Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 36/1LecturesMarie-Claude LAPOINTE, Gilles PRO...

Lectures

Marie-Claude LAPOINTE, Gilles PRONOVOST et Jacques LEMIEUX (dir.) (2017), Générations et pratiques culturelles

préface de Gérald GRANDMONT, Québec, Presses de l’Université du Québec, Coll. « Temps libre et culture »
Léopold Mfouakouet
Référence(s) :

Marie-Claude LAPOINTE, Gilles PRONOVOST et Jacques LEMIEUX (dir.) (2017), Générations et pratiques culturelles, préface de Gérald GRANDMONT, Québec, Presses de l’Université du Québec, Coll. « Temps libre et culture »

Texte intégral

1Alors que des philosophes proposent des « alli-âges » sur la base du fait que la guerre des générations n’aura pas lieu (Guérin et Tavoillot, 2017), certains chercheurs étudient cet autre fait des pratiques culturelles qui se dégage des relations intergénérationnelles. L’ouvrage collectif dirigé par Marie-Claude Lapointe, Gilles Pronovost et Jacques Lemieux s’y consacre.

2Dans la préface, Gérald Grandmont propose une datation des études générationnelles de pratiques culturelles des citoyens, en esquisse l’histoire et en donne quelque signification pour notre monde contemporain. Puis, l’introduction ancre ces études sur les recherches fondatrices d’un Jean-Jacques Simard. Celui-ci, dès 1983 et à partir de Richard A. Peterson, avait montré en quoi la culture ébréchée (recherche de la liberté et exercice de la raison) a eu raison des cultures pleines, traditionnelles, totalitaires. L’on perçoit les enjeux autour desquels tourneront les différentes contributions.

3L’ouvrage s’ouvre par une contribution de Pronovost. Il reconnaît une logique sociale et culturelle au cœur des rapports intergénérationnels, lesquels diffèrent selon les moments de la vie : enfant, adolescent, parent, grand-parent. À telle trajectoire temporelle correspondra telle fabrique d’intérêts culturels. Mais la socialisation des adolescents se jouera aussi bien à l’école qu’avec les médias. Si certains intérêts culturels dépendent fortement du niveau de scolarisation des parents, d’autres sont caractéristiques de la socialité juvénile. Une typologie des trajectoires culturelles se déploie alors en quatre composantes essentielles : les composantes narrative, contextuelle et stratégique (celle-ci faisant penser à Touraine, 1984) ainsi que celle constituée d’autres acteurs impliqués dans le parcours du jeune.

4L’usage du numérique donnera à ces trajectoires typiques un tour particulier, d’une part en fragilisant l’équilibre à trouver entre impératifs scolaires et attentes éducatives des parents, d’autre part en brouillant les frontières entre enfance et adolescence. Comment alors les parents s’inscrivent-ils dans cette dynamique intergénérationnelle ? S’ils sont jeunes parents, ils négocieront leurs attitudes entre tensions et compromis, lesquelles s’autorisent des motivations qui vont de l’évasion et du divertissement à la volonté de relaxation et de détente.

5Alors que Margaret Mead (1979) s’en tenait encore au passage d’une culture postfigurative (les enfants sont instruits par les parents) à une cultre cofigurative (apprentissage mutuel entre enfants et adultes) puis préfigurative (les adultes tirent aussi les leçons de leurs enfants), Claudine Attias-Donfut (1995) mettra l’accent sur la dynamique des dons et des échanges entre générations autonomes. Les grands-parents, eux, influenceront les petits-enfants en leur ménageant des sorties et seront à leur égard des transmetteurs des passions. Cela n’empêchera pas que les transmissions culturelles soient la chose la moins partagée.

6Suit une longue étude de Lapointe, abondamment illustrée, qui se penche sur l’évolution des pratiques culturelles de cohortes (générations) étendues sur 30 années, basée sur des enquêtes concernant les pratiques culturelles au Québec. La méthode comparative lui permet de vérifier que les comportements culturels varient selon les différents cycles de vie. Les résultats mettent en évidence l’évolution de l’omnivorisme, notion par laquelle Peterson indiquait le fait qu’une personne s’intéresse autant aux pratiques culturelles populaires qu’à celles savantes. Il montre en outre que les femmes sont davantage portées que les hommes vers les pratiques culturelles.

7La contribution de Laurie Hanquinet s’intéresse, quant à elle, à la population francophone de la Fédération Wallonie-Bruxelles. À partir du lien entre participation culturelle et caractéristiques sociodémographiques ainsi que des notions de profils culturels (Lahire, 2006/2004 : 213) et d’omnivores (Peterson et Kern, 1996 ; Peterson, 2005 ; Peterson et Rossman, 2008), Hanquinet interroge certaines formes émergentes du capital culturel. La notion d’omnivorité passe alors au crible de la critique d’une certaine sociologie culturelle qui en montre ainsi les limites. En effet, elle est davantage reflet qu’origine d’un plus grand nombre des référents culturels et des profils culturels. C’est ce que rend la notion d’emerging cultural capital par laquelle Annick Prieur et Mike Savage (2013) affirment la relationnalité irréductible du capital culturel. Hanquinet montre ainsi qu’en réalité il y a plusieurs cultures légitimes.

8Par ailleurs, avec la condition enfantine et juvénile s’impose ce que Sylvie Octobre appelle le « métier de consommateur culturel » (p. 91). Sa réflexion se situe à la confluence de plusieurs champs d’étude de plusieurs métiers correspondant aux régimes familial, scolaire, juvénile et médiatique. S’en dégagent trois approches temporelles ayant trait : aux rites de passage entre classes d’âges ; à la transformation individuelle ; à la mutation générationnelle. Si ces trois approches temporelles permettent de saisir quelque chose du métier de consommateur culturel, leur imbrication mutuelle et leur application aux plus jeunes âges de la vie, encore peu étudiés par la sociologie, font que ce nouveau métier reste encore marqué de quelque mystère à percer.

9C’est à étudier ces imbrications des pratiques culturelles des adolescents que s’attelle Joël Zaffran. Il en étudie quelques-unes qui organisent le processus de transmission et de recomposition de leur « archipel culturel ». Si la lecture, la visite des musées et le théâtre sont hérités de l’enfance et du milieu scolaire, les pratiques et l’écoute de la musique donnent lieu à une recomposition pendant l’adolescence. Si la lecture et la visite des musées ne sont pas de grandes passeuses de passion, l’écoute de la musique est constitutive de la vie des adolescents. Le développement diversifié des médias y contribue largement, sans que la diffusion d’internet détrône la radio. Dans cet archipel culturel, le théâtre jouit d’un intérêt paradoxal : attirant au départ, il est peu à peu délaissé par les adolescents, en raison du manque de temps et de son élitisme. Par conséquent, en matière de transmission et de recomposition des goûts culturels, les médiations des parents, des enseignants et des pairs l’emportent sur l’obligation.

10L’attention peut alors se focaliser sur la création et la réception de certains arts à l’ère numérique avec Jason Luckerhoff, Marie-Claude Lapointe, Sébastien Houle et Jacques Lemieux, qui s’interrogent sur la relation entre internet et visite des musées. Plusieurs facteurs entrent en jeu : niveau de scolarisation des personnes, temps pris quotidiennement pour naviguer sur internet, etc. Grâce à l’animation de plusieurs entretiens, les auteurs vérifient s’il y a une relation entre la fréquentation des musées et l’avancée en âge, si les jeunes se démarquent positivement, grâce à l’usage d’Internet, des autres groupes d’âge. Il en découle un ensemble d’avis variés sur la fonction et les finalités des musées, sur l’intérêt que ces derniers ont d’exploiter ou pas les nouvelles technologies. L’essentiel serait, ainsi que l’affirmait déjà Maurice Merleau-Ponty, d’« aller au Musée comme les peintres y vont : dans la joie sobre du travail » (Merleau-Ponty, 1960 : 62).

11Cette joie sobre du travail est loin d’aller de soi pour des digital & video natives. Michaël Bourgatte, en étudiant le cas des « natifs du numérique au prisme de la vidéo », le donne presque à voir. YouTube joue un grand rôle dans la structuration de l’identité générationnelle de ces natifs du numérique. Cette question préoccupait déjà l’école de la théorie critique des médias, notamment Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron (1964). Si ces auteurs suivent une ligne hypercritique semblable à celle des payne fund studies, certains intellectuels postmarxistes seront plus technophiles, tel Raymond Williams de qui naîtra le courant des cultural studies. Autour des années 2010, le mouvement digital labor se fait plus critique contre les profits que les entreprises tirent des activités des internautes.

12Quatre moments vidéographiques sont alors établis, auxquels correspondraient quatre générations consommatrices d’images animées : celle d’avant la Seconde Guerre mondiale, consommant le cinéma tourné en studio ; celle des baby-boomers, natifs de l’après-Seconde Guerre mondiale (plus de liberté et d’audace, avec la culture de l’écran) ; celle dite X, consommatrice de programmes télévisés, des films en club vidéo et des DVD ; celle enfin des digital natives (ou génération Y) portée par le réseau Internet et les possibilités qu’il offre. Avec ces digital & video natives se pose la question des finalités de l’utilisation de la vidéo, puis de l’éducation, alors que prévaut un nouveau paradigme communicationnel.

13Ces questions nous permettent de remarquer que l’ouvrage s’achève par cette contribution de Michaël Bourgatte, unique pédagogue parmi les auteurs de l’ouvrage. Qu’elles soient formulées par lui n’est pas fortuit. L’auteur de Petite Poucette est cité, qui notait ailleurs que petite Poucette serait plus portée à l’invention (Serres, 2014 : 357).

14Oui, le nouveau paradigme communicationnel est une exigence d’inventivité du point de vue des « dispositifs pédagogiques » et de la « formation de l’attention » (Meirieu, 2014 : 20-33). Placés à distance des extrêmes (technophilie/technophobie), nous sommes sommés de penser en pansant, en prenant soin, de l’intérieur de ces nouvelles pratiques culturelles (Stiegler, 2008, 2012).

15Pointent à l’horizon des problématiques plus pédagogiques, et même juridiques, écologiques et philosophiques, insuffisamment traitées par exemple dans la théorie rawlsienne de la justice (Dupuy, 2005 : 13). Les plus philosophiques d’entre elles concernent : 1) la prise en compte du temps long (Serres, 2012, 2016 ; Brague, 2016) ; 2) l’urgence d’une nouvelle philosophie de l’histoire qui soit capable de contester la philosophie volontariste dont se nourrit le complotisme, lequel n’a jamais été aussi bien portant qu’à cette ère numérique (Bazin et Tavoillot, 2012). Questions ouvertes, qui invitent à poursuivre la recherche à un autre niveau, avec d’autres outils conceptuels, ce dont les auteurs de cet ouvrage semblent conscients.

Haut de page

Bibliographie

ATTIAS-DONFUT, Claudine (1995), Les solidarités entre générations. Vieillesse, familles, État, Paris, Nathan.

BAZIN, Laurent et Pierre-Henri TAVOILLOT (2012), Tous paranos ? Pourquoi nous aimons tant les complots…, La Tour-d’Aigues, L’Aube.

BOURDIEU, Pierre et Jean-Claude PASSERON (1964), Les héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, Minuit.

BRAGUE, Rémi (2016), Où va l’histoire ? Dilemmes et espérances : entretiens avec Giulio Brotti, Paris, Salvator.

DUPUY, Jean-Pierre (2005), Petite métaphysique des tsunamis, Paris, Seuil.

GUÉRIN, Serge et Pierre-Henri TAVOILLOT (2017), La guerre des générations aura-t-elle lieu ?, Paris, Calmann-Lévy.

LAHIRE, Bernard (2006/2004), La culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La Découverte.

MEAD, Margaret (1979), Le fossé des générations, Paris, Denoël/Gonthier.

MEIRIEU, Philippe (2014), « À l’école, offrir du temps pour la pensée », Esprit, 401 : 20-33.

MERLEAU-PONTY, Maurice (1960), Signes, Paris, Gallimard. [En ligne]. http://www.uqac.ca/Classiques_des_sciences_sociales/. Page consultée le 24 octobre 2018.

PETERSON, Richard A. (2005), « Problems in comparative research: The example of omnivorouness », Pœtics, 33(5-6) : 257-282.

PETERSON, Richard A. et Roger M. KERN (1996), « Changing highbrow taste: From snob to omnivore », American Sociological Review, 61(5) : 900-907.

PETERSON, Richard A. et Gabriel ROSSMAN (2008), « Changing arts audience: Capitalizing on omnivorousness », dans Bill IVEY et Steven J. TEPPER (dir.), Engaging Art: The Next Great Transformation of American Cultural Life, New York, Routledge, p. 307-342.

PRIEUR, Annick et Mike SAVAGE (2013), « Emerging forms of cultural capital », European Societies, 15(2) : 246-267.

SERRES, Michel (2012), Temps de crises, Paris, Le Pommier.

SERRES, Michel (2014), Pantopie : de Hermès à Petite Poucette. Entretiens avec Martin Legros et Sven Ortoli, Paris, Le Pommier.

SERRES, Michel (2016), Darwin, Bonaparte et le samaritain. Une philosophie de l’histoire, Paris, Le Pommier.

STIEGLER, Bernard (2008), Prendre soin de la jeunesse et des générations, Paris, Flammarion.

STIEGLER, Bernard (dir.) (2012), Réseaux sociaux. Culture politique et ingénierie des réseaux sociaux, Limoges, FYP Éditions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léopold Mfouakouet, « Marie-Claude LAPOINTE, Gilles PRONOVOST et Jacques LEMIEUX (dir.) (2017), Générations et pratiques culturelles »Communication [En ligne], vol. 36/1 | 2019, mis en ligne le 16 avril 2019, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/9301 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.9301

Haut de page

Auteur

Léopold Mfouakouet

Léopold Mfouakouet est chercheur en philosophie, Rome. Courriel : mfouakouet@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search