Navigation – Plan du site
Lectures

Amanda D. LOTZ (2017), Portals: A Treatise on Internet-Distributed Television

Ann Arbor, University of Michigan Library
Pierre Barrette
Référence(s) :

Amanda D. LOTZ (2017), Portals: A Treatise on Internet-Distributed Television, Ann Arbor, University of Michigan Library

Texte intégral

  • 1 À qui on doit Television Will Be Revolutionized, possiblement l’ouvrage en études télévisuelles le (...)

1Les transformations récentes de l’écosystème médiatique ont surtout découlé d’un phénomène fondamental — celui qu’on désigne généralement par l’expression « révolution numérique » — qui se décline désormais en différentes manifestations touchant l’ensemble des principaux médias. Le cinéma, la presse, l’industrie de la musique, par exemple, ont ainsi été assez brutalement « bousculés » par l’arrivée d’Internet ; mais c’est possiblement la télévision traditionnelle qui fait face aujourd’hui aux défis les plus sérieux, notamment en raison de la pression gigantesque qu’exercent sur elle les sites de distribution de contenu vidéo, dont le plus important et le plus connu — sans être le seul, tant s’en faut — est Netflix. Portals: A Treatise on Internet-Distributed Television se présente comme un court mais dense essai (un « traité ») sur la télévision distribuée par Internet. La grande spécialiste de l’industrie Amanda D. Lotz1 s’y donne la double tâche de définir et de théoriser le complexe industrialo-technologique qui rend possible ce nouveau mode de distribution et de consommation des produits audiovisuels, et en conséquence d’en évaluer les effets sur le média télévisuel tel qu’on le connaît, et tel qu’il est appelé à se transformer.

2La plus importante différence entre la télévision distribuée par Internet et les deux autres modèles de diffusion qui se sont succédé depuis 70 ans — la diffusion par ondes hertziennes et celle par câble — réside pour Lotz dans le fait que celle-ci n’impose pas de cadre horaire à la consommation de contenu :

  • 2 « Pendant des décennies, les auditoires ont été forcés d’organiser leur visionnage selon un calendr (...)

For decades, audiences were forced to organize their viewing according to a network-mandated schedule. Almost all the conventions of television — a flow of content, program length, expectations of weekly episodes — derive from practices developed to cope with the necessity of the linear schedule (p. 15)2.

3C’est cette spécificité première qui entraîne toutes les autres caractéristiques du fonctionnement des portails Internet comme Netflix (ou au Québec des plateformes comme Tou.tv ou Illico), à commencer par le modèle économique qui les sous-tend, organisé autour du principe de l’abonnement fournissant un accès à une « bibliothèque » de titres. Cet aménagement de l’offre est très différent du financement par la publicité, du paiement à la demande (pay-per-view) et même de l’abonnement à un bouquet de chaînes sur le câble qui reste, comme y insiste justement Lotz, tributaire d’un mode de consommation fortement linéarisé.

4Dans le but de donner des assises théoriques conséquentes à ses propositions, Lotz se tourne vers la distinction désormais classique proposée par Bernard Miège entre les différentes logiques de développement des industries de contenu. Le « modèle de flot » (dont la télévision et la radio sont les principaux représentants) est caractérisé par l’aspect continu de la diffusion et suppose ainsi que chaque jour de nouveaux produits rendent obsolètes ceux de la veille ; dans le cas du « modèle éditorial » (le cinéma, le livre, le disque), on parle de marchandises qui sont achetées ou louées. À ces deux logiques fondamentales qui forment en quelque sorte les deux pôles de l’industrie, il faut ajouter un certain nombre d’hybrides (par exemple le modèle de la presse écrite), qui empruntent à chacun des éléments. Lotz s’arrête également sur les propositions plus récentes de Gaétan Tremblay et Jean-Guy Lacroix, qui suggèrent d’ajouter à ces grands modèles de diffusion celui du « club », qui permettrait en outre de rendre compte des particularités de la diffusion par abonnement au câble. Pour Lotz, les portails Internet offrant du contenu audiovisuel ne correspondent tout à fait à aucun des modèles théorisés par Miège, non plus qu’à celui du club, la définition qu’en donnent les deux Québécois étant selon elle trop englobante ; différents modes de financement et de consommation s’y côtoient, qui ne permettent pas une véritable compréhension de la spécificité du phénomène.

5Selon Lotz, la particularité fondamentale de Netflix et de la culture algorithmique qu’on y pratique est notamment d’offrir à chaque utilisateur de la plateforme une expérience très spécifique. En fonction de leur historique de consommation, les abonnés se verront offrir des titres correspondant à leur profil, ce qui rapproche nettement la navigation dans le portail d’une pratique de « niche », alors même que le nombre d’abonnés (autour de 120 000 000 au moment d’écrire ces lignes) et l’étendue du catalogue de Netflix en font un « média de masse » au sens fort du terme.

6La stratégie de curation de Netflix est guidée par la personnalisation de masse, et sa capacité à commercialiser ainsi qu’à faire des recommandations aux abonnés est hautement individualisée. Dans une interview avec le critique de télévision Alan Sepinwall, Ted Sarandos (responsable du contenu de Netflix) a illustré cette logique en expliquant comment Netflix ne couvre pas l’écran d’ouverture de tous les abonnés avec chaque nouvelle émission parce que la pire situation est d’avoir la mauvaise personne être exposée à du nouveau contenu et ainsi d’engendrer un bouche-à-oreille négatif. Cette restriction, qui consiste à uniquement publiciser un programme auprès de ceux qui sont susceptibles de l’apprécier, illustre une approche tout à fait inhabituelle dans les stratégies de télédiffusion de masse, mais qui apparaît viable et efficace pour la distribution non linéaire.

7C’est là la principale révolution des portails Internet : offrir au consommateur une expérience client qui, notamment grâce à la qualité de l’interface et à la facilité d’utilisation des différentes fonctionnalités du site, lui donne le sentiment d’être le seul pilote à bord cependant qu’un puissant moteur de calcul organise sa navigation et opère en amont un important travail de curation.

  • 3 « En matière de temps d’engagement requis consacré aux loisirs, une saison de télévision est compar (...)

8Les conclusions de Lotz, au terme de son argumentaire, sont particulièrement intéressantes. La spécialiste invite en effet à rapprocher les logiques d’offre et de consommation proposées par les portails Internet de pratiques auxquelles on ne penserait pas spontanément. Pour elle, en effet, « [i]n terms of time of engagement required and the expenditure of leisure, a season of television is most comparable to the time required to read a novel » (p. 79)3. L’industrie du livre a toujours eu à composer avec un environnement compétitif à l’intérieur duquel la contrainte de temps (« l’horaire » ou la « grille ») n’existe pas, et chaque nouveau livre publié entre immédiatement en compétition non seulement avec les autres nouveautés de la saison, mais aussi avec tous les livres existants. Les défis de la télévision de demain, révélés par les nouvelles pratiques de consommation permises par les portails Internet, sont donc liés à ce qu’Yves Citton appelle « l’économie de l’attention » ; libérés de la case horaire qui leur offrait une visibilité forcée et organisait les pratiques de visionnage selon un « programme » imposé, les produits de la télévision (surtout les séries de fiction, bien sûr, qui n’ont pas la dimension « événementielle » du sport, de l’information ou de la téléréalité) se trouvent soumis à une compétition pour la visibilité qui appelle une nouvelle manière de les envisager.

Haut de page

Bibliographie

CITTON, Yves (2014), Pour une écologie de l’attention, Paris, Éditions du Seuil, Coll. « Le temps des idées ».

LOTZ, Amanda D. (2014), Television Will Be Revolutionized, 2e édition, New York, New York University Press.

Haut de page

Notes

1 À qui on doit Television Will Be Revolutionized, possiblement l’ouvrage en études télévisuelles le plus important de la dernière décennie.

2 « Pendant des décennies, les auditoires ont été forcés d’organiser leur visionnage selon un calendrier prescrit par le réseau. Presque toutes les conventions de la télévision — le « flux » des programmes, leur durée, les rendez-vous quotidiens ou hebdomadaires — ont découlé des pratiques développées pour faire face aux exigences d’une grille horaire de type linéaire » (traduction de l’auteure).

3 « En matière de temps d’engagement requis consacré aux loisirs, une saison de télévision est comparable au temps nécessaire pour lire un roman » (traduction de l’auteure).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Barrette, « Amanda D. LOTZ (2017), Portals: A Treatise on Internet-Distributed Television », Communication [En ligne], vol. 35/2 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2018, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/communication/8980

Haut de page

Auteur

Pierre Barrette

Pierre Barrette est professeur à l’École des médias, de l’Université du Québec à Montréal. Courriel : barrette.pierre@uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals