Navigation – Plan du site
Lectures

Laurent DI FILIPPO et Émilie LANDAIS (dir.) (2017), Penser les relations entre les médias : dispositifs transmédiatiques, convergences et constructions des publics

Strasbourg, Néothèque
Nouha Belaid
Référence(s) :

Laurent DI FILIPPO et Émilie LANDAIS (dir.) (2017), Penser les relations entre les médias : dispositifs transmédiatiques, convergences et constructions des publics, Strasbourg, Néothèque

Texte intégral

1Depuis le début des années 2000, les travaux portant sur la notion de convergence ainsi que sur celle du transmédia se sont multipliés à la suite de l’évolution du paysage médiatique. Et chaque fois que les chercheurs parlent de ce phénomène médiatique, ils font systématiquement référence à Henry Jenkins (2006).

2Dans l’ouvrage collectif ici recensé, il s’agit d’analyser les stratégies mises en place par les acteurs pour construire et penser les relations entre les supports médiatiques.

3Cet ouvrage composé de 10 articles, regroupés en 3 parties, met l’accent sur différents objets de la culture qui ont été touchés par la convergence, à savoir : l’enseignement, la photographie, les jeux vidéo et les musées.

4Les directeurs de cet ouvrage mentionnent dès l’abord que « ces dernières années ont vu émerger un intérêt croissant pour ce que certains chercheurs appellent le transmedia et les phénomènes de convergence, une tendance marquée notamment par les travaux d’Henry Jenkins (2004, 2006) » (p. 8), tout en précisant que, contrairement à ce que disaient la plupart des chercheurs, le terme de transmédia a fait son apparition au XXe siècle et que son usage est devenu fréquent à partir des années 2000.

5Au sujet de la définition de ce terme, les auteurs soulignent : « ceci entraîne un certain flou […] et conduit à d’importantes difficultés pour en faire un concept opératoire pour la recherche en sciences de l’homme et de la société » (p. 10). Mais comme le mentionne Éric Maigret, « [l]’objectif visé est de saisir les nouvelles passerelles qui se forment entre les médias et entre les producteurs et les usagers alors que les frontières semblent s’effacer entre ces derniers, au profit d’une vision plus connectée et plus ludique du monde » (2013 : 6). Cet auteur confirme également que le livre de Jenkins est l’ouvrage le plus important consacré aux transformations de la culture à l’âge du numérique. Ce qui nous pousse ainsi à présenter la convergence comme un changement culturel complet qui « encourage les consommateurs à chercher des informations nouvelles et à faire des connexions entre des contenus de médias dispersés » (Jenkins, 2006 : 3).

Dispositifs, publics et changements

6Les trois parties de l’ouvrage collectif sont intitulées « Conception des dispositifs et représentations des publics », « Pratiques hétérogènes parmi les publics » et « Changements et résistances ».

7Dans son article portant sur les représentations des concepteurs du site Internet lesite.tv destiné aux enseignants, Frédéric Marty souligne de quelle manière la refonte du player de ce site, service de vidéo éducative à la demande de France Télévision, invite les concepteurs à s’interroger sur la possibilité d’usages pluriels par les publics d’enseignants. Il souligne que la remise du public au centre du dispositif par la prise en compte de ses usages « entraîne une réelle reconfiguration de la ressource éducative et de son usage » (p. 65).

8Dans son article sur les musées à l’ère du numérique, Eva Sandri met l’accent sur les changements que peut apporter l’intégration des dispositifs numériques dans un musée lors de sa rénovation, à partir de trois domaines de recherche : la muséologie, la culture numérique et l’anthropologie du projet. Elle prend comme exemple le Museon Arlaten, musée départemental d’ethnographie dédié à la culture provençale. Cette institution a éprouvé des difficultés par rapport à l’intégration des dispositifs de médiation numérique sur de multiples supports (film, tablette tactile, réalité augmentée, etc.). Ainsi, entre le désir d’attirer de nouveaux publics et le risque de toucher aux habitudes des visiteurs, l’auteure revient sur les discours traitant du bouleversement qui accompagne souvent l’innovation technologique. Elle termine en soulignant que la cohabitation entre innovation numérique et tradition dans un musée qui se veut un lieu de mémoire s’avère difficile.

9Pour sa part, Julie Pasquer-Jeanne interroge les pratiques de consommation hybrides intégrées aux pratiques culturelles portées par les dispositifs de visite de château de Versailles. Bien qu’il n’y ait pas de production narrative et fictionnelle totalement unifiée, elle repère quatre éléments structurants : « un entrelacs de trames narratives, la présence systématique d’un personnage-guide, le voyage dans le temps par l’imaginaire et enfin l’aspect participatif par le jeu » (p. 92). Elle souligne que le défi des concepteurs de ces dispositifs est lié au développement d’un goût pour les pratiques culturelles qui pourrait perdurer dans le temps, indépendamment des connaissances qui doivent être transmises aux jeunes.

10Les jeux vidéo sont ensuite le sujet de deux articles. Camille Jutant montre de quelle manière les discours des concepteurs de deux jeux font la promotion de ce qu’elle appelle un « surenchérissement communicationnel », c’est-à-dire une promesse d’aller plus loin et de dire beaucoup plus que les anciens dispositifs. Elle met également l’accent sur les questionnements liés à la construction des savoirs, présente dans les problèmes liés aux dispositifs, ainsi que sur leur aspect dynamique dans la renégociation des rapports entre le public et les œuvres qui interrogent la dualité tradition/modernité dans les pratiques muséales.

11Patrick Prax aborde de son côté la question de la cocréation en interrogeant les situations de pouvoir et de résistance présentes dans les jeux de rôles en ligne. Il propose un modèle d’analyse de la cocréation comme média alternatif en se basant sur des pratiques de jeu réelles pour comprendre comment celles-ci nous informent sur les relations de pouvoir entre les éditeurs de jeu et les joueurs. Il s’agit d’ailleurs d’une influence politique et culturelle, ce qui explique pourquoi des concepts comme auctorialité et précarité sont au cœur de l’article.

12Puisqu’il est incontournable, quand nous parlons de la culture, d’aborder les feuilletons, les séries et les films, Yannick Pourpour interroge ici la remédiatisation des œuvres cinématographiques sur différents supports et leurs conditions de réception par les publics, selon les dispositifs techniques qui les diffusent. Il confirme que l’innovation technologique est devenue, pour les salles de cinéma, essentielle pour attirer le public.

13De son côté, Julien Falgas élargit la question pour interroger l’homogénéité des publics selon leurs pratiques transmédiatiques, en prenant l’exemple de la série Les autres gens, la première création collaborative de la bande dessinée. Les fans de cette série ont été présentés en tant que public contributif. Falgas souligne que la segmentation des pratiques médiatiques des publics de cette série s’explique par la pluralité de ce public entre l’audience contributive et l’audience non contributive. Il revient ainsi sur le concept du public idéal dont parlait Daniel Daya, ce public composé de fans déclarés.

14Dans une optique interactionniste, Marta Boni analyse les dispositifs transmédiatiques utilisés lors de la diffusion de la série télévisée Braquo en ayant recours à la théorie des cadres de l’expérience d’Erving Goffman, qui repose sur l’idée que dans chaque situation, il faut répondre à une question : « Que se passe-t-il ? » Les pratiques des publics sont également au cours de son analyse. Selon Boni, l’expérience médiatique est un ensemble de situations, ce qui explique la diversification des activités menées par les acteurs : domestication, hommage, immersion, bruits de fond, performances, etc.

15Pour sa part, Rosana Contreras Gama étudie les expositions des photographies humanitaires et leurs spectateurs. Elle confirme que ces derniers ne s’intéressent pas seulement à la photographie, mais également à la mise en scène et à l’utilisation de multiples ressources médiatiques complémentaires. De leur côté, les producteurs cherchent à multiplier les moyens par lesquels les spectateurs prennent contact avec des situations de souffrance et de misère.

16Quant à Cyril Brizard, il étudie les pratiques de composition et de recomposition des productions médiatiques, en s’appuyant sur la notion de bricolage de Claude Lévi-Strauss et sur les travaux en sociologie de l’œuvre. Il montre comment l’intersexualité et la transphonographie permettent de penser les processus de « reprise », fidèle ou appropriative, et de citations interphonographiques ou extraphonographiques. La transmédiatilité apparaît comme le produit d’une traversée et une mise en relation de différentes productions variées et parfois éloignées des représentations habituellement liée à la musique mentale.

17En fin de compte, cet ouvrage confirme que la convergence a réussi à dépasser les frontières entre les médias et à favoriser l’aspect participatif des publics des médias, « soit à travers leurs propres productions ou leurs contributions dans les espaces communautaires, soit par le fait qu’ils sont au cœur des processus de la convergence » (p. 21).

18Il ne s’agit plus de se limiter aux dispositifs, puisque la relation proposée ou anticipée entre le public et le contenu est devenue centrale dans la compréhension de la configuration des dispositifs numériques. Ce qui explique que l’approche transmédiatique dans cet ouvrage est abordée sous l’angle du rapport entre public et contenu.

19Par contre, cet ouvrage se limite à traiter la convergence du point de vue culturel, alors que Jenkins (2006) a déjà mentionné que la convergence prend place dans différents domaines de la vie quotidienne où interviennent les médias. Elle touche principalement le domaine des loisirs et de l’actualité, mais elle peut également toucher d’autres domaines. Ce qui nous pousse à adopter de nouvelles pistes de réflexion autour de ce concept, notamment dans les domaines politique et économique.

Haut de page

Bibliographie

JENKINS, Henry (2006), Convergence Culture: Where Old and New Media Collide, New York, New York University Press.

JENKINS, Henry (2004), « Toward a transmedia narratology », dans Marie-Laure RYAN (dir.), Narrative Across Media, the Languages of Storytelling, Lincoln, University of Nebraska Press, p. 47-75.

MAIGRET, Éric (2013), « Penser la convergence et le transmédia : avec et au-delà de Jenkins », dans Henry JENKINS (dir.), La culture de la convergence, traduit de l’anglais par Christophe JAQUET, Paris, Armand Colin, p. 5-19.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nouha Belaid, « Laurent DI FILIPPO et Émilie LANDAIS (dir.) (2017), Penser les relations entre les médias : dispositifs transmédiatiques, convergences et constructions des publics », Communication [En ligne], vol. 35/2 | 2018, mis en ligne le 07 décembre 2018, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/communication/8966

Haut de page

Auteur

Nouha Belaid

Nouha Belaid est enseignante et chercheure en sciences de l’information et de la communication (Tunisie). Courriel : belaid.nouha@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals