Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 36/1LecturesFrançois JOST (2018), La méchance...

Lectures

François JOST (2018), La méchanceté en actes à l’ère du numérique

Paris, CNRS Éditions
Pierre Gosselin
Référence(s) :

François JOST (2018), La méchanceté en actes à l’ère du numérique, Paris, CNRS Éditions

Texte intégral

1François Jost présente ainsi son livre :

Un mot de la méthode. Le but de cet ouvrage est d’observer et d’analyser la méchanceté en actes, au double sens que l’on peut donner à ce terme. En acte par opposition à en puissance : c’est-à-dire qu’il ne s’agit pas de raisonner sur des intentions, mais sur des faits constitutifs de la méchanceté. Mais aussi en actes avec un s puisque la méchanceté dont je parle est observable […] Enfin, le terme d’« acte » m’a paru préférable à celui de « chapitre » […] j’ai eu envie d’essayer de reconstituer le parcours qui a libéré la méchanceté dans les médias (p. 12-14).

2Frappons donc, littérairement, les trois coups sur la scène médiatique et ouvrons notre lecture d’actes en actes :

3Acte 1 : Une méchanceté qui s’affiche (ou pas)

4Au travers de la lecture de la collection du journal satirique Hara-Kiri (1960-1985) — qui se revendique « bête et méchant » —, l’auteur constate que la « frontière qui sépare l’humour noir de la méchanceté est mince » (p. 46). Le journal stigmatise les tabous de la société de l’époque, le sexe, la religion, etc., tant dans ses textes que dans ses dessins, au point de s’attirer les foudres du régime.

5Acte 2 : L’autre comme spectacle

6Ici, Jost poursuit son analyse en interpellant plusieurs thèses développées par Guy Debord dans son livre La société du spectacle. Il souligne le « pouvoir d’anticipation » (p. 49) de ce texte publié en 1967 et d’une furieuse actualité à l’heure des premières émissions de télévision du type Psy Show (1981) où un couple venait exposer à un animateur et à un psychanalyste ses problèmes sexuels ; puis ce furent les reality shows dont on connaît depuis quantité de déclinaisons. Ce type d’émission prend le pas sur le documentaire en introduisant « une mise en scène du réel » (p. 62) où tous les coups sont permis. On vient se dire ses quatre vérités sur un plateau de télévision devant quelques millions de spectateurs, ou l’on fait des commentaires sur untel ou unetelle qu’on doit éliminer du jeu en demandant parfois l’intervention du public au téléphone.

7Acte 3 : L’enfer, c’est les autres

8En prenant pour exemple plusieurs émissions de télévision, l’auteur souligne ici l’évaluation permanente à laquelle sont soumis soit les personnages d’une fiction, comme Black Mirror, soit les personnes qui participent à des programmes du type Un dîner presque parfait, où elles sont même invitées à donner leur avis « sans filtre » (p. 89), dans le secret de la salle de bain, sur l’ensemble de la soirée, y compris des détails sur le physique de l’hôte. Ainsi, « cette possibilité donnée au quidam de publiciser son jugement via le téléphone ou l’ordinateur va être une deuxième condition transcendantale de la diffusion de la méchanceté » (p. 80).

9Acte 4 : Déboulonner les statuts

10Autre espace où se développe la méchanceté : le Net, où « les commentateurs s’avancent généralement cachés derrière une identité d’emprunt ; Larvatus prodeo (je m’avance masqué)… telle est leur devise » (p. 100). Autre perturbateur : le troll. D’où le néologisme troller qui signifie persuader votre victime que « a) vous croyez vraiment à ce que vous dites, toute outrance mise à part, ou b) vous donnez à votre victime des instructions malveillantes, sous prétexte d’aide » (p. 102). Internet est aussi un lieu où l’on demande des excuses à l’auteur d’un texte qui fait polémique, ce qui n’est pas sans rappeler, souligne Jost, « l’autocritique qui fleurit […] en Chine » (p. 117).

11Acte 5 : Le bashing. Le ridicule comme arme de destruction massive

12Ici, l’auteur se propose de « préciser ce que recouvre cet acte tout en observant dans l’histoire comment et pourquoi il a surgi dans notre univers médiatique. […] À la différence du troll, qui s’avance masqué, le polémiste est incarné par un énonciateur qui s’affiche comme tel » (p. 121-122). Pour étayer son propos, Jost prend plusieurs exemples, dont les suivants : les traitements photographiques de l’image du président Hollande avec des commentaires différents, mais souvent à la limite de l’injure et les « papiers » de l’humoriste Guillon pratiquant le bashing a répétition sur quelques têtes de Turc. Bashing ou « stigmatisation ». À propos d’une séquence d’un jeu — Fort Boyard — où l’on montrait le candidat, tel un interné en psychiatrie, devant s’extraire d’une camisole de force, des associations de malades portèrent plainte pour « injure », « discrimination » ; ce à quoi Béatrice Borrel, présidente d’une de ces associations, préfère le terme de « stigmatisation » (p. 153).

13Acte 6 : Détruire disent-ils

14Parfois, l’humour de certains dépasse les limites acceptables. Par exemple, l’humoriste/polémiste Dieudonné M’Bala M’Bala, qui tient allégrement des propos antisémites et révisionnistes, sera condamné pour « injure publique envers une personne ou un groupe de personnes en raison de leur origine […] en l’espèce les personnes d’origine ou de confession juive » (p. 169-168) Quant à l’animateur Cyril Hanouna, qui s’était contenté de minauder à la façon de Michel Serrault dans La cage aux folles, il provoquera « 47 000 plaintes auprès du CSA [Conseil supérieur de l’audiovisuel] » (p. 173), ce qui entraînera le retrait de plusieurs annonceurs. Cela fait dire à l’auteur : « En somme, on pourrait rectifier la fameuse réponse de l’humoriste Pierre Desproges à la question “Peut-on rire de tout ?” : “cela dépend avec qui” par “tout dépend de la personne et de la personnalité de l’humoriste” » (p. 172).

15Je conclurai en revenant sur une phrase de l’acte 3 : « Jamais la célèbre formule de Sartre — “L’enfer, c’est les autres” — n’aura été plus vraie que dans ce monde médiatique » (p. 97).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gosselin, « François JOST (2018), La méchanceté en actes à l’ère du numérique »Communication [En ligne], vol. 36/1 | 2019, mis en ligne le 16 avril 2019, consulté le 14 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/9282 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.9282

Haut de page

Auteur

Pierre Gosselin

Pierre Gosselin est ancien directeur de la maîtrise Infocom de l’Université catholique de l’Ouest, Angers. Courriel : pierre.gosselin83@bbox.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search