Navigation – Plan du site
Lectures

Bernard MOTULSKY, Jean Bernard GUINDON et Flore TANGUAY-HEBERT (dir.) (2017), Communication des risques météorologiques et climatiques

Québec, Presses de l’Université du Québec
Aïssa Merah
Référence(s) :

Bernard MOTULSKY, Jean Bernard GUINDON et Flore TANGUAY-HEBERT (dir.) (2017), Communication des risques météorologiques et climatiques, Québec, Presses de l’Université du Québec

Texte intégral

1D’emblée et par souci de pédagogie, je vous propose la définition de la nouvelle pratique communicationnelle, dont il est question dans le présent ouvrage :

la communication des risques ne constitue pas une fin en soi. Elle fait partie intégrante de la démarche de gestion des risques et c’est sur elle que repose la capacité d’influencer la perception du risque et l’adoption des comportements sécuritaire, objectif ultime de la communication des risques (p. 90).

2Le marketing public pour les questions de risque de santé stabilisé comme une pratique professionnelle et une recherche scientifique s’est élargi pour appréhender par la communication publique les risques météorologiques et climatiques. En effet, interroger la place de la communication dans les dispositifs de gestion intégrée de ces risques s’impose devant l’aggravation des conséquences des catastrophes naturelles. Réfléchir sur les activités de communication en situation de crises extrêmes se justifie aussi par l’échec des logiques communicationnelles, plutôt médiatiques, jusque-là caractérisées par la médiatisation et la polémisation du risque. Ces éléments d’interrogation de l’action publique en matière de communication de risque météorologique et climatique constituent à la fois l’objet et l’enjeu de ladite communication à la quête de sa légitimation scientifique, professionnelle et institutionnelle.

3Les coordonnateurs de « ce livre qui se veut un outil de formation et de référence » (p. 1) ouvrent un nouveau chantier pour envisager de nouvelles approches et démarches réfléchies basées sur l’état actuel des connaissances accumulées sur le plan des résultats scientifiques et de la capitalisation des expériences de terrain. L’ouvrage collectif réunit 16 contributeurs mobilisés pour leur notoriété scientifique. Ils sont issus de diverses disciplines scientifiques et poursuivent différentes carrières professionnelles. D’ailleurs, il est difficile de les considérer comme un ensemble.

4La publication intervient pour donner de la visibilité aux travaux de recherche et de publication sur ce « domaine de savoir en plein développement » (id.). Certes, la valorisation de ces savoirs est légitime, mais les coordonnateurs insistent sur leur rentabilisation dans la gestion des risques. Selon eux,

paradoxalement, tous les gestionnaires de risques font de la communication de risques soit directement, soit à travers leurs collaborateurs notamment les communicateurs, sans être toujours conscients de l’apport précieux que peuvent fournir ces expériences pour construire ce nouveau savoir (id.).

5Il s’agit d’un appel insistant pour une recherche-action et un échange transdisciplinaire : comment les résultats des disciplines de climatologie et de météorologie coconstruisent la nouvelle communication des risques météorologiques et climatiques ?

6La courte introduction problématise le malaise vécu et démontré dans la gestion des crises liées aux risques météorologiques et climatiques. Les auteurs de l’introduction ne présentent pas les textes, mais ils insistent plutôt sur la pertinence de les réunir selon une progression thématique qui facilite la lecture instructive et qui explicite la logique des coordonnateurs imposée par l’ordre des 14 chapitres : « vulgariser, informer et répéter trois fois, oui » (p. 236). L’ouvrage se lit comme un manuel scolaire avec des éléments périphériques d’appui : des chapeaux introductifs, des illustrations, des figures, des encadrés et des questions d’application. L’examen de chaque chapitre permet de reconnaître les caractéristiques du document scientifique, surtout dans l’usage du lexique d’explication, de l’enchaînement logique et de l’articulation détaillée des textes.

7Cet exercice abouti constitue un atout pour comprendre le contenu relevant d’un savoir scientifique spécialisé et d’une pratique communicationnelle en confirmation. L’autre atout, et pas le moindre, se présente dans l’observation de la démarche de vulgarisation recommandée comme clé pour réussir la combinaison de deux registres et de deux logiques difficilement conciliables : le savoir spécialisé peu accessible et sa logique de recherche fondamentale avec la pratique communicationnelle pour le changement de comportement avec sa logique de déclinaison et de partage. Comme l’indique le titre de l’ouvrage, il s’agit de mobiliser les savoirs démontrés et accumulés en sciences de la météorologie et de la climatologie en les mettant à la portée des acteurs de la gestion des risques et des parties prenantes, dont celles qui sont responsables de la communication publique.

8Le document sert à plusieurs finalités pédagogiques et professionnelles en communication. Il présente une lecture attentive, mais surtout contextualisée des expériences de gestion de catastrophes ou de simulation par anticipation. Cet ouvrage ne manquera pas d’intéresser aussi les acteurs institutionnels et associatifs ainsi que les journalistes puisqu’il leur propose des outils d’intervention sur la qualité de la communication.

9Les préambules introductifs des textes rendent inutile le retour sur les contenus. Donc sans vouloir les présenter ou discuter leur articulation, il est quand même pertinent de souligner que trois sous-ensembles sont identifiés. Pour les coordonnateurs, qui ont une grande expérience en gestion et en recherche appliquée sur le sujet, la communication de risques ne peut être efficace qu’avec la vulgarisation des connaissances et leur intégration aux stratégies communicationnelles.

10Dans le premier sous-ensemble consacré aux vulgarisations et aux explications des savoirs, les textes portent sur des notions de risques météorologiques et climatiques. Les auteurs envisagent ces notions de base sous différentes dimensions, surtout en fonction des perceptions psychologiques, des effets sur la santé et des difficultés de gestion et d’intervention. Il faut aussi retenir l’idée de posture à acquérir pour aborder ces risques, surtout en matière d’ouverture sur le domaine et sur les autres partenaires en interaction. Cette ouverture objectivée et intelligente permet non seulement l’action, mais aussi le passage de la vision individuelle à la démarche collective et organisationnelle.

11Les chapitres du deuxième sous-ensemble abordent les éléments et les indicateurs de communication publique et des communicateurs publics. Les contributeurs reviennent sur les compétences et les pratiques professionnelles requises chez les communicateurs et les gestionnaires des risques. Dans ce registre, un texte met en valeur la professionnalisation du métier au point de sa certification en références et en normes. Les postures personnelles des communicateurs sont aussi mises en valeur : la responsabilité, la proximité, la vérité et la crédibilité. En ce qui a trait aux outils et techniques, les contributeurs présentent dans leur analyse des expériences et des témoignages portant sur l’usage des nouveaux médias dans la communication de risques grâce à leurs nombreuses fonctionnalités et applications, notamment les RSN et les dispositifs d’information d’urgence. Autrement dit, les contributeurs envisagent une reconfiguration maîtrisée et consciente du métier de communicateur.

12Dans le dernier sous-ensemble, il s’agit d’établir l’état des lieux des mises à l’épreuve des approches théoriques de la communication de changement de comportement. Les auteurs interrogent les fonctions de la communication et leurs effets attendus en matière de façonnement de comportements et de conduites d’anticipation et de gestion de risque. Les approches employées sont essentiellement issues des théories de la communication et de la psychologie sociale. Elles considérèrent « la communication comme instrument du changement ou moteur du changement » (p. 229). Il est à souligner la transversalité de ces approches et leur capacité d’envisager la communication comme un processus dynamique. Les auteurs introduisent plusieurs concepts relevant du marketing public et de ses modèles d’effet : participation, changement durable et instantané, proximité, lien social, rétroaction, connaissance distribuée, etc.

13Tout en respectant le choix des risques couverts par l’ouvrage, je pense que, par souci de pédagogie et de proximité, les coordonnateurs auraient pu aborder les risques professionnels, environnementaux et domestiques ainsi que les mini-crises liées aux intempéries et épidémies. La communication de prévention, de sensibilisation et de crise dans ces typologies de risques aurait servi d’exercice d’apprentissage en réflexes, en conduites et en stratégies. Cet avis est légitimé par les propos des contributeurs et qui reviennent eux-mêmes en revenant sur les expériences de catastrophes, les représentations de risques, les contextes de gestion des interventions des acteurs et l’approche systémique prônée surtout dans le dernier chapitre.

14La littérature mobilisée puisée dans plusieurs disciplines autres que la communication constitue sans aucun doute un atout pour mieux appréhender le domaine et une preuve d’une pluridisciplinarité aboutie. Mais il est gênant de travailler dans une discipline et de reléguer sa théorie, notamment celle développée en communication publique, marketing public et social, techniques de persuasion, efficacité des influences et façonnement des comportements. Les travaux de Françoise Bernard (2007) sont inévitables.

15D’ailleurs, l’approche de concertation et d’implication en communication publique aurait pu avoir une place dans cet ouvrage. En outre, les coordonnateurs ont soulevé dans leur introduction et dans leurs textes les difficultés de la coordination dans la gestion de la synergie des efforts ainsi que des stratégies et démarches. Par ailleurs, les fortes controverses liées aux risques extrêmes sont dues aux oppositions de logique d’action des acteurs : les conflits d’aménagement territorial, les coûts des assurances et le poids des éléments symboliques. Les coordonnateurs auraient aussi pu insister sur les imminences en communication publique, sur la communication politique ainsi que sur le traitement médiatique des risques. N’oublions pas que l’évaluation du risque, quelle que soit son ampleur, n’est pas le monopole des élites scientifiques et des cadres gestionnaires. Le risque météorologique et climatique est l’objet de représentations sociales et un sujet de prédilection des médias.

16Il est possible de critiquer, dans l’ouvrage, l’omission des éléments de méthodologie et d’approches théoriques adoptées lors de la réalisation des travaux de recherche rapportés. Certes, l’ouvrage, destiné essentiellement aux étudiants en communication et aux communicateurs publics, est didactique et formateur. Toutefois, la question des paramètres de l’évaluation et de la validation de ces éléments de la démarche scientifique se pose.

17Enfin, par la variété des disciplines mobilisées, des rapports aux risques météorologiques et climatiques ainsi que par la densité des expériences, l’ouvrage permet de prendre connaissance des savoir-faire actuels en communication des risques et en changement de comportement. Cette perspective se confirme par la professionnalisation de la démarche, qui veut envisager les risques par la vulgarisation, la rationalisation et l’intelligibilité des attitudes, des représentations et des comportements des parties prenantes et des citoyens ordinaires.

Haut de page

Bibliographie

BERNARD, Françoise (2007), « Communication engageante notamment sur l’environnement et écocitoyenneté : un exemple des “migrations conceptuelles” entre SIC et psychologie sociale », Communication et organisation, 31 : 26-41.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aïssa Merah, « Bernard MOTULSKY, Jean Bernard GUINDON et Flore TANGUAY-HEBERT (dir.) (2017), Communication des risques météorologiques et climatiques », Communication [En ligne], vol. 35/2 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2018, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/communication/9017

Haut de page

Auteur

Aïssa Merah

Aïssa Merah est maître de conférences HDR, Faculté des Sciences Humaines et Sociales, Université de Béjaia (Algérie). Courriel : merah_aissa@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals