Navigation – Plan du site
Articles

Du monde réel au monde numérique

Les effets du réseau social Facebook sur le combat identitaire amazigh
Abdelaziz Blilid et Laurence Favier

Résumés

Internet a permis aux Amazighs de faire en peu de temps ce qu’ils n’ont pas pu faire pendant plusieurs années : donner une nouvelle forme à leur activisme culturel, faciliter la constitution des liaisons entre les différentes composantes des Amazighs pour former une « identité rêvée »et ouvrir des débats et faire connaître leurs revendications. Facebook a joué un rôle primordial lors des événements déclenchés en Afrique du Nord en 2011. Les auteurs analysent les liens entre les pages d’un compte Facebook (sous le nom d’« Amazigh visualisation ») et qui forment une sorte de « communauté numérique » amazighe. À l’aide de l’application Netvizz, il rassemble un corpus de 2 259 pages qui tissent 14 136 liens entre elles.

Haut de page

Texte intégral

1Les Amazighs (ou les Berbères) sont les populations autochtones de l’Afrique du Nord. Dans le passé, ils occupaient un vaste territoire s’étendant de la vallée du Nil, en Égypte, à l’océan Atlantique, et de la Méditerranée au sud du Niger. Ce peuple est aujourd’hui inégalement réparti au Maroc, en Algérie, en Tunisie, en Libye, en Égypte et il est représenté dans le sud par les Touaregs. Malgré la diversité des langues qu’ils parlent, ils se réfèrent tous à des racines communes, celles d’un peuple unique que les frontières géopolitiques auraient séparé et que les États ont marginalisé.

2Le présent article montre comment ce peuple qui se définit par son combat identitaire contre l’ordre géopolitique qui s’est traduit par des frontières terrestres qu’il conteste s’est saisi du réseau Facebook pour réaliser son unification. Mais quelle est la signification de cette unification ? Reprenant le concept d’activisme culturel, l’article montre, à propos du cas particulier des Amazighs, comment se réalise cette forme hybride de militantisme mêlant combat pour la préservation des traditions, coutumes et langues d’un peuple qui se considère comme unique, et la contestation de l’ordre politique des États dans lesquels il vit.

3En s’appuyant sur les méthodes de visualisation qui permettent une représentation des liens construits sur la Toile par les acteurs sociaux, les auteurs mettent en évidence l’existence d’une webosphère amazighe dont ils analysent le contenu.

La typologie des pages amazighes sur le réseau social Facebook

Les pages à caractère amazigh : collecte et visualisation

4Nous avons voulu savoir si la revendication d’un peuple amazigh unique malgré la séparation des frontières politiques qui le fragmentent en peuples multiples aux langues diverses avait une signification dans le monde numérique. Plus précisément, la communication par les réseaux sociaux permet-elle de relayer cette revendication identitaire alors même qu’aucune frontière terrestre ne limite son champ d’action ?

5Pour construire notre corpus, nous avons créé un compte sur ce réseau social sous le nom d’« Amazigh visualisation ». Ce compte rassemble 400 pages créées par des Amazighs. Pour choisir ces pages, nous avons pris en considération, à la fois, leur dynamique, le nombre de leurs membres ainsi que la dimension régionale et géographique. Pour réussir à construire un corpus complet, nous avons choisi des pages qui comptent un nombre considérable d’abonnés ou celles qui sont toujours actualisées par leurs modérateurs et qui mènent des débats d’actualité (jusqu’au moment où nous menons cette recherche). Nous avons également sélectionné des pages créées dans différents pays où résident les Amazighs, que ce soit en Afrique du Nord ou en Occident, lieu de résidence de la diaspora (figure 1).

6Nous avons extrait notre corpus à l’aide de l’application Netvizz1. Cette application, créée en 2009, permet aux utilisateurs d’exporter leurs données Facebook sous des formats adaptés à la visualisation sur des outils de création de cartographie numérique. Les formats les plus courants sont CSV, GDF, XML, JSON, ainsi que des formats de graphes de réseaux personnalisés. Cette application est un crawler automatique qui permet de se connecter sur les comptes Facebook et de récupérer tous les liens tissés entre un ensemble de comptes et de pages.

7Netvizz fait partie du répertoire des applications Facebook. En se connectant sur ce réseau social, on peut trouver l’application en mentionnant son nom sur la case principale de recherche. Elle extrait les données de trois sections : les comptes personnels, les groupes et les pages publiques. Dans la présente étude, nous avons analysé les pages publiques qui forment une sorte de « communauté numérique » amazighe.

8L’application a repéré 2 259 pages qui tissent 14 136 liens entre elles. Toutefois, nous signalons que toutes les pages repérées n’ont pas un caractère amazigh. D’autres pages ayant d’autres objectifs sont en lien avec ces dernières, qui rassemblent la communauté amazighe sur Facebook.

9Une cartographie (figure 2) a été créée à l’aide de Gephi, un logiciel de visualisation des données, pour avoir une vue d’ensemble des pages rassemblées et des liens qu’elles tissent entre elles. Chaque page est représentée par un nœud et chaque lien entre deux pages, par une arête. La visualisation répartit les pages selon la catégorie choisie lors de leur création et donne à chaque catégorie une couleur différente. Nous pouvons ainsi distinguer neuf catégories (tableau 1) : Communauté, Culture et intellect, Art, Médias, Cause, Régions, Sport, ONG, Organisations gouvernementales.

Tableau 1. Catégories des pages Facebook et leur représentation en pourcentage

Tableau 1. Catégories des pages Facebook et leur représentation en pourcentage

10Lors de la création d’une page sur Facebook, la personne doit définir la catégorie dans laquelle elle classe sa page. Cette catégorisation nous aide à définir les domaines d’activité et les champs d’intérêt de la communauté amazighe sur Facebook.

Figure 2. Graphe des liens entre les pages amazighes sur Facebook

11L’e-communauté amazighe : une catégorisation des pages Facebook amazighes

12Les liens entre l’ensemble des pages amazighes sur Facebook forment un ensemble relativement homogène (figure 2) que l’on pourra qualifier de « communauté numérique » amazighe. Ferdinand Tönnies définissait la communauté comme « une forme sociale fondée sur une proximité géographique et émotionnelle, impliquant des interactions directes, concrètes, authentiques entre ses membres » (2010/1887 : 41). L’usage du numérique nécessite de repenser les liens communautaires entre les individus. Cette cohabitation entre le réel et le virtuel a créé une nouvelle forme de communauté qu’Howard Rheingold (1993) a qualifiée de « communauté virtuelle », c’est-à-dire tout ensemble d’individus qui tissent des liens entre eux par la participation à des réunions d’amis au moyen des ordinateurs. Serge Proulx (2008) trouve que cette définition de Rheinglod a significativement changé à l’heure actuelle, dans la mesure où « une communauté numérique » désigne, à partir de 2002, les sites de réseaux sociaux qui rassemblent un nombre gigantesque de profils d’utilisateurs. Elle désigne la tendance de ces dispositifs numériques à mettre en contact des individus qui ont des points communs : goûts, convictions, comportements, etc. (Koukoutsaki-Monnier, 2013). Une communauté numérique peut rassembler « [u]n ensemble de personnes reliées par ordinateur dans le cyberespace, qui se rencontrent et ont des échanges par l’intermédiaire d’un réseau informatique, tel Internet, et qui partagent un intérêt commun2 ». Il s’agit, selon Pierre Mercklé (2004), de rassemblements formés en ligne par des personnes qui ne se connaissent pas le plus souvent, mais dont la mise en réseau permet une meilleure circulation de contenu.

13Les Amazighs profitent du monde numérique en général, et des réseaux sociaux en particulier, pour fonder cette communauté numérique que l’on peut considérer comme l’extension d’une communauté réelle dont les membres créent des interactions directes et concrètes. Le réseau social Facebook fonde sa politique, comme nous le rappelle Angélique Gozlan (2013), sur un lien social élargi dans l’espace virtuel. Un individu qui intègre une page communautaire amazighe ne fait que renforcer les liens sociaux qu’il avait déjà noués dans la vie réelle.

14Comme l’indique le tableau 1, la catégorie dominante entre les pages amazighes sur Facebook est celle de « communauté » (26,39 %). Cette catégorie regroupe toutes les pages ayant pour objectif le rassemblement des Amazighs. Ces pages peuvent être à caractère local, régional, national, transnational ou international. Elles peuvent regrouper les Amazighs d’un village, d’une même appartenance géographique, linguistique ou culturelle, d’un pays, de plusieurs pays, ou encore tous les Amazighs du monde. La majorité de ces pages expriment un appel au rassemblement des facebookeurs appartenant à la communauté proclamée. Ces appels sont exprimés dans les noms des pages : « Réunir un million d’Amazighs dans le monde3 », « On veut 100 000 Kabyles ici4 », « La chleuh family5 »… Une autre partie de ces groupes appelle à constituer « une union » : « Union amazigh6 », « Gathering Young Libyan Amazigh7 » (L’union des jeunes Amazighs libyens), « United States of Amazigh8 » (Les Nations Unies d’Amazighs). D’autres groupes rassemblent la diaspora amazighe d’un pays précis : « Imazighen en Espana9 », « Tamazgha in France10 », « Tamazgha in Belgium11 », « Tamazgha in Canada12 », « Les Kabyles du Québec13 », « Kabyles des USA14 »… Une autre partie choisit pour nom du groupe le nom d’une ville, d’un pays ou d’une composante amazighe : « Irefien du grand Rif-Maroc15 », « Amazigh of Tripoli16 », « Tizi-Ouzzou », « Agadir », « Tunisie Amazigh », « Les jeunes Amazighs tunisiens », « Libyan Amazigh »…

15D’autres catégories, pas moins importantes que la première, figurent dans la liste des pages Facebook des Amazighs. Il est important de noter ici que Facebook s’avère être un espace de rassemblement des Amazighs s’intéressant à différentes disciplines. La catégorie « culture et intellect » (14,29 %) regroupe les pages qui s’intéressent à l’identité culturelle amazighe, mais aussi à l’ensemble du savoir autour de ce peuple nord-africain. Nous trouvons dans cette catégorie des pages d’apprentissage de différentes variantes de la langue amazighe : « Apprendre Tamazight », « Apprendre Chaouia », « Speak Amazigh Language », « Tutlayt Tamazight » (la langue amazighe), « Tamazight de l’Atlas », « Tarifit, la langue rifaine »… Hormis l’apprentissage des langues, cette catégorie reste très diversifiée et peut rassembler des pages de différents domaines de savoir : « Histoire des Berbères », « Amazigh Culture », « Identité Amazigh », « Écologie Berbère », « Mythologie et Paganisme Berbère », « Traditions berbères », « Femmes Berbères »…

  • 17 صفحة محبي الفنان المبدع الحسين أمراكشي  (Traduction des auteurs).
  • 18 Izran Imazighen N Arrif  (Traduction des auteurs).
  • 19 Boutfounast est le nom d’un personnage dans un film des Amazighs du sud marocain, les Chleuhs.
  • 20 صور أمازيغية من المغرب (Traduction des auteurs).

16L’art amazigh a aussi sa place sur « le réseau bleu » (13,81 %). Cette catégorie rassemble toutes sortes d’art amazigh, à savoir la musique : « La page des fans de l’artiste créateur Lahoucine Amerrakchi17 », « Les poèmes traditionnels du Rif18 », le cinéma : « بوتفوناست19 », « AlgerRire », « Festival Culturel National Annuel du Film Amazigh », « Festival ISSNI N OURGH du film amazigh », etc., la photographie : « Photos amazighes du Maroc20 », « Aymen Ashur Photography », « Photography Amazigh », etc. Ces pages peuvent être créées par les organisateurs d’un événement ou les membres d’un organisme artistique. Les artistes créent, eux aussi, leurs pages publiques pour rester en contact avec leur public. D’autres pages ont été créées par les admirateurs d’un artiste pour publier des réalisations.

17De même, plusieurs médias (13,05 %), publics comme privés, ont créé leurs pages pour publier l’actualité des Amazighs en particulier et de l’Afrique du Nord en général. Parmi ces médias, des pages, portant le nom de TV, forment une sorte de télévision numérique qui diffuse des vidéos sur différents sujets autour des Amazighs : « Ghardaia TV », « BerrianeTV », « Tawat TV », « Ahwach TV ». D’autres chaînes de télévision ont leurs pages sur ce réseau social : « Tamazight TV 4 », « Ibraren TV », « 2 M TV », « Medi1TV ». Dans cette catégorie, nous pouvons trouver aussi une dizaine de postes radiophoniques qui partagent leurs pages Facebook dans le réseau de la communauté amazighe en ligne : « Radio Tizi-Ouzou », « Radio Tataouine », « Medi1 radio », « Radio imazighen », « Radio 2 M », « Radio Idurar ». Les médias numériques, notamment les sites Web, ont leurs pages Facebook. Nous citons, entre autres, « lemondekabyle.com », « kbmusique.com », « kabyle.com », « agadircity.com », « www.freerif.com », « eguel.com ».

  • 21 All for Tamazight as an Official Language in the Libyan Consitution  (Traduction des auteurs).
  • 22 الإعتراف بالأمازيغية في الدستور التونسي الجديد واجب وطني  (Traduction des auteurs).
  • 23 جميعا من أجل إطلاق سراح معتقلي 1 غشت (Traduction des auteurs).
  • 24 القضية الأمازيغية و توجهاتها في الوقت الراهن  (Traduction des auteurs).
  • 25 الحر الأمازيغي الصوت (Traduction des auteurs).

18D’autres pages s’intéressent à la cause et aux convictions amazighes (10,52 %). Celles-ci offrent aux différents membres du mouvement amazigh un espace de débat autour de leur idéologie et de leurs revendications. Parmi ces pages, nous trouvons celles qui rassemblent les membres du Mouvement culturel amazigh des différentes villes, à savoir « MCA Imtghern », « MCA Marrakech », « MCA Agadir »… D’autres pages appellent les États à répondre à une revendication : « Tous pour Tamazight comme langue officielle dans la Constitution libyenne21 », « La reconnaissance de Tamazight dans la nouvelle Constitution tunisienne est un devoir national22 », « Pour que Tamazight soit langue nationale et officielle », « Tous pour la libération des détenus du 1er août23 ». D’autres encore ont été créées sous forme d’un espace de rencontre, d’échange et de débat : « La cause amazighe et ses tendances actuelles24 », « L’opinion politique en Algérie », « La voix amazighe libre25 »

  • 26 جميعا من أجل تشجيع الحسنية (Traduction des auteurs).

19Les supporteurs des équipes dites amazighes — notamment l’équipe du Hassania d’Agadir au Maroc et de la Jeunesse sportive de Kabylie en Algérie — créent, eux aussi, des pages Facebook pour soutenir leurs équipes et publier des informations et des vidéos autour de ces dernières. Ces pages (6,73 %) sont regroupées dans la catégorie « sport ». Parmi ces pages, nous pouvons citer « Algérie fidèle à la JSK », « Tous pour supporter le Hassania26 », » MOBejaia —مولودية بجاية »

20Les associations et organisations non gouvernementales (5,15 %) font aussi partie de ce réseau de la communauté amazighe Facebook. La majorité d’entre elles sont des associations culturelles qui travaillent pour la promotion de la culture amazighe : « Association Tamaynut », « Association Amazigh de la Culture et du Patrimoine », « Association de Culture Berbère — ACB de Paris », « Association identité et patrimoine culturel »…

21Les organisations gouvernementales (1,29 %), notamment libyennes, sont elles aussi en lien avec des pages amazighes de ce réseau numérique. Nous citons, à titre d’exemple, « وزارة التربية والتعليم الليبية » (ministère de l’Éducation et de l’Enseignement — Libye), « ministère de l’Éducation nationale — Algérie », « Libyan Interim Government »…

Au-delà des frontières géographiques : les frontières numériques

L’identité culturelle amazighe : des liens réels aux liens virtuels

  • 27 Les Kabyles sont un ensemble de populations amazighes originaires de la Kabylie, région située au n (...)

22La conscience identitaire amazighe est d’abord présente dans les différentes expressions culturelles et littéraires, notamment dans la poésie de résistance à la colonisation (Hanoteau, 1867 ; Benbrahim, 1982). Le sentiment d’appartenance à une identité amazighe débute à la fin du XIXe siècle avec les premières élites kabyles27 formées à l’école française (Chaker, 1989). Cette affirmation identitaire continue au cours du XXe siècle avant d’aboutir à la création, en 1966, d’une association nommée l’Académie berbère d’échanges et de recherches culturels (ABERC), à Paris, par un groupe d’intellectuels kabyles immigrés dans la région parisienne (Chaker, op.cit.). Cette association présente le début du Mouvement culturel amazigh (MCA) comme on l’entend aujourd’hui. Les contacts entre les membres de cette dernière et une élite amazighe marocaine ont abouti à la création, en 1967, de l’Association marocaine pour la recherche et l’échange culturel (AMREC), à Rabat. Cette mouvance associative amazighe s’élargit dans d’autres pays nord-africains, notamment la Libye et la Tunisie, à partir des « soulèvements populaires » de 2011, appelés aussi « printemps arabes ».

23Le combat associatif qui a duré plusieurs décennies a permis aux Amazighs de s’organiser davantage autour d’un ensemble de revendications qui partagent le même fondement : la sauvegarde et la promotion de l’identité culturelle amazighe.

24Quasi absents des médias étatiques, les Amazighs ont eu recours à Internet avec la création du premier groupe de discussion, « amazigh-Net », le 15 juillet 1992, par un étudiant amazigh de l’Université de Boston (Bouzida, 1994). Plusieurs autres sites Web et forums de discussion, plus pertinents et plus dynamiques, seront créés d’abord par les Amazighs issus de l’immigration, ensuite par ceux résidant en Afrique du Nord. Les sites et rubriques d’actualité ont joué, et jouent toujours, un rôle important dans la création d’une relation entre le réel et le virtuel. Les présences du mouvement amazigh dans l’arène publique et dans la sphère virtuelle interagissent. Angela Suarez-Collado (2012) note que les informations, les revendications et les protestations qui circulent sur la Toile sont nécessaires pour comprendre ce qui se passe dans le monde réel et vice-versa. Les particularités du militantisme de chaque région et de chaque courant du mouvement se laissent lire sur la Toile.

25Le réseau social Facebook a permis aux Amazighs d’avancer davantage dans leur combat revendicatif, sans amoindrir l’importance du travail mené dans le monde réel par les différentes instances amazighes. La prolifération des liaisons numériques et des rencontres virtuelles entre individus et organisations minimise l’importance de ces frontières géographiques. Cela ne veut nullement dire que ce réseau manque d’organisation. A contrario, les liens entre les pages amazighes créées sur « le réseau bleu » ont été bien organisés. Le partage des liens entre deux pages reflète le partage d’au moins un point commun entre elles.

26Facebook donne de nouveaux moyens à ce que certains ont nommé « l’activisme culturel ». Assimilable ni aux « nouveaux mouvements sociaux » d’Alain Touraine centrés sur la communication et la culture plutôt que sur le travail et l’économie dans les sociétés occidentales « post-industrielles » (Dubet, Touraine et Wieviorka, 1984 ; Dubet, 1993) ni à des mouvements identitaires réclamant un territoire comme seul enjeu de la lutte, ce type de mouvement de contestation a la particularité de mêler combat politique contre le pouvoir en place et revendications pour la préservation d’une culture opprimée.

27Cet « activisme culturel » (Buser et Arthurs, 2013) a toujours été présent dans le mouvement contestataire amazigh depuis sa création (Pouessel, 2011 ; Felui, 2006 ; Chaker, 1989). Mais Facebook a offert aux activistes un nouvel espace d’expression favorisant une hybridité et une horizontalité des débats qui n’ont pas été offertes auparavant par les médias traditionnels, ou même par les sites Web.

28En rendant possibles des liaisons entre les différentes composantes amazighes, il a œuvré à la formation d’une « identité rêvée », celle d’un peuple unique en attente de ses retrouvailles. Malgré les différences linguistiques et culturelles, les Amazighs essaient de former une identité qui leur semble unique, mais qui n’existe cependant que dans leur imaginaire. Selon Suarez-Collado (2013), Facebook offre aux Amazighs de nombreuses possibilités, d’un côté, pour se propager et diffuser l’information et, de l’autre côté, pour travailler le renforcement de la cohésion des différentes composantes amazighes.

29De plus, Facebook a joué un rôle primordial lors des « soulèvements populaires » de 2011 (Aiachi, 2013 ; Severo et Zuolo, 2012) que l’on a nommés « printemps arabes ». Les Amazighs étaient présents dans ces manifestations qui ont secoué les différents pays où ils résident, excepté l’Algérie et la Mauritanie. Il est à noter que l’Algérie, berceau du mouvement culturel amazigh, a connu auparavant deux soulèvements menés par les Amazighs : « le printemps berbère » en 1980, et « le printemps noir » en 2001. Or, la relation entre le mouvement amazigh et les mouvements politiques des pays où ils résident reste peu visible dans le monde réel, mais elle apparaît en revanche dans le monde numérique, comme nous le montrons plus loin (« Facebook : un espace militant pour la cause des Amazighs »).

L’identité rêvée : vivre unis dans la diversité

30Le territoire géographique des Amazighs est représenté, sur Facebook, par plusieurs pages qui portent les noms de différentes régions de l’Afrique du Nord et de la diaspora. Deux grandes catégories de pages peuvent être distinguées : les pages qui rassemblent tous les Amazighs du monde et celles qui regroupent les Amazighs d’une même composante.

31Les noms des pages définissent bien ces deux catégories. Les pages qui regroupent l’ensemble des Amazighs sont créées sous forme d’un collectif international qui invite l’ensemble de la communauté amazighe. La page « Le peuple amazigh (berbère)28 », qui compte 59 841 membres, se veut une page « qui vise à plusieurs buts notamment de défendre la cause berbère et montrer au monde que le Nord-Africain n’est pas arabe, comme disait Massinissa : L’Afrique aux Africains ». Cette page appelle tous les Amazighs du monde à l’intégrer pour mener leur combat contre une oppression qui vise leur identité. De même, la page « Tous les Berbères du monde29 », avec 8 194 membres, se considère comme une page « dédiée à tous les Berbères du monde, dans laquelle ils peuvent ajouter leurs photos, vidéos, et toutes informations qui concernent les Berbères ».

32Toutes les composantes du peuple amazigh sont présentes sur Facebook par la création de différentes pages. Des Chleuhs30 du sud du Maroc aux Amazighs tunisiens, en passant par les Kabyles, les Chaouis31, les Mozabites32 et les Amazighs libyens, le réseau Facebook contient une multitude de pages communautaires pour rassembler les individus de chaque composante. La page « Chleuhs et fiers33 », qui rassemble 9 785 membres, se définit comme une page qui « représente les Chleuhs, les racines et les valeurs ». Une autre page, « Planète Chleuhs34 », se veut un espace de partage et de rencontres entre tous les Chleuhs. Les Rifains, Amazighs du nord du Maroc, sont eux aussi présents sur « le réseau bleu » par la création d’une multitude de pages. « Arif ino35 » (Mon Rif), qui regroupe 46 174 membres, invite tous les Rifains du monde et se veut le plus grand espace de rassemblement de tous les Rifains, dans l’objectif d’aborder des sujets autour de leur région. Les pages kabyles pourraient être les pages amazighes les plus présentes sur Facebook. La page « Réseau Art et Culture Kabyles36 » appelle tous ceux qui sont fiers de leur identité à se réunir dans la page, elle a réussi à rassembler 279 888 membres qui s’intéressent à cette culture kabyle. Les Amazighs tunisiens ont trouvé dans le monde numérique en général et dans les réseaux sociaux en particulier un espace de liberté pour évoquer des sujets revendicatifs qui étaient un tabou sous le règne de Ben Ali. Les événements de 2011 ont permis à cette composante amazighe d’accéder à Facebook par la création de comptes et de pages identitaires. Parmi ces dernières, la page « Tunisie Berbère37 » se considère comme une page qui travaille pour « la sauvegarde du patrimoine amazigh en Tunisie, elle s’occupe d’observer, d’informer le public et de maintenir le contact avec les acteurs de la survie de l’identité amazighe en Tunisie ». Les Amazighs libyens, ayant subi la même oppression que les Tunisiens, ont eux aussi accédé aux réseaux sociaux à partir de 2011. L’une des pages les plus dynamiques est « Libyan Amazigh38 ». Elle rassemble 13 422 membres et se veut une page qui se dévoue à divulguer la culture amazighe en Libye, à savoir la langue, l’histoire, la musique… Les Chaouis figurent, eux aussi, dans ce réseau numérique de la communauté amazighe. Cette composante amazighe occupant une grande partie de l’est de l’Algérie crée des pages pour le rassemblement de ses membres sur Facebook. Les Mozabites, habitants du nord du Sahara algérien, figurent aussi sur ce réseau social. La page « Mzab de Ghardaia39 » a été créée pour publier des informations sur leur civilisation et leur culture. Elle rassemble quelque 11 347 membres.

33Malgré la diversité linguistique des pages Facebook amazighes, les membres des différentes composantes de cette communauté tissent des liens entre eux pour former une « identité rêvée » qui pourrait les unir malgré leur diversité linguistique, géographique, voire culturelle.

34En dépit de ces aspects linguistiques et géographiques qui les caractérisent, les pages appartenant aux différentes composantes amazighes partagent des liens entre elles. Cela permet aux Amazighs du monde de communiquer entre eux et de partager leurs actualités. Sur le graphe (figure 2), le réseau fondé par la création de ces liens entre les différentes pages permet à cette communauté d’essayer de créer une identité qui les rassemble malgré leurs différences.

35Le Facebook amazigh dépasse les frontières géographiques et rassemble l’ensemble des Amazighs du monde. Bien que l’ancrage local de chaque composante ethnique soit très présent sur les pages amazighes, une appartenance émotionnelle à une identité homogène qui rassemble toutes ces composantes sous une seule ethnie que l’on nomme généralement « une identité amazighe » est à identifier et à analyser dans ce réseau communautaire en ligne. Facebook contribue également au rassemblement, dans une même page ou un même groupe, des membres de différentes composantes du peuple amazigh qui se considèrent aussi comme des membres d’une identité unique et homogène.

36Le réseau social Facebook facilite la création de ces liens entre les différentes composantes de l’Afrique du Nord ainsi qu’avec la diaspora amazighe en Occident.

  • 40 [En ligne]. https://www.facebook.com/scofieldsyst/. Page consultée le 19 avril 2018.
  • 41 معا من أجل القضية الأمازيغية(Traduction des auteurs).
  • 42 تامزغا حضارة ولغة وتقافة وترات وهوية (Traduction des auteurs).
  • 43 اسود اكادير (Traduction des auteurs).
  • 44 أزواو ليبيا * azwaw libya, (Traduction des auteurs).
  • 45 الشبكة التونسية للنشطاء الأمازيغ (Traduction des auteurs).

37La page « United States of Amazigh40 » donne un exemple de cette unité des Amazighs dans leur diversité. Celle-ci, qui se définit comme « une arme pour défendre les Berbères, hommes libres », se veut une page pour tous les Amazighs. Néanmoins, son image de profil contient la citation « Kabyle et fier de l’être » avec un drapeau algérien. Cet ancrage dans la composante kabyle n’empêche pas les dirigeants de la page de se sentir membres d’une communauté qui rassemble tous les Amazighs autour d’une identité homogène. De surcroît, la page partage des liens (figure 3) avec d’autres pages qui se considèrent, elles aussi, comme des pages de tous les Amazighs (« Tous pour la cause amazighe »41, « pour 1 million d’Amazighs », « L’Afrique du Nord : Civilisation, langue, culture, patrimoine et identité »42…), mais aussi avec d’autres pages qui s’intéressent à une seule composante ethnique (« Arif ino », « Les lions d’Agadir43 », « L’Azawad Lybien44 », « Le réseau tunisien des activistes amazighs45 »). Les liaisons tissées entre la page « United States of Amazigh » et les autres pages à caractère régional permettent aux Amazighs des différentes composantes de se communiquer et de partager des informations autour de l’identité amazighe, comme une identité homogène et unique, en dépit de toutes les fragmentations non seulement linguistiques, étant donné que chaque composante a une variante linguistique propre, mais aussi géographiques, voire culturelles.

Figure 3. Liens tissés par la page « United States of Amazigh »

Figure 3. Liens tissés par la page « United States of Amazigh »

Facebook : un espace militant pour la cause des Amazighs

Exposer, conserver, transmettre le patrimoine culturel : un enjeu de l’usage militant de Facebook

38Au cours de la deuxième moitié du XXe siècle, les États d’Afrique du Nord ont adopté un centralisme identitaire arabo-musulman marginalisant toutes les autres composantes du territoire, dont celle des Amazighs. Une grande partie du patrimoine culturel, principalement oral, s’est trouvé menacé, qu’il s’agisse de la poésie, des contes, des coutumes associées aux mariages traditionnels et à tant d’autres célébrations amazighes. Facebook est alors investi comme un outil au service de la préservation de ce patrimoine. Les Amazighs ont dirigé l’activisme en ligne vers la revitalisation de leur culture et de leur langue, en invitant les membres de cette communauté à en apprendre davantage sur leur histoire, en les rattachant à des racines communes au-delà des frontières des États-nations qui les ont arbitrairement divisées.

39Les pages amazighes à caractère culturel occupent une place importante dans la planète amazighe sur Facebook. Elles rassemblent un grand nombre d’individus qui s’intéressent à cette culture et militent pour la préserver. Ces pages à contenu culturel pourraient être considérées comme le noyau de la planète amazighe sur Facebook, dans la mesure où la culture joue un rôle important à la fois dans l’existence du peuple amazigh et dans son intégration du réseau social.

40Les Amazighs mènent ainsi un « activisme culturel » (Buser et Arthurs, op. cit.) où la culture et le politique se rencontrent, se mêlent et interagissent (Veson, 2007) avec une double finalité : la première est celle de la préservation d’un patrimoine considéré comme en danger de disparition et la seconde est l’engagement dans plusieurs sortes de pratiques créatives telles que le théâtre, la musique, l’art, la poésie, la littérature et d’autres formes culturelles pour contester le pouvoir politique et envisager un monde alternatif. En ce sens, plusieurs pages ont été créées sur Facebook pour valoriser le patrimoine amazigh : la page « Culture Matérielle Amazigh46 », une page arabophone qui diffuse des publications écrites et audiovisuelles sur le patrimoine culturel amazigh en vue de le préserver et de le transmettre aux futures générations, et la page « Amazigh Culture47 », une page francophone qui publie des photographies et vidéos sur cette identité culturelle plusieurs fois millénaire ; ou encore la page « Cultures et Arts Amazighs48 », qui rappelle « qu’il ne faut surtout pas s’imaginer le peuple Amazigh comme un peuple barbare, ne possédant ni culture ni éducation et orienté vers la conquête des montagnes, en fait les traditions amazighes sont présentes depuis des milliers d’années ; pleins de choses intéressantes à découvrir ». D’autres pages s’intéressent à l’art et à la littérature amazighs dans l’objectif de contester le pouvoir. Par exemple, la page « Poésie et devinettes Amazigh49 » publie des articles sur la poésie amazighe engagée dans ses deux catégories : traditionnelle et moderne.

41Dans un article intitulé « Le cas amazigh entre la culture et la politique » (2005), publié sur le site amazigh www.mondeberbere.com, Amara Benyounès affirme que, dans le combat identitaire amazigh, la culture donne naissance au politique. Selon lui, le combat qui n’était que culturel à ses débuts a pu devenir, par la suite, un combat politique. Le combat identitaire a permis aux Amazighs de fonder une « identité résistance » (Castells, 1999) s’opposant à une « identité légitimante » introduite par les institutions gouvernementales de la société pour étendre leur domination sur les acteurs sociaux.

42Internet a pris le relais des associations et des médias de masse. « Internet est le seul média disponible pour les Amazighs à une époque où la télévision et les journaux sont surveillés par les autorités nord-africaines », affirme le créateur d’un site web amazigh (Lahsen Oulhadj, 2005). En dehors de la chaîne Berbère TV basée à Paris et créée par les Kabyles vivant en France, toutes les chaînes sont soit détenues par les États, soit contrôlées par ceux-ci. De même, bien que les Amazighs aient le droit de publier leurs propres journaux, le contenu et les opinions exprimées n’échappent pas à ce même contrôle.

43Loin d’être particulier, le cas amazigh rejoint celui d’autres peuples en conflit avec des pouvoirs politiques qu’ils jugent opprimants ou avec des frontières politiques dont ils contestent la légitimité. Le Web apparaît pour eux comme un média alternatif pour affirmer leur identité, comme le montre une simple recherche sur différents moteurs de recherche. Cette liberté d’expression trouvée sur Internet a permis aux Amazighs de l’intégrer et de le considérer comme l’un des espaces de discussion et de débat.

44Le réseau des réseaux est ainsi utilisé pour ses deux fonctions : communication et information. La fonction de communication apparaît comme un moyen de développer des liens entre les différents membres de cette communauté, et celle d’information assure la diffusion d’idées sur des sites Web et des forums de discussion autour de l’identité amazighe.

45Plus spécifiquement, les réseaux sociaux ont offert aux activistes, comme nous l’avons déjà mentionné, un nouvel espace qui favorise une hybridité et une horizontalité des débats (Birdsall-Jones et al., 2007). Ces réseaux, par la simplicité et la rapidité de leur utilisation, permettent davantage l’accession des gens au militantisme. Certains restent « des militants en ligne » (Petray, 2011) qui partagent des publications sur les réseaux revendicatifs et où ils peuvent publier des idées personnelles. Les réseaux sociaux permettent aussi de recruter de nouveaux militants — généralement de jeunes élèves et étudiants issus des régions majoritairement amazighophones. Ces outils ont aussi la capacité d’atteindre un large public de manière inégalée par les autres outils de communication. Le principal avantage de Facebook dans l’activisme des Amazighs est sa capacité d’offrir un mode de communication « plusieurs-à-plusieurs ».

De la revendication identitaire à l’activisme politique : les Amazighs lors des « soulèvements populaires » de 2011

46L’étendard culturel est essentiel à cette forme de militantisme, mais il n’est pas le seul. C’est toute la spécificité de l’« activisme culturel ». L’usage de Facebook est symptomatique de cette articulation entre revendication culturelle et revendication politique. Ainsi les Amazighs ont-ils été partie prenante des soulèvements populaires de 2011, appelés aussi « printemps arabes ». Ces soulèvements ont fait un usage intensif des réseaux sociaux, notamment Facebook. Plusieurs pages Facebook ont été créées pour rassembler les manifestants des pays où se déclenchaient les manifestations. On constate que les pages amazighes sur Facebook ont tissé des liens avec les différentes pages des mouvements contestataires.

Le Maroc

47Le mouvement social du 20 février 2011 a donné lieu à diverses manifestations dans tout le pays pour demander des réformes politiques (une assemblée constituante, des principes de gouvernance des affaires publiques) et sociales (un meilleur accès à la santé et à l’emploi) ainsi que la reconnaissance de toutes les composantes identitaires du Maroc. Il a été lancé par un appel sur Internet par des jeunes appartenant à divers réseaux sociaux créés sur le Web 2.0. L’activisme amazigh s’est joint à ces revendications. Ses membres ont été acteurs du débat en ligne comme de la mobilisation, ce que l’on observe à travers les liens tissés entre la sphère amazighe et les pages du mouvement du 20 février. Par exemple, la page « Mouvement du 20 février : Liberté, Justice, Égalité » est en lien avec une vingtaine de pages amazighes (figure 4). Cette liaison a permis la coordination entre les différentes sections des deux mouvements et a facilité la diffusion des communiqués, des pétitions ainsi que des opinions des militants et des associations en ouvrant un débat public sur ce réseau social. Le graphe (figure 4) montre aussi les liens noués entre les pages identitaires amazighes et la page « We can change : 20 février50 ». Parmi ces pages, nous observons celle de la « Reconnaissance officielle des revendications du Manifeste amazigh ». Ce document, nommé « Le Manifeste Amazigh », a été écrit par Mohamed Chafik51, membre de l’Académie royale, et signé par 230 militants et intellectuels marocains. Il synthétise neuf revendications, dont la constitutionnalisation de cette langue et son intégration dans l’enseignement. Il appelle aussi à l’intégration de la langue amazighe dans les médias audiovisuels, à une relecture de l’histoire du Maroc et à l’autorisation des prénoms amazighs. On voit aussi, en lien avec des pages du mouvement du 20 février, celle du « Mouvement culturel amazigh52 » qui rassemble tous les étudiants militants du mouvement amazigh au sein des universités marocaines. De même, la page « Le cri du peuple amazigh » appelant à « une confédération démocratique, sociale et transfrontalière, basée sur le droit à l’autonomie des régions » entretient des connexions avec le mouvement du 20 février.

48En réponse à ces soulèvements populaires, le roi du Maroc a prononcé un discours le 9 mars 2011 et a lancé une révision constitutionnelle. La nouvelle Constitution, promulguée le 30 juillet 2011, a reconnu l’amazigh comme composante de l’identité marocaine et a officialisé la langue amazighe au Maroc. Il est à rappeler que l’identité amazighe bénéficiait depuis 2001 d’une reconnaissance institutionnelle avec la création de l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM) et l’intégration de la langue dans l’enseignement et les médias publics.

Figure 4. Liens entre la page « We can change : 20 février » et les pages amazighes

Figure 4. Liens entre la page « We can change : 20 février » et les pages amazighes

La Tunisie

49Dès le début des événements de 2011, les Amazighs ont commencé à créer des pages revendicatives sur le réseau social Facebook. Certaines d’entre elles rappellent les revendications de cette communauté, d’autres appellent à la révolution, d’autres encore à l’unité et au développement du patrimoine culturel. Les Amazighs tunisiens ont, par la suite, noué des relations avec le reste des composantes du mouvement.

  • 53 [En ligne]. https://www.facebook.com/TunnISia.14.gen/. Page consultée le 21 avril 2018.
  • 54 [En ligne]. https://www.facebook.com/tamazgha.tunisie/ Page consultée le 21 avril 2018.
  • 55 أحرار الشمال الغربي التونسي (Traduction des auteurs).
  • 56 الاعتراف بالأمازيغية في الدستور التونسي الجديد واجب وطني (Traduction des auteurs).
  • 57 الشعب يفرض اللغة الأمازيغية لغة رسمية (Traduction des auteurs).

50Sur Facebook (figure 5), la page « Tunisie : Génération 14 janvier 201153 » se présente comme un carrefour où se rencontrent plusieurs autres pages, dont quelques-unes ont été créées par les Amazighs. Parmi ces pages, on trouve celle de « Tunisie Amazigh54 », qui rassemble 16 887 membres, ainsi que la page « Les libres du nord-est tunisien55 ». Cette liaison a permis aux Amazighs de Tunisie, dont les revendications identitaires étaient brimées sous le régime de Ben Ali, de s’exprimer en tant que composante à part entière de la population tunisienne, de divulguer leurs revendications propres, comme le montrent les pages « La reconnaissance de la langue amazighe dans la nouvelle Constitution tunisienne est un devoir national56 » et « Le peuple exige la langue amazighe comme langue officielle57 », tout en incitant à participer aux événements et aux manifestations du pays tout entier. D’autres pages, toutes liées avec celle du mouvement du 14 janvier, comme « Les Tunisiens sont fiers de leurs origines amazighes » ou encore « Tous pour faire vivre la culture amazighe en Tunisie », profitent de ces moments révolutionnaires pour appeler à la promotion du patrimoine culturel autochtone de l’Afrique du Nord. D’autres encore ont été créées pour inviter les Amazighs à participer massivement aux manifestations du mouvement.

Figure 5. Pages Facebook des Amazighs tunisiens liées à la page de la révolution de 2011

Figure 5. Pages Facebook des Amazighs tunisiens liées à la page de la révolution de 2011

La Libye

51Le « printemps libyen » commence, lui aussi, sur Facebook, avec la création de plusieurs pages appelant les citoyens à la participation aux manifestations du 17 février 2011.

52On y retrouve, de la part des Amazighs libyens, le double registre de la revendication culturelle (pour l’officialisation de leur langue dans la Constitution du pays notamment) et politique (contestation du régime).

  • 58 كلنا مع دسترة اللغة الأمازيغية الوطنية كـ لغة رسمية في الدستور الليبي (Traduction des auteurs).
  • 59 كلنا مع دسترة اللغة الأمازيغية في ليبيا (Traduction des auteurs).
  • 60  صمود جبل يفرن (Traduction des auteurs).
  • 61 Gathering Young Libyan Amazigh تجمع الشباب الليبي الامازيغي(Traduction des auteurs).

53Plusieurs pages ont été créées, sur Facebook, à cette occasion. Deux d’entre elles, « Tous avec la constitutionnalisation de la langue amazighe nationale comme langue officielle dans la Constitution libyenne58 » et « Tous pour la langue amazighe langue officielle de la Constitution libyenne59 » ont pour objectif la mobilisation des participants aux manifestations à la revendication de l’officialisation de la langue amazighe. D’autres comme « La résistance de la montagne d’Yefren60 » et « Rassemblement de la jeunesse amazighe libyenne61 » appellent à l’unité contre « un pouvoir dictateur ».

54Les pages amazighes sur Facebook sont liées à plusieurs autres pages qui rassemblent les participants aux soulèvements en Libye (figure 6). Cette liaison et cette communication avec les autres pages ont aidé les Amazighs à trouver leur place dans les manifestations anti-Kadhafi. Comme pour les autres pays, les manifestants amazighs libyens créent des liens avec les autres pages de la révolution (figure 6).

Figure 6. Pages Facebook des Amazighs libyens liées aux autres pages de la révolution

Figure 6. Pages Facebook des Amazighs libyens liées aux autres pages de la révolution

L’Algérie

55La situation de l’Algérie est particulière puisqu’elle n’a pas été concernée par ces « soulèvements populaires » même si le « pays a bel et bien connu des émeutes violentes à l’échelle nationale en janvier 2011, cela au moment même où la Tunisie se soulevait » (Belkaïd, 2012 : 141). Mais le mouvement n’a pas atteint l’ampleur suffisante pour déstabiliser le pouvoir en place.

56L’activisme kabyle est très présent sur le réseau social Facebook. Plusieurs pages ont été créées pour défendre l’identité amazighe et pour diffuser des nouveautés du mouvement culturel amazigh en Kabylie. La page « Kabylie Libre et Unie62 », dont le slogan est « Et le combat continue… », diffuse des informations d’actualité sur le combat amazigh en Kabylie. De même, la page « La Kabylie63 », qui rassemble un peu plus de 200 000 personnes, se veut une page qui rend hommage à l’identité kabyle. Mais l’activisme kabyle est ancien et a lui-même connu ses « printemps berbères » : en 1980, à la suite de l’annulation d’une conférence sur la poésie kabyle ancienne par les autorités locales, la Kabylie a connu des soulèvements ; en 2001, la répression de la commémoration du « printemps berbère » de 1980 a provoqué une centaine de morts et quelque 5 000 blessés. Les Amazighs ont alors acquis plusieurs droits. L’État algérien a reconnu la langue amazighe comme langue nationale, en 2002, puis comme langue officielle, en 2016. De même, un Haut commissariat à l’amazighité (HCA) a été créé, en 1995, pour l’organisation et le soutien académique de l’enseignement de la langue. En sus, la télévision publique diffuse un journal télévisé tous les jours en amazigh et une chaîne spécifique a été lancée en avril 2009.

Conclusion

57La mise en évidence d’une webosphère amazighe sur Facebook grâce aux méthodes de visualisation du Web a permis de montrer les fonctions que des groupes sociaux font jouer aux réseaux numériques. Outil d’exposition, de transmission et de préservation d’un patrimoine linguistique, de traditions et de coutumes jugées menacées, le réseau social est en même temps une plateforme de mobilisation politique, capable de faire le lien avec des mouvements politiques extérieurs à la cause identitaire, celle-là même qui structure une communauté virtuelle amazighe transfrontalière rêvant de son unité. La réalité de l’« activisme culturel » apparaît ici dans toute sa complexité.

Haut de page

Bibliographie

AIACHI, Sophie-Alexandra (2013), Pouvoir médiatique et transition politique : le cas de la Tunisie, Paris, IRIS.

BELKAÏD, Akram (2012), « L’Algérie, une exception en marge du “printemps arabe” ? », Les Cahiers de l’Orient, 107(3) : 141-150.

BENBRAHIM, Melha (1982), La poésie kabyle et la résistance à la colonisation de 1830 à 1962. Thèse de doctorat, sous la direction de Camille LACOSTE-DUJARDIN, Paris, EHESS.

BENYOUNÈS, Amara (2005), « La cause amazighe entre la culture et le politique », kabyle.com. [En ligne]. http://www.kabyle.com/archives/libre-expression/debats-opinions-controverses/article/la-cause-amazighe-entre-la-culture. Page consultée le 5 janvier 2018.

BIRDSALL-JONES, Christina et al. (2007), « Old stock, new bonds? Some preliminary thoughts on tradition, taste, technology and the changing geographies of livestock breeds in Australia », Actes du colloque IGU CSRS: Gecoagri landitaly — Minus serere et melius arare, Genova, Brigati, p. 65-76.

BOUZIDA, Djamal (1994), « Worldwide Amazigh electronic forums », Amazigh Voice, 3(2): 107-116.

BUSER, Michael et Jane ARTHURS (2013), Connected Communities: Cultural Activism in the Community. [En ligne]. http://www.culturalactivism.org.uk/wpcontent/uploads/2013/03/CULTURAL-ACTIVISM-BUSER-Update.3.pdf. Page consultée le 1er novembre 2017.

CARDON, Dominique (2010), La démocratie Internet : promesses et limites, Paris, Seuil.

CASTELLS, Manuel (1999), The Power of Identity, the Information Age: Economy, Society and Culture, volume II, Cambridge (MA), Blackwell.

CHAKER, Salem (1987), « L’affirmation identitaire berbère à partir de 1900. Constantes et mutations (Kabylie) », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, 44 : 13-34.

CHAKER, Salem (1989), Berbères aujourd’hui, Paris, L’Harmattan.

DUBET, François (1993), « Les nouveaux mouvements sociaux », dans François CHAZEL (dir.), Action collective et mouvements sociaux, Paris, Presses universitaires de France, p. 61-63.

DUBET, François, Alain TOURAINE et Michel WIEVIORKA (1984), Le mouvement ouvrier, Paris, Fayard.

FELUI, Laura (2006), « Le Mouvement culturel Amazigh (MCA) au Maroc », L’Année du Maghreb, 1 : 274-285.

GOZLAN, Angélique (2013), « De la communauté virtuelle à la haine », Topique, 1(122) : 121-134.

HANOTEAU, Adolphe (1867), Poésies populaires de la Kabylie de Djurdjura, Paris, Impériale.

KOUKOUTSAKI-MONNIER, Angeliki (2013), « Du réseautage professionnel à la communauté virtuelle ? À propos de l’usage d’un réseau social en ligne », Les Enjeux de l’information et de la communication, 14(1) : 85-102. [ En ligne]. https://www.cairn.info/revue-les-enjeux-de-l-information-et-de-la-communication-2013-1.htm-page-85.htm. Page consultée le 17 janvier 2017.

LEROUX, Yann (2010), Psychodynamique des groupes sur le réseau internet. Thèse de doctorat en psychologie, sous la direction de Serge TISSERON, Paris, Université Paris Nanterre.

MERCKLÉ, Pierre (2004), Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte, Coll. « Repères ».

OULHADJ, Lahsen (2005), « La ruée vers Internet », Tawiza. [En ligne]. http://tawiza.x10.mx/Tawiza92/oulhadj.htm. Page consultée le 18 janvier 2017.

PETRAY, Theresa-Lynn (2011), « Protest 2.0: Online interactions and aboriginal activists », Media, Culture & Society, 33(6): 923-940. [En ligne]. http://journals.sagepub.com/doi/abs/10.1177/0163443711411009. Page consultée le 6 janvier 2018.

POUESSEL, Stéphanie (2011), Les identités amazighes au Maroc, Casablanca, Coll. » La croisée des chemins ».

PROULX, Serge (2008), « Des nomades connectés : vivre ensemble à distance », Hermès, 2(51) : 155-160.

RHEINGOLD, Howard (1993), The Virual Commununity: Homesteading on the Electronic Frontier, Reading (A), Addison-Wesley.

SEVERO, Marta et Eleonora ZUOLO (2012), « Egyptian e-diaspora : Migrant websites without a network ? », Social Science Information, 51 : 521-533.

SUAREZ-COLLADO, Angela (2012), « Cyberactivisme et liens transnationaux au Rif. Les nouvelles sociabilités du Net en Méditerranée », dans Sihem NAJAR (dir.), Les nouvelles sociabilités du Net en Méditerranée, Paris/Tunis, IRMC/Karthala.

SUAREZ-COLLADO, Angela (2013), « Mouvements sociaux sur la Toile : les effets des TIC sur le militantisme Amazigh au Maroc », dans Sihem NAJAR (dir.), Le cyberactivisme au Maghreb et dans le monde arabe, Paris/Tunis, IRMC/Karthala.

TÖNNIES, Ferdinand (2010/1887), Communauté et société, traduit de l’allemand par Niall BOND et Sylvie MESURE, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Le lien social ».

VESON, Jennifer (2007), « Why we need cultural activism », dans THE TRAPESE COLLECTIVE (dir.), Do It Yourself: A Handbook for Changing Our World, Londres, Pluto Press, p. 171-186.

WATSON, Irene (2012), « The future is our past: We once were sovereign and we still are », Indigenous Law Bulletin, 8(3): 12-15.

Haut de page

Notes

1 [En ligne]. https://apps.facebook.com/netvizz. Page consultée le 5 mai 2015.

2 Communauté virtuelle (s. d.), Le grand dictionnaire terminologique. [En ligne]. https://www.oqlf.gouv.qc.ca/ressources/bibliotheque/dictionnaires/Internet/fiches/8381805.html. Page consultée le 20 août 2018.

3 [En ligne]. https://www.facebook.com/R%C3%A9unir-un-million-dAmazighs-dans-le-monde-1375329899367655/. Page consultée le 15 avril 2018.

4 [En ligne]. https://www.facebook.com/OnVeut100000KabylesIci/. Page consultée le 15 avril 2018.

5 [En ligne]. https://www.facebook.com/Lacheuhfamily/. Page consultée le 15 avril 2018.

6 [En ligne]. https://www.facebook.com/%D8%A7%D9%84%D8%A5%D8%AA%D8%AD%D8%A7%D8 %AF-%D8%A7%D9%84%D8%A3%D9%85%D8%A7%D8%B2%D9%8A%D8%BA%D9%8A-Amazigh-Union-373632105982143/. Page consultée le 15 avril 2018.

7 [En ligne]. https://www.facebook.com/libya0001/. Page consultée le 15 avril 2018.

8 [En ligne]. https://www.facebook.com/scofieldsyst/. Page consultée le 15 avril 2018.

9 [En ligne]. https://www.facebook.com/amazightiztoutine/. Page consultée le 15 avril 2018.

10 [En ligne]. https://www.facebook.com/TamazghaInFrance/. Page consultée le 15 avril 2018.

11 [En ligne]. https://www.facebook.com/TamazghaInBelgium/. Page consultée le 15 avril 2018.

12 [En ligne]. https://www.facebook.com/TamazghaInCanada/. Page consultée le 15 avril 2018.

13 [En ligne]. https://www.facebook.com/Les-Kabyles-du-Qu%C3%A9bec-239593436150380/. Page consultée le 15 avril 2018

14 [En ligne]. https://www.facebook.com/Kabyles-des-USA-1406396279578347/. Page consultée le 15 avril 2018.

15 [En ligne]. https://www.facebook.com/ArfynNaythbdaalh/. Page consultée le 15 avril 2018.

16 [En ligne]. https://www.facebook.com/%D8%A3%D9%85%D8%A7%D8%B2%D9%8A%D8%BA-%D8%B7%D8%B1%D8%A7%D8%A8%D9%84%D8%B3-Amazigh-of-Tripoli-122727644499963/. Page consultée le 15 avril 2018.

17 صفحة محبي الفنان المبدع الحسين أمراكشي  (Traduction des auteurs).

18 Izran Imazighen N Arrif  (Traduction des auteurs).

19 Boutfounast est le nom d’un personnage dans un film des Amazighs du sud marocain, les Chleuhs.

20 صور أمازيغية من المغرب (Traduction des auteurs).

21 All for Tamazight as an Official Language in the Libyan Consitution  (Traduction des auteurs).

22 الإعتراف بالأمازيغية في الدستور التونسي الجديد واجب وطني  (Traduction des auteurs).

23 جميعا من أجل إطلاق سراح معتقلي 1 غشت (Traduction des auteurs).

24 القضية الأمازيغية و توجهاتها في الوقت الراهن  (Traduction des auteurs).

25 الحر الأمازيغي الصوت (Traduction des auteurs).

26 جميعا من أجل تشجيع الحسنية (Traduction des auteurs).

27 Les Kabyles sont un ensemble de populations amazighes originaires de la Kabylie, région située au nord de l’Algérie et à l’est d’Alger.

28 [En ligne]. https://www.facebook.com/Le-Peuple-Amazigh-Berb%C3%A8re-151945384897277/. Page consultée le 19 avril 2018.

29 [En ligne]. https://www.facebook.com/Tous-les-berberes-du-monde-198579436891037/. Page consultée le 19 avril 2018.

30 Les Chleuhs sont un ensemble de populations amazighes du sud marocain. Ils habitent le Haut-Atlas, l’Anti-Atlas et la vallée du Souss, mais aussi dans les grandes villes comme Casablanca et Rabat.

31 Les Chaouis sont les Amazighs habitant une grande partie de l’est algérien, notamment le massif de l’Aurès.

32 Les Mozabites sont un groupe de populations amazighes habitant la région du Mzab au nord du Sahara algérien.

33 [En ligne]. https://www.facebook.com/Chleuh-a-et-Fi%C3%A8re-130531933674339/. Page consultée le 19 avril 2018.

34 [En ligne]. https://www.facebook.com/rencontre.chleuhs/. Page consultée le 19 avril 2018.

35 [En ligne]. https://www.facebook.com/aRiiif.ino/. Page consultée le 19 avril 2018.

36 [En ligne]. https://www.facebook.com/lesNumides/. Page consultée le 19 avril 2018.

37 [En ligne]. https://www.facebook.com/tunisieberbere/. Page consultée le 19 avril 2018.

38 [En ligne]. https://www.facebook.com/LibyanAmazigh101/. Page consultée le 19 avril 2018.

39 [En ligne]. https://www.facebook.com/Mzab-de-Ghardaia-1532687556961215/. Page consultée le 19 avril 2018.

40 [En ligne]. https://www.facebook.com/scofieldsyst/. Page consultée le 19 avril 2018.

41 معا من أجل القضية الأمازيغية(Traduction des auteurs).

42 تامزغا حضارة ولغة وتقافة وترات وهوية (Traduction des auteurs).

43 اسود اكادير (Traduction des auteurs).

44 أزواو ليبيا * azwaw libya, (Traduction des auteurs).

45 الشبكة التونسية للنشطاء الأمازيغ (Traduction des auteurs).

46 [En ligne]. https://www.facebook.com/h.aitterrami/. Page consultée le 19 avril 2018.

47 [En ligne]. https://www.facebook.com/TamazirtImazighn/. Page consultée le 19 avril 2018.

48 [En ligne]. https://www.facebook.com/groups/679238958846043/. Page consultée le 19 avril 2018.

49 [En ligne]. https://www.facebook.com/po%C3%A9sie-proverbescontes-devinettes-Amazigh-111129125640717/. Page consultée le 19 avril 2018.

50 [En ligne]. https://www.facebook.com/M20fev/. Page consultée le 19 avril 2018.

51 Mohamed Chafik est l’un des anciens élèves du Collège berbère d’Azrou. Il est nommé, en 2001, recteur de l’Institut royal de la culture amazighe, avant de céder son poste à M. Ahmed Boukous.

52 [En ligne]. https://www.facebook.com/%D8%A7%D9%84%D8%AD%D8%B1%D9%83%D8%A9-%D8%A7%D9%84%D8%AB%D9%82%D8%A7%D9%81%D9%8A%D8%A9-%D8%A7%D9%84%D8%A7%D9%85%D8%A7%D8%B2%D9%8A%D8%BA%D9%8A%D8%A9-Mouvement-Culturel-Amazigh-912514808862023/. Page consultée le 19 avril 2018.

53 [En ligne]. https://www.facebook.com/TunnISia.14.gen/. Page consultée le 21 avril 2018.

54 [En ligne]. https://www.facebook.com/tamazgha.tunisie/ Page consultée le 21 avril 2018.

55 أحرار الشمال الغربي التونسي (Traduction des auteurs).

56 الاعتراف بالأمازيغية في الدستور التونسي الجديد واجب وطني (Traduction des auteurs).

57 الشعب يفرض اللغة الأمازيغية لغة رسمية (Traduction des auteurs).

58 كلنا مع دسترة اللغة الأمازيغية الوطنية كـ لغة رسمية في الدستور الليبي (Traduction des auteurs).

59 كلنا مع دسترة اللغة الأمازيغية في ليبيا (Traduction des auteurs).

60  صمود جبل يفرن (Traduction des auteurs).

61 Gathering Young Libyan Amazigh تجمع الشباب الليبي الامازيغي(Traduction des auteurs).

62 [En ligne]. https://www.facebook.com/Kabylie-Libre-Et-Unie-192721951280139/. Page consultée le 15 avril 2017.

63 [En ligne]. https://www.facebook.com/La-kabylie-527339227369576/. Page consultée le 28 avril 2018.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/8917/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Tableau 1. Catégories des pages Facebook et leur représentation en pourcentage
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/8917/img-2.png
Fichier image/png, 36k
Titre Figure 3. Liens tissés par la page « United States of Amazigh »
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/8917/img-3.png
Fichier image/png, 151k
Titre Figure 4. Liens entre la page « We can change : 20 février » et les pages amazighes
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/8917/img-4.png
Fichier image/png, 246k
Titre Figure 5. Pages Facebook des Amazighs tunisiens liées à la page de la révolution de 2011
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/8917/img-5.png
Fichier image/png, 158k
Titre Figure 6. Pages Facebook des Amazighs libyens liées aux autres pages de la révolution
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/8917/img-6.png
Fichier image/png, 225k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdelaziz Blilid et Laurence Favier, « Du monde réel au monde numérique », Communication [En ligne], vol. 35/2 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2018, consulté le 18 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/communication/8917 ; DOI : 10.4000/communication.8917

Haut de page

Auteurs

Abdelaziz Blilid

Abdelaziz Blilid est doctorant et membre du laboratoire en sciences de l’information et de la communication (GERIICO), Université Lille-SHS. Courriel : a.blilid@gmail.com

Laurence Favier

Laurence Favier est professeure et membre du laboratoire en sciences de l’information et de la communication (GERIICO), Université Lille-SHS. Courriel : laurence.favier@univ-lille3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals