Navigation – Plan du site
Lectures

Marie-Claude LAROUCHE, Jason LUCKERHOFF et Stéphane LABBÉ (dir.) (2017), Regards interdisciplinaires sur les publics de la culture

Québec, Presses de l’Université du Québec, Coll. « Publics et culture »
Gina Puică
Référence(s) :

Marie-Claude LAROUCHE, Jason LUCKERHOFF et Stéphane LABBÉ (dir.) (2017), Regards interdisciplinaires sur les publics de la culture, Québec, Presses de l’Université du Québec, Coll. « Publics et culture »

Texte intégral

1L’ouvrage découle d’un colloque organisé par l’Université du Québec à Trois-Rivières en 2016. Comme le rappelle le préfacier, Bernard Schiele, ce colloque avait réuni divers spécialistes pour débattre des « fondements théoriques et méthodologiques » de leurs disciplines respectives et des résultats de leurs travaux « dans l’espoir qu’ils puissent être utiles aux acteurs des milieux culturels et de l’éducation » (p. VII). Car les questions posées par le colloque et l’ouvrage qui en a résulté s’inscrivent de manière assez nette dans la problématique plus vaste et transdisciplinaire de la « démocratisation de l’accès à la culture » (id.). Dans la suite de son texte synthèse, Schiele invite à « la reconnaissance et à la valorisation de la diffusion de la culture », de plus en plus « enchâssée dans le quotidien » (id.), et au maintien des capacités de compréhension et d’intervention individuelles et collectives face à une société en mutation accélérée, dont les enjeux sont de plus en plus difficiles à saisir.

2Après avoir évoqué le triple problème « de l’élévation du niveau collectif de compétence culturelle », « du choix des moyens à mettre en œuvre pour assurer un accès à la culture » et « de la garantie de son partage » (p. VIII), Schiele retrace les étapes du processus de démocratisation de la culture, en distinguant deux grandes périodes : l’une qui va des années 1970 aux années 2000 et l’autre qui commence dans les années 2000 et qui se poursuit aujourd’hui. La première étape qui a vu se produire « l’inversion culturelle » (p. IX), quand la culture populaire a gagné ses titres de noblesse à côté de la « culture dite cultivée » (id.), a permis la coexistence de deux approches de démocratisation culturelle (la décentralisation et la participation), soutenues par deux discours (l’un venant en prolongement de l’« idéal des Lumières » et appelant l’individu au dépassement de soi, l’autre misant sur la réalisation de soi). Depuis les années 2000, ladite « inversion culturelle » a vu sa consécration se parachever (du moins dans le monde extrême-occidental), sur fond de « développement accéléré des mass media, en phase et en coïncidence avec les idéaux de la culture jeune » (p. XI). Et l’avènement ultérieur des réseaux sociaux oblige de plus en plus l’individu à sortir de soi-même, de ce que Philippe Breton appelait l’« intériorité mythique ». De ce fait, « pour “être” aujourd’hui, il faut être au courant » (p. XII) et les institutions culturelles se voient obligées de tenir compte des « normes mouvantes des réseaux sociaux » (p. XIV).

3L’ouvrage est structuré en 12 chapitres, assez naturellement hétéroclites, émanant de recherches indépendantes les unes des autres, menées le plus souvent par des groupes de deux à cinq personnes, chercheurs confirmés et étudiants.

4Le chapitre 1, « Quels lecteurs l’université forme-t-elle ? Petite histoire de l’ouverture des études littéraires françaises au corpus contemporain », rédigé par Mathilde Barraband, est d’une richesse et d’une limpidité réconfortantes. Il pose une question très intéressante et y apporte des réponses très nuancées. Barraband rappelle d’abord la difficulté d’accès du corpus littéraire contemporain aux programmes universitaires en France, puisqu’il y a été longtemps de coutume d’attendre au moins vingt ans après la parution d’un texte pour le considérer comme digne d’être étudié. Suivant et adaptant les phases du processus de classicisation d’une œuvre (légitimation, légitimation supérieure, consécration et perpétuation) élaborées par Alain Viala, l’auteure décrit donc « la classicisation d’un corpus dans son ensemble, le contemporain, au sein d’une institution particulière, l’université française » (p. 11) et interroge la formation des enseignants : « […] sont-ils préparés à enseigner la littérature récente ? » (p. 12). La réponse n’est pas très optimiste. Certes, les contemporanéistes français ont mené des combats très rudes depuis les années 1980 pour faire accéder le corpus contemporain à l’intérieur des institutions académiques de leur pays et les résultats n’ont pas manqué d’apparaître : en 1982, le concours d’agrégation voit le premier écrivain vivant inscrit à son programme, les colloques sur l’extrême contemporain se sont multipliés et, enfin, depuis 1990, on assiste à un processus conduisant le corpus littéraire contemporain de l’émergence à la classicisation, ayant pour résultat le fait, par exemple, qu’« en 2008 près d’un quart des doctorants en littérature française travaillait sur les 30 dernières années » (p. 17). Mais la légitimation du corpus contemporain rencontre encore des freins. Barraband distingue parmi ceux-ci le paradigme puissant de l’histoire littéraire qui expliquerait « la réticence de l’université française à l’égard de l’enseignement de la création » (p. 19) et la patrimonialisation qui est la mission traditionnelle des études littéraires et de l’université. Dans la conclusion, excellente comme l’ensemble de ce chapitre, la chercheure se félicite de l’ouverture de plus en plus grande des études universitaires françaises à la professionnalisation des formations, à la place grandissante accordée à la formation des futurs professionnels du livre, de la culture et de la communication, parallèle à la formation stricte des enseignants. Mais Barraband met aussi en garde contre les risques potentiels de la trop grande ouverture de l’université aux entreprises, qui s’accompagne de l’exigence de rentabilité. « Les contemporanéistes, tout en défendant leurs acquis, devront rester vigilants à cet égard. Le combat de l’université pour son indépendance a, en tout cas, de beaux jours devant elle » (p. 23).

5Les chapitres suivants, pour beaucoup cantonnés au Canada, particulièrement au Québec (mais ce n’est pas peu de chose), s’intéressent à différents types de médiation culturelle. Marie-Claude Larouche, Denis Simard, Katryne Ouellet, Mélanie Deveault et Mathieu Thuot Dubé livrent les résultats de leur recherche portant sur les « enjeux disciplinaires et culturels associés à l’appropriation scolaire de la plateforme muséale ÉducArt », une « recherche évaluative [qui] se veut qualitative, à visée interprétative » (p. 36), la question centrale de leur travail étant celle-ci : « […] que disent les enseignants des enjeux associés à l’appropriation de la plateforme numérique ÉducArt, lorsque le MBAM [Musée des beaux-arts de Montréal] ne leur fournit pas de médiation in situ ? » (p. 32). Mais beaucoup d’autres questions, et non des moindres, émergent en conclusion de leur étude. Ainsi, s’interrogent les auteurs, quelle est « la contribution réelle des institutions muséales à la mission culturelle de l’école au moyen du numérique, alors que de nombreux savoirs sont requis chez les enseignants pour les mettre à profit en classe, et que la formation dispensée à cet égard est possiblement limitée » (p. 43) ?

6« Séparer le bon grain de l’ivraie. Les critères de sélection des repères culturels dans la classe de français, langue première, au secondaire » est un très intéressant chapitre de Denis Simard, Héloïse Côté et Érick Falardeau, dans lequel les auteurs cherchent les visées spécifiques de l’approche culturelle de l’enseignement, qui en apparence ont peu à voir avec les visées directement pragmatiques et scolaires, mais qui sont oh ! combien autrement utiles : il s’agit des visées d’intégration, d’explicitation, de distanciation et de pertinence. S’ensuit un chapitre d’Olivier Champagne-Poirier, Ghislain Samson, Pierre Chastenay et Jason Luckerhoff, consacré aux musées de sciences et de technologie et à l’éducation formelle et informelle, plus précisément aux « rapports entre l’école et les MST [musées de sciences et de technologie] » (p. 64), à « la problématique de l’intégration de la visite de musée dans le cursus scolaire » (p. 65), en passant, entre autres, par les obstacles à la visite des musées et la formation universitaire des enseignants. Il apparaît en fin de compte que « les enseignants éprouvent des sentiments mitigés envers la capacité de transmission de savoir que permet l’éducation non formelle » (p. 78), les MST étant plutôt utilisés « comme de simples prolongements de l’éducation formelle, ou encore à des fins de divertissement et de recrutement » (id.).

7Dans un article très équilibré, particulièrement bien documenté et rédigé, Héloïse Côté, Denis Simard et Marie-Claude Larouche s’attardent sur le « discours officiel sur les relations entre les Ministères de la Culture et de l’Éducation du Québec, de 1961 à 2007 », en y relevant deux approches, celle de la démocratisation culturelle et celle de la démocratie culturelle, situées souvent dans un rapport de tension. Les auteurs y distinguent deux périodes, l’une allant de 1961 à 1991, l’autre allant de 1992, et de la réforme des programmes d’études entreprise alors, à 2007. Le chapitre se conclut sur une impression de « rigidité, bazar et continuité » (p. 92) qui seraient, selon les auteurs, propres aux rapports plus récemment établis entre culture et éducation. Mais par la même occasion, les auteurs considèrent qu’il y aurait moyen que les enseignants soient formés à une « culture suffisamment souple et dense qui reconnaisse à la fois la hiérarchie des œuvres propre à la conception normative et la diversité des expressions culturelles associée à la conception descriptive, sans verser dans le relativisme » (p. 93).

8Dans la suite de l’ouvrage recensé ici, il est aussi question des « non-publics des musées d’art », Marie-Pierre L. Nadeau, Marie-Claude Lapointe et Jason Luckerhoff s’interrogeant sur « les raisons du désintérêt chez les 15-24 ans », malgré les efforts menés par les musées en matière de communication, d’éducation et de marketing. Les raisons des jeunes Québécois de ne pas visiter les musées ne nous surprennent pas, mais les résultats des recherches entreprises par les auteurs de cette étude réservent quelques surprises.

9Virginie Soulier écrit un article très bien documenté sur les « témoins-publics et le patrimoine mémoriel », plus précisément sur la « patrimonialisation des anciens camps d’internement des exilés espagnols en Catalogne », ces traces vivantes d’un exil forcé durant l’hiver 1939, connu sous le nom de la Retirada, « la plus grande migration forcée enregistrée depuis le début des temps modernes en Europe » (p. 116). À la suite de Jean Davallon, ce chapitre « s’appuie sur l’approche communicationnelle de la patrimonalisation pour rendre compte de la production et de la transmission de la mémoire et du patrimoine comme processus de signification dans le temps » (p. 118).

10« La perception de l’amélioration continue en contexte muséal » est un chapitre rédigé par Marie-Chantal Falardeau, Pascal Forget et Jason Luckerhoff, dans lequel les auteurs étudient, à la suite d’entretiens individuels et de groupe, « la perception des acteurs du milieu muséal en regard de l’amélioration continue en soi, et en regard de leur pratique professionnelle actuelle » (p. 136), dans un contexte très marqué par des mutations, où les critères de marché tendent à supplanter les critères culturels. Ensuite, Stéphane Labbé et Jacques Lemieux s’attachent à l’analyse de « l’offre et [d]es usages des bibliothèques publiques autonomes [BPA] québécoises de 2012 à 2014 », avec un accent mis sur « les variations territoriales des principaux indicateurs de performance » (p. 153) et à travers une « étude des statistiques de l’offre et des usages des BPA du Québec sur une période de 36 mois » (p. 157).

11Mélanie Grenier, étudiante à la maîtrise en lettres à l’Université du Québec à Trois-Rivières, s’occupe du chapitre 10 de cet ouvrage collectif, en montrant, à travers une synthèse et une analyse passionnantes, « le processus de la lecture narrative », c’est-à-dire le « savoir-être lecteur dans Volley-ball, de Christian Oster », à travers une analyse effectuée dans la descendance de l’approche de Jean Valenti sur la cohérence comme « objet mental à construire » (p. 179). Suzanne Foisy, Hervé Guay et Pascale Marcotte, dans une très intéressante contribution, analysent la notion d’expérience telle qu’elle est perçue dans trois domaines très différents : la philosophie, le théâtre et le tourisme. Ce faisant, les auteurs espèrent « jeter des ponts théoriques » et « engager un dialogue épistémologique à propos d’une catégorie de la pensée qui n’a pas attendu que les universitaires s’entendent à son sujet pour franchir les frontières des disciplines et pour abattre le mur érigé par certains penseurs entre l’esthétique et la vie quotidienne » (p. 196).

12Enfin, mais non en dernier lieu, Séverine Dessajan et Olivier Thévenin closent le livre par leur contribution intitulée « L’étude des pratiques de visites au musée. Entre sociographie et réception », en voulant « rendre compte d’un point de vue partiel et partial de plusieurs perspectives sociologiques qui abordent la question des publics de la culture » (p. 216), et ce, à travers l’analyse de la « sociographie des publics », des « processus de production et de réception des œuvres » et du « rôle des médiations humaines et matérielles », sans oublier « le rôle moteur du sociologue en tant qu’acteur et expert de la méthode empirique » (id.).

13Bref, voilà un ouvrage très riche, dans lequel beaucoup de chercheurs et d’acteurs des champs culturel et éducatif trouveront matière à réflexion. Il montre aussi que le thème mis en avant reste un chantier ouvert, la plupart des articles invitant d’ailleurs à la poursuite des recherches déjà entreprises.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gina Puică, « Marie-Claude LAROUCHE, Jason LUCKERHOFF et Stéphane LABBÉ (dir.) (2017), Regards interdisciplinaires sur les publics de la culture », Communication [En ligne], vol. 36/1 | 2019, mis en ligne le 04 avril 2019, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/communication/9329

Haut de page

Auteur

Gina Puică

Gina Puică est maître assistante, Université Ștefan cel Mare de Suceava, Centre de recherches Interlitteras (Roumanie) et membre de la Chaire UNESCO sur les pratiques journalistiques et médiatiques, Université de Strasbourg. Courriel : gina.puica@litere.usv.ro

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals