des entretiens semi-directifs ainsi que par une analyse de contenu) développe de nouveaux axes relatifs aux enjeux de la promotion du journalisme d’investigation et à l’idéologisation des droits de l’homme en Tunisie. Le présent article propose une conceptualisation de la profession journalistique telle qu’elle opère dans un contexte dit de transition démocratique.

Haut de page

Texte intégral

1La libération du secteur de la presse du joug de la dictature à partir de janvier 2011 s’est accompagnée de l’éloge des bienfaits de la démocratie. Dans le domaine de l’information et de la communication, cette louange a très vite pris la forme de la rhétorique de « bonne gouvernance des médias ». Examiné de près, ce qualificatif (fonctionnant bien plus avec un esprit de réforme qu’avec des mots) technicise les politiques publiques des médias et concourt à la managérialisation de la profession journalistique et communicationnelle dans le sens où ce métier s’approche de plus en plus de normes de la marchéisation. Celles-ci sont fondées sur la recherche de la part de la machinerie médiatique de la performance instantanée (le buzz), sur l’efficacité notamment du support médiatique (on privilégie l’audiovisuel plutôt que l’écrit), sur le pragmatisme dans le traitement de l’information (notamment l’usage des raccourcis pour la compréhension des phénomènes complexes) et sur la préférence de la masse du public (le nombre de suiveurs) au détriment de la qualité du contenu proposé. Ces normes accentuent la démarche de vente en permanence de la part du journaliste. Celui-ci doit de plus en plus faire son autopromotion ainsi que la promotion des choses qui l’environnent en espérant accéder un jour au statut de leader d’opinion. Ces différents aspects conduisent à démarrer par le constat suivant : le métier de journaliste est plus que jamais dominé par la « chiffrocratie », au même titre que le domaine politique (De Gaulejac, 2005 : 220).

  • 1 Pour ne citer qu’un échantillon représentatif, ces acteurs sont notamment les suivants : UNESCO, De (...)
  • 2 Plusieurs notes de terrain à la suite de la participation à des journées et à des colloques d’exper (...)

2Opérationnellement, l’association du mot gouvernance au champ médiatique avait suscité l’engouement des acteurs internationaux1, notamment des experts venant des pays industrialisés. Ceux-ci agissent afin d’accompagner « la jeune démocratie tunisienne2 » et pour instaurer la « bonne gouvernance » dans un secteur stratégique tel que les médias. Dans cette démocratisation — qui s’appuie principalement sur la supposée « influence » des médias sur les sociétés arabes —, leur prise de parole n’est pas frontale et se fait toujours en douceur, en se relayant par des experts locaux ou en passant par des interventions dans des débats organisés. Quant aux experts locaux, ils agissent en redondant ces préconisations et recommandations professées par les experts internationaux dans des réunions réduites et très sélectives. Ces recommandations ont démarré de façon repérable à partir de 2008 et elles se poursuivent.

  • 3 Nous mettons ce terme entre guillemets car il devient un concept fourre-tout. À titre d’exemple, la (...)

3Dans ce processus de « transfert de compétences » entre experts internationaux et locaux, trois formes de critique ont été élaborées dans le but de « réformer3 » le travail médiatique local. La première critique est relative à l’intériorisation jugée « insuffisante » des règles de la production du métier par les journalistes : le fait d’avoir des sources indépendantes, la vérification de l’information, le recoupement, le respect de la déontologie, le non-mélange des genres lorsqu’il s’agit, à titre d’exemple, de distinguer entre articles promotionnels et articles journalistiques.

  • 4 Théophraste est un réseau institutionnel de l’Agence universitaire de la Francophonie qui a été cré (...)

4La deuxième critique porte sur des contenus journalistiques dépourvus d’investigation. Ce genre journalistique est depuis 2012 promu comme une pratique noble sui generis (Marchetti, 2000). Dans cette configuration, l’investigation journalistique a été désignée comme le principal moteur de l’idéal de la gouvernance. Pour examiner la dynamique de cette deuxième critique, il importe de remonter au manuel édité par l’UNESCO dans la série consacrée à la formation au journalisme s’intitulant Modèles de cursus pour la formation au journalisme publié à Paris en 2009 avec le concours du réseau Théophraste4. Ce dernier est un réseau institutionnel de l’Agence universitaire de la Francophonie. Les premières traces de ce genre journalistique apparaissent comme suit :

Ce cours se propose d’apprendre aux étudiants de parcourir de manière approfondie les étapes d’une démarche d’investigation sérieuse, en commençant par détecter des sujets pertinents et en terminant par écrire un papier d’enquête de haut niveau. Se donner une hypothèse de travail, rechercher l’information, la recouper, la vérifier, l’évaluer, éviter les tentatives de désinformation et de manipulation, dégager des angles originaux de traitement des faits, travailler en toute honnêteté et impartialité, c’est dans ces domaines que s’entraîneront les futurs journalistes-enquêteurs (UNESCO, 2009 : 44).

5Quant à la troisième critique, elle concerne l’impératif de s’adapter auxdites nouvelles pratiques journalistiques suivant non pas les principes des droits de l’homme — qui font l’unanimité, ou peu s’en faut —, mais plutôt l’idéologie des droits de l’homme (Lochak, 2009 : 46-56). Celle-ci devient après la postdictature un dogme dans la sphère des médias. Par conséquent, elle standardise, voire oblitère la profession journalistique dans les pays en développement dans la mesure où elle met le journaliste sous l’emprise du militantisme. Autrement dit, avec ce dogme, le journaliste est foncièrement un militant de la liberté.

  • 5 Cette recherche s’inscrit dans le prolongement d’une étude que nous avons publiée en 2015 dans la r (...)

6L’hypothèse principale de la présente recherche est la suivante5 : ces trois critiques majeures sont des obstacles se dressant devant l’émergence d’un travail journalistique autonome capable de faire surgir une conscience pratique (Giddens, 2005/1984 : 33) du métier. Le postulat mobilisé pour cette recherche est que ces acteurs produisent, à travers leur façon d’agir au sein du contexte local, des conséquences non intentionnelles (ibid. : 348-360). En ce sens, au lieu d’introduire le « progrès » escompté, les diagnostics construits sont indéniablement source de multiples formatages du champ journalistique local. Il s’agit donc de répondre à la problématique suivante : dans quelle mesure la parole savante et experte, à la fois endogène et exogène, dans le domaine du journalisme — fondée présentement sur la rhétorique de la « bonne gouvernance des médias » — contribue à la fétichisation de l’information (Voirol, 2005 : 106-107) sous le prétexte d’une pratique universelle de la profession ?

  • 6 Tableau récapitulatif des appuis au secteur médiatique tunisien menés par les bailleurs de fonds in (...)

7Plus clairement, tout en visant le changement de la pratique journalistique (selon des préceptes managériaux), ces trois registres de critique favorisent la rationalisation du métier (Weber, 2013), laquelle s’opère principalement par le biais des recommandations des institutions occidentales. Pour justifier leur interventionnisme, ces dernières mettent en avant que le journalisme et la communication sont des domaines universels. C’est à ce titre qu’elles sont pourvoyeuses de fonds et de projets à court terme pour le champ journalistique (Elhaou et Fitouri, op. cit. : 46-50). Examinés de près, ces acteurs se présentent comme œuvrant pour la « garantie de la liberté d’expression » ou pour promouvoir le processus de « transition démocratique ». Par conséquent, ils financent des projets6, produisent des manuels de formation, organisent des tables rondes, des colloques, des journées d’étude, proposent un vocabulaire de la réforme tournant autour de la « bonne gouvernance des médias », des voyages d’études et même des dîners. Le plus souvent, cela s’articule avec des problématiques s’inscrivant dans des temporalites de très courte durée, avec la contribution de multiples experts.

La méthodologie : multiplication des techniques dans un souci de compréhension

  • 7 Atelier sur les instances de régulation des médias audiovisuels qui s’est organisé le 30 juillet 20 (...)

8La méthodologie suivie s’inscrit dans le cadre de la recherche qualitative en sciences de la communication (Mucchielli, 1996). Premièrement, elle étudie les tentatives d’amélioration de la pratique quotidienne du journalisme à travers la technique de collecte de données (qui est allée jusqu’à rassembler des monographies audiovisuelles). À cet effet a été examinée, entre autres, la convention du 11 avril 2011 pour des « initiatives de coopérations » entre la radio et la télévision tunisiennes et l’Audiovisuel extérieur de la France (AEF). Cette convention donnera lieu à un programme ayant pour ambition la « coopération » et l’« accompagnement7 ». En outre, de multiples documents produits par l’UNESCO ont été étudiés, à titre d’exemple le rapport de 2008. Ce texte donne les grandes lignes structurelles. Il encourage les pays en développement à entreprendre la réforme de leur « paysage médiatique ». Se traduisant par des recommandations, ce même document explicite la manière avec laquelle doit se pratiquer le métier de journaliste dans des contextes de sortie de système autoriataire en proposant des catégories de développement des médias (Puddephatt, 2008). Dans la lignée de ce premier document fondateur de la restructuration du champ médiatique a été étudié le rapport de l’UNESCO de 2012. Celui-ci insiste sur les changements ad hoc à introduire dans le cas tunisien. À cet effet, il élabore un état des lieux des médias dans le pays et détaille la « feuille de route » à suivre en matière de formation professionnelle, de régulation du champ, de diversité des médias, de transparence de la propriété des entreprises journalistiques. Par surcroît, comme ce processus de « réforme » se déroule en s’appuyant en grande partie sur la formation, deux « manuels d’apprentissage de la démocratie pour les jeunes en Tunisie », publiés par l’UNESCO respectivement en 2011 et en 2013, ont été examinés. Cet examen s’opère le plus généralement à travers la technique de l’analyse de contenu et va jusqu’à l’analyse sémiotique lorsqu’il s’agit d’une affiche produite par les protagonistes de la réforme du champ des médias.

9À titre d’exemple, cette analyse sémiotique avait servi pour repérer la tendance à l’idéologisation des droits de l’homme. Dans cette perspective, une campagne de communication portant sur la réforme du journalisme vers plus de liberté et de professionnalisme a été étudiée (voir plus loin. Elle a été diffusée dans l’espace public entre le 1er et le 15 mai 2012. Elle est représentative de la grande mésentente entre la promesse d’un journalisme libre, autonome et émancipé et un contexte politique de postdictature marqué par l’incertitude et le désenchantement. En outre, cette recherche se veut souple et itérative (Chevrier, 1997 : 67-70), mais cela ne signifie pas pour autant qu’elle est molle ou manque de sérieux. De ce fait, les passages mobilisés dans l’article ne sont pas glanés çà et là. Ils ont été au contraire insérés en vue d’apporter un éclairage à la thèse mobilisée pour cette recherche : le formatage de la pratique journalistique à des fins de managérialisation sans souci conséquent des conditions de production et du soubassement de l’information locale. En effet, c’est bien cela l’intérêt de cette recherche.

10Précisément, cette collecte des données englobe une partie de la « littérature scientifique », laquelle est en réalité produite par des experts exerçant le journalisme et ayant été responsables au sein des médias publics et privés. Ceux-ci usent en même temps de leur casquette d’universitaire pour publiciser leurs idées et les stratégies dans lesquelles ils s’inscrivent. Cette collecte effectuée entre novembre 2011 et décembre 2017 porte essentiellement sur le processus du changement souhaité dans les médias par la mobilisation de l’argument de la « réforme » et de la « bonne gouvernance des médias ».

11En outre, des observations ont été accomplies au sein des rédactions, durant les sept années qui se sont écoulées pour la confection de ce travail. Ces observations en immersion relèvent d’une démarche ethnographique. Pour ce faire, une attention a été accordée à la culture de production de l’information locale et aux moyens que les journalistes se donnent pour exécuter ce qu’ils font, dans un contexte de postdictature marqué les reconfigurations de la sphère politique (Klaus et Koch, 2017 : 296-302). Dans le prolongement tout naturel de ce travail ethnographique, des entretiens compréhensifs (Kaufmann, 2011) ont été réalisés auprès d’une cinquantaine de journalistes (qui ont accepté l’entretien). Ceux-ci sont installés dans différentes régions du pays et travaillent aussi bien dans les radios qu’à la télévision et à la presse écrite. Ces entrevues commencées à partir de 2014 portent sur trois axes : le journaliste et les nouvelles offres de formation, le journaliste et l’accès à l’information ainsi que le journaliste et le travail d’investigation. Dans cette même lignée, des entretiens ont également été menés auprès des anciens et nouveaux membres du conseil exécutif au sein du syndicat national du journalisme tunisien (SNJT) pour comprendre la nouvelle structuration du métier. Une partie des résultats a été publiée dans une recherche avec Fredj Zamit (Zamit et Elhaou, 2016 : 103-135).

12Dans le prolongement de ce travail ethnographique entrepris et pour ancrer cette recherche, il s’est agi, de surcroît, d’accompagner un certain nombre de journalistes dans leur travail quotidien. La méthode était donc d’examiner in situ comment ils accèdent à l’information et de quelle façon ils la construisent pour la rendre publiable. Aussi, dans les interstices de cette observation de proximité, s’est opérée la visite des rédactions de la télévision, notamment de la première chaîne nationale, huit heures durant par jour, entre mi-mai et début juin 2015.

13Grosso modo, la propension à multiplier les approches vient du souci méthodologique de tenir compte à la fois de ce qui se joue à l’échelle microsociale mais aussi macrosociale (Giddens, op.cit. : 194). Aussi importe-t-il de signaler que les extraits choisis pour illustrer l’analyse, même s’ils s’avèrent révélateurs, ne peuvent pas rendre compte, de façon exhaustive, de la masse des rapports et des discours mobilisés pour mettre en cohérence ce travail. Parfois, le matériau n’est pas très généreux en information. En ce sens, l’approche critique (Voirol, 2013 : 31-43) permet de dévoiler, un tant soit peu, ce qui se joue derrière les consciences discursives en faisant sortir les consciences pratiques (Giddens, op.cit. : 33-41), c’est-à-dire les politiques par projets, les faits et parfois, toutes proportions gardées, l’opportunisme à outrance des acteurs engagés dans ce processus dit de réforme des médias.

Les assises et les outils conceptuels

14Même si cette recherche comporte un ton critique, elle s’inscrit en réalité bien plus dans l’orientation d’un enracinement de la critique tel que le préconise Pierre Mœglin pour les études en sciences de la communication. Enracinement de la critique, c’est-à-dire analyse d’une situation irrationnelle et contingente. D’ailleurs, Mœglin préconise « une critique enracinée » qui opère de façon dialectique. Celle-ci apparaît comme un dépassement de deux écoles traditionnelles de la critique. La première est fondée sur la vérification, voire la remise en question des recherches dites empiriques qui n’arrivent pas à se projeter sur la longue durée et qui demeurent de facto prisonnières des situations analysées ; selon cette école, les expériences de Paul Lazarsfeld dans les années 1930 en sont l’illustration. La seconde école de la critique serait, en gros, bourdieusienne dans le sens qu’elle est, en gros, clivante, militante, voire idéologique. C’est donc une remise en question protestataire de l’ordre des choses à travers laquelle la posture intellectuelle prend le dessus sur la recherche heuristique ainsi que sur la réflexivité. Dans cette perspective, Mœglin présente la critique enracinée comme une

démarche critique [permettant] de mettre en évidence ce que, dans les phénomènes à observer, il y a de fondamentalement critique [à titre d’exemple un excès d’opportunisme, un paradoxe, des incohérences, un conflit, une mésentente, une incapacité à mettre en œuvre un idéal discursif, etc.] (2013 : 51).

15Cette démarche critique apparaît donc comme une volonté de cerner les enjeux qui se profilent derrière ce que Mœglin appelle « l’indétermination notionnelle » (ibid.), dont la notion de « bonne gouvernance », en ce qui concerne notre terrain, est l’illustration. En d’autres termes, l’usage de cette notion fourre-tout (Deneault, 2016 : 193-202) implique bel et bien une démarche critique favorisant le dévoilement (Godhami, 2014 : 225). Celle-ci est heuristique dans la mesure où elle favorise le dévoilement de la managérialisation et la technicisation en cours vers lesquelles se dirige la sphère des médias.

16Cette notion de « bonne gouvernance », située à l’avant-garde d’une politique publique des médias, entrave, comme le montrera cette recherche, l’organisation et la structuration de la profession médiatique. Elle empêche sur le fond de réels débat et réflexion sur la notion d’autonomie journalistique. Elle est même source de politisation excessive du champ des médias dans la mesure où ses promoteurs sont incapables d’envisager le journalisme comme un art de transmettre une information authentique transgressive des normes dictées par les pairs, par les puissances politiques et économiques.

17De surcroît, cette rhétorique de la gouvernance des médias s’avère laconique quand il s’agit de penser l’autonomie créative des journalistes. C’est une rhétorique balisant le terrain à un idéal qui met en place un système de contrôle fondé sur une responsabilité accrue du journaliste vis-vis du public. Or, l’ouvrage de Cornelius Castoriadis s’intitulant La montée de l’insignifiance définit le contour de la notion d’autonomie comme l’un des fondements d’une démocratie reposant sur des institutions qui œuvrent effectivement pour l’autonomisation des individus, y compris les journalistes. Ainsi l’autonomie castoriadisienne fait-elle un procès à la fois à la tentation rationalisatrice (venant du pouvoir exécutif) et à la tentation anarchique (parfois promue par les professionnels eux-mêmes) qui guette les contextes dits de transition.

L’autonomie, écrit Castoriadis, n’est pas la liberté cartésienne, encore moins sartrienne, la fulguration sans épaisseur et sans attachement. L’autonomie sur le plan individuel est l’établissement d’un nouveau rapport à soi et son inconscient ; non pas éliminer celui-ci, mais parvenir à filtrer ce qui des désirs passe dans les actes et les paroles. Cette autonomie individuelle a de lourdes conditions instituées. Il nous faut donc des institutions de l’autonomie, des institutions qui accordent à chacun une autonomie effective en tant que membre de la collectivité et qui lui permettent de développer son autonomie individuelle. Cela n’est possible que par l’instauration d’un régime véritablement, et non pas seulement en paroles, démocratique (1996 : 265).

18Dans la lignée de cette citation, cette recherche montre que le problème réside non pas dans le manque de responsabilité des journalistes, mais plutôt dans l’inaptitude des acteurs dits réformateurs à mettre en application les idéaux de la « bonne gouvernance » qu’ils préconisent dans le champ médiatique et à mettre sur pied des institutions réellement autonomes qui organisent un métier rongé par la précarité et par le manque de reconnaissance.

La « bonne gouvernance des médias » : pullulement de l’expertise et projets attrayants

  • 8 Le site de MedMedia est une plateforme qui présente les projets en cours pour la région méditerrané (...)

19Déclenchant l’étincelle dudit printemps arabe, la Tunisie a très vite été dans le collimateur des cabinets-conseils, des bureaux d’études, des organisations non gouvernementales et des experts européens. Dans cette perspective, quatre chantiers de ladite transition démocratique ont été fixés par les acteurs internationaux : la réforme des médias (classée au premier rang), la réforme judiciaire, la réforme du secteur de la sécurité et le chômage des jeunes (IFIT, 2013 : en ligne). Dans ce contexte, sous le prétexte d’un programme « d’appui aux médias8 » s’est esquissée à partir d’avril 2011 une mise en ordre du champ de l’information et de la communication. Cette organisation privilégie les thématiques de la professionnalisation, de la modernisation, de la réforme et de l’accès à l’information. En témoigne le passage suivant, qui met en exergue les objectifs souhaités par les acteurs internationaux :

L’objectif général du Programme d’Appui aux Médias en Tunisie (PAMT) est de renforcer le secteur des médias professionnels pour garantir la diffusion d’une information indépendante et plurielle garante de la liberté d’expression en Tunisie. L’équipe principale du projet comprend quatre experts principaux, qui avec le soutien d’experts court-terme, servent les objectifs spécifiques du programme :

Accompagner la modernisation et la réforme du secteur des médias.

Professionnaliser les acteurs de l’information, de la régulation et de l’éducation aux médias.

Renforcer l’accès à l’information de proximité et le développement des médias professionnels au niveau régional.

D’une durée de 30 mois, le PAMT prévoit de mettre en œuvre plus de 200 modules de formation pour plusieurs milliers de participants des médias publics et privés (dans la capitale et dans les régions), 20 études thématiques sur l’ensemble du secteur, 5 activités d’accompagnement stratégique, la fourniture d’équipements de formation et production pour les institutions journalistiques publiques, et 6 projets de la société civile pour soutenir les médias (ibid).

  • 9 La Tunisie compte 59 médias audiovisuels légaux, soit 47 radios et 12 télévisions, outre 6 radios e (...)

20Ce financement passe par des intermédiaires, soit des acteurs locaux dont le principal métier est la formation dans la filière des médias. Ces derniers sont rodés quant à la pédagogie journalistique et communicationnelle et ils appartiennent le plus souvent à des réseaux dits experts des médias. Ces réseaux leur facilitent l’obtention des informations stratégiques et leur indiquent comment ils constituent les dossiers. Ces facilités d’accès se déroulent dans un contexte où l’information ne circule pas assez entre les différents protagonistes structurant le champ médiatique. Ces acteurs locaux produisent donc une expertise à court terme à un moment où le domaine du journalisme et de la communication vit au rythme d’une extension de l’investissement9 et a fortement besoin d’une vision claire sur la longue durée. Ils ne veulent pas de l’intervention de l’État dans la presse. En ce sens, dans un entretien, un ancien responsable du SNJT exprimait sa méfiance à l’égard de l’interventionnisme étatique de la manière suivante :

Mon idée était de dire que les acteurs du champ des médias ne doivent pas subir l’intervention de l’État. Ils doivent autogérer leur secteur. Autrement dit, ma position était de dire que le pouvoir exécutif ne doit pas intervenir dans ce que doit faire le journaliste. Aussi, dans notre projet de départ, il y avait l’idée d’un financement public et non gouvernemental, or celui-ci n’arrive pas. On ne voulait pas que notre projet soit validé par le gouvernement. Nous n’avons pas cherché à valider notre travail par le pouvoir exécutif (entretien, le 17 mai 2015).

21Ce propos va, de manière non intentionnelle, dans le sens de l’apprentissage de nouvelles règles liées à une organisation professionnelle plus libre, plus responsable, mais obéissant à des critères d’efficacité ([S.A.], 2012). En réalité, ce discours militant, en l’absence de réaction de l’État, avait ouvert la porte à une « avalanche des acteurs internationaux » (Kaddour, 2014 : 9) et de projets.

  • 10 Voir la vidéo pour célébrer la première année du projet Media Up : « Le Programme d’Appui aux Média (...)

22Depuis 2017, l’un des projets structurants du champ médiatique s’intitule Media Up10. Dans ce projet, le journalisme est envisagé comme « vecteur de développement » dont l’une des missions est le « renforcement des capacités » des journalistes. Ce projet est géré par le Centre africain de perfectionnement des journalistes et des communicateurs (CAPJC) et a vu le jour en juin 2017 après la signature d’une convention de financement entre la République tunisienne et la Commission de l’Union européenne. Celle-ci avait même mandaté une délégation installée au sein même de ce centre de formation pour rendre compte des programmes envisagés et en contrôler l’effectivité. Le projet vise la « mise à niveau » des journalistes évoluant au sein des médias nationaux, régionaux et locaux. Ainsi Media Up envisage-t-il d’accompagner six projets dans les gouvernorats de Bizerte, Kairouan, Kasserine, Kebili, Siliana et Tozeur. Il consiste aussi à fournir des équipements audiovisuels et informatiques.

  • 11 C’est un journaliste spécialisé dans le domaine des médias et qui a assisté à la cérémonie pour fêt (...)

De même, écrit le journaliste Kamel Ferchichi11, notre quotidien francophone [parlant de La Presse de Tunisie] aura prochainement, son propre système d’information unifié, doublé d’un service marketing censé être évolué. Cela impliquera une certaine prospérité commerciale au niveau des « annonces » et dérivés voire un bond qualitatif et quantitatif en termes de contenu rédactionnel et de recettes publicitaires (Ferchichi, 2018 : 5).

  • 12 Dans cette recherche, nous avons choisi de ne pas mentionner de noms. Ce qui nous intéresse le plus (...)

23Ce projet de l’ordre de 10 millions d’euros envisage 100 modules de formation. Aussi a-t-il sollicité des chercheurs en sciences de l’information et de la communication12 pour élaborer 10 études sur le développement des médias nationaux et locaux. De plus, il vise l’édition de 20 manuels pédagogiques ainsi qu’un accompagnement dit stratégique des médias publics. Après une année de mise en œuvre des 100 modules envisagés, le projet Media Up en a réalisé 16. Ces sessions de formation sont animées le plus souvent en binôme, surtout quand celui qui forme parle l’allemand ou l’anglais : un formateur étranger et un local. Derrière ces modules se profilent la lutte contre le « journalisme assis » ainsi que la dissipation des enseignements théoriques pour mettre l’accent sur la production effective de contenus journalistiques. Que la « bonne gouvernance des médias » renforce les « capacités des journalistes » pour s’adapter à la nouvelle technicité journalistique (notamment à travers l’émergence du mobile journalisme, le 360° et la vérification de l’information connue par fact-checking), tel est le but recherché.

24Cette logique procédant par grand projet fédérateur repose en effet sur le paradigme de la main invisible cher à Adam Smith. Dans cette perspective, le renforcement des capacités du champ médiatique est censé être une garantie suffisante pour la diffusion d’une information indépendante et plurielle. Par conséquent, ce renforcement matériel et idéel est imaginé comme conduisant ipso facto à la liberté d’expression et à l’instauration de la « bonne gouvernance des médias ».

25Avant même ce projet fédérateur, dès le 31 mai 2011, France Télévisions décide de venir en aide aux deux chaînes publiques nationales, Wataniya 1 et Wataniya 2, en les équipant de moyens de tournage et de montage. Ce processus de modernisation des médias se met en route sous prétexte d’« appui », d’« aide » et conforte, entre autres, un programme de formations chapeauté par Canal France international (CFI). CFI est une filiale de France Télévisions. Cet organisme travaillant sous l’égide de la diplomatie française est présent en Tunisie depuis 2011. Il a effectivement réussi à tisser des liens avec des organismes habitués à la formation des journalistes tels que l’Institut de presse et des sciences de l’information (IPSI) et de plus en plus depuis juin 2015 avec le CAPJC, qui est un organisme sous la tutelle du premier ministère et qui gère les projets financés par la Commission européenne. Depuis 2012, plusieurs journalistes (800) ont passé par des projets promus par les chancelleries et qui tournent autour de l’« accès à l’information », le « journalisme d’investigation » et la promotion des « droits de l’homme » dans une configuration, toutes proportions gardées, de « hold up pédagogique » (Cabedoche, 2014 : 74), ou peu s’en faut. Les formateurs invités sont souvent des journalistes (ou d’anciens journalistes) européens : Rachid Arhab de France 2, Pierre Haski, François Bonnet, Edwy Plenel (la liste est non exhaustive).

  • 13 Celle-ci est définie par le décret-loi 2011-116 voté en novembre 2011 et est chargée depuis de gara (...)

26À titre d’exemple, ces journalistes apprennent à travers des interventions données à l’IPSI aux futurs journalistes comment ils doivent organiser un débat contradictoire, relancer les invités, les pousser dans leurs retranchements, les faire parler, voire le cas échéant leur faire respecter leur temps de parole. Dans la foulée, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) contribue sous forme de conseils à façonner les premiers jalons d’un nouvel organisme de régulation de l’audiovisuel tunisien, ce qui allait devenir la HAICA (Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle13).

  • 14 « CFI soutient les médias tunisiens en période électorale », article publié le 1er juin 2011. [En l (...)

27Au même moment, depuis « janvier 2012, la filiale francophone de l’UNESCO, celle gérée à Paris, a ouvert un bureau de projet à Tunis pour accompagner la réforme des médias et du cadre législatif tunisien en collaboration avec les partenaires et les autorités nationales » (Buckley, Chaabi et Ouarda, 2012 : 3). L’École supérieure de journalisme à Tunis, « pour aider, en formation et en matériel, les médias tunisiens14 », multiplie donc les formations dans le but de former les journalistes locaux à la gestion moderne de l’information. Le concours de la direction de la télévision nationale et le CAPJC favorisent la sélection de la population la plus à même de prendre l’avant-garde de la nouvelle réforme du journalisme (Buckley, Chaabi et Ouarda, 2012 : 86).

28Remédier aux « dégâts occasionnés à la profession journalistique et sa déontologie » (Ouerda et al., 2012 : avant-propos) fait partie des missions que l’UNESCO se donne dans ce contexte qu’elle désigne comme une « transition vers la démocratie ». Ce même diagnostic est repérable dans la littérature scientifique suivante :

Pour la première fois, les Tunisiens n’avaient plus peur de s’exprimer librement. Plus encore, la peur avait changé de camp et c’était désormais aux dirigeants de surveiller leurs propos, sous peine de subir les foudres d’un peuple prompt à « dégager » tout responsable indélicat à ses yeux. Mais après avoir découvert avec émerveillement les délices de la liberté d’expression et de presse, les Tunisiens sont de jour en jour plus nombreux à en découvrir les travers. Viol de la vie privée, calomnies, manipulations, désinformation, appels au meurtre et incitations à la violence… le public se trouve exposé au quotidien à toute la panoplie des atteintes aux normes professionnelles et aux valeurs éthiques du journalisme (Hizaoui, 2014 : 102).

29Ce passage qui parle au nom des Tunisiens et qui fonde son argumentation sur « les normes professionnelles » et « les valeurs éthiques du journalisme » favorise nolens volens une nouvelle visée disciplinisatrice. Celle-ci consiste à « protéger le public » des supposés travers et débordements de journalistes. De ce fait, la supposée non-intériorisation de la conscience professionnelle par les journalistes engendre, comme nous le verrons dans le passage qui suit, un discours moralisant. Celui-ci se base sur le registre du « respect de la déontologie » tout en insistant sur le nécessaire retour à l’« éthique professionnelle » afin de dissiper la tentation du « dérapage journalistique » :

Après la fuite du général Ben Ali, le 14 janvier 2011, lit-on dans le rapport de l’INRIC, le paysage journalistique en Tunisie a subitement changé. Il a connu un bouleversement radical que certains observateurs ont qualifié de « dérapage journalistique », alors que d’autres ont estimé qu’il s’agit d’une « dose excessive de liberté ». La raison principale de ce bouleversement est, sans conteste, la disparition ou le gel des activités des instances de répression et de contrôle, après la décision du premier gouvernement de transition de dissoudre le ministère de la Communication et l’effacement total de ce qui était considéré auparavant comme des « sujets tabous » ou des « lignes rouges ». Parmi les signes de ce « dérapage journalistique », on relève que les plateaux de télévision et de radio et les colonnes de journaux sont devenus, subitement, des espaces de pugilat politique, de règlement de comptes personnels, de désinformation et de diffamation pure et simple, en violation flagrante des règles les plus élémentaires de la déontologie journalistique (Ouerda et al., 2012 : 1).

  • 15 Témoignage issu des travaux de groupes de discussion organisés par l’UNESCO au CAPJC le 25 mai 2012 (...)

30À ce titre, pour matérialiser cette lutte contre lesdits dérapages, l’UNESCO « a invité quatre formateurs dont trois Français, et une formatrice tunisienne pour assurer huit formations dont la moitié en langue française » (Buckley, Chaabi et Ouarda, 2012 : 93). Des formateurs de MediaTraining Center tels que Paul Biondi journaliste à Radio France ne manquent pas de porter la garantie, de manière à peine explicite, qu’il s’agit bel et bien d’une « aide » aux professionnels des médias locaux. Ces derniers sont amenés, bon gré mal gré, à saisir et à comprendre les mécanismes de la démocratie15 et les enjeux d’une presse libre. Or, si l’on y regarde de près, on remarque que ce qui se profile derrière cette rhétorique est l’avènement progressif d’un marché des médias dominé par la logique marchande et la promotion de l’esprit entrepreneurial dans le secteur des médias (Bouquillion, Miège et Mœglin, 2013). Il est à noter que les cycles de formation qui se reproduisent annuellement depuis l’année 2011 ne donnent pas des résultats tangibles en ce qui a trait à la pratique journalistique. L’avènement de ce marché occulte les conditions de production locale de l’information.

Le déni des problèmes structurels du métier

31Les journalistes interrogés souffrent d’un manque de reconnaissance idéelle et matérielle et d’une forte instabilité à l’embauche, d’autant plus que la majorité parmi eux sont payés l’équivalent de 200 euros par mois et travaillent plus de 50 heures par semaine (enquête par entretien compréhensif avec plusieurs journalistes de la presse écrite, juin 2015). En tant que fondement culturel de la pratique du journalisme, cette condition économique est souvent occultée au profit d’une tendance à la disciplinarisation de la profession, comme le rappelle le chercheur Mohamed Gontara (depuis plus 30 ans dans les rouages du système journalistique local) :

Il n’y a qu’à lire les comptes rendus de la presse écrite relatifs aux différentes rencontres organisées sur le vécu et le devenir des médias publics et les commentaires que suscitent ces rencontres pour se rendre compte que certaines thématiques dominent ce débat comme ceux de la réforme du Code de la presse d’avril 1975, la création du statut pour le secteur audiovisuel, la révision de la pratique journalistique dans le sens de l’adoption de nouveaux genres journalistiques comme l’investigation, le respect de l’éthique et de la déontologie journalistiques et l’indépendance des rédactions par rapport à tous les pouvoirs dont ceux de la direction des médias du premier ministre. Le débat concernant les médias publics n’a porté d’une manière générale que rarement sur des aspects économiques. À peine si l’économique est-il évoqué quand il s’est agi de parler des conditions de travail des journalistes, de leurs émoluments, des mesures d’audience des médias audiovisuels ou encore de la restructuration de l’audiovisuel public et notamment de sa privatisation (2013 : 67).

32Cet oubli de la précarité des journalistes (Accardo et al., 2007) a pour conséquence que ceux-ci vivent une crise d’identité au travail. Ils voient l’érosion de leur profession et en même temps ils se trouvent confrontés à une rhétorique de la « bonne gouvernance des médias » les culpabilisant comme étant des travailleurs de l’information qui doivent s’adapter ou périr. Cela s’opère sur fond de promotion de ladite transition démocratique (Koch, 2017). Ces discours promoteurs à l’œuvre, en mettant en place des projets à court terme, enterrent le travail journalistique comme une « puissance d’agir » (Proulx, 2013 : 149) au service du collectif.

33En outre, le travail d’observation opéré dans les entreprises de presse écrite telles que le magazine Réalités, le journal Le Temps, le quotidien arabe Assabah (Le matin) montre qu’un bon nombre de journalistes se considèrent comme des ouvriers de l’information. En réalité, plusieurs parmi eux ne sont payés que pour les quelques articles qu’ils écrivent. D’autres sont payés de l’ordre de cinq dinars l’article (équivalent de un euro et cinquante centimes l’article). Ce phénomène touche même les journalistes ayant une situation relativement stable. Ces derniers sont nostalgiques de la dictature. Ils pensent ainsi que leur profession depuis le départ du despote est une sorte « d’auberge espagnole ». En témoigne ce passage qui va dans le sens de la dégradation du métier :

Qui peut devenir journaliste chez nous ? À quoi sert la carte de journaliste professionnel ? Les journalistes occupant les écrans de nos télévisions et les micros de nos radios ont-ils la formation et les compétences nécessaires pour tenir le micro et diffuser leurs bêtises et débilités ? Pourquoi les laisser exercer ? Pourquoi n’importe qui devient journaliste ? (entretien avec un ancien responsable d’un média public, janvier 2016)

  • 16 Il n’existe pas de statistiques sur le salaire moyen des journalistes, ce qui est en soi un indice (...)
  • 17 Un journaliste ayant une dizaine d’années d’expérience et dont le patron est membre de la FTDJ affi (...)

34En outre, une journaliste qui part bientôt à la retraite exprime ce sentiment de l’insignifiance du travail qu’elle effectue : « D’ailleurs, jamais je ne me suis sentie ouvrière, dit-elle, j’ai toujours cru en la noblesse du métier de journaliste, mais j’ai fini par admettre le non-sens de mes écrits » (entretien avec une journaliste du journal Assabah, le 20 avril 2015). D’ailleurs, le représentant du Centre tunisien pour la liberté de la presse confirme cet aspect en disant que la majorité des journalistes vivent dans des conditions socioéconomiques pénibles, lesquelles sont caractérisées par l’absence de garanties quant à pérennité de leur emploi. De ce fait, ils sont engagés pour des contrats de courte durée. Parfois, ces contrats n’existent pas lorsqu’il s’agit de jeunes journalistes. Cette précarité prend bel et bien forme à travers des salaires souvent très bas16. À cela s’ajoute l’absence de couverture sociale17. Dans le secteur privé, les directeurs de journaux utilisent différentes astuces telles que des contrats de courte durée, l’emploi non déclaré des journalistes et la résiliation abusive de contrats, et ce, en vue d’éviter le versement des droits à la sécurité sociale. Par conséquent, certains journaux n’ont pas d’équipe de rédaction et travaillent uniquement avec des pigistes qu’ils sollicitent à distance pour un travail journalistique. À ce titre, la non-application des conventions communes entre le SNJT et la Fédération tunisienne de directeurs de journaux (FTDJ) ainsi que la non-application du Code de la presse concourent à la non-reconnaissance du métier par différents acteurs tels que les journalistes eux-mêmes, le pouvoir public et les lecteurs.

Une bonne partie des journalistes ne participent pas à ces formations, disait un journaliste travaillant à la fois à la télévision et à la radio, car la situation économique des entreprises journalistiques nous empêche, même si la formation est gratuite, d’envoyer nos équipes pendant deux ou trois semaines […] en plus les formations sont trop théoriques, c’est trop européen, trop pas tunisien […] quand on parle des formations il faut aussi les « tunisifier » […] on est dans une situation assez particulière où les relations entre gouvernants et gouvernés sont en train de changer. Quand la télévision tunisienne reçoit trois modèles à la fois, celui de la BBC, de la Deutsche Welle et de France Télévisions se pose alors la question de la cohérence. Où veut-on aller ? Veut-on faire une information à l’anglaise, à la française ou à l’allemande ? [...] à un certain moment, il y a une ligne […] si on épuise les journalistes par chaque formation proposée par les organismes internationaux à un moment on ne sait plus quoi faire et ce n’est pas cohérent (entretien avec un animateur de débat politique en exercice dans le journalisme audiovisuel depuis une dizaine d’années, mai 2014).

35Ce témoignage signale une tendance de fond. Plus explicitement, au lieu de se pencher sur la production journalistique locale et son inaptitude à s’insérer dans une activité journalistique universelle, les experts étrangers au même titre que les experts locaux préfèrent mettre le doigt sur des problématiques purement techniques telles que la confusion entre liberté d’expression et liberté de parole (Ben Youssef, 2013). Ce qu’ils relèvent, chemin faisant, ce sont des rédactions sans cohésion interne, sans unité éditoriale, s’organisant sans planification et dans une culture de la précipitation ou de l’abandon du travail. Dans cette logique professionnalisante, les journalistes sont qualifiés dans la foulée comme refusant de manière catégorique toute amélioration de leur façon de faire. Cette résistance au changement est renvoyée, toujours selon cette logique, à la recherche des journalistes de la facilité et du spectaculaire afin d’attirer l’attention de leur public, quel que soit le moyen. En témoigne ce discours catastrophiste d’un expert qui met l’accent sur la « dégradation » du métier de journaliste à cause de la recherche vaille que vaille du buzz :

Avec la multiplication des plateaux de télévision et l’entrée de nouveaux acteurs politiques sur la scène journalistique, les journalistes deviennent des animateurs qui cherchent le buzz […] ils agissent en dehors de tout cadre déontologique […] ils croient tout savoir et ne veulent pas être formés […] ils ne remettent pas en question la qualité de leur travail ni ne font l’effort de voir comment se pratique le journalisme à l’étranger […] après la révolution c’est important pour un journaliste de garder sa distance et surtout son indépendance […] ce que nous voyons ce sont des animateurs-buzzeurs, opportunistes qui passent au rang d’éditorialistes politiques officiant en prime time alors même qu’ils étaient spécialisés dans le sport ou la culture (entretien avec un ancien de journaliste, aussi expert et ancien rédacteur en chef de la chaîne 9, notamment du journal de 20 h, mai 2015).

36Selon les experts des médias, le résultat est donc des produits journalistiques qui accentuent les controverses voire l’échange d’invectives et d’insultes sur des plateaux de télévision à un moment où le spectateur ou le lecteur veut voir plus clairement.

  • 18 Ce dérivé du mot juridique désigne le phénomène alarmant de la propagation du droit et des solution (...)

37Il importe de signaler aussi que la réforme du domaine des médias souhaite se mettre en place par le seul pouvoir du droit. Par conséquent, les contraintes et les permissions dans la pratique journalistique sont envisagées, depuis 2012, sous l’angle de la juridiciarisation18, c’est-à-dire par l’extension remarquable de la solution juridique pour la transformation du métier de journaliste. À une échelle plus large, l’historienne Kmar Bendana montre la domination du juridisme au cours de cette phase dite de transition. Elle signale que cette ruée vers les changements permanents des lois et cette lutte pour la légitimation à travers les textes juridiques n’ont pas une réelle incidence sur les pratiques hic et nunc :

Entre-temps, la judiciarisation de la vie politique, écrit-elle, déjà entamée sous Ben Ali mais au service exclusif du pouvoir, se généralise au cours de cette transition, touchant les gouvernants, la société civile, les anciens responsables, les nouveaux acteurs […]. L’activité judiciaire gonflée par les événements s’accroît de jour en jour et rejoint l’avant-scène politico-journalistique (2011 : 122-123).

38Quand l’on interroge des journalistes sur la modernisation de leur métier, ils abordent non pas les lois, mais plutôt les déstabilisations quotidiennes de leur profession, leur mal-être dans un domaine où ils ne trouvent ni la valeur symbolique escomptée ni repères. Ils ont l’impression que leur métier est en faillite. Une profession qu’ils considèrent comme rongée par l’absentéisme et la lassitude. En témoignage cette journaliste travaillant dans la presse écrite arabe depuis plus de 20 ans :

Quatre années se sont écoulées depuis la révolution, mais je n’arrive pas à guérir de mon mal. Un mal qui ravageait, je suppose, beaucoup de journalistes. […] Mon travail était un travail forcé dans le sens où je me suis trouvée acculée à fuir les vrais problèmes de mon pays, et à consacrer de longues années de ma carrière aux questions de politique internationale. Certes, mon parcours professionnel était jalonné de quelques succès (Prix du SNJT autour de thèmes de politique internationale en 2002). Certes, j’ai pu goûter aux plaisirs du métier (voyages, visites de hauts lieux de l’histoire, rencontres avec des personnes très intéressantes intellectuellement ou politiquement…) mais je ne cessais jamais de me sentir aliénée ! (entretien avec une journaliste exerçant depuis plus de 20 ans dans la presse écrite, avril 2015)

39Cette aliénation n’est pas suffisamment prise en compte par les juristes des médias qui s’attellent à la mise en place de l’environnement juridique pour la régulation des médias à dessein de la « bonne gouvernance ». Force est de constater que ce travail d’élaboration des lois et de la conception des institutions pour la presse s’effectue de manière parachutée, sinon en catimini c’est-à-dire à travers les mêmes experts des médias qui demeurent entre soi et qui ne s’ouvrent pas assez sur l’environnement sur lequel ils tentent tant bien que mal d’agir Ce qui connote l’approche descendante et pyramidale de la manière d’envisager la démocratisation du champ de l’information ; même si ces mêmes acteurs évoquent de façon récurrente la nécessité de tisser des liens et de connaitre les publics des médias. Cette même analyse est partagée par Olivier Koch :

En effet, dire qu’en remplissant telle ou telle fonction les médias vont contribuer (ou non) à mettre en place une démocratie sur le modèle d’autres démocraties déjà existantes peut véhiculer de manière implicite l’idée selon laquelle il existerait des trajectoires obligées de « démocratisation », trajectoires que chaque nouvel entrant devrait emprunter. Dès lors, les nouveaux pays en transition ne sont pas étudiés selon leur originalité et leurs singularités, mais essentiellement en fonction de leurs défauts, leurs manquements au modèle de démocraties « matures » bien souvent d’Amérique du Nord ou d’Europe (2015 : 215-216).

40Pour assurer donc cette transition vers la démocratie, les bailleurs de fonds optent pour le changement par le biais du pouvoir juridique. Le but est de présenter les principes des droits de l’homme dans les médias comme le seul socle garantissant l’entrée dans un système fondé sur la « bonne gouvernance ». C’est de cette façon que s’opère la rencontre avec les experts locaux, qui ne lésinent pas pour présenter humblement leurs services. La réforme dans le champ médiatique se déroule donc principalement en fonction du souci des experts locaux d’élargir prioritairement leur capital social vis-à-vis des bailleurs de fonds occidentaux. C’est dans cette logique de recherche de reconnaissance de l’expertise et de capital social international que se produit, entre autres, la promotion du journalisme d’investigation comme l’un des chemins essentiels pour véhiculer l’idéal de la « bonne gouvernance des médias ».

Le journalisme d’investigation au service de l’idéal de la « bonne gouvernance »

41La promotion du journalisme d’investigation a commencé en Tunisie tout au début de l’année 2012. Ce genre journalistique a été introduit, entre autres, par un ensemble d’opérateurs étrangers parmi lesquels se trouve la Commission européenne à travers le Programme d’appui aux médias tunisiens et une institution universitaire américaine, l’Institut Albany-Sun de New York. Dans le champ journalistique local, les médias électroniques avaient une longueur d’avance sur la presse papier. Les deux supports qui tentaient de faire du journalisme d’investigation sont Inkyfada et Nawaat. Ces deux supports, pour attirer une audience, participent à des enquêtes d’investigation internationale telles que celle dite des « Panama papers ». Inkyfada, en particulier, a fait partie de l’International Consortium for Investigative Journalism, qui a enquêté sur les paradis fiscaux. Cette enquête vise à dévoiler un réseau de corruption au sein de la sphère politique internationale. Les termes les plus récurrents dans ces supports journalistiques sont « affaires », « document inédit », « document interne », « enquête exclusive », « nouvelles pièces à conviction », « révélations », « plongée dans le monde de la finance », etc.

  • 19 Comme le quotidien allemand le Süddeutsche Zeitung ou encore le journal français Le Monde.
  • 20 Arte, 22 avril 2016, « # PanamaPapers : le site d’Inkyfada piraté en Tunisie — Tous les internets » (...)

42À travers la participation à ces enquêtes en collaboration avec des journaux reconnus par la profession à l’échelle mondiale19, les supports locaux cherchent le relais de leurs publications dans les médias audiovisuels et radiophoniques locaux. C’est, en partie, une façon de bâtir un capital symbolique et de montrer son sérieux par rapport à ce type de journalisme. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé à travers l’invitation de Malek Khadraoui, directeur de publication d’Inkyfada, à l’une des émissions les plus regardées sur la chaîne Elhiwar Tounsi » 24/7 », au mois d’avril 2016, pour parler des « révélations » auxquelles est arrivé son journal. Ensuite, le même directeur aura le privilège de parler de son expérience à des médias internationaux, par exemple la chaîne Arte, cette fois pour aborder la question du piratage de son support journalistique20.

43La promotion du journalisme d’investigation21 s’inscrit, de surcroît, dans un discours plus large valorisant l’aide à « l’indépendance des médias », à la lutte contre le « journalisme de connivence », la « réactivité du journaliste » et son « agilité » dans la détection de l’information comme des voies pour « moderniser le secteur22 » des médias dans le sens de sa standardisation (Esser, 1999 : 291-324). Ces injonctions occultent la précarité des journalistes. Celle-ci marque profondément la capacité à produire une information véridique et fiable. En témoignent les propos d’une journaliste qui s’est convertie à ce genre journalistique depuis 2011 :

Je dois me consacrer au journalisme d’investigation en continuant mon travail journalistique ordinaire à savoir un rythme quasi quotidien de production de l’information. En d’autres termes, je dois faire de l’investigation sur mon temps de loisir. Il m’arrive de tomber des fois malade et souvent je m’occupe de mes deux enfants dont un vient de faire sa rentrée à l’école cette année. Pour l’instant, l’investigation pour moi est vécue comme une vocation. Je commence à la travailler à partir du moment où je termine mon travail sur lequel je suis rémunéré en tant que journaliste. Maintenant, quand le rédacteur en chef est au courant du sujet d’investigation sur lequel je travaille, il m’interpelle au bout de trois jours pour rendre le papier. Or, dans les formations que j’ai reçues, on nous explique qu’il faut travailler en consacrant un peu de temps qui peut aller de un à six mois, voire plus. Aussi, on nous montre le besoin de construire des hypothèses, de les valider, de lire plusieurs documents en les recoupant, de faire des repérages, d’imaginer un procédé pour obtenir une information précieuse et singulière et enfin d’avoir un talent de narration. Ces impératifs, aussi séduisants soient-ils, sont, en réalité, contraires à la façon de faire du journalisme auquel on est habitué (entretien avec une journaliste de la presse écrite, octobre 2016).

  • 23 Un journal édité en langue arabe. La ligne éditoriale de ce journal est, toutes proportions gardées (...)

44Concrètement, la construction de la pratique du journalisme d’investigation s’est effectuée essentiellement par le biais des partenariats avec des ONG, et plus particulièrement Arab reporters for investigative journalism (ARIJ). La directrice de ce centre, Rana Essabagh, œuvre entre autres pour sensibiliser les jeunes journalistes quant à la nécessité d’investir le terrain en vue de produire une « information de qualité ». En agissant à l’échelle des institutions journalistiques nationales, le centre a signé une convention avec le journal Le Maghreb23. Le but de cette convention est de constituer une cellule d’investigation composée de journalistes formés aux frais d’ARIJ six mois durant. Un certain nombre de journalistes du journal Echourouk — l’un des supports en langue arabe les plus lus dans le pays — ont été séduits par les formations en investigation dans la mesure où ils espèrent devenir de « grands reporters » capables dans un futur proche de traiter « des affaires d’État ».

  • 24 L’expression désigne les entreprises journalistiques travaillant uniquement sur Internet.

45Le financement d’ARIJ par exemple (qui n’est pas le seul acteur à intervenir dans le journalisme d’investigation) provient pour l’essentiel des pays scandinaves, à savoir le Danemark, la Suède, la Norvège et la Finlande. Il importe de mentionner à ce titre que même si ces pays ne posent pas de conditions préalables et contraignantes à leurs partenaires tunisiens, ils ont toutefois une définition du journalisme que le pays n’est pas encore en mesure de mettre en place. Pour ces promoteurs, le journalisme d’investigation favorisera l’émancipation par la critique et secouera donc « la mentalité arabe non initiée à l’esprit critique » (Lahbib, 2012). Chemin faisant, des supports de presse écrite ont été érigés progressivement comme modèles pour les supports locaux à l’instar de Mediapart. Ce pure player24 français sert de tête de gondole.

46La population de journalistes séduite par l’investigation est plutôt jeune et féminine. Elle est en quête de notoriété auprès des lecteurs et de reconnaissance auprès des pairs. D’ailleurs, cette opération de séduction finie, à maintes reprises, par des cérémonies au cours desquelles on décerne le prix de la meilleure investigation, comme ce fut le cas de la journaliste Najoua Hammami. Cette dernière avait obtenu le Dig Award, prix accordé par ARIJ, pour un reportage intitulé « Sens dessus dessous » et consacré au sort des victimes desdites révolutions tunisiennes et égyptiennes. Quant au reportage, il a été diffusé par la chaîne allemande Deutsche Welle. Toutefois, et de façon générale, après les formations suivies (et qui sont en cours en 2017), une grande partie des journalistes évoquent l’impossibilité d’accéder à une information fiable. Aussi mettent-ils l’accent sur le fait que ce genre journalistique, au-delà de sa rigueur méthodique, demande des grandes ressources financières de l’entreprise journalistique et une forte disponibilité du temps de la part du journaliste. Celui-ci est donc amené à ne négliger aucun détail du sujet d’investigation qu’il construit à travers des hypothèses et des recoupements. De plus, les journalistes évoquent que ce genre journalistique ne s’effectue pas individuellement, comme c’est le cas du journalisme ordinaire. Il exige selon leurs propos un travail de collaboration entre équipe de journalistes et des ressources émanant de l’entreprise. Cette culture de travail en équipe n’est pas en vigueur dans les entreprises médiatiques, tant s’en faut. Ce genre de journalisme demande également beaucoup de courage de la part du journaliste. Certains journalistes, désireux d’une vie relativement stable et d’une famille, s’éloignent de la prise de risque que comporte le journalisme d’investigation. Celui-ci demande à la fois un investissement matériel, idéel, mais aussi affectif, ainsi qu’une forte personnalité pour être en mesure de faire face aux pressions. D’ailleurs, les journalistes évoquent le fait que le pays s’est certes libéré, mais qu’il entre de plein fouet dans le monde des intérêts privés, de la logique partisane, de la concurrence effrénée. Ce pouvoir économique déploie une vigueur qui dépasse celle du pouvoir politique d’antan, notamment à travers la gestion pernicieuse des ressources publicitaires dans les médias par les annonceurs, qui ont souvent des allégeances tacites aux partis politiques au pouvoir (Klaus et Koch, op. cit. : 301-304).

47Examinée de près, cette promotion de l’investigation laisse sous-entendre que l’affranchissement et le dévoilement n’existaient pas auparavant. Or, Sofiane Belhadj, un journaliste qui a investi le blogging, est resté une figure presque méconnue du public, alors même qu’il avait joué un rôle majeur dans ladite révolution de jasmin. Faut-il rappeler qu’il a traduit et reproduit les câbles de WikiLeaks sur Facebook ? À l’époque, il a échappé, du moins en partie, aux logiques de surveillance et de contrôle qui sévissaient lors de la dictature. Par ailleurs, en raison de leur passion pour l’investigation, des journalistes ont été enlevés, voire assassinés. Ce sort a été réservé par exemple à Sofiène Chourabi, blogueur et journaliste très actif lors des émeutes populaires ayant conduit au changement politique dans le pays, et au photographe Nadhir Ktari. Ces deux journalistes envoyés par une nouvelle chaîne de télévision à l’époque, First TV, avaient été capturés une première fois le 3 septembre 2014 à l’est de la Libye et libérés quelques jours plus tard. Ils auraient été ensuite une nouvelle fois arrêtés par un groupe armé et ont disparu depuis le 8 septembre 2014. En janvier 2015, la branche libyenne de ladite organisation État islamique (EI) avait affirmé les avoir exécutés. Ces deux journalistes étaient indéniablement motivés à améliorer la façon de faire du journalisme, afin que celui-ci devienne plus crédible, plus respectable, grâce à un travail de qualité et d’investigation.

48Même si l’investigation véhicule donc un modèle mobilisateur pour les journalistes, le discours qui l’accompagne recèle une forte stigmatisation de la pratique journalistique telle qu’elle se fait en contexte contraignant. Ce journalisme local est désigné comme une « presse de communiqué » qui ne dérange pas et qui produit une communication arrangeante afin de mettre en scène et de faire entendre la voix de la sphère politique (Marchetti, op. cit. : 30-40). En ce sens, le journalisme d’investigation vient redorer le blason du journalisme et, de la sorte, « honorer la profession » en faisant sienne la défense du « peuple » contre le régime politique autoritaire et en adoptant dogmatiquement l’idéologie des droits de l’homme qui serait la trame de fond de la rhétorique de la « bonne gouvernance des médias ».

L’idéologisation des droits de l’homme comme trame de fond de la « bonne gouvernance »

49Le processus d’idéologisation a été étudié à travers une compagne de communication. Celle-ci a vu le jour entre le 1er et le 15 mai 2012. Elle a été organisée par le Groupe d’observation de la Tunisie de l’Échange international de la liberté d’expression (TMG de l’IFEX) de façon à promouvoir l’idéologie des droits de l’homme comme nouvelle toile de fond de la rhétorique de la « bonne gouvernance des médias ». Ce groupe est une coalition formée de 21 organisations membres de l’IFEX, un réseau mondial engagé dans la « défense de la liberté d’expression ». Il a été créé en 2004 pour surveiller les atteintes à la liberté d’expression avant et après le Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) tenu à Tunis en novembre 2005. La campagne publique sur la liberté d’expression a été conduite par le blogue collectif indépendant Nawaat, qui se présente comme un site précurseur en matière de critique de la sphère politique dans le pays et le TMG de l’IFEX. Cette campagne a été inscrite dans le cadre d’un vaste projet intitulé « Observation et plaidoyer pour le soutien aux défenseurs des droits de l’homme indépendants en Tunisie ». Le financement provenait de l’Union européenne et d’Oxfam Novib. Par la suite, cette campagne a fait les colonnes de la presse écrite. Elle s’est également déclinée en plusieurs affiches publicitaires dans les lieux publics, là où se trouvent les artères des grandes villes.

Image 1. Campagne pour la liberté d’expression Nawaat/TMG de l’IFEX, 1er-15 mai 2012

Image 1. Campagne pour la liberté d’expression Nawaat/TMG de l’IFEX, 1er-15 mai 2012

Le slogan de l’affiche dit : « La presse bâclée c’est terminée… »

  • 25 Dans cette recherche, une prudence particulière a été appliquée quant à l’usage de l’appellation de (...)

50Le message transmis est un appel à la rupture avec la propagande journalistique à l’œuvre durant la période dictatoriale. Il véhicule des valeurs d’acteurs se positionnant comme des agents de la « société civile25 ». Cette rupture permet, dans un schéma évolutionniste voire darwiniste, de faire entrer les journalistes dans le monde des civilisés et des raffinés. Ces derniers dans l’imaginaire collectif sont souvent présentés comme se trouvant dans les pays occidentaux. Les journalistes dans ces pays sont ainsi représentés comme un modèle à suivre dans la mesure où ils incarnent, en gros, les valeurs des droits de l’homme et favorisent la « bonne gouvernance » au sein de leur propre société.

La question du développement, écrit Mattelart, est définie comme un processus de diffusion de l’« innovation ». Le but des stratégies de persuasion est de « faire évoluer » les attitudes des populations en état de « sous-développement », c’est-à-dire de les faire passer d’une culture et d’une société dites traditionnelles à une culture et une société dites modernes. […] On calcule des indices de modernisation en croisant des taux d’alphabétisation, d’industrialisation, d’urbanisation et d’exposition aux médias. […] L’Unesco s’empresse ainsi de traduire en plusieurs langues […] tandis que ses fonctionnaires établissent des catalogues de « standards minimaux » : pour s’extirper du sous-développement, pour « décoller », un pays doit avoir atteint un certain taux d’équipement en sièges de cinéma, en postes de radio et de télévision. Vecteurs de « conduites modernes », les médias sont envisagés comme les agents innovateurs (2008 : 62-63).

51Cette entrée dans la modernité prend d’autant plus de sens avec le journalisme comme l’un des « agents innovateurs » à l’échelle nationale et internationale, comme le montrent les travaux d’Armand Mattelart (1976, 2007, 2008). Plus que jamais, ce domaine est considéré comme un levier pour instaurer le développement de l’éthique démocratique (Hammami, 2015). 

Image 2. Campagne pour la liberté d’expression Nawaat/TMG de l’IFEX, 1er-15 mai 2012

Image 2. Campagne pour la liberté d’expression Nawaat/TMG de l’IFEX, 1er-15 mai 2012

Insertions dans les journaux quotidiens et hebdomadaires tunisiens

Image 3. Campagne pour la liberté d’expression Nawaat/TMG de l’IFEX, 1er-15 mai 2012

Image 3. Campagne pour la liberté d’expression Nawaat/TMG de l’IFEX, 1er-15 mai 2012

Panneaux d’affichage urbain

52En outre, l’image d’un cerveau prenant la forme d’un arbre (image 3) connote l’idée de l’enracinement, de la construction, de la résilience, de l’écologie et du civisme. Néanmoins, en dépit de ces significations, l’image ne va pas sans agressivité. À l’examiner de près, on remarque qu’elle veut faire sortir l’homo tunisianos de la « pensée sauvage » pour l’insérer dans les valeurs de la liberté d’expression et dans l’univers de la revendication de ses droits. Assurément, les droits de l’homme se présentent comme l’ultime finalité de cette campagne. Ils apportent, de ce fait, dans leur sillage l’idéal d’un rempart contre l’arbitraire du pouvoir que le journalisme local avait vécu non seulement durant les colonisations, mais aussi durant l’indépendance et la mise en place du projet de l’État-nation avec ses abus de pouvoir bourguibistes et bénalistes.

53À l’étude de l’image 3, il y a donc bel et bien une violence symbolique. En l’occurrence, les valeurs suggérées à travers ce visuel préconisent une modernisation hâtée empruntant des modèles exogènes. Autrement dit, ces mêmes valeurs transmises dans ce message écartent subrepticement les possibilités d’une modernité endogène qui se produirait grâce à l’intelligence et aux manières de faire des journalistes locaux. La volonté de changer la mentalité journalistique, comme nous le voyons dans les images 2 et 3, contient donc un effet boomerang. Plus explicitement, alors même que cette campagne souhaite un journalisme plus libre et responsable, elle stigmatise des manières journalistiques élaborées sur la longue durée, c’est-à-dire depuis l’époque coloniale au XIXe siècle. En l’occurrence, cette campagne publicitaire envisage une modernisation plaçant le travailleur de l’information comme seul responsable de la production d’un journalisme de « propagande ». D’ailleurs, à l’observation et à l’analyse de l’image 2, on remarque que l’affiche prône clairement de faire table rase sur les pratiques journalistiques du passé. Ces façons de faire sont présentées sans aucune distinction comme un « journalisme de bâclage ». Cette injonction au changement s’opère en mettant le journalisme comme principal catalyseur de la modernisation d’une culture, laquelle serait caractérisée par un « despotisme oriental » (Wittfogel, 1957). Or, en procédant de cette façon, pour le moins agressive, cette invitation aux valeurs de la liberté d’expression — qui est l’une des assises des droits de l’homme — devient une forme d’adhésion forcée à un dogme qui se présente comme le one best way pour accéder à la démocratie et à la « bonne gouvernance des médias ». On passe donc de la nécessité du changement de la façon de faire du journalisme à un sacre des droits de l’homme. En ce sens, les travaux de Marcel Gauchet (1989) mettent l’accent sur le fait que le sacre des droits de l’homme est à coup sûr le fait idéologique et politique majeur depuis la fin du XXe siècle. D’ailleurs, en situant la perspective locale sur la moyenne durée, les valeurs des droits de l’homme, qui ont été une arme de combat contre la dictature de Bourguiba et de Ben Ali, deviennent peu à peu après le 14 janvier 2011 une trame idéologique dans l’action de promotion de la « bonne gouvernance des médias ». Par la même occasion, les droits de l’homme, après le 14 janvier 2011, sont devenus l’étalon de l’action diplomatique, voire le langage récurrent que les pays partenaires de la Tunisie et des bailleurs de fonds utilisent. Dans ce contexte, la promotion des valeurs des droits de l’homme se transforme même en un langage attrayant permettant de faire adhérer de nouvelles compétences.

  • 26 Le projet Kalimat Horra est mené en partenariat avec le ministère tunisien des Relations avec les i (...)
  • 27 Canal France international, « Appel à propositions de projets éditoriaux sur la question des Droits (...)

Dans le cadre du projet Kalimat Horra26 [entendez libre expression] CFI recherche des candidats capables de produire des projets éditoriaux multi-supports consacrés à la situation des Droits de l’homme en Tunisie. Neuf thématiques sont proposées : la corruption, la torture, les droits économiques et sociaux, les disparitions forcées, l’égalité des chances et des genres, la justice transitionnelle, les droits des minorités, les droits des prisonniers et le respect des libertés individuelles. Le choix du support est libre (article, vidéo, reportage radio, infographie, etc.) avec un intérêt particulier pour les formats innovants. Les candidats devront obtenir l’accord d’un média qui s’engage à diffuser leur production. Il peut s’agir de médias traditionnels ou de médias numériques comme une page Facebook ou une chaîne YouTube par exemple. Le média devra disposer d’une certaine notoriété et démontrer un impact réel dans la communauté27.

54Cette annonce montre bien l’articulation entre la revendication du droit et les problématiques qui se posent à la profession politique. En ce sens, la résurgence des droits de l’homme propulse les médias comme des lieux exclusifs du débat démocratique, sinon le seul dans les sociétés dites en transition. En même temps, les droits de l’homme deviennent une idéologie.

Les droits de l’homme sont effectivement devenus, par une imprévisible évolution de nos sociétés, la norme organisatrice de la conscience collective et l’étalon de l’action publique. […] Nous sommes témoins d’une revanche du droit et concomitamment, d’une éclipse du politique et du social-historique (Gauchet, 2000 : 260 et 263).

55Cette idéologisation des droits de l’homme se déroule sous l’emprise des logiques marchandes sur l’organisation et le fonctionnement des médias en Tunisie. La production de l’information met en scène désormais le social, mais de façon oblitérée. Autrement dit, c’est un social factice, spéculaire et réduit. Ce qui ressort à l’observation des médias locaux, c’est le règne de la mise en scène journalistique, c’est-à-dire la beauté des images avec des invités très maquillés et des décors mimant les émissions les plus modernes dans les pays occidentaux, alors que la vérité quotidienne est tout autre. Dans la majorité des cas, les médias mettent donc en relief une image travaillée artificiellement par une mise en scène factice occultant le social (Charpentier et Brulois, 2013).

La constitution de la visibilité publique, dans un processus avancé de fétichisation, mène à la disparition des acteurs, de leur action et de leur parole, au profit d’images abstraites sans support avec leurs référents ancrés dans l’expérience et leurs contextes d’expression — abstraction rendue possible par la séparation entre apparence immédiate et apparence médiatisée introduite par le processus de canalisation et de formatage journalistiques. La fétichisation informationnelle est la conséquence de la marchandisation des produits symboliques sous forme d’abstraction des rapports sociaux ; elle fait régner entre les acteurs des rapports purement instrumentaux et mène à la destruction du monde commun. […] Les acteurs deviennent invisibles les uns aux autres et invisibles à eux-mêmes quand bien même ils peuvent être exposés en permanence sur le devant de la scène journalistique (Voirol, 2005 : 106-107).

56Cette idéologisation des droits de l’homme prend de l’envergure dans un contexte de promotion de la démocratie et conduit les médias à les prendre comme credo. Vue de près, cette liberté dans les médias se dirige de manière accélérée vers la marchandisation de l’information et a confisqué le débat public dans le sens où les sujets de fond sont occultés au profit des histoires personnelles. Cette même synthèse est partagée par Jean du Bois de Gaudusson :

[L]e discours dominant de la bonne gouvernance ne dissimule pas dans le fond, bien que prétendant apolitique, l’adhésion à un projet politique qui tend à « dé-culturer » les questions de gestion publique, les mécanismes fondamentaux de la démocratie […] au nom d’un universalisme […] le champ politique en vient à être considéré plus comme un lieu de gestion des ressources et un marché que comme un lieu d’accès au pouvoir et aux processus de prise de position pour élaborer un projet de société (cité dans Kaddour, op. cit. : 10).

57En effet, cette marchéisation des secteurs stratégiques de la société tels que les médias s’opère présentement dans un contexte où l’État abandonne sa souveraineté pour devenir un État gendarme, c’est-à-dire superviseur sans engagement dans le processus de construction de l’édifice social. Dans le domaine du journalisme, les valeurs qu’incarnent les droits de l’homme visent de plus en plus la managérialisation de la pratique journalistique en définissant des objectifs à atteindre suivant des standards dits internationaux. Cela se met en place sans tenir compte des spécificités des conditions de production des rendus journalistiques locaux ; combien même ces singularités locales s’inscrivent bien évidemment dans une profession informationnelle et communicationnelle universelle.

Conclusion

58Sans sombrer dans le paradigme de la théorie du complot, cette recherche a pour but de montrer que l’hétéronomie dans le domaine des médias est fortement structurante, voire hégémonique. Elle veut que le travail médiatique n’appartienne plus au journaliste, mais plutôt à la machine de la production de l’information symbolisée par l’entreprise au sein de laquelle le journaliste travaille. Cette hétéronomie qui prend les allures de la « réforme » occulte le travail journalistique comme foncièrement un acte social (Castel, 2013) autonome. Or, cette possibilité d’authenticité, c’est-à-dire d’autonomie, est plus que jamais réduite par des formatages internes qui s’opèrent à travers des projets à la carte financés par des acteurs internationaux en l’absence d’un financement et de structuration de la part de l’État. Par ailleurs, la toile de fond de ces projets est l’idéologie des droits de l’homme. Celle-ci fait la promotion, entre autres, de la culture de la dissidence comme seule façon d’instaurer la démocratie. C’est avec ce raisonnement que s’opère le changement permanent des lois dans les médias, avec ce que cela implique en matière de prolifération d’un opportunisme prenant l’apparence du militantisme. L’étude de cas de la promotion du journalisme d’investigation, comme nous avons essayé de faire, est emblématique de cette stratégie.

  • 28 Le dernier limogeage en date est celui Mustapha Beltaief, président-directeur général de la télévis (...)

59Cette recherche ouvre des horizons pour l’étude de la relation de l’État au processus de réforme des médias. Après le 14 janvier 2011, l’État étant submergé par les revendications sociales de tout bord, il laisse les problèmes liés aux médias s’accumuler. Ensuite, quand la situation s’aggrave et que les acteurs de ce champ ne s’entendent plus, il intervient en urgence avec parfois des décisions hâtives. Même après la dictature, l’État s’interpose par le haut dans la désignation des directeurs de rédaction des médias publics, à l’instar des directeurs de Dar Assabah et du journal quotidien La Presse ainsi que du président-directeur général de la télévision nationale. En outre, depuis les élections présidentielles de novembre 2014 et la formation du gouvernement Essid en janvier 2015, l’État se mêle moins des désignations, mais bien plus des évictions28.

60De ce fait, l’État entretient une double posture à l’égard des médias. Premièrement, il ne veut pas laisser les coudées franches aux organisations professionnelles telles que le SNJT et la FTDJ pour gérer elles-mêmes leur profession. Deuxièmement, l’État se trouve submergé par la gestion contre son gré du domaine des médias. Dans cette configuration, il est l’un des principaux acteurs des médias dans la mesure où il gère La Presse, Assahafa, l’Agence Tunis Afrique Presse (TAP), la Radio et la Télévision tunisiennes, le Centre de documentation nationale, le CAPJC. Il administre aussi partiellement les médias confisqués par l’État aux proches du président déchu à l’instar de Radio Zitouna, Dar Assabah à 70 % (l’une des grandes maisons de la presse écrite dans le pays), la radio Shems-fm à près de 90 %. Par ailleurs, l’octroi de la carte professionnelle, l’accréditation des journalistes étrangers et correspondants de presse, les relations avec la HAICA, les syndicats des journalistes et directeurs de journaux, les questions juridiques, la publicité publique et les abonnements des entreprises publiques auprès des journaux sont les quelques prérogatives qui sont détenues par l’État.

61Enfin, cette recherche montre que l’importance de la solution juridique ne saurait à elle seule suffire pour rendre compte de ce qui est permis et de ce qui est interdit dans le champ médiatique. Comme le montre cette recherche, elle est même source, de façon non intentionnelle, de la standardisation et du formatage du travail créateur dans le domaine du journalisme. Cette standardisation oublie une règle très valable dans les pays arabes, à savoir que l’on ne peut pas changer la profession du journalisme uniquement par des décrets et des lois. Fait que les experts des médias oublient. Ils sont tellement obnubilés par des projets de réforme situés sur la courte durée qu’ils ne voient pas la technicité et l’instrumentalité des problématiques très restreintes qu’ils traitent.

Haut de page

Bibliographie

[S.A.] (2012), « Deux Tunisiens sur trois satisfaits de leurs médias », Kapitalis, 27 novembre. [En ligne]. http://www.kapitalis.com/63-fokus/13061-deux-tunisiens-sur-trois-satisfaits-de-leurs-medias.html. Page consultée le 1er décembre 2012.

ACCARDO, Alain et al. (2007), Journalistes précaires, journalistes au quotidien, Marseille, Agone, Coll. « Éléments ».

ANTOINE Frédéric et al., (2009), Modèles du cursus pour la formation en journalisme, Manuel Série Unesco sur la formation au journalisme, Paris, Éditions Unesco. [En Ligne]. http://unesdoc.unesco.org/images/0015/001512/151209f.pdf. Page consultée le 6 novembre 2018.

BEN BOUBAKER, Riadh et Faouzi MOSBAH (2013), Guide d’utilisation du manuel d’apprentissage de la démocratie pour les jeunes en Tunisie. Guide à l’attention des formateurs et des adultes relais, Rabat, Éditions Unesco. [En ligne] http://unesdoc.unesco.org/images/0022/002258/225893F.pdf. Page consultée le 1 octobre 2015.

BEN YOUSSEF, Mohamed (2013), « Les médias à l’épreuve du 14 janvier », L’Économiste maghrébin, 8 avril. [En ligne]. http://www.leconomistemaghrebin.com/2013/04/08/les-medias-a-lepreuve-du-14-janvier/. Page consultée le 16 avril 2013.

BENDANA, Kmar (2011), Chronique d’une transition, Tunis, Éditions Script.

BOUQUILLION, Philippe, Bernard MIÈGE et Pierre MŒGLIN (2013), L’industrialisation des biens symboliques. Les industries créatives en regard des industries culturelles, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, Coll. « Communication, médias et sociétés ».

BOURDIEU, Pierre (1996), Sur la télévision suivi de L’emprise du journalisme, Paris, Liber-Raisons d’agir.

BUCKLEY, Steve, Sawsen CHAABI et Bechir OUARDA (2012), Étude sur le développement des médias en Tunisie basée sur les indicateurs de développement des médias de l’Unesco, Paris, Éditions Unesco. [En ligne]. http://unesdoc.unesco.org/images/0021/002192/219222F.pdf. Page consultée le 6 novembre 2018.

CABEDOCHE, Bertrand (2014), « Questionner les formations en journalisme, pour comprendre l’incompréhension des médias en France face aux “révolutions arabes” ? », dansLarbi CHOUIKHA et Hamida EL BOUR (dir.), Être journaliste, aujourd’hui, à l’ère de la mondialisation de la communication, l’exemple des pays arabes et africains, Tunis, Institut de presse et des sciences de l’information-Konrad Adenauer Stiftung, p. 71-89.

CASTEL, Robert (2013), « Salariat ou revenu d’existence ? Lecture critique d’André Gorz », La Vie des idées, 6 décembre. [En ligne]. http://www.laviedesidees.fr/Salariat-ou-revenu-d-existence.html. Page consultée le 31 juillet 2018.

CASTORIADIS, Cornelius (1996), La montée de l’insignifiance : les carrefours du Labyrinthe IV, Paris, Seuil.

CHABBEH, Sameh (2012), « “Les journalistes spécialisés et l’expertise”. Évolution des formes de professionnalisation dans les journaux d’information avant et après la révolution “Bouazizienne” », Les Enjeux de l’information et de la communication, 13(1), p. 29-44.

CHARPENTIER, Jean-Marie et Vincent BRULOIS (2013), Refonder la communication en entreprise : de l’image au social, Paris, Fyp éditions.

CHEVRIER, Jacques (1997), « La spécification de la problématique », dans Benoît GAUTHIER (dir.), Recherche sociale. De la problématique à la collecte de données, Québec, Presse de l’Université du Québec, p. 51-82.

CHOUIKHA, Larbi (2006), « Tunisie : les chimères libérales », La Pensée de midi, 19(3) : 29-37. [En ligne]. http://www.cairn.info/revue-la-pensee-de-midi-2006-3-page-29.htm. Page consultée le 31 juillet 2018.

CHOUIKHA, Larbi (2013), « La difficile entreprise de réformer les médias en Tunisie », Communication, 32(1). [En ligne]. http://communication.revues.org/4692. Page consultée le 14 mars 2014. 

CROZIER, Michel (1979), On ne change pas la société par décret, Paris, Grasset.

DAMI, Samira (2016), « Paysage audiovisuel, état des lieux et devenir », La Presse Magazine, n° 1471, p. 22-23.

DE GAULEJAC, Vincent (2005), La société malade de gestion : idéologie gestionnaire, pouvoir managérial et harcèlement social, Paris, Seuil.

DENEAULT, Alain (2016), La médiocratie, précédé de Politique de l’extrême centre et suivi de « Gouvernance », Montréal, Lux, Coll. » Lettres libres ».

DURKHEIM, Émile (1993/1897), Le suicide, 6e édition, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Quadrige ».

ELHAOU, Mohamed Ali et Aida FITOURI (2015), « La profession journalistique après la “révolution du jasmin” sous l’emprise de la modernisation », Les Enjeux de l’information et de la communication, 16(1), p. 39-55.

ESSER, Frank (1999), « “Tabloidization” of news. A comparative analysis of Anglo-American and German pressjournalism », European Journal of Communication, 14(3), p. 291-324.

FERCHICHI, Kamel (2018), « Programme d’appui aux médias en Tunisie (Pamt), un an après !”, La Presse, 8 juin 2018, n° 27.171, p. 5.

FERRIÉ, Jean-Noël (2003), « “Société civile”, autoritarisme et globalisation des normes », Journal des anthropologues, 94-95, p. 75-91.

FERRON, Benjamin, HARVEY, Nicolas et TRÉDAN, Olivier (dir.) (2015), Des amateurs dans les médias : légitimités, autonomie, attachements, Paris, Presses des Mines.

FLICHY, Patrice (2010), Le sacre de l’amateur : sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Paris, Seuil.

FOUCAULT, Michel (1975), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard.

GAUCHET, Marcel (1989), La révolution des droits de l’homme, Paris, Gallimard, Coll. « Bibliothèque des Histoires ».

GAUCHET, Marcel (2000), « Quand les droits de l’homme deviennent une politique », Le Débat, 110(3), p. 258-288.

GIDDENS, Anthony (2005/1984), La constitution de la société, traduit de l’anglais par Michel AUDET, Paris, Presses universitaires de France, Coll. » Quadrige ».

GODHAMI, Abdallah (2014), La critique culturelle, lecture des structures culturelles arabes, Casa, Centre culturel arabe (livre en arabe).

GONTARA, Mohamed (2013), « Médias publics tunisiens et transition démocratique : quelles perspectives d’avenir ? », dans Hamida EL BOUR (dir.), Actes du colloque Médias publics arabes et transitions démocratiques, Tunis, Institut de presse et des sciences de l’information-Konrad Adenauer Stiftung, p. 63-82.

HAMDANE, Mohamed (2013), « La réforme de l’audiovisuel, les axes du débat », dans Hamida EL BOUR (dir.), Actes du colloque Médias publics arabes et transitions démocratiques, Tunis, Institut de presse et des sciences de l’information-Konrad Adenauer Stiftung, p. 49-62.

HAMMAMI, Sadok (2015), « La presse tunisienne : transformations et continuités », Revue tunisienne de communication, 64-56, p. 5-38.

HIDRI, Abdallah (2012), New Media: Order and Chaos, Tunis, Éditions Sahar.

HIZAOUI, Abdelkrim (2014), « Quelle redevabilité des médias tunisiens dans un contexte de liberté ? », dans Hamida EL BOUR (dir.), Actes du colloque Médias publics arabes et transitions démocratiques, Tunis, Institut de presse et des sciences de l’information-Konrad Adenauer Stiftung, p. 101-107.

INSTITUTE FOR INTEGRATED TRANSITIONS (IFIT), (2013), « Inside the transition bubble: International expert assistance in Tunisia », Site web de l’IFIT, Avril. [En ligne] http://www.ifit-transitions.org/publications/inside-the-transition-bubble-international-expert-assistance-in-tunisia. Page consultée le 6 novembre 2018).

KADDOUR, Souheil (2014), « La gouvernance des Droits de l’homme en Tunisie postrévolutionnaire : état des lieux, difficultés et opportunités », La Revue des droits de l’homme, 6. [En ligne]. http://revdh.revues.org/913. Page consultée le 11 juin 2018.

KAUFMANN, Jean-Claude (2011), L’entretien compréhensif, 3e édition, Paris, Armand Colin.

KIYINDOU, Alain (2009), Les pays en développement face à la société de l’information, Paris, L’Harmattan.

KLAUS, Enrique et Olivier KOCH (2017), « Les presses privées post-2011 en Tunisie : mutations économiques et politiques », Questions de communication, n° 32, p. 287-306.

KOCH, Olivier (2015), « Les médias dans les « transitions démocratiques » : état des lieux et prospective‪ », Questions de communication, 28, p. 211-229.

KOCH, Olivier (2017), « La professionnalisation du journalisme tunisien dans la période transitionnelle : le rôle des acteurs extranationaux », dans Dominique MARCHETTI et Julien PARIS (dir.), Productions et circulations transnationales des biens journalistiques dans les mondes arabes et musulmans, Centre Jacques Berque, IFEA, Open Edition, Coll. « Description du Maghreb ». [En ligne]. http://books.openedition.org/cjb/1201. Page consultée le 21 septembre 2017.

LAHBIB, Hella (2012), « Journalisme d’investigation : un genre méconnu », La Presse de Tunisie, le 6 mai. [En ligne]. http://www.lapresse.tn/07052012/49376/journalisme-dinvestigation-un-genre-meconnu.html. Page consultée le 15 septembre 2016.

LAHOUARI, Addi (2001), « Violence symbolique et statut du politique dans l’œuvre de Pierre Bourdieu », Revue française de science politique, 51(6), p. 949-963.

LOCHAK, Danièle (2009), Les droits de l’homme, Paris, La Découverte, Coll. « Repères ».

MARCHETTI, Dominique (2000), « Les révélations du “journalisme d’investigation” », Actes de la recherche en sciences sociales, 131(1), p. 30-40.

MATTELART, Armand (1976), Multinationales et systèmes de communication. Les appareils idéologiques de l’impérialisme, Paris, Anthropos.

MATTELART, Armand (2007), Diversité culturelle et mondialisation, Paris, La Découverte.

MATTELART, Armand (2008), La mondialisation de la communication, Paris, Presses universitaires de France.

MERIC, Pascale, Salsabil KLIBI et Salwa HAMROUNI (2011), Guide d’utilisation du manuel d’apprentissage de la démocratie pour les jeunes en Tunisie, Rabat, Éditions Unesco. [En ligne] http://unesdoc.unesco.org/images/0021/002152/215297F.pdf. Page consultée le 26 avril 2013.

MEYER, Vincent (1997), « Les compétences professionnelles sous l’œil expert des médias : les intervenants socio-journalistiques », Utinam, 23, p. 197-220.

MŒGLIN, Pierre (2013), « Enraciner la critique. La question de la diversité culturelle et ses enjeux », Les Enjeux de l’information et de la communication, 14, p. 43-53.

MUCCHIELLI, Alex (1996), « Pour des recherches en communication », Communication et organisation, 10. [En ligne]. http://communicationorganisation.revues.org/1877. Page consultée le 19 février 2017.

MUSSO, Pierre (2011), « Révolutions “Facebook” ou révoltes populaires ? », Ecorev, 37, p. 53-63.

OUERDA, Bechir et al., (2012), Rapport général de l’Instance nationale pour la réforme de l’information & de la communication, Tunis, Inric. [En ligne]. http://www.inric.tn/rapports/fr/INRIC_Rapport_final_fr.pdf. Page consultée le 13 janvier 2013.

PROULX, Serge (2013), « Agir dans un monde fortement connecté : l’émergence de nouvelles cultures militantes dans la société de contrôle », dans Sihem NAJAR (dir.), Les réseaux sociaux sur Internet à l’heure des transitions démocratiques, Paris, IRMC-Karthala, p. 135-155.

PUDDEPHATT, Andrew (2008), Indicateurs de développement des médias : cadre pour l’évaluation du développement des médias, Paris, Éditions Unesco. [En ligne]. http://unesdoc.unesco.org/images/0016/001631/163102f.pdf. Page consultée le 6 novembre 2018.

RIEFFEL, Rémy (2005), Que sont les médias ?, Paris, Gallimard.

RINGOOT, Roselyne et Jean-Michel UTARD (dir.) (2005), Le journalisme en invention. Nouvelles pratiques, nouveaux acteurs, Rennes, Presses universitaires de Rennes, Coll. « Res Publica ».

RUELLAN, Denis (1993), Le professionnalisme du flou. Identité et savoir-faire des journalistes français, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

VOIROL, Olivier (2005), « Les luttes pour la visibilité, esquisse d’une problématique », Réseaux, 129-130(1), p. 89-121.

VOIROL, Olivier (2013), « Critique et organisation : vers une reconstruction ? De la praxis à la reconnaissance », dans Bénédicte VIDAILLET, Thomas HELLER et Romain HUËT (dir.), Communication & organisations : perspectives critiques, Lille, Presses universitaires du Septentrion, p. 31-43.

WEBER, Max (2013), Sociologie du droit, introduction et traduction de Jacques GROSCLAUDE, préface de Philippe RAYNAUD, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Quadrige ».

WITTFOGEL, Karl (1957), Oriental Despotism, A Comparative Study of Total Power, Massachusetts Yale University Press.

ZAMIT, Fredj et Mohamed Ali ELHAOU (2016), « Les tentatives d’institutionnalisation d’un conseil de presse face aux logiques des acteurs », dans Sadok HAMMAMI (dir.), La presse écrite : crise ou mutations ?, Tunis, IPSI édition, IPSI et Konrad Adenauer Stiftung, p. 103-135.

Haut de page

Notes

1 Pour ne citer qu’un échantillon représentatif, ces acteurs sont notamment les suivants : UNESCO, Deutsche Welle Akademie, l’Open Society Foundations (OSF), Oxfam Nobib, International Media Support (IMS) qui finance des projets avec le SNJT, la BBC Media Action qui assure notamment la formation des journalistes libyens et tunisiens, The New Arab Debates en Tunisie ainsi que The Young Arab Voices, Reporters sans frontières (RSF), le CSA belge, le CSA français, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), l’Union européenne de la radiodiffusion (UER), le Centre d’étude et de la documentation internationales de Barcelone (CIDOB), AMARC et Canal France International (CFI).

2 Plusieurs notes de terrain à la suite de la participation à des journées et à des colloques d’experts entre 2014 et 2017.

3 Nous mettons ce terme entre guillemets car il devient un concept fourre-tout. À titre d’exemple, la réduction du nombre d’employés est qualifiée de réforme. Les exemples sont légion dans cette perspective.

4 Théophraste est un réseau institutionnel de l’Agence universitaire de la Francophonie qui a été créé en 1994. Sa vocation première est de « contribuer au développement de la pédagogie du journalisme » dans l’espace francophone. Adoptant la rhétorique de la solidarité et du partage, son credo est ce qui est désormais connu sous la bannière de transmission des compétences et des « savoirs entre le Nord et le Sud ».

5 Cette recherche s’inscrit dans le prolongement d’une étude que nous avons publiée en 2015 dans la revue Enjeux de l’information et de la communication (Elhaou et Fitouri, 2015). Même s’il reprend de façon très minime certains faits et actions, ce travail d’enquête (par collecte de la documentation sur la « réforme des médias », par des entretiens semi-directifs ainsi que par une analyse de contenu) développe en profondeur de nouveaux axes relatifs aux enjeux de la promotion du journalisme d’investigation et à l’idéologisation des droits de l’homme. Aussi cet article propose-t-il une conceptualisation de la profession journalistique telle qu’elle opère dans un contexte dit de transition démocratique.

6 Tableau récapitulatif des appuis au secteur médiatique tunisien menés par les bailleurs de fonds internationaux publié par le Service européen pour l’action extérieure. [En ligne]. http://eeas.europa.eu/delegations/tunisia/documents/projets/3list_projetsmedias_fr.pdf. Page consultée le 15 janvier 2015.

7 Atelier sur les instances de régulation des médias audiovisuels qui s’est organisé le 30 juillet 2011. [En ligne]. http://www.tunisienumerique.com/workshop-sur-les-instances-de-regulation-des-medias-audiovisuels/61946. Page consultée le 14 avril 2013.

8 Le site de MedMedia est une plateforme qui présente les projets en cours pour la région méditerranéenne. [En ligne]. http://www.med-media.eu/project/programme-dappui-aux-medias-en-tunisie-pamt/. Page consultée le 16 décembre 2017.

9 La Tunisie compte 59 médias audiovisuels légaux, soit 47 radios et 12 télévisions, outre 6 radios et 4 télés pirates, telles, selon la HAICA, Zitouna TV (une chaîne islamiste), Ettounsia TV (la chaîne de l’homme d’affaires Slim Riahi), Sousse FM (une télévision régionale) et El Qoran El Karim (la chaîne de prédiction religieuse). Sur les 47 radios ayant leur licence, 9 sont publiques, 28 privées et 10 associatives. Sur les 12 chaînes de télévision légales, le pays compte seulement 2 satellitaires publics. Avant le 14 janvier 2011, le champ audiovisuel en particulier ne comptait que 15 médias, soit 11 radios et 4 chaînes de télévision, dont 2 privées. Après le 14 janvier, ce chiffre a triplé dans le domaine de l’investissement audiovisuel seulement (Dami, 2016).

10 Voir la vidéo pour célébrer la première année du projet Media Up : « Le Programme d’Appui aux Médias en Tunisie », le 5 juin 2018, YouTube. [En ligne]. https://www.youtube.com/watch?v=fZkoY2N4-Y8. Page consultée le 11 juin 2018.

11 C’est un journaliste spécialisé dans le domaine des médias et qui a assisté à la cérémonie pour fêter la première année de la mise en place du Programme d’appui aux médias en Tunisie.

12 Dans cette recherche, nous avons choisi de ne pas mentionner de noms. Ce qui nous intéresse le plus, c’est le processus.

13 Celle-ci est définie par le décret-loi 2011-116 voté en novembre 2011 et est chargée depuis de garantir la liberté et le pluralisme de la communication audiovisuelle.

14 « CFI soutient les médias tunisiens en période électorale », article publié le 1er juin 2011. [En ligne]. http://www.latitudefrance.org/CFI-soutient-les-medias-tunisiens.html. Page consultée le 15 janvier 2013.

15 Témoignage issu des travaux de groupes de discussion organisés par l’UNESCO au CAPJC le 25 mai 2012.

16 Il n’existe pas de statistiques sur le salaire moyen des journalistes, ce qui est en soi un indice des problèmes que connaît le secteur. Le recoupement des informations recueillies par nos soins auprès des professionnels indique que les pigistes sont payés entre 10 et 20 dinars l’article (l’équivalent de 3 euros et 7 euros). Un journaliste contractuel gagne entre 300 et 600 dinars tunisiens (l’équivalent de 80 euros et 180 euros).

17 Un journaliste ayant une dizaine d’années d’expérience et dont le patron est membre de la FTDJ affirme que depuis quelques années toute son équipe ne bénéficie pas de couverture sociale (note de terrain, mai 2015).

18 Ce dérivé du mot juridique désigne le phénomène alarmant de la propagation du droit et des solutions juridiques à un plus grand nombre de domaines de la vie sociale et économique. Voir à ce titre le travail de CROZIER, Michel (1979).

19 Comme le quotidien allemand le Süddeutsche Zeitung ou encore le journal français Le Monde.

20 Arte, 22 avril 2016, « # PanamaPapers : le site d’Inkyfada piraté en Tunisie — Tous les internets ». [En ligne]. https://youtu.be/y9Gg3buFDhY. Page consultée le 23 décembre 2017.

21 Voir notamment la vidéo publiée par le centre de développement des médias (MDC), qui est une association recevant du financement européen. MDC, janvier 2017, « Journalisme d’investigation pour la bonne gouvernance dans les régions ». [En ligne]. https://www.youtube.com/watch?v=nDn2V5q7PA4. Page consultée le 20 février 2017.

22 « L’Académie en Tunisie : satisfecit de l’UE ». [En ligne]. http://academie.france24-mcd-rfi.com/fr/accueil_actu.php. Page consultée le 19 avril 2013.

23 Un journal édité en langue arabe. La ligne éditoriale de ce journal est, toutes proportions gardées, semblable au journal Libération. En d’autres termes, un certain nombre d’universitaires que l’on peut qualifier de gauche écrivent dans les colonnes de ce support journalistique.

24 L’expression désigne les entreprises journalistiques travaillant uniquement sur Internet.

25 Dans cette recherche, une prudence particulière a été appliquée quant à l’usage de l’appellation de la société civile. Les travaux de Jean-Noël Ferrié (2003) ont été d’un apport louable de ce point de vue.

26 Le projet Kalimat Horra est mené en partenariat avec le ministère tunisien des Relations avec les instances constitutionnelles, de la Société civile et des Droits de l’homme et soutenu par l’Agence française de développement (AFD).

27 Canal France international, « Appel à propositions de projets éditoriaux sur la question des Droits de l’Homme », 21 novembre 2017. [En ligne]. http://www.cfi.fr/fr/actualites/appel-propositions-de-projets-editoriaux-sur-la-question-des-droits-de-lhomme. Page consultée le 27 décembre 2017.

28 Le dernier limogeage en date est celui Mustapha Beltaief, président-directeur général de la télévision nationale. Cette éviction est survenue le 15 novembre 2015 à la suite (selon l’argument qui a été relayé dans les médias) de la publication de la photo du jeune berger décapité par les groupes terroristes à Sidi Bouzid.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1. Campagne pour la liberté d’expression Nawaat/TMG de l’IFEX, 1er-15 mai 2012
Légende Le slogan de l’affiche dit : « La presse bâclée c’est terminée… »
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/8654/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Image 2. Campagne pour la liberté d’expression Nawaat/TMG de l’IFEX, 1er-15 mai 2012
Légende Insertions dans les journaux quotidiens et hebdomadaires tunisiens
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/8654/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Image 3. Campagne pour la liberté d’expression Nawaat/TMG de l’IFEX, 1er-15 mai 2012
Légende Panneaux d’affichage urbain
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/8654/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohamed Ali Elhaou, « Le travail journalistique à l’heure de la rhétorique de la « bonne gouvernance des médias » », Communication [En ligne], vol. 35/2 | 2018, mis en ligne le 30 août 2019, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/communication/8654 ; DOI : 10.4000/communication.8654

Haut de page

Auteur

Mohamed Ali Elhaou

Mohamed Ali Elhaou est enseignant-chercheur et membre de la Maison des sciences de l’homme (MSH), Institut de presse et des sciences de l’information (IPSI), Campus des universités de la Manouba. Courriel : dali.elhaou@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals