Navigation – Plan du site
Lectures

Cheikh Mouhamadou DJIMBIRA (2016), Télévisions au Sénégal. Entre désert de contenu et sécheresse intellectuelle

Paris, L’Harmattan
Thomas Atenga
Référence(s) :

Cheikh Mouhamadou DJIMBIRA (2016), Télévisions au Sénégal. Entre désert de contenu et sécheresse intellectuelle, Paris, L’Harmattan

Texte intégral

1En 2016, le Sénégal comptait une quinzaine de chaînes de télévision. Dans leurs formes et formats, les programmes qu’elles proposent contribuent à la déstructuration de son identité nationale. C’est du moins l’idée centrale des 14 chapitres qui forment le livre de Cheikh Mouhamadou Djimbira. Il se lit comme un manifeste, un plaidoyer pour des contenus de qualité. Il assène par exemple sans ambages que

les chaines de télévision au Sénégal sont de véritables machines à fabriquer des cancres. Chanter, rigoler, lutter et retransmettre en direct des soirées dansantes ou des concerts présidés par des ministres de la République et des hommes politiques désœuvrés semblent être leurs principales activités. Nos chaines de télévision font la publicité de l’alcool, encouragent la dépigmentation de la peau, font la promotion des charlatans et marchands de rêves et fabriquent des journalistes, chroniqueurs et des consultants pluridisciplinaires qui ne savent ni lire ni écrire, et refusent catégoriquement de recruter des étudiants formés dans les grandes écoles de communication (p. 15).

2Une charge qui (sup)porte l’idée que la télévision, un des médias les plus populaires d’Afrique, aurait failli à ses missions classiques d’information et d’éducation des citoyens pour ne mettre l’accent que sur le divertissement abrutissant.

3Il estime que ces programmes relèvent de la télévision poubelle qui

est une télévision sans ambition pédagogique. Elle ne se soucie guère de l’éducation ni de l’émancipation des consciences des téléspectateurs qu’elle tente de transformer délibérément en voyeurs. Généralement, les produits délivrés sont simplistes, ou douteux sur le plan idéologique. Ils annihilent toute faculté critique ou intellectuelle chez le téléspectateur si je résume la pensée des experts de l’audiovisuel (p. 16).

4À l’ère de ce qu’il nomme « civilisation de l’image », il déplore le fait que la plupart des directeurs de programmes soient « entrés dans la profession par effraction, n’ayant ni expérience ni compétence dans ce domaine. Partisans du moindre effort et victimes de leur manque de créativité et d’inventivité » (p. 18). Conséquemment, poursuit-il, « il n’existe quasiment pas d’émissions vendables sur le plan international » (id.).

5L’ensemble de l’ouvrage se décline ainsi en critiques acerbes des programmes touchant à la culture, au sport, à l’économie, à la politique, aux relations internationales. Pour lui, « à l’heure de la mondialisation ou du rendez-vous du donner et du recevoir cher au Président Léopold Sédar SENGHOR, une chaine de télévision dont la production audiovisuelle ne dépasse guère les frontières de sa culture ne résistera pas au temps et aux critiques » (p. 20). Il ne pouvait en être autrement puisque, écrit-il,

le paysage audiovisuel au Sénégal donne l’image d’un arbre renversé dont les racines sont à la place des branches. Les professionnels sont en bas comme des feuilles mortes et les amateurs au sommet. Ces derniers occupent des postes de responsabilité, ils conduisent souvent de grosses cylindrées comme voitures de fonction et sont gracieusement payés. Ils présentent même des émissions d’information politique et générale. La hiérarchie professionnelle est quelquefois vraiment bouleversée dans les entreprises audiovisuelles (p. 22-23).

6Dans ce processus de déliquescence de la télévision sénégalaise, l’auteur pointe aussi un doigt accusateur sur les hommes politiques qui « ont réussi à transposer au Sénégal la règle de gouvernance d’endormissement et d’abrutissement du peuple dans l’Empire romain : “du pain et des jeux” pour éviter la révolte du citoyen. La pilule passe tout doucement par le canal des chaines de télévision » (p. 33). Djimbira extrapole même sur le continent entier :

des professionnels des médias, des sociologues et des éducateurs affirmaient que la télévision connaitrait des ratés en Afrique, faute de personnels compétents capables d’élaborer des programmes attractifs et intelligents. Ils ne se sont pas trompés, et savaient de quoi ils parlaient. Aujourd’hui, nos chaines de télévision ressemblent à vrai dire à des boites à images qui rendent obscure la vision des téléspectateurs (p. 47).

7L’auteur est formateur, acteur de la vie des médias et de l’espace public sénégalais. Il est le président du mouvement Idées et actions pour le Sénégal. Toutes ces casquettes se remarquent dans le style fait d’invectives, de phrases sentencieuses, et parfois même d’outrances dans le but de combattre l’acculturation et la déculturation de la jeunesse surexposée aux contenus des médias d’ailleurs. La question des valeurs et celle de l’identité nationale, de la mémoire collective qui s’en constitue, sont autant d’antiennes qui travaillent la critique des programmes et des discours télévisuels. Djimbira n’y échappe pas. Plus préoccupant : les solutions qu’il propose pour l’avènement des programmes de qualité à même de favoriser l’émancipation des populations ainsi que la restauration des valeurs culturelles sénégalaises ne sont pas perceptibles à la lecture. Il estime néanmoins que l’avènement de la télévision numérique terrestre représente une occasion historique pour une révolution des programmes au Sénégal.

8Djimbira a observé et analysé la télévision sénégalaise telle qu’il la rêve, et non telle qu’elle se déploie au quotidien depuis les premiers essais des années 1960. Sa perspective analytique porte les stigmates de l’approche structuraliste des faits sociaux. La démarche structuraliste privilégie l’immanence, l’étude « en soi » des phénomènes sociaux indépendamment de leurs conditions de production, de réception, etc. Même en Afrique, la télévision est aujourd’hui bien plus qu’un média. Elle est un produit de consommation de masse avec toutes les conséquences que cela implique. Ce n’est que par la saisie d’un paysage télévisuel dans son contexte circonstanciel et situationnel d’énonciation et de production que les paradigmes critiques à partir desquels on l’analyse résonnent en pertinence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Atenga, « Cheikh Mouhamadou DJIMBIRA (2016), Télévisions au Sénégal. Entre désert de contenu et sécheresse intellectuelle », Communication [En ligne], vol. 35/2 | 2018, mis en ligne le 07 décembre 2018, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/communication/8880

Haut de page

Auteur

Thomas Atenga

Thomas Atenga est rattaché au Département de communication de l’Université de Douala. Courriel : thomas.atenga@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals