Navigation – Plan du site
Lectures

Carole BISENIUS-PENIN (dir.) (2018), Lieux, littérature et médiations dans l’espace francophone

Nancy, Presses universitaires de Nancy/Éditions universitaires de Lorraine, Coll. « Questions de communication, série actes 36 »
Pascale Gossin
Référence(s) :

Carole BISENIUS-PENIN (dir.) (2018), Lieux, littérature et médiations dans l’espace francophone, Nancy, Presses universitaires de Nancy/Éditions universitaires de Lorraine, Coll. « Questions de communication, série actes 36 »

Texte intégral

1Le territoire lorrain, riche d’atouts culturels, cherche à renforcer son attractivité notamment dans le domaine de la littérature. Faisant suite à une dynamique impulsée en 2015 avec le programme Resicreamediae (résidence d’auteurs, création littéraire et médiations culturelles), suivi d’une sollicitation de l’Université du Luxembourg visant à valoriser les données sur les résidences d’auteurs par le biais d’un site Web et d’un appel à collaboration avec une institution culturelle québécoise portant sur les médiations culturelles, un colloque s’est tenu fin 2017 à l’Université du Luxembourg. Il portait sur la problématique de la construction des liens entre territoire, espace, littérature et médiation. L’ouvrage, publié sous la direction de Carole Bisenius-Penin, en recense les actes. Il s’article autour de trois axes :

  • lieux, espaces et littérature ;

  • attractivité territoriale de la littérature ;

  • passage de la médiation à la médiatisation (institutions, écrivains, publics).

Lieux, espaces et littérature

2Françoise Alexandre, chercheuse au Centre de recherche sur les médiations de l’Université de Lorraine (CREM), propose une étude de l’ouvrage de François-Antoine Chevrier (1721-1762), écrivain lorrain, qui dresse un tableau satirique du milieu littéraire et politique du XVIIe siècle. Son analyse vise à montrer la signifiance de l’inscription de la fiction dans un territoire provincial décentré : Metz et non Paris.

3Marie Joqueviel-Bourjea, de l’Université de Montpellier, s’appuie sur les écrits de Philippe Claudel (Quartier, 2007) qui sillonnent le quartier Meurthe-et-Canal de Nancy et sur les photographies de Richard Bato. Elle montre de quelle manière cette démarche littéraire et photographique donne un mode d’accès à la réalité géographique par le biais de représentations.

4Lydie Moudelino, de l’Université de Caroline du Sud, s’intéresse à deux auteurs, Gaston Paul Effa, d’origine camerounaise, et Tierno Monénembo, d’origine guinéenne. Le regard que ces écrivains portent sur la Lorraine se construit à partir d’une approche différente. Ces deux auteurs franco-africains sont imprégnés de leurs racines. Gaston Paul Effa réside aujourd’hui en Lorraine et Tierno Monénembo a publié le roman Black terrorist (2012) dans lequel il narre l’histoire d’un soldat africain qui s’engage dans la résistance durant la Seconde Guerre mondiale. Pour l’un, la Lorraine est vécue comme un lieu de résidence ; pour l’autre, elle fait figure de source d’inspiration. La Lorraine est ainsi dépeinte par le biais d’un regard postcolonialiste.

5L’approche comparative est également retenue par Patrick Gormally, de l’Université d’Irlande. Les écrits de deux auteurs lorrains, Roger Munier, Robert Scholtus, et d’un auteur belge, Grégoire Polet, donnent l’occasion au chercheur d’analyser le regard porté sur la ville. Quelle que soit la ville, Metz ou Barcelone, ce regard exprime un rapport au monde.

6Clara Lévy, chercheuse au CNRS, poursuit sur la thématique de l’imaginaire de la ville en retenant des écrits de Patrick Modiano. Elle montre comment l’auteur conduit ses lecteurs dans les rues de Paris, où temps et espaces s’entremêlent.

7Nathalie Roelens et Christable Marrama, de l’Université du Luxembourg, proposent une typologie comparée « d’une littérature de bord de mer » et « d’une littérature de forteresse » (p. 125). Pour ce faire, elles retiennent des auteurs comme Dante, Julien Gracq, Fernando Pessoa... Elles vérifient, en s’appuyant sur des textes de ces auteurs, l’hypothèse selon laquelle les villes portuaires (Lisbonne, Marseille, Naples) se renferment dans leur forteresse, alors que les villes centripètes (Luxembourg, Paris) s’ouvrent à l’altérité.

Attractivité territoriale de la littérature

8La Lorraine renvoie une image « psycho-géographique » négative fortement imprégnée par la désindustrialisation. Thibaut Raboin, de l’University College de Londres, montre comment des auteurs tels que François Bon, Gilles Ortlieb et Denis Robert œuvrent pour réinventer et revisiter ce territoire.

9Toujours dans l’optique de mesurer la dynamique territoriale lorraine, Adeline Clerc-Florimond, de l’Université de Lorraine, s’intéresse aux prix littéraires régionaux. À partir d’une étude de terrain menée auprès de professionnels du livre (bibliothécaire, libraires), elle en mesure les répercussions.

De la médiation à la médiatisation

10Marie-Ève Sévigny, chercheuse et directrice de la Promenade des écrivains à Québec, montre comment un dispositif de lecture publique rompt la frontière entre la littérature et l’espace. Ces promenades lues redonnent vie aux mémoires oubliées, modifient le regard porté sur la ville, rompent la frontière des territoires et offrent une nouvelle identité à la ville.

11En gardant la même modalité de médiation, Guillement Matuzesky de l’École normale supérieure de Lyon analyse différemment les effets de cette démarche. Il explore également le lien qui se forge entre les lieux et les randonneurs. L’article contient des portraits de randonneurs en tant que corps en mouvement. Le lieu est appréhendé en croisant géographie de spatialités et anthropologie.

12Catherine Angevelle-Mocellin, de l’Université de Lorraine, s’intéresse à deux poètes lorrains de la Belle Époque : Georges Perrin et son épouse Cécile. Ceux-ci ont fait don de leur bibliothèque à la bibliothèque de Metz. Ce fonds atteste de la relation épistolaire qu’ils ont entretenue dans le Paris de la Belle Époque. Ces textes et documents complètent la vision que l’on peut se faire de l’histoire du mouvement symboliste parisien, de l’histoire de la poésie féminine et, au sens plus large, de l’histoire de la lecture.

13Toutes ces contributions apportent un éclairage sur la façon dont le territoire imprègne les auteurs. Elles montrent aussi en quoi un paysage reflète un passé culturel. Le résultat de ces études permet de s’interroger sur les effets de la reconfiguration territoriale française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Gossin, « Carole BISENIUS-PENIN (dir.) (2018), Lieux, littérature et médiations dans l’espace francophone », Communication [En ligne], vol. 36/1 | 2019, mis en ligne le 16 avril 2019, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/communication/9135

Haut de page

Auteur

Pascale Gossin

Pascale Gossin est rattachée au Laboratoire interuniversitaire des sciences de l’éducation et de la communication (LISEC), de l’Université de Strasbourg, l’Université de Haute-Alsace et l’Université de Lorraine. Courriel : pascale.gossin@unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals