Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 36/1LecturesNadège BROUSTAU et Chantal FRANCŒ...

Lectures

Nadège BROUSTAU et Chantal FRANCŒUR (dir.) (2017), Relations publiques et journalisme à l’ère numérique. Dynamiques de collaboration, de conflit et de consentement

Québec, Presses de l’Université du Québec
Gilles Labarthe
Référence(s) :

Nadège BROUSTAU et Chantal FRANCŒUR (dir.) (2017), Relations publiques et journalisme à l’ère numérique. Dynamiques de collaboration, de conflit et de consentement, Québec, Presses de l’Université du Québec

Texte intégral

1Évolution des technologies de l’information et des communications, restructuration des entreprises médiatiques, nouvelles plateformes, réseaux sociaux numériques, nouveaux contenus, nouvelles normes et exigences en matière de transparence et d’éthique... Depuis la popularisation des usages d’Internet au milieu des années 1990, tout le monde semble d’accord pour affirmer que de nombreux changements ont touché le secteur des médias en général et les pratiques du journalisme en particulier. Les mutations liées aux usages des technologies numériques représentent presque un objet d’étude obligé pour les chercheurs de nombreuses disciplines. Il est aussi un thème privilégié de conférences internationales et de colloques scientifiques. L’ouvrage publié sous la direction de Nadège Broustau et Chantal Francœur s’inscrit dans cette lignée, en rassemblant sept études très complémentaires présentées en mai 2014 lors du 82e Congrès de l’ACFAS (Association francophone pour le savoir), à l’Université Concordia (Montréal). Cependant, ces contributions sont originales sur plusieurs points.

2D’abord, elles répondent à la proposition qui était faite de se concentrer sur les dynamiques sociales des rapports entre journalistes et relationnistes « à l’ère numérique ». Il s’agissait aussi de privilégier l’analyse des perceptions des acteurs sociaux et des observations de réalités vécues « sur le terrain », en vue de « valider si les approches oppositionnelles, d’amour-haine ou axées sur l’interdépendance restaient pertinentes ou si d’autres perspectives pouvaient être envisagées » (p. 2).

3Comme rappelé en introduction, le cadre de réflexion s’articulait autour de quatre ensembles de questions : comment les transformations des professions modifient-elles les interactions en présence ? ; comment créent-elles de nouveaux rapports de force ? ; quels sont les effets des médias sociaux sur les acteurs de ces professions et les interactions ? ; qu’est-ce qui contribue à distinguer ces professions — ou, au contraire, tend à brouiller les repères identitaires ? Nous nous attarderons ici sur cette dernière question, pour éviter la dispersion. Avec plusieurs interrogations subsidiaires, les initiateurs de cette réflexion suggéraient en effet des ouvertures sur un questionnement très large, dans l’idée de rester attentifs aux contingences, à la mouvance et à la multiplicité des facteurs intervenant dans les relations triangulaires entre médias, pouvoirs et publics. 

Afin de rendre compte de réalités mouvantes, de perceptions croisées, nous avons pensé cet ouvrage à l’aune de dynamiques sociales, c’est-à-dire de la participation effective d’acteurs au sein de processus traversés de puissances et de forces qui amènent les acteurs sociaux à négocier, remodeler, créer les possibles à partir desquels « (ils) peuvent orienter leur avenir »,

4précisent encore Broustau et Francœur, en citant Georges Balandier (2004 : 9).

5Les particularités des différents contextes de travail et d’interactions sont présentées dans les chapitres suivants. Ceux-ci abordent cinq aires géographiques (Québec, Canada, France, Italie, Belgique), des activités et espaces de production médiatique variés, dans différents secteurs (culture, armée, politique).

6Dans un premier chapitre très fouillé et rappelant un volet spécifique d’un programme de recherche plus vaste, Francœur (Université du Québec à Montréal) analyse des témoignages recueillis auprès de 30 relationnistes. Elle tente de cerner les caractéristiques de leurs rapports de pouvoir, tantôt consensuels, tantôt conflictuels, avec les journalistes. Après avoir brièvement défini ce qui « marque la frontière » entre les deux professions, la chercheuse se focalise ensuite sur la « bataille perpétuelle » (Foucault, 2004 : 501) au cœur de leurs relations. Francœur dégage alors plusieurs stratégies de contrôle ou « techniques d’intervention ». Messages (pré)formatés, « réponses sibyllines » et stratégies d’évitement ; recadrage du sujet, imposition d’un nouvel angle, de délais ; mesures d’exception ou refus de répondre, limitation et contrôle de l’information... Ces stratégies montrent que les relationnistes interviennent dans le discours journalistique « comme des journalistes de et à l’interne », au service de leur employeur ou institution, c’est-à-dire que leur maîtrise des règles et des routines journalistiques est déployée en tant que « défenseurs et promoteurs des points de vue de leurs clients ou de leurs causes » (p. 12). Il s’agirait donc d’un « rôle hybride », visant à occuper le discours journalistique, dans le sens foucaldien de discours incluant les productions.

7Ce compte rendu de recherche très descriptif est illustré par plus d’une centaine d’extraits et citations. Il propose une compréhension plus fine de ces luttes de pouvoir. Selon l’auteure, celui exercé par les relationnistes serait toutefois limité, en raison des marges de manœuvre dont disposent les journalistes comme sujets agissants ainsi que du poids de leur discours dans l’espace médiatique et public.

8Le chapitre suivant enchaîne judicieusement sur une observation et des entretiens semi-dirigés, menés dans la salle de rédaction du quotidien québécois Le Soleil. Isabelle Bédard-Brûlé y privilégie une approche compréhensive, pour se focaliser sur le travail des journalistes de la presse écrite, et plus particulièrement sur leur manière d’effectuer une veille technologique au sujet des productions émanant des professionnels des relations publiques, et ce, en vue d’alimenter leur propre production journalistique et d’attirer l’attention du lectorat. On retrouve ici l’idée de dynamiques d’interdépendance entre les deux professions : journalistes et relationnistes sont souvent présentés comme « associés-rivaux ». Ils « collaborent », mais « leurs allégeances respectives peuvent les pousser à s’affronter » (p. 41). Bédard-Brûlé estime toutefois (et cela pourrait s’avérer un point de désaccord avec d’autres chercheurs) que « l’enjeu sera moins le contrôle du message journalistique que l’attention des publics » (p. 42). En bref, rivalité et affrontement seraient avant tout liés à une compétition face aux audiences. Cette compétition pousse les journalistes à distinguer leur production de celle des relationnistes, par la mise en œuvre de diverses routines de traitement (choisir un nouvel angle, approfondir, obtenir une réaction exclusive...). Selon les principaux constats de cette recherche, notons que les journalistes, par les médias et blogues numériques, s’adressent toujours plus à des « destinataires cibles » qu’aux traditionnels « destinataires citoyens ». En cela, ils « se rapprochent des professionnels des relations publiques », habitués à « positionner stratégiquement leur production » (p. 57), tout en affirmant leur différence.

9De son côté, Chiara Valentini s’intéresse, elle aussi, à la convergence des rôles respectifs des relationnistes et des journalistes ainsi qu’aux perceptions qu’ils développent les uns des autres, mais en offrant un point de vue italien. Toutefois, son étude est basée non pas sur des observations ou des récits de pratiques, mais plutôt sur l’analyse de représentations, d’après des entretiens en face à face et des enquêtes en ligne. Elle conclut à une meilleure « compréhension mutuelle » (p. 84) entre les deux groupes que par le passé, plus marqué par des antagonismes. Elle signale également l’atténuation des frontières entre les deux professions en Italie, avec plusieurs avantages pour les relationnistes, qui sont souvent d’anciens journalistes : ils ont une meilleure connaissance des impératifs et routines journalistiques, qu’ils présentent comme partie intégrante de leur métier, tandis que leurs « rivaux » tendent à méconnaître les fonctions des relations publiques ; par ailleurs, ils seraient une fois et demie plus nombreux et plus « professionnalisés » que l’autre catégorie.

10Le quatrième chapitre étudie le processus de construction et de légitimation du métier de journaliste, par des positionnements de différenciation avec d’autres professionnels de la communication, au sens large. Isabelle Pailliart, Chloë Salles et Laurie Schmitt partent d’entretiens menés cette fois avec des représentants des deux professions afin d’analyser les stratégies mises en place par les journalistes pour réagir face à des risques de perte d’autonomie vis-à-vis de leurs sources et des acteurs de la communication. Elles s’inspirent de « la dialectique du déclassement et du reclassement » (Bourdieu, 1978 : 21) pour caractériser ces stratégies, tandis que s’estompent les frontières entre « professionnels de l’information » et communicants. Leur proposition permet d’esquisser trois postures. Le « journaliste lecteur » se définirait par ses activités ou routines : lire, trier, sélectionner, vérifier, mais aussi (et de plus en plus) effectuer de la veille et de la curation de contenu sur Internet, extraire et analyser des données, par exemple. Le « journaliste spectateur » définirait le professionnel qui doit « être présent », assister, observer, exprimer, témoigner (par rapport à un événement, un fait divers, une conférence de presse…). Cette posture rappelle d’ailleurs celle du reporter, plus ancienne. Elle peut être avantageusement mise en scène dans un article (et sur les réseaux sociaux), en minimisant ou en évacuant d’autres acteurs et témoins. Enfin, le « journaliste stratège » doit développer une connaissance fine des institutions, des divers contextes et des interactions sociales. Cette capacité se base souvent sur des connivences. « Savoir s’adapter aux sources en fonction du contexte dans lequel il doit interagir implique une connaissance approfondie des mécanismes des groupes sociaux dans lesquels le journaliste se spécialise, qu’il s’agisse d’instances politiques ou de situations locales » (p. 113). C’est aussi ce qui lui permet d’obtenir de l’information, en recourant à une dimension tactique en cas d’imprévu (Certeau, 1990). Cette troisième posture leur sert également à réaffirmer une certaine prédominance par rapport aux communicants. Elle mérite d’être soulignée, tant elle est singulière et peu souvent abordée dans les descriptions des routines journalistiques : elle suppose aussi des activités plus ou moins confidentielles, situées en dehors des rédactions.

11La présentation de ces trois postures mène à une conclusion :

Le journalisme constitue une profession essentiellement en lien avec d’autres champs sociaux : le fait de caractériser les forces et les faiblesses de ces champs, d’analyser les postures de domination et d’autorité et les positionnements sociaux induit une connaissance fine des enjeux que la profession journalistique mobilise et qu’elle met au service de son propre intérêt. Ce sont ces compétences qui font partie d’une forme de capital, qui pourrait se nommer « capital journalistique » en écho à la formulation de « capital culturel » proposée par Pierre Bourdieu (1979) (p. 114).

12Enfin, trois autres études complètent ce recueil. Broustau s’intéresse aux « traces rhétoriques d’une reconfiguration dans le cycle de l’information entre journalistes et relationnistes du milieu culturel », au Québec (p. 120-155). Dans le milieu de l’information culturelle, elle constate un mode de relation très collaboratif, « se rapprochant de l’échange » et du « rebond ». Ces modes permettraient aux deux acteurs de « légitimer à la fois les objets culturels dont ils traitent et leurs propres rôles », dans des dynamiques d’intermédiation et d’intermédiatisation (p. 149). Aimé-Jules Bizimana nous offre, quant à lui, une incursion dans les relations entre professionnels de la communication militaire canadienne et journalistes « embarqués » (embedded) sur le terrain des opérations, par l’analyse des programmes d’intégration journalistique des armées et une quarantaine d’entrevues semi-structurées auprès de participants. Il détaille avec précision la flexibilité et la complexification croissante des dispositifs militaires d’information et de communication, par rapport à des périodes de censure plus brutales lors des décennies précédentes. Il catégorise plusieurs moyens de surveillance et de contrôle : par l’accréditation, la formation, le respect des règles, la canalisation et l’aiguillage aux sources et aux sites, le suivi des faits et gestes des journalistes ainsi que leur production, des sanctions et privations, comme les refus d’interviews ou d’autres exclusions… celles-ci débouchant généralement sur des relations conflictuelles.

13Lara Van Dievoet présente ensuite sa recherche de doctorat sur le « passage » des journalistes en politique, dans le contexte de la Belgique. Il ressort de l’analyse de ses entretiens que les journalistes devenus communicants dans ce secteur mettent en avant leur connaissance des contraintes et pratiques journalistiques. Ce « capital valorisable » (aussi auprès des employeurs) leur permet d’éviter certaines « fautes grammaticales » dans leurs relations d’interdépendance avec les praticiens des médias.

14La richesse et la variété des travaux rassemblés ici permettent à ce livre d’atteindre un de ses objectifs : actualiser la conception des relations entre professionnels de relations publiques et journalistes, puisqu’y sont multipliés les objets d’étude, les terrains, les perspectives et les approches théoriques. Il servira ainsi de référence. On peut cependant regretter le peu de recherches faisant appel à l’observation directe. De même, les facteurs liés aux contraintes économiques et aux usages des technologies numériques ne sont pas toujours clairement repérés ni signalés. Dans l’ouvrage, ces textes sont articulés comme une suite de contributions plutôt que comme des chapitres organisés. La difficulté à structurer cet ensemble tient sans doute aussi à un certain manque de clarté des typologies dégagées, de systématicité dans la présentation des résultats et des synthèses exploitables dans les sections « conclusion ». Celle proposée rapidement dans les dernières pages tente néanmoins quelques montées en généralité, par exemple sur les stratégies de (re)prise de contrôle sur l’information. Elle laisse néanmoins comme en suspens la question des identités professionnelles, dont les contours et les frontières restent flous.

15On lira avec d’autant plus d’intérêt la préface de Jean Charron, qui revient précisément sur une série de défis liés à ce type de recherches. Il mentionne notamment « la complexité et la contingence des phénomènes à l’étude », du fait des nombreux jeux d’interactions et des « discours polyphoniques » en présence ; de l’importance de l’influence de la numérisation sur les productions et les rapports journalistiques aux sources (situations de convergence, mais aussi de redistribution de ressources, de précarisation et d’hyperconcurrence) ; et, enfin, de la difficulté à « distinguer dans la mouvance actuelle les changements de surface, les innovations circonstancielles, des changements plus durables et qui ne sont pas toujours les plus perceptibles ». Face au « piège du chronocentrisme », il suggère de recourir à une perspective sociohistorique ou diachronique. Celle-ci permettrait de mieux situer les logiques de l’usage et diverses appropriations des acteurs visés, par la prise en considération des structures sociales dans lesquelles elles s’intègrent, ainsi que de leur évolution.

Haut de page

Bibliographie

BALANDIER, Georges (2004), Sens et puissance : les dynamiques sociales, Paris, Presses universitaires de France.

BOURDIEU, Pierre (1978), « Classement, déclassement, reclassement », Actes de la recherche en sciences sociales, 24 : 2-22

BOURDIEU, Pierre (1979), La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit.

CERTEAU, Michel de (1990), L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard.

FOUCAULT, Michel (2004), Philosophie : anthologie, Paris, Gallimard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Labarthe, « Nadège BROUSTAU et Chantal FRANCŒUR (dir.) (2017), Relations publiques et journalisme à l’ère numérique. Dynamiques de collaboration, de conflit et de consentement »Communication [En ligne], vol. 36/1 | 2019, mis en ligne le 16 avril 2019, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/communication/9146 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.9146

Haut de page

Auteur

Gilles Labarthe

Gilles Labarthe est candidat au doctorat, ex-assistant à l’Académie du journalisme et des médias (AJM), Université de Neuchâtel. Courriel : gilleslabarthe@datas.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search