Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 36/1LecturesOlivier ALEXANDRE, Sophie NOËL et...

Lectures

Olivier ALEXANDRE, Sophie NOËL et Aurélie PINTO (dir.) (2017), Culture et (in)dépendance. Les enjeux de l’indépendance dans les industries culturelles

Bruxelles, Peter Lang, Coll. « ICCA »
Julien Lefort-Favreau
Référence(s) :

Olivier ALEXANDRE, Sophie NOËL et Aurélie PINTO (dir.) (2017), Culture et (in)dépendance. Les enjeux de l’indépendance dans les industries culturelles, Bruxelles, Peter Lang, Coll. « ICCA »

Texte intégral

1Le présent ouvrage est issu d’un colloque international organisé à la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord les 26 et 27 novembre 2015 par le LABoratoire d’EXcellence ICCA (Industries culturelles et création artistique) et le Laboratoire des sciences de l’information et de la communication de Paris 13. Olivier Alexandre, Sophie Noël et Aurélie Pinto dirigent l’ouvrage collectif publié dans une nouvelle collection chez Peter Lang consacrée aux industries culturelles (traditionnelles et numériques). Le projet vise à produire une définition de la notion d’indépendance telle qu’elle est employée dans les industries culturelles. L’indépendance renvoie à la fois à des phénomènes politiques et culturels ou, plus précisément, aux enjeux idéologiques inhérents aux productions culturelles et à leur condition de circulation. Elle change de signification selon qu’elle désigne des œuvres artistiques spécifiques, des lieux de médiation ou encore des moyens de production. Autour de cette notion centrale se greffe un ensemble de mots qui sont problématisés au fil des chapitres, « chaque terme révélant en creux un antonyme et de multiples opposants : alternatif, indie, indé, underground, d’avant-garde, de niche, de création, auxquels font face les majors, le mainstream, la consommation de masse, la culture dominante et le star system » (p. 10). Les directeurs de l’ouvrage nous invitent en effet à penser ces mots sans les essentialiser, en examinant les enjeux économiques et symboliques qui les constituent en tensions. Plus encore, l’exploration de ces notions indique une évolution imputable à une mondialisation des capitaux, des idées et des valeurs.

2Culture et (in)dépendance présente 12 contributions de chercheurs, majoritairement en provenance de France, mais aussi de Belgique et des États-Unis. L’ouvrage est divisé en quatre sections qui correspondent à autant d’axes thématiques. Il s’agit d’abord de démontrer la manière dont l’indépendance se construit comme un récit. La seconde partie définit la notion comme un ensemble de pratiques professionnelles ancrées dans des modes d’organisation du travail. Le troisième axe dévoile les enjeux institutionnels qui viennent infléchir le cours de ce récit. Enfin, l’indépendance remet en jeu des frontières géographiques et symboliques puisqu’elle ne se limite pas à des usages locaux circonstanciés.

3Les trois premières contributions de l’ouvrage circonscrivent le caractère socialement construit et situé de la notion d’indépendance. Le texte de Michael Z. Newman propose la « généalogie d’une catégorie zombie » en faisant primer le clivage entre « indé » et mainstream ainsi qu’en démontrant que nombre de chercheurs réactivent une forme de mythologie de l’indépendance en l’opposant à une vaste et protéiforme idée de « masse ». Les hiérarchies sociales, soutient-il, peuvent être analysées à partir du spectre de l’affrontement entre un discours sur l’aliénation aux productions de masse et un contre-discours sur le caractère émancipateur des œuvres marginales. Ce clivage reproduit une dévalorisation systématique des produits culturels de consommation de masse (ce qui sous-tend une forme de misogynie, les consommateurs étant souvent, en fait, des consommatrices). Le mainstream, à son avis, se serait affaibli par ailleurs durant les 20 dernières années sous l’influence d’une fragmentation des publics. Néanmoins, l’idée selon laquelle les médias de masse seraient essentiellement trompeurs (parce qu’ils s’adressent à des publics constitués de femmes, de lecteurs intellectuellement et économiquement dominés) ne s’est pas encore véritablement dissipée. Elle sert encore à justifier l’existence d’une « culture de l’indépendance ». Les deux chapitres suivants, signés Ryan Hibbett et Jean-Matthieu Méon, explorent des pistes de réflexion connexes. Le premier fait un usage extensif de la notion de distinction, telle que la définit Pierre Bourdieu, pour qualifier les tensions entre les valeurs d’authenticité et de commerce dans l’univers de la musique rock indépendante (indie rock). Un ensemble de sous-catégories vient infléchir la catégorie générale (punk, grunge, post-rock, etc.), chacune occupant un rôle opératoire dans le champ, désignant à la fois des esthétiques et des appartenances de classes. Le caractère cyclique de la récupération commerciale de ces divers sous-genres rend visibles les enjeux de lutte constitutifs à ce champ et viennent relativiser la pureté morale des résistances à la domination culturelle. La contribution de Méon s’intéresse pour sa part à la bande dessinée alternative américaine, plus précisément au cas de la société d’édition PictureBox. Les deux histoires, celle de la musique indie rock et celle de la BD, se lisent en parallèle, parce que s’y jouent de semblables rapports complexes entre les aspirations à la légitimité de formes dévalorisées (dans le second cas, les comics) et la volonté des artistes d’élargir leur public. Cette opération s’incarne, pour PictureBox certes, dans des stratégies marketing pour rejoindre un vaste lectorat, mais aussi par la mise en récit de leur propre histoire dans des expositions et des anthologies. En des termes simples, ces deux cas de figure mettent en relief les rapports complexes entre des « styles artistiques », des modes de consommation culturelle et des valeurs sociales.

4Les trois contributions suivantes s’intéressent aux conditions de production des œuvres indépendantes : Benjamin Caraco s’attarde à la maison d’édition de bande dessinée française L’Association, Philippe Mary au parcours du réalisateur français Éric Rohmer, Juliette Goursat à un corpus de cinéastes autobiographes travaillant avec des ressources limitées. Cette « fabrique de l’indépendance » permet de créer des liens forts entre les tensions idéologiques élaborées dans la première partie de l’ouvrage, des manières de dire l’indépendance et des manières de la faire. Les moyens de production sont au cœur de la compréhension de l’idée d’indépendance, si l’on accepte, comme l’invite l’ouvrage, de s’éloigner d’une définition normative et vertueuse du terme. Ces trois textes mettent par ailleurs en relation les conditions de production et des critères esthétiques d’identification des œuvres hétérodoxes. Le refus des traditionnelles « 48 pages cartonnées couleurs » des bandes dessinées L’Association ou l’ascétisme de Rohmer deviennent les symboles « visibles » à la fois d’une dénégation de l’économique typique du pôle restreint et d’une marginalisation de l’industrie culturelle.

5Dans la partie « L’indépendance à l’épreuve des institutions », trois lieux de médiation sont objet d’étude. Samuel Bouron s’intéresse à l’Institut universitaire de technologie (IUT) de Bordeaux, Sylvie Ducas aux résidences d’écrivains et Boris Attencourt à l’Université de tous les savoirs (UTLS). On explore dans cette section l’idée que l’indépendance peut être, dans certains cas, complètement inféodée au financement public, ce qui en relativise fortement la valeur. Dans le premier cas, la modernisation de l’enseignement du journalisme sert de prétexte à la diffusion, sous la gouverne de Robert Escarpit, d’un esprit contre-culturel qui refuse la spécialisation et la « neutralité journalistique ». L’indépendance est en quelque sorte sauve, parce que l’institution d’enseignement devient un lieu de formation du contre-pouvoir. Le texte de Ducas déplace la perspective et explore l’idée que les résidences constituent pour les écrivains une impasse. Ceux-ci veulent acquérir un revenu, alors qu’ils sont pour la plupart économiquement dominés. Toutefois, cette volonté de trouver une forme d’indépendance financière se solde par une perte d’indépendance intellectuelle, parce qu’on les enjoint de faire office de médiateurs culturels, position qu’ils considèrent comme un asservissement. Attencourt, finalement, affirme que sous le « label » indépendant, la création de l’UTLS est une opération fortement liée aux pouvoirs politiques et à des entreprises privées (Éditions Odile Jacob, Le Monde). Cette dernière contribution met en lumière la grande plasticité de la notion d’indépendance et nous apprend qu’elle peut servir de simple camouflage cosmétique à des luttes rivales universitaires et politiques.

6La quatrième partie de l’ouvrage, « Une indépendance sans frontières ? », a pour objectif de rendre raison de la circulation internationale de l’idée d’indépendance et de sa reformulation à nouveaux frais en une ère de mondialisation. Le texte de Sébastien Lehembre traite de l’Alliance internationale des éditeurs indépendants. Il recense les luttes internes qui ont mené à la création de la catégorie « éditeur indépendant de création » par l’Alliance, chaque terme ayant une signification différente dans les nombreux pays engagés dans la négociation. Ainsi l’Alliance se trouve-t-elle en plein cœur d’une forme de conflit de loyauté entre l’affirmation d’une identité nationale et la volonté d’élaborer des réseaux internationaux de résistance. Anna Zaytseva offre pour sa part un pendant russe à la contribution de Ryan Hibbett en montrant les rouages de l’économie (symbolique ou réelle) de la scène underground de Saint-Pétersbourg. La contribution de Tanguy Habrand, qui agit comme conclusion du livre en l’absence d’une synthèse formelle des directeurs, expose la manière dont, dans le champ éditorial, la « proclamation d’indépendance » est désormais incontournable, au point de désigner des réalités objectivement opposées. Ce qu’Habrand met en relief, c’est que l’indépendance est devenue une modalité de discours qui permet de véhiculer des valeurs commerciales diverses. En des termes bourdieusiens, on pourrait dire que l’indépendance est pour certains grands éditeurs francophones une manière d’acheter un capital symbolique et intellectuel sans pour autant devoir dénier complètement les capitaux financiers.

7Culture et (in)dépendance fait œuvre utile en définissant la notion d’indépendance à partir de multiples points de vue plutôt qu’en proposant une prescription trop stricte. En effet, la diversité des perspectives nationales, disciplinaires, et l’alternance entre des analyses d’institutions de savoir, de lieux de diffusion, de pratiques artistiques spécifiques permettent de saisir la question de manière synchronique et diachronique. La variation de sens des vocables définis par les différents auteurs rend sensibles les évolutions technologiques et les partages fluctuants entre les discours et les pratiques hégémoniques et contre-hégémoniques. Il nous apparaît que cet ouvrage vient combler une lacune importante dans l’exploration d’une notion dont la précision sémantique est inversement proportionnelle à la fréquence de son usage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Lefort-Favreau, « Olivier ALEXANDRE, Sophie NOËL et Aurélie PINTO (dir.) (2017), Culture et (in)dépendance. Les enjeux de l’indépendance dans les industries culturelles »Communication [En ligne], vol. 36/1 | 2019, mis en ligne le 16 avril 2019, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/communication/9086 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.9086

Haut de page

Auteur

Julien Lefort-Favreau

Julien Lefort-Favreau est assistant professor au Département d’études françaises de Queen’s University (Kingston, Ontario). Courriel : jlf10@queensu.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search