Navigation – Plan du site
Articles

Médias sociaux numériques et communication politique dans la Colombie en post-conflit

Twitter et l’arrivée d’un nouvel acteur politique
Yeny Serrano

Résumés

En novembre 2016, un accord de paix a été conclu entre le gouvernement colombien et la guérilla des FARC. Dans ce contexte de construction de la paix, l’ex-guérilla, devenue parti politique, investit les médias sociaux numériques. Les analyses réalisées montrent que des plateformes telles que YouTube et Twitter fonctionnent comme des sphères publiques alternatives permettant aux nouveaux acteurs politiques de déployer des stratégies de légitimation politique autour de la réhumanisation et de la reconstruction identitaire des ex-combattants.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Une première version avait été signée lors d’une grande cérémonie à Carthagène le 26 septembre 2016 (...)
  • 2 « Accord final pour mettre fin au conflit armé interne et construire une paix stable et durable » ( (...)

1Après plus de 50 ans d’affrontement armé et 4 ans de pourparlers de paix, le gouvernement colombien et la guérilla des FARC signent , en novembre 20161, un « acuerdo final para la terminación del conflicto y la construcción de una paz estable y durable »2 ». Reconnu comme un texte sérieux et détaillé, car prévoyant les dispositions nécessaires à sa mise en place, l’accord de paix est organisé en six chapitres qui correspondent aux six accords partiels signés par les deux parties au fur et à mesure des pourparlers : a) réforme rurale intégrale ; b) participation politique : ouverture démocratique pour la construction de la paix ; c) cessez-le-feu bilatéral et définitif, « dejación » d’armes (désarmement) et garanties de sécurité pour exercer l’opposition politique ; d) solution au problème des drogues illicites ; e) reconnaissance des statuts de victimes et création d’un système intégral de vérité, justice, réparation et non-répétition ; f) mécanismes de mise en œuvre et de vérification. C’est dans le deuxième chapitre qu’est prévue la transformation de la guérilla des FARC en mouvement ou parti politique.

  • 3 Le pluriel « les FARC » désigne la guérilla active de 1964 à 2016 et le singulier « la FARC » renvo (...)
  • 4 Fuerza Alternativa Revolucionaria del Común en espagnol. L’expression del común (du commun) renvoie (...)

2La réussite de la construction de la paix passera donc, entre autres, par le succès de l’ouverture du paysage politique à ce nouvel acteur. Si les FARC3 ont toujours revendiqué une identité politique, celle-ci n’a pas été reconnue par tous les gouvernements qui ont combattu ce groupe armé. Ainsi le gouvernement de l’ex-président Álvaro Uribe (de 2002 à 2006 et de 2006 à 2010) qualifiait-il les FARC de simple « menace terroriste » méritant d’être exterminée par la voie militaire. Contre toute attente, son successeur Juan Manuel Santos (de 2010 à 2014 et de 2014 à 2018) décida de reconnaître le statut politique des FARC pour pouvoir amorcer des négociations de paix dont la phase publique durera quatre ans. Le nouveau parti FARC (Force alternative révolutionnaire du commun4) est lancé le 1er septembre 2017, dans la perspective de participer pour la première fois aux élections législatives et présidentielles, respectivement en mars et en mai 2018. Mais si l’accord de paix et la transformation des FARC en mouvement politique sont largement salués et soutenus par la communauté internationale, une majorité de la population colombienne est particulièrement réticente à l’idée de permettre aux ex-guérilléros d’occuper des postes d’élection populaire.

3Dans ces conditions, comment ont fait la guérilla des FARC depuis le début des négociations, puis le parti FARC pour se faire accepter en tant que nouvel acteur politique ? La question relève de la problématique de la légitimité amplement traitée par la science politique, la philosophie ou la sociologie (Habermas, 2002 ; Leimdorfer et Tessonneau, 1986 ; Weber, 2003, 2011), mais aussi par les sciences de l’information et de la communication, disciplines dans lesquelles s’inscrit cette étude. Plus précisément, nous nous intéressons à la manière dont, du début des négociations jusqu’aux élections de mars 2018, l’ex-guérilla des FARC se légitime à travers le discours. Parmi les médias utilisés, l’analyse se concentre sur la plateforme de microblogage Twitter. Non seulement le début des négociations de paix en septembre 2012 coïncide avec l’essor des médias sociaux numériques et leur exploitation en communication politique, mais surtout ces plateformes permettent de contourner le filtre que les médias traditionnels imposent aux acteurs politiques (Chibois, 2014 ; Gerstlé, 2001 ; Roginsky et Cock, 2015).

4Toutefois, les stratégies de légitimation ne peuvent pas être comprises sans prendre en compte le contexte qui a précédé les négociations de paix, notamment les discours qui ont circulé dans le pays au sujet des FARC. Le présent article s’organise donc en quatre parties. La première expose le cadre théorique autour de la notion de légitimité et son lien avec la visibilité médiatique. Ces notions sont ensuite liées aux caractéristiques de Twitter. Puis, le contexte politique colombien est présenté brièvement par un retour sur la communication de guerre qui a alimenté les discours des médias d’information pendant les années d’affrontement armé. La démarche méthodologique est détaillée dans la troisième partie, puis, en dernière partie, sont présentées les principales stratégies discursives de légitimation politique de l’ex-guérilla des FARC sur Twitter. En guise de conclusion sont interrogés les enjeux de la visibilité associée à cette plateforme de microblogage dans la légitimation d’un nouvel acteur politique et les répercussions pour la construction de la paix.

La légitimité politique, une question d’identité, mais aussi de visibilité

5Tout acteur politique a besoin d’être reconnu comme tel pour pouvoir agir au nom d’un groupe, faire accepter des décisions ou mobiliser la population autour d’une cause d’intérêt collectif. Tout acteur politique a besoin de légitimité. Aucun pouvoir ne peut être exercé sans l’acceptation de ceux sur qui ce pouvoir s’exerce (Rangeon, 1991). Le pouvoir doit donc se justifier. Cette justification suppose une mise en relation, une communication entre gouvernants et gouvernés, entre leaders et suiveurs, entre un parti et ses militants ou les électeurs (Leimdorfer et Tessonneau, op. cit.). Pour que cette relation puisse s’établir, celui qui cherche à se justifier et donc à se légitimer doit exister aux yeux de ceux qu’il cherche à convaincre ; il doit donc être visible. Or, la visibilité ne se limite pas au sens perceptif du terme ; elle relève davantage d’une question de reconnaissance : être vu, mais aussi être accepté (Voirol, 2005b).

6On sait également que par le passé la visibilité se circonscrivait aux situations de face-à-face, ce qui limitait considérablement les occasions dans lesquelles un leader ou un gouvernant pouvait être vu, perçu ou reconnu par les citoyens. Dans nos sociétés contemporaines, les médias de masse jouent un rôle essentiel ; ils rendent les situations de face-à-face moins importantes pour la légitimité des leaders. Dès l’invention de l’imprimerie, puis des médias électroniques, ceux qui exercent le pouvoir ou ceux qui cherchent à se légitimer disposent de moyens leur permettant de se rendre visibles même sans être présents physiquement. On dit que les médias élargissent le champ du visible. Toutefois, cela a eu des conséquences sur les modalités d’interaction entre leaders et suiveurs, gouvernants et gouvernés. C’est la raison pour laquelle John Thompson parle d’une nouvelle visibilité : « […] en faisant usage des médias de communication, les individus créent de nouvelles formes d’action et d’interaction qui ont leurs propres propriétés » (2005 :62). L’auteur parle de « quasi-interaction médiatisée », autrement dit d’une forme d’interaction essentiellement monologique et qui simule une forme de proximité ou d’» intimité non-réciproque à distance » (ibid. : 65). Les médias de communication permettent donc de se rendre visible auprès des publics très larges et hétérogènes ; ils autorisent la mise en scène d’une certaine intimité entre leaders et suiveurs, gouvernants et gouvernés.

7Or, l’accès aux médias est limité à une poignée d’acteurs sociaux et politiques considérés comme suffisamment légitimes pour accéder à ces espaces de visibilisation. Pourtant, on l’a dit : pas de légitimité sans visibilité préalable, mais pas de visibilité médiatique sans légitimité préalable. La question se pose essentiellement aux acteurs sociaux et politiques que Nancy Fraser (2001) appelle des contre-publics, autrement dit des groupes sociaux qui se trouvent exclus de l’espace public dominant et qui sont par conséquent invisibilisés. Ces contre-publics sont alors dans l’obligation de déployer des stratégies de visibilisation qu’Olivier Voirol définit comme des luttes pour la visibilité. Une lutte pour la visibilité correspond à « cette dimension spécifique de l’agir qui, partant d’un vécu de l’invisibilité ou de la dépréciation symbolique, déploie des procédés pratiques, communicationnels pour se manifester sur une scène publique et faire reconnaître des pratiques ou des orientations politiques » (Voirol, 2005a : 107-108). À terme, une lutte pour la visibilité s’inscrit dans une lutte pour la légitimité. Les contre-publics, selon Fraser (op. cit.), apparaissent dans des sociétés stratifiées pour concurrencer le public dominant et pour rendre visibles des causes méconnues ou considérées comme relevant de la sphère privée. Comme cela sera précisé dans la section suivante, l’ex-guérilla des FARC peut être considérée comme un contre-public qui, dans une quête de légitimité, mène une lutte pour la visibilité.

8Nous définissons donc la légitimité, avec Patrick Charaudeau, comme « l’état ou la qualité de qui est fondé à agir comme il agit. On peut être légitimé ou non à prendre la parole dans une assemblée ou une réunion, à édicter une loi ou une règle, à appliquer une sanction ou donner une gratification » (2009 :19). Pour l’ex-guérilla, il s’agit ainsi d’être acceptée et reconnue comme un parti politique normal. Mais l’identité passée de l’ex-guérilla, en tant que groupe armé hors la loi, porte préjudice à cette revendication et lui ferme l’accès à l’espace public dominant.

9En effet, la légitimité que l’on peut accorder à un individu ou à un groupe social ou politique dépend de son identité, au sens de l’image que l’on se fait de lui. À ce sujet, Charaudeau parle d’identité sociale et d’identité discursive. L’identité sociale correspond au statut et au rôle d’un acteur social ou politique ; elle précède l’échange. L’identité discursive correspond à celle que l’acteur social ou politique construit dans l’échange à travers son discours. Ainsi l’ex-guérilla des FARC a-t-elle une identité sociale de groupe armé hors la loi, « terroriste » et « trafiquant de drogue » que le nouveau parti FARC retravaille discursivement. Pour se légitimer, autrement dit pour se faire accepter comme parti politique et permettre à ses membres (ex-combattants) de participer à la vie politique du pays, il faut que l’identité sociale change. Ce travail de construction d’une nouvelle identité à travers le discours passe par une lutte pour la visibilité. Dans cette lutte, on l’a dit, les médias jouent un rôle fondamental. Or, les médias traditionnels (presse, radio, télévision) sont soumis à des contraintes économiques, éditoriales, symboliques (voir par exemple Charaudeau, 2005 ; Tamayo et Bonilla, 2005) qui les rendent particulièrement inaccessibles aux contre-publics. Dans d’autres cas, les médias deviennent des dispositifs d’invisibilisation, car en ne choisissant de donner la parole qu’à certains groupes et acteurs sociaux ou politiques, ils condamnent à l’inexistence tous les autres (les contre-publics).

Les médias sociaux numériques : de nouveaux espaces de visibilisation

10Face à ces constats d’invisibilité que les médias de masse traditionnels peuvent engendrer, l’apparition des médias sociaux numériques a suscité beaucoup d’espoir, car les individus ou les groupes sociaux et politiques peuvent se rendre visibles sans passer par les filtres journalistiques et médiatiques. Le Web social ou Web 2.0 englobe l’ensemble « de technologies et de pratiques [...] [centrées] sur la mise en relation des individus, […] la création de réseaux sociaux et, surtout, […] la recherche des effets de réseau » (Tillinac, 2006 : 19). Dans la pratique, elles correspondent aux dispositifs qui, sur Internet, facilitent pour les internautes la création et le partage des contenus ainsi que les interactions. On distingue plusieurs types de médias sociaux, notamment les blogues (et microblogues), les wikis, les sites de partage de contenus, les communautés en ligne et les réseaux sociaux numériques. Chacun possède ses propres particularités (Stenger et Coutant, 2011). Leur essor et leur succès dès 2005 ont aussi influencé la pratique journalistique et le fonctionnement des médias traditionnels (Belair-Gagnon, 2015). En mobilisant les médias sociaux, les internautes concurrencent les journalistes dans leur mission de gatekeepers (Chibois, 2014 ; Cornu, 2013), non sans poser des problèmes en matière de qualité de l’information (vérification, validation, mise en contexte…). Mais pour les journalistes, les médias sociaux représentent aussi une nouvelle source qui facilite l’élaboration de l’information et en réduit les coûts.

11Avec les médias sociaux, il semblerait qu’il n’y ait plus besoin d’attirer l’attention des médias traditionnels pour se rendre visible. Un blogue, une page Facebook, un compte Twitter ou une chaîne YouTube offrent aux individus et aux groupes sociaux et politiques de nouveaux espaces de visibilisation. D’ailleurs, en Colombie, dès le début des négociations de paix, on a pu constater que les FARC investissaient différentes plateformes numériques. Nous avons choisi de nous concentrer sur Twitter en raison du potentiel démocratique qu’on lui attribue.

12Créé en 2006, Twitter se définit comme « un service de réseautage et d’information en ligne5 ». Par son fonctionnement, il correspond à une plateforme de microblogage qui permet la publication antéchronologique de messages courts (au début limités à 140 signes et depuis novembre 2017 à 280 signes). On peut être suivi par d’autres utilisateurs ou en suivre soi-même. Les différentes fonctionnalités (reply, retweet, hashtags…) permettent d’interagir avec d’autres utilisateurs, de thématiser les messages, de regrouper autour d’une même étiquette les tweets de différentes sources, etc.

13Dès son apparition, Twitter a très vite été considéré sous l’angle des bénéfices en matière de démocratisation et de participation politique (Dakhlia, 2017 ; Douay et Reys, 2016), dans le sens où il pouvait faciliter la mise en relation entre élus/gouvernants/candidats et électeurs/citoyens, sans passer par l’intermédiaire traditionnel qu’étaient les médias de masse. En outre, on a reconnu Twitter comme une plateforme rendant plus accessibles et plus proches des citoyens les personnalités politiques. Twitter permettrait également à ces dernières de contrôler directement ce qu’elles veulent dire et faire savoir d’elles-mêmes, en d’autres termes de mieux gérer leur identité médiatique (Kondrashova, 2017). Très vite, les professionnels du marketing politique se sont approprié l’outil. La campagne présidentielle de Barack Obama aux États-Unis reste célèbre (Aharony, 2012). Côté citoyens/électeurs, Twitter est censé faciliter l’accès et donc l’interpellation des élus et offrir un espace d’expression de rechange. En ce sens, la plateforme contribuerait à élargir l’espace public (Douay et Reys, op. cit. ; Mercier, 2015) et à accélérer la diffusion de l’information (Eyries, 2015). Certains ont même parlé de Twitter comme d’un facilitateur de débats citoyens participant à leur empowerment (Mabi et Theviot, 2014) et surtout à celui des minorités.‬‬‬‬‬‬‬‬

14Pourtant, les études réalisées dans différents contextes tendent à remettre en question ces espoirs. Une désillusion s’installe concernant le renouvellement démocratique (Langa, Martínez et Sicilia, 2018). Les observations montrent en effet que si, chez les personnalités politiques, une certaine informalité caractérise le ton des tweets, leur communication reste souvent contrôlée par des professionnels et gérée par des conseillers (Mercanti-Guérin, 2010). Twitter se confirme davantage comme une plateforme d’autopromotion (Mercier, op. cit. ; Roginsky et Cock, op. cit.) où l’expression de la sphère privée reste une pratique très rare (Dakhlia, op. cit.). Les personnalités politiques semblent plus intéressées par Twitter pour attirer l’attention des journalistes afin d’augmenter leur visibilité et leur notoriété dans les médias traditionnels (Chibois, op. cit.). Dans d’autres cas, on constate que lorsque Twitter est utilisé comme une sorte de carnet de bord, c’est un ethos de politique très actif qui se dégage, car l’élu ou le leader se montre tout le temps sur le terrain (Dakhlia, op. cit. ; Roginsky et Cock, op. cit.). Si les citoyens les interpellent, ces personnalités ne réagissent que très peu (ibid). Enfin, chez les citoyens, force est de constater que l’anonymat permis par la plateforme encourage l’expression des propos injurieux, voire très violents au détriment de vrais débats sur des sujets de société (Mercier, op. cit.).

15En même temps, on note que les médias sociaux fonctionnent comme des espaces d’expression de rechange et peuvent faciliter l’accès aux médias traditionnels pour des groupes sociaux et politiques exclus de l’espace public dominant (Chibois, op. cit. ; Cornu, op. cit.). Au sujet de Twitter, il est vrai que les contraintes de la plateforme, notamment la taille limitée des tweets, empêchent de mener des débats argumentés et favorisent plutôt les formules, les slogans et autres pratiques discursives de ce genre (Krieg-Planque, 2009, 2012). Il est pourtant rare que les internautes se limitent à utiliser un seul média social. Celui qui a une page Facebook dispose d’un compte Twitter et même d’une chaîne YouTube pour faire la promotion des uns sur les autres. Ainsi la longueur limitée d’un tweet peut-elle facilement être contournée ailleurs. La possibilité offerte par toutes ces plateformes de diffuser autant des textes que des audios, des vidéos ou des images constitue également un atout important pour l’action politique.

16Twitter peut donc jouer un rôle important dans une lutte pour la visibilité des contre-publics et ainsi dans les processus de légitimation de nouveaux acteurs politiques. Avant d’explorer la manière dont Twitter peut contribuer à la construction de la paix en Colombie, il convient de revenir sur le contexte politique dans ce pays et sur les discours qui ont circulé dans l’espace public dominant. Ce contexte et ces discours ont façonné l’identité sociale des FARC ; identité que le nouveau parti s’attarde à déconstruire dans une quête de légitimité politique.

Le paysage politique colombien : l’invisibilité de l’opposition politique

17L’arrivée du parti FARC dans le paysage politique colombien n’est pas anodine. Si ce paysage s’est considérablement étendu dès la fin des années 1990 — grâce à la Constitution de 1991 —, le pluralisme politique n’est que très récent et il demeure limité. Depuis la création de la République colombienne, après l’indépendance de l’Espagne au début du XIXe siècle, deux partis politiques (libéral et conservateur, créés respectivement en 1848 et en 1849) ont dominé la politique colombienne jusqu’à la fin du XXe siècle. Ce n’est que lors des législatives de 2002 que l’on voit huit partis politiques arriver au Sénat et six à la Chambre des représentants (Gutiérrez Sanín, 2006 : 114). Les législatives de mars 2018 confirment la tendance : dès juillet 2018, 11 partis sont représentés au Sénat et 13 à la Chambre des représentants6. Il n’empêche que, comme le souligne le politologue spécialiste des partis politiques en Colombie Francisco Gutiérrez Sanín (ibid.), la gauche a été durant des années réduite à une force purement marginale, stigmatisée et fortement réprimée. Précisément, les guérillas, qui commencent à se former dans les années 1960, ont toujours justifié leur existence en se présentant comme des alternatives politiques.

18Dans la deuxième moitié du XXe siècle, la guerre de l’État contre les groupes insurgés et plus largement contre l’opposition politique s’intensifie. Comme dans tout affrontement armé, cette guerre s’est accompagnée de discours qui cherchaient à la légitimer auprès de la population en délégitimant ceux qui subissaient la violence de l’État (López, 2002 ; PNUD-Colombia, 2003). On parle d’opérations de communication de guerre qui s’inscrivent dans une stratégie militaire (Charon et Mercier, 2004 ; Géré, 1997 ; Maltby, 2007). Ces opérations visent des victoires à moindre coût. Elles consistent à diffuser des discours qui présentent l’ennemi comme méritant la violence qu’on lui fait subir (Bar-Tal et Hammack, 2012) et justifient ainsi les coûts — humains, financiers, logistiques — de la guerre. Les médias de masse sont souvent instrumentalisés par les parties en conflit pour diffuser ces discours légitimateurs de la guerre et délégitimateurs de l’ennemi.

  • 7 Dans le sens de la notion de framing (Scheufele et Tewksbury, 2007).

19Dans des travaux précédents, nous avons analysé les discours qui circulaient dans les médias d’information colombiens au sujet du conflit et des groupes armés (forces armées de l’État, groupes paramilitaires et guérillas). Effectivement, pour comprendre les stratégies de légitimation actuelles du nouveau parti politique, il est nécessaire de rappeler la manière dont les discours médiatiques cadraient7 la guérilla des FARC et ses actions.

Pendant les années de guerre : une grande visibilité médiatique gérée par l’ennemi

20Le dernier processus de paix a été précédé par une période de renforcement de la guerre contre les FARC qui succédait à l’échec d’un autre processus de paix entre le gouvernement de l’ex-président Andrés Pastrana et les FARC (de 1999 à 2002). À la suite de cet échec, en 2002, le candidat à la présidence Uribe fait campagne et remporte les élections en promettant d’en finir avec les guérillas par la voie militaire. Considérant les guérillas comme « des terroristes », il refusait publiquement de négocier une issue pacifique. Dans le cadre de ce durcissement de la guerre interne, la communication n’a pas été délaissée. Comme cela a été mentionné, la communication de guerre a pour but de délégitimer l’adversaire que l’on étiquette de façon négative et que l’on présente comme violateur des normes et des valeurs humaines fondamentales (ibid.). Pour être efficaces, ces discours doivent aussi pouvoir assurer l’invisibilité des discours de l’adversaire. C’est justement ce que l’État colombien a fait à travers la Commission nationale de télévision qui impose aux journalistes de privilégier les sources officielles (représentants du gouvernement et des forces armées de l’État) et leur interdit de solliciter les représentants des groupes hors la loi (art. 21, chap. IV, acc. 017, CNTV, 1997).

21Les analyses réalisées d’un corpus de 452 bulletins d’information diffusés par les journaux télévisés nationaux, entre juin 2006 et juin 2008, confirment les répercussions de ces mesures. Les guérillas étaient, pourrait-on dire, des groupes armés « parlés » par leurs ennemis. Alors que dans 49 % du corpus les FARC et l’ELN étaient les sujets principaux dont traitaient les bulletins d’information, leurs membres n’étaient des sources journalistiques que dans 1 % des bulletins analysés. En outre, l’analyse de la caractérisation faite de chaque groupe armé sur le même corpus avait révélé que 73 % des unités d’information portant sur les forces armées de l’État les présentaient comme des combattants, voire comme des héros, affrontant des criminels. En revanche, plus de la moitié présentait les guérillas comme les criminels responsables de crimes graves (trafic de drogue, attaques terroristes, tortures, assassinats, enlèvements, recrutement de mineurs…) contraires aux causes politiques que ces groupes revendiquaient (Serrano, 2011). Pour le dire autrement, les médias nationaux parlaient tous les jours des guérillas, mais dans les termes de leurs ennemis. Les contre-discours étaient exclus de la sphère médiatique dominante.

22Ainsi, durant les années de conflit armé, les médias traditionnels d’information ont-ils contribué à diffuser la communication de guerre des sources officielles. Seule une version du conflit circulait dans l’espace public dominant. Un sondage réalisé une fois par an depuis 2000 tend à confirmer l’efficacité de ces actions de communication de guerre. Effectivement, plus de 80 % des répondants, voire 90 % à certaines périodes, ont une image défavorable des FARC8. À la fin du processus de paix et après la création du parti politique FARC, en octobre 2017, ce taux est de 79 %9, et ce, malgré quelques changements notamment en matière de visibilité des FARC dans les médias nationaux.

Le processus de paix : une ouverture médiatique

23Le 27 août 2012, lors d’une allocution télévisée, le président Santos annonce les négociations de paix avec les FARC qui allaient avoir lieu à La Havane. La nouvelle est confirmée le 4 septembre 2012 par le chef de cette guérilla dans une vidéo diffusée à La Havane et reprise par les médias nationaux. Dès cette annonce, on constate un changement dans le discours officiel, puisque le gouvernement reconnaît désormais le statut politique des FARC, ce qui à son tour provoque un premier changement en matière de visibilité médiatique pour la guérilla. Effectivement, la décision autorise les journalistes à solliciter et à interviewer les membres du groupe armé et à diffuser leurs messages et discours. C’est ainsi que les Colombiennes et les Colombiens commencent à découvrir ces guérilléros (hommes et femmes) qui, pendant des années, avaient été présentés comme des terroristes, des assassins et des trafiquants de drogue. Certes, l’analyse d’un corpus de 50 articles de presse nationale et de 76 bulletins d’information diffusés par les trois journaux nationaux télévisés durant les négociations de paix a confirmé que, même si les sources officielles prédominent encore (87 % du total des sources recensées), les représentants des FARC étaient cités comme source dans 12 % des articles de presse et 10 % des bulletins d’information (Serrano, 2014).

24Or, la visibilité médiatique ne s’est pas automatiquement traduite en reconnaissance politique. Même si la manière de se référer aux FARC a évolué, le cadrage reste défavorable. L’analyse d’un corpus comparatif (avant et durant les négociations de paix) a démontré que la proportion d’expressions délégitimantes utilisées pour désigner les FARC ne diminue que légèrement durant les pourparlers de paix. Nous avons constaté que les modalités de délégitimation ont changé. On les reconnaît davantage comme un groupe armé voulant se convertir en mouvement politique légal (Serrano, 2016).

25Nonobstant, la légitimation des FARC ne dépend pas exclusivement du discours officiel ni de celui des médias traditionnels. Le groupe armé, devenu parti politique, met lui-même en place une communication qui rend compte des stratégies discursives de légitimation. Il est vrai que, pendant les années de guerre, les FARC essayaient de diffuser leurs propres discours à travers des stations radio clandestines ou des sites Web souvent attaqués et fermés. Néanmoins, c’est avec les négociations de paix que cette guérilla peut déployer sa propre communication, non seulement par les médias traditionnels, mais surtout grâce aux médias sociaux numériques, comme YouTube et Twitter.

Les médias alternatifs : l’exemple du « JT Rebelle » sur YouTube

26Deux ans après le début du processus de paix, en septembre 2014, un groupe de délégués des FARC, présent à La Havane pour les pourparlers, lance dans cette ville leur « Informativo insurgente » (JT Rebelle) avec pour objectif de « briser le siège médiatique » en proposant « un espace d’information qui dit ce que les médias colombiens taisent ». Ce slogan par lequel s’identifie l’émission rend compte de son caractère alternatif. Avec une durée moyenne de 15 minutes chacune, 56 émissions du JT Rebelle sont diffusées jusqu’à la fin des pourparlers. Puis la délégation des FARC rentre en Colombie. L’émission change alors de format. Le 23 octobre 2016, une vidéo annonce la transformation du JT Rebelle en NC Noticias (Nouvelle Colombie News). Il est expliqué qu’il ne s’agira plus d’une émission régulière, mais de bulletins informatifs mis en ligne tout au long de la semaine et tournés sur le terrain en Colombie par des ex-combattants des FARC. Ce nouveau format est présenté comme « un média de communication fruit de l’accord de paix entre le gouvernement et les FARC-EP ». Au 8 janvier 2018, un peu plus de 1 000 bulletins informatifs avaient été publiés. Plus globalement, la chaîne YouTube comptait en juin 2018 5 444 abonnés et plus d’un million de visites.

27Tant dans le JT Rebelle que dans les bulletins informatifs de NC Noticias, les priorités et le cadrage utilisé sont en opposition avec ceux des médias colombiens. La priorité est donnée au point de vue de l’ex-guérilla, non seulement sur le processus de paix, mais également sur l’actualité politique du pays et les sujets touchant les thématiques sociales et politiques. On trouve par exemple des reportages sur des initiatives sportives dans des quartiers défavorisés pour éviter que les jeunes se fassent recruter par des délinquants ou des paramilitaires. La thématique du genre fait souvent partie du programme en montrant les initiatives et activités auxquelles participent les femmes membres des/de la FARC en lien avec l’égalité des droits entre femmes et hommes et la défense de la communauté LGBTI. Durant la transition des FARC en parti politique, les reportages montrent les formations scolaires reçues, le travail agricole ainsi que les activités manuelles, sportives et culturelles que les ex-combattants réalisent dans les zones de transition où ils habitent. Comme on le verra par la suite, ce sont des thématiques également reprises dans d’autres dispositifs comme Twitter.

La démarche méthodologique

28Cherchant à confirmer ou à infirmer le potentiel démocratique de la plateforme de microblogage Twitter et son rôle comme espace de visibilisation alternatif, nous avons analysé les comptes Twitter des deux principaux leaders de l’ex-guérilla des FARC : Rodrigo Londoño, chef et candidat aux présidentielles de mai 2018, connu sous le nom de guerre (alias) Timochenko ou Timo, et Luciano Marín, chef de la délégation des FARC durant les négociations de paix, puis candidat au Sénat lors des élections de mars 2018, connu sous le nom de guerre Ivan Marquez. Le corpus est constitué de 2 810 tweets :

  • @TimoFARC : 1 451 tweets publiés entre septembre 2012 et mars 2018 ;

  • @IvanMarquezFARC : 1 359 tweets publiés entre janvier 2013 et mars 2018.

  • 10 Le compte Twitter d’Ivan Marquez est inactif depuis le 4 juillet 2018. En raison des entraves et di (...)

29Le compte @TimoFARC a été ouvert au moment où la phase publique des négociations de paix a été annoncée, avec un premier message le 5 septembre 2012. Après deux mois d’activité, ce compte Twitter reste inactif pendant trois ans. Timochenko reprend l’activité le 30 septembre 2015, date qui coïncide avec la première rencontre du président de la République et du chef des FARC pour signer, à La Havane, l’accord partiel sur la justice transitionnelle. Cet événement matérialisait l’avancement des négociations. Depuis cette date, Timochenko publie régulièrement des tweets. Au 22 juin 2018, son compte recense 7 024 tweets, 131 000 followers et 340 likes. Le compte @IvanMarquezFARC a été ouvert en janvier 2013, quatre mois après le début des pourparlers. À la différence du compte de @TimoFARC, celui-ci n’a pas de longues périodes d’inactivité, mais il recense moins de tweets : 4 044 au 22 juin 2018, 95 700 followers et 134 likes10.

30La collecte du corpus a été faite au moyen de l’outil de « recherche avancée » proposé par la plateforme qui permet désormais de consulter de vieux tweets par une recherche par date de publication. Néanmoins, cette méthode n’a pas permis d’accéder aux retweets. Nos observations se basent alors sur les messages que les deux comptes ont publiés directement. Pour traiter le corpus, nous avons enregistré les tweets récupérés en format PDF, de façon à avoir les images et autres détails de mise en page qui donnent le contexte d’un tweet. Le traitement s’est fait au moyen du logiciel d’analyse de contenu Atlas.ti, version 8. Celui-ci travaille sur la base d’une approche inductive et privilégie l’analyse qualitative tout en permettant quelques calculs descriptifs. Les tweets ont d’abord été classés en trois groupes, en fonction de la période (tableau 1).

Tableau 1. Périodes concernées par le corpus Twitter

Tableau 1. Périodes concernées par le corpus Twitter

31Dans un deuxième temps, nous avons procédé au codage des stratégies discursives de légitimation (tableau 2) définies après une lecture préliminaire du corpus et sur la base de nos travaux précédents au sujet des principales modalités de délégitimation des FARC. Enfin, nous nous basons également sur l’analyse menée par Daniel Bar-Tal et Philip Hammack (op. cit.) portant sur les processus de désescalade des conflits et la désinstitutionnalisation des discours délégitimateurs.

Tableau 2. Stratégies de légitimation sur Twitter

Tableau 2. Stratégies de légitimation sur Twitter

Les stratégies de (re)légitimation en contexte de construction de la paix

32Comme cela a été mentionné, avec le début des négociations, les membres des FARC ont commencé à bénéficier d’une visibilité qu’ils n’avaient jamais eue : ils passent à la radio et à la télévision ou participent à des événements publics comme le Salon du livre. Ils peuvent ainsi diffuser leurs propres versions et leurs propres discours. Malgré cette visibilité, le cadrage de certains médias nationaux reste défavorable aux FARC (Serrano, 2017). Le défi pour le nouveau parti politique consiste donc à construire une nouvelle identité pour que les autres acteurs politiques et plus largement la population colombienne reconnaissent sa légitimité en tant qu’acteur politique légal. Les actions menées à travers les médias sociaux numériques s’inscrivent dans cet objectif. Sur Twitter, plusieurs membres de l’ex-guérilla sont actifs. D’ailleurs, la FARC dispose également de comptes institutionnels, par exemple : @FARC_EPueblo, celui du parti en version anglaise (@FARC_EPeace) et celui des femmes membres de la FARC (@MujerFariana). Certaines sections régionales du parti disposent de leurs propres comptes. Il convient également de mentionner des comptes anonymes qui, utilisant l’acronyme FARC dans l’identifiant, publient des contenus critiques, voire injurieux à l’encontre de l’ex-guérilla, du processus de paix et du gouvernement du président Santos.

Une première manière de se présenter : l’en-tête des profils des comptes

33Si nous nous concentrons sur les comptes sélectionnés pour cette étude, les images choisies pour l’en-tête des profils de leurs comptes révèlent des indices quant à l’identité politique affichée. Pour chaque compte, nous avons pris deux captures d’écran, une en janvier 2018 et l’autre cinq mois plus tard. À ces moments, FARC était déjà un parti politique.

34En janvier 2018, l’en-tête du profil de @IvanMarquezFARC est divisé en deux. Sur un arrière-plan blanc, on voit à gauche une déclinaison du logo du nouveau parti, à savoir une rose rouge (qui rappelle le logo de certains partis socialistes) et, en vert, l’acronyme FARC accompagné du texte « L’alternative ». À droite, on voit une peinture en couleurs sombres représentant quatre figures humaines. Ce côté artistique se confirme aussi dans le style discursif, proche de la poésie, utilisé dans ses tweets. En juin, l’image a changé. On voit une photo d’une multitude de personnes dans une rue, prise en légère plongée pour mieux montrer la foule. Les personnes en premier et en deuxième plan portent des t-shirts blancs avec le logo du parti FARC, certaines personnes à l’arrière-plan ont des ballons suggérant une ambiance festive. La composition axiale de la photo met en valeur en premier plan quatre leaders du parti en plan américain, portant chacun à la main une rose rouge. Ivan Marquez sourit. Tous ces indices et le contexte suggèrent que la photo a été prise pendant la campagne aux législatives, pour montrer un soutien massif, puisqu’elle est cadrée de façon à suggérer plus de monde en hors-champ.

35Cette même idée d’une foule qui accompagne le parti FARC est présente dans le compte @TimoFARC. En janvier 2018, l’image d’en-tête du profil est une photo en plongée d’une foule qui a certainement été prise le jour où le parti FARC a été lancé lors d’un grand événement public, le 1er septembre 2017, dans la place centrale la plus importante de la capitale. Cette place est entourée par le palais présidentiel et la mairie de Bogota. L’assistance a été massive ce jour-là. En plus des discours, il y a eu des concerts gratuits. Ce ne sont pas quelques dizaines de personnes que l’on voit, comme sur la photo décrite ci-dessus, mais des centaines, voire des milliers de personnes. Sur les murs des bâtiments en arrière-plan, le logo du parti était projeté en lumière rouge.

36En juin 2018, après les législatives et la présidentielle, l’image a changé. On voit une photo de 44 personnes en plan moyen. L’arrière-plan est clair et projette très discrètement le mot « TIMO », chef du parti FARC. Les personnes ont été choisies et habillées pour représenter la mixité sociale et les classes populaires du pays : on voit des Amérindiens, des Afro-Colombiens, des métis, des femmes, des hommes, des enfants, des personnes âgées. Ces personnes portent des vêtements représentant des métiers comme ceux de balayeur, d’ouvrier de la construction, de vendeur de rue, de femme au foyer, de musicien ou encore de policier. En bas à droite, on distingue un bandeau avec le logo du parti à côté du drapeau colombien et le texte « Une nouvelle forme » qui renvoie à l’un des slogans de campagne : FARC : une nouvelle forme d’exercice du politique. À travers ces images, les deux leaders communiquent l’image d’un parti proche des classes populaires et soutenu par celles-ci.

À travers les tweets : une revendication idéologique qui s’inscrit dans l’histoire de la guérilla

37L’analyse de contenu des 2 810 tweets confirme une stratégie de reconstruction identitaire autour d’un positionnement idéologique clair. Le graphique 1 montre qu’entre la moitié (pour le compte @TimoFARC) et les deux tiers (pour le compte @IvanMarquezFARC) des tweets analysés correspondent à la catégorie « Positionnement idéologique/identité politique ». Autrement dit, il s’agit des messages par lesquels ces deux leaders prennent position sur la manière dont ils voient la société, l’économie, la politique.

Graphique 1. Catégorisation des tweets selon les stratégies de légitimation

Graphique 1. Catégorisation des tweets selon les stratégies de légitimation

38Par leur fréquence, la deuxième catégorie correspond aux tweets qui critiquent ou accusent des acteurs politiques, des institutions publiques, des individus représentant les classes aisées ou le patronat. Il s’agit plus largement de s’opposer au modèle de pays qu’ils représentent. Ce constat rappelle les travaux démontrant que la construction de l’identité se fait dans l’altérité. On se définit soi-même en opposition à un autre, celui que l’on n’est pas (Moirand, 2012 ; Samouth et Serrano, 2015).

39Ces messages de construction identitaire sont constatés dans les trois périodes prises en compte : pendant les négociations de paix, après la signature de l’accord final dans ses deux versions (qui inclut la campagne pour le plébiscite) et la période de la transformation des FARC en parti politique englobant la campagne aux législatives de mars 2018. Rappelons que ce sont les premières élections auxquelles le nouveau parti a participé. Si pendant les trois périodes les deux catégories « Positionnement idéologique/identité politique » et « Confrontation adversaire » sont majoritaires dans les deux comptes, quelques différences ont pu être relevées. Pendant la période des pourparlers de paix, @IvanMarquezFARC (négociateur à La Havane) publie davantage de tweets à propos de l’avancée des négociations (classés dans la catégorie « Accords Gouvernement-FARC »), alors que le compte @TimoFARC est inactif à ce moment-là. Une deuxième différence réside dans l’importance que @TimoFARC accorde aux tweets sur la mise en place de l’accord de paix qui subit de nombreux retards et entraves. Il s’agit de montrer que les/la FARC tiennent parole et que le non-respect des délais incombe au gouvernement ou aux institutions publiques qui entravent le processus. Ces messages sont regroupés dans la catégorie « Information sur le processus de paix » (graphique 1). C’est également @TimoFARC qui publie le plus de tweets classés dans la catégorie « Personnalisation/humanisation », cherchant à déconstruire l’image des êtres sans âme, profiteurs et insolents que leurs ennemis avaient faite d’eux.

Le positionnement idéologique/l’identité politique

40En partant de ces premiers constats, nous nous sommes penchés sur les catégories regroupant le plus de tweets et celles qui s’inscrivent dans un processus de reconstruction identitaire pour se légitimer. On distingue trois axes principaux autour desquels les/la FARC se positionnent en tant qu’acteur politique : a) tweets où ils présentent les causes qu’ils défendent, b) ceux qui revendiquent leur histoire de mouvement rebelle et c) ceux qui positionnent les/la FARC par rapport aux forces armées de l’État.

  • 11 @IvanMarquezFARC — 4 mars 2018 : Los objetivos de nuestra propuesta política son: reducir la desig (...)

41Les causes défendues par l’ex-guérilla se rapprochent de celles traditionnellement revendiquées par les gauches en Amérique latine (González Ferrer et Queirolo Velasco, 2013), comme la redistribution des richesses pour combattre la pauvreté ou l’accès gratuit à l’éducation et à la santé. Le tweet de @IvanMarquezFARC du 4 mars 2018 en est une illustration : « Les objectifs de notre proposition politique sont : réduire l’inégalité économique, qualifier la démocratie, consolider la mise en place des accords de paix de La Havane et réparer les victimes du conflit et des politiques économiques #AvecLaForceDuCommun11. » Le système néolibéral est critiqué et tenu pour responsable de la pauvreté de nombreux Colombiens et Colombiennes. Précisons à ce sujet que pendant les négociations de paix, des opposants des partis de droite et représentants du patronat accusaient les FARC de vouloir exproprier les riches. Toutefois, dans les deux comptes analysés, aucun message ne va dans ce sens. On trouve en revanche des tweets critiquant les mesures économiques du gouvernement qui, à leur avis, vont au détriment des secteurs défavorisés de la population, par exemple le traité de libre-échange avec les États-Unis, les grands projets d’exploitation minière octroyés aux multinationales qui mènent à l’expropriation de paysans et portent préjudice à l’environnement.

  • 12 @TimoFARC — 15 octobre 2015 : Aspiraciones #FARC más allá de una curul en el #Congreso. Nuestro p (...)
  • 13 @TimoFARC — 2 février 2018 : La campaña de desprestigio que se hizo por más de 50 años tiene esa (...)

42D’ailleurs, tout au long de la période analysée (de septembre 2012 à mars 2018), un slogan revient : Paix avec justice sociale, comme l’illustre ce tweet publié par @TimoFARC : « Les aspirations des FARC vont au-delà d’un siège au Congrès. Notre but est la réconciliation et la paix avec la justice sociale12. » Ainsi est-il important d’expliquer que leur image négative auprès de la population est due à « la campagne de diffamation qui a été faite durant 50 ans. On peut comprendre les préjugés des gens […] ». Il s’engage à porter, petit à petit, le message du parti FARC pour changer cette impression, car ils sont pour la « réconciliation et la fin de la haine13 ».

43L’une des causes adoptées par les/la FARC, dès le début des négociations, et également traitée dans le JT Rebelle, concerne l’égalité de genre qui passe par la défense des droits des femmes (principales victimes de la guerre) et de la communauté LGBTI. Il convient de préciser que dans un pays très croyant, la défense de cette cause n’est pas très populaire. Aucun parti politique ne la revendique au cœur de ses préoccupations ; seuls quelques élus, femmes et hommes, portent des initiatives législatives pour reconnaître certains droits aux personnes et aux couples homosexuels.

44Un deuxième groupe des tweets positionnant idéologiquement l’ex-guérilla revendique l’histoire du mouvement rebelle. On peut voir dans ces messages une réfutation des discours du président et d’autres élus qui, voulant défendre le processus de paix, avaient affirmé qu’un accord de paix conduirait à la « disparition des FARC ». Les tweets recensés suggèrent que pour le nouveau parti, il s’agit non pas de faire table rase, mais au contraire d’inscrire le parti politique dans la continuité de l’histoire du mouvement rebelle, car ce sont toujours les mêmes causes qui sont revendiquées : Paix avec justice sociale. Les deux chefs publient par exemple des tweets pour commémorer le jour d’anniversaire de la guérilla des FARC ou l’anniversaire de la mort de leurs fondateurs dont certains furent « assassinés » par l’État. Cette stratégie se confirme par la décision de garder le même acronyme FARC pour nommer le parti politique. Dans ce sous-groupe entrent également les tweets qui saluent des leaders politiques ou des artistes reconnus comme étant de gauche, socialistes ou communistes : Nelson Mandela, Fidel Castro, José « Pepe » Mujica, Simón Bolívar, Gabriel García Márquez, Eduardo Galeano…

  • 14 Comme l’affirme @IvanMarquezFARC le 8 août 2013 : En Colombia no hay vencedores ni vencidos, luego (...)

45Enfin, dès le début des négociations de paix, les FARC plaident pour qu’on les mette sur un pied d’égalité avec les forces armées de l’État. Il s’agissait de montrer que si la guérilla avait accepté de négocier, la raison n’en revenait pas à sa défaite militaire, comme l’avaient affirmé à l’époque le ministre de la Défense et certains militaires. Dans leurs tweets, les deux chefs affirment que ni les forces armées ni la guérilla n’étaient vaincues et que les deux partagent la responsabilité des actes de guerre14.

46Cette stratégie de positionnement idéologique s’accompagne également de messages confirmant que, malgré les difficultés, leur décision de déposer les armes est définitive. Ces tweets sont classés dans la catégorie « Information sur le processus de paix » (graphique 1). Par exemple, les résultats du plébiscite par lequel la population colombienne a rejeté l’accord de paix portaient un coup dur au processus de construction de la paix. Le moment était délicat. Même le président avait fait campagne pour le « Oui » en affirmant que le « Non » nous conduirait de nouveau à la guerre. Très vite, dans tous les médias, dont les médias sociaux et Twitter, gouvernement et FARC ont ratifié leur décision de continuer avec le processus. Sans avoir à attendre le relais par les médias nationaux, Twitter a permis de connaître rapidement la position des FARC en évitant la propagation de fausses informations sur le retour à la guerre. Cela étant dit, les chefs de l’ex-guérilla en ont profité pour critiquer la décision du gouvernement d’organiser un plébiscite ainsi que pour appeler la population à se mobiliser et à soutenir l’accord de paix.

La stratégie d’humanisation

47Même si, sur le plan quantitatif, les tweets regroupés dans la catégorie « Personnalisation/humanisation » ne sont pas majoritaires, ils sont importants dans la mesure où ils réfutent les discours de guerre qui s’étaient imposés dans l’espace public dominant. Dans cette catégorie, on retrouve des tweets de demande de pardon aux victimes. Notons que les secteurs critiques du processus de paix considéraient que les membres des FARC devaient demander pardon à toutes leurs victimes, en excluant de cette demande les forces armées de l’État. Certains chefs de la guérilla avaient rétorqué à l’époque que les guérilléros étaient des victimes de la répression de l’État et que les FARC n’étaient pas les seules responsables des actes de guerre ni des victimes civiles. La guérilla avait refusé de reconnaître la responsabilité de certaines actions armées que les autorités colombiennes lui avaient attribuées. Timochenko, le chef des FARC, avait même dit dans sa première interview télévisée, diffusée par la chaîne Telesur le 29 septembre 2015, qu’» il ne regrett[ait] rien de ce qu’il a[vait] fait comme guérilléro et qu’il ne demander[ait] pas pardon aux victimes ». Ces propos, relayés par les médias nationaux, ont été mal reçus, car les FARC se montraient arrogants.

  • 15 @IvanMarquezFARC — 3 décembre 2016 : « Perdón por todo el dolor que les causamos » pidió Pablo a (...)

48Néanmoins, l’ex-guérilla change de position. Lors de deux cérémonies de signature des deux versions de l’accord de paix, Timochenko demande finalement pardon aux victimes. En outre, dans le cadre des négociations de paix, des rencontres entre des représentants des victimes civiles et l’ex-guérilla sont organisées à La Havane et en Colombie. Ces rencontres et cérémonies de pardon, qui ne sont pas toujours publiques, sont portées à la connaissance du public à travers Twitter par les deux chefs des FARC, comme l’illustre un tweet de @IvanMarquezFARC : « “Pardon pour toute la douleur que nous avons causée” a demandé Pablo [l’un des leaders des FARC] aux membres des familles des Députés au nom des FARC15. » Twitter s’affirme ici comme un moyen de diffusion d’informations peu reprises par les médias traditionnels.

49On trouve également dans cette catégorie les tweets par lesquels @TimoFARC et @IvanMarquezFARC démontrent que leurs membres sont non plus des combattants armés, mais des hommes et des femmes ordinaires. Il s’agit de montrer qu’à la différence de ce qui a pu être dit par les opposants au processus de paix, « les ex-guérilléros ne seront pas une charge pour la société », car ils suivent des formations et mènent des projets productifs. D’autres apprennent les métiers du journalisme grâce aux professionnels venus les former dans les zones de regroupement.

50Enfin, il s’agit de montrer un côté humain, par exemple en adressant des salutations à toutes les mères le jour de leur fête ou des vœux de Noël et de Nouvel An. Les deux chefs des/de la FARC envoient aussi à travers Twitter des encouragements et des félicitations aux vedettes sportives très aimées et suivies dans le pays : footballeurs, cyclistes, athlètes… Par ailleurs, seul @TimoFARC publie des tweets se rapportant à sa vie privée. En fait, il a eu des problèmes de santé au cours des négociations de paix et de sa campagne à la présidentielle. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il affirmait avoir abandonné sa candidature. Il a utilisé Twitter pour montrer sa récupération, remercier les gens pour les visites et les messages d’encouragement. Il parle aussi de Pantera, sa chienne que l’on voit sur des photos et qui « l’aide avec sa thérapie de récupération [parce qu’]une mascotte donne plus de résultats que beaucoup de médicaments ». Dans d’autres occasions, @TimoFARC se dit ému de retourner dans sa région natale. Il peut aussi parler avec les gens et montrer des photos des bébés des ex-combattants ou une photo de ses collègues qui « après une semaine de travail laborieux […] se reposent un dimanche en regardant la télévision ». Notons que ce type de message n’est pas observé dans le compte @IvanMarquezFARC qui, lui, garde un ton plus formel et institutionnel : il parle au nom du mouvement et non pas à titre personnel.

51Pour résumer, tous ces tweets regroupés dans les catégories « Positionnement idéologique/identité politique » et « Personnalisation/humanisation » ont la particularité de réfuter ce que disaient au sujet des FARC les discours officiels durant les années d’affrontement armé.

Se démarquer de l’adversaire

  • 16 @IvanMarquezFARC — 31 août 2015 : Uribe es como un ladrón gritando « cojan al ladrón ». ¿Será qu (...)

52Comme cela a été rapidement mentionné, la construction identitaire relève aussi d’une question d’altérité. Dans le corpus qui nous occupe, c’est la catégorie « Confrontation adversaire » (graphique 1) qui regroupe les tweets par lesquels les deux principaux leaders des/de la FARC désignent tous ceux à qui ils s’opposent et tout ce contre quoi ils s’opposent : leaders politiques, partis ou institutions qui représentent le modèle de pays qu’ils proposent de transformer. Parmi les cibles principales de leurs attaques et critiques se trouve d’abord l’ex-président Uribe, chef du parti d’extrême droite qui a fait campagne contre le processus de paix. @TimoFARC et @IvanMarquezFARC rappellent les liens d’Uribe avec les groupes paramilitaires, comme dans ce tweet d’août 2015 : « Uribe est comme un voleur qui crie “attrapez le voleur”. Serait-il prêt, en tant que leader/meneur (cabecilla) du paramilitarisme à aller en prison16 ? » L’accusation est grave. Certes, elle se base sur de nombreux procès judiciaires et plaintes déposés contre l’ex-président. Or, ce qui nous intéresse ici, c’est la facilité que semble donner Twitter pour proférer ce type d’accusations qui, dans des contextes plus régulés, demanderaient des preuves ou de la discrétion. Le dispositif Twitter, par son fonctionnement, semble banaliser ces propos accusateurs, avec le risque de voir une prolifération d’accusations sans fondement.

53En plus d’accuser Uribe, les deux chefs de l’ex-guérilla dénoncent certains médias nationaux pour leur manque d’engagement dans la construction de la paix, par exemple lorsqu’ils passent sous silence le non-respect de l’accord de paix par le gouvernement, notamment avec les amnisties des ex-guérilléros en prison. En outre, certains fonctionnaires sont particulièrement visés par les critiques des/de la FARC : le procureur (fiscal) N. H. Martinez ou le ministre de la Défense et dans une moindre mesure certains représentants des églises évangéliques. Les scandales de corruption qui ont éclaté dans le pays en 2017 permettent à @TimoFARC et à @IvanMarquezFARC de dénoncer la pratique actuelle la politique, qui repose sur la corruption, et ainsi de souligner l’engagement anti-corruption du parti FARC.

54Signalons enfin au sujet des tweets classés dans la catégorie « Confrontation adversaire » que le ton privilégié est l’ironie ; les critiques prennent souvent la forme d’une question humoristique. À la différence de ce qui peut être constaté dans les comptes anonymes des citoyens, les chefs de l’ex-guérilla ne publient pas d’insultes. Effectivement, les comptes des leaders politiques et d’autres personnalités avec un certain statut ne sont pas anonymes, ce qui peut décourager l’expression des propos pouvant porter atteinte à leur image.

L’interaction sur Twitter

55Un dernier point sur lequel il est important de revenir concerne l’un des bénéfices souvent associés à Twitter, à savoir l’interaction et les échanges avec d’autres utilisateurs. Dans la même lignée des études citées auparavant, force est de constater que les tweets analysés s’inscrivent fondamentalement dans une communication unidirectionnelle de promotion, non pas forcément de l’individu, mais du mouvement FARC. Des deux comptes examinés, c’est @TimoFARC qui utilise davantage les fonctions et les outils comme les hashtags, le reply (réponse), les images ou les vidéos. @IvanMarquezFARC ne les utilise que très peu et il n’engage pas d’échanges directs avec d’autres utilisateurs.

56En revanche, quand il a repris la publication des messages en 2015, @TimoFARC s’est montré désireux de répondre à des critiques formulées par d’autres utilisateurs. Cela lui permettait de démentir et de corriger de fausses informations. Mais avec le temps, @TimoFARC publie moins de répliques. En fait, nous avons constaté que la stratégie peut s’avérer dangereuse et difficile à gérer. En suivant toutes les répliques engendrées par une réponse du chef des FARC le 27 mai 2016, nous avons trouvé des réactions d’une extrême violence et même une menace de mort contre Timochenko.

Conclusion

  • 17 Certes, l’expression « post-conflit » est souvent utilisée pour désigner la période qui suit la sig (...)

57À la suite de cette analyse très partielle, quelques constats s’imposent. Pour les deux principaux leaders de l’ex-guérilla, Twitter permet de contourner le manque de visibilité médiatique et de diffuser leurs propres discours. La plateforme s’avère efficace pour réagir très vite à une accusation, à une actualité nationale et ainsi faire connaître leur opinion avant même que les journalistes viennent leur poser des questions ou diffuser d’autres versions. En outre, Twitter permet d’amplifier la visibilité médiatique acquise. Par exemple, si des membres de l’ex-guérilla passent à la radio ou à la télévision, ils informent leurs followers avant l’événement, puis y reviennent après, généralement avec un lien qui renvoie au contenu original. Cette pratique multiplie l’audience des contenus des médias traditionnels. En ce sens, nos observations tendent à confirmer que Twitter est un espace de visibilisation alternatif efficace dans une lutte pour la visibilité. Ce constat est particulièrement important dans le contexte de post-conflit17. Comme cela avait été précisé, le paysage politique colombien s’est caractérisé par la fermeture aux partis alternatifs, notamment de gauche. Les discours alternatifs de ces mouvements trouvent désormais dans les médias sociaux un moyen pour se rendre accessibles à la population.

58Si Twitter s’avère plutôt efficace en matière de visibilité, en revanche, pour la légitimité, la question se pose encore. Certes, le nouveau parti FARC peut diffuser directement ses propres discours pour se positionner politiquement, exposer les causes qu’il revendique, etc. Toutefois, l’image du parti FARC reste encore largement défavorable. Les résultats du nouveau parti aux élections législatives (moins de 1 % de voix) confirment ce manque de légitimité. Il est vrai que le nouveau parti n’avait pas encore besoin des résultats électoraux, puisque l’accord de paix accorde au mouvement politique issu de la guérilla cinq sièges au Sénat et cinq sièges à la Chambre des représentants pendant deux périodes législatives. Toutefois, les élections de mars 2018 étaient un premier thermomètre pour l’ex-guérilla.

59Ce constat rappelle les travaux portant sur les conditions qui peuvent garantir l’exercice de l’opposition politique dans le pays (García Ruiz, 2017). Deux facteurs ont été considérés : a) l’ouverture d’espaces de visibilisation, d’expression et de débat à l’opposition politique et b) le droit à participer en politique, au sens de pouvoir se présenter aux élections et être élu. La discussion tourne autour de savoir s’il faudrait d’abord donner des espaces d’expression à l’opposition politique, pour qu’ensuite, une fois reconnue et acceptée par la population, elle puisse participer activement en politique ou si, au contraire, il convient d’accorder tout de suite la possibilité de participer au pouvoir législatif et exécutif. La politologue colombienne María Andrea García Ruíz rappelle qu’à l’issue des négociations de paix des années 1980 ayant conduit à la démobilisation de la guérilla M-19 et à la création du parti de gauche Union patriotique, la décision a été de favoriser la deuxième option. Autrement dit, d’accorder tout de suite à ces nouveaux acteurs politiques des droits de participation politique. Cela donna des résultats lamentables, puisque quatre candidats à la présidentielle de 1990 furent assassinés, dont trois issus de ces nouvelles alternatives politiques. Ainsi l’expérience semble-t-elle suggérer qu’il faudrait d’abord garantir des espaces d’expression à l’opposition politique pour qu’elle puisse se faire connaître et accepter par la population, autrement dit se légitimer.

  • 18 Ils sont finalement 8 parce qu’Ivan Marquez a décidé de ne pas accepter le siège de sénateur et qu’ (...)

60Dans le cas du dernier processus de paix, le nouveau parti FARC a bénéficié d’une ouverture — encore limitée — des espaces d’expression, grâce surtout aux médias sociaux numériques, comme on vient de le voir, mais aussi de la possibilité de participer à la vie politique. En effet, à partir du 20 juillet 2018, 10 de leurs membres18 siègent au Congrès. Or, la question de la légitimité n’est pas encore résolue et les résultats des législatives et de la présidentielle ne sont pas encourageants dans la mesure où ce sont les partis politiques les plus opposés à l’accord de paix qui sont majoritaires au Congrès. C’est le candidat du parti d’extrême droite présidé par l’ex-président Uribe qui a remporté la présidentielle. Ce parti a également mené la campagne contre l’accord paix et s’oppose aux droits de participation politique reconnus au parti FARC.

61Pour finir, précisons que l’étude ici proposée a des limites qui obligent à formuler ces conclusions avec précaution. Il semble désormais nécessaire d’analyser par la suite le processus de légitimation non seulement en se limitant au discours diffusé sur un seul dispositif, mais aussi en considérant l’utilisation simultanée de plusieurs d’entre eux. Il faudrait aussi prendre en compte les discours concurrents. Dans le cas de la légitimation du nouveau parti FARC et des négociations avec la deuxième guérilla du pays (ELN) que le nouveau président promettait d’interrompre en tant que candidat, nous pensons aux discours des autres partis politiques déjà institutionnalisés et à ceux des internautes, qui utilisent les médias sociaux, moins pour argumenter et plus pour rendre publics des discours bannis dans d’autres espaces d’expression publique, car violents, discriminatoires et incitateurs à la violence. Cette dernière question permettrait de mieux cerner le rôle des médias sociaux dans un processus de post-conflit.

Haut de page

Bibliographie

AHARONY, Noa (2012), « Twitter use by three political leaders: an exploratory analysis », Online Information Review, 36(4) : 587‑603.

BARDIN, Laurence (2001), L’analyse de contenu, Paris, Presses universitaires de France.

BAR-TAL, Daniel et Philip HAMMACK (2012), « Conflict, delegitimization, and violence », dans The Oxford handbook of intergroup conflict, New York, Oxford University Press, p. 29‑52.

BELAIR-GAGNON, Valerie (2015), Social Media at BBC News: The Re-making of Crisis Reporting, New York, Routledge.

CHARAUDEAU, Patrick (2005), Les médias et l’information : l’impossible transparence du discours, Bruxelles, De Boeck.

CHARAUDEAU, Patrick (2009), « Identité sociale et identité discursive. Un jeu de miroir fondateur de l’activité langagière », dans Patrick CHARAUDEAU (dir.), Identités sociales et discursives du sujet parlant, Paris, L’Harmattan, p. 15‑28.

CHARON, Jean-Marie et Arnaud MERCIER (dir.) (2004), Armes de communication massives. Informations de guerre en Irak : 1991-2003, Paris, CNRS.

CHIBOIS, Jonathan (2014), « Twitter et les relations de séduction entre députés et journalistes », Réseaux, 188 : 201‑228.

CNTV (1997), Servicio Público y Cobertura, Sistema de Televisión en Colombia, Bogotá, Comisión Nacional de Televisión.

CORNU, Daniel (2013), Tous connectés ! Internet et les nouvelles frontières de l’info, Genève, Labor/Fides.

DAKHLIA, Jamil (2017), « Comptes personnels et enjeux publics : la communication de responsables politiques sur Twitter », dans Marcel BURGER, Richard FITZGERALD et Joanna THORNBORROW (dir.), Discours des réseaux sociaux : enjeux publics, politiques et médiatiques, Louvain-la-Neuve, De Boeck Université, p. 111‑139.

DOUAY, Nicolas et Aurélien REYS (2016), « Twitter comme arène de débat public : le cas du Conseil de Paris et des controverses en aménagement », L’Information géographique, 80(4) : 76‑95.

EYRIES, Alexandre (2015), « Deux campagnes électorales dans la twittosphère », Les Cahiers du numérique, 11(4) : 75‑90.

FRASER, Nancy (2001), « Repenser la sphère publique : une contribution à la critique de la démocratie telle qu’elle existe réellement », Hermès, 31(3) : 125‑156.

GALTUNG, Johan (1998), Peace by Peaceful Means: Peace and Conflict, Development and Civilization, London, Penguin.

GARCÍA RUIZ, María Andrea (2017), « Grupos posdesmovilización y ejercicio de la oposición política en Colombia », Reflexión Política, 19(37): 100‑118.

GÉRÉ, François (1997), La guerre psychologique, Paris, Economica.

GERSTLÉ, Jacques (dir.) (2001), Les effets d’information en politique, Paris, L’Harmattan.

GONZÁLEZ FERRER, Luis Eduardo et Rosario QUEIROLO VELASCO (2013), « Izquierda y derecha: formas de definirlas, el caso latinoamericano y sus implicaciones », América Latina Hoy, 65. [En ligne]. http://www.redalyc.org/articulo.oa?id=30829449004. Page consultée le 31 juillet 2018.

GUTIÉRREZ SANÍN, Francisco (2006), « Estrenando sistema de partidos », Análisis Político, 19(57) : 106-125.

HABERMAS, Jürgen (2002), Raison et légitimité : problèmes de légitimation dans le capitalisme avancé, Paris, Payot.

KONDRASHOVA, Tatiana (2017), « Le processus de la légitimation des acteurs politiques en ligne », Quaderni, (93) : 13‑22.

KRIEG-PLANQUE, Alice (2009), La notion de « formule » en analyse du discours : cadre théorique et méthodologique, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

KRIEG-PLANQUE, Alice (2012), Analyser les discours institutionnels, Paris, Armand Colin.

LANGA, Enrique Arroyas, Helena Martínez MARTÍNEZ et Celia Berná SICILIA (2018), « Twitter como espacio alternativo a la esfera política institucional: Análisis retórico de las estrategias discursivas de Podemos durante la moción de censura contra Rajoy », dans Victoria TUR-VIÑES (dir.), Actas de las Jornadas Científicas Internacionales sobre análisis del discurso en un entorno transmedia, Espagne, Revista Mediterránea de Comunicación, Coll. « Mundo Digital », p. 85-94.

LEIMDORFER, François et Alex-Louise TESSONNEAU (1986), « Légitimité sociologique et analyse de discours : le parcours de la légitimité dans les textes de l’Unesco sur l’éducation de base », Langage et société, 37(1) : 61‑111.

LÓPEZ, Fabio (2002), Periodismo y movimientos sociales: entre la estigmatización y el reconocimiento, Bogotá, Instituto de Estudios en Comunicación y Cultura, Politécnico Grancolombiano Editorial.

LÓPEZ, Wilson (2011), Medios de comunicación y construcción de culturas de paz. Thèse de doctorat en psychologie sociale, sous la direction de José Manuel SABUCEDO, Santiago de Compostela, Universidad de Santiago de Compostela.

MABI, Clément et Anaïs THEVIOT (2014), « Présentation du dossier : s’engager sur Internet. Mobilisations et pratiques politiques », Politiques de communication, 3 : 5‑24.

MALTBY, Sarah (2007), « Communicating war: Strategies and implications », dans Sarah MALTBY et Richard KEEBLE (dir.), Communicating War. Memory, Media and Military, Suffolk, Arima publishing, p. 1‑16.

MERCANTI-GUÉRIN, Maria (2010), « Facebook, un nouvel outil de campagne : analyse des réseaux sociaux et marketing politique », La Revue des sciences de gestion, 242 : 17‑28.

MERCIER, Arnaud (2015), « Twitter, espace politique, espace polémique », Les Cahiers du numérique, 11(4) : 145‑168.

MOIRAND, Sophie (2012), « Préface », dans La médiatisation de la crise du Chikungunya dans l’océan Indien : autour des concepts d’altérité, d’interdiscursivité et de responsabilité, Louvain-la-Neuve, Éditions EME, p. 11‑21.

PNUD-COLOMBIA (2003), Informe nacional de desarrollo humano para Colombia 2003. El conflicto, callejón con salida, Bogotá, El Malpensante S.A.

RANGEON, François (1991), « Communication politique et légitimité », dans François RANGEON et al. (dir.), Communication politique, Paris, Presses universitaires de France, p. 99‑114.

ROGINSKY, Sandrine et Barbara DE COCK (2015), « Faire campagne sur twitter », Les Cahiers du numérique, 11(4) : 119-144.

SAMOUTH, Églantine et Yeny SERRANO (2015), « Identités et conflits dans le discours politique latino-américain », Mots : les langages du politique, 109 : 5‑19.

SCHEUFELE, Dietram et David TEWKSBURY (2007), « Framing, agenda setting, and priming: The evolution of three media effects models », Journal of Communication, 57(1): 9‑20.

SERRANO, Yeny (2011), « Le conflit armé en Colombie dans les journaux télévisés nationaux », Mots : les langages du politique, 97 : 117‑134.

SERRANO, Yeny (2014), « Negotiating peace during war: How the Colombian news media contribute to peace or war when covering the armed conflict and the peace talks », colloque Media & Governance in Latin America. Exploring the Role of Communication for Development, Sheffield, The University of Sheffield.

SERRANO, Yeny (2016), « Médias, visibilité et légitimité politique en Colombie : luttes discursives en contexte de guerre et de construction de la paix », Études de communication : langages, information, médiations, 47 : 49‑70.

SERRANO, Yeny (2017), « Légitimation et délégitimation des pourparlers de paix en Colombie dans les journaux télévisés nationaux », Cahiers des imaginaires, (13) : 45

STENGER, Thomas et Alexandre COUTANT (2011), « Introduction », Hermès, 59 : 9‑17.

TAMAYO, Camilo Andrés et Jorge Iván BONILLA (2005), « El conflicto armado en pantalla. Noticieros, agendas y visibilidades », Controversia, 185 : 21‑49.

THOMPSON, John (2005), « La nouvelle visibilité », Réseaux, 129-130(1) : 59‑87.

TILLINAC, Jean (2006), « Le web 2.0 ou l’avènement du client ouvrier », Quaderni, 60(1) : 19‑24.

VOIROL, Olivier (2005a), « Les luttes pour la visibilité », Réseaux, 129-130(1) : 89‑121.

VOIROL, Olivier (2005b), « Présentation. Visibilité et invisibilité : une introduction », Réseaux, 129-130(1) : 9‑36.

WEBER, Max (2003), Le savant et le politique : une nouvelle traduction, Paris, La Découverte.

WEBER, Max (2011), Sociologie de la religion : économie et société, Paris, Flammarion.

Haut de page

Notes

1 Une première version avait été signée lors d’une grande cérémonie à Carthagène le 26 septembre 2016 devant de nombreux invités internationaux. Or, les Colombiennes et Colombiens, par un plébiscite, ont rejeté cet accord par une courte majorité (50,21 % et une abstention de 62,57 %) le 2 octobre 2016. Avec la participation de plusieurs secteurs politiques et sociaux, gouvernement et FARC ont apporté des modifications. C’est la version remaniée qui a été signée en novembre 2016.

2 « Accord final pour mettre fin au conflit armé interne et construire une paix stable et durable » (traduction de l’auteure). [En ligne]. http://www.altocomisionadoparalapaz.gov.co/mesadeconversaciones/PDF/24-1480106030.11-1480106030.2016nuevoacuerdofinal-1480106030.pdf. Page consultée le 15 janvier 2018.

3 Le pluriel « les FARC » désigne la guérilla active de 1964 à 2016 et le singulier « la FARC » renvoie au parti politique créé après la signature de l’accord de paix.

4 Fuerza Alternativa Revolucionaria del Común en espagnol. L’expression del común (du commun) renvoie aux personnes comunes y corrientes, autrement dit aux gens ordinaires.

5 [En ligne]. www.twitter.com. Page consultée le 22 juin 2018.

6 [En ligne]. https://wsr.registraduria.gov.co/?page=Elecciones_2018. Page consultée le 20 juin 2018.

7 Dans le sens de la notion de framing (Scheufele et Tewksbury, 2007).

8 [En ligne]. http://www.eltiempo.com/politica/proceso-de-paz/mejora-imagen-de-las-farc-segun-encuesta-gallup/16741544. Page consultée le 4 novembre 2016.

9 [En ligne]. https://noticias.caracoltv.com/colombia/como-les-fue-candidatos-en-la-encuesta-gallup-que-mide-favorabilidad-de-personajes-publicos. Page consultée le 30 novembre 2017.

10 Le compte Twitter d’Ivan Marquez est inactif depuis le 4 juillet 2018. En raison des entraves et difficultés rencontrées pour la mise en place de l’accord de paix, cet ex-guérilléro a renoncé à son siège de sénateur.

11 @IvanMarquezFARC — 4 mars 2018 : Los objetivos de nuestra propuesta política son: reducir la desigualdad económica, cualificar la democracia, consolidar la implementación de los Acuerdos de La Habana y reparar a las víctimas del conflicto y de las políticas económicas. #ConLaFuerzaDelComún.

12 @TimoFARC — 15 octobre 2015 : Aspiraciones #FARC más allá de una curul en el #Congreso. Nuestro propósito: la reconciliación y la #PazConJusticiaSocial #vamosporlapaz.

13 @TimoFARC — 2 février 2018 : La campaña de desprestigio que se hizo por más de 50 años tiene esas consecuencias. Es comprensible que la gente tenga prejuicios, pero poco a poco llevaremos nuestro mensaje y cambiaremos esa impresión. Estamos por la reconciliación, no más odios.

14 Comme l’affirme @IvanMarquezFARC le 8 août 2013 : En Colombia no hay vencedores ni vencidos, luego la transicionalidad debe ser pactada.

15 @IvanMarquezFARC — 3 décembre 2016 : « Perdón por todo el dolor que les causamos » pidió Pablo a los familiares de los Diputados a nombre de las FARC en Cali. Gracias Monseñor DM. Ivan Marquez fait référence aux 11 députés qui avaient été pris en otage par les FARC en 2002 et tués en 2007.

16 @IvanMarquezFARC — 31 août 2015 : Uribe es como un ladrón gritando « cojan al ladrón ». ¿Será que como cabecilla del paramilitarismo está dispuesto a pagar cárcel?

17 Certes, l’expression « post-conflit » est souvent utilisée pour désigner la période qui suit la signature d’un accord de paix. Or, il conviendrait de parler plutôt de « post-accord ». En effet, les conflits ne disparaissent pas, ce qui change est la manière (non violente) de les résoudre (Galtung, 1998 ; López, 2011).

18 Ils sont finalement 8 parce qu’Ivan Marquez a décidé de ne pas accepter le siège de sénateur et qu’un autre membre du parti FARC (Jesús Santrich) est en prison. Accusé de trafic de la drogue après la signature de l’accord de paix, les États-Unis demandent son extradition ce que le parti FARC dénonce comme un « montage judiciaire ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Périodes concernées par le corpus Twitter
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/8770/img-1.png
Fichier image/png, 69k
Titre Tableau 2. Stratégies de légitimation sur Twitter
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/8770/img-2.png
Fichier image/png, 179k
Titre Graphique 1. Catégorisation des tweets selon les stratégies de légitimation
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/8770/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yeny Serrano, « Médias sociaux numériques et communication politique dans la Colombie en post-conflit », Communication [En ligne], vol. 35/2 | 2018, mis en ligne le 07 décembre 2018, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/communication/8770 ; DOI : 10.4000/communication.8770

Haut de page

Auteur

Yeny Serrano

Yeny Serrano est maître de conférences, membre de l’association Analyse des discours de l’Amérique latine (ADAL), du Laboratoire interuniversitaire des sciences de l’éducation et de la communication (LISEC) et de la Chaire UNESCO Pratiques journalistiques et médiatiques, Université de Strasbourg. Courriel : yeny.serrano@unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals