Navigation – Plan du site
Articles

Quand la presse locale s’efface

Déserts journalistiques et émergence des pure players hyperlocaux en périphérie des zones urbaines
Olivier Trédan, Philippe Gestin et Joël Langonné

Résumés

Les auteurs interrogent la manière dont des changements organisationnels basés sur le rationalisme économique peuvent avoir des répercussions sur les procès de production de l’information hyperlocale et par conséquent les manières de faire aux périphéries des rédactions de titres de presse quotidienne régionale (PQR) en France. Ils décèlent des modalités originales de mise en circulation de l’information de proximité, en marge des acteurs médiatiques institués et à des échelles microlocales. Face à des injonctions managériales contraignantes, certains référents historiques de la collecte des « petites » informations sont parfois amenés à se passer du journal pour continuer à faire ce qu’ils aiment : faire circuler l’information dans les territoires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce constat n’est pas propre aux pure players locaux. Il s’inscrit dans une difficulté structurelle (...)

1À la faveur du développement des systèmes de publication de contenu, les media studies font le constat de l’émergence de pure players d’information locale. Très divers, ces nouveaux venus dans le monde de l’information de proximité ont ceci de commun qu’ils se positionnent dans l’écosystème des médias locaux, tentent de générer des ressources pérennes tout en conservant un certain degré d’indépendance (Nielsen, 2015). En France, Franck Bousquet, Emmanuel Marty et Nikos Smyrnaios (2015) montrent que, le plus souvent, ces pure players peinent à se faire une place dans le paysage médiatique local. Car, même si certains paraissent être capables de dynamiser (reinvigorate, disent les auteurs) des espaces publics locaux, leurs audiences demeurent limitées et les modèles économiques qu’ils expérimentent restent précaires1.

2Nous souscrivons à ces remarques, tout en considérant qu’il s’agit là des pure players locaux connus et reconnus, recensés et étudiés — ceux des zones urbaines, dirigés par des journalistes professionnels. Il en existe d’autres, moins visibles, périphériques : des pure players qui émergent à une échelle communale, voire infracommunale, notamment au sein de zones rurales. Malgré leur grande diversité et le fait qu’ils soient difficilement repérables, Marco Van Kerkhoven et Pietr Bakker parviennent à les désigner dans leurs caractéristiques communes :

  • 2 « initiatives en ligne qui visent à produire des infos sur un territoire restreint, qui ont une ori (...)

Hyperlocals are online initiatives that aim to produce news gathed in and focused on a designated local area. Hyperlocal news operations can be defined as those media that target a geographic area, have a community orientation, contain original news reporting, are indigenous to the web, fill perceived news gaps, and stimulate civic engagement (2015 : 150)2.

3C’est ce dernier constat qui retient surtout notre attention ici : ces « hyperlocaux » (hyperlocals) occuperaient des zones peu à peu délaissées par la presse locale traditionnelle (ibid.), que certains qualifient de « déserts d’information » (news desert) (Friedland et al., 2012 : 43).

4C’est de ce constat que nous allons discuter ici. À partir de l’étude de trois pure players locaux (hyperlocaux), qui seront présentés plus après, nous proposons l’idée qu’il existe des espaces de mise en circulation de l’information locale, hors des modalités traditionnelles que sont la presse locale ou les productions éditoriales des collectivités (Pailliart, 1993 ; Tétu, 1995). Ceux qui s’y engagent le font, le plus souvent, en amateurs, et prennent des libertés avec les codes de l’écriture journalistique.

Une transformation dans les chaînes de l’information locale

5Nous faisons d’abord l’hypothèse que le développement de ces pure players particuliers, hyperlocaux, est en partie lié à certaines transformations actuellement à l’œuvre dans la chaîne de production de l’information locale. Celle-ci est notamment influencée par la mise en place de process d’automatisation de la collecte d’une partie du contenu : les annonces, les informations-services, certaines photos légendes ou articles courts sont désormais recueillis grâce à des logiciels de collecte en ligne, renseignés directement par les acteurs du territoire, sans passer par les habituels intermédiaires de la presse locale en France : les correspondants locaux de presse (CLP).

  • 3 On estime que 25 000 CLP collaboreraient avec la PQR, un secteur qui emploie par ailleurs 5 600 jou (...)

6Rappelons brièvement que les CLP sont des travailleurs indépendants de la presse quotidienne régionale (PQR) en France, des non-journalistes. Ils sont quatre à cinq fois plus nombreux que les journalistes professionnels et produisent deux tiers de la surface rédactionnelle des titres auxquels ils collaborent3. Si la position de correspondant local est un passage éphémère pour des étudiants souhaitant commencer une carrière de journaliste (Bouron, 2015), ces cas-là restent très minoritaires : dans leur grande majorité, les CLP inscrivent leur activité dans des perspectives durables et au sein de dynamiques où le journal et le journalisme ne sont pas centraux (Gimbert, op. cit.). La mise en place de la collecte automatisée d’informations modifie donc la place et le rôle des CLP dans le continuum de fabrication de l’information locale.

  • 4 Le service des communications de la métropole de Rennes, par exemple, a délégué à SIPA-Ouest-France (...)

7Par exemple, le groupe SIPA-Ouest-France dispose d’un outil en ligne de captation de certaines informations locales, accessible par Internet aux associations, clubs de sport ou collectivités locales. Baptisé « Infolocale.fr », il s’agit d’un formulaire en ligne où l’on donne le type d’événement, sa date, le tarif, le contact, la date de parution souhaitée, etc. Les acteurs locaux, institutionnels et associatifs, saisissent ainsi directement leurs données, lesquelles sont ensuite intégrées au système éditorial de mise en page, sans autre intermédiaire. Cette centralisation des informations-services événementielles a deux conséquences, liées. Elle prend part, tout d’abord, à la transformation de l’entreprise de presse en groupe de communication4 (Anciaux, 2014). En tant qu’organisation industrielle, ensuite, Infolocale.fr participe d’une politique de réduction des coûts de production. Il s’agit, au fond, d’une optimisation d’un modèle économique historique, dans le monde de la fabrication de l’information, dont l’un des principaux ressorts demeure ce que l’on peut appeler, avec Marie-Anne Dujarier, la « mise au travail des usagers » (2008) : le journal vend ce qu’il récupère dans l’espace commun. Ici, les acteurs institutionnels et associatifs locaux se passent, au moyen d’Infolocale.fr, de la médiation du CLP, ce qui entraîne la réduction du coût de fabrication d’une partie des informations locales et contribue, dans le même mouvement, à tarir à la base un système qui alimentait jusque-là, en grande partie, les revenus des correspondants (Gimbert, op. cit.).

  • 5 On sait que les CLP pratiquent, en effet, une forme de rétention de l’information. Ces pratiques so (...)

8Ce n’est pas tout. Car sur le plan organisationnel et managérial, le nouveau système correspond aussi à une volonté de modifier le travail des CLP. Le personnel responsable du développement d’Infolocale.fr ne veut plus de ce qu’il appelle les correspondants « boîte à lettres », c’est-à-dire des CLP qui ne feraient que transmettre et facturer au journal une information recueillie à moindres frais auprès des sources locales. Dans la même veine, il affirme que l’automatisation de la collecte d’information a eu pour incidence un accroissement sensible des informations-services collectées. Ce type de discours désigne en creux les correspondants comme responsables d’une forme de rétention d’informations, délétère pour le journal et ses lecteurs5. L’objectif serait de contraindre le CLP à « monter en gamme », à multiplier les papiers d’initiative, c’est-à-dire proposer des sources et des angles originaux, au détriment des articles liés à l’actualité locale. Ces « petits » événements de la vie quotidienne, gérés depuis toujours par les correspondants, leur sont aujourd’hui de moins en moins accessibles et font même l’objet d’interdits explicites, dans les consignes données par les rédactions aux CLP. Tout un pan de la vie locale a ainsi disparu des pages des quotidiens.

Les mondes de l’information locale

9Nous avons assez vite compris qu’il était difficile d’appréhender les mutations à l’œuvre au sein des périphéries, des marges du monde de l’information locale mainstream, sans saisir ce que devenaient les CLP et leurs sources habituelles : comment composaient-ils avec ces prescriptions nouvelles ?

10Certaines des incidences du dispositif Infolocale.fr sont évidentes. Comme prévu, des acteurs locaux se mettent effectivement au travail. Dans une commune rurale qui constitue une partie de nos terrains par exemple, le maire nous a expliqué que plusieurs associations ont désormais recours aux services de la secrétaire de mairie pour la saisie de leurs informations par Infolocale.fr. De fait, certes l’intermédiaire CLP disparaît — et disparaît avec lui le coût qu’il occasionne au journal en facturant les informations —, mais au fond, il est remplacé par de nouveaux intermédiaires, qui ne sont pas financièrement liés au journal. Les correspondants, quant à eux, perdent une part substantielle de leurs revenus. Pour l’une des CLP concernés, ce manque à gagner est de l’ordre de 150 euros par mois, sur les 800 euros qu’elle tirait en moyenne de son activité de correspondance.

11Et puis on devine que les rapports entre les CLP et leurs sources sont affectés. Ils se croisent moins, ils échangent moins. Un correspondant nous a ainsi expliqué qu’il avait le sentiment de « perdre le fil », de « perdre le contact avec les gens ». Certains peuvent entrer en résistance, en décidant de ne couvrir que les manifestations (réunions sportives, spectacles, assemblées générales, etc.) pour lesquelles ils ont été invités nommément, directement par courriel, décidant ainsi d’ignorer l’information qui transite par Infolocale.fr.

12Certes, ces dynamiques de la fabrication de l’information dans la presse locale ne sont pas nouvelles et ne sont pas apparues avec la mise en place des systèmes de collecte informatisée des informations. Qu’il s’agisse de la mise au travail des sources, de l’autonomie accrue des CLP corrélée à une baisse de revenus pour eux, ou encore des liens apparemment distendus entre les correspondants et des sources routinières, tous ces aspects ont déjà été décrits par des travaux au tournant des années 2010 (Gimbert, op. cit.). Tout de même, nous avons postulé que les dispositifs tels qu’Infolocale.fr, corrélés à une moindre couverture de la petite information locale et à une modification de la place et du rôle des correspondants, constituaient un contexte favorable à l’émergence d’interstices (Ruellan, 2009) ; c’est-à-dire qu’Infolocale.fr, finalement, pouvait peut-être créer des conditions favorables au développement de nouveaux lieux de mise en circulation d’une information d’hyperproximité, délaissée par le journal.

  • 6 À la fin des années 1990, la PQR, confrontée à un vieillissement de son lectorat et à une érosion p (...)

13Nous avons tenté d’alimenter cette hypothèse par la description de trois pure players d’information hyperlocale, parmi ceux que nous avions pu repérer, et dont l’une des particularités était d’être tenus par des CLP ou par d’anciens CLP. En fait, en nous penchant sur ces trois terrains et sur les producteurs d’informations qui les occupaient (journalistes, CLP et animateurs de pure players), nous avons constaté que, d’une part, comme on vient de le signaler, les mutations qui touchent l’organisation du travail des correspondants s’étalent sur le temps long et, d’autre part, que le système Infolocale.fr peut être envisagé comme l’un des derniers avatars de la mise à distance des CLP souhaitée par les groupes de communication depuis deux décennies6. De la même manière, il nous a semblé difficile de considérer nos pure players comme de nouveaux acteurs, inédits, émergents : il est sans doute plus raisonnable de les considérer comme partie prenante d’une dynamique d’appropriation par les acteurs locaux des outils de l’autopublication afin de faire entendre une parole dans l’espace public local (Le Cam, 2003), dynamique qui naît au début des années 2000.

14Tout de même, les transformations très contemporaines dans la chaîne de production de l’information locale offrent sans doute des conditions favorables à l’émergence de pure players, quand l’autonomisation alimente le sentiment d’une désertion de la presse locale, lorsque les CLP ne participent plus de manière systématique aux rituels qui scandent la vie locale (fête locale organisée par une association, présentation de l’avancement des travaux réalisés par la collectivité, etc.). En outre, l’observation de ces espaces nous a permis d’agrandir, de compléter, d’affiner le réseau des médiations de l’information locale et hyperlocale dans les territoires.

15Cette compréhension plus fine passe par la description de ces trois pure players, de leurs contenus, mais aussi du rapport que leurs auteurs entretiennent avec la presse locale et la correspondance, sans oublier leur lien particulier au territoire

Trois pure players hyperlocaux

16Nous sommes donc partis de trois pure players7, que nous avons repérés sur deux territoires, l’un rural, l’autre urbain. Deux d’entre eux sont localisés en Côtes-d’Armor, et couvrent chacun des territoires ruraux : Le blog de Pluzunet, à l’échelle de la commune de Pluzunet, et le site Bro Vear Online (BV Online), pour le territoire de la communauté de communes du Pays de Bégard. Le troisième est implanté en Finistère, dans un quartier périphérique de la ville de Quimper, Penhars. Il s’agit de Penhars Infos Quimper.

  • 8 Alliance pour les chiffres de la presse et des médias, « Classement Diffusion Presse Quotidienne Ré (...)

17Les trois ont pour point commun de se situer dans un territoire de concurrence entre les deux quotidiens bretons, Ouest-France et Le Télégramme. Le premier est de loin le premier quotidien français avec une diffusion de 671 288 exemplaires en 2017, le second arrive au sixième rang avec 192 206 exemplaires diffusés en 20178. Si l’on ajoute la présence d’hebdomadaires locaux bien implantés, la Bretagne demeure « l’une des régions de France qui a parmi les plus forts taux de lecture de la presse quotidienne régionale avec l’Alsace » (Courcelle, 2003 : 131). Ce qui ne rend, malgré l’érosion de ce lectorat, que plus saillante encore l’émergence de ces pure players.

18En ce qui a trait à la méthodologie, nous avons rencontré les trois blogueurs, auteurs des pure players, et mené des entretiens semi-directifs auprès d’eux. Nous avons aussi mené une autre série d’entretiens auprès d’autres acteurs du territoire, dont la présence perçait, de manière directe ou en creux, dans le contenu des pure players ou dans les entretiens que nous menions avec leurs auteurs. Nous avons ainsi rencontré des travailleurs sociaux, des élus locaux, des journalistes de la PQR, un chef de rédaction en presse locale, deux promoteurs du service en ligne Infolocale.fr et plusieurs CLP qui exerçaient sur les mêmes territoires de diffusion.

  • 9 Dans ce travail, nous utilisons le terme de cuisine à dessein : il est en effet utilisé dans le mon (...)
  • 10 Selon Antoine Hennion, le goût serait « une pratique, une activité collective avec des objets, un “ (...)

19À mesure que nous découvrions nos trois blogueurs et leurs manières de fabriquer de l’information hyperlocale par leur site, leur « cuisine9 », nous avons été en mesure de décrire leurs parcours respectifs, leur carrière de blogueurs dont l’élément le plus structurant est sans doute le rapport au territoire. Il nous est donc possible de saisir leurs parcours, leurs manières d’être en ligne et hors ligne, de saisir ce qui les fait faire, ce qui les porte, ce par quoi ils sont captés. En somme, nous avons cherché à saisir leur goût10 (Hennion, 2005) pour l’information hyperlocale. Notre travail consiste, finalement, à comprendre et à décrire leurs engagements autour la manière dont s’ancre le territoire dans leur carrière de blogueur. Sans vouloir nécessairement dresser une typologie des engagements, mentionnons que les trois cas étudiés révèlent trois configurations différentes.

Le pure player de Pluzunet : rendre compte de la vie locale

20Le blogue de Pluzunet est lancé en 2009, par un habitant de la commune. Éducateur spécialisé de formation, devenu progressivement blogueur, il a été ensuite « capté » par la presse locale. L’homme, aujourd’hui jeune retraité, est originaire du nord de la France ; il est arrivé dans la région à la faveur d’un poste de direction d’une structure d’accueil pour mineurs en difficulté sise sur le territoire.

  • 11 Cette dynamique n’est pas sans rappeler des précédents dans l’histoire des blogues. On peut par exe (...)

21Nous avons distingué trois phases dans sa dynamique de blogueur. Tout commence par un blogue personnel, qu’il crée en 2008 pour rendre compte à ses enfants des travaux de rénovation de la maison qu’il vient d’acheter à Pluzunet. Il y ajoute quelques informations locales et il s’aperçoit, avec surprise, que des lecteurs — qui ne sont pas ses enfants — consultent son blogue. Il constate alors que ces visiteurs « extra familiaux » sont un peu dans la même situation que ses enfants : ils n’habitent pas la commune, mais ils y ont des attaches. En fait, selon notre blogueur, ces gens-là tombaient sur son blogue lorsqu’ils effectuaient une recherche sur Internet pour avoir des nouvelles de la commune ou de leurs proches. Il explique que toutes ces visites inattendues ont constitué un « déclic » (c’est le mot qu’il utilise) vers la création d’un blogue spécifique d’information locale11.

22Il va donc tenir un nouveau blogue, de 2009 à 2014, où il couvrira cette fois, au jour le jour, l’actualité de sa commune. Il y publie un article par jour, en s’appuyant sur l’agenda associatif et culturel. Il propose en outre de nombreuses galeries de photos.

23Le contenu relève de l’information-miroir (Tétu, op. cit.) : il souhaite prendre en considération tout l’agenda communal (fût-ce sous la forme de simples brèves ou d’informations-services), et le travail de terrain (bénévole) qu’il abat est élevé : il couvre ainsi systématiquement les matchs de foot à domicile, le dimanche, depuis la feuille de match jusqu’aux à-côtés. En plus du football, l’essentiel du contenu concerne les rendez-vous associatifs et municipaux, l’activité commerciale ainsi que les travaux dans la commune.

24Le travail de restitution semble moins chronophage que le terrain : les textes sont très courts, la présence de la photo est privilégiée. La fréquentation maximale, en 2014, s’est élevée à 145 visiteurs uniques par jour (pour 1 043 habitants et dans une zone blanche, c’est-à-dire sans desserte en haut débit). Notons aussi que le blogue est correctement référencé (il arrive en tête des requêtes Google), en partie parce qu’il n’existe pas de site communal ou institutionnel lié à la commune.

25Deuxième étape de sa carrière, un an après l’ouverture de son blogue, en 2010, le journal Ouest-France l’a sollicité pour devenir son correspondant local dans la commune. Un accord a été conclu, avec une obligation de chaque côté : le futur CLP continuait son blogue, mais son contenu et celui du journal devaient différer. Pendant quatre ans, il a ainsi mené parallèlement son activité quotidienne de blogueur et la correspondance, en parvenant à respecter ces clauses de non-reprise. Il nous a expliqué que l’organisation de son travail, la gestion de ses deux casquettes, ne lui posait pas de problème particulier ; selon lui toujours, les sources arrivaient à bien faire la distinction entre sa fonction de correspondant et celle de blogueur, même lorsqu’il collectait de l’information pour les deux supports au cours du même événement. Finalement, seule la CLP d’un hebdomadaire concurrent a estimé, avec un peu de mauvaise foi, qu’il pratiquait souvent un copier-coller du journal vers le blogue. Quand on observe les contenus, on voit bien que la différence entre les productions pour le blogue et celles pour le journal est patente. Cette dualité peut par exemple se traduire par des choix de sujets différents : les comptes rendus des matchs de foot du dimanche ne sont publiés que sur le blogue, tout comme la rentrée de la catéchèse, dont la presse locale ne parle pas. Cette dualité se traduit également par des traitements différenciés d’un même événement : le sujet publié sur le blogue va par exemple comporter une galerie de photos, quand le quotidien n’en publiera qu’une seule.

26Ce blogueur va gérer le site jusqu’en 2014. Au début de cette année-là, en effet, il quitte Pluzunet pour s’installer dans une autre commune. Il organise la reprise du blogue par un habitant. La fréquence de publication se maintient pendant plusieurs mois, mais, à partir de 2016, on note un appauvrissement progressif, à la fois en fréquence et en contenu. Le blogue est officiellement tenu par une infirmière libérale, souvent absente, mais ce sont en réalité les secrétaires de mairie qui l’alimentent. Son contenu se limite désormais à de l’information-service (menu de la cantine, annonces d’associations...) et à des comptes rendus de conseils municipaux bruts.

Rapport au territoire no 1

27Avec son blogue, son auteur s’est créé sa propre légitimité vis-à-vis de l’espace communal. Il rapproche volontiers l’engagement dans cette activité amateur de son ancienne activité professionnelle d’éducateur. C’est-à-dire que finalement, blogueur ou éducateur, il se retrouve et il se plaît dans une posture de créateur de lien social. Il aime, dit-il, « rencontrer les gens, pouvoir communiquer, créer du lien... »

28Sa position de blogueur, plus que celle de correspondant, lui permet de mettre en valeur la vie locale. De fait, l’écriture sur le blogue est plus directe que celle observée dans le journal. Elle comporte des adresses directes (« Bravo à tous », « Venez nombreux »). L’auteur manie volontiers l’humour, jusqu’à l’apparition de blagues, pour faire réagir une population identifiée à une communauté. Ce qui comptait donc, pour lui, « c’était faire vivre, que les gens se bougent, que les gens se parlent, c’était ça le truc ». Ce qu’on ne trouve pas dans le journal, ou ce qui peut y paraître insignifiant, lui, il le publie systématiquement sur son blogue, et il estime que ces articles- aussi créent de la discussion, de l’échange entre les gens, en plus de ceux permis par la presse locale : « On se reparlait au bourg », « il y avait quelque chose qui se créait », insiste-t-il.

29Sur son nouveau lieu de vie, sur son nouveau territoire, il a continué la correspondance pour Ouest-France sans animer parallèlement un blogue. Jusqu’à il y a peu, il nous expliquait que cette activité de correspondance lui suffisait à perpétuer son rôle de médiateur.

Le pure player du Pays de Bégard : rendre compte de la vie institutionnelle

30Les choses sont sensiblement différentes, s’agissant du blogueur de Pays de Bégard — autre commune rurale. Ce dernier fait un peu l’inverse de son homologue de Pluzunet, venant au blogue à cause d’un échec dans la correspondance locale.

31L’auteur de BV Online est un retraité de 63 ans. Il a été chef d’entreprise dans le domaine de l’informatique. Pour autant, il n’a pas de compétences particulières en Web, ce qui se ressent peut-être dans l’ergonomie du site, assez peu attrayante. L’homme arrive dans la commune en 2011, en provenance de Marseille. Il souhaite en fait se rapprocher de sa fille, qui vit non loin. Il ne connaît pas du tout les environs. À cette époque, Le Trégor, un hebdomadaire du groupe Publihebdos, est à la recherche d’un nouveau correspondant local. Le nouveau venu contacte le journal, qui décide de s’attacher ses services. En fait, il nous a expliqué qu’à ce moment-là, sa motivation pour la correspondance résidait dans le souci de tisser des liens avec les gens, pour se faire connaître dans le territoire sur lequel il s’installe.

  • 12 Nous utilisons cette notion de convention avec Howard Becker : « Les conventions permettent de coor (...)

32Mais la collaboration ne va durer qu’un an. C’est un fait assez remarquable : l’hebdomadaire local va décider d’y mettre fin. En fait, et pour le dire simplement, l’auteur ne sait pas écrire de manière journalistique. Il ne connaît pas les conventions de cette écriture12, il n’en respecte pas les normes. Concrètement, pour la rédaction du Trégor, le suivi de ce correspondant exige un travail de secrétariat de rédaction trop important. C’est cette fin de collaboration avec l’hebdomadaire qui va l’amener à fonder, dans la foulée de son remerciement, BV Online, en 2012.

33L’une des particularités de BV Online est qu’il se présente un peu comme un journal hebdomadaire. Il est mis à jour toutes les semaines dans la nuit du mercredi au jeudi. Cette périodicité est liée à celle du Trégor. Il n’y a pas de publication au fil de l’eau. Notons en outre que le site n’est pas très bien référencé. Cela est lié aux faibles compétences en Web de son l’auteur. Malgré sa mise à jour depuis cinq ans, il n’apparaît toujours qu’en milieu de première page dans Google, derrière les institutions locales et la presse locale. Sa présence sur Facebook consiste simplement en l’annonce de l’édition de la semaine, sans que sa publication entraîne de partage significatif. Notons l’utilisation d’un autre outil de promotion : une newsletter, envoyée chaque semaine à l’issue du bouclage de l’édition hebdomadaire. Sur un territoire de 6 000 habitants, 450 personnes sont abonnées à cette lettre. L’étude de la composition de la liste de diffusion montre que BV Online est lu notamment par les institutionnels, les élus, en particulier par les maires des communes concernées. Ces derniers connaissent et reconnaissent le blogueur : son passage par le statut de correspondant local a largement facilité cette reconnaissance de l’animateur du site par les institutions, et son travail, par certains aspects, sert les institutions locales et les intérêts de la collectivité. Car notre blogueur est aussi photographe amateur et ses clichés publiés sur BV Online, de bonne facture, sont achetés et réutilisés par les structures publiques. Cela lui permet de dégager un revenu annuel de l’ordre de 2 000 euros, 500 euros provenant d’encarts publicitaires (agence locale d’une banque et Office de tourisme), le reste de la vente de ses photos.

34On peut, par ailleurs, classer ses productions en trois catégories : l’agenda, tout d’abord, qui occupe la partie gauche du site. Il s’agit d’annoncer, chaque semaine, tous les événements à venir sur le territoire, grâce à ce que les associations lui transmettent ou grâce à Infolocale.fr (qui devient ainsi une source d’information pour notre blogueur). Ensuite, une rubrique « Reportages » regroupe des comptes rendus de manifestations organisées par les institutions locales : la Maison de la jeunesse et de la culture, l’Office de tourisme, les conseils municipaux et communautaires. Il suit ainsi l’agenda institutionnel. Fait remarquable, il enregistre systématiquement les réunions, à l’aide de son téléphone intelligent, afin de retranscrire le plus fidèlement possible le propos des élus et représentants du territoire. Cette pratique de la retranscription lui demande beaucoup de temps et d’énergie (deux ou trois jours par semaine). Il réécrit également les budgets des collectivités, ce qui lui a permis de constituer un fonds documentaire sur l’évolution de la gestion des collectivités. Enfin, nous avons dit qu’il laissait une place importante à la photo, sa passion. Il a d’ailleurs fondé une association locale de photographes amateurs (Beg Art’s). Il propose ainsi des photos, présentées sous la forme de galeries (96 étaient proposées lors de notre enquête), qui renvoient aux principaux événements scandant la vie locale : festivals de musique et concerts, kermesses, vie politique. Il propose un par exemple un trombinoscope des élus.

Rapport au territoire no 2

35Ici, le rapport au territoire est très institutionnel. Son espace de publication vient un peu servir la communication des institutions locales. Le blogueur offre un espace de promotion des actions menées par les collectivités locales et les associations importantes du territoire, et celles-ci le lui rendent bien.

36Prenons trois exemples. Tout d’abord, la mairie lui a confié une clé qui lui permet d’avoir accès au sommet du clocher de l’église : il va tous les deux jours prendre une photo pour retracer l’évolution des travaux sur la place centrale de la ville, en contrebas. Ensuite, il est invité par un festival bisannuel de musique. Les organisateurs lui donnent un laissez-passer, notamment pour la réalisation de photos que l’association peut par la suite réutiliser. Enfin, il vend ses photos aux acteurs institutionnels (au prix de cinq euros) : les cartes de vœux de la mairie de Bégard ont reproduit l’une de ses photos. On peut résumer sa démarche comme une mise en valeur du territoire à travers ce que réalisent les institutions et associations. La relation avec les élus du territoire est particulièrement suivie, puisqu’il participe systématiquement à l’ensemble des réunions publiques. Les relations avec la presse locale étant circonscrites aux échanges avec les CLP (qui vont se raréfiant), c’est au blogueur seul, promoteur de leur territoire, qu’ils réservent le titre de « journaliste ». La transformation du paysage institutionnel local offre un indice de cette relation particulière nouée avec les élus. En janvier 2017, la communauté de communes du Pays de Bégard, regroupement de sept communes, est dissoute. Les communes sont intégrées dans une agglomération regroupant 57 communes. Bien que le centre de pouvoir se soit déplacé, le blogueur est invité par le service des communications de la nouvelle communauté d’agglomération, qui reconnaît ainsi son rôle dans la retranscription et l’archivage des décisions locales.

Le pure player du quartier de Penhars : rendre compte de la vie des nôtres

Capture d’écran 1. Penhars Infos

Capture d’écran 1. Penhars Infos

Penhars Infos ouvre en 2007, quand un CLP décide de cesser sa collaboration avec la presse locale, las du traitement réservé à son quartier.

37C’est aussi, dans une certaine mesure, un passage contrarié par la correspondance locale qui a poussé notre troisième protagoniste vers l’activité de blogueur, même si les raisons de cette contrariété sont assez différentes.

38Il s’agit d’un homme de 72 ans, aujourd’hui blogueur auto-entrepreneur, enseignant retraité. Il vit à Penhars, quartier périphérique de Quimper, depuis les premières années de sa carrière enseignante. Il s’y est toujours senti chez lui. En 1990, il répond à une offre du quotidien Le Télégramme, qui cherche un CLP dans le quartier. Il se présente, car, dit-il, il « aime écrire », il « aime la photo » et il « aime son quartier ». Et d’emblée, il aime cette activité : « écrire sur les gens, dit-il, et constater que ces gens parlent des articles qui les concernent le lendemain. » Par contre, sa relation avec le journal et les journalistes est conflictuelle. Il souhaiterait par exemple gérer davantage un agenda trop contraint par les directives du chef de rédaction, et à plusieurs reprises, il « démissionne » (avant de revenir, puis de démissionner encore…). Mais c’est l’arrivée d’un nouveau chef de rédaction qui l’amène à mettre définitivement fin à sa collaboration, après quelque temps de relations très conflictuelles (et d’abord à cause d’un reportage sur Penhars écrit par ce journaliste-là et qui aurait causé « beaucoup de tort au quartier »). Bref, il part et décide de lancer son blogue, en mai 2007, avec l’aide des animateurs de la cyberbase du quartier, qui le guident au départ, car il n’y connaît rien.

39Au début, il utilise son ancienne casquette de CLP face à ses sources (il ne dit pas forcément qu’il est blogueur, il y a un flou et il l’utilise de façon à récolter des informations). Mais il va assez rapidement être reconnu en tant que Penhars Infos (les gens l’appellent comme ça, et non plus Le Télégramme). Il publie au moins deux articles par jour (plus qu’il ne le faisait en tant que CLP) et revendique, au moment de l’enquête, 10 000 lecteurs mensuels (1 043 amis sur Facebook).

  • 13 Précisons, ce n’est pas anecdotique, que les claviers sales ont été remplacés par la mairie dès le (...)

40En ce qui a trait au contenu, on peut dire qu’il fait ce qu’il accomplissait en PQR : il couvre l’actualité de son quartier, avec une prédilection pour les politiques publiques liées à la « rénovation urbaine » — Penhars change de visage depuis une dizaine d’années et c’est la rubrique fil rouge, finalement, de Penhars Infos — et pour le secteur associatif, très actif à Penhars. Comme le blogue de Pluzunet, Penhars Infos contient un grand nombre de petites informations, que l’on ne voit que très rarement en presse locale, regroupées dans la rubrique « Vie de quartier » : on y met en garde, par exemple, contre la dangerosité d’un trou au milieu d’une esplanade publique, on y évoque la saleté de certains claviers d’ordinateurs en libre-service dans une institution publique13… Il s’agit, au fond, d’une rubrique qui témoigne des déambulations, de l’arpentage du blogueur dans son quartier, chaque jour, selon un itinéraire jamais défini à l’avance : un « vagabondage efficace » (Certeau, 2008 : XLV). Finalement, ces déambulations sont toujours « une autre première fois », comme le dit François Cooren (2010 : 36). On note, à la différence du précédent terrain, une grande aisance dans l’écriture, avec quelques libertés de blogueur : de façon plus nette qu’à Pluzunet, il dit « je », il apostrophe ses lecteurs, il fait de l’humour et se permet même d’être grossier.

Rapport au territoire no°3

41Dans un quartier certes rénové, mais qui demeure, de loin, le plus pauvre de Quimper, le blogueur s’autodésigne comme un porte-parole. Il le dit clairement : « Je suis porte-parole, je mets des mots sur ce qu’ils n’arrivent pas à exprimer. » C’est-à-dire qu’il fait savoir aux élus les revendications, les désaccords, les doléances des habitants et des associations. Et ce n’est pas forcément conflictuel : ses articles sur la rénovation urbaine, pédagogiques, ont été utilisés officiellement par la municipalité pour expliquer aux administrés l’avancement des travaux. La mairie lui verse d’ailleurs 800 euros par mois pour utiliser ses articles et ses photos (il est devenu auto-entrepreneur pour faciliter ces transactions).

42Porte-parole, donc, qui s’engage au nom des habitants du territoire dans certains « combats », comme il le dit. Dernier en date : la réouverture du bar-tabac dans la zone commerciale. À la suite d’un sinistre (incendie), l’établissement avait fermé et la licence « tabac » était perdue. Par la médiation de Penhars Infos, notre blogueur a écrit de nombreux articles, il a lancé une pétition et il nous a raconté comment le maire, réticent au départ, s’était finalement rallié à la cause, et le bar-tabac a bien rouvert en avril 2017.

43La fin de ce combat devait marquer la fin de Penhars Infos, car il se sentait, à l’époque, assez « usé » et souhaitait passer à autre chose (se consacrer uniquement à la photo) : il considérait la réouverture du bar-tabac comme le bon moment pour fermer le blogue. Il n’en a rien fait et, presque un an plus tard, il poursuit son activité. Tout de même : cela lui prend tout son temps, et, dit-il, toute son énergie. Il nous a expliqué qu’il lui est arrivé de retarder la pose d’une prothèse de quelques mois pour pouvoir suivre la démolition du centre social (« J’ai retardé l’opération pour pouvoir suivre la démolition. Fallait que je sois là parce que j’ai tout couvert »). « J’ai tout couvert », dit-il : comme à Bégard, la notion d’archive, de trace, a toujours été importante, et la fonction de recherche du blogue est extrêmement efficace. Toujours est-il que Penhars Infos est sans doute en passe de fermer.

44Cette perspective ne va pas sans poser de problème aux associations et aux élus. Le blogue est lu par de nombreux élus quimpérois — » s’ils sont malins, ils ont intérêt » — de même qu’en préfecture et par tout le tissu associatif de la ville. Ceux-là sont préoccupés par la fermeture de Penhars Infos. Parce que, disent certains, « ça a quand même un impact, sur le territoire », « plein de gens se sentent reconnus à travers ce blogue », « nous, on n’a pas de millions à distribuer, et un truc comme ça, ça coûterait de l’argent ! » En fait, cette recette mise en place par Penhars Infos — qui lie certains attributs qu’on a l’habitude d’attribuer à un service de communication tout en s’attachant aussi à des critères journalistiques — a trouvé sa place sur le territoire. « Ça s’arrêtera, et ce sera fini, et c’est catastrophique », a-t-on entendu de la part d’associatifs.

Conclusion : de nouveaux territoires pour l’information hyperlocale

45Il n’y a pas, selon nous, de conditions objectives de déploiement d’un pure player sur un territoire. Cependant, puisque l’on considère, selon la formule latourienne, que le programme (Latour, 1993) des correspondants s’incarne en dehors du collectif du journal dans une activité autonome, libre, alors on peut penser que des dispositifs tels qu’Infolocale, qui perturbent le rapport des CLP à leurs territoires, qui contrarient des chaînes d’associations (ibid.) déjà fragilisées, peuvent amener certains correspondants à faire différemment. Au fond, d’une manière toute personnelle, ils vont au bout d’une logique entrepreneuriale qui tente de se passer d’eux chaque fois que c’est possible en les privant, notamment, de leurs prérogatives historiques : la gestion de la petite information locale. Le journal prétend faire sans eux, soit ! Ils feront sans le journal. Ce sera différent, à leur image, au plus près du goût qu’ils entretiennent pour leurs territoires.

Des francs-tireurs

  • 14 Les notions hénnionniennes de goût et de présence au monde (Hennion dit « présence pragmatique au m (...)

46Le premier trait qui nous paraît distinctif est que ces blogueurs-CLP utilisent des écritures qui révèlent des présences au monde particulières, un goût14. Ainsi, ce qui frappe, c’est le rapport qu’ils entretiennent à l’écrit, c’est la distance prise à l’égard des conventions du journal. Ce que nous avons croisé, ce sont trois écritures peu normées, assez libres. À Bégard, le correspondant local, futur blogueur, fait long, fait exhaustif, il écrit tout ce que les autres (les élus) disent, in extenso : c’est impossible, ingérable, pour l’hebdomadaire local. Certes, il s’agit d’une méconnaissance des conventions de l’écriture journalistique. Mais ce n’est pas que cela. C’est aussi une écriture de l’entêtement. Cette écriture prend son temps (et chronophage !) et consigne la vie locale (presque à outrance). Cette écriture se veut, citons notre blogueur, « la mémoire du pays de Bégard ». Elle est pensée comme telle, elle illustre la volonté de conserver la trace de l’action publique locale. Écriture qui fixe, qui consigne, écriture qui prend son temps, écriture qui mémorise. BV Online est une trace et constitue, en définitive, le seul lieu en ligne où il est possible de trouver une documentation sur les institutions locales.

47À Penhars, c’est le CLP qui claque la porte, parce que le journal ne fait pas assez, ne dit pas assez le territoire, ou le dit mal. Il va donc porter la voix de son quartier (son quartier où il vit avec d’autres et qu’il vit avec d’autres) dans un autre espace, le sien, où il va défendre ce qu’il estime devoir être défendu, en disant « je », en étant drôle, et en disant « merde », littéralement.

Capture d’écran 2. Penhars Infos

Capture d’écran 2. Penhars Infos

Penhars Infos dit « merde » et dit « je », mais il s’agit bien, ici, d’une adresse collective aux élus qui ont pris une mauvaise décision pour le territoire et ses gens.

48À Pluzunet, il y a aussi de l’humour, des adresses directes, mais pas de polémique. On écrit sur de petites choses (comme à Penhars d’ailleurs) : le foot, les commerces, le catéchisme. On scande la vie du territoire sans dire « merde ». Tout a commencé avec le récit en ligne d’une maison en construction, et finalement, sans que rien ait été prévu, comme « un résultat provisoire de relations », ainsi que le dit Hennion (2015), à la fin il y a un site d’information hyperlocale, qui relaie de l’information-miroir des environs de cette maison, sans polémique, sans se mettre à dos ni concurrencer la presse locale (avec qui il collabore aussi), les élus ou les habitants.

49La position périphérique du CLP dans la production du journal — périphérique car leurs écrits sont relégués dans la pagination et servent de variable d’ajustement dans la pagination du journal par rapport aux espaces publicitaires — n’est pas aussi périphérique dans les territoires du quotidien.

L’attachement va au territoire plus qu’au journal

50Ces écritures nous permettent aussi sans doute d’approcher la perception que l’animateur a du collectif dans lequel il s’insère. À Penhars et à Pluzunet, les blogueurs prônent le vivre-ensemble sur un territoire. Ils sont auprès les habitants, avec des modalités différentes — mais les territoires ne sont pas les mêmes —, ils sont les porte-parole de ceux pour qui ils écrivent. À Bégard, c’est sans doute le rapport aux élus qui domine, avec une forme de promotion du territoire, quand il s’agit de suivre l’agenda institutionnel et de consigner le fonctionnement des institutions locales et de leurs représentants.

51Ces trois espaces n’émanent pas que d’un recul de la presse, ils n’émanent pas que de l’apparition de « déserts informationnels ». Certes, cette hypothèse est confirmée lors de rencontres avec des institutionnels qui déplorent une diminution de la présence de la presse locale. L’Office de tourisme à Bégard, par exemple, organise des points de presse réguliers avec le blogueur, alors que les correspondants ne se déplacent plus, remplacés par le formulaire Infolocale.fr. Mais nous avons aussi vu autre chose : des trajectoires d’acteurs plus ou moins liés à la presse locale mais surtout très indépendants, finalement, des entreprises de presse et de ce qui s’y joue. Ces CLP vivent sur un territoire. À un moment donné, ils ont essayé de fabriquer de l’information locale. Avec leurs techniques propres, avec leur goût, ils ont fait ce qu’ils avaient à faire, ils ont écrit ce qu’ils pensaient devoir être écrit en passant par la médiation du blogue, de manière probablement bien moins réfléchie ou planifiée qu’on pourrait le penser de prime abord : « […] les mondes à faire se pensent et se produisent dans un même mouvement », nous confie Hennion (ibid.).

Des modes de faire amateurs

52Si l’activité est très chronophage, très « attachante », la question de l’argent n’émane que très peu. Jamais nos blogueurs ne nous ont parlé de « modèle économique », qui est pourtant presque toujours central dans les études sur les nouveaux acteurs dans le monde des médias. Et pour cause : ils ont tous un revenu correct provenant d’autres activités professionnelles. En fait, la survie de ces trois pure players dépend d’autres facteurs (la perpétuation du goût, de l’énergie, de la santé ou de la domiciliation, etc., du blogueur) que la simple rétribution financière. Celle-ci entre peu ou pas en ligne de compte, contrairement à ce que l’on observe souvent. Faire un pure player, cela peut ne pas être onéreux. Cependant, on peut sans doute parler, a minima, d’économies pour les territoires concernés, lorsque les collectivités trouvent dans ces pure players la matière à leur communication, qu’elles ne peuvent développer en propre. La Ville de Quimper utilise pour presque rien les articles du pure player de Penhars dans un but pédagogique et de communication ; à Bégard, les élus et leurs administrés disposent, finalement, d’une banque d’archives spécifique d’accès gratuit ; à Pluzunet, la municipalité abandonne son site officiel parce que le blogue suffit. D’une certaine manière, si la question du coût, du modèle économique, est posée, elle concerne « ceux qui restent » (institutions et habitants) quand/si le pure player disparaît, et la question se pose très sérieusement à Penhars. Ces trois pure players hyperlocaux sont en quelque sorte les révélateurs de ces formes de bricolage institutionnalisées.

L’information circule (de toute façon)

53Ces espaces sont nés dans des interstices qui scintillent parfois au sein du dispositif des « expressions du rapport collectif […] d’un groupe à son espace […], à son territoire » (Di Méo, 1993 : 473). La presse locale n’est que l’une des médiations de cette expression du rapport collectif des habitants à leur territoire, les pure players en sont une autre, plus ou moins différente, plus ou moins concurrentielle. Ce que ces pure players laissent entrevoir, c’est que presse locale ou pas, l’information circule. Car des acteurs — nos blogueurs n’en sont qu’un exemple — occupent des interstices, par goût de ce qu’ils font, ou de ce qui semble être à faire dans ces « espaces potentiels », dans ces « environnements ambigus » (Belin, 1999 : 250).

Haut de page

Bibliographie

ANCIAUX, Arnaud (2014), « Entre discours et transformations des modèles d’affaires, la place nouvelle du médiatique et du journalisme dans un groupe industriel de communication canadien », dans Florence LE CAM et Denis RUELLAN (dir.), Changements et permanences du journalisme, Paris, L’Harmattan, p. 41-59.

BECKER, Howard (1989), Les mondes de l’art, Paris, Flammarion, Coll. « Art, histoire, société ».

BELIN, Emmanuel (1999), « De la bienveillance dispositive », Hermès, 25 : 243-259.

BOUSQUET, Franck, Emmanuel MARTY et Nikos SMYRNAIOS (2015), « Les nouveaux acteurs en ligne de l’information locale : vers une relation aux publics renouvelée ? », Sur le journalisme, 4(2) : 48-61. [En ligne]. https://surlejournalisme.com/rev/index.php/slj/article/view/216. Page consultée le 24 janvier 2018.

CERTEAU, Michel de (2008), L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, Coll. « Folio ».

COOREN, François (2010), « Ventriloquie, performativité et communication. Ou comment fait-on parler les choses », Réseaux 2010/5, n° 163 : 33-54.

COURCELLE, Thibault (2003), « Le rôle de la presse quotidienne régionale bretonne dans la création d’une “identité bretonne” : étude comparative de Ouest-France et du Télégramme », Hérodote, 110(3) : 129-148.

DI MÉO, Guy (1993), « Territoire, patrimoine et formation socio-spatiale (exemples gascons) », Annales de géographie, 102(573) : 472-502.

DUJARIER, Marie (2008), Le travail du consommateur, Paris, La Découverte

FRIEDLAND, Lewis et al. (2012), « Review of the literature regarding critical information needs of the American public », Washington DC, FFC. [En ligne]. http://transition.fcc.gov/bureaus/ocbo/Final_Literature_Review.pdf. Page consultée le 24 janvier 2018.

GIMBERT, Christophe (2012), « Le correspondant, un amateur de local engagé par son territoire », Sciences de la société, 84-85 : 51-65.

HENNION, Antoine (2004), « Une sociologie des attachements. D’une sociologie de la culture à une pragmatique de l’amateur », Sociétés, 3(85) : 9-24.

HENNION, Antoine (2005), « Pour une pragmatique du goût », Papiers de recherche du CSI. [En ligne]. http://www.csi.mines-paristech.fr/working-papers/WP/WP_CSI_001.pdf. Page consultée le 24 janvier 2018.

HENNION, Antoine (2015), « Enquêter sur nos attachements. Comment hériter de William James ? », SociologieS. [En ligne]. http://sociologies.revues.org/4953. Page consultée le 24 janvier 2018.

LANGONNE, Joël et Sandy MONTAÑOLA (2015), « La fabrication polyphonique des informations en PQR », Actes du colloque MEJOR 2015 Les silences du journalisme, Florianopolis, Brésil. [En ligne]. http://mejor2015.sites.ufsc.br/?page_id=411. Page consultée le 24 janvier 2018.

LATOUR, Bruno (1993), La clef de Berlin et autres leçons d’un amateur de sciences, Paris, La Découverte.

LE CAM, Florence (2003), « Les carnets (weblogs), une nouvelle forme d’expression citoyenne ? », Workshop, Marsouin, Brest. [En ligne]. https://www.marsouin.org/IMG/pdf/FLC_S2C3_norm.pdf. Page consultée le 24 janvier 2018.

LE CAM, Florence (2004), « Les warblogs, un traitement différent de l’information ? », dans Jean-Marie CHARON et Arnaud MERCIER (dir.), Armes de communication massive. Information de guerre en Irak : 1991-2003, Paris, Éditions CNRS, p. 94-97.

NIELSEN, Rasmus Kleis (2015), Local Journalism. The Decline of Newspapers and the Rise of Digital Media, Londres, IB Tauris.

PAILLIART, Isabelle (1993), Les territoires de la communication, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

REBILLARD, Franck (2002), « Webzines, e-zines : quels nouveaux médias ? », Médiamorphoses, 4 : 57-62.

RUELLAN, Denis (2009), « Contribution à construire l’ordinaire du journalisme », journée d’étude Regards croisés, Réseau d’études sur le journalisme : L’ordinaire du journalisme, Paris. [En ligne]. http://florlecam.com/slj/wp-content/uploads/2009/05/Contribution-à-l’ordinaire-du-journalisme1.pdf. Page consultée le 26 juillet 2018.

TÉTU, Jean-François (1995), « L’espace public et ses médiations », Hermès, 17-18 : 287-298.

VAN KERKHOVEN, Marco et Piet BAKKER (2015), « Hyperlocal with a mission? Motivation, strategy, engagement », dans Ramus Kleis NIELSEN, Local Journalism. The Decline of Newspapers and the Rise of Digital Media, Londres, IB Tauris, p. 185-202.

Haut de page

Notes

1 Ce constat n’est pas propre aux pure players locaux. Il s’inscrit dans une difficulté structurelle des publications en ligne à se pérenniser, tels les webzines de la fin des années 1990, et ce, pour les mêmes raisons (Rebillard, 2002 : 60).

2 « initiatives en ligne qui visent à produire des infos sur un territoire restreint, qui ont une orientation communautaire, contiennent un contenu original, encouragent l’engagement citoyen, et visent à combler des manques réels ou supposés de la presse locale classique ». (Traduction des auteurs).

3 On estime que 25 000 CLP collaboreraient avec la PQR, un secteur qui emploie par ailleurs 5 600 journalistes professionnels (Gimbert, 2012). En 2018, Ouest-France compte 2 572 CLP pour 553 journalistes, Le Télégramme, autour de 500 CLP pour 270 journalistes.

4 Le service des communications de la métropole de Rennes, par exemple, a délégué à SIPA-Ouest-France la gestion de l’agenda culturel local, en ligne et en format magazine, car le service a perdu la maîtrise de l’information de proximité.

5 On sait que les CLP pratiquent, en effet, une forme de rétention de l’information. Ces pratiques sont à intégrer dans des rapports particuliers du CLP au flux d’information et à son territoire : les correspondants gèrent les nouvelles de manière pragmatique, personnelle ; ils construisent « leur » agenda, parfois contre les prescriptions du titre auquel ils collaborent, mais le plus souvent en rapport avec une vision très aiguisée du territoire, de ses acteurs et de ce qui doit en être dit à un moment donné (Gimbert, 2012 ; Langonné et Montañola, 2015).

6 À la fin des années 1990, la PQR, confrontée à un vieillissement de son lectorat et à une érosion progressive de son audience, tente de diversifier ses contenus en tout réduisant ses coûts de production. La démocratisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication aidant, la collecte directe de l’information auprès des sources vient amplifier le processus.

7 « Le blog de la commune de Pluzunet » : [En ligne]. http://pluzunet.canalblog.com. Page consultée le 14 novembre 2018 ; « Pure-player d’Infos du Pays de Bégard » : [En ligne]. http://www.bvonline.fr. Page consultée 14 novembre 2018  ; « Penhars Infos Quimper » : [En ligne]. http://www.penhars-infos.com. Page consultée le 14 novembre 2018.

8 Alliance pour les chiffres de la presse et des médias, « Classement Diffusion Presse Quotidienne Régionale 2017 ». [En ligne].  http://www.acpm.fr/Chiffres/Diffusion/La-Presse-Payante/Presse-Quotidienne-Regionale. Page consultée le 11 mai 2018.

9 Dans ce travail, nous utilisons le terme de cuisine à dessein : il est en effet utilisé dans le monde de la presse écrite depuis la fin du XIXe siècle pour désigner, d’abord, le travail du secrétaire de rédaction (responsable de la « cuisine du journal »), ainsi que le définissent les dictionnaires d’alors (http://littre.reverso.net/dictionnaire-francais/definition/cuisine) avant d’englober tout ce qui concerne le petit travail quotidien (la « petite cuisine ») effectué par les journalistes et nécessaire à la mise en forme journalistique des informations.

10 Selon Antoine Hennion, le goût serait « une pratique, une activité collective avec des objets, un “faire ensemble”, passant par des savoir-faire et n’ayant de sens qu’à cause des “retours” que les pratiquants en attendent — et en obtiennent souvent, même si ce n’est jamais exactement ce qu’ils voudraient » (2004 : 10).

11 Cette dynamique n’est pas sans rappeler des précédents dans l’histoire des blogues. On peut par exemple mentionner le célèbre warblogue (Le Cam, 2004) animé par Salam Pax, pseudonyme utilisé par un architecte de Bagdad : blogue au contenu initialement destiné à un ami proche, sa ligne éditoriale s’est progressivement transformée sous le double effet du contexte (l’imminence de la seconde guerre d’Irak) et d’un lectorat très important venant des États-Unis.

12 Nous utilisons cette notion de convention avec Howard Becker : « Les conventions permettent de coordonner plus facilement et plus efficacement les activités [elles] facilitent l’activité collective et permettent des économies de temps, d’énergie et d’autres ressources. Il n’est pas impossible pour autant de travailler en dépit des conventions. C’est seulement plus difficile et plus coûteux à tous points de vue » (1989 : 59). On peut dire que les conventions cadrent de manière informelle la coopération entre les gens.

13 Précisons, ce n’est pas anecdotique, que les claviers sales ont été remplacés par la mairie dès le lendemain de la parution de la brève, et que notre blogueur, satisfait, l’a immédiatement retirée.

14 Les notions hénnionniennes de goût et de présence au monde (Hennion dit « présence pragmatique au monde » [2005 : 14]) et même d’attachement sont interdéfinies : on se rend présent à ce que l’on fait, on s’attache à ce que l’on fait grâce au goût que l’on est capable de déployer à un moment donné.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Capture d’écran 1. Penhars Infos
Légende Penhars Infos ouvre en 2007, quand un CLP décide de cesser sa collaboration avec la presse locale, las du traitement réservé à son quartier.
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/8701/img-1.png
Fichier image/png, 888k
Titre Capture d’écran 2. Penhars Infos
Légende Penhars Infos dit « merde » et dit « je », mais il s’agit bien, ici, d’une adresse collective aux élus qui ont pris une mauvaise décision pour le territoire et ses gens.
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/8701/img-2.png
Fichier image/png, 568k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Trédan, Philippe Gestin et Joël Langonné, « Quand la presse locale s’efface », Communication [En ligne], vol. 35/2 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2018, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/communication/8701 ; DOI : 10.4000/communication.8701

Haut de page

Auteurs

Olivier Trédan

Olivier Trédan est maître de conférence, Université de rennes 1. Courriel : olivier.tredan@gmail.com

Philippe Gestin

Philippe Gestin est maître de conférence associé, Université de Rennes 1. Courriel : ph.gestin@gmail.com

Joël Langonné

Joël Langonné est ingénieur de recherche, Gis-Marsouin. Courriel : joel.langonne@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals