Navigation – Plan du site
Lectures

Florence LE CAM et Denis RUELLAN (2017), Émotions de journalistes. Sel et sens du métier

Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, Coll. « Communication, médias et société »
Chloë Salles
Référence(s) :

Florence LE CAM et Denis RUELLAN (2017), Émotions de journalistes. Sel et sens du métier, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, Coll. « Communication, médias et société »

Texte intégral

1La recherche portant sur les émotions au travail reste peu explorée, et dans le cadre du journalisme, il s’agit même d’un « non-recherché » (p. 6). Si l’objectivité est devenue une règle fondamentale du journalisme au cours de son organisation progressive en profession au cours des XIXe et XXe siècles (de la Haye, 2005 ; Ruellan, 2007), creuser la question des émotions sous l’angle du vécu professionnel et du savoir-être journalistique est une entreprise originale, voire une gageure. La source de ce travail résulte, d’après les auteurs, tant d’une intuition partagée, nourrie des nombreuses rencontres avec les professionnels, marquées par « des rires, des larmes, des colères portées ou racontées » (p. 6), que par les fruits de leur parcours de chercheurs. Si cet ouvrage « souvent apparu incongru quand [ils en faisaient] état » (p. 213) a pu voir le jour, c’est sans doute aussi parce que Florence Le Cam et Denis Ruellan sont des chercheurs confirmés traitant du journalisme comme construit historique et collectif ainsi que comme espace de travail (Le Cam, 2005, 2009, 2014 ; Ruellan, 1993, 2007, 2011, 2014).

2L’ouvrage rigoureusement organisé et soigneusement rédigé offre une progression de la réflexion clairement lisible et traçable. La problématique est exposée dès l’introduction, mais c’est tout au fil de l’ouvrage qu’elle se confirme et s’affine : l’émotion participe de l’attachement des journalistes à l’exercice de leur métier, en outre elle fait partie intégrante de leurs pratiques professionnelles. L’approche communicationnelle est mise en exergue, mobilisant les travaux issus de la sociologie et de l’histoire du journalisme, tout en puisant dans ceux produits en sociologie du travail et en sociologie des émotions.

3Les auteurs s’appuient sur deux matériaux de recherche : les autobiographies de présentateurs de journaux télévisés et de reporters de guerre ainsi qu’une série d’entretiens avec des journalistes. Le choix de ces deux catégories de journalistes est argumenté. Dès l’introduction, les écueils induits par ce corpus sont exposés, et les limites énoncées sont aussi les raisons de ce cadrage. Si les deux populations étudiées nourrissent incontestablement certains mythes liés à la profession (Le Bohec, 2000) et qu’elles ne sont « représentatives que d’elles-mêmes » (p. 43), il demeure que les émotions fortes que suscitent de telles fonctions en font des cas de choix. Selon les deux chercheurs, « les journalistes d’investigation, les journalistes sportifs ou financiers, les journalistes locaux peuvent aussi largement faire écho à cet engagement émotionnel et professionnel dans son métier » (id.). Par ailleurs, ces deux catégories de journalistes recouvrent également une diversité de statuts, de pratiques et de réalités du terrain. Par exemple, les reporters de guerre, célébrés dans l’imaginaire collectif pour leur engagement, comptent un nombre considérable d’individus invisibles, vivant et pratiquant leur métier dans des conditions d’extrême précarité.

4L’ouvrage se structure en quatre chapitres. Le premier brosse la définition de l’autobiographie et l’intérêt d’un tel terrain dans le cadre de cette recherche : « les journalistes y livrent des expressions […] du soi professionnel, du soi privé, des deux intriqués. Leurs écrits narrent leurs trajectoires, leurs carrières […] et ils racontent aussi, en creux, les motifs de cette écriture de soi » (p. 46). Une fois les limites du corpus énumérées, une première analyse de celui-ci est livrée. Elle s’attache à ses formes matérielles (liens avec l’auteur, notoriété de l’auteur, éléments de distinction) et narratives (journal intime, récit de souvenirs, mémoire, récit mémoriel, série mémorielle, entretien et essai). Une catégorisation des motivations pour lesquelles les journalistes s’éprouvent à l’exercice de l’autobiographie y est également proposée. Le choix du métier, les pratiques, les relations à l’autre (source ou professionnel) y sont abordés, en s’inscrivant « dans un horizon social, parfois politique, plus rarement économique » (p. 65). En outre, les tensions entre les discours de et sur la profession et l’expérience du terrain ou encore le rapport des journalistes et leur intégration au groupe professionnel sont aussi révélés.

5Le deuxième chapitre approfondit l’analyse et propose de considérer l’écrit autobiographique du journaliste comme une manière de « construire un ordre entre les éléments diffus » d’une carrière (p. 87) et ainsi de « recomposer » celle-ci. D’une part, les auteurs rapportent cet exercice au terrain, c’est-à-dire « des lieux parcourus, des événements observés, des personnages rencontrés, des situations analysées » (p. 86). D’autre part, l’émotion tient une place majeure dans ce processus d’écriture découlant du ressenti de ces journalistes, participant par la narration à la reconstruction d’une logique dans leur trajectoire, ce qui donne lieu à une « recomposition de soi ». Quatre régularités émergent dans les discours de l’échantillon de huit journalistes qui décrivent leur rapport à la profession : le mouvement perpétuel, le comblement d’un vide, la lutte solitaire et la dépendance. Ce qui amène à conclure à un attachement commun des sujets à la profession, « à travailler, à voyager, à prendre la lumière, à être reconnu, à être utile[, etc.] » (p. 111)

6Pour éprouver l’espace « de contrôle, de recomposition, de rétention » (p. 113) que représentent les autobiographies, les chercheurs se tournent vers les professionnels eux-mêmes. Le troisième chapitre de l’ouvrage repose ainsi sur une série d’entretiens menés avec des auteurs d’autobiographies ainsi qu’avec des journalistes plus jeunes pour définir « la diversité des émotions et leur rôle dans [leur] travail » (p. 114). Des discours recueillis émerge un « tissu émotionnel », émotions socialement partagées par les professionnels interrogés, marqués par l’intensité (le fait de vibrer par la pratique, de mener une « hypervie »), l’incorporation (le ressenti corporel qui découle de l’activité professionnelle), la variation (variation des ressentis liée au changement de sujets ou de terrains et instabilité des trajectoires professionnelles) et la mise en parenthèse (du temps passé sur terrain, de la vie privée). Les auteurs traduisent la fonction de ce tissu émotionnel par un néologisme, l’« émotricité » (p. 164), dynamique recouvrant les émotions ressenties par les journalistes en situation de travail et la manière dont celles-ci participent aux pratiques professionnelles. Cette émotricité n’est pas qu’intuitions, elle relève aussi de compétences liées à la gestion, au contrôle et à l’exploitation de ces émotions dans le cadre de leur activité.

7Le quatrième et dernier chapitre de l’ouvrage convoque la socioéconomie du travail pour approfondir la réflexion bien avancée sur la place des émotions dans le contexte professionnel. Les auteurs prolongent dans ce sens une lecture de Max Weber (1919) pour distinguer les manières d’envisager l’activité professionnelle en politique. Au vivre « de » et au vivre « pour » s’ajoutent, selon eux, le vivre « par » et le vivre « dans » pour constituer une grille d’analyse de la valuation des journalistes de leur activité professionnelle (Dewey, 1918, 1922). Il s’agit, à partir de cette grille, d’envisager la part émotionnelle intrinsèque au métier, vécue à la fois singulièrement et collectivement, à l’échelle d’une culture professionnelle.

8Certains pourraient dénoncer un média-centrisme de l’analyse proposée par Le Cam et Ruellan. Le métier-passion, la vocation, l’attachement au travail ne sont pas des spécificités du journalisme. Cependant, jamais au cours de l’ouvrage les deux auteurs ne le prétendent. Au contraire, le soin avec lequel sont convoquées les références en sociologie du travail et en sociologie de l’économie permet au lecteur d’envisager le rapport au travail de façon plus large, par la projection dans d’autres activités professionnelles et par la prise en compte de ses formes et évolutions contemporaines. En définitive, si l’ouvrage s’annonce pionnier dans le champ d’étude du journalisme en plaçant les émotions au cœur de la pratique professionnelle, il offre aussi les pistes de compréhension de pathologies sociétales liées au travail et de plus en plus médiatisées (souffrance au travail, burn-out, etc.). Il souligne que celles-ci ne seraient pas que la résultante de conditions de travail exogènes. Elles dépendraient également de la construction individuelle en tant qu’« être au travail, élisant par la médiation des émotions ce qui lui semble important dans sa vie de travailleur et au-delà » (p. 165).

Haut de page

Bibliographie

DE LA HAYE, Yves (2005), Journalisme : mode d’emploi. Des manières d’écrire l’actualité, Paris, L’Harmattan.

DEWEY, John (1922), « Valuation and experimental knowledge », The Philosophical Review, 31(4) : 325-351.

DEWEY, John (1918), « The objects of valuation », The Journal of Philosophy, Psychology and Scientific Methods, 15(10) : 253-258.

LE BOHEC, Jacques (2000), Les mythes professionnels des journalistes, Paris, L’Harmattan.

LE CAM, Florence et Denis RUELLAN (dir.) (2014), Changements et permanences du journalisme, Paris, L’Harmattan.

LE CAM, Florence (2009), Le journalisme imaginé : histoire d’un projet professionnel au Québec, Montréal, Leméac, Coll. « Domaine Histoire ».

LE CAM, Florence (2005), L’identité du groupe des journalistes du Québec au défi d’internet. Thèse de doctorat en sciences de la communication et de l’information sous la direction de Denis RUELLAN et François DEMERS, Rennes/Québec, Université Rennes 1/Université Laval.

RUELLAN, Denis (2014), Le journalisme défendu, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

RUELLAN, Denis (2011), Nous, journalistes. Déontologie et identité, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

RUELLAN, Denis (2007/1993), Le journalisme ou le professionnalisme du flou. Identité et savoir-faire des journalistes français, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

WEBER, Max (2018/1919), Le savant et le politique, Chicoutimi, Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, Coll. « Classiques des sciences sociales ». [En ligne]. http://classiques.uqac.ca/classiques/Weber/savant_politique/Le_savant_et_le_politique.pdf. Page consultée le 17 avril 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloë Salles, « Florence LE CAM et Denis RUELLAN (2017), Émotions de journalistes. Sel et sens du métier », Communication [En ligne], vol. 35/2 | 2018, mis en ligne le , consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/communication/8894

Haut de page

Auteur

Chloë Salles

Chloë Salles est maître de conférences, laboratoire Groupe de recherche sur les enjeux de la communication (Gresec), Université Grenoble Alpes. Courriel : chloe.salles@univ-grenoble-alpes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals