Navigation – Plan du site
Articles

Comment l’usage de Twitter a changé les pratiques journalistiques des journalistes du journal équatorien El Comercio

Paulina Escobar

Résumés

Si le rôle des médias classiques est encore important pour les médiations sociales en Équateur, le but de la présente étude est d’analyser et d’expliquer comment Twitter a transformé les pratiques des journalistes et comment ces derniers ont dû s’adapter à ce changement. L’auteure a interviewé huit journalistes du journal El Comercio : quatre journalistes qui ont travaillé toute leur carrière dans ce média et quatre journalistes qui ont intégré cette rédaction après une première expérience dans d’autres médias. Elle aborde trois thématiques : 1) la façon dont Twitter a changé la dynamique de travail des journalistes, 2) les différents usages de Twitter chez les journalistes d’El Comercio et 3) la modification des agendas médiatiques à partir de Twitter.

Haut de page

Texte intégral

1L’usage des réseaux sociaux est l’un des aspects les plus importants de la pratique journalistique au XXIe siècle. Si l’on veut définir la dynamique du travail d’un journaliste contemporain, on ne peut pas le faire sans une référence à l’usage des réseaux sociaux, spécialement s’il s’agit de Facebook, Twitter et Instagram. Ces réseaux sociaux permettent au journaliste de rendre compte de ses activités professionnelles minute par minute, de publier des photos, d’animer constamment un site Web, d’obtenir de nouvelles sources d’information, mais aussi de trouver de nouveaux sujets à couvrir.

2Pour comprendre l’utilité de Twitter en tant que réseau et source d’information quotidienne, Florencia Guidobono (2013) mentionne le cas d’un fonctionnaire américain qui utilisa son profil Twitter pour faire connaître au monde un fait d’intérêt international : la mort d’Oussama Ben Laden, le 1er mai 2011. Ce tweet a été publié avant le communiqué officiel du président Barack Obama. Aux États-Unis, l’importance de Twitter comme moyen de diffusion des nouvelles a émergé en 2008, pendant la campagne électorale présidentielle (García-De-Torres et al., 2011). Un autre exemple concernant l’utilité du réseau : les condoléances des différents chefs d’État du monde entier offertes aux pays victimes d’attentats terroristes, comme la France depuis 2015. Nous pouvons aussi mentionner les manifestations de solidarité à travers les médias sociaux quand certains pays ont été victimes de catastrophes naturelles comme les tremblements de terre, par exemple les tremblements de terre de 2 016 en Équateur ou celui de 2017 au Mexique.

3En Équateur, en 2010, au milieu d’une journée des manifestations sociales (qui ont failli s’orienter vers un coup d’État), le gouvernement avait contraint la diffusion de l’information sur les médias (la télévision et la radio), sauf dans les médias officiels. On pouvait quand même trouver l’information des journaux sur Internet, mais les serveurs des sites Web ont été débordés. À partir de ce moment-là, la société a pu prendre conscience du pouvoir réel des réseaux sociaux et de leur utilité pour le journalisme. Facebook et Twitter, particulièrement ce dernier, furent les réseaux les plus efficaces pour publier et partager les informations produites par des citoyens et des journalistes concernant le déroulement de la contestation sociale et de ses conséquences. Nous pouvons même dire que cet événement a vivement marqué le journalisme en Équateur, grâce à l’efficacité informative de Twitter.

4Notre étude porte sur les différents usages sociaux et professionnels de Twitter chez les journalistes du journal équatorien El Comercio ainsi que sur l’évolution de leurs pratiques journalistiques. La particularité de ces journalistes est qu’ils ont commencé leur carrière avant l’intégration de Twitter dans le travail journalistique et que la plupart d’entre eux ont travaillé en tant que journalistes pendant environ 18 ou 20 ans, c’est-à-dire avant l’existence des premiers réseaux sociaux (LinkedIn a été créé en 2002 et TypePad et WordPress, en 2003). L’objectif principal est de déterminer la façon dont l’expansion des réseaux sociaux a changé chez ces journalistes les pratiques du métier et comment ces derniers ont dû s’adapter à ce changement. Nous avons choisi ce groupe de journalistes pour analyser justement l’intégration des réseaux sociaux dans la quotidienneté du métier, ce qui ne touche pas les journalistes plus jeunes, dont les dynamiques du travail supposent la connaissance sociotechnique des réseaux et des dispositifs. Il s’agit donc de journalistes confirmés qui ont dû intégrer progressivement l’usage de Twitter dans leurs dynamiques quotidiennes du travail. Il a été important de définir comment ces journalistes utilisent le réseau Twitter et de comprendre comment l’interaction sur Twitter a modifié l’agenda médiatique dans la rédaction d’El Comercio.

Recension des écrits sur le phénomène à l’étude

Le journalisme à l’épreuve de Twitter

5Le déroulement de l’étude nous a permis de connaître l’influence de Twitter dans les nouvelles dynamiques journalistiques de la presse écrite. Nous avons bien saisi comment l’expansion des réseaux sociaux, notamment Twitter, a changé les pratiques journalistiques chez les journalistes d’El Comercio et comment les journalistes ont su intégrer les différents usages du réseau pour servir le journalisme. Il s’agit de journalistes représentatifs d’un média classique aussi représentatif de l’Équateur.

  • 1 Information obtenue à El Comercio au cours des interviews avec les journalistes.

6El Comercio est l’un des plus importants journaux équatoriens. Il a son siège à Quito, la capitale du pays. Créé en janvier 1906 en format standard, avec un tirage de 500 exemplaires, ce journal possède un tirage qui varie actuellement de 33 000 à 48 000 exemplaires, selon le jour (entre le lundi et le vendredi ou les week-ends). Le prix de l’exemplaire est de 0,50 $ du lundi au vendredi, de 0,65 $ les samedis et de 1,00 $ les dimanches. Cependant, sa version numérique dépasse les 120 000 visites par jour1. Il s’agit d’un journal privé, fondé par la famille Mantilla Jácome, qui a cependant vendu en 2015 94 % de ses actions à l’entrepreneur mexicain Ángel González, propriétaire d’un réseau de plus de 40 médias en Amérique latine.

7Le site Web d’El Comercio est l’un des sites les plus visités en Équateur. Selon le rang du trafic d’Alexia.com — fournisseur des statistiques sur le trafic du Web —, le média se situe au cinquième rang des sites les plus visités, après YouTube, Google, Google.ec et Facebook.

8En Équateur, sur 16,9 millions d’habitants, 58,3 % de la population utilise Internet pendant l’année, selon les données fournies en 2017 par l’Institut national de la statistique et des recensements (Instituto Nacional de Estadísticas y Censos, 2017). Si 58,5 % de la population (parmi les personnes âgées de plus de 5 ans) possède un téléphone portable actif, le taux est beaucoup plus important chez les personnes âgées de 35 à 44 ans (82,9 %). Cependant, seuls 5,4 millions d’Équatoriens utilisent les réseaux sociaux, ce qui correspond à 31,9 % de la population. En 2016, sur 16,7 millions d’habitants, le nombre d’usagers des réseaux sociaux a été 4,2 millions, ce qui correspondait à 25,3 % de la population equatorienne.

  • 2 L’information date de novembre 2018.

9Le profil Twitter d’El Comercio compte plus de 227 000 tweets et environ 5 100 abonnements et 1,39 million d’abonnés à son compte2. Le média s’est inscrit sur le réseau social depuis avril 2008 en tant que @elcomercio.com.

10Quant à sa structure, le journal est dirigé par une direction, dont le président et directeur des publications est Carlos Mantilla Batle. La direction est composée d’un directeur adjoint, d’un sous-directeur adjoint et d’un directeur artistique multimédia. Ensuite, nous retrouvons quatre éditeurs des rédactions, trois rédacteurs en chef responsables d’un journal local et de deux hebdomadaires, différents éditeurs de rubriques et une trentaine de journalistes.

11Pour les journalistes interviewés dans cette étude, le réseau social analysé est central dans la pratique du journalisme actuel, tant dans la veille de l’actualité quotidienne que dans la production et la diffusion de l’information, et même dans la visibilité et la promotion des journalistes de la presse écrite. Cependant, nous verrons aussi que cet aspect n’est pas un point de vue partagé par tous les interviewés.

12La littérature concernant les pratiques journalistiques et les enjeux des réseaux à l’ère du numérique, particulièrement l’étude sur les mutations des compétences numériques d’Arnaud Mercier et Nathalie Pignard-Cheynel (2014), révèle l’importance des réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter dans la construction des nouvelles pratiques journalistiques ainsi que dans la façon dont les journalistes ont adapté l’usage professionnel du réseau Twitter. D’autre part, les études sur les rôles des nouveaux acteurs dans l’espace public en ligne peuvent se révéler utiles, bien qu’elles ne soient pas forcément liées aux pratiques du journalisme contemporain, notamment à l’usage des réseaux sociaux qu’il met en œuvre, mais plutôt aux pratiques citoyennes de participation sociale.

13L’évolution des pratiques journalistiques est liée à l’évolution des pratiques sociales et de l’espace public. Les informations (propres et de leurs confrères) que les journalistes publient et partagent en ligne sont le résultat des actions de regroupements d’intérêt sur le réseau socionumérique.

14Nous examineron d’abord les échanges qui caractérisent l’ère du numérique ainsi que la présence des nouveaux acteurs et de nouveaux espaces de communication. Ensuite, nous nous concentrerons sur les pratiques journalistiques qui se sont transformées à partir de l’arrivée des réseaux sociaux. Nous présenterons les résultats de l’étude selon quatre thèmes qui ont émergé de nos analyses : les profils des journalistes interviewés, le changement des dynamiques du travail journalistique avant et après Twitter, les différents usages de Twitter chez les journalistes d’El Comercio et la modification des agendas médiatiques à partir de Twitter.

15Enfin, nous préciserons notre contribution à la connaissance du journalisme comme un métier d’engagement social en examinant les forces et les limites de notre étude.

Description de la méthodologie

  • 3 Le journaliste avait 14 ans d’expérience au moment de l’entretien.

16Nous avons démarré cette étude avec l’idée de cibler des journalistes dont la carrière dépasse les 15 ans afin d’analyser l’intégration progressive de l’usage des réseaux sociaux dans la pratique quotidienne du travail. Nous avons toutefois décidé d’inclure la participation d’un journaliste qui n’a que 14 ans d’expérience, de façon à examiner l’engagement particulier de ses pratiques professionnelles dans Twitter3. Nous relevons aussi la pertinence de son expérience exclusive chez El Comercio, en tant que stagiaire, journaliste et actuellement éditeur de la rubrique Politique.

17À l’aide d’un guide d’entretien, nous avons interviewé huit journalistes du journal El Comercio. Cette guide prenait en compte leurs trajectoires professionnelles, les raisons qui ont conduit les journalistes à créer un compte sur Twitter, les routines qu’ils mobilisaient avant et après la création de ce compte, les différents usages qu’ils font du réseau, l’appropriation du réseau et l’interaction sur Twitter. Nous avons divisé ces journalistes en deux groupes, égaux en nombre de participants : 1) quatre journalistes qui ont travaillé toute leur carrière dans ce média et 2) quatre journalistes qui ont intégré cette rédaction après une première expérience dans d’autres médias. Ces témoignages nous ont permis de recueillir un aperçu général de leurs usages des réseaux sociaux et de leur adaptation à ce changement dans leur dynamique de travail.

L’ère du numérique 

18Internet n’est pas qu’un nouveau média pour Peter Dahlgren (2000), puisqu’il englobe plusieurs modes de communication. En tant que « média multimodal », il rend possibles des modèles de communication multidimensionnels, dont un espace communicatif. Il offre également la possibilité d’une communication one-to-many, comme une pratique déjà utilisée par des gouvernements, des acteurs politiques et des activistes ; et nous pouvons ajouter la possibilité de communication que les réseaux tels que Twitter offrent à certains journalistes, comme ceux de la presse écrite. Par exemple, quand le journaliste utilise son profil personnel pour communiquer avec ses sources d’information ou ses abonnés. Les modes de communication interactive incluent aussi la communication many-to-many, qui permet un échange pluriel et divers. Il faut inclure de la même manière des formes plus classiques de communication, comme celle du courrier électronique, mais en remarquant son évolution dans sa forme (de l’épistolaire à la conversation téléphonique). Cela implique en même temps une « redéfinition des situations, des rapports sociaux, des pratiques communicatives et peut-être de la subjectivité » (ibid. : 173).

19Il est clair qu’Internet offre de vastes espaces de communication pour encourager la participation. Dans le cas de journalistes, il a permis d’élargir la production de nouveaux espaces comme des sites Web d’actualité, des groupes et des newsgroups. Nous pouvons dire, dans ce dernier cas, que certains acteurs peuvent trouver en ligne un espace de participation et de production. Pour Dahlgren, la participation en ligne renforce la pluralité de l’espace public et multiplie les espaces (spécialisés et alternatifs), ce qui est perçu comme un aspect positif pour la démocratie. Il explique que certains espaces publics (comme les newsgroups) favorisent le regroupement d’individus qui soutiennent des opinions semblables, mais nous pouvons aussi dire qu’ils défendent des intérêts semblables. Le Net permet aux gens d’avoir leur propre espace avec leur propre parole, mais aussi d’avoir une opinion collective quand ils s’identifient à un groupe spécifique. Il donne ainsi la possibilité de passer de la pensée à l’action publique (et réelle).

20Internet et ses différentes plateformes peuvent élargir la participation dans l’espace public en ligne. Par rapport aux journalistes de la télévision (qui ont une visibilité claire face au public), par exemple, Twitter rend visibles les journalistes de la presse écrite, qui étaient presque anonymes auparavant, mais qui sur Twitter deviennent de nouveaux acteurs de l’ère du numérique, des acteurs importants dans l’espace en ligne. La création des profils sur ce réseau, particulièrement, leur donne la possibilité réelle de montrer au lectorat leur travail, leur conception du métier et même leurs pensées sur des aspects professionnels et personnels.

21Mais, en même temps, la création des profils a permis aux journalistes d’élargir leurs interactions entre confrères et la sociabilité avec les informateurs et l’audience, comme Josiane Jouët et Rémy Rieffel (2015) l’ont constaté dans une enquête menée auprès de 23 journalistes français, dans le cadre de travaux de l’Institut français de presse. Dans cette étude, la sociabilité professionnelle renvoie à la manière dont les journalistes s’approprient des réseaux sociaux et dont ils » tissent des liens » sur Twitter pour échanger, mais aussi pour obtenir de l’information et se faire connaître.

22Twitter a eu une influence dans le rythme de l’activité journalistique : par exemple, leur travail commence et finit par la veille permanente des comptes des médias et des autres journalistes ainsi que de ceux des sources d’information. Dans le cas des interactions, le principal changement — selon Jouët et Rieffel (ibid.) — concerne la temporalité des échanges caractérisée par le fait que les journalistes se rendraient « potentiellement accessibles en permanence ». Autant que Facebook, Twitter a conduit à un renouvellement des interactions sociales « entre producteurs d’information et citoyens » à travers les commentaires, les partages et les hashtags autour d’un événement ou d’une thématique spécifique (Mercier et Pignard-Cheynel, op. cit.).

Les pratiques journalistiques à l’ère des réseaux sociaux

23Dans le monde entier, l’arrivée des réseaux sociaux a changé la modalité de la communication, la participation sociale et politique dans l’espace public, les différentes dynamiques de travail de même que les relations interpersonnelles.

24Dans le cas de la participation politique en ligne, Dominique Cardon (2013) explique que les pratiques sur Internet rendent visible la possibilité de « changer la société sans prendre le pouvoir ». Ces pratiques rendent possibles de nouveaux modes d’organisation de l’action collective, un nouvel espace d’expression et même une diversité dans la production de contenus. Dans ce contexte, l’idéal de participation se concrétise par une action symbolique et horizontale, tandis que le rôle des technologies numériques est essentiel pour encourager cette participation (ibid.). Pour Éric George (2008), il s’agit d’une participation collective moins hiérarchique et d’échanges plus égalitaires. Cependant, après un certain temps de participation en ligne, ceux qui arriveraient à avoir plus de visibilité dans l’espace Internet — par l’intermédiaire des blogues par exemple — seraient ceux qui ont un capital social et certaines capacités techniques pour y participer (ibid.).

25Dans le cas du journalisme, Facebook et Twitter ont changé non seulement la façon dont les journalistes communiquent avec leurs sources d’information et le public, mais aussi les pratiques journalistiques.

26De plus, ces réseaux sociaux ont modifié le quotidien des journalistes et la façon dont ils font montre de leurs compétences dans le métier. Ces derniers ont intégré les réseaux socionumériques devenus des outils incontournables pour le journalisme. Autant aux États-Unis (Cision, 2015) qu’en Europe (González-Molina et Ramos del Cano, 2014), Twitter et Facebook sont les réseaux les plus utilisés par les journalistes, comme c’est le cas en Ibéro-Amérique (García-De-Torres et al., op. cit.) et en Équateur (Cobertura Digital, 2011).

27Au sujet du journalisme dans l’ère du Web, Mercier et Pignard-Cheynel (op. cit.) mettent en évidence de nouvelles compétences dans le journalisme, des transformations profondes, « des mutations », dans une série de travaux autour du journalisme en ligne lancée dès les années 1990. Dans leur analyse, ils relèvent l’importance des nouvelles technologies dans les rédactions et leur influence sur elles. Quant aux réseaux socionumériques, Mercier et Pignard-Cheynel soulignent leur utilisation en tant que « moyen supplémentaire de s’informer, de produire de l’information ou de la diffuser » (ibid. : 9). Les études menées par différents auteurs en Ibéro-Amérique soutiennent ce constat et relèvent leur utilité pour la quête et la réception de l’information ainsi que pour l’obtention de documents et de photographies (García-De-Torres et al., op. cit.). C’est dans cette perspective que nous souhaitons cerner l’adaptation des pratiques journalistiques au numérique dans le cadre du journalisme spécialisé et autres genres journalistiques, c’est-à-dire comprendre si l’intégration de ces nouvelles activités dans le travail quotidien des journalistes (la production, la quête et la diffusion de l’information) permet d’expliquer l’évolution des pratiques journalistiques dans la presse traditionnelle et notamment dans la presse écrite.

28Alors que les journalistes avaient l’habitude de s’informer par des moyens traditionnels avant l’arrivée des réseaux sociaux, ce sont aujourd’hui Twitter et Facebook, principalement, mais particulièrement Twitter, qui représentent leurs sources et leurs moyens supplémentaires d’information. Cependant, il s’agit d’une appropriation innovante de la part des journalistes puisque selon Mercier et Pignard-Cheynel, « ni le créateur de Facebook, Twitter, LinkedIn, Google + ou encore Pinterest ou Instagram n’ont conçu à l’origine leur dispositif sociotechnique pour l’actualité et la presse » (op. cit. : 9). Par conséquent, il s’agit d’une adaptation des journalistes aux changements entraînés par les réseaux sociaux, mais surtout de l’intégration de ces réseaux dans les dynamiques de travail, où les journalistes ont été des protagonistes en adaptant les différents usages des réseaux socionumériques à la production et à la diffusion de l’information. Dans ses études sur la sociologie des techniques et usages, Madeleine Akrich explique cette dynamique comme une co-construction, c’est-à-dire ce qu’elle appelle « l’implication d’une pluralité d’acteurs dans l’élaboration et la mise en œuvre d’un projet ou d’une action » (2013). Elle reconnaît cette implication dans les domaines des sciences du langage, des sciences de l’éducation, de la psychologie, de la sociologie ainsi que de la science politique, sans exclure que le concept existe dans d’autres disciplines. Dans le cas du journalisme, la co-construction du dispositif Twitter est remarquable puisqu’il implique la participation des journalistes et des usagers (les abonnés) en articulant les différentes techniques et les différents types d’usages.

29Dès 2009, des études relèvent le rôle de Twitter dans les rédactions britanniques et américaines ; deux ans plus tard, un sondage met en évidence l’importance de Facebook et Twitter pour les journalistes américains comme outil de diffusion et de partage d’information, par exemple, tandis qu’un sondage en 2012 auprès des journalistes français montre qu’ils préfèrent Twitter à Facebook (Mercier et Pignard-Cheynel, op. cit.). Dans le cas spécifique de la presse quotidienne régionale, les journalistes utilisent Twitter pour affirmer leur bonne pratique professionnelle, leur esprit critique et leur indépendance (Bousquet et Smyrnaios, 2012).

30En Ibéro-Amérique, des études menées au sein de 27 rédactions des médias en Argentine, en Colombie, en Espagne, au Mexique, au Pérou, au Portugal et au Venezuela s’accordent sur l’utilité des Facebook et Twitter en tant que sources d’information (García-De-Torres et al., op. cit.). Cependant, Facebook est considéré comme une source de consultation pour la quête de l’information et comme un moyen de communiquer avec le public, tandis que Twitter représente un moyen qui facilite la création de communautés temporaires à travers les hashtags, l’optimisation du temps pour la diffusion de l’information de dernière minute et la possibilité d’identifier des témoins à l’endroit même où se déroule un fait d’intérêt.

31Nous pouvons remarquer que l’appropriation de Twitter par les journalistes aussi bien que l’adaptation à son usage multiplient les gestes de publication dans le quotidien du journaliste : un fort usage publicitaire pour les productions de la rédaction ou relevant de l’autopromotion des propres productions du journaliste, un lieu d’interpellation entre confrères à la façon d’un « club des journalistes », un espace pour railler les confrères et un espace de construction de l’opinion publique. En gros, il s’agit pour Mercier et Pignard-Cheynel des usages « dominants » de Twitter par les journalistes, que nous considérons comme constitutifs de nouvelles routines dans les pratiques actuelles du journalisme.

32Dans ces usages, on peut également inclure ceux qui, selon Jouët et Rieffel, sont des atouts du réseau. Puisque Twitter est un outil stratégique pour développer un réseau de contacts, l’application en ligne est aussi un instrument qui facilite la visibilité dans le milieu journalistique. Elle donne accès à un espace de pratiques comme la recherche de l’information et le divertissement entre collègues. Finalement, le réseau est considéré comme « un bien collectif » qui favorise la solidarité interprofessionnelle (Jouët et Rieffel, op. cit.).

33Il s’agit des aspects bien identifiés chez les journalistes d’El Comercio, qui recourent stratégiquement à Twitter dans leurs pratiques quotidiennes du métier.

Présentation des résultats

Le profil général des journalistes interviewés

34Comme nous l’avons indiqué au début, nous avons mené huit entretiens avec des journalistes d’El Comercio. En tant qu’éditeurs, certains journalistes sont intégrés à un bureau éditorial qui s’appelle en espagnol mesa central, une structure centralisatrice qui produit le contenu du groupe El Comercio. Ces journaux sont Últimas Noticias (journal local de Quito), Familia (hebdomadaire), Líderes (hebdomadaire) et bien sûr le journal El Comercio. Depuis 2012, cette table centrale a supprimé la structure des rédactions de ces médias en les intégrant dans une seule rédaction multimédia pour tout le groupe. Les journalistes ne travaillent donc plus pour un support désigné ni (dans la plupart des cas) pour une rubrique déterminée ; ils traitent plutôt de thématiques particulières, et leurs travaux peuvent être repris dans n’importe quel média du groupe.

Tableau 1. Le profil des journalistes interviewés

Tableau 1. Le profil des journalistes interviewés

Le changement des dynamiques de travail avant et après Twitter, chez les journalistes d’El Comercio

35L’usage d’outils visuels est devenu important à l’ère du Web dans les techniques et pratiques journalistiques quotidiennes des journaux en Équateur (Rivera et Rosero, 2017). Par exemple, en plus des photographies qui permettent d’enrichir et de compléter les informations, les autres mécanismes les plus utilisés chez El Comercio sont les tableaux, les dessins et les cartes géographiques quand il s’agit des techniques pour présenter l’information. D’autres outils intégrés par ce média sont les vidéos, les interviews et les hypertextes. L’intégration de ces outils a été bien décrite par Diana Rivera et Dominique Rosero (op. cit.) dans une étude menée en 2016 dans trois médias représentatifs équatoriens, dont El Comercio. Les autres médias sont la chaîne de TV Ecuavisa et le site Web Ecuador en Vivo. Les auteures relèvent l’importance pour les médias traditionnels de s’adapter aux différentes technologies de l’information et de la communication pour bien communiquer avec le public, rapidement.

36Quant à l’usage des réseaux sociaux, Facebook et Twitter sont devenus importants dans l’intégration des pratiques professionnelles chez les journalistes, particulièrement chez les journalistes d’El Comercio interviewés dans cette étude.

37L’usage journalistique du Twitter a pris de l’importance en Équateur lors d’une manifestation sociale lancée par la police en septembre 2010, manifestation qui s’est transformée en mutinerie et qui a conduit le pays vers un risque de coup d’État. La raison de la contestation sociale des policiers : exprimer leur mécontentement par rapport à la réduction d’une prime d’ancienneté voulue par la réforme de la loi sur le service public.

38Cet événement ne serait pas allé si loin si le président de la République, Rafael Correa, ne s’était pas rendu au bâtiment principal de la police. Cet acte a en effet déclenché des réactions violentes chez les policiers. À cause d’une situation sociale et politique difficile, le gouvernement a déclaré l’état d’urgence et interdit la diffusion d’information journalistique par les médias, sauf dans les médias officiels. Twitter est devenu à ce moment-là une source de rechange de diffusion de l’information produite par les médias traditionnels, spécifiquement les médias privés. Il est également devenu un moyen fiable pour les journalistes responsables de cette couverture et pour les abonnés de leur compte qui suivaient les événements sur Twitter :

J’avais déjà un compte sur Twitter, mais je n’avais pas fait attention jusqu’aux faits du 30 septembre 2010. [Ce jour-là], en tant qu’éditeur de la rubrique de Sécurité, j’avais en charge la couverture de la journée de manifestation et contestation sociale de la police. Quand on a aperçu les difficultés à communiquer par mobile et même sur Internet [les courriels et le site], parce que toute sorte de communication était tombée en panne, Twitter a été l’espace à travers lequel on a pu connaître tout ce qui se passait. Là, j’ai trouvé une utilité visible et réelle de Twitter [pour le journalisme] avec un fait d’intérêt public. Après cela [le 30 septembre], tout a été comme un éveil et là, j’ai vu que [Twitter], c’est aussi un outil d’information (interviewé 1).

39Finalement, les forces militaires sont intervenues à la fin de la journée pour libérer le président Correa, qui ne pouvait pas sortir du bâtiment de la police. Cependant, pour les journalistes sur place (interviewé 2), la situation a été beaucoup plus compliquée :

Autour de 18 h, à l’intérieur du bâtiment de la police, j’étais en train de chercher un endroit pour charger mon portable et je savais qu’il y avait deux machines distributrices, une de sodas et l’autre de bonbons. J’ai décidé de débrancher une des machines pour brancher mon portable, mais juste à ce moment-là, les forces militaires sont entrées en tirant des balles pour libérer le président. Je suis resté entre les deux machines… tout cela je l’ai raconté dans une chronique et j’ai téléchargé la vidéo que j’ai réussi à faire sur Internet (interviewé 2).

40Même si certains journalistes avaient déjà un compte sur Twitter en 2010, peu d’entre eux avaient conscience de son utilité et des différentes façons dont le journalisme pouvait s’en servir. C’est à partir de ce moment historique de septembre 2010 que Twitter est devenu indispensable pour le journalisme équatorien, ce que la plupart des journalistes interviewés confirment. Nous pouvons affirmer que Twitter est apparu, à ce moment-là, comme un moyen pour contourner la censure et le contrôle de l’État sur l’information. Il s’agit d’un moyen simple et rapide pour diffuser de l’information multimédia en cas de crise, comme celle du 30 septembre 2010 en Équateur.

41La création des profils sur Twitter devient donc importante pour ceux qui n’ont pas de compte. Leur premier usage commence à leur donner une identité numérique, donc une visibilité professionnelle sur le réseau. Ils animent leurs comptes avec les tweets de leurs publications et commencent à acquérir une présence en ligne et, ainsi, une reconnaissance professionnelle :

Tandis que pour les politiciens Twitter c’est un moyen pour faire leur activité politique, un moyen pour évader la presse et communiquer directement avec la gens [les abonnés], pour la presse, pour nous les journalistes c’est un moyen d’autopromotion professionnelle. Autant Twitter que Facebook (interviewé 2).

42Mais comment les journalistes équatoriens travaillaient-ils avant de s’emparer de Twitter ? À partir des entretiens menés avec les journalistes, nous avons pu voir que le réseau s’est intégré progressivement dans le quotidien du journalisme, dans les dynamiques de travail des journalistes d’El Comercio.

43Comme nous l’avons évoqué dans l’introduction, tous les journalistes interviewés ont commencé leur carrière avant l’apparition des premiers réseaux socionumériques, surtout avant que Twitter soit considéré comme un outil du travail journalistique.

44À cette époque-là, autour des années 2000 et même avant, les journalistes commençaient leur routine de travail en écoutant les nouvelles à la radio, en lisant les journaux et en regardant les journaux télévisés. C’était la première activité de la journée, avant d’aller à la rédaction du journal. Ensuite, ils assistaient à la réunion éditoriale afin de déterminer les sujets à couvrir, les interviews à faire et les sources d’information à suivre. Après, c’était l’heure d’aller chercher l’information. Pour avoir accès aux dernières nouvelles, l’éditeur de la rubrique Judiciaire explique qu’il fallait se rendre à la rédaction. Là, ils recevaient des informations des agences de presse et quelques autres par courrier électronique. Une autre source d’information était la radio. Avant l’arrivée des réseaux socionumériques, ce média était sans doute le média le plus à jour, en matière d’actualité. « On écoutait des comptes rendus à la une. C’était l’information la plus immédiate » et la plus utile pour être informé, explique l’éditeur.

45L’éditeur de la rubrique numérique du journal souligne qu’il y avait une autre façon de s’informer et de commencer la routine de travail : aller aux sources directes. Pour sa part, il avait l’habitude d’aller au service des communications des institutions où il devait faire la couverture d’événements pour demander l’information nécessaire à son travail et même les journaux, de manière à être à jour.

46De son côté, l’éditeur en chef du journal local Últimas Noticias se souvient même d’avoir attendu les communiqués ou les dossiers de presse qui arrivaient par télécopieur au début de sa carrière. Avec l’arrivée des réseaux socionumériques et leur intégration dans le métier journalistique, la journée peut commencer en lisant les tweets de comptes des journalistes et des sources d’information :

À cette époque-là [en début de carrière], on recevait aussi les informations ou les invitations aux conférences de presse sur beeper. Il fallait porter le beeper pour connaître les convocations pour la presse ou des informations officielles de la mairie ou de la police. Après, on a utilisé les portables, les courriers électroniques et maintenant Twitter est une source de plus à surveiller. Je dis que c’est une source de plus parce que le journaliste, lui, doit toujours aller chez les gens, discuter avec les gens, aller s’informer dans les différentes communautés, dans les quartiers, là on a le vrai contact, une vraie relation interpersonnelle (interviewé 5).

47Et, bien qu’il y ait encore aujourd’hui des moyens traditionnels de chercher et de connaître l’information (aller aux sources, demander l’information ou des interviews avec les sources d’information, lire et synthétiser des documents), Twitter facilite l’accès à certaines sources officielles d’information, par exemple les comptes des ministres et des fonctionnaires publiques. Ce que ces derniers publient peut constituer une information supplémentaire et peut déterminer si le travail du journaliste commencera par une participation à une conférence de presse ou par la collecte des réactions autour de ce qui a été publié sur le compte Twitter du président, par exemple. Pour les journalistes interviewés, le réseau est devenu un moyen additionnel et indispensable d’avoir accès à l’information médiatique, mais aussi à des nouvelles sources d’information :

Moi, je ne suis pas toujours sur Twitter parce que je n’ai pas le temps, mais quand j’y vais, je cherche de nouvelles sources d’information. Même si on ne connaît pas les gens, c’est bien de trouver ceux qui connaissent des sujets spécifiques et qui ont des pensées différentes (interviewée 6).

48D’autres changements concernent l’instantanéité de la diffusion de l’information. Alors que les journalistes devaient attendre le lendemain pour lire la publication de leur travail (nouvelles, reportages et toute sorte de genres journalistiques), l’ère du Web leur a permis de s’approprier peu à peu les réseaux socionumériques, notamment Twitter, comme un outil pour diffuser l’actualité du journal et leurs propres articles.

49Mais les réseaux socionumériques exigent aussi beaucoup de temps de la part des journalistes, surtout en ce qui concerne les applications sur les portables. Quand l’éditrice de la rubrique Journalisme de données parle du début de sa carrière, par exemple, elle se rappelle qu’elle ne passait pas autant de temps sur son portable par rapport à tout le temps qu’elle y consacre maintenant. Selon elle, l’explication de cet investissement massif de temps réside dans le fait qu’on peut avoir accès aux différents réseaux, dont Twitter, où il est possible d’avoir différentes interactions : sur Facebook, des interactions personnelles, sur Twitter, des interactions professionnelles et sur Instagram, LinkedIn et Google Maps, les deux types d’interactions.

50Cependant, quand il s’agit de l’information journalistique, par exemple, Twitter permet de mieux investir le temps quand il est possible d’obtenir des communiqués, des documents venant des sources officielles ou même du matériel audiovisuel produit par des journaux télévisés. « On trouve des synthèses des interviews faites à la radio ou à la télé, tandis qu’avant on passait des heures à les écouter » (interviewé 3). En matière de temps, Twitter facilite aussi le contact direct avec certaines sources d’information. « Les barrières qu’on avait avant pour accèder à l’information, vérifier des données ou faire une interview avec une source officielle n’existent plus » (interviewé 7), « on peut accéder aux sources d’information de manière directe et en plus on peut accéder à des nouvelles sources » (interviewé 2). Il est clair que Twitter facilite le contact entre les journalistes et les sources, mais le réseau est lui-même l’une des sources additionnelles d’information médiatique.

51Twitter a donc changé les routines et les dynamiques de travail dans le journalisme, autant que ces pratiques journalistiques ont changé ce réseau qui, à la base, n’est pas du tout conçu comme un outil du journalisme. Ce sont aussi les journalistes qui ont fait évoluer leurs pratiques à travers une adaptation particulière, selon les cas. Par exemple, il y a ceux qui ont pu facilement gérer le réseau, animer leurs comptes et les utiliser pour s’informer et pour produire de l’information. Mais il y a aussi ceux qui, au début, ne voulaient pas créer un compte Twitter et qui voulaient rester anonymes.

  • 4 Ce journaliste écrit périodiquement dans une rubrique qui traite de façon polémique du football et (...)

52Pour les journalistes du premier groupe, gérer Twitter n’a pas été difficile puisqu’ils l’ont intégré en même temps que l’usage du courrier électronique. « L’adaptation n’a pas été difficile. Cela a fait que tout ce que les gens me disaient avant par courrier électronique, ils me le disent aujourd’hui sur Twitter. La différence c’est qu’avant on m’engueulait en privé et aujourd’hui, on m’engueule en public » (interviewé 4)4.

53D’autre part, ceux pour qui la création d’un profil sur Twitter a été un besoin professionnel ont mis du temps avant de reconnaître l’importance de Twitter pour les nouvelles dynamiques du journalisme. Pour l’éditeur de la rubrique numérique du journal, la décision d’un groupe de journalistes de ne pas s’abonner à Twitter s’explique par le fait qu’ils voulaient rester anonymes, « qu’ils voulaient rester sur l’idée historique des journalistes de la presse écrite à ne pas devenir protagonistes des faits ». Cet éditeur estime que les journalistes, sans vouloir jusqu’à maintenant être des protagonistes, peuvent devenir « une parole crédible » sur Twitter, mais il considère que ses collègues ont mis du temps à le comprendre. Il a été difficile au début de comprendre la contribution de Twitter pour le journalisme, non pas seulement pour la possibilité de devenir une parole crédible, mais aussi pour la possibilité que le réseau a donnée de raconter des histoires et des informations en temps réel. Même si pour certains journalistes l’adaptation à Twitter n’a pas été toujours évidente, c’est sûr que le réseau a complètement changé la dynamique du travail journalistique de la rédaction d’El Comercio.

54Notre étude montre que Twitter s’intègre peu à peu comme un outil de la dynamique du travail journalistique en Équateur. Il facilite la communication entre les journalistes et les sources tout en permettant de repérer de nouvelles sources d’information, d’entrer en contact avec elles et de créer de nouveaux formats journalistiques. Dans le cas de la rubrique Sécurité du journal El Comercio, son éditeur a développé un journal-Twitter avec l’étiquette #NotiSeguridadEC, qui avit une duration d’une heure tous les jours, sauf les week-ends. Il s’agissait d’un format innovateur dans lequel les journalistes non seulement racontaient des nouvelles, mais aussi donnaient des avis de sécurité quand il n’y avait pas de nouvelles. L’initiative n’a cependant pas pu continuer à cause des nouvelles responsabilités de l’éditeur au bureau éditorial :

Cela a été une très bonne expérience journalistique et une façon motivante d’échanger sur Twitter. C’était intéressant, on n’avait pas beaucoup de visites, mais il y avait une interaction positive et les gens [les abonnés du compte Twitter] nous remerciaient pour l’information (interviewé 8).

55La convergence numérique a tout changé. Maintenant, les journalistes qui avaient débuté il y a quelques années dans la presse écrite ne font plus que du journalisme écrit. « On fait la radio, on fait les réseaux sur toutes les plateformes et on fait aussi la télé », affirme l’éditeur de la rubrique Quito, qui a pu mieux cerner l’utilité de Twitter dans le cadre d’une formation journalistique aux États-Unis. Il explique : « J’ai repéré comment les journalistes géraient Twitter et comment la façon de communiquer avec leur public était plus directe. Surtout dans le cas d’informer, de faire couvertures journalistiques en utilisant Twitter. » Maintenant, même s’il n’est pas très actif sur Twitter puisqu’il reste à la rédaction, il relève l’importance pour les journalistes d’être présents sur le réseau.

La déontologie et les usages actuels de Twitter chez les journalistes d’El Comercio

56Un nouveau moyen de communication, une source additionnelle d’information, un canal qui rend visibles le profil et le travail professionnel : Twitter est tout cela pour les journalistes.

57La multiplication de ses usages a fait que les médias encouragent les journalistes à adhérer aux chartes d’usage des réseaux pour éviter des malentendus, même si les journalistes connaissent les codes éthiques et déontologiques de leur métier. Mercier et Pignard-Cheynel (op. cit.) expliquent que la rapidité à laquelle l’information et la rumeur circulent sur les réseaux socionumériques a amené les rédactions à produire des chartes du bon usage de ces outils. Les auteurs ont aussi remarqué des régulations et autorégulations mises en place par les journalistes dans leur profil Twitter en ce qui concerne les enjeux éthiques. Il s’agit de l’utilisation des formules telles que « mes tweets n’engagent que moi », qui révèlent les difficultés rencontrées dans l’analyse ces régulations.

  • 5 La charte en espagnol s’appelle Manual de Buenas Prácticas de Redes Sociales. Elle a été rédigée en (...)

58Dans le cas d’El Comercio (2012), cette charte des bonnes pratiques dans les réseaux sociaux5 cherche à privilégier la diffusion de l’information plutôt que des opinions, à faire comprendre la responsabilité à l’égard de tout ce qui est publié dans n’importe quelle plateforme numérique, dont Twitter, puisque tout ce qui est dit par les journalistes dans les réseaux sociaux peut engager également le média. Cette charte compte cinq parties : l’introduction, la promotion de l’usage des réseaux sociaux, les comptes personnels, l’usage des comptes du groupe El Comercio et des recommandations générales.

59En ce qui concerne l’usage des comptes personnels, bien que la charte donne la liberté aux journalistes de publier des informations et des commentaires, elle engage les journalistes et la reconnaissance sociale du média. Elle explique qu’il faut porter attention au statut professionnel des journalistes autant qu’à celui du média. Par exemple, au sujet de l’identification des journalistes sur leur profil Twitter, il est écrit dans la charte : « Vous serez obligé de vous identifier en tant que journaliste du groupe El Comercio et vous devez indiquer que votre opinion est personnelle et qu’elle n’engage pas le média. »

60La charte donne aussi des avis et des recommandations d’usage aux journalistes pour qu’ils prennent conscience des implications que revêtent ces nouvelles pratiques de publication : par exemple, un retweet implique de partager des points de vue de celui qui a écrit le tweet. Il est également souligné dans la charte qu’il ne faut pas utiliser le réseau exclusivement pour l’autopromotion.

61Il faut remarquer que la charte des bonnes pratiques dans les réseaux sociaux à El Comercio est attachée au code d’éthique professionnelle, ce qui implique le rapport direct avec les codes déontologiques du média. Il s’agit d’un aspect remarqué par les journalistes interviewés non seulement en raison de l’importance d’un code interne, mais aussi parce qu’ils font attention et connaissent les codes déontologiques ainsi que les principes qui guident leur profession.

62Les avis, les normes, les recommandations pour bien utiliser les réseaux ont permis tout au long une évolution de cet usage, en tant qu’outil de communication, pour les journalistes. Alors que les journalistes utilisaient auparavant Twitter pour explorer, pour suivre l’actualité des médias et pour répondre à leur besoin d’information, le réseau est aujourd’hui devenu un outil de veille médiatique, un canal de diffusion d’information ainsi que de promotion des profils professionnels des journalistes. Il est également un espace où il est possible d’accéder à l’information officielle, à des sources fiables.

63Dans le tableau suivant, nous relevons les différents usages de Twitter et la façon dont les journalistes d’El Comercio s’en servent aujourd’hui, par rapport au moment précédant la généralisation de son usage. La diffusion de l’information et l’accès aux nouvelles sources d’information sont des usages communs aux deux périodes.

Tableau 2. Les différents usages de Twitter

Tableau 2. Les différents usages de Twitter

Interviews menées auprès des journalistes d’El Comercio.

64Par ailleurs, il faut souligner qu’il existe des usages que les journalistes préfèrent éviter. Il s’agit notamment de l’utilisation du réseau pour donner son opinion. La plupart des journalistes interviewés affirment qu’ils préfèrent informer et s’informer plutôt qu’opiner, même si Twitter représente parfois aussi un espace libre où il est possible de faire partager des réflexions personnelles. Par exemple, l’éditeur de la rubrique Quito mentionne qu’il rédige, de temps en temps, des réflexions sur le journalisme ou même sur la vie quotidienne.

Les agendas médiatiques à partir de Twitter

65L’interaction sur Twitter est aussi un aspect important, d’après les entretiens menés avec les journalistes d’El Comercio. La possibilité d’accéder à l’information publiée sur le réseau facilite la couverture de certains sujets. L’éditeur de la rubrique numérique du journal se rappelle le cas des personnes disparues. En tant que journaliste de la rubrique Judiciaire, il se souvient de l’utilité de Twitter quand il recevait des informations des gens qui cherchaient des membres de leur famille, qui avaient disparu sans laisser de trace. « Ces informations nous donnaient des indices pour faire notre recherche et pour aller chercher plus d’information dans les sources officielles. » Ce genre de sujet permettait aux journalistes à la fois de construire une communauté et de devenir utiles pour les familles et, ainsi, pour la société.

66Cependant, selon l’éditrice de la rubrique Journalisme de données et l’éditeur en chef du journal local Ultimas Noticias, cette interaction ne change pas forcément l’agenda médiatique ni la planification des couvertures. C’est vrai que Twitter a modifié les pratiques journalistiques, mais pas dans leur totalité ni de façon uniforme.

Je travaille avec un agenda propre et avec des recherches spécifiques et planifiées. On peut s’intéresser aux tendances sur Twitter, mais ça ne change pas tout ce que j’ai planifié, simplement je peux décider de travailler selon un point de vue original, c’est-à-dire que ce qui se passe sur Twitter peut être une référence, peut même enrichir ma planification, mais ça ne change pas mon agenda (interviewé 5).

67Cette tendance est confirmée par l’éditrice de la rubrique Journalisme de données quand elle explique que son groupe de travail doit toujours présenter une approche originale pour la version numérique des articles qui se publient en version papier :

Le journaliste actuel est un journaliste multiplateforme. Avant on ne pensait qu’à la version papier et aujourd’hui il y a des fois où j’oublie la version papier du journal… Aujourd’hui, le journaliste peut faire son compte rendu pour la radio ou la télé pendant la matinée et dans la même journée pour le site Web. Cependant, la version la plus actuelle, c’est toujours la version Web (intervievée 6).

68L’éditeur du journal local conclut que Twitter n’est qu’une source additionnelle d’information, mais surtout pas la plus importante. Il laisse toujours dans le journal de l’espace pour ce qui peut se passer, pour des choses imprévues, mais ce n’est pas forcément ce qui se passe sur Twitter ou Facebook qui peut changer sa planification, c’est plutôt ce qui se passe dans la rue :

Nous avons différentes sources d’information, mais pour moi, les sources qui ont l’information la plus utile ne sont ni sur Twitter, ni sur Facebook, ni sur WhatsApp. Je pense que les réseaux n’ont pas autant de pouvoir pour changer l’agenda médiatique. De plus, le journalisme et surtout les journalistes ne sont pas les protagonistes des faits. Le journaliste est important pour le métier, mais c’est le service au public le plus important, ce sont les gens et leur quotidienneté les plus importants, les histoires des gens qui ne sont pas forcément sur les réseaux (interviewé 5).

Conclusion

69Cette étude se présente comme une contribution aux connaissances portant sur l’évolution et le renouvellement des pratiques journalistiques à l’ère d’Internet dans un contexte géographique qui peut être considéré comme périphérique, mais où, malgré ses spécificités, se produisent des phénomènes semblables à ceux des pays industrialisés.

70L’étude présente certaines limites, notamment en ce qui concerne les défis du journalisme face à la diffusion de fake news qui se publient et se partagent sur les réseaux, sans aucun contrôle. Cela constitue l’un des enjeux éthiques liés à l’importance des codes déontologiques dans la gestion journalistique des réseaux socionumériques, dans le cadre desquels les interactions journalistes-journalistes et journalistes-lectorat (abonnés dans le cas de Twitter) sont déterminantes.

71Il est important aussi d’affirmer le rôle des journalistes et de leur cadre d’activité dans le processus d’appropriation de Twitter. Ce réseau est de plus en plus utilisé comme un outil de communication, de production, de partage et de diffusion de l’information journalistique ainsi que comme un moyen additionnel de repérer des nouvelles sources plus ou moins spécialisées. Les manières dont Twitter peut servir le journalisme sont nombreuses. Les pratiques journalistiques contemporaines ont intégré la création d’espaces de participation, de production et de diffusion d’information. Cet usage a eu pour conséquence que le public a pensé que les journalistes pouvaient être remplacés par les usagers, par n’importe quelle sorte d’usagers. Or, nous pouvons constater que la contribution des journalistes qui intègrent Twitter dans leurs pratiques dépasse le seul intérêt de la publication et de la diffusion de l’information. Par exemple, l’usage des réseaux sociaux a encouragé les journalistes d’El Comercio à mettre sur pied de nouveaux projets, comme le journal-Twitter #NotiSeguridad. Ce genre de projets a permis de développer des initiatives originales et pionnières pour le journalisme, qui sont certainement positives pour la communauté des lecteurs. Le journal-Twitter #NotiSeguridad était pionner et original sur le plan du format journalistique. Sa mise en scène était articulée autour d’un sujet principal (la sécurité quotidienne), avec une durée et un horaire de diffusion précis. En ce qui a trait aux retombées bénéfiques pour la communauté, le journal représentait un moyen de diffusion de nouvelles et d’information utile : avis concernant la sécurité citoyenne, la prévention des accidents en ville, etc.

72Par ailleurs, dans leur utilisation du réseau, les journalistes veulent se concentrer sur la possibilité d’approfondir les sujets d’intérêt public, d’expliquer au lectorat les sujets les plus utiles pour leur vie quotidienne, ce qui nous renvoie aux principes du journalisme : servir la communauté, devenir un médiateur entre les inquiétudes citoyennes et la réponse des autorités et multiplier les bons usages des réseaux en les traduisant par des bénéfices civiques. En tant que médiateurs entre les sources d’information et les audiences, les journalistes doivent cultiver non seulement leur crédibilité auprès des gens, mais également l’engagement envers l’intérêt public et le renforcement de la démocratie. Cela veut dire que l’engagement doit être fort dans la quête de la vérité, au moment où l’on intègre les réseaux sociaux comme des outils, des mécanismes qui permettent de contribuer à la production et à la diffusion d’un information vérifié et de qualité. Cet aspect-là ouvre la possibilité de nouveaux sujets de recherche, comme les interactions entre les lectorats et les journalistes et la façon dont ces interactions peuvent marquer ou non les agendas médiatiques. Il s’agit donc d’un renouvellement des interactions.

Haut de page

Bibliographie

AKRICH, Madeleine (2013), « Co-construction », Dictionnaire critique et interdisciplinaire de la participation. [En ligne]. www.dicopart.fr/en/dico/co-construction. Page consultée le 31 juillet 2018.

BOUSQUET, Frank et Nikos SMYRNAIOS (2012), « Les médias et la société locale, une construction partagée », Sciences de la société, 84-85 : 5-15.

CARDON, Dominique (2013), « La participation en ligne », CNDP Idées économiques et sociales, 173(3) : 33-42.

CISION (2015), New research from Cision and Centerbury Christ Church University highlights social media’s impact on journalism. [En ligne]. https://www.cision.com/us/about/news/2015-press-releases/2015-global-social-journalism-study-finds-journalists-increasingly-rely-on-social-media-to-complete-daily-activities-and-improve-productivity/ Page consultée le 11 janvier 2018.

COBERTURA DIGITAL (2011), Twitter Ecuador llega al nivel de visitas de El Comercio y El Universo. [En ligne]. http://www.coberturadigital.com/2011/07/25/twitter-ecuador-llega-al-nivel-de-visitas-de-el-comercio-y-el-universo/. Page consultée le 15 janvier 2018.

DAHLGREN, Peter (2000), « L’espace public et l’internet. Structure, espace et communication », Réseaux, 100(2) : 157-186.

GARCÍA-DE-TORRES, Elvira et al. (2011), « Uso de Twitter y Facebook por los medios iberoamericanos », El Profesional de la Informacion, 20(6) : 611-620.

GEORGE, Éric (2008), « De la complexité des relations entre démocratie et TIC », Nouvelles practiques sociales, 21(1) 38-51.

GONZÁLEZ-MOLINA, Sonia et Fátima RAMOS DEL CANO (2014), « Las redes sociales en el ámbito periodístico : ¿cómo usan los medios europeos de referencia sus perfiles en Twitter y Facebook ? », Revista Comunicación y dombre, 10 : 37-52.

GUIDOBONO, Florencia (2013), « Twitter, nueva fuente de información », Calidad informativa. Escenarios postcrisis, Quito, Editorial la Crujía.

INSTITUTO NACIONAL DE ESTADÍSTICAS Y CENSOS (2017), Encuesta Nacional de Empleo, Desempleo y Subempleo TIC’S 2016. [En ligne]. http://www.ecuadorencifras.gob.ec/documentos/web-inec/Estadisticas_Sociales/TIC/2016/170125.Presentacion_Tics_2016.pdf. Page consultée le 12 janvier 2018.

JOUËT, Josiane et Rémy RIEFFEL (2015), « La sociabilité des journalistes sur Twitter : entre performativité, ambivalence et multidimensionnalité », Sur le journalisme, 4(1) : 18-33.

MERCIER, Arnaud et Nathalie PIGNARD-CHEYNEL (2014), « Mutations du journalisme à l’ère du numérique : un état des travaux », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 5. [En ligne]. http://journals.openedition.org/rfsic/1097. Page consultée le 20 janvier 2018.

MIÈGE, Bernard (2010), L’espace public contemporain : aproche info-communicationnelle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, Coll. « Communication médias société ».

RIVERA, Diana et Dominique ROSERO (2017), « Análisis de las prácticas y técnicas periodísticas en el periodismo ecuatoriano. Casos de estudio : Ecuavisa, El Comercio y Ecuador en Vivo », Razón y Palabra, 21(2/97) : 475-485.

Haut de page

Annexe

Interviewé 1. Il a une trajectoire de plus de 20 ans. Engagé toute sa carrière chez El Comercio, il a commencé comme journaliste de la rubrique Sports à Últimas Noticias, un journal local d’El Comercio, où il est resté pendant deux ans. Il a continué à El Comercio comme journaliste des rubriques Sports, Politique, Judiciaire, puis comme éditeur en chef des rubriques Quito, Judiciaire et Sécurité. Depuis 2012, il est membre de la table centrale, où il a été éditeur et macro-éditeur du groupe. Il est maintenant l’éditeur de la rubrique numérique. Il est inscrit sur Twitter depuis juin 2010 comme @ECdimitri. Il a environ 4 800 tweets, 750 abonnements et autour de 2 500 abonnés à son compte.
Interviewé 2. Il a fait toute sa carrière chez El Comercio. Il a débuté en tant que stagiaire, il a continué comme correspondant du journal dans deux villes différentes, journaliste de la rubrique Économie et Affaires, journaliste des rubriques Judiciaire et Société. Il est maintenant l’éditeur en chef de la rubrique Politique et il a une trajectoire de 14 ans dans le journalisme. Il est inscrit sur Twitter depuis avril 2010 en tant que @andresgaj. Il a environ 8 500 tweets, 2 330 abonnements et autour de 2 500 abonnés à son compte.
Interviewé 3. Il a été journaliste dans cinq médias, toujours à la presse écrite. Il a travaillé trois années dans un magazine sportif ; 10 ans, à différentes époques, pour le journal Hoy où il a été journaliste, éditeur en chef de la rédaction et éditeur de la convergence numérique ; puis il a passé sept années à El Universo, en tant que journaliste des rubriques Sports et Recherche journalistique, et deux années à La Hora, en tant qu’éditeur en chef de la rédaction. Il travaille maintenant à El Comercio depuis un an, en tant qu’éditeur en chef de la rubrique Quito, et il possède une trajectoire de 23 ans dans le journalisme. Il est inscrit sur Twitter depuis février 2011 en tant que @jimbaquingo. Il a environ 9 600 tweets, 1 347 abonnements et autour de 2 600 abonnés à son compte.
Interviewé 4. Il a travaillé en tant que journaliste dans deux journaux : pendant 4 ans à Hoy et depuis 18 ans à El Comercio. Dans celui-ci, il a été journaliste des rubriques Web, Sports et Quito. Il est maintenant l’éditeur en chef de Vie Privée, une rubrique qui touche les thématiques d’art et culture, santé préventive, environnement, éducation, technologie et mode. Il a une trajectoire de 22 ans dans le journalisme. Il est inscrit sur Twitter depuis février 2011 en tant que @guapodelabarra. Il a environ 9 600 tweets, 1 347 abonnements et autour de 2 600 abonnés à son compte.
Interviewé 5. Depuis 20 ans, toute sa carrière journalistique se déroule à Últimas Noticias, un journal local d’El Comercio. Il a commencé en tant que stagiaire, puis il a continué comme journaliste, responsable de rubriques Ville et Spectacles et coordonnateur général de la rédaction. Depuis 2010, il est l’éditeur en chef. Il est inscrit sur Twitter depuis avril 2010 en tant que @carlosmora04. Il a environ 670 tweets, 68 abonnements et autour de 370 abonnés à son compte.
Interviewée 6. Elle a commencé très jeune sa carrière de journaliste, d’abord en tant que stagiaire à 19 ans et après comme collaboratrice d’un magazine, d’un canal de télévision et d’un journal. Elle est ensuite devenue journaliste à El Comercio, dont elle n’a plus quitté la rédaction. Elle a une trajectoire de 19 ans dans le journalisme. Elle est maintenant l’éditrice en chef de l’unité de Journalisme des données. Elle est inscrite sur Twitter depuis décembre 2011 en tant que @gabenQ. Elle a environ 4 400 tweets, 376 abonnements et autour de 729 abonnés à son compte.
Interviewé 7. Il travaille comme journaliste depuis environ 25 ans, dont plus de 17 ans à El Comercio. Après avoir été journaliste, il est devenu l’éditeur en chef des rubriques Judiciaire et Recherche. Depuis 2016, il est l’éditeur général de toute la rédaction. Il est inscrit sur Twitter depuis avril 2009 en tant que @Cascabelito09. Il a environ 1 120 tweets, 745 abonnements et autour de 2 700 abonnés à son compte.
Interviewé 8. Il compte 20 ans d’expérience en journalisme, dont 8 ans comme journaliste à la radio et 12 ans à la presse écrite. À El Comercio, il a été journaliste de différentes rubriques et il a fait partie aussi d’un journal-Twitter #NotiSeguridad. Il est maintenant l’éditeur en chef de la rubrique Judiciaire. Il est inscrit sur Twitter depuis février 2011 en tant que @ECtipanluisag. Il a plus de 13 000 tweets, 870 abonnements et autour de 1 800 abonnés à son compte.

Haut de page

Notes

1 Information obtenue à El Comercio au cours des interviews avec les journalistes.

2 L’information date de novembre 2018.

3 Le journaliste avait 14 ans d’expérience au moment de l’entretien.

4 Ce journaliste écrit périodiquement dans une rubrique qui traite de façon polémique du football et qui met en confrontation les passionnés du sport.

5 La charte en espagnol s’appelle Manual de Buenas Prácticas de Redes Sociales. Elle a été rédigée en 2012.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Le profil des journalistes interviewés
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/8660/img-1.png
Fichier image/png, 63k
Titre Tableau 2. Les différents usages de Twitter
Légende Interviews menées auprès des journalistes d’El Comercio.
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/8660/img-2.png
Fichier image/png, 124k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paulina Escobar, « Comment l’usage de Twitter a changé les pratiques journalistiques des journalistes du journal équatorien El Comercio », Communication [En ligne], vol. 35/2 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2018, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/communication/8660 ; DOI : 10.4000/communication.8660

Haut de page

Auteur

Paulina Escobar

Paulina Escobar est doctorante en Sciences de l’Information et de la Communication, Université de Bourgogne Franche-Comté. Courriel : apaulinaescobar@yahoo.es

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals