Navigation – Plan du site
Lectures

Sémir BADIR et François PROVENZANO (dir.) (2017), Pratiques émergentes et pensée du médium

Paris, L’Harmattan, Coll. « Academia »
Vindicien V. Kajabika
Référence(s) :

Sémir BADIR et François PROVENZANO (dir.) (2017), Pratiques émergentes et pensée du médium, Paris, L’Harmattan, Coll. « Academia »

Texte intégral

1Depuis des temps immémoriaux, la question de l’intermédiation a toujours nourri le vécu collectif aussi bien dans la quête des explications aux phénomènes incompréhensibles que dans la recherche d’une protection contre des agressions de toutes sortes auxquelles l’homme ordinaire est continuellement soumis (p. 89-101 ; d’Aiglun, 1977/1899). C’est d’ailleurs au médium, personne supposée sensible à des influences ou à des phénomènes non perceptibles par les cinq sens, que l’on prête la capacité de percevoir les manifestations de l’au-delà ou des esprits (Brandon, 1983). Il lui est attribué, par ailleurs, la perception intuitive des informations lors d’un changement d’état de conscience. C’est pour cette raison, entre autres, qu’il jouit notamment de la confiance de certaines personnes prêtes à débourser une fortune pour accéder aux connaissances ésotériques.

2Dans le prolongement ou la continuation de cette conception datant de la nuit des temps, les médias incarnent l’interface entre la réalité sociale et la profonde projection de cette réalité. C’est notamment dans l’extrapolation de cette situation que, sous la direction de Sémir Badir et François Provenzano, l’ouvrage Pratiques émergentes et pensée du médium tente de mettre en lumière ce qu’il y a de commun entre certaines pratiques telles que les MOOC, le street art, les vidéos dérivées de Game of Thrones ou encore les forums médicaux en ligne.

3Toutes ces pratiques culturelles, ainsi que leurs effets esthétiques et leur portée politique, dépendent bien fortement des techniques qui en soutiennent l’émergence dans l’espace public. Tout en interrogeant ces pratiques émergentes pour la pensée médiatique qu’elles délivrent, ce volume publié aux éditions L’Harmattan, dans la collection « Academia », voudrait éviter le piège réductionniste permettant d’assimiler les techniques à de simples supports formels. Il se fixe pour mission notamment de comprendre comment ces techniques réfléchissent sur les usages.

4À l’encontre d’une histoire savante des savoirs et des arts ainsi que d’une tendance actuelle à essentialiser la « nouveauté » des formes liées au « tournant numérique », cet ouvrage propose une perspective rafraîchissante sur une série d’objets qui cartographient notre imaginaire culturel contemporain. Il le fait sans raideur théorique ni affiliation d’école, mais en revendiquant la pertinence de la sémiotique face à ces questions trop souvent captées, d’un côté, par les sciences sociales et, de l’autre, par les sciences de l’information et de la communication. C’est d’ailleurs par rapport à ces sciences que la sémiotique continue d’offrir des outils de description puissants qui couvrent désormais le spectre allant des textes aux pratiques, précisent Badir et Provenzano (p. 7). Elle permet surtout de situer le geste du chercheur dans le même continuum de réflexivité médiatique que les usages profanes qu’il prend pour objet, ajoutent-ils.

5Les principaux points explorés, tout au long des 290 pages, montrent suffisamment combien examiner les pratiques émergentes sous le prisme exclusivement technique serait purement et simplement une erreur. Dans le premier point, la corrélation sémiotique entre les idées et les techniques a été établie pour permettre de comprendre pourquoi pendant longtemps, voire trop longtemps, on a pu imaginer, en histoire de l’art et des sciences, une succession d’écoles, de mouvements, d’idées audacieuses, qui se répondent, se font querelle, approfondissent une voie ou créent l’événement, sans que les outils techniques qui entrent dans la production artistique et scientifique soient jamais évoqués pour leur contribution à l’acte créateur ou à la découverte.

6Cela est d’autant plus frappant en ce qui concerne l’histoire de la littérature comme celle de la philosophie, logique et mathématiques comprises, un peu moins il est vrai pour celle des arts plastiques, pour les sciences du vivant. Toutefois, quand bien même les inventions techniques ne sont pas passées complètement sous silence, elles sont données comme des faits, des événements indiscutables sectionnant la ligne historique de l’art et du savoir, sans que la création théorique ou esthétique ait la possibilité de faire retour sur la technique. De fait, si l’apparition de l’objet technique est présentée comme un fait historique et non comme un construit socioculturel, alors il n’y a rien ou presque rien à penser de la technique.

7Certes, les pensées de la technique existent. Mais elles sont d’ordinaire marginalisées et très largement sous-employées, qu’elles émanent de philosophes, tel François Dagognet, de spécialistes de la communication, comme Yves Jeanneret, ou de spécialistes de techniques particulières, comme Jack Goody (pour l’écriture, en l’occurrence), pour le motif qu’elles ne s’imposent pas comme indispensables. Aussi est-ce l’organisation générale des savoirs et des arts qui constitue à la fois le moyen et l’enjeu d’une prise en compte véritable des techniques. Telle est, en tout cas, la perspective à laquelle les auteurs du présent ouvrage collectif ont essayé d’apporter un éclairage, au travers de leurs contributions.

8Dans le deuxième point consacré aux pratiques émergentes, Christophe Genin énonce les critères définitionnels selon lesquels il est possible de parler d’émergence dans le domaine culturel. Il convient qu’une vitesse de surgissement ou d’avènement soit introduite dans le cours du temps. D’après lui, cette vitesse est provoquée depuis le sous-sol, niveau de formation sous-jacent à un état de culture donné et produit en toute apparence selon des forces immanentes au domaine considéré. Le changement opéré est reconnu par la communauté concernée. Ainsi, pour illustration, le street art a-t-il émergé lorsqu’au lieu d’actions sporadiques des convergences, d’abord locales, puis globalisées, accélèrent la visibilité de graffitis urbains pratiqués avec intentions esthétiques. Mais cette visibilité en elle-même ne suffit pas. Il faut encore qu’elle s’adresse à ceux qui, pour reprendre les catégories praxéologiques de Genin, ont le pouvoir d’« adouber » le street art et d’« intercéder » en sa faveur.

9L’émergence, estiment Badir et Provenzano (p. 17), forme un bon angle pour rendre compte des pratiques culturelles en relation avec leur dimension technique. Elle se substitue à l’acte solipsiste du créateur ou du découvreur aussi bien qu’à l’apparition, généralement décrite comme purement intellectuelle, d’un mouvement artistique ou scientifique. Le plus souvent, persistent-ils, c’est parce qu’elles relèvent d’un même dispositif technique que les productions culturelles sont d’abord assemblées, même si des subdivisions thématiques, chargées de valeurs symboliques (distinction, spécification, style…), peuvent venir occulter une convergence technique. L’émergence avive la nécessité de ce dispositif en impliquant non seulement les producteurs, mais aussi les usagers, interprètes ou consommateurs, dès lors que tous sont habilités, en puissance, à être des « techniciens ».

10Enfin, pour joindre la question du médium à celle des pratiques émergentes, l’ouvrage tente de montrer que la technique peut encore se laisser maîtriser ou, au pire, se donne pour maîtrisable. Cela voudrait dire qu’on attend d’un sujet qui n’a pas même besoin d’en fournir la preuve qu’il arraisonne la technique par le geste ou la pensée. Cela n’est guère possible avec un médium qu’on emploie, développe ou manipule, mais dont la maîtrise supposerait qu’il se taise, au moins momentanément.

11Or, un médium ne cesse de répondre. Le lien entre technique et médium est de soutien : la technique soutient le médium ; elle lui sert de support, soit matériel, comme c’est le cas avec le livre, soit machinique, c’est-à-dire matériel compliqué d’un fonctionnement, par exemple avec le hardware (p. 15). Ce support technique n’est toutefois pas détachable du médium, au contraire de nombreux supports d’œuvres d’art (socle, cadre, chevalet) et des supports d’artefacts de métiers (enclume, four, table à dessin, chaîne de montage).

12Contrairement aux techniques des arts et métiers vis-à-vis des œuvres et des artefacts, les techniques médiatiques implémentent les médias. Leur soutien, pourrait-on dire, est « nutritif », en ce sens que les médias doivent les absorber pour être employés. Prenez le livre : c’est un vieux médium auquel les techniques — impression typographique, rotogravure, offset, impression numérique — sont parvenues jusqu’ici à offrir de remarquables cures de jouvence. Quoique le livre ne soit pas séparable de ses techniques, lui-même apporte autre chose : une certaine organisation matérielle à la disposition des pratiques et des images.

13Il en est de même de l’ordinateur, médium numérique de masse : les techniques en redéfinissent constamment la puissance et la taille, mais non le dispositif praxéologique : la double connexion d’une commande (tactile ou vocale) et d’une interface (tableau ou écran) à une computation. Toutes ces dispositions médiatiques sont ainsi conçues que l’usager ne se trouve jamais tout à fait seul. À travers le médium, par lui et avec lui, une interaction a lieu entre des sujets, sujets qui se constituent et se différencient uniquement dans leurs pratiques. La réponse médiatique n’est donc pas mécanique ni même simplement ajustée. La réponse, que le médium offre à l’usager, est à la fois active et déléguée.

14Le flacon d’un parfum peut être, d’après Badir et Provenzano (p. 16), considéré comme un médium : c’est un dispositif-objet participant à la pratique culturelle de la parure corporelle à travers la manière dont celle-ci est saisie, représentée, déléguée, manipulée par cette autre pratique culturelle qu’est la publicité. Un tel dispositif n’est pas exclusivement technique : ses couleurs, sa forme, sa texture, ses inscriptions délèguent, par ailleurs, une conception esthétique — celle d’un « design produit » — et peuvent même répondre à la manipulation de l’usager par le biais d’un maintien idéal.

15Julia Bonaccorsi montre, en l’occurrence, que les sites d’open data choisissent, en fonction du type de présentation privilégié dans les pages d’accueil, de publier les données selon l’une ou l’autre pratique culturelle déjà bien assise — que ce soient le photojournalisme, la télévision ou la culture Web. Dans ces différents médias, instrumental et matériel pour le flacon, machinique et électronique pour le site Web, il y a une instance pensante qui se manifeste indirectement. Or, il s’agirait plutôt, d’après Bonaccorsi (p. 131-149), d’une pensée indirecte se trouvant en état d’énonciation dès lors que des réponses variées, enregistrées dans le médium, sont actualisées par le geste, la voix ou seulement le regard de l’utilisateur (Becker et Pessin, 2006).

16Il pourrait notamment s’agir d’énonciation éditoriale, à la manière d’Emmanuel Souchier (1999, p. 47-68), pour désigner cette pensée se manifestant par le médium, ou à travers lui, car elle fonde une responsabilité distincte des œuvres du créateur — le parfumeur — ou du savant — l’ingénieur statisticien. Et à Christian Metz de lui consacrer la formule d’énonciation impersonnelle, pour souligner le fait que toute subjectivité paraît pouvoir s’anonymiser derrière le dispositif médiatique.

17Toutes proportions gardées, il y a donc lieu d’affirmer que la pensée qui transite par le médium est en tout cas désindividualisée, collectivisée, socialisée, institutionnalisée. Le médium parachève cette sorte de transmutation de l’intentionnalité en inscrivant celle-ci dans une matérialité, en lui conférant la forme d’une organisation jusqu’à la faire disparaître. C’est ce qui conviendrait de retenir de cet ouvrage.

18Toutefois, il me faudrait relever le fait qu’à force de détails analytiques fortement dispersés, on a une forte impression, en lisant cet ouvrage, que les auteurs ont eu de la difficulté à en saisir les concepts de base et à en maîtriser l’opérabilité en vue de dégager, de façon simple, une synthèse concise de ce volume collectif.

Haut de page

Bibliographie

BECKER, Howard S. et Alain PESSIN (2006), « Dialogue sur les notions de Monde et de Champ », Sociologie de l’art, 8(1) : 163-180.

BRANDON, Ruth (1983), The Spiritualists: The Passion For the Occult in the Nineteenth and Twentieth Centuries, New York, Alfred E. Knopf.

D’AIGLUN, Albert de Rochas (1977/1899), L’extériorisation de la sensibilité : étude expérimentale et historique, Paris, Éditions Pygmalion.

SOUCHIER, Emmanuel (1999), « De la Lettrure à l’écran : vers une lecture sans mémoire ? », Texte, 25-26 : 47-68.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vindicien V. Kajabika, « Sémir BADIR et François PROVENZANO (dir.) (2017), Pratiques émergentes et pensée du médium  », Communication [En ligne], vol. 36/1 | 2019, mis en ligne le 16 avril 2019, consulté le 06 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/communication/9119 ; DOI : 10.4000/communication.9119

Haut de page

Auteur

Vindicien V. Kajabika

Vindicien V. Kajabika est chercheur au Laboratoire Communication, Information, Médias (CIM) et membre du Centre d’étude des images et des sons médiatiques (CEISME), Université Sorbonne Nouvelle, Paris 3. Courriel : vuninga@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals